We've got a flame that will last forever, together you and I • | Ft. Kanna ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

     Jeu 16 Nov - 11:05

   
We've got a flame that will last forever, together you and i
Kanna & Jae Hwa ♥

Du mieux qu’il l’avait pu, Jae Hwa avait repris le cours de sa vie en tentant de ne pas prêter attention à la maison d’en face. Est-ce que ça lui avait été compliqué ? Evidemment. Et à chaque fois il avait envie de se donner des claques intérieurement tant c’était puéril et complètement stupide de s’emballer autant pour une simple femme. Lui qui ne s’attachait à personne, lui qui ne ressentait rien pour personne, il se retrouvait tourmenter à cause d’une seule et même fille. Est-ce que Kanna allait bien ? N’avait-elle pas été encore cambriolé ? Est-ce qu’elle s’en remettait ? Parvenait-elle à l’oublier ou comme lui, elle y pensait un peu trop au point de tout remettre en question ? Pas une seule fois cependant ça ne l’avait encouragé à faire marche arrière, à retirer ses mots puis l’inviter dans son existence. Il était convaincu que c’en était hors de question. Parce que quoi qu’il arrive sa voisine ne ferait que souffrir et qu’il l’entraînerait dans une situation qu’il ne voulait pas. Il ne souhaitait pas non plus qu’elle découvre l’homme qu’il était réellement, qu’elle sache qu’il n’était pas aussi gentil, aussi vulnérable et peureux que ce qu’il lui avait laissé croire. Ne serait-elle pas déçu ? Qui voudrait d’un homme aussi horrible dans son existence ? De toute façon, il avait un objectif à atteindre, un objectif qu’elle lui faisait oublier à chaque fois qu’ils étaient tous les deux et ça n’avait pas lieu d’être. Jae Hwa n’avait toujours vécu que pour sa vengeance. Il avait souffert pour en arriver là puis quoi qu’il arrive, son père devait en payer le prix. C’était comme ça. Il ne pouvait pas laisser une femme détruire tout cela... Les premiers jours avaient été compliqué cependant ils s’étaient vite repris, essayant de ne pas s’attarder sur des futilités et reprendre ce rôle qu’il jouait si merveilleusement bien afin d’obtenir des informations. Il s’était coupé du monde, il avait remis ses barrières qu’il portait toujours et ne pensait plus à cette jeune femme qui le perturbait plus qu’il ne l’avouait. Parce que même si chaque jour, il était bien trop occupé pour songer à elle, cela ne l’empêchait pas d’avoir rapidement son attention détourné lorsque ça la concernait. Il n’y avait pas eu une fois où en rentrant à la maison, il ne s’était pas arrêté un instant pour jeter un coup d’oeil à celle d’en face. C’était bref, cela ne durait que quelques secondes tout au plus cependant c’était suffisant pour perturber ses pensées et torturer son coeur. Il ne comprenait pas quel étrange sort cette jeune femme lui avait lancé néanmoins c’était difficile de la sortir de son esprit ni de ne pas s’en faire à son égard. Elle était tellement différente des autres filles, elle était si unique et si fragile. Probablement naïve aussi. N’importe qui pourrait profiter de sa bonté et s’il n’en avait jamais rien montré, ça n’avait eu de cesse de le contrarier. Sauf qu’avant de le rencontrer, Kanna s’était toujours très bien débrouillé sans lui. Pourquoi cela serait-ce différent à présent ? Une question qui l’avait motivé à arrêter de se prendre la tête, de douter, puis de constamment trouver un moyen qui la ramenait à elle.

Peut-être n’aurait-il pas du baisser sa garde. Peut-être que s’il se tourmentait autant, ce n’était pas pour rien mais que ça avait été signe d’un mauvais présage. Il aurait du savoir, il aurait du comprendre que tout ce qui se passait dernièrement n’était pas normal. Il aurait du faire le rapprochement, lui qui était si intelligent, se dire que si sa voisine s’était fait cambriolée, c’était pour une raison bien précise. Après tout, pourquoi cela était-il arrivé maintenant et jamais autrefois ? Pourquoi sa maison à elle et pas la sienne ? Des questions qu’il ne s’était jamais posé jusque là et qu’il aurait encore plus du s’interroger lorsque plusieurs jours auparavant, il avait remarqué ces garçons louches qui traînaient dans le quartier. A cet instant précis, non, tel un idiot, il n’y avait absolument pas songé... Ils ne s’étaient pas arrêtés, ils n’avaient pas séjourné près de leurs logements, comment le photographe aurait-il pu se dire que c’était à cause de mauvaises intentions et qu’ils étaient certainement venus en repérage. Encore une fois.

