Catch me when I fall ft. Naoto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 17 Déc - 15:00

" Catch me if when I fall "
ft. Naoto & Sae ♥



Sae était assise sur le sol dans la salle d’attente de l’hôpital de Chiyoda, ses cuisses repliées contre son torse, ses bras enroulés autour d’elles comme une gamine effrayée. La joue appuyée sur ses genoux, elle tentait de toutes ses forces de réprimer les tremblements qui la secouaient. Et si Mirai n’ouvrait plus jamais les yeux? Ou pire encore et s’il les ouvrait et n’était plus jamais le même? Parmi tous les mots compliqués que lui avaient dit les médecins, elle n’avait pas compris grand-chose, mais elle avait malgré tout saisis que c’était grave, que l’heure était à la peur. Et pour avoir peur, elle avait peur, sa pauvre pompe à sang se débattait brusquement dans son poitrail et elle avait l’impression qu’on lui compressait les poumons. Cet homme allongé dans une chambre, le crâne couvert de bandages, son homme… qu’avait-elle sans lui? Sanada était à lui seul son meilleur ami et l’amour de sa vie, s’il n’ouvrait plus les yeux… Un frisson l’avait secoué, encore, et elle avait préféré ne pas s’imaginer ce qui arriverait.

De toute façon, elle était seule, absolument seule. Maintenant que Fubata était revenue, Maiko lui accordait vaguement son amitié - la traitresse – et en dehors d’elle… qui lui restait-il? Ses doigts tremblants avaient bien malgré elle saisit son téléphone alors qu’elle s’accordait une ultime faiblesse, envoyer un message à son frère. Elle détestait le déranger pour ça, encore plus maintenant qu’il était occupé avec une carrière et une malade mentale de petite amie, lui demander la lune, lui qui détestait quand elle pleurait… mais là, en cet instant, elle se sentait tellement, mais alors là tellement vulnérable, et il n’y a personne au monde dont elle avait besoin plus que lui. Dans sa panique, elle avait réussi tant bien que mal à lui donner des directives, se recroquevillant d’avantage une fois l’effort fait.

Les crises de panique, elle connaissait ça, ça lui arrivait plus qu’à son tour d’être recroquevillée dans un placard en pleurant, surtout depuis la Corée … en temps normal, elle aurait pensé à ses actes, elle se serait dit que de montrer cette partie brisée d’elle-même à son frère était risqué, stupide, qu’il allait la gronder, ou lui poser trop de question. Elle aurait réfléchit. Mais pas maintenant, pas quand son cœur se débattait au point de lui faire atrocement mal. Pas quand respirer était la pire idée du monde. Et encore moins quand elle ne pouvait retenir les larmes incontrôlables qui coulaient sur ses joues. Ramenant ses jambes contre elle, elle attendit, une éternité, à tout le moins c’était son impression……… il allait arriver. Il avait promis, il viendrait la chercher. Aussi misérable soit-elle, elle s’accrochait à cette certitude : Naoto ne la laisserait jamais tomber.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 15 Jan - 23:19

" Catch me if when I fall "
ft. Naoto & Sae ♥



Son Coeur battait à tout rompre, il ne s’inquiétait pas souvent, quand il le faisait, il imaginait toujours le pire. Oh, Naoto s’en foutait bien de Mirai, ce type ne représentait rien à ses yeux. Mais il était important pour Sae. Alors il espérait bêtement qu’il s’en sortirait. Que ferait-il sinon ? Il ne saurait pas gérer Sae. Il ne la supportait pas triste, il ferait tout pour qu’elle soit heureux, mais réanimer Mirai n’était pas dans ses facultés. S’il mourrait, il le frapperait jusqu’à ce qu’il revienne à la vie ! … Comment ça, ça ne marchait pas ainsi ? Non, il devait rester fort et positif pour elle. Hors de question de se montrer pessimiste devant Sae, elle allait déjà suffisamment mal comme ça.

Il avait essayé plusieurs hôpitaux avant qu’on ne lui dise qu’ils avaient bel et bien admis Sanada Mirai. Il s’était fait passer pour son meilleur ami. Zero des FIGHTERS… Ouais, s’ils voulaient. Au moins, ça prouvait plus ou moins qu’ils se connaissaient. Il demanda s’il était venu seul. Une fille était avec lui, ils ne savaient pas où elle était passée. Feintant d’aller attendre en salle d’attente, il connaissait sa sœur, et bifurqua furieusement dans les couloirs, ouvrant toutes les portes. Les chambres, les placards… Oui, elle pouvait être caché n’importe où. Et c’est en en ouvrant un qu’il tomba finalement sur elle. « Sae… » Elle avait l’air si mal… Il sentit son cœur mourir un peu, pinçant les lèves en la regardant, il esquissa un geste de la main.

« Idiote… Comment tu veux que je te retrouve si tu me dis pas où tu es ? » La poussant, il s’installa à côté d’elle, refermant la porte du placard. Ils étaient un peu serrés, mais il s’en fichait. Hésitant, il passa son bras autour d’elle, l’amenant contre lui. « Je suis là… Je suis là maintenant. » Naoto n’était pas à l’aise, tapotant son épaule sans trop savoir comment s’y prendre, il souriait vaguement, posant sa joue contre sa tête. « Il va s’en sortir. » Les moches s’en sortent toujours. « Tu te souviens ? Quand tu pensais que Quasimodo allait mourir dans le disney à Paris… ? » Belle comparaison, c’est subtile. « Il s’en est sorti. Mirai aussi. » Tout irait bien, c’était ce qu’il essayait de lui faire comprendre. Avec ses mots à lui, ce qui n’était pas toujours une bonne chose.

