My ass is cute. Please save it? ft. MOMODEKI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité
avatar

     Dim 10 Déc - 23:26
My ass is cute. Please save it?
MOMODEKI


C’était un accident, une simple méthode de calcul pour l’écervellée qu’elle était, que de poser sa main sans aucune gêne sur la cuisse de son ex petit-ami, ce territoire définitivement conquis à en juger par le sourire qu’il lui avait adressé lorsque leurs regards s’étaient croisés. Ses lèvres s’étaient elles-mêmes étirées alors qu’elle lui tirait cette bouille un peu trop complice, un peu trop scandaleuse, le genre qu’on aurait aisément pu imaginer dans un début de film porno après qu’une jeune scout ait sonné à votre porte pour vous vendre de biscuits (notons que ce films est également le rêve 104 du Bakasuke des plaines). « Je le plains un peu le pauvre, je suis vraiment un bon coup. Trop bonne. Exceptionnelle! Unique. » Perverse? Juste un peu… Comme pour le provoquer, ou jouer l’innocente de manière fort peu crédible, ses doigts avaient descendu lentement sur cette nouvelle route de chaire, caressant son genou, avant de remonter lui proposer une version 18+ de serpent échelle.

N’y avait-il pas un livre sur les ruptures saines qu’on pourrait leur offrir, histoire qu’ils puissent avoir des repères sur ce qui était acceptable ou non? Sérieusement, personne n’oserait remettre en question l’amitié profonde qui les unissait, c’était un fait, la momo des plaines était toujours disponible pour voler au secours de son jeune complice, elle se souciait de lui probablement plus qu’elle ne le devrait, comme si c’était encré en elle, que de vouloir son bonheur, comme si, un sourire sur ses lèvres était une drogue dont elle ne pouvait se passer… Mais ne pouvait-elle pas veiller sur lui avec ses fringues… c’est-à-dire que… avec Hide, elle avait des envies de nudiste, voilà tout. Et puis l’abstinence ne leur réussissait pas, c’était nécessaire à sa très scientifique étude – comme ne pas affirmer être une fille facile – que de toujours comparer les prétendants au modèle original. Elle aurait bien conservé Haruto comme titre de comparaison mais le pauvre était gay maintenant…. Une triste histoire, on se remet rarement de Momoka. Peut-être que c’était sa destinée, briser des cœurs, parsemer le monde de gay. Si elle se tapait Hide, c’était pour le sauver de cette tragique perte pour la gente féminine. Avec lui, elle se mettait à quatre pattes par bonté de cœur!

Une lueur malicieuse avait brillé un instant dans son regard à la promesse de lingerie. Elle savait bien, qu’elle avait touché le jackpot avec Hide et son fric… bon, elle disait ça ouvertement pour ne surtout pas avouer que même fauché, il serait le summum sur sa liste, le numéro 1 de ses demandes au père noël. Ses doigts s’était pressés contre lui, attentive. « C’est vrai ce mensonge? Non parce que j’en ai plusieurs qui me sont tombés dans l’œil… mais Tsubasa veut jamais entrer dans la cabine avec moi pour voir s’ils me font bien… Tragique. » Et chaque fois, oui, chaque fois, elle le lui demandait pour voir sa gueule choquée. Un classique! Momoka avait posé une main sur son cœur avait que son destrier – il la conduisait quelque part et elle l’avait déjà chevauché – proposait de retourner embêter ce pauvre Bobby. « Hors de question. Tu sais que je l’ai suivi à son pieu que pour les chips! Et il voulait ne pas m’en donner, le rustre! » et voilà qu’elle engloutissait une croustille en signe de protestation. Qu’il crève de faim ce Bobby! Tout seul dans sa douche.

Ses doigts avaient recommencé leur manège sur sa cuisse, comme si elle devait absolument le déconcentrer dans sa conduite et elle s’était mordue la lèvre d’un air de chérubin pure – un peu moins quand on la sait dépourvue de dessus – réfléchissant à la question du conducteur.   Hmmm… je ne sais pas trop ... »  … Non? Parce que l’endroit que ta main vient de presser nous, ça nous donne une bonne idée du chemin qu’il doit suivre, surtout avec ce petit sourire en coin. « J’ai refusé une douche et un massage pour toi... » … Parce que tu aurais été assez fourbe pour le faire attendre sur le balcon pendant que Bobby te frottait le dos? … Ouai bon… dit comme ça… Se penchant vers lui, appuyant sa tête sur son épaule comme un chat réclamant gâterie, de grands yeux noisettes posés sur lui avec adoration, oui, elle osait … ce regard, ces grands yeux innocent, cette bouille suppliante, cette tête qui se frotte conte le sienne avec tendresse…………. Sans honte, elle avait piqué le regard de Jack!!! Momo, de sa voix mielleuse, avait proposé, sa main toujours scandaleusement exploratrice. « En toute logique, tu devrais me dédommager tu ne penses pas?   » … Et elle avait bien une petite idée de comment.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Invité
avatar