Et ce soir-là, lorsqu’il était rentré du travail, son sang n’avait fait qu’un tour face à la scène qui s’était déroulé devant ses yeux. Trois hommes, une femme, et pas n’importe laquelle. Son état était lamentable, ses cheveux ébouriffés, son visage quelque peu abîmé et les bouts de ses vêtements très certainement arrachés. C’était loin, il ne pouvait pas voir correctement, juste assez pour discerner ce qu’il se passait. Ces vauriens se prenaient à beaucoup plus faibles qu’eux pour une raison dont il ignorait l’identité. Il s’en prenait à une femme qui ne demandait qu’à vivre convenablement. Une femme qu’il ne fallait à tout prix à toucher si on ne désirait pas se voir mourir dans un coin de la capitale.

Jae Hwa n’avait pas cherché à comprendre. Il n’avait pas non plus cherché à porter ce masque qu’il avait porté jusqu’ici pour la motiver à sortir de sa vie. Il était beaucoup trop inquiet, et furieux, pour songer à cela. Il n’était plus en condition de réfléchir. Tout ce qu’il avait fait était de courir vers ses vauriens et les obliger à lâcher sa voisine avant de la placer derrière lui. Il les entendait baragouiner des injures à son égard, lui demandant qui il était, de quoi il se mêlait, qu’ils avaient des affaires à régler cependant il n’accorda aucune attention à leur rétorque. Tout ce qu’il fit fut de porter la jeune femme puis la déposer un peu plus loin afin d’avoir plus d’espace pour se battre et s’assurer qu’elle ne soit pas plus blessé qu’il ne l’était déjà. Peu importait qu’elle soit surprise de découvrir ô combien le photographe était courageux en réalité, et très fort, au vue de ses connaissances en art martiaux. L’unique chose à laquelle le garçon songeait en cet instant était sa sécurité. Et non, il n’avait pas peur d’être seul contre trois. Il avait connu tellement pire.
S’ils tentaient d’approcher Kanna pour l’agresser ou pire encore pour l’emmener avec eux, lui ripostait, se plaçant devant elle afin de la protéger et n’hésitait pas à donner des coups de pieds ou utiliser ses mains. Autant son attaque que sa défense était parfaite. Il n’était pas invincible, lui aussi avait été touché néanmoins comparé à la jeune femme, ses blessures étaient infimes.

Il ne savait pas pendant combien de temps il avait du se battre avec ses hommes cependant par résignation sûrement, à moins que ça ne soit la lueur effrayante dans les yeux du photographe, ils avaient fini par s’enfuir. Jae Hwa essuya aussitôt le sang qui s’écoulait de sa lèvre d’un revers de bras avant de se précipiter vers la demoiselle qu’il avait assis sur la marche du trottoir, l’inquiétude brillant dans ses iris. Chaque geste avait été machinal et ses phalanges s’étaient naturellement saisi de son visage pour l’observer de plus près et de la contempler avec ce regard anxieux et affligé.

- Mais qu’est-ce qu’ils t’ont fait... Parla-t-il plus pour lui-même que pour elle en vérité.

Son pouce lui choyait doucereusement la joue tandis qu’il la détaillait avec précaution, notant chacune de ses blessures et s’il était tracassé, s’il ne supportait pas de la voir dans cet état, il n’était pas capable d’éteindre cette fureur qu’il éprouvait au plus profond de son esprit. Ils avaient osé la toucher. Eux aussi, ils le paieraient. Ils se promettaient de les retrouver et leur faire regretter leurs actes. Il les haïssait, il les maudissait et bon sang... Pourquoi elle ?
Dans le plus grande des douceurs, il se saisit de ses bras, un par un, regardant chacune de ses plaies avant de lui demander d’un ton pressé, particulièrement inquiet, s’ils avaient osé la toucher plus que ce qu’il voyait devant lui. C’est à dire, sexuellement parlant... Et si Kanna lui répondait que oui, il les tuerait. Sincèrement, il les tuerait.

En cet instant précis, Jae Hwa n’était plus en mesure de songer rationnellement... Il était évident qu’il ne pouvait pas la laisser seul à présent, lui-même ne cesserait de se ronger les sangs d’angoisse s’il la confiait à quelqu’un d’autre, s’il n’était pas capable de s’assurer de sa sécurité de ses propres yeux. Le pourquoi, sans se justifier, il n’avait pas hésité à la porter telle une princesse et l’emmener dans sa propre maison. Cet endroit dans lequel il n’emmenait jamais personne habituellement... Mais là, il refusait catégoriquement de l’abandonner puis il devait agir vite, il n’avait pas le temps de peser le pour et le contre. Il ne prit même pas la peine de se déchausser qu’il se dirigea directement dans le salon où il la déposa sur le canapé avant de lui clamer qu’il revenait. Ce qu’il fit quelques minutes plus tard avec une trousse de secours entre les mains... Il ne parvenait pas à détacher son regard inquiet de la jeune femme, encore moins lorsqu’il s’installa sur la petite table en face d’elle et qu’en silence, il commença à panser chacune de ses plaies. Bordel. Pourquoi n’avait-il rien remarqué ?
   
