Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 Oh dear you are in trouble |#| GABASA FTW ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 6 Nov - 14:52
GABASA ☽☽☽ Je sais qu'envoyer un message à Tsubasa n'est pas la meilleure idée qui aurait pu me traverser l'esprit, mais j'ai besoin de lui parler de toute urgence. Déjà, contrairement à ce que j'imaginais jusqu'à maintenant, la grossesse d'Ana n'est plus un secret pour plusieurs personnes. Il y a déjà cette gueuse de photographe qui travaille pour le Noise Press, ensuite Heaven, ce crétin de Naoto que je dois désormais respecter. Un petit paquet de monde. Réaliser que tout le monde pourrait très vite au courant ne demande pas beaucoup de réflexion. C'est précisément pour cette raison que j'ai décidé d'en parler à notre leader, lui qui est censé nous gérer et nous surveiller. Il faudra également que j'en parle à notre manager, lorsque le moment viendra. En attendant, je ne peux qu'essayer de trouver une solution moi-même, sachant que l'avortement n'est pas la réponse à nos problèmes. Il est tout simplement hors de question qu'Anastasia avorte. Pas à 4 mois de grossesse.

Comme convenu, je me rends aux dortoirs, mon sac à dos à l'épaule car je reviens de chez Ana. La situation me semble tellement délicate, maintenant, et tout ce qu'elle trouve de malin à faire, c'est de voler un chien? Voler un chien. Mon chien, certes, celui que j'ai adopté avec Heaven. Pourquoi est-ce que tout va aussi mal, ces derniers temps? Entre Heaven qui nous fait une crise - je ne cesserai jamais de m'en vouloir pour ça - et cette paparazzi qui essaie de foutre la merde... Franchement, je crois que je pourrais m'en passer. On pourrait s'en passer.

Sans attendre, je pousse la porte de la chambre, cherchant d'un regard notre leader adoré, avec qui je la partage, et je jette mon sac sur le lit avant d'enlever la veste que je porte et qui me donne chaud dans les locaux de l'agence. « Yo, désolé du retard, j'ai eu un contre temps. » Plus sérieux que jamais, ce qui est déjà très rare, je m'assieds sur mon lit avant de reprendre la parole. « Bon, Di… Naoto est déjà au courant de ce que je vais te dire, si j'ai bien compris, mais ça change rien. » Pourquoi est-ce si difficile à dire? C'est pourtant simple comme idée. Mes sourcils se froncent imperceptiblement alors que je joins mes mains devant moi, les épaules un peu voutées, assis en tailleur sur mon lit. « Promets-moi d'abord que tu ne diras rien à personne. »

_________________

i'm in love with the shape of you ☽ girl, you know I want your love, your love was handmade for somebody like me, come on now, follow my lead, I may be crazy, don't mind me, say, boy, let's not talk too much, grab on my waist and put that body on me, come on now, follow my lead, come, come on now, follow my lead.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 8 Nov - 5:00
GABASA ○○○ Assis sur mon lit, adossé au mur, calepin sur les genoux, je profitais de la tranquillité pour encrer quelques lignes de rap de mon cru. Je sais que Gabriel arriverait tôt ou tard, nous nous en étions parlé par textos. Je dois admettre que je suis inquiet, considérant que Gabriel voulait me parler directement et seul à seul, ce qui signifie que c’est sérieux. C’est exactement pourquoi je sors de mes habitudes et j’écris malgré que je sache que je serai interrompu. M’occuper l’esprit m’empêche de m’en faire au point de perdre patience avant que l’autre occupant de la chambre n’arrive.

L’autre occupant de la chambre, qui est aussi ma plus belle surprise suite à mes débuts en tant que membre des F!GHTERS. Si dans les couloirs de l’agence plusieurs parlent en mal du seul membre original, j’ai eu le privilège de découvrir au-delà du mec qui se croit meilleur que tout le monde et je peux dire que Gabriel n’est pas si terrible que ça. La vérité elle est là : je l’aime bien, mon senpai. Je n’irai pas lui dire de sitôt, par contre. Déjà qu’il me respecte comme leader aussi rapidement, c’était  assez inattendu! J’apprécie, par contre. Beaucoup.