     Lun 11 Déc - 23:29

" My ass is cute. Please save it ? "
ft. MOMODEKI ♥



Il y avait des gens dangereux pour la survie de l’humanité. Des gens qui ne savaient pas qu’il fallait se montrer prudent au volant, qu’il y avait des choses à ne pas faire quand on conduisait comme :
Boire, manger, chanter les Village People, appeler Tatie Ginette, commander une pizza et préciser qu’on ne voulait pas d'anchois, regarder l’intégrale de Retour vers le Futur, ou réviser ses tables de multiplication.
Et à côté de ça, il y avait également les choses à ne pas faire à une personne qui conduisait :
Des grimaces, lui chanter les Village People, se mettre nue ou, pire encore, lui faire une gâterie, et, par exemple, peloter le conducteur qui n’était autre que notre ex petit ami.
Momo. Elle. Elle était capable de braver toutes ses règles sans jamais se questionner sur le bien fondé de la chose, les risques et tout le reste.
Oui Hideki, tu peux t’arrêter sur le bas côté et lui répondre que tu vas lui appeler un taxi avant qu’elle ne se mette à trop te chauffer parce que tu étais fermement convaincu de te faire arrêter par les forces de l’ordre si les choses venaient à trop dégénérer.
« Forcément, si on est dans la version porn de Cinderella, tu es celle à qui le dessous va le mieux. » oui, ou tu pouvais aussi enchérir à sa connerie et compter sur ta chance. A chacun sa réaction face au danger.

Qu’on ne le blâme pas trop ceci dit, il avait bien essayé de se concentrer sur la route malgré la distraction à ses côtés. Tous les deux, ils étaient juste des amis trop étranges. Finalement, qu’importe l’activité qu’on leur proposait, ils finissaient par avoir un comportement qui s’éloignait des terrains amicaux sur lesquels ils prétendaient pourtant évoluer en permanence.
Ils n’étaient plus ensemble. ça faisait six ans. Evidemment qu’ils avaient compris les astuces d’une amitié réussie et en était la parfaite définition.
… dans une version remplie de déni et de mauvaise foi avec un brin de je m’en foutisme sur les conventions classiques du moins….
C’est vrai, parfois on pouvait se questionner sur la nature de leur relation. Se demander si, au final, ils n’étaient vraiment plus ensemble tous les deux.
Hideki, en toute innocence, serait bien capable de répondre à des questions sur le ton de l’évidence. Ils s’entendaient trop bien, ça portait à confusion ! Mais en réalité, ils étaient, et on emprunterait l’expression à un aveugle et à un italien : deux amis pour de vrai.
… de proches amis pour de vrai.
Ouais. Vu leur niveau d’intimité, Momo était - au moins - sa meilleure amie !

Et quoi de plus naturel que de proposer à sa meilleure amie de lui payer de la lingerie « Je rentrerai avec toi si tu veux. » et de pousser la générosité jusqu’à être l’âme charitable qui voudrait bien lui dire quels dessous la mettaient le mieux en valeur. Trop bon ce Nakamura ! On ne se refaisait pas, que voulez-vous, il aimait venir en aide aux autres. ça, et les chips « Et t’as quand même couché avec ? » minute, ce n’était pas un peu de la prostitution que de suivre quelqu’un dans une chambre pour obtenir quelque chose ? « N’apprendras-tu donc jamais rien ? » est-ce qu’on pouvait arrêter d’être cons pendant au moins 5 minutes ?

ça dépend, est-ce que les cinq minutes pouvaient commencer après leur plan de soirée ? Parce que vu les doigts qui avaient retrouvé sa cuisse, il doutait fortement de pouvoir prétendre à grande sagesse. Reculant vainement dans son siège, cherchant peut-être à sauver une ou deux vies, son regard avait quitté le temps d’une seconde la route. S’il n’était tristement pas choqué, s’il n’avait pas protesté, on n’y pouvait pas grand chose. Difficile de vivre sur la planète Mars « J’ai quitté une soirée pour toi. J’aurais peut-être pu rencontrer la femme de ma vie ou mon nouveau dentiste. » tais-toi Hide.
Mais naturellement, il conduisait, Momo suggérait.
La véritable question était : à quel moment sa voiture avait pris une direction précise ? Est-ce que c’était au début de la fausse incertitude de Mademoiselle Okina ? Est-ce que c’était quand sa main l’avait obligé à se mordre la lèvre inférieure ? Ou est-ce que c’était maintenant, alors qu’elle parlait de dédommagement ?
Une bonne question. Une excellente question. A laquelle nous n’avions pas franchement envie de répondre surtout que deux minutes plus tard, à peine :

« Oh non Momo, je crois que ma voiture est en panne ! » ton tragique, on le comprend c’est trop bête « Mais regarde ! Nous avons de la chance ! Là, droit devant, un hôtel ! » oui crétin, tu t’es garé sur leur parking !
Ok, mais c’était un hôtel classe. Un hôtel où il ne mettait pas de cadenas au volet ! Et puis franchement, sa voiture faisait un bruit bizarre à l’aller maintenant qu’il y pensait.
« Allons demander de l’aide. » oh oui ! Bonne idée ! C’était quoi ce ton de Dora l’exploratrice ? Il allait faire appel à la carte dans 30 secondes ou quoi ?