Invité
avatar

     Sam 18 Nov - 0:17

   
We've got a flame that will last forever, together you and i
Kanna & Jae Hwa ♥

Juillet 2017

Oui, dans le fond, elle pouvait nier l’évidence, elle le savait que c’était un peu triste aujourd’hui. Sa vie. Mais parce qu’elle l’avait toujours été, elle s’efforçait de se dire que ce n’était pas si grave. Il n’y avait pas de voisin avant, il n’y en avait plus maintenant, c’était tout. Ce n’était pas si compliqué à accepter. Des jolis rêves, elle avait assez d’imagination pour en faire. Elle s’en trouverait un autre. Oui. Un bien faux, bien irréel, un sans danger.
C’était le genre de phrases idiotes qu’elle se répétait régulièrement pour se secouer. Que ça marche ou non, elle n’avait pas tellement le choix.
Se lever. Ecrire. Penser à manger un truc, boire aussi. Penser à donner signes de vie aux personnes qui s’inquiéteraient pour elle si elle ne le faisait pas. Mais surtout, se couper dans son monde et essayer d’être productive. Si elle prenait en plus trop de retard dans son travail, c’était le début de la fin, ou la fin de la fin. Un programme pas très passionnant pour certains mais qui était fait pour elle dans le fond. Et puis, elle était bien avec les personnages de son histoire. Eux ne la trouvaient pas idiote. Même si elle l’était un peu… beaucoup… elle était probablement plus majoritairement folle.
Il y avait eu des jours où elle s’était retrouvée à ne rien faire du tout. Des jours où, sa télécommande en main, elle avait préféré faire un remix de walking dead.
Et il y avait avait aussi des jours où elle parvenait à se persuader qu’elle n’avait pas lancé un seul regard en face, sur la maison du voisin. Oui, elle était en progrès. Et elle ferait encore mieux demain….
Après tout, c’était vrai, qu’ils n’étaient rien à deux.
Lui, il était le voisin au coca.
Elle, elle n’était que la voisine étrange et allumée.

C’était très bien. Tout ce qu’elle demandait dans le fond, c’était de pouvoir rester tranquille dans son coin. Elle n’avait jamais demandé plus que ça. Elle n’en n’avait pas besoin. Et si elle tentait à présent de se persuader qu’elle n’en souhaitait pas plus. Si elle n’espérait pas au-delà d’une petite bulle fermée remplie de magie surréaliste.
Elle n’avait pas oublié. Parfois, malgré tous vos efforts, votre monde si doux était glacé par l’obscurité. Ce soir là, quand elle était rentrée chez elle, décidée à manger un plat à emporter devant un film avant de voir si une productivité nocturne était possible, elle n’avait rien vu. Elle ne s’était pas méfiée une seule seconde. Il avait fallu qu’elle referme la porte derrière elle, qu’elle allume la lumière et qu’elle fasse quelques pas dans sa maison. Jusqu’à ce salon où elle les avait trouvé installé là.

« Bonsoir Kanna. » sur le sol, le sac en plastique qui contenait son plat à emporter acheté plus tôt était retombé. Et si elle s’était fait la réflexion que l’un d’entre eux lui était bien familier, elle n’avait pas eu le temps de faire grand chose. Son regard s’était à peine tourné vers la porte, son pied ne s’était engagé que d’un pas que déjà elle avait senti qu’on la tirait par les cheveux pour la forcer à s’asseoir sur le canapé. La “conversation” n’avait duré qu’un temps relativement court. Des dettes, quelque chose qu’on leur avait volé, des réclamations qui s’étaient faites de plus en plus virulentes. Est-ce qu’elle avait parlé ou est-ce qu’elle avait simplement secoué la tête comme une idiote ? Il lui semblait bien avoir supplié. Et puis, ça n’avait plus été que des larmes.
Déconnecté dans cette violence. Tout était devenu à la fois flou et trop précis.
Avoir mal à un endroit n’avait plus été si important quand elle redoutait le coup suivant. Encore moins quand elle avait compris qu’elle ne vivait que les prémices et qu’ils songeaient à pire.