Ce que j’aime aussi, c’est son timing. Pile poil comme je me dis que j’ai aucune idée comment continuer, la porte s’ouvre.  Je me préparais à la possibilité de dire à Hiro, Naoto et Taiki de respecter ma bulle comme précédemment demandé, mais en voyant notre Gab national, je souris doucement. « Yo. T’inquiètes, j’écrivais et je n’ai pas remarqué l’heure.  » Sincèrement? Une chance que je ne l’ai pas remarquée, sinon j’aurais fort probablement été plus inquiet. Pas stressée, pas anxieux – c’est pas mon genre, ça. Mais inquiet? Oui, surtout en constatant l’air grave qu’arbore mon colocataire. Je n’aime pas ça du tout. Naoto est au courant, en plus? Notre Zero est aussi observateur que moi, comment se fait-il que moi je ne le sache pas? Moi qui suis si fier de ma perspicacité innée.

« Won’t tell a soul. » J’ai instinctivement changé pour l’anglais. Souvent je l’utilise pour préciser des trucs que Gab n’aurait pas compris ou pour de l’humour. Cette fois-ci, c’était dans le but d’offrir l’opportunité de ne pas avoir à gérer une barrière de langue en plus de ce qu’il a à me dire. Je préfère lui offrir la possibilité et il en fera ce qu’il veut.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 14 Nov - 23:34
GABASA ☽☽☽ Je suis rarement aussi sérieux qu’en cette période. Depuis qu’Anastasia m’a annoncé sa grossesse, j’ai constamment peur que nous soyons découverts et qu’elle ait des problèmes. Les messages haineux que j’ai pu voir sur son compte instagram après un bête Follow de ma part, c’est déjà effrayant, alors imaginez un peu ce que ça donnerait, si ces folles furieuses découvraient que Anastasia porte mon enfant ? Cela me fait plus peur que n’importe quoi. Plus que de manquer une performance. Plus que de voir une vidéo bider sur youtube (et vous savez à quel point c’est important à mes yeux, les vidéos). Plus sérieusement, j’ai plus que jamais peur de ce qui pourrait arriver si l’information était révélée au public, et l’idée que cette gueuse de fausse-vendeuse soit au courant ne m’enchante pas le moins du monde. Je ne peux pas en parler, mais j’en brûle d’envie.

En parler à Tsubasa, c’est comme une évidence. Pour ce que j’en sais, il me comprend. Il m’apprécie aussi, enfin je l’espère. On se connait surtout en tant que collègues en vérité, mais il est l’une des personnes dont je suis le plus proche dans cette agence, si ce n’est le seul. Maiko ne m’annonce même pas son amour pour la viande avariée, où va le monde ? Soit. Je lui adresse un sourire quand il m’explique qu’il écrivait, puis lui demande le plus grand des secrets. Je ne continuerai pas sans cela. C’est top secret. Important. Discrétion absolue requise. Quand il reprend la parole, j’inspire profondément. « Okay. »

Qu’il soit passé en anglais me rassure un peu. Je suis beaucoup plus à l’aise dans cette langue et j’ai déjà oublié comment on disait ‘enceinte’. On n’est pas sortis de l’auberge. Un sourire embêté aux lèvres, je reprends la parole. « Ma cavalière au bal… » Anastasia, mais je ne sais pas s’il se souviendrait d’elle, la magnifique présentatrice d’ordinary love. « C’est ma petite amie. » Première partie de l’aveu terminée. C’est une partie du poids qui me pèse sur les épaules qui s’envole instantanément. « Le problème, c’est qu’elle est tombée enceinte… »

Je sais que c’est mauvais pour nos carrières, pour nos vies. Je sais que je devrais faire attention à tout ça. « Mais c’était un accident. Je sais que c’est pas génial avec notre job. Je veux juste pas qu’elle avorte maintenant et franchement… » Ça me casse les couilles, mais autant l’avouer. « Je sais absolument pas comment gérer ça. »