 
Invité
avatar

     Mar 12 Déc - 3:07
My ass is cute. Please save it?
MOMODEKI


Ses provocations charnelles avaient l’air amusant, sur le coup, mais s’ils mouraient tous deux d’un accident au volant et que sa carcasse était retrouvée avec une main dans son pantalon, elle ne voyait pas trop quelle excuse ses parents pourraient inventer pour rendre la chose mignonne aux funérailles… « elle est morte en se faisant ce qu’elle aime? » Assurément, la prudence aurait été plus appropriée à la balade en voiture qu’il lui offrait, tout sauf le chauffer avec ce petit air innocent, cette lèvre inférieure mordue, ce regard sur la route et cette bouille de gamine innocente qui vend de la limonade… sauf que ta main Momo, ce n’est pas un citron qu’elle presse sournoisement en ce moment. Ses grands yeux sombres s’étaient reposés sur son ex-petit ami alors qu’elle pouffait de rire à sa proposition. Trop généreux, l’aider à se vêtir, l’aider à remplacer le saint graal qu’elle avait abandonné chez Bobby pour lui laisser un Trophée de sa conquête. Peut-être qu’il l’accrocherait au-dessus du foyer comme une tête d’orignal… Peut-être qu’elle devait être plus raisonnable, se faire tatouer à un endroit visible qu’elle et Hideki, ils avaient rompu il y a plus de six ans, et qu’ils se rendraient une service à tous les deux s’ils évitaient de sombrer dans des activités sportives… Qu’ils jouent au volleyball, au basket, n’importe quoi sauf ce sport d’équipe qui l’avait fait pouffé de rire en murmurant, faussement innocente : « Si brave. Ta dévotion ne sera pas oubliée! Je toucherai ton épée pour te faire chevalier. » et sa main libre, elle l’avait posé sur son cœur en mode grande dramaturge, sa promesse était sincère.

… À notre grand désespoir. Et une autre chose totalement tiré des X-Files, c’était la facilité avec laquelle ils discutaient de Bobby et de la partie de jambe en l’air qu’elle s’était coltinée pour des chips. La distance, l’amusement plutôt que la peine, c’était un bon début dans la lignée amis et ex …. Sa main sur sa cuisse, un peu moins. Mais bon, on ne pouvait pas tout avoir, ce genre de lien tordu, trop proche, et un peu trop éloigné, c’était l’essence même de leur duo, pas étonnant que certains abrutis ne croient pas à leur rupture. Elle l’avait fixé, tentant de retrouver son sérieux. « » … Momo, on aime pas ce sourire espiègle, cette façon de le fixer en battant des cils comme un chérubin. « Pardon Nakamura-sempai. » et encore moins ça…. Ce ton plaintif, tu nous joue la version 2.0 de Cendrillon porn? « J’ai été une vilaine étudiante. Je mérite le bâton. » … Pitié, tuez-nous. Incapable de garder son sérieux plus longtemps, elle avait pouffé de rire, passé sa main libre dans son épaisse tignasse et entamé les négociations. Elle avait abandonné Bobby, le potentiel père de ses futurs enfants – NOT – elle avait refusé un massage gratuit – BEURK – et c’était enfuit par la fenêtre, ce n’était que justice que son héros se fasse pardonner … Aucune logique.

Ses doigts s’étaient immobilisés sur sa cuisse, possessif, alors qu’il déblatérait une nouvelle connerie, une connerie un peu moins drôle, une bêtise qui, elle ne l’avouerait jamais, les gênes Kotani étant trop forts en elle – lui avait fait ressentir un drôle de pincement. Une sensation désagréable qu’elle refoula immédiatement sous un sourire amusé, débutant d’un : « Primo, t’as les dents super droites et blanches. » … oui bon, fallait parler du dentiste, pour avoir l’air détaché. Du tac au tac, elle avait pouffé de rire et avait ajouté, sans l’once d’une hésitation : « Deusio, la femme de ta vie, elle est assise à côté de toi, t’as vu comme t’as de la chance. En plus, elle a perdu ses dessous ~ » … Momo… pourquoi ta main remonte lentement ta propre robe pour lui dévoiler plus de peau, s’arrêtant à mi-cuisse en riant doucement. Parce que… elle était fourbe, et autant elle haïssait le ressentir, elle le savait bien au fond, qu’elle n’en voulait aucun autant qu’elle pouvait le vouloir lui. Ses tortures avaient repris de plus belle jusqu’à ce que son chauffeur, prudent, les stationne. La voiture? Brisée? Elle avait regardé par la fenêtre, plongeant sans protester dans son jeu. « Oh mon dieu non! Qu’allons-nous faire Hideki! » Le ton choqué, la bouche en O et puis ce petit sourire complice. En bonne actrice, elle avait ajouté : « Un hôtel? Ou donc? La panique me gagne, d’être ainsi égarée au milieu de nulle part. » elle en perdait ses moyens, enfin ça, c’était son excuse pour avoir cherché l’hôtel plus près de son visage, laissant ses lèvres narguer les siennes, avant qu’il propose de trouver de l’aide.

« De sages paroles Diego! Je crois que nous avons définitivement besoin d’un coup de main... » Et tes phalanges qui remontent scandaleusement sur sa cuisse comme des touristes impromptus, s’autorisant une caresse des plus ‘’amicale’’, c’est pour soutenir le besoin de main d’œuvre? Peut-être bien, surtout qu’elle avait pressé ses doigts contre lui pivotant légèrement, un sourire espiègle aux lèvres alors que son autre main grimpait sur son torse comme pour en marquer la possession d’une pression envieuse. « … Si seulement on pouvait nous prêter main forte... » Assurément, elle était d’un altruisme grandissant, vu l’emplacement plutôt intime où sa main venait de se presser effrontément. Peut-être qu’elle essaierait de lui piquer ses dessous, maintenant qu’elle avait égaré les siens… ou du moins, nous resterons à cette excuse pour justifier l’assaut sur son pauvre corps. Et pourtant, avant qu’ils ne décident de faire des bêtises dans un stationnement passant, elle s’était décalée, un sourire amusé aux lèvres, alors qu’elle reposait sur lui ses iris luisant de fourberie. « Je pense que ça serait malpoli de demander de l’aide si tard… ça serait mieux vu d’attendre au matin… tu sais, un cas d’extrême urgence… se sacrifier… partager une chambre. » On le sens bien, le sacrifice, alors que tu viens de perdre pieds dans une bagnole, sans raison réelle, et de trébucher sur ses lèvres

