Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 Running back to you | feat Heaven ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 12 Nov - 16:04
Je n'avais pas beaucoup dormi ce soir là, ça m'arrivait parfois depuis la mort d'Amy. Je me réveillais couvert de sueur dans un mouvement sec en cherchant autour de moi. Il n'y avait rien bien sûr, juste moi et ce grand lit vide. J'avais depuis bien longtemps fait le deuil de ma femme, accepté son décès brutal, cependant il m'arrivait parfois encore d'éprouver de l'angoisse face à cela. Je me disais parfois que c'est parce que dans mon sommeil j'étais bien trop détendu et que du coup, je me laissais aller à penser à des choses que je mettais dans un coin la plupart du temps. Ou alors étais ce parce que je n'avais pas partagé l'intimité réelle d'une femme depuis bien trop longtemps...Toujours est il que j'étais pleinement réveillé du coup.
Je passais par la chambre de Kaï légèrement entrouverte qui me laissait apercevoir ma princesse roulé en boule dans sa couette, faisant poindre un sourire au creux de mes lèvres. J'avisais l'horloge ; 6 heures du matin. Je ne m'y pas longtemps avant d'enfiler un legging, mon sweat et mes chaussures de running. Je laissais un mot sur le comptoir de la cuisine au cas où ma petite marmotte ne se réveille avant mon retour, ce dont je doutais fort.
L'air frais au dehors m'arracha un léger frisson mais n'entama pas ma motivation, je partis en foulée régulière, oreillette flanquées dans les oreilles, rythmant ma cadence sur Enjoy The Silent. J'aimais tout particulièrement courir le matin, surtout le week-end, les rues semblaient étrangement vides et sereines en comparaison de la bouillonnante ambiance habituelle. Je rejoignais mon parcours habituel jusqu'au parc Hibiya qui se parait déjà des belles couleurs de l'automne. Un spectacle rouge orangé jaune de toute beauté que je prenais le temps d'observer malgré mon rythme soutenu. J'adorai courir, la sensation de se laisser entrainer à la découverte avec un fond de liberté et de challenge. Se dépasser, repousser ses limites, sentir ses membres chauffer sous l'effort, j'aimais tout ça sans conditions.
Je créais de légers nuages de fumée en expirant, notant que le temps c'était bien rafraichis désormais. Le temps défilait et j'ignorais combien c'était réellement écoulé depuis mon départ de la maison, j'avais une légère pensée pour Kaï, mais ma fille était intelligente, elle savait parfaitement se gérer comme une grande. Pour tout avouer elle était même bien plus douée que moi, parfois je me demandais qui était celui qui maternait plus l'autre entre elle et moi. Je bossais parfois tellement que c'était elle qui me faisait des petits plateaux pour déjeuner entre deux piles de relecture, puis elle se posait dans un fauteuil, livre à la main et elle restait là, sans bruits. Il m'arrivait de la porter quelques heures plus tard jusqu'à son lit lorsqu'elle c'était laissé aller à la quiétude de sa lecture. Je remerciais parfois tout les cieux de m'avoir offert la chance d'avoir une enfant comme elle, aussi formidable et mature, tout en gardant sa candeur enfantine.
Ma cadence c'était ralenti et mes foulées se faisaient moins grandes, je trottinais plus qu'autre chose dès à présent et je savais que j'allais bientôt m'étirer un peu avant de rentrer. Cependant, perdu dans mes pensées comme je l'étais depuis ce matin, je rentrais en plein dans le dos d'une jeune femme. La collision ne fut pas brutale, mais assez pour faire lâcher la boisson que la demoiselle tenait dans les mains par terre.

"Oula, pardon, je ne vous avez pas vu" Je retirai mes oreillettes et ramassait le gobelet au sol en me grattant la nuque, confus. "Je pense que c'est fichu pour la boire chaude" Un peu d'humour dans ce monde de brute ? Je remontais mon regard vers la personne en face de moi en me redressant, tiquant automatiquement. Chevelure blonde, grands yeux bleu..."Heaven" Moi qui croyais que j'avais une piètre mémoire, je m'auto congratulais mentalement d'avoir sorti ça de but en blanc sans hésiter un instant. "Ca fait...bizarre"

Oui bizarre était le mot, je n'avais pas revu Heaven depuis au moins 3 ans...non je n'avais pas compté...bon OK, j'y avais vaguement pensé une fois ou deux quoi...!

