There's nothing chocolate can't cure ft. Mizuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 18 Nov - 16:16
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" There's nothing chocolate can't cure "
ft. Yurina & Mizuki



Yurina avait rageusement fermé l’écran de son téléphone portable après avoir terminé la lecture du nouveau navet du Noice Press, lequel faisait état de façon fort peur choquante de la rupture de ses fiançailles, et d’Asuka… Rien d’étonnant… Sauf que bon, il y pire encore, les déboires de Cha La La. Si elle s’était énervée en voyant comment son amie s’était présentée devant son fiancé (enfin ex-fiancé), du haut de son rôle de Leader, en mode je-suis-l’autorité-toute-puissante, ça n’était rien comparé à la colère qui grimpait en elle en apprenant qu’elle s’était donnée en spectacle! Et ivre en plus! C’était quoi ça? Les filles ne bossaient pas assez dur ses derniers temps, pour le lancement, pour les singles, il fallait qu’elle leur fasse une si mauvaise publicité? Elle était hors d’elle, et dans cet état, il était exclus qu’elle passe du temps dans la chambre qu’elle partageait avec la chinoise qui lui donnait – pour l’instant, des envies de meurtre.

C’est donc pour cette raison qu’elle avait décidé de se calmer dans la salle commune, une énorme tasse de chocolat chaud dans les mains. Une petite partie d’elle était inquiète pour son amie. Elle agissait vraiment de façon étrange, ou à tout le moins, assez étrange pour inquiéter Haruto…. Mais sans diagnostic, elle ne pouvait que s’énerver de savoir La La aussi imprudent… Arg. Portant sa tasse à ses lèvres, elle avait pris une longue gorgée, tentant de retrouver un semblant de calme, ou à tout le moins, une meilleure humeur, soupirant, toujours aussi énervée, au moment ou une de ses collègues entrait dans la pièce. Priant pour ne pas se trouver devant leur leader, elle relevant les yeux sur… Mizuki. Super. Une autre qu’elle évitait, ne sachant pas trop comment la jeune fille avait pris son remplacement comme chanteuse principale. Forçant un sourire sur ses traits, bien consciente de Mizuki n’avait rien à voir avec sa mauvaise humeur, elle lui avait fait un petit signe de main dans un : « Salut. J’ai fait du chocolat chaud si tu veux il en reste, sers toi. » elle lui avait désigné la casserole encore chaude, qu’elle avait prévu nettoyer après. Et puis, franchement, autant être sympathique avec la chanteuse, n’avait-elle pas des soucis de santé? Le chocolat chaud serait un signe de paix…  
 
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 18 Nov - 23:40
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" There's nothing chocolate can't cure "
ft. Yurina & Mizuki



Aujourd'hui Mizuki était énervée, elle avait eue quelques échos du bal d'Halloween, même si elle y était elle n'avait pas assisté et ne savait pas tout ce qui s'y était passée. Mizuki était plutôt le genre de personne qu'il était difficile d'énervée, mais lorsqu'elle mit son nez dans le torchon qu'avait sortie Noice Press, sa mâchoire se crispe et son poing se serrent froissant ainsi l'article. Elle affiche un rictus, qui montrait son mécontentement, mais elle préférait ne rien dire, car elle savait qu'à la minute où elle ouvrirait la bouche, les méchancetés fuseront. Elle se demandait bien ce qui était passé par la tête de sa leader, même elle savait qu'elle ferait mieux fonctionner le groupe si on lui donner ce poste car elle était beaucoup plus sérieuse. La jeune femme souffla longuement avant de taper doucement ses joues, calme, ça ne sers à rien de s'énerver. Enfin, quoique …. Lorsqu'elle la partie d'Asuka elle leva les yeux au ciel, elle avait passé une partie de soirée avec elle et elle n'avait pas trouvé son costume si choquant que ça. Elle était même plutôt mignonne, mais bon Supernova est un nouveau groupe, alors tout doit être tirée à quatre épingles.