_________________

i'm in love with the shape of you ☽ girl, you know I want your love, your love was handmade for somebody like me, come on now, follow my lead, I may be crazy, don't mind me, say, boy, let's not talk too much, grab on my waist and put that body on me, come on now, follow my lead, come, come on now, follow my lead.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 21 Nov - 4:08
GABASA ○○○ Dire que je m’attends à rien est un mensonge. Dire que je sais ce qui m’attend est une vérité. Je sais que c’est grave, car Gabriel a demandé à me parler en tant que leader. Pas en tant que membre du groupe, carrément en tant que leader. J’espère que ce n’est pas quelque chose qui est irréparable, je ne souhaite que du positif à notre doyen. Seulement un mois que nous cohabitons et je trouve que nous avons une belle complicité. Cette complicité-là me rappelle lorsque Hideki a commencé à habiter chez nous, et si elle me rappelle cela, c’est très bon signe… Hideki est mon meilleur ami, après tout. Cela portait donc à croire que mon colocataire deviendrait éventuellement un ami. Ainsi, je ne lui souhaitais absolument rien de négatif. Refermant mon livre de compo et le déposant sur la table de chevet, je me tourne et m’assis de façon à être face à Gabriel. Je suis toute ouïe, et mes nerfs sont en boule en attendant qu’il commence à me parler.

Sa cavalière? Et merde, je n’étais pas allé au bal. Je lui dirai après, je préfère le laisser terminer, attentif. À la première annonce, je fais un lent signe de tête, montrant que j’ai compris l’information, mais sans dire un mot de plus. Bon, une petite amie ce n’était pas la fin du monde. Plus on était à le savoir, plus ça avait le potentiel de tomber dans l’oreille de quelqu’un qui pourrait l’exposer, mais aimer n’est pas un crime.  Par contre, à la seconde annonce, j'avoue être un peu ébranlé. J’ignore quel âge a sa petite amie, mais Gabriel et moi avons en effet un âge où plusieurs fondent une famille au lieu de fonder un boysband. «Oh. » Un accident. Bien sûr que c’est un accident, plusieurs diront que Gabriel est con, mais je le sais suffisamment intelligent pour ne pas délibérément tous nous mettre dans la merde.

J’aimerais bien en dire plus, mais je ne sais pas quoi dire encore. Un enfant à naître, c’est une toute autre histoire. Ça se cache pas mal moins. Il y aurait un ventre prononcé sur la jolie dame pendant un temps, puisque un certificat de naissance potentiellement accessible par les médias… et merde. Merde!

« Non, non. Pas d’avortement. » Je suis probablement plus catégorique que quelqu'un d'autre le serair, mais c’est quelque chose que j’ai à cœur. Je n’en parle pas souvent, tout simplement parce que ce n’est pas un sujet qui s’apporte bien, mais si ma mère biologique avait avorté, je ne serais pas là.

« Je… Je ne sais pas quoi te dire. Je suis un peu assommé. » Au fur et à mesure que je le dis, je réalise que je ne suis pas rassurant du tout. « Mais on va trouver quelque chose. » Je ne le laisserai pas dans le trouble comme ça. « Naoto le sait? Comment? » Je dois savoir comment. Parce que si Naoto le sait sans que Gabriel ou la petite amie de ce dernier ait voulu qu’il le sache, on est dans le pétrin. Vraiment.  
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 12 Déc - 21:42
GABASA ☽☽☽ J’ai beaucoup de mal à parler de tout ça avec Tsubasa, même si je lui fais confiance en tant que leader et responsable de notre groupe. Anastasia et moi avons enfin réussi à nous mettre ensemble, après des années, et notre couple est menacé à cause de ce bébé. Pourtant, je ne veux pas qu’elle le fasse partir. L’avortement est trop radical, il n’y a pas de retour, et ce bébé est la concrétisation de notre amour. Un amour que j’éprouve depuis trop longtemps pour pouvoir affirmer sans mentir que je n’ai pas envie d’avoir cet enfant avec elle, de l’élever. C’est nous. Elle et moi. Notre enfant. Je ne demande rien de mieux que cela… Mais je doute que les nippons puissent pleinement comprendre ça, eux, aussi obsédés qu’ils le sont par leur travail. Non, ils ne comprendront pas. Je les connais, à force.

Pourtant, je garde espoir que Tsubasa, lui, tout nippon qu’il est, comprenne mon point de vue. Nous parlons souvent, et je crois qu’il s’habitue à mon comportement. Après tout, je n’ai pas tellement changé depuis que je suis arrivé sur l’archipel. C’est pourquoi je parle librement, du moins autant que je le peux, lui révélant les nouvelles l’une après l’autre, honteux et fier à la fois ; et je ne mentirai pas en affirmant que le refus catégorique de notre leader à l’idée de l’avortement me fait plaisir sans soulever plus de question.