"Je te dois un verre maintenant" Je secouais le gobelet vide devant son nez dans un demi sourire. Loin de moi l'idée de l'embarquer dans un embuscade, quoi que...
Running back to you
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 12 Nov - 18:38

" Or running back from you? "
ft. Ren & Heaven



Heaven en avait tellement mais alors tellement marre d’être coincée dans une chambre d’hôpital depuis plus d’une semaine. Il ne se passait rien, rien d’autre que le son constant des machines et l’inutilité des médicaments qu’on lui donnait pour calmer la douleur. Ça ne changeait rien, son cœur était toujours aussi faible, sa vie était toujours aussi limitée, elle ne faisait que perdre des jours précieux coincée entre quatre murs. Elle aurait de loin, préféré être chez elle, roulée en boule dans une couverture à écouter un mauvais film en attendant que son petit ami revienne du boulot. Bref, n’importe où sauf ici. Sauf que bon, entre Kazuya et son frère Philip, il était proscrit qu’elle quittait l’hôpital sans la bénédiction des médecins. Et donc, elle était retenue en otage, attendant que les heures de visite arrivent. Très peu pour elle. Ses deux gardiens bienveillants, dans toute leur bonne volonté, avaient omis un fait absolument critique à la bonne conduite d’une Calaway : elle passait tellement de temps dans des centres de soins, qu’elle savait comment s’enfuir. Définitivement. Il était d’ailleurs très tôt ce matin-là, lorsqu’elle ouvrit les yeux et s’extirpa de son lit en silence. Profitant du fait que les couloirs seraient encore déserts pour un bon quinze minutes – elle connaissait les rondes d’infirmières par cœur – elle s’était mise à fouiller dans le sac amené par son petit ami pour en extirper des vêtements plus mignons que l’abominable jaquette bleutées.

Enfilant les fringues, elle s’était appliquée à coiffer son épaisse tignasse, se brosser les dents, et enfiler manteau et foulard. Sur la pointe des pieds, et d’un air assuré, elle avait contourné le poste de garde, utilisé les escaliers de secours et s’était retrouvée, dix minutes plus tard, juste devant l’hôpital : libre. Elle ne put réprimer un sourire en imaginant la gueule de son frère lorsqu’il apprendrait qu’elle avait pris la fuite. Il serait furieux. Heaven s’était ensuite mise en marche, lentement, quittant le périmètre, capuche sur la tête, mains profondément enfoncées dans les poches de son manteau pour se protéger du froid. Le vent glacial sur son visage la rendait heureuse, après autant de temps enfermée, elle se sentait revivre. Une petite partie d’elle était terrorisée devant la possibilité de crever, crevé entre quatre murs sans avoir vécu. Sa marche l’amena assez loin, et désirant se réchauffer, elle décida d’arrêter se ramasser un café sur la route. Après tout, son esprit embrumé par le sommeil en avait besoin. Une fois le breuvage en main, elle avait l’idée de le savourer, assise sagement sur un banc, lorsqu’un crétin de jogger sorti de nulle part la percuta de plein fouet. Sur le coup, elle abandonne son café, lequel éclaboussa ses bottes, ses jambes et surtout, suffit à la mettre de mauvaise humeur. Hors d’elle, la furie blonde avait pivoté dans un : « Mais t’es aveugle espèce de sombre abruti! »