Lorsqu’elle s’était faite entraînée dehors, elle avait bien tenté de se débattre. Oui, même si dans le fond, elle savait que c’était inutile.
« Jae Hwa... » c’était peut-être le premier mot qu’elle prononçait depuis de longues minutes. Pourtant, elle n’avait pas eu l’air de réaliser tout à fait. Comme si sa présence était impossible. Ce n’était que le fruit de son imagination. Lui, il ne pouvait pas être là. Est-ce qu’elle était stupide au point d’imaginer son sauvetage pour ne pas voir la suite ?
Sans doute. Oui, c’était probablement ça. Hébété, tremblante, elle avait relevé les yeux vers son voisin et son coeur s’était serré douloureusement lorsqu’elle avait compris. C’était le fruit de son imagination. Il n’était pas là. Elle, elle était avec eux. Peut-être déjà dans leur voiture ou ailleurs. Elle hallucinait…. Il était impossible que ce soit son voisin maintenant. Quand on l’avait cambriolé, il avait beau l’avoir bien aidé, ce n’était pas l’homme qu’elle voyait maintenant.
Alors, elle allait finir par se réveiller. Elle allait finir par ouvrir les yeux sur un cauchemar plus terrible que celui qu’elle venait de quitter. Elle ne voulait pas. De cette réalité, elle n’en voulait pas. Ses mains s’étaient posées sur ses yeux et comme une enfant, elle s’était bercée d’avant en arrière.

Jusqu’à ce sursaut pour accueillir un contact. Pourtant, si elle avait senti que retrouver la vue la ramènerait dans cette réalité qu’elle ne voulait pas voir, ses mains avaient glissé de son visage pour retrouver la même hallucination. Perdue, ailleurs, ou en état de choc, elle n’avait pu empêcher son corps de trembler.
Ce n’est pas réel
Ce n’était pas grave. Il valait mieux ça. Oui…
Elle ne l’avait pas quitté des yeux. Ses lèvres, elle les avait bien vues bouger. Mais aucun mot n’avait franchi les siennes. Il y avait eu cette question. Mais elle n’avait manifesté aucun signe de compréhension. Qu’est-ce qu’elle aurait pu dire de toute manière ? Qu’Ils avaient essayé ? Que Peut-être qu’ils étaient en train maintenant et qu’elle préférait s’enfermer dans son monde le temps que ça se termine enfin ?
Illusion ou non, sa main s’était pressée sur une épaule quand ses pieds avaient quitté le sol. Elle n’avait pas protesté. Mais quand elle s’était retrouvée sur ce canapé, ses yeux avaient noté du sang sur un vêtement avant de se baisser vers sa main. Ce n’était que là qu’elle avait noté cette coupure. Pas si profonde. Les griffures, en nombre. Les bleus qu’on ne voyait pas encore.
L’intérieur inconnu, elle ne l’avait pas détaillé. Inutile, elle avait regardé ses mains tremblantes et sa tête s’était mise à lui tourner tandis qu’elle souhaitait bêtement que l’illusion dure et se fasse plus forte.
Et puis, il était revenu lui. Son regard s’était porté vers le bas, ses jambes avaient battu une mesure nerveuse et elle s’était murée dans le silence jusqu’à ce que d’un souffle pénible elle n’avoue la vérité « Je le sais... » se mordant la lèvre, elle avait ajouté cette vérité qu’elle ne voulait pas retrouver « … tu n’es pas là... » elle se l’imaginait, c’était tout elle… « … c’est pas grave… maintenant… si je suis folle... » oui… pour une fois, ça l’arrangeait bien.


   
Invité
avatar

     Sam 18 Nov - 1:33

   
We've got a flame that will last forever, together you and i
Kanna & Jae Hwa ♥

Non, pas une seconde, Jae Hwa n’avait cherché à réfléchir. Avait-il ne serait-ce que le temps pour ça ? Puis, qui serait-il s’il laissait sa voisine en détresse sous prétexte qu’il ne pouvait pas interpréter un tel rôle devant elle ? Son sang n’avait fait qu’un tour lorsqu’il avait vu ses hommes s’en prendre à elle. Il était si furieux que s’il ne s’était pas retenu, il aurait certainement pu les tuer. Voilà quel genre d’individu ce garçon était en réalité. Il n’avait peur de rien. La prison n’était pas ce qui l’angoissait le plus... Il avait vécu des années enfermées et de toute façon, être derrière les barreaux, il avait connu ça aussi. Si cela signifiait mettre Kanna en sécurité, le photographe n’aurait pas hésité. Sauf qu’il ne connaissait rien de l’histoire, il ignorait ce que lui voulait ses agresseurs et il refusait catégoriquement de l’abandonner dans une telle situation. Hors, cela n’empêchait pas qu’il s’était promis de faire payer à ces imbéciles le mal qu’ils venaient de causer. Comment osait-il s’en prendre à une personne sans défense ? Kanna était merveilleuse, un peu décalée et dans son monde néanmoins elle ne ressemblait pas à quelqu’un qui ferait du mal à qui que ce soit. Peut-être était-ce lui qui était trop naïf, qui de part son attachement était aveuglée et que cette demoiselle jouait un personnage, tout comme lui, cependant Jae Hwa avait toujours refusé de penser de cette façon là. Elle était la première en qui il ressentait quelque chose, en qui il avait envie de croire et son jeu d’acteur serait trop parfait si en réalité, elle était une toute autre personne. Puis, elle n’aurait pas été là, complètement tétanisé à cause des coups qu’on lui infligeait. Rien que de l’observer dans de telles conditions, c’était difficile pour le jeune homme de contrôler toute cette haine qui fulminait en lui. Il les haïssait, il les maudissait et ces derniers avaient de la chance de s’être enfui sinon il ignorait ce qu’il aurait pu faire.