Elle prit l'initiative de rentrer au dortoir, cela ne servait à rien de s'énerver dans la rue à part attirer l'attention et franchement elle en avait pas besoin tout de suite. Elle était sortie prendre un peu l'air et faire une petite balade avant de se retrouver nez à nez avec ce torchon de magazine. Mizuki franchit la porte d'entrée de son dortoir, elle retire ses chaussures afin de se diriger vers la salle commune, la main dans les cheveux elle soupire une fois de plus. Elle jète le morceau de papier dans la poubelle, elle comptait bien avoir une discussion avec Lala. Même si elle ne voulait pas qu'il y ait de tension entre les membres, elle sentait déjà qu'elle allait sans doute en avoir avec cette fille. Franchement, ils devraient faire organiser des réunions entre membres pour dire ce qui ne va pas, afin de ne pas garder éternellement pour soi. Elle croise alors Yurina, la colocataire de chambre de la personne qui avait mise la coréenne en colère, qui elle aussi n'avait pas très l'air d'être de bonne humeur. « Salut Yurina. Ah, je te remercie.» Après tout, une bonne tasse de chocolat ne lui ferait pas de mal, elle venait de dehors où il faisait assez froid alors comme ça elle pourrait se réchauffer. Elle prend alors la casserole afin de se servir une tasse et part s'asseoir sur le canapé avant de croiser les jambes. Elle prit l'initiative de prendre la parole. « Tu as vu l'article ?»
 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 19 Nov - 13:33
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" There's nothing chocolate can't cure "
ft. Yurina & Mizuki



Ça faisait déjà plusieurs mois qu’elle bossait avec Mizuki et le reste du groupe et pourtant, cette silencieuse camarade, elle avait bien du mal à la saisir. Il faut dire qu’elles ne passaient pas spécialement beaucoup de temps ensemble, considérant que sa vis-à-vis partageait sa chambre avec l’infâme Shoko. Ainsi donc, elle n’osait pas aborder la première ce qui l’énervait, ce qui l’avait enragé à ce point, de peur que ça lui retombe en pleine gueule. On lui avait enseigné depuis longtemps, voir depuis toujours, à calculer chacune de ses paroles, à ne prendre aucun risque infondé et c’est précisément ce qu’elle faisait en portant sa tasse à ses lèvres, ses iris dardés sur le visage de la chanteuse qui venait de prendre place sur le canapé, si près d’elle. Yurina avait laissé un sourire étirer ses lèvres, un brin forcé, comme pour tenter de se convaincre que sa camarade n’avait rien à voir avec sa colère et ne méritait pas d’en subir les contre coups. Après tout, Mizuki, elle devait bien s’en ficher et, qui sait, il n’y avait peut-être qu’elle dans ce groupe, qui prenait vachement au sérieux la réputation qu’on leur faisait… Cette pensée fut coupée nette par la question de la jeune femme, ses lèvres s’étaient pincées en une ligne presque invisible alors qu’elle soupirait un : « Oui. J’ai vu… »

Et revoilà sa hargne qui grimpait d’un cran. Ses mains s’étaient serrées sur sa tasse alors qu’elle soupirait, franchement mécontente. « … Je m’attendais à ce que la rupture de mes fiançailles fasse parler… et qu’ils exagèrent pour vendre… comme d’habitude. » Le Noise Press, ce torchon, ça n’était pas la première fois qu’elle en faisait la première page mais, si elle pouvait comprendre l’intérêt envers ses fiançailles, ou des mauvaises langues infondées, c’était quand même vexant. « Et toutes ses insultes gratuites sur Asuka-chan… elle n’était pas à poil ou rien pourtant… encore un autre truc infondé. » trop tard, elle avait commencé à se confier, autant poursuivre.

Yurina était en pétard, elle se donnait tellement depuis des mois, entre les répétitions, les pratiques, les interminables apparitions publiques, elle adorait sa carrière mais, quelque part, elle avait l’impression que la totalité du groupe ne prenait pas les choses aussi au sérieux qu’elle. Elle avait besoin du groupe, pour échapper à son père, et il était hors de question qu’elle laisse leur Leader, amie ou non, les plonger dans un gouffre. Hésitante à aborder l’éléphante dans a pièce, elle avait accroché son regard à celui de Mizuki, y allait d’un diplomate : « Ce qui m’énerve, c’est que le pire de cet article de merde… limite ils ne l’ont pas exagéré d’un brin! » 
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 19 Nov - 14:43
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" There's nothing chocolate can't cure "
ft. Yurina & Mizuki



