Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 I wish you step on a playmobil head. |#| DAISUKE&HANAKO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 6 Nov - 21:42
HANAKO&DAISUKE ☽☽☽ Voilà ce à quoi ressemblait sa vie désormais. Des visages enfantins, ridicules, détestables. Des enfants à peine formées qui cherchaient à devenir l’idole d’autres plus jeunes encore ou, dans leur cas, l’objet de désirs pervers et immatures de la gente masculine. Pour la énième fois depuis qu’elle avait entre les mains le dossier des SUPER☆NOVA, Hanako dut réprimer une profonde envie de déchirer les feuilles qu’elle s’efforçait de lire avec attention. Elle qui rêvait de changement, d’hommes dont elle pourrait s’occuper afin d’en faire les héros des femmes, on lui refilait une bande d’adolescentes ridicules. C’était déplorable.

Cependant, professionnelle comme elle l’était toujours, la manager prenait sur elle pour lire attentivement les informations imprimées, le regard passant sur les photos de profil qu’elle détestait avant même d’avoir fait la rencontre des demoiselles en question. Lala, Hiyori, Naeun, Asuka, Yurina, Mizuk, Shoko… Toutes plus charmantes les unes que les autres. Toutes plus prometteuses.

Un soupir s’arracha à ses lèvres rouges. Elle ne leur laisserait pas un instant pour elles tant qu’elles ne seraient pas au niveau qu’elle attendait. Si Shiraki Hanako devait être la manager d’un groupe de femmes, ces dernières seraient de véritables guerrières, prêtes à renverser tous les autres sur leur passage, même les F!GHTERS qui lui avaient échappés de peu. De si peu.

Et pour une personne tellement détestable.

La tête aussi haute qu’elle le pouvait, Hanako, son dossier sous la main, traversa la salle de repos où se trouvaient d’autres membres de l’équipe administrative de l’agence. Parmi eux, cet être détestable. Serizawa Daisuke. Évidemment, elle se rappelait de lui. Évidemment. Plus vieux qu’elle, à se croire plus malin, aussi.  Monsieur était parfait, monsieur était riche. Monsieur était la réplique parfaite, en termes de situation, de l’homme qu’elle avait épousé, et voilà qu’il occupait la place de rival dans une industrie déjà trop compétitive. Si leur relation passée n’avait pas existé, sans doute les choses auraient-elles été plus faciles.

« Ah, Serizawa, vous êtes là. Les SUPER☆NOVA occuperont le studio. J’ai vu que vous aviez inscrit vos garçons pour la tranche horaire, mais j’ai discuté avec votre supérieur et il m’a donné son accord. » Son ton autoritaire et affirmé lui permettait de garder confiance, même si elle évitait de le regarder. Elle détestait cela. Qu’on l’observe, qu’on la regarde. Qu’on considère ce à quoi elle ressemblait. « J’espère que vous comprendrez que les filles ont besoin de travailler dès maintenant sur leur prochain morceau, compte tenu des contraintes de planning de certains d’entre elles. » Comme par exemple le mariage de Yurina, le voyage en France de Shoko. Tant de choses à prendre en compte. Elle n’avait pas de temps à perdre.  

Sans attendre plus longtemps, elle s’approcha de la machine à café et servit une grande tasse de boisson chaude avant de contourner l’endroit où se trouvait son collègue.

_________________


☆ THIS IS DRAMA ☆
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 7 Nov - 2:28