Cependant tout ceci n’avait pas d’importance à l’heure actuelle. La sécurité et le confort de sa voisine l’était bien plus. Le pourquoi là non plus, le photographe n’avait pas hésité à la guider dans sa maison puis l’installer délicatement sur son canapé. Son regard n’avait cessé de la détailler discrètement, une inquiétude immense brillant dans ses pupilles alors qu’il était revenu s’assoir devant elle afin de soigner avec douceur et attention les plaies qui marquaient sur sa figure. Et ses prunelles s’étaient machinalement redressées lorsque sa vis-à-vis repris la parole, l’obligeant à la contempler avec incompréhension, un peu choqué aussi. Mais, qu’est-ce qu’elle racontait ? Ses doigts tenant le coton s’étaient arrêtés dans leur élan, trop étonné qu’elle en vienne à songer ainsi. Est-ce qu’on lui avait donné un coup trop fort sur la tête ou bien était-ce elle qui de plus bel s’était perdue dans son propre monde au point de ne pas se rendre compte de la réalité ? Après ce qui leur était arrivé, ce n’était pas si surprenant qu’elle pense de cette manière, encore moins avec un Jae Hwa qui était bien plus courageux que ce qu’il lui avait montré l’autre jour.

Un faible sourire, triste, inquiet également, étira ses lèvres avant qu’il ne pose ce qu’il tenait entre les mains sur la table et qu’il ne secoue doucement sa tête. Dans la plus grande des tendresses et avec précaution, ne souhaitant pas lui faire mal, ses bras s’étaient entourés autour de ses épaules, ses phalanges s’agrippant légèrement au bord de ses manches tandis qu’il la forçait à se blottir un peu plus contre lui.

- Je suis là,
Lui souffla le garçon, remontant ses doigts jusqu’à l’arrière de ses cheveux qu’ils choyèrent avec douceur, Je suis vraiment là. Tu es chez moi, et ils ne te toucheront plus.

Plus jamais. Il la protègerait. Peu importait s’il n’avait pas d’autres choix que de dévoiler un peu de sa véritable personnalité, il refusait de prendre le risque de la laisser seule puis de la perdre pour toujours.
Ce n’était qu’après quelques minutes qu’il se motiva à se reculer de quelques centimètres, lui embrassant suavement le front avant de reprendre là où il s’était arrêté plusieurs instants plus tôt. Il désinfecta les blessures sur sa figure, collant un pansement discret au bord de sa bouche, s’attardant ensuite à celles présentes sur sa main.

- Tu peux te déshabiller ? Lui demanda-t-il ensuite d’un ton qui s’avérait terriblement doux, toute son attention se reflétait dans sa voix mais aussi dans chaque geste qu’il effectuait. Elle était comme ce bijou fragile qui s’il y allait trop brusquement, il se briserait, Pour que je puisse voir et te soigner... S’il te plaît.

Certes, il aurait pu le faire de lui-même sans se tracasser de ce que la jeune femme en songeait, ce n’était pas comme s’il ne l’avait jamais vu nu de toute façon, néanmoins il ignorait tout ce qu’ils avaient pu lui faire ni à quel point elle était traumatisée. Voilà pourquoi Jae Hwa préférait faire preuve de tact et s’assurer qu’aucune ne ses initiatives ne la rendaient plus malheureuse qu’elle ne l’était déjà.