« Tu peux me dire félicitations si tu veux. » dis-je en riant, essayant d’amener la plaisanterie dans la conversation, même si le temps n’est absolument pas aux blagues. « J’en sais rien, il m’en a parlé. Il fourre toujours son nez où il faut pas. » Et ça me fait chier qu’un enfoiré comme lui ait un tant soit peu de pouvoir sur moi. Je n’ai pas envie de passer pour le dernier des cons à la face du monde. Choi Gabriel ! le crétin incapable de se protéger avant d’avoir un rapport. Personne de ma famille n’est au courant, surtout pas mon père. Il m’en voudrait tellement. « Faut dire qu’elle est à trois mois déjà, ça commence à se voir… » avoué-je en un soupir, inquiet, alors que j’unis mes mains devant moi et essaie de réfléchir. « J’ai envie d’avoir cet enfant avec elle, mais je sais que c’est pas compatible avec notre carrière… Pas à notre âge. On doit rester disponibles. » Mais je n’en ai aucune envie. J’ai envie d’Anastasia dans ma vie, et qu’importe combien les fans sont présentes pour nous, de loin, elle est la seule. Mes décisions égoïstes ne comptent pourtant pas. Elle a une carrière, elle aussi, après tout, et j’aime mon métier.

_________________

i'm in love with the shape of you ☽ girl, you know I want your love, your love was handmade for somebody like me, come on now, follow my lead, I may be crazy, don't mind me, say, boy, let's not talk too much, grab on my waist and put that body on me, come on now, follow my lead, come, come on now, follow my lead.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 13 Déc - 18:57
GABASA ○○○ La prochaine fois que ma sœur me reproche mon célibat ou mon manque d’activité dans mon tableau de chasse, j’aurai une petite pensée pour mon colocataire. Momoka ne réalisait pas que j’avais le potentiel de me retrouver dans le pétrin à mon tour si je suivais ses recommandations. La situation actuelle était bien suffisante, je n’avais pas besoin d’en ajouter une couche. Ce n’est pas comme si j’avais le temps d’aller coucher ici et là! Entre Daisuke-san qui me laissait une grosse partie de la gestion à faire et les imprévus comme les annonces que venait de me faire Gabriel, je n’avais pas du tout le temps de penser à quelques activités physique autre que mon jogging du matin et nos entraînements de danse.

Workaholic? Peut-être un peu. Mais bon, après ma famille, les F!GHTERS sont ce que j’ai de plus important. Ainsi, il est hors de question que je laisse Gabriel couler tout seul. S’il coulait, on allait tous couler aussi, c’était inévitable et rien que moi ou Daisuke-san puisse faire n’allait nous sauver. Je n’allais pas non plus sacrifier un enfant à naître pour notre groupe. Ça allait contre toutes mes valeurs, et je savais qu’elles étaient minoritaires dans notre société.

Au moins Gabriel était encore capable de faire des blagues. Un point rassurant, mais moi je ne suis pas trop capable d’embarquer dans le train. Pas cette fois, du moins pas tout de suite. J’ai un rôle de leader à jouer. Je serai l’ami plus tard. « Vu la potentielle gravité de la situation, je ne savais pas si je devais le dire ou pas. » Quoi? On me dit que des années d’entraînement pourraient se retrouver dans le broyeur, je n’ai pas le réflexe de féliciter à moins qu’on m’ouvre la porte toute grand pour le faire! Chose sûre, la porte que Naoto avait ouverte était celle de l’inquiétude face au fait que cette information aux possibilités destructives soit entre les mains de gens qui ne veulent pas notre bien. « Je n’étais pas au bal, mais si Naoto a remarqué, il n’est peut-être pas le seul. » Ce que je regrettais ne pas être allé à ce fichu bal! Je suis perspicace mais pas devin. Sans savoir à quel point la grossesse était apparente, ça me nuisait tellement.  « Mais il n’a pas le choix d’être de notre côté. Si tu coules, on est quatre à couler avec toi, dont lui. » Et Naoto n’avait pas des allures d’