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Invité
avatar

     Dim 17 Déc - 18:05

" My ass is cute. Please save it ? "
ft. MOMODEKI ♥



Sérieusement Hideki, ne pense-tu pas qu’il aurait bien plus préférable de rester à cette Bar Mitzvah qui n’en n’était pas une ? Une fête d’anniversaire, même avec de l’alcool, oui même avec toi, c’était peut-être plus prudent que maintenant. Ce moment où, ton ex et toi, avaient décidé de faire un trajet en voiture, non pas en jouant à des jeux enfantins, mais en mettant en pratique toute la connerie qu’ils avaient de disponible en magasin « D’autant plus que je suis certain que tu n’as pas fait ton algèbre. »  Et à deux, ça faisait quand même une sacrée connerie.
Mais Hide, tu ne comptes tout de même pas lui faire réviser ses tables de multiplication ?
Il avait bien quelques idées pour le faire de manière scandaleuse. Oui, il était bon prête et bon enseignant.

Et qu’en était-il de la femme de sa vie, celle qu’il avait manqué de rencontrer cette nuit ?  « Peut-être que la femme de ma vie est dentiste. » ou peut-être qu’elle organisait des mariages. Nombreux étaient ceux à pencher pour la deuxième option. Il fallait dire que, tous les deux, ils posaient de sérieux problèmes de compréhension à leur entourage.
Etaient-ils à nouveau ensemble ?
S’étaient-ils déjà séparés ?
Quand finiraient-ils par se remettre ensemble ?
Est-ce qu’ils se pensaient très sincèrement amis ?
… ce n’était probablement pas vers toutes ses amies qu’il tournait la tête tandis qu’elle manquait de prouver qu’elle avait bien perdu son dessous.
Des réponses, il en connaissait certaines, en taisait une partie et préférait ignorer le reste.
« Oui, malgré l’aide de son héros. » et eux, ils n’étaient jamais sérieux. C’était d’ailleurs un sujet qu’ils n’abordaient jamais réellement : eux.
Ils étaient amis non ? Aucune utilité donc.

C’était sans doute aussi utile que de faire appeler une dépanneuse maintenant. A part pour se voir répondre “il suffit de tourner la clé dans le contact Monsieur”, on ne voyait pas vraiment. Qu’on se rassure toutefois, ils ne poussaient pas la connerie jusque là. Non, eux, ils préféraient aller dans le drame terrible qu’ils ne pouvaient résoudre. Alfred aurait été si fier de lui à présent, on aurait presque cru qu’il était son disciple en art dramatique « Là Momoka, regarde. Ne le vois-tu pas tel un phare dans la nuit pour annoncer notre salut ? »

Non, franchement, on n’avait pas vraiment de commentaires à faire sur ça.

Tout comme cette remontée osée sur sa cuisse se passait de commentaires. Que Momoka se rassure, lui, il n’avait pas vraiment besoin d’un coup de main. Mais celui qu’elle lui offrait était le bienvenu. Et tandis que sa main s’était tendue pour défaire la ceinture de son ex petite amie, avant d’en faire de même avec la sienne, son autre main était venue intercepter celle de la fourbe joueuse sur son torse. C’était après une douce pression de celle-ci qu’il était remonté sur la peau de son avant-bras « Les âmes charitables sont... » qu’on pardonne le soupir qui avait coupé sa phrase, c’était de la faute de la maladresse d’une Okina « … si rares de nos jours. J’ai bien peur qu’il nous faille nous débrouiller seuls. » et pour ce qui était du partage de chambre, il n’avait pas vraiment eu le temps de faire une quelconque remarque sur le sujet. Ceci dit, vu cette manière que ses lèvres avaient eu de répondre à d’autres, on pouvait supposer qu’il s’agissait là d’une acceptation. A moins que ce ne soit sa main glissée sous une robe qui tentait d’apporter une réponse sur une cuisse pressée avec envie.

Evidemment, son corps avait une excellente excuse pour s’être rapproché de celui de son “amie”. Oui, il n’avait cherché qu’à lui ouvrir la porte en galant homme. Et comme c’était elle qui avait trébuché sur ses lèvres, il n’avait aucune excuse à fournir pour avoir exécuté la manoeuvre en goûtant un peu plus à ces lèvres au goût dont il était impossible de se lasser si vous voulez son avis.
C’était d’ailleurs contre elles qu’il avait murmuré « Je pense que c’est malheureusement notre seule solution. » oui, on te comprend Hide, c’est pas facile. Partager une chambre avec ton ex petite amie parce que ta voiture est cassée. Une dure soirée pour toi ! Surtout quand on sait que tu loupes une Bar Mitzvah par pur altruisme.
Où était donc son auréole ?
Peut-être auprès de l’hôtesse d’accueil auprès de laquelle il avait demandé, moins de deux minutes après avoir quitté sa voiture cassée en entraînant Momo vers le salut, une suite avec « … et des chips dans le mini bar. Au paprika. » ???
Quoi ? Momo lui avait volé les siennes ! Qu’on ne lui dise pas qu’il y en avait toujours ! Souvent c’était des pistaches, des olives, des tuc au bacon mais les chips au paprika ça non ! Et lui, telle une femme enceinte, il voulait des chips au paprika ! Pas au jambon ! Pas saveur bbq ! Mais bien paprika !
… et un peu Momo aussi.
 