Il ne fallait pas se voiler la face et se mentir, il était vrai que Mizuki l’avait encore en travers de la gorge que sa place de chanteuse se voit lui passer sous le nez. Mais c’était comme ça, elle avait dû se mettre en hiatus (le pire pour les débuts officiel du groupe) pour raison de santé, et ça beaucoup de personne l’avaient compris. Même les fans s’amuser à laisser des remarques déplacées sur son compte instagram., mais bon, elle savait que ce n’était pas la faute de Yurina. Alors elle n’avait rien contre elle, en soit Mizuki était le genre de fille qui n’avait rien contre tout le monde, il fallait vraiment y aller pour qu’elle n’aime pas quelqu’un. Elle garde son air sérieux tout en apportant la tasse de chocolat chaud à ses lèvres. Sans doute pour la plupart des filles du groupe, c’était un rêve parmi tant d’autre, ou peut-être même leur seul et unique rêve, mais pour Mizuki, rester dans ce groupe était une question de survie. Ce n’était même pas un jeu pour elle, même pas de l’amusement, elle avait bossée comme une folle ses dernières années pour s’enfuir de Corée, là elle a la chance de pouvoir faire ce qu’elle aime et d’en plus être rémunérée. Elle en avait besoin, alors elle était déterminée, peut même l’une des plus déterminées des SuperNova et elle ne va l’assez personne se mettre en travers de sa carrière. Elle pose ses iris sur sa camarade à la suite de sa question, bon Mizuki n’était donc pas la seule à avoir lu cette chose qu’ils osent appeler journal. C’est plutôt une revue people de mauvais goût. Un petit sourire s’affiche sur les lippes de la jeune femme, à vrai dire elle ne voulait pas vraiment parler de l’histoire de sa rupture de fiançailles ou du déguisement d’Asuka, qui pour elle n’avait rien à faire dans l’article, car Mizuki était sans doute plus dénudée qu’elle avec son costume de lapine. « Ah, vous n’êtes pas le premier couple à annuler vos fiançailles et vous ne serez pas le dernier. Ils fallait juste une information de plus, histoire de faire un article plus fournis.» Elle reprit une gorgée avant de continuer dans sa lancée. « Après, c’est tombée sur vous deux et sur le déguisement d’Asuka, elle était plus mignonne que sexy dedans. Je ne sais même pas ce que cela fait dans cet article. » C’était vraiment le comportement de Lala qui avait énervé la jeune nippo-coréenne, comment l’agence pouvait accepter ce genre de comportement ? Ils auraient au moins pu couvrir l'info, histoire que cela ne fuit pas et qu’elles n’est pas une mauvaise pub. « Si elle veut tomber, qu’elle tombe. Mais qu’elle n'emmène pas le groupe dans sa chute. C’est peut-être une cours de récréation pour elle, mais elle a une position importante, qu’elle l’imprime bien dans son cerveau. Si elle-même n’est pas capable d’avoir le comportement qui va avec le grade, qu’elle laisse sa place. » C’est vrai, pour le moment Mizuki était vraiment énervée contre Lala, aucune des filles n’avaient mérité une publicité pareille. Le groupe entier était en jeu alors ce n’est pas à cause des déboires de l’une d’entre elles que Mizuki allé laisser facilement le groupe sombré avec.
 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 19 Nov - 15:51
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" There's nothing chocolate can't cure "
ft. Yurina & Mizuki



Yurina avait dû se forcer, genre vraiment, pour que ses lèvres prennent un air peiné alors qu’on parlait de la rupture de ses fiançailles. Les raisons bidon de sa mère, elle n’y croyait pas vraiment mais, comme c’était à son avantage, de se débarrasser de cette pédale égoïste et idiote qu’on lui avait collé, elle n’avait pas trop cherché. Jouer l’amoureuse bafouée, elle savait le faire, et quelque part, elle se fichait bien que les journaux à potin la critiquent là-dessus, si elle pouvait s’éviter d’épouser Haruto. D’une petite voix, elle avait commencé un : « … Oui. C’est pour le mieux de toute façon… » … oui, vraiment pour le mieux, et puis ça semblait réjouir Naoto. Pourquoi elle pensait à ce con! « J’aurai plus de temps pour pratiquer. » ou pour s’adonner à des activités horizontales, mais il était hors de question qu’elle avoue un truc pareil. Non. Excellente actrice, elle avait eu cet air navré, comme si la perte de son fiancé la peinait, mais elle avait quand même hoché la tête, motivée à se concentrer sur le groupe. Son attention entière était portée sur sa vis-à-vis, alors qu’elles tournaient autour du pot, éliminaient les trucs sans importance de l’article. « Dans un sens, les articles bidons ne m’atteignent pas, on est un groupe prometteur… c’est normal qu’on parle de nous et si le pire qu’ils ont à dire est une question de mode, alors soit. » Elle avait l’habitude des insultes. Et elle s’étonnait que personne n’ait encore parlé des portions de son corps clairement plastique. « Mais là, ce n’est pas le cas. »