   
Invité
avatar

     Dim 19 Nov - 11:25

   
We've got a flame that will last forever, together you and i
Kanna & Jae Hwa ♥

Dans le fond, ses parents avaient probablement raison. Dans sa tête, ça ne tournait pas rond. ça n’avait jamais tourné rond. Ne pas être comme les autres était une chose. Dérailler comme ça quand rien n’allait en était une autre. Si normalement, elle aurait pu concentrer ses pensées sur un stupide reportage… ici, elle n’avait fait que penser quelques secondes qu’elle était un cas désespéré. Halluciner Jae Hwa, le temps que ça se termine….
Kanna, tant qu’à renier la réalité, essaie au moins de le faire avec quelqu’un qui ne te traite pas d’imbécile. Peut-être que ton mensonge aura l’air un peu plus crédible. Retire lui un peu de compétences de kung-fu aussi au passage. Elle lui avait déjà donné pas mal de rôles dans ses rêveries mais, Bruce Lee ?
Dans le fond, ça n’avait pas vraiment d’importance. Son cerveau déraillait seul et quelque part, elle lui en était reconnaissante. Tout ce qu’elle avait à faire, c’était essayer de se mentir un peu plus en attendant que tout soit terminé.
Ensuite… ensuite, quand elle reviendrait à la réalité.
… est-ce qu’elle aurait assez de forces pour se trouver un nouveau rêve le temps que ça aille mieux ? Fermer les portes de sa maison, se barricader et essayer de retrouver une bulle que la réalité venait d’éclater.
ça semblait être un bon plan. Du moins un plan typiquement Kanna.
… elle avait toujours été si doué pour ça… s’enfermer dans sa tête…
Sans Hayato, aujourd’hui… elle n’aurait vécu sa vie que de cette manière, dans une illusion, entièrement coupée du monde…
Mais finalement… sortir… il lui arrivait de le penser parfois, elle avait commis une erreur….

Oui, quand elle se reveillait parfois dans cette chambre d’hôpital aux murs d’un blanc immaculé si triste, elle angoissait… elle faisait tout pour retrouver ses rêves, pensant que, peut-être un jour elle sortirait… ou elle parviendrait à s’endormir mieux au point de ne pas retrouver les cauchemars…. Finalement, virer folle, c’était une solution douce que les gens n’envisageaient que trop peu.
Aujourd’hui, si elle avait pris la décision de s’enfermer au monde et de vivre entièrement dans le sien… elle n’en serait pas là.
Elle n’en serait pas là à sursauter parce qu’une illusion la prenait dans ses bras et que… oui, ça avait presque l’air réel


« Mais… tu ne peux pas... » être là… non, il ne le pouvait pas…
Pourtant, ses mains qui s’étaient serrées avec hésitation sur son haut, au niveau de ses hanches, elle n’avait pas semblé le faire sur une illusion. Ses bras qui la retenaient semblaient être tout aussi réel. Et… elle avait bien l’impression que c’était son parfum qu’elle sentait maintenant. Est-ce qu’elle était aussi douée que ça pour partir dans son monde ? Rendre les choses réels à ce point ….
Ses mains s’étaient serrées un peu plus. Elle s’était dit, une nouvelle fois, que ça n’avait pas d’importance et elle n’avait pas protesté.
Qu’elle soit dans ce cauchemar et s’imagine dans un rêve pour le supporter… c’était toujours mieux que de devoir subir chaque seconde, affronter chaque douleur.

Pourtant, si c’était réellement un rêve, est-ce que Jae Hwa se serait reculé maintenant. Est-ce qu’il serait en train de soigner ses blessures ? N’aurait-elle pas dû rêver à quelque chose de plus rose ?
Sans doute… il n’aurait pas eu besoin de lui demander de retirer ses habits pour pouvoir la soigner ailleurs.
…. elle était vraiment là ?
Jae Hwa était venu la sauver… pour de vrai ?
….
La confusion n’avait pas eu sa place… la gêne avait pris le dessus quand elle avait hoché timidement la tête, s’exécutant ensuite à retirer son haut sans pouvoir contenir une grimace en le relevant avant de le déposer sur le canapé.

Oui… il l’avait déjà vu nue, ce n’était rien. Mais l’avait-il déjà vu aussi misérable que maintenant ?
Fixant le sol, sa main avait rapidement et inutilement balayé ses joues de larmes qu’elle ne sentait pas couler. Faiblement, de manière presque inaudible, elle avait demandé comme une enfant docile « Est-ce que je dois aussi retirer… le bas ? » et si un bruit de portière dans la rue l’avait fait bêtement sursauter, elle s’en était étrangement excusée dans un « Pardon... » peut-être que rien n’était réel depuis le début.
ça aurait été mieux, si elle dormait maintenant. Si elle avait commencé un cauchemar qui s’était adouci à présent. C’est vrai, ce n’était pas celui qu’elle faisait tout le temps et qui la privait bien trop souvent de sommeil mais… elle n’était pas douée avec les réalités, elle n’était pas douée pour réagir correctement aux épreuves… essayer maintenant, de toute manière, elle n’en n’avait même pas la capacité.