Invité
avatar

     Lun 18 Déc - 0:30
My ass is cute. Please save it?
MOMODEKI


Finalement, la panique qu’elle avait ressentie au moment où elle se réveillait – sur ses heures de boulot – dans le lit d’une des invités du mariage, aurait été plus proprement employée à craindre pour sa vie alors qu’elle grimpait en voiture avec son ex-petit ami. Bobby, à part lui inspirer une froide indifférence, s’improvisait masseur après une toute petite séance horizontale et lui garantissait de survivre jusqu’au matin… On ne pouvait pas en dire autant du conducteur! … Et toi hein, espèce d’idiote? Elle? Elle n’avait rien à se reprocher! Elle regardait la route, elle portait sa ceinture, et ses seuls crimes, elle les confessait de ce ton scandaleux qui ferait rougir même le plus aguerri des pasteurs, une main posée sur sa cuisse comme on fera sur le cœur pendant l’hymne nationale. « …. Non sempai. J’ai été une vilaine fille, tu vas me la mettre en retenue? » … Momoka. Oh, allons, elle avait dit ça avec un air tellement angélique qu’on pourrait presque se demander si on avait bien entendu…

Il devait assurément y avoir une pénurie de connerie après ces deux-là, non parce qu’aucun des deux complices de fuite ne semblait se formaliser de règles de conduites de base, genre, ton prochain tu n’attouchera point. Mais ça, c’était un accident ! Elle pensait que le véhicule était manuel et voulait l’aider à changer de vitesse… et puis, une fois ses doigts pressés sur une cuisse, dans sa quête d’apporter assistance, elle avait appuyé une caresse en remontant, cherchant toujours cet embrayage. Une technique éprouvée dans la jungle, offrir son corps pour éviter à aborder une conversation qui finirait mal, genre, l’état de leur relation. Ils étaient amis, assurément amis, à savoir s’ils avaient bien rompus il y a six ans, et s’ils auraient eu intérêt à lire les petits caractères de ce nouvel état histoire de brouiller les cartes un peu trop souvent, ça demeurerait un mystère. Une énigme qu’elle allait enterrer avec des techniques de sauvages, nier de tout son être, un peu comme ce petit pincement au cœur qui l’avait atteint à la mention d’une femme dans sa vie.

Ses doigts l’avaient portant mis en garde, ses ongles narguant sa cuisse en douceur alors qu’elle pouffait de rire et plongeait dans la bêtise. « J’espère que l’homme de ma vie sera une dinde. À ce qu’on dit, ce sont les meilleurs.   »  … Ok, son échantillon était minime pour un sondage, mais sa sœur de cœur semblait heureuse de célébrer nouvel an avec un tel repas, elle ne dirait pas non à un vieux aussi bien conservé! Son regard s’était un instant posé sur la route, avant qu’un sourire moqueur ne vienne étirer ses lèvres en sentant le regard de son complice se poser sur elle. Ah bon, elle lui faisait toujours cet effet… « Il s’est bien battu… » Oui, assurément, tu la ferme jamais Momoka? « Mais hélas, un dessous est tombé au combat. On devrait honorer sa mémoire … » Et vu le regard espiègle et brûlant qu’elle lui jetait, nul doute qu’elle avait une idée pour l’éloge funèbre!

Mais ça, c’était avant! Avant que la voiture ne s’immobilise tragiquement dans le stationnement d’un hôtel, avant qu’elle ne troque sa brillant carrière d’organisatrice de mariage pour le club de théâtre et que, d’une main sur le cœur, l’autre sur la manivelle du conducteur, elle ne se la joue Juliette. « Oh ! Hideki! Nous sommes sauvés! Je vois la lumière! » Non, sans blague! Sa main s’était pressée plus franchement sur son entre jambe, une longue caresse lourde de sens. « Et j’ai trouvé le phare! » Perverse! Oh mais elle ne perdait rien pour attendre, le simple contact de sa main sur son bras lui avait arraché un frisson qu’elle n’avait même pas tenté de masquer, ses iris brûlants trouvant les siens. Ça, juste ça, c’était exactement ce qui lui manquait avec un autre. Cette envie à vous aveugler, ce sourire satisfait de l’entendre soupirer, cette cruauté de recommencer sa caresse en se penchant vers lui, en s’emparant de ses lèvres, des narguant de ses dents, parce que c’est ainsi qu’on tuait les questions dans la jungle, en goutant un peu trop, en provoquant une langue, comme pour récompenser sa faiblesse, ou encourage un nouveau soupire.