… Non. Cet article était scandaleusement vrai, La La avait manqué à ses obligations, en plus de lui donner des envies de meurtre en se présentant comme sa Leader. Qui faisait ce genre de chose?! Si elle voulait tellement se faire mettre à l’avant plan et se donner de l’importance – ce que Yurina tolérant moyennement, soucis d’égo, tout ça – alors qu’elle agisse en tant que tel! Elle respecterait quelqu’un de meilleur qu’elle, pas une bécasse qui les trainaient toutes dans la boue. Et apparemment, Mizuki pensait pareil! « Je suis bien d’accord! Et puis Leader ou pas, c’est d’une stupidité affligeante et s’afficher ivre morte dans un évènement public! » Voilà, c’était dit. Elle avait beau être proche de La La, ses comportements des derniers temps la rendaient dingues. Non seulement elle manquait cruellement de jugement – comme lui pointer Naoto devant son fiancé, même sans histoire entre eux, ça aurait été déplacé, mais elle était carrément hors de contrôle! « Sans compter que ça nous retombe toutes dessus ! » son ton était passionné, furieux, elle devait l’exprimer.

Et heureusement pour elle, Mizuki semblait être une bonne oreille. Un peu trop bonne même. Ce qui encourageait l’héritière à se confier. « … Je veux bien croire qu’elle a des soucis – enfin j’estime qu’elle a des soucis vu ses réactions étranges, mais on travaille toutes d’arrache-pied! » … Oui, pour une fois, les problèmes de son amie était enterrés par le mécontentement face à ses déboires. « … On mérite une meilleure Leader que ça. J’veux dire, tu n’as pas eu de chance toi et c’était des soucis de santé… t’étais pas soule en public! » Réalisant qu’elle avait malgré elle touché une corde sensible, elle s’était radoucie, trouvant bien malheureux le fait que le groupe ait mis Mizuki en hiatus un moment, pour cause de santé, et ce, peu importe que ça lui ait bénéficié ou pas. Elle n’avait pas volontairement détrônée leur chanteuse principale… « … Je suis désolée pour ça d’ailleurs. Je ne voulais pas prendre ta place. »
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 19 Nov - 21:40
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" There's nothing chocolate can't cure "
ft. Yurina & Mizuki



Il était vrai que la jeune Mizuki n’était proche d’aucunes des membres de son groupe, après tout, c’était le début, mais bon elle avait remarquée que même Asuka semblait déjà proche de certaines filles. Parfois, elle se demandait ce qui n’allait pas chez elle, mais le caractère de Mizu’ faisait qu’elle n’était pas du genre à aller vers les autres, elle est plutôt solitaire la gosse. Trop solitaire même, elle accorde difficilement sa confiance. Mais cela reste contraignant lorsque tu as un caractère comme celui-là et que l’on t’oblige à vivre avec des filles que tu ne connais ni d’Eve ni d’Adam. Elle avait déjà un peu de mal avec la colocation alors bon si en plus il devait y avoir des tensions ou de l’ignorance cela n’allait certainement pas arranger les choses. Elle tourne la tête vers sa comparse, peut-être aurait-elle dû éviter le sujet des fiançailles voyant que cela peiné la jeune chanteuse. Après tout, c’est normal d’être dans cet état, en plus la presse, c’était fait une joie de retranscrire cela dans l’un de leurs nombreux torchons, mais ce genre de magazine, c’est souvent les gamines de quatorze ans aux hormones assez vifs qui les lisent. Le pire, c’est qu’elles pensent que tout ce qui est mit est la vérité absolue, balaye d'abord ta porte avant d'aller balayer devant celle des autres. « Ils n’avaient tout simplement rien d’autre de plus croustillant à mettre, puis nous sommes encore des rookies. Il nous faut bien un peu de mauvaise pub de ses vautours. » Elle hoche doucement la tête suite à la réponse de sa camarade, après tout oui, cela lui laisser plus de temps libre. La jeune Mizuki but une énième gorgée de sa tasse de chocolat chaud. « Ils ne faut pas que cela nous atteigne de toute manière, on a choisi cette voie. Il faut assumer les embûches que l’on était obligé de rencontrer sur le chemin. La vie n’est pas toute rose. Ca se saurait sinon ...» Dit-elle, la dernière phrase qu’elle avait légèrement marmonner.