   
Invité
avatar

     Dim 26 Nov - 11:22

   
We've got a flame that will last forever, together you and i
Kanna & Jae Hwa ♥

Oui, c’était la première fois qu’il la voyait aussi misérable néanmoins jamais, pas même une seconde Jae Hwa ne lui en tiendrait en rigueur. Il préférait être celui devant qui elle se montrait dans un état aussi lamentable que capturé par des hommes dont dieu seul savait ce qu’ils auraient pu lui faire. Et il s’en voulait stupidement de n’avoir rien remarqué, de ne pas avoir plus réfléchi et fait le rapprochement ces derniers jours. Lui qui était si intelligent n’aurait-il pas du le voir. Quel imbécile ! Il avait installé des distances entre eux pour la protéger, pour qu’elle ne soit pas la cible de certaines de ses mauvaises fréquentations toutefois elle se retrouvait blessée aujourd’hui pour une raison dont il ignorait l’existence. Peut-être changerait-il d’avis plus tard cependant il en doutait... Il refusait de la quitter à présent. Il refusait de la laisser seule, de disparaître de sa vie alors qu’il y avait des hommes assez fou pour s’en prendre à elle. Tout ce que lui avait souhaité jusque là était qu’elle l’oublie, qu’elle soit heureuse autre part et qu’elle soit en sécurité. Mais, seule dans cette maison d’en face, Kanna l’était-elle vraiment ? Ces vauriens pourraient revenir d’une minute à l’autre et il refusait de rentrer un soir pour qu’on lui apprenne que le corps de sa voisine avait été retrouvé dans le fleuve Sumida. Hors de question. Pour une fois qu’il s’attachait à quelqu’un. Pour une fois qu’une personne réussissait à toucher son coeur au point de le rendre aussi vulnérable, il ne supportait pas cette idée de la perdre pour toujours. Qu’elle fasse sa vie ailleurs était différent que la savoir disparu de ce monde à jamais. C’était vrai qu’il avait été idiot en révélant sa véritable personnalité, en combattant ces agresseurs et utilisant ses techniques d’art martiaux qu’il maîtrisait mieux que personne seulement qu’aurait-il du faire ? Il n’avait pas réfléchi, il n’avait pas le temps pour cela et il s’était retrouvé si furieux que la protéger était devenu sa priorité. En toute honnêteté, si Kanna n’avait pas été là, il n’aurait pas pu se contrôler... Il se connaissait assez. Il aurait tellement pu les tuer... Rien qu’à l’idée de penser qu’ils l’avaient peut-être touché, ça le rendait fou de rage... Cependant ses tourments à lui, on s’en fichait pour l’instant, simplement que c’était difficile de rester de marbre lorsqu’il observait l’état de sa vis-à-vis et qu’il ignorait comment faire pour qu’elle réalise qu’elle était vraiment sorti d’affaire, qu’elle était en sécurité ici et que lui ne lui ferait jamais aucun mal.

Lorsqu’elle retira son haut, le photographe fut rassuré qu’elle ne se soit pas braqué à l’idée de le faire néanmoins son coeur manqua un battement malgré tout à la vue des blessures présentes sur sa peau. Bon sang... Mais quel être ignoble pouvait-il osé infliger autant de souffrance à une seule et même personne ? Lui ne supportait pas ça. Il détestait ça. Il n’avait pas de réponse à sa question cependant tout ce qu’il savait était que malheureusement sur Terre, des hommes ignobles il n’y en avait pas qu’un. Son propre père en faisait partie.

Ses lèvres s’entrouvrirent, prête à lui répondre, cependant elle se fermèrent aussitôt en la voyant sursauter. Un triste sourire vint décorer sa bouche alors que naturellement, comme pour la rassurer, comme pour tenter de lui faire comprendre qu’il était vraiment là, il avait posé la paume de sa main doucereusement contre sa joue, la lui choyant dans la plus profonde des tendresses à l’aide de son pouce.

- Ce n’est pas grave, Lui déclara le garçon d’une voix basse et tout aussi douce que les gestes qu’il lui offrait, Je suis là. Je te promets qu’il ne t’arrivera rien ici. Personne ne te fera du mal.

Après quelques minutes, il retira ses doigts de sa joue, lui demandant gentiment de s’allonger avant de commencer à la soigner en silence. Il n’était pas médecin hors il avait l’habitude... Il ne comptait plus le nombre de fois où il s’était retrouvé blessé par le passé et qu’il avait du panser ses plaies de lui-même. Lorsqu’il eut terminé, il s’était redressé pour s’enfuir dans sa chambre et revenir avec l’un de ses tee-shirt qu’il enfila directement sur ses épaules.

- Est-ce que tu es blessé autre part ? Tu veux aller te reposer dans ma chambre ?

Elle en avait sérieusement besoin et qu’elle ne s’inquiète pas, il ne la lâcherait pas. Il ne la lâcherait plus.