« Pour toi, je suis prête à faire un tel sacrifice. Mais… j’ai aussi égaré mon pyjama »  … cesse de te mordre la lèvre. Rentre chez toi, appelle Tsubasa tout sauf sortir de la voiture, t’accrocher au bras du démon en personne et l’escorter à l’entrée de l’hôtel. Sauf que même ça, c’était risqué. Les premiers pas lui révélèrent qu’il faisait froid, genre, très froid, absence de sous-vêtement oblige. Les suivants la poussèrent à se retourner pour constater qu’elle avait……. Déchiré sa robe en sortant par la fenêtre. EH MERDE. Alors oui, depuis la bagnole, elle se baladait cul-nue. Les fesses dans le vent. Pas que ça la gêne devant le conducteur… mais dans une réception d’hôtel.

Sérieuse, elle avait dû agir, vite. Elle avait tiré sur son bras, le forçant à s’immobiliser. « Hide. Mets-moi une main au cul. »  C’est quoi ce ton sérieux? Bientôt tu vas grogner en mode sauvageonne ‘’j’ai envie de toi maintenant’’ Non! Malheur, l’heure était grave! Et plutôt que de s’expliquer, elle avait pris sa main et l’avait guidé jusqu’à sa propre fesse, là où le tissus dévoilait scandaleusement trop de peau. Oui, elle l’utilisait comme fringue maintenant. « Quoi qu’il arrive. Assure mes arrières! Ces fesses sont trop belles pour être montrées gratuitement au premier venu. Même si, assurément, on aurait un rabais sur la chambre! » … et pour le récompenser? Oh, elle s’était hissée sur a pointe des pieds et elle avait posé un baiser au coin de ses lèvres, joueuse. « Si t’es sage, tu pourras peut-être continuer de les toucher en privé. »

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Invité
avatar

     Mer 10 Jan - 0:33

" My ass is cute. Please save it ? "
ft. MOMODEKI ♥


Evidemment que Momo avait égaré son pyjama, elle était une telle tête en l’air qu’il n’allait pas s’en étonner ! Elle perdait tout ce qui pouvait la couvrir, c’était dramatique ! Une véritable Dory du striptease ! Et les troubles de la mémoire n’étaient clairement pas son seul problème. Si quelques points d’interrogations étaient d’abord passés sur le visage du japonais à cette demande un peu brusque, mais pas si choquante que ça, sa main avait été rapidement guidée pour éclairer sa lanterne. Il avait fallu que sa tête ne se penche en arrière pour qu’il constate toutefois l’ampleur des dégâts d’un  « T’es irrécupérable…. » mais, en bon samaritain, en sauveur de ces dames, il lui avait bien volontairement offert la couverture demandée.
Presser sa fesse de la sorte, était-ce toutefois bien nécessaire ?
Oh, il fallait s’assurer qu’une telle oeuvre d’art ne prenne pas froid, et tandis qu’il se mordait la lèvre un instant, il n’avait pu s’empêcher le classique « Qu’est-ce que tu ferais sans moi ? »

Elle serait probablement toujours dans cette d’hôtel, avec un lourdeau à ses côtés. Oui, heureusement qu’il existait pour être son héros !
Mais il n’y avait pas de place à la vantardise désormais. Après s’être vu offrir une nouvelle récompense sous la forme d’un baiser, il avait mené sa demoiselle en détresse en couvrant ses arrières comme demandé. Et si ses doigts avaient eu la fourberie de glisser sur une peau bien douce pour la taquiner un instant, il n’en n’avait pas moins hérité de la Sainte Clé qui leur permettrait de les sauver de la perdition. Ou d’y plonger un peu plus, au choix….

Sans se perdre en discours inutiles avec l’hôtesse, il avait guidé son ex petite amie jusqu’à l’ascenseur, sa main toujours sur son parfait postérieur tandis que l’autre avait pressé le bouton de leur étage pour voir les portes se refermer « …. » non Hide, deux fois le coup de la panne, ce serait bien trop.
On était toutefois jamais trop prudent, la coincer contre la paroi de l’ascenseur, son corps contre le sien, c’était peut-être pour empêcher que la caméra - il y en avait toujours une - ne parvienne à filmer quelques centimètres de peau « Attention ! T’as senti cette secousse ? » … ou une pure connerie. Et la seule chose qu’elle finirait par sentir à force de se coller, c’était ce qu’il y avait à son entrejambe. Point de préoccupation sur le sujet, ses lèvres avaient retrouvé les siennes sans la moindre retenue. Et si sa main s’assurait de la couverture totale de sa fesse, l’autre se perdait à présent bien trop contre sa hanche quand, d’un baiser, il prouvait qu’on pouvait se connaître intimement par coeur et toujours converser de nos lèvres d’une manière où l’envie se trahissait.
Sa seule justification, il l’avait soufflé quelques secondes plus tard dans une courte pause « C’est que, je m’en voudrai si tu t’ennuyais… tant d’étages, et pas un seul jeu de société… tragique service. » ….. y’avait-il seulement un seul ascenseur dans le monde où on trouvait boites de cluedo et de monopoly ? Non. Et on ajouterait même que le “ting” classique d’un ascenseur annonçant leur arrivée à l’étage demandé prouvait qu’on pouvait être au dernier et ne pas mettre des heures. La prochaine fois, il trouverait un immeuble plus haut pour avoir le temps de démasquer ce maudit Colonel Moutarde et son chandelier !
 