Mizuki glissa sa main dans ses cheveux avant de remettre sa frange en place sur son front, après tout si Lala voulait se donner en spectacle ainsi, Mizuki ne voulait même pas imaginer lors des remises de prix ou encore des tapis rouges. Ou même lors de shows télévisés qui était suivi par énormément de personne, pas comme une salle avec juste les personnes de l’agence et quelques journalistes. Si c’est filmé, Mizuki n’ose même pas penser à ce que cela peut donner comme image. Non, il ne faut pas. Elle ne veut pas être ridiculisée à cause d’une personne qui ne sait pas se tenir en public. Elle n’a pas fait tout ce chemin pour rien. « Et encore, même si c’est public, cela reste un cercle plutôt restreint niveau invité. Mais imagine pour les remises de prix. Ce genre d'événement médiatique, attendu pendant des mois par les fans et les journalistes. Filmé, retransmis partout. » Elle se racla la gorge avant de continuer sur sa lancée. « Je ne veux pas avoir une mauvaise publicité à cause d’une personne incontrôlable. »

Elle était contente que Yurina soit sur la même longueur d’onde qu’elle sur cela. Après tout, peut-être qu’en parlant même de toute et de rien, elle pourrait se rapprocher de la brunette. « Il ne faut pas que nos efforts soient vains. » Il était vrai que niveau leader, elles étaient gâtées. Elle ne voulait pas non plus jeter la pierre sur Lala, mais une leader se devait d’être sérieuse et de représenter le groupe au mieux. Après tout, si on demande au groupe de faire un discours, cela sera au leader de le tenir. Mizuki ne voulait même pas imaginer ce moment. Son cerveau fit tilt lorsqu’elle aborde le sujet de son hiatus, la jeune femme ne voulait pas spécialement en parler. Enfin, pas du tout même, mais elle reste tout de même reconnaissante que la petite Yurina lui présente ses excuses bien que cela ne soit pas de sa faute et qu’elle hérite malgré elle d’une place qui avait déjà était occupée. Ce genre de chose n’était jamais simple. « Je ne vais pas mentir, mais sache que je suis assez remontée d’avoir perdue cette place. Cela me reste en travers de la gorge. Je préfère être honnête, histoire d’éviter tout malentendu. Mais ce n’est en aucun cas de ta faute, c’est de la mienne. » Il était vrai que Mizuki se sentait énormément fautive, elle qui avait travaillé d’arrache-pied, qui avait quitter la Corée pour le Japon, qui s'entraîner pendant des heures et des heures, elle s'en voulait terriblement.
 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 26 Nov - 1:29
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" There's nothing chocolate can't cure "
ft. Yurina & Mizuki



Yurina avait hoché la tête sous les explications de sa camarade, elle était bien d’accord, un peu de mauvaise presse ne faisait de mal à personne, elle était à peu près indifférente aux abominations qu’on racontait sur elle et sur les fiançailles dont elle venait de se débarrasser. Mais ça n’était que des ragots à deux balles, pas de quoi ruiner une carrière. Des accusations – fondées – d’alcoolisme dans un lieu publique, ça avait des répercussions beaucoup plus graves que son égo. Prenant une nouvelle gorgée de chocolat chaud – sa technique pour ne pas piquer une de ses colères dont Mizuki n’était pas responsable, elle avait finalement soupiré en ajoutant, amère. « … Oui mais tu sais, il y a une différence entre nous atteindre sentimentalement – ça, on peut décider de l’ignorer, et faire du tords au groupe. Lorsque les potins des pseudo-journalistes deviennent des accusations d’inconduite, c’est tout le groupe qui y passe. » … Et ça, c’était hors de question. Ça faisait des années qu’elle essayait de faire ses preuves, de mériter un peu de reconnaissance… d’échapper à son paternel, personne, pas même sa La La, ne serait autorisée à tout bousiller. Jamais. C’était sa vie qui en dépendait.