Calaway Heaven mesdames et messieurs, rien à voir avec une adorable petite fille sage. Oh que non! Ses iris glacials s’étaient posés sur le fautif alors que ses traits lui revenaient peu à peu en mémoires. Ren. Le mec qu’elle avait largué sans un mot, sans une explication, sans une excuse, des années plus tôt. Un matin, elle en avait eu assez de prétendre que tout allait bien, qu’ils avaient un futur dans lequel elle ne serait pas un cadavre prématuré, et elle avait plié bagages, ne prenant même pas la peine de ramasser ses trucs chez lui. Une rupture nette, unilatérale. Elle ne s’était jamais imaginée le recroiser ici. Et, plus que de la surprise, il y avait cette vague de culpabilité qui l’étouffa, entendant son prénom. « » Une personne mature aurait au moins tenté de se justifier, un brin… mais Heaven passait sa vie avec Gabriel, elle devenait un peu plus immature à chaque minute. « On se connait? » C’est le genre de truc que tu demandes à quelqu’un avec qui tu as couché? Idiote! Elle avait croisé les bras, pinçant les lèvres d’un air totalement embêté, tentant de conserver un visage impassible. Il serait furieux, et avec droit… mais … « Ça va… c’est pas nécessaire. » … elle était vraiment sous le choc, elle n’aimait pas cette sensation d’être en tords qui lui prenait en le regardant. « Ça arrive à tout le monde d’être con. » … Heaven… La ferme.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 12 Nov - 23:32
Heaven. Heaven Calaway. Je m'auto fascinais devant tant de mémoire. En même temps il faut dire que cette blondinette avait causé pas mal de trouble dans mon esprit déjà embrouillé à l'époque. Pour récapituler, et pour vous, chers lecteurs qui n'avaient pas vécut ma vie, je dirais très simplement que j'avais rencontré la jeune femme il y a de ça trois ans. A l'époque j'étais veuf depuis déjà un an, je galérais à mort dans le rôle de père célibataire et j'acceptai à peine le fait d'être livré à moi même sans ma femme. Ma route avait tout simplement croisé la route de Heaven, un hasard qui m'avait bien couté et qui avait chamboulé mon quotidien. Là où j'avais cru qu'il n'y aurait plus jamais de place dans ma vie pour une femme, cette drôle de fille avait joué des coudes pour y rentrer.

Un sourire en coin balaye mes lèvres lorsque je l'entends râler. Charme et éloquence à toute épreuve. Je note en l'observant un peu plus en détail qu'elle a une sale tronche. Bon, c'est pas qu'elle est moche, pour tout vous dire elle est même très jolie, mais elle a vraiment une tête de lendemain de soirée un peu trop chargé quoi. Je m'étonne d'ailleurs de la croiser à cette heure ci dans un parc, mais bon, après tout elle aime peut être le café bon marché, qu'en sais je réellement ? Je roule des yeux en l'entendant parler.

"Tu es toujours aussi jolie quand tu fais semblant d'être stupide" Je me détourne pour reprendre ma marche, jetant le gobelet au passage.

Je sais très bien qu'elle m'a reconnu, oublier un visage comme le mien ? Pff baliverne. Surtout du haut de mon mètre quatre vingt quinze, elle a pas dû en croiser beaucoup des asiatiques aussi perché que moi. Je passerai sur le fait qu'elle m'ait insulté, un vrai plaisir aux oreilles, surtout quand on sait particulièrement tout les deux que si l'un de nous doit faire des reproches à l'autre, ce n'est pas à elle de le faire. Je n'avais jamais compris pourquoi elle avait disparu du jour au lendemain, sans un mot ni préavis. Elle c'était juste évaporée et m'avait laissé seul une fois de plus. Je me rappelai pourtant clairement qu'on matchait bien, que ce qu'on commençait à avoir aurait vraiment pu déboucher sur une belle histoire. Cependant, mon insouciance de l'instant devait me faire oublier que peut être ce n'était pas si bien que ce que j'avais envisagé.

Je n'étais pas dans l'optique de la blâmer, le passé était ce qu'il était et puis surtout je rêvais d'une douche et d'un petit déjeuner de champion.

"Je t'aurais bien remboursé ton café mais c'est un fait, les cons ne partent pas faire un jogging avec leur portefeuille" Allez un point pour la taquinerie, je lui devais au moins ça.

J'avisai le banc pour m'étirer doucement, tournant ostensiblement le dos à mon interlocutrice impromptue. Je ne comptais clairement pas me faire un claquage ou souffrir de courbatures pour les yeux de cette fille, aussi mignonne soit elle. J'avais déjà bien appris à mes dépends qu'elle avait peut être la bouille d'un ange, elle n'en était clairement pas un.  
Running back to you
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 15 Nov - 2:21