Invité
avatar

     Mer 10 Jan - 2:04
My ass is cute. Please save it?
MOMODEKI


Nakamura Hideki était son héros, son sauveur, clairement il protégeait ses arrières. Sentant sa main se refermer sur son délicieux postérieur, elle lui avait souri comme un chérubin, une pure brebis, pas le choix, il fallait qu’ils trouvent une chambre et elle frôlait l’indécence! Elle devait jouer de ses charmes. Devant sa question un peu trop gosse chieur, elle avait rétorqué, en pouffant de rire avant de devenir soudainement l’incarnation d’une tragédienne. « J’aurais des attentes vachement moins élevées envers le sexe. » … Pas faux. Mais sur le cœur, le suivant vers leur hébergement ‘’modique’’ elle avait surenchérit. « T’as vu ce que t’as fait de moi… je suis en perdition, je sombre dans l’alcool, le sexe, et encore le sexe. Ce n’est pas une vie… » Le pire, c’est que ce n’était pas faux, il l’avait laissé plus brisée que jamais, quoi qu’elle en dise, elle redoutait déjà assez l’engagement sous toutes ses formes… d’avoir la seule personne au monde qu’elle aurait aimé avoir avec elle pour toujours la quitter c’était…….. RIEN DU TOUT. Déni. Passons aux jeux horizontaux … Le sexe oui. Et vu comment elle insistait en se nichant contre lui alors qu’ils avançaient – le froid, tout ça, on voyait bien ou cette nuit les mèneraient… Clairement, Dora et Diego version Momodeki n’était pas pour les enfants! …

Bien inconsciente du danger qu’elle courait à franchir les portes de l’ascenseur fort heureusement désert à cette heure, notre bridée s’y était engouffrée guidée par la main de velours de son ex-petit ami, si gentiment posé sur sa fesse exposée. Elle devrait songer à acheter une robe dans ce matériel, sa peau avait une texture absolument exquise sur la sienne et elle était bien loin de se scandaliser de la pression un peu trop héroïque qu’il imposait à son arrière-train. Ses iris s’étaient posés sur la porte qui se refermait, sur le plafond, et un petit sourire joueur décorait ses lèvres, qui s’étaient pressées l’une contre l’autre en air de parfaite innocente. On y croirait presque, si sa main ne s’était pas permis une remontée spectaculaire sur le torse de son guide – pour ne pas perdre pied – et si, alors qu’il la plaquait contre le mur de la cabine, c’est un soupire envieux qui lui échappait et non pas un cris scandalisé. Automatiquement, son corps avait retrouvé le sien, cabrant le dos pour rompre la distance entre eux alors qu’elle soufflait, toujours aussi moqueuse. « Une secousse? Non… » Momoka… on n’aime pas du tout la façon dont tes iris passent de sa gorge à sa bouche, ni cette manière absolument scandaleuse que tu as de passer lentement ta langue sur ta lèvre inférieure.

Sa cuisse s’était faufilée entre les siennes, ses mains se posant à plat sur son torse, avant que ses doigts ne s’y pressent avec envie, grimpant vers ses épaules comme un enfant le ferait en ‘’laissant la bestiole grimper’’. Elle lui avait ensuite sourit, inclinant la tête, alors qu’elle prenait cet air mielleux, pure, cette gueule clairement piquée à une licorne des plaines. « Mais… je crois qu’une bête féroce m’a frôlé… » et qu’elle allait bien lui rendre, pressant sa cuisse contre le reptile de la pièce. Ah? Oh ne vous l’avais pas mentionné? Momo était une exploratrice, mieux que Dora, sauf que dans son sac à dos, c’est des capotes qu’elle avait! Pouffant de rire, elle n’avait retrouvé son sérieux qu’en sentant les lèvres d’un démon emprisonner les siennes. Oh, elle voulait bien lui faire porter le blâme, pourtant, elle ne s’était pas fait prier pour s’y montrer participative, sa langue narguant la sienne sans perdre une seconde, s’accordant tous les accès de ce terrain connu et pourtant, toujours aussi attrayant. Hideki, c’était son parc d’attraction préféré, un seul tour de manège et la voilà le cœur en panique, le souffle court, et le corps aussi électrique que si elle venait de tester la meilleure des montagnes russes.

Reprenant son souffle, son buste se soulevant rapidement, autant que son souffle saccadé le lui imposant, elle avait laissé ses lèvres s’étirer en une moue amusée, sa voix n’étant qu’un murmure contre son visage, ses bras se nouant avec plus d’envie, de possessivité, autour de son cou. « Aucun? Moi qui croyais pourtant en avoir aperçu un… Ou diable était-il? » Momoka… c’est une nouvelle forme de tourisme que de laisser tes mains descendre sur ses bras en s’y pressant, en une longue et urgente caresse? Et encore, ta recherche de divertissement qui les avaient fait se poser sur ses fesses, s’y presser, comme pour valider que c’était bien lui, qu’elle avait sous les doigts. En aurait-elle vraiment voulu d’un autre? Fiévreusement, sa main avait poursuivi son chemin de croix sur sa cuisse, avant de finalement aboutir sur la portion la plus intéressant de son anatomie. Elle avait pris cette bouille surprise, ses iris rieux accrochés aux siens. « Ah! Je l’ai. » …Et s’y presser avec envie, c’était nécessaire? Franchement, Tsubasa aurait honte. Alors qu’une de ses mains entamait la dangereuse tache de défaire sa ceinture, sa jumelle avait longé le mur de la cabine d’ascenseur, dénichant le levier d’urgence et s’en emparant sans une hésitation. Ce bouton annonçant leur étage, cette libération, elle ne viendrait jamais, parce que sa chère et tendre ex-petite amie venait de bloquer leur moyen de transport. L’air innocent, elle l’avait fixé, ses doigts se permettant une nouvelle ascension sur le ventre de son otage.Mordant sa lèvre inférieure, elle avait demandé sans vraiment demander. « Oups. On est coincés… Une partie de serpent et échelle, ça te dit ? »