" I wish you step on a lego "
ft. Beauty & The old lady



Voilà déjà plusieurs semaines qu’il s’afférait à gérer le quotidien des F!GHTERS, leurs réservations, leurs apparitions publiques, et il finissait à être à peu près compétent dans toutes les conneries administratives de l’Agence, comme réserver les salles, tout ça. Si ça n’en tenait qu’à lui, il leur aurait fait bâtir des salles privées dans son manoir pour ne pas avoir à gérer les politiques de réservations. Mais bon, Maiko avait dit que ça serait un peu too much, que ça n’aiderait pas les choses ou son intégration et, comme souvent, il s’était soumis au bon jugement de sa petite amie – il faut dire que quand elle lui donnait des conseils sans rien porter, il était du genre attentif! Elle était tellement belle… que pouvait-il faire contre son charme. Ah. Gabriel lui, il aurait compris qu’en tant que mec dompté et en couple avec une matrone, il ne pouvait pas profiter de beaucoup de liberté. Ainsi donc, il se pliait aux règles, en grognant un peu, pas franchement enjoué que sa fortune ne lui serve à rien dans cette Agence. Sans compter le café qui était infecte. Au minimum, les gens étaient en général sympathiques.

Assis dans un coin de la salle de repos, ses dossiers posés devant lui alors qu’il finalisait la lecture d’un contrat pour une apparition télévisuelle de ses poulains – pendant que ceux-ci devaient répéter leurs dernières chansons dans un des studios – il semblait drôlement concentré. Peut-être même trop. Sa main s’était saisie de sa tasse de café, pour la porter à ses lèvres, lorsqu’une voix autoritaire l’avait dérangé. Il avait froncé les sourcils, déjà énervé par cette rencontre. Relevant vaguement les yeux vers l’origine du bruit désagréable, il avait commencé un : « Ah …. Excusez-moi … votre nom m’échappe. » … est-ce qu’il se souvenait de toutes les femmes avec lesquelles il avait couché? Non. Et des vieilles? Absolument pas! Il veillait à oublier ce genre de détail, et scrutant plus attentivement la nouvelle venue, il n’avait vu en elle qu’une carcasse ayant dépassé sa date d’expiration. Son sourire s’était fait prévenant, presque sympathique à l’entendre. « Aucun problème pour le studio. » ce ton détaché, nonchalant, il avait l’habitude des boulets, de gérer des abrutis qui l’irritaient, il était hors de question qu’il laisse poindre son agacement. Prévenant, souriant, parfait, il avait même ajouté d’un ton faussement joueur, à l’intention de la folle furieuse. « Avec un groupe de fille aussi jeunes, vous faites bien de vous assure qu’elles pratiquement suffisamment. »

Il avait souri à nouveau, portant sa tasse à ses lèvres pour en boire une longue gorgée en fixant cette maniaque au ton autoritaire qui lui donnait déjà envie de l’ébouillanter. Il aurait pu laisser ça mort, ne plus rien dire, la laisser gagner. Mais il n’y avait qu’une Kotani pour gagner sur lui, il voulait bien être soumis à une femme, mais une seule, et pas une vieille croulante. Et puis… il était un peu immature. D’un ton qui se voulait amuser, joueur, une blague en somme, il avait posé ses iris sur cette créature qui lui était vaguement familière et avait ajouté, tout mielleusement. « C’est donc réglé. Aucun besoin d’être aussi tendue pour me l’annoncer… vous savez, le stress ça vieillir prématurément. » … et dieu sait qu’elle avait l’air vieille celle-là!
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 14 Nov - 21:01
HANAKO&DAISUKE ☽☽☽ Personne n'aurait pu convaincre Hanako que la haine qu'elle éprouvait à l'égard des hommes et des femmes était injustifiée. Ces gens ne lui avaient rien fait. À ses yeux, pourtant, les femmes étaient autant de maîtresses potentielles pour son mari; les hommes, autant de traîtres capables du pire dans le dos de leurs conjointes ou de leurs petites amies. Si pour Daisuke, la situation était quelque peu différente, la nouvelle manager des SuperNova refusait d'accepter qu'il réussisse mieux qu'elle dans un domaine tel que la gestion d'artistes. Cet homme ne méritait rien. Rien de plus que souffrir pour le mal qu'il avait fait, pour la façon dont il l'avait laissée tomber quelques longues années plus tôt, avant qu'elle ne fasse la rencontre de Rengo, son époux. Voilà comment Serizawa Daisuke, très cher nouveau manager des combattants, était devenu l'ennemi public numéro un en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Elle espérait le voir brûler en enfer, elle priait souvent pour cela. Dieu lui accorderait peut-être ce bonheur, un jour? On lui avait bien dit que maudire les autres, ce n'était pas s'attirer une chance quelconque, mais elle avait cessé d'y réfléchir depuis bien longtemps. Quelle chance avait-elle eu, au cours de ces dernières années? Un mariage raté. Une carrière malheureuse. Une vie morne. Elle pouvait maudire autant qu'elle le souhaitait: on aurait difficilement pu faire pire.