_________________

★ I am the Prince charming ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two boys : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 17 Jan - 20:51

" Catch me if when I fall "
ft. Naoto & Sae ♥



Pleurer dans un placard à balais… hors de l’univers Harry Potter ceci dit! Peut-être que sa réaction était un peu démesurée, voir, totalement illogique pour une personne saine d’esprit : elle s’en fichait. Cette chute dont avait été victime son homme était l’apogée. Déjà, ça n’allait pas fort ces derniers temps, elle accumulait les emmerdes, et elle se sentait plus isolée que jamais. Naoto lui cachait quelque chose, quoi, elle l’ignorait, mais ça recommençait, comme avant, comme quand il se ramassait une pétasse pour le satisfaire – si c’était que ça, elle pouvait aussi se la jouer aspirateur – elle devenait un second rôle au profit d’une conne qui finirait tôt ou tard par l’abandonner… À moins que ça ne soit que le résultat de ses ‘’retrouvailles’’ si parfaites, il avait une nouvelle sœur maintenant, pourquoi diable aurait-il besoin d’elle? Ses pensées lui minaient le moral, jouaient en boucle dans son esprit, sans qu’elle ne puisse y faire quoi que ce soit… Tous, ils la laissaient derrière, son frère n’était que le premier d’une longue lignée…

À commencer par Maiko, qui lui avait sournoisement tourné le dos pour s’occuper du 3ème âge, qui l’avait remplacé dans cligner au retour de cette bécasse de Yue. Puis il y avait eu Kô, son colocataire, qui était disparu du jour au lendemain en marmonnant quelque chose au sujet d’une crotte de fromage sénile au pays des Burgers. Il lui manquait, ou plutôt, la solitude lui pesait, pour quelqu’un qui avait été élevée en meute, elle se sentait rudement vulnérable seule dans son grand appartement vide… sans protection… sans rien, elle détestait ça! Ces petits grains de sables, somme toute anodins pris séparément, composaient une sacré montagne qui lui semblait aussi insurmontable que l’Everest. Et la seule personne qui aurait vraiment pu l’aider, son psychiatre, n’avait pas repris son dossier après son retour au boulot. Il l’avait tout bonnement largué à ce crétin de Dr. Park qui était du genre tactile, mais lui imposait des séances de groupe avec les débiles du quartier… Bref, ça n’allait pas. Elle n’était en sécurité nulle part. Nulle part. Son cœur avait d’ailleurs fait un saut terrible, lorsque la porte s’était ouverte… et qu’elle avait reconnu la voix blasée de son ainé.

« Tu … t’as… » la demoiselle avait reniflé bruyamment, comme seule les pleureuses hystériques (ou un certain psychiatre aux grandes oreilles) savent le faire, en relevant ses grand yeux larmoyants sur son frère. Elle avait du mal à contrôler son souffle, et pour ce qui était de la version miniature des chutes du Niagara, elle avait déjà abandonné ce combat. Essayant tant bien que mal de dégager son champ de vision, elle avait frotté ses yeux d’un poing las en marmonnant un : « T’as trouvé quand même. » qui fut tôt fait d’être étouffé par une nouvelle quinte de sanglots. Une personne normale aurait probablement essayé de la sortir de là, de la forcer à se reprendre… pas son frère. De toute façon, ça ne servait à rien, elle n’était pas en état de bouger. Sa gorge était douloureuse de trop de larmes, ses yeux brûlants et son crâne menaçait d’exploser tant il était desséché. Sentant ses bras se refermer autour d’elle – les seuls qu’elle pouvait accueillir sans crainte, elle s’était automatiquement nichée contre lui, comme un chat effrayé, sa tête retrouvant sa place de prédilection contre son épaule. Sa petite silhouette tremblait.

Le noir, le silence, Naoto… ça aidait. « Tu pars pas hein? » une voix si faible, une supplication. « Jamais? » elle avait tellement besoin de l’entendre… tellement besoin de lui. Combien de fois gamine, avait-elle chialé pour qu’il dorme dans son lit, pour qu’il reste, alors qu’elle faisait le bretzel autour de lui, comme pour éviter qu’on lui vole, pour qu’elle ait encore un frère au réveil? Elle vivait mal les vas-et-viens au foyer, perdre des gens qu’elle aimait, et celui-là, elle l’avait adopté, il n’irait nulle part, c’était le sien, c’était sa famille, celle qu’elle avait choisis. Lui. Lui seul. Ses fragiles mains s’étaient agrippées à son chandail alors qu’elle se serait plus près, s’assoyant sur lui comme si rompre la distance la sécurisait. Il avait toujours été son protecteur, son bouclier. Sae avait pris une grande inspiration, cessant au minimum ses larmes pour geindre un : « Arrête c’est trop triste, le mec il se ramasse même pas la fille! » Allez savoir, Sae elle l’avait toujours aimé, ce bossus. Son corps s’était serré contre Naoto, elle tentait de se calmer, les conneries, ça aidait. « C’est moi le bossu... Tout le monde me laisse derrière. »

    
 
Catch me when I fall ft. Naoto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Ecole de Catch
» catch
» Les secrets du catch - le livre
» Fini le catch sur NT1 ?
» Documentaire sur le catch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Chiyoda :: Centre Hospitalier-