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Invité
avatar

     Mer 17 Jan - 22:33

" My ass is cute. Please save it ? "
ft. MOMODEKI ♥


« C’est dramatique oui… je suis une horrible personne et je m’en excuse. » c’était quoi cet air de contrition forcée ?
Disons qu’il essayait de faire semblant de s’en vouloir. Semblant d’être une mauvaise personne qui prenait soudainement conscience de tous ses péchés !
Mon Dieu… mais jamais Jesus ne partagerait le pain avec lui !
Tant pis… il avait bien une autre idée de repas en tête maintenant qu’il se retrouvait dans cette cabine d’ascenseur avec son ex petite amie… tellement “ex” oui. Allez, il y avait des personnes particulièrement douées pour garder des bonnes relations avec leurs ex. Et si Hideki était manifestement l’une d’entre elles, il serait bien forcé de reconnaître que, dans cette catégorie, Momoka avait le rôle de se meilleure amie. Une meilleure amie avec laquelle il semblait manifestement incapable de couper les ponts.
Oui, d’un sens, ce n’était pas plus mal qu’il ne soit pas en relation dite sérieuse actuellement. A tous les coups, et à raison, l’heureuse élue lui aurait fait le coup de lui demander de “rompre” avec la jolie Momo dont il était normal de se méfier vu leur proximité.
Est-ce qu’il en serait capable ? Si un jour on le lui demandait… ne plus jamais voir Momo….
Momo c’était…
On sait… Momo c’était Momo…. Celle qu’il avait pensé emmener au bout du monde un jour…

Et c’était bien Momo qui était la victime d’une secousse hidekienne. Oui, le danger des ascenseurs était clairement sous-estimé de nos jours. On montait à l’intérieur sans savoir qu’on risquait notre vie à chaque trajet… ou plutôt notre pureté. Et si un sourire se formait sur les lèvres du Nakamura tandis que sa main pressait une fesse nue comme pour la punir de le chercher d’une cuisse scandaleuse. Un soupir impossible à taire plus tard, et leurs lèvres s’épousaient en toute amitié. Quelle tristesse que les remontées soient si dangereuses de nos jours. Des bêtes féroces, pas de jeux de société et l’obligation de s’occuper avec sa langue pour tuer le temps.
Et le temps, il avait cherché à le faire passer avec bien trop d’application. Vilain Hide qui ne laissait pas respirer son aînée en empêchant le moindre centimètre de s’installer entre eux. Ramenant son corps davantage contre le sien de cette même main sur sa fesse, il avait remercié leur amitié privilégiée à chaque seconde de ce baiser…

… qui avait bien dû prendre fin à un moment pour un nouvel échange de connerie.
Pathétisme d’un duo stupide.
« Je t’assure, même pas un scrabble ou un monopoly, rien ! Moi qui rêvait de me lancer dans l’hôtellerie ! » non, par contre tu peux te lancer dans l’hôtellerie d’une manière différente manifestement.
D’un autre côté, il n’allait pas se plaindre de sa recherche de jeux de société vu la manière qu’elle avait de l’exécuter non ? Et puis, ne cherchait-il pas de son côté ? Sur ses fesses, sa hanche, puis plus haut… ton étage Hide, tu t’en souviens ?
Si Momo le cherchait de son côté, ce n’était pas en essayant de réveiller davantage son impatience qu’ils parviendraient à leur chambre. Encore moins quand Momo poussait “malencontreusement” un bouton en le confondant avec un plateau de cluedo « Oh non Momo, t’as cassé l’ascenseur ! » et toi t’as cassé ta voiture, disions que vous étiez quittes désormais !

« ça dépend… est-ce qu’on peut faire ça dans ton jeu ? » ça quoi ? Quitter sa fesse vers une partie encore plus intime de son anatomie ? La caresser de son doigt ? La taquiner à la recherche de quelque chose ? Pour finalement s’y glisser si jamais c’était trop bien caché ?
Hide, ton hôtel rue de la paix, tu le construiras pas comme ça !
« J’aurai dû te faire ça devant l’hôtesse, juste pour tester ta concentration... » fourbe personnage et son sourire malin !
Hey, lui, il était le héros qui avait protégé ses fesses de la vue des autres ! Il ne s’offrait maintenant qu’une première compensation ! Une compensation insistante qu’il avait poursuivi en toute proximité sans la quitter des yeux.
 
Invité
avatar

     Ven 19 Jan - 1:52
My ass is cute. Please save it?
MOMODEKI


Spoiler:
 



✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Invité
avatar

     Dim 21 Jan - 23:00

" My ass is cute. Please save it ? "
ft. MOMODEKI ♥


Spoiler:
 

    
 
My ass is cute. Please save it? ft. MOMODEKI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [SOFT/TUTO] SHAKE & SAVE : Prendre une capture d'écran de votre HTC [Gratuit]
» la team bumper save arrive sous blister
» Save the Animals (STA) // SBL
» Hiroshi Mori et Yuka Suzuki - God Save The Queen
» God Save The Queen et Le Labyrinthe de Morphée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-