Mais contre toutes les attentes de la manager, les propos de Daisuke ne trahissaient aucune crainte. N'était-elle pas suffisamment intimidante? Ses lèvres rouges se pincèrent fermement alors qu'elle saisissait d'une main plus fébrile le café qui se trouvait sous ses yeux. « Shiraki. » répondit-elle d'un ton formel, tentant d'y mettre autant de confiance que dans ses premières salves de paroles. Ne se rappelait-il pas d'elle? Vraiment pas? La haine qu'elle éprouvait à son égard se fit plus dévorante encore. Et la façon qu'il avait de lui répondre n'arrangeait en rien la situation. « Vous sous-entendez qu'elles sont inférieures à d'autres artistes plus âgées? » Elle ignorait pour quelle raison elle s'était soudainement faite plus défensive, mais elle regretta les mots au moment même où ils franchirent ses lèvres. Les SuperNova étaient des enfants à ses yeux, des demoiselles dans la fleur de l'âge, à peine sortie de leur cocon. Elle détestait la plupart d'entre elles, mais leur réussite était la condition sine qua non de son propre succès. Elle n'avait pas le choix, même si un autre groupe aurait été préférable à ses yeux. Un groupe que cet idiot avait sous son aile depuis quelques jours de trop.

« Je ne suis pas vieille. » répondit-elle avec un mécontentement apparent, alors qu'elle dardait sur lui un regard empli de colère. Depuis quand était-on vieille à vingt-sept ans ? Elle avait toujours été trop sensible, mais elle l'était encore plus depuis quelques années. La fatigue, la lassitude et les autres sentiments négatifs qu'elle nourrissait ne l'aidaient en rien. « Je vous signalais juste, en tant que collègue digne de ce nom, que vous pouviez décommander ce slot horaire. » Était-elle vraiment en train de se justifier? Devant un homme comme Serizawa Daisuke? C'était d'un ridicule sans nom. « Ce n'est pas de ma faute si vous prenez tout à la légère. » Comme son mari. Comme son imbécile de mari qui ne l'écoutait que lorsqu'il en avait envie, trop occupé à parler de son travail pour réaliser que sa femme l'attendait encore; trop occupé à combler d'autres femmes pour voir sa détresse. Cela la suivait partout. Elle le voyait partout, dans tout ce qu'elle faisait.

_________________


☆ THIS IS DRAMA ☆
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 15 Nov - 23:51

" I wish you step on a lego "
ft. Beauty & The old lady



Shiraki-san? Ce nom lui disait vaguement quelque chose, en même temps, il n’avait pas coutume de se souvenir du nom de ses exs. Il y en avait eu tellement… Et de cet âge, il s’en serait souvenu, s’il avait été à une distance restreinte d’une dominatrice. Avec ses fichues lèvres rouges. Elle voulait impressionner qui hein? Elle semblait vouloir à tout prix assouvir son autorité… mais pas sur lui, il était trop chieur pour ça. Soupirant à sa question, un brin exaspéré de son attitude, il avait demandé, toujours aussi blasé. « Ça vous arrive souvent de chercher un second sens là où il n’y en a pas? » … Super Daisuke. Tu veux vraiment te faire une ennemie? Sans daigner lui accorder un regard, il avait quand même ajouté, par politesse. « Je n’aurais jamais osé insinuer qu’elles manquent de talent. Ou de quoi que ce soit d’autre. Simplement qu’elles ont beaucoup de pression et que j’admire les efforts que vous faites pour les préparer. » ça sonnait faux, pré-enregistré, comme s’il recrachait ce qu’elle voulait entendre pour qu’elle lui fiche la paix.