   
Invité
avatar

     Dim 10 Déc - 18:37

   
We've got a flame that will last forever, together you and i
Kanna & Jae Hwa ♥

Cette main à nouveau sur sa peau lui avait fait relever un regard confus sur Jae Hwa. Et si elle ne semblait toujours pas comprendre malgré ses paroles rassurantes, d’autres questions étaient bien passées dans ses yeux. Est-ce qu’il était là parce qu’elle était trop stupide pour l’oublier ?
Ou est-ce qu’il était réellement là ?
Pourquoi c’était lui ?
… est-ce que c’était vraiment important maintenant ?
Probablement que non.
ça ne l’était pas… parce que tout ça, ça ne devait être que son cerveau détraqué qui cherchait à voyager dans un endroit plus rassurant. Et parce qu’elle était toujours aussi stupide que la dernière fois qu’ils s’étaient vus, elle avait donné à Jae Hwa le rôle du héros. Il avait beau probablement la détester en réalité, son imagination choisissait de l’ignorer désormais.
Pourtant, tandis qu’elle se faisait la réflexion, elle n’avait pu s’empêcher de rajouter à la confusion en songeant que cette main… elle semblait bien se trouver sur sa joue à présent.

La rêverie, elle y était habituée, et ce n’était pas comme ça. Si elle adorait ça malgré le manque de réalisme, elle ne pouvait s’empêcher de songer maintenant que ça aurait dû avoir l’air moins vrai.
Le regard troublé, elle l’avait dévisagé, lui qui lui faisait cette promesse étrange… « Même pas toi… ? » … à laquelle elle avait répondu de manière si injuste. Si tout était vrai, ne venait-il pas de la sauver ?
… si tout était vrai… il n’allait pas se remettre à lui dire des choses comme l’autre jour ?
Intérieurement, malgré le manque d’importance de ce souhait face à sa situation, elle avait espéré que les mots de son voisin ne se mettent pas à se rapprocher de ceux qu’il avait prononcé la dernière fois qu’ils s’étaient vus.
Parce que, s’il continuait redevenir ce Jae Hwa là, elle aimait autant partir ailleurs dans sa tête. Dans un endroit encore moins réel… se couper un peu plus de la réalité jusqu’à croire qu’il ne s’était rien passé ce soir.

Retrouver ses personnages ou un autre monde, qu’importe.
Qu’importe aussi si dans le fond, elle se disait souvent qu’un jour, elle n’aurait plus envie d’en revenir. Quand elle voyait à quel point la réalité pouvait être sombre, on ne lui en voudrait pas trop ? Elle n’était pas faite pour être ici… elle était faite pour se mentir et avoir une vie bien loin de la réalité. Une vie où on ne risquait pas d’être blessée. Elle n’était pas assez forte pour tout ça. Et si elle en avait pleinement pris conscience quelques années en arrière, à la mort de son frère, elle l’avait dans le fond toujours un peu su.

S’allongeant, sans discuter ou ajouter quoique ce soit, elle avait fixé le plafond d’un regard troublé. De longues secondes avec seulement sa respiration pour donner signe de vie. Et puis, ses yeux étaient revenus à sa source d’incompréhension et elle avait fixé Jae Hwa sans prononcer un seul mot. Les mêmes questions dans ses pensées, les mêmes incompréhensions, et le souhait stupide qu’il soit réellement là. Quelques secondes de plus et sans doute que sa main se serait tendue pour s’en assurer mais il était parti et ses yeux l’avaient suivi avec inquiétude peu de temps avant qu’elle ne se redresse trop brusquement.
Une grimace sur ses traits n’avait fermé ses yeux qu’un court instant avant qu’ils ne retrouvent la direction dans laquelle son voisin était parti.
Bêtement, sa bouche s’était ouverte mais aucun son n’en n’était sorti avant qu’il ne revienne. Tout aussi stupide, elle l’avait suivi du regard, masqué un court instant par un t-shirt qu’elle s’était laissée mettre, docile.

Prouvant au moins qu’elle était bien là, sa tête s’était secouée pour répondre à sa question sans d’abord préciser laquelle. Mais des yeux davantage embrumés et une tête qui avait exécuté le même mouvement avaient retiré toute confusion avant qu’elle ne fixe le sol pour avouer « Non… je ne veux pas… rester toute seule... » elle était une grande fille, oui… on pourrait lui dire… mais ça n’aurait pas changé la suite et elle aurait tout de même imploré d’un pitoyable « S’il te plait... » ses yeux auraient menacé de la même manière de verser des larmes, et elle se serait tout autant mordue les lèvres pour retenir l’inévitable.
Parce qu’elle en était convaincue… si par chance elle s’endormait, ce ne serait que des cauchemars. Et si, au contraire, elle avait la chance de rester éveillée, la réalité viendrait se répéter en boucle dans ses pensées.


   

    
 
We've got a flame that will last forever, together you and I • | Ft. Kanna ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» We've got a flame that will last forever, together you and I • | Ft. Kanna ♥
» Sortie FLAme of War par le nouveau supplément
» Les cerceaux de Sacred Flame ♥
» Comment peindre des real flame
» K Project AMV - Howling Flame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-