White flag ? Let's take Leader bolton down! ft. Shoko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 1 Avr - 14:13
White flag ? Let's take Leader bolton down! ft. Shoko
Shoko &
Yurina


Le moins qu’on puisse dire, c’est que son égo avait pris toute une claque en voyant Shoko s’activer sur une chorégraphie beaucoup plus complexe que celles qu’on choisissait pour elles. Yurina peinait à mettre un pied devant l’autre et à suivre les enchainements, elle avait d’ailleurs perdu toute forme de sourire en observant sa camarade avec une certaine exaspération. Ne pouvait-elle pas avoir des failles évidentes hein? Mais non! Elle était canon – il aurait fallu être aveugle pour ne pas le remarquer – et en plus, elle était douée en danse? Et mannequin de surcroit? La jeune héritière en était jalouse à crever, ça semblait tellement être facile d’être Ogawa Shoko… et après cette pétasse se permettait de la juger, elle ne connaissait rien de son monde de fausseté, de l’ambiance de merde qui régnait dans sa famille, de cette peur constante qui la prenait au ventre, à chaque maudite minutes, comme si le moindre geste lui faisait redouter de mettre son paternel en rogne. Non, Shoko elle, devait avoir une vie de gueuse, une vie facile, du moins, c’était ce que s’imaginait la jeune chanteuse en la voyant exécuter avec brio les pas de danse. Elle aurait dû s’entrainer d’avantage avec Jie, lui au moins, ne se payait pas aussi ouvertement sa tête en la voyant avoir du mal… ou à tout le moins, il avait certains droits de rire, en tant qu’ami … À bout de souffle, elle avait ricané un : « Ça existe encore Arashi? » avant de prendre une grande inspiration, les yeux obstinément rivés sur Shoko.

Il était hors de question qu’elle la laisse l’humilier comme ça! Mais sur la hanche, elle se drapa dans sa fierté, le visage grave, en observant attentivement les pas de la jeune femme. Cette conne qui y arrivait si aisément! Grognant quand même devant l’attitude que se permettait la crétine d’enseignante, elle soupira un : « ... Prends pas cet air, c’est leçon de chant la prochaine fois! » Au moins un truc ou elle excellait, ça ferait changement. Ses iris noisette étaient posés sur Shoko alors qu’elle tenait de mémoriser les pas, de suivre, une chance pour elle, elle connaissait cette chorégraphie, ce qui aidait à anticiper la suite, sans y arriver parfaitement. Elle peinait vraiment, mais ce n’était pas non plus la catastrophe… Lorsqu’enfin le morceau prit fin, elle se permit un rictus blasé devant l’air amusé de sa prof improvisée, se mordant la lèvre, boudeuse. « Si tu sais danser comme ça, pourquoi tu laisses l’Agence t’imposer des chorégraphies débiles et simples? » Un compliment? Était-elle mourante?

Se redressant, elle releva les bras pour resserrer sa couette, des mèches s’en étant extirpées. Elle s’en voulait, d’avoir une pointe d’admiration pour cette idiote, mais elle-même savait quand même reconnaitre le talent quand elle le voyait, et autant ça lui déplaisait, elle pourrait apprendre de Shoko… « Ah oui? Ok! On essait! » Elle le nierait, haut et fort, mais elle prenait un certain plaisir à pousser ses limites, à s’adonner au challenge, à se surpasser. C’était d’autant plus intéressant que ça lui donnait l’impression que peut-être, son groupe d’idiotes pourrait aller loin.
   

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 2 Avr - 20:42
Shoko n’a rien d’un professeur. C’est une danseuse, rien de plus, rien de moins, et elle n’a pas pour habitude de communiquer son savoir-faire aux autres. Mais aujourd’hui, on le lui demande. Aujourd’hui, on l’encourage à se lancer dans une carrière parallèle et officieuse qui ne lui correspond pas plus que le groupe dans lequel on l’a fait entrer, sa période de préparation terminée. C’est une idée qui ne l’enchante pas, mais à laquelle elle doit bien se plier, pour plaire à la direction et ne pas s’attirer les autres de ceux qui décident de sa paie et de ses possibilités de carrière. Sans grande volonté, elle coiffe la casquette d’instructrice, avec l’espoir de ne pas être trop mauvaise, ou même d’être bonne ; elle a beau détester Yurina, elle ne peut se permettre de lui apprendre de mauvaises pratiques. Il en va de l’avenir de leur supernova.

« Il me semble, hélas. » Elle se rappelle on ne peut mieux de ces chansons sur lesquelles dansait sa mère, du temps où elle quittait encore sa chambre pour cuisiner, pour s’agiter, en chantant à tue-tête, d’une façon qui ressemblait cruellement à la voix de ce très cher Jun. Shoko l’a souvent jugée, elle a souvent ri de la façon dont elle se ridiculisait devant ses casseroles et ses poêles. Mais tout cela, c’était avant que la cuisine se taise, avant qu’il n’y subsiste rien de plus que les souvenirs de scènes qui s’y sont déroulées. Shoko ne peut empêcher son cœur de se serrer à cette pensée, alors qu’elle pose les yeux sur le miroir qui se trouve non loin de sa collègue et d’elle, prête à se lancer sur le rythme rapide et soutenu de la chanson qu’elle a choisie.

Leçon de chant ? Shoko n’a jamais appris à chanter, même si elle adore cela. Elle n’a rien fait de plus que passer des soirées entières avec des jeunes de son âge, tout aussi amoureux de la musique qu’elle ne l’était elle-même à l’époque. « Je t’attends. » Elle relèvera le défi si c’est nécessaire, car elle ne craint pas les commentaires acérés d’une fille comme Yurina. Ce n’est pas le pire qui pourrait lui arriver. Un petit sourire lui vient aux lèvres, un rictus, quand elle se met à espérer qu’elle parviendra à remettre cette pimbêche à sa place, même si elle doute d’y arriver réellement. Elle n’aura qu’à travailler un peu pour y parvenir. « Parce qu’ils nous paient ? » Elle lève les yeux au ciel avant de réfléchir. « Et je doute qu’ils aient déjà les moyens de se payer les services de grands chorégraphes. » Ne sont-ils pas un label naissant, après tout ? Elle hausse les épaules avant de laisser échapper un rire léger. « En vrai, je m’en fiche. Ça reste de la danse. » Certains peuvent s’en plaindre, ce n’est pas son cas. Elle est l’enfant oublié d’une famille précaire complètement déprimée, comment pourrait-elle dire quelque chose ?

« Oui, j’ai quelques chansons des AOA. » Le comble du sexy, à ses yeux, il faut le dire. Elle se pare d’un sourire en coin alors qu’elle change la chanson, cherchant quelques minutes pour trouver la bonne, avant de s’élancer, glissant sur la musique avec toute la délicatesse dont elle est capable. « Fluide et féline, ma chère. » Pour celle-ci, elle a décidé de l’observer. Si elle peut lui donner des conseils pour améliorer sa danse, c’est bien sur ce genre de chansons. Les Supernovas sont plus mignonnes, certes, mais la féminité ne se limite pas à la danse. Elle espère que Yurina l’a bien compris.
 
White flag ? Let's take Leader bolton down! ft. Shoko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Bleach 374 - Gray Wolf Red Blood Black Clothing White Bone
» Ilona Lati White
» white tiger IV par Arnaud Guilliams
» 1/100 MG Strike Freedom [White]
» BATMAN BLACK & WHITE VILLAINS #04 : MAN-BAT / NEAL ADAMS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Eita Entertainment :: Bâtiment R :: Dortoirs idoles-