Portant sa tasse de café à ses lèvres, il avait espéré que la discussion s’arrête là, cette harpie ne lui disait rien qui vaille, elle semblait déterminée à lui pourrir l’existence et ça faisait quoi, cinq minutes qu’elle avait faites sa connaissance? Mais il n’en laissait rien voir, impassible, reprenant sa place de choix devant sa montagne de papier. Il ne pouvait pas se faire une ennemie si tôt. Que dirait-il à Maiko en rentrant chez lui le soir? Qu’une vilaine camarade de boulot l’avait maltraité? Non! Il n’avait pas cinq ans et cette démone n’avait pas non plus piqué son lunch! Et puis, s’il en parlait à sa meuf, elle l’éclaterait, cette pétasse de Shiraki! Y aller en douceur? Peut-être qu’il pourrait obtenir la recette de chocolats pimentés de Ren qui avaient empoisonné ce pauvre Alfred? Non! Il était mature, il l’avait promis à sa petite amie…….Enfin, ça c’était sans compter ses questions connes. Haussant un sourcil, il l’avait fixé, vraiment ahuri une seconde.   … Sérieusement? » Ok, il avait pouffé de rire, une fois, juste une. Elle semblait vraiment instable, et un peu folle… c’était quoi cette obsession avec son âge? Fronçant les sourcils, en réalisant qu’elle ne riait pas et donc, devait être sérieuse, Daisuke avait haussé les épaules, nonchalant. « Vous êtes sérieuse ou alors est-ce que je subis l’interrogatoire de vous prévoyez faire endurer à votre mari? »

… Et le pire, c’est qu’il se trouvait drôle! Prenant une gorgée de café, il fut une fois de plus interrompu par des justifications. C’était minable, il avait l’impression d’avoir affaire à une de ses subordonnées, se justifiant sans cesse. Comment pouvait-elle manquer autant d’assurance? Quoi qu’elle affiche, il y avait dans son non-verbal tellement de hargne qu’il ne pouvait l’ignorer, aussi doué fut-il pour s’enfoncer la tête dans la sable quand l’âge de sa petite amie venait sur le terrain. Zen. Il devenait énervé, il l’avouait, mais heureusement pour lui, ses années de tolérance fraternelles lui avait permises de fausser un sourire, tellement réussi, en ajoutant, sans même daigner la regarder. « C’est noté. Mais pour les soucis d’horaire, vous pourrez faire directement la Remarque à Okina-san. Je dois avouer qu’il est assez exceptionnel comme Leader. » …. Béni soit Tsubasa, il faisait de sa vie un jeu d’enfant. Comparativement au trop fertile Choi. Passons. Ses iris se reposèrent sur sa vis-à-vis, en une démonstration puérile et inutile. « Comment ça va avec celle de votre groupe? J’ai ouïe dire qu’elle titubait au Bal d’Halloween. Charmant. »

… Et tu pouffes de rire connard? Oh hey! Son mentor en domination femmelienne, le grand Choi Gabriel, lui avait dit de ne pas courber l’échine, et il comptait bien utiliser ses enseignements. Réveiller son mâle alpha  interne et un jour, peut-être, oser demander à Maiko de ne plus le battre aussi souvent. Il commencerait sur sa collègue. Collègue un peu folle qui lui reprochait maintenant de ne pas s’en faire… Elle espérait quoi? Qu’il soit furieux?!?! « Vous savez, vous devriez essayer. » Le calme, ça lui réussirait. Cool Raoul comme disait les jeunes! Soulevant un document pour l’analyser, il avait conclus, enseignement de Choi : toujours avoir le dernier mot. « Ça vous rendrait assurément plus agréable.  »
 
I wish you step on a playmobil head. |#| DAISUKE&HANAKO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Aulonocara sp. chitende yellow head " Nkhata Bay
» Enfin mes petits geophagus sp Tapajos orange head
» Geophagus red-head
» geophagus sp Tapajos orange head
» géophagus red head

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Eita Entertainment-