" Or running back from you? "
ft. Ren & Heaven



Peut-être qu’elle aurait dû rester plus longtemps dans sa chambre d’hôpital, écouter les médecins, attendre d’être mieux … ça devait être une drôle de manifestation du karma, que d’avoir rusé pour s’évader, et se retrouver à troquer une prison physique pour une émotionnelle. Ses iris étaient rivés sur la flaque de café à ses pieds, sa bouche figée en une ligne droite, songeuse, bornée, alors qu’elle constatait ô combien ce fiasco, qu’il venait de causer par accident, était représentatif de leur relation, de tout ce qu’ils avaient été… et de tout ce qu’ils seraient désormais. Elle avait merdé des années plus tôt, et elle ne s’était franchement jamais imaginé que ça lui reviendrait en pleine face… Elle se disait bêtement qu’avoir une vie limitée lui éviterait d’endurer des retrouvailles pénibles. La belle erreur. Peut-être que c’était une pointe de culpabilité, qui lui tordait le cœur, une honte un peu tardive pour ce qu’elle lui avait fait… Après tout, elle avait dernièrement affronté sa propre forme d’abandon, et elle ne pouvait se résigner à la faire subir à quelqu’un. Ses iris bleutés s’étaient posés sur le visage de son assaillant, ses lèvres pincées en une expression fermée, ses bras maladroitement croisés, inaccessible. Et si elle avait voulu rester de marbre, son entré en matière – tellement classique, tellement usuelle chez lui, l’avait fait pouffé de rire et rouler les yeux. « … Tu sais, pour la prochaine femme que tu complimentes, ça a généralement plus d’effet si tu évites de la bousculer avant. » Un sourire espiègle avait, bien malgré elle, étiré ses lèvres alors qu’elle le regardait s’éloigner.

Bien sûr qu’elle se souvenait de son visage, comment l’oublier… À une certaine époque, boucle d’or avait apprécié Ren … plus qu’apprécié même, et c’est précisément cette affection qui l’avait poussé, du jour au lendemain, à mettre les voiles, sans une explication, sans un regard en arrière, et sans égard pour la nouvelle fracture que cela causerait à son pauvre cœur. Ça avait été instantané, sans appel, il avait mentionné être veuf, après des mois à éviter le sujet, et elle avait su, immédiatement, qu’elle ne pouvait lui affliger un second décès. Pas lui… un, c’était suffisant. Alors elle avait préféré faire comme elle le faisait si bien, devant les ennuis, changer de numéro de téléphone, disparaitre, et pleurnicher dans les bras de Gabriel pour le convaincre de l’amener boire son poids en alcool. Un classique. À voir l’état dans lequel son vis-à-vis était, elle avait fait la bonne décision. Si elle avait été sage, leur rencontre se serait arrêtée là, elle aurait tourné les talons et repris sa marche. Sauf que son cœur se serrait, tout cet exercice pour son organe déficient était un peu trop ardu, sans compter que la dernière chose qu’elle voulait faire, c’était de retourner entre quatre murs. Elle s’était plutôt décidée à attendre qu’il s’éloigne, qu’il reprenne sa course comme une gazelle et ait bousculé une autre blonde. Sa moquerie la pris de court, une seconde fois, elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui parle à nouveau après ses insultes. « C’est bête ça. »

Non idiote, ce qui est bête, c’est que tu décides de rompre la distance entre vous, d’approcher avec un petit sourire amusé, comme s’il n’était pas trop tard pour demander pardon, pour lui donner une explication, et peut-être même, le numéro d’une de ses amies un peu facile pour qu’il pardonne sa traitrise dans une bonne partie de jambe en l’air… Kanna était encore partante? « Et comment on va identifier ton corps si une blonde en manque de café t’assassinait? » elle avait passé une main dans son épaisse tignasse, remontant son foulard jusqu’à son menton, le hic avec toutes ses médocs, c’est qu’elle avait du mal à avoir l’air autrement que blême. Peut-être qu’elle crevait… Et si c’était le cas, il était peut-être temps de s’excuser. Elle aurait dû le faire il y a si longtemps. « Après cette si charmante menace, je t’offre un chocolat chaud? Tu hais le café non? C’est mon truc, payer à boire aux cons qui oublient leur portefeuille. » Ou ce con là, au moins.
 
Running back to you | feat Heaven ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Back to malawi - retour aux m'bunas dans 360l
» Back to nature
» Osmanthus "Heaven Scent"
» harnais X back + manteau à vendre
» black back x pastel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Chiyoda :: Parc Hibiya-