Pinçant les lèvres devant les spéculations de sa camarade, elle avait ajouté, d’un ton un peu nerveux, pas trop rassurée à l’idée que le bal ait été privé… il y avait cette rousse, avec son appareil photo, et assurément, elle n’avait pas loupé La La… une belle bêtise avant d’enfoncer sa langue dans la bouche de SON Naoto. Pétasse. « … Plutôt restreint. Tu sais comme moi qu’ils invitent des journalistes à ce genre de truc, petit ou pas... » … le Noise Press était réputé pour ses articles minables… mais elles débutaient à peine… Elle avait soupiré, réalisant une fois de plus que Mizuki n’était pour rien, au mieux, elle comprenait sa frustration. Plus posée, elle avait ajouté, un brin plus calme. « Je suis bien d’accord! On a travaillé trop fort pour ce groupe. Et autant je peux apprécier noter chère Leader sur bien des aspects, si elle coule, c’est toute seule. Que ça soit clair… » … Et si elle osait leur faire honte dans un gala, que dieu la pardonne, elle la passerait pas la fenêtre. Tortillant une mèche de cheveux entre ses doigts, elle finit quand même par être plus raisonnable.

« Oui. Je crois qu’on devrait lui en toucher un mot… le problème, c’est qu’elle ne semble pas vraiment réaliser, ces derniers temps… les conséquences de ses actes. » … Elle était carrément absente dernièrement, un peu cinglée même… ça l’inquiétait. Et Yurina, elle ne faisait pas dans la douceur… Soupirant, elle avait fixé sa vis-à-vis, demandant, ça valait bien la peine. « … T’as l’air plus diplomate que moi… ou en toute franchise, on fait difficilement pire que moi. Je devrais lui en parler seule tu crois? Pour ne pas qu’elle se sente agressée? … C’est que ça concerne aussi toutes les filles quand même... » … Parce que l’engueule à 6 contre une… ça ne le ferait pas. Il fallait trouver une solution.

Et parlant de solution, il fallait aussi qu’elles abordent l’éléphant dans la pièce, le poste que Yurina avait eu, à cause des soucis de sa camarade. Un sourire franc avait étiré ses lèvres, elle appréciait sa franchise. Décidée à lui offrir le même respect, elle avait débuté un : « Je comprends. Et si on doit y aller franchement, je n’ai pas non plus refusé l’opportunité quand elle m’a été offerte, pas plus que je ne vais me désister maintenant que tu es de retour. J’ai bossé fort moi aussi. » que ça soit clair. Elle avait ensuite pris un air plus doux, satisfaite que tout soit dit. « Sauf que ce « rôle » ne vaut rien si le groupe est un échec. Alors plutôt que d’investir de l’énergie sur une rivalité, on devrait travailler ensemble. » Elle lui avait même tendu la main, en signe de paix. À l’américaine? C’est ce que son mentor Gabichet proposait. « Sans rancune? » Elle lui avait tendu la main, un sourire très doux aux lèvres, pour une des rares fois, elle était sincère. Enfin sincère… tant que les rumeurs merdiques qui circulaient à propos de sa collègue et de son cabot des F!GHTERS étaient fausses. Parce que si sa vis-à-vis avait ne serait-ce que regardé un peu trop longtemps son esclave personnel, elle la décapitait sur place, drapeau blanc ou pas. Naoto était sa possession.
[/color]»

    
 
There's nothing chocolate can't cure ft. Mizuki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» ciné cure rare du vieil acteur
» Fan de Depeche mode,The cure,U2 etc..c'est ici
» [Figurine] HeartCatch Pretty Cure
» Chopper CHOCOLATE
» [Poupée] Simply Vanilla and Simply Chocolate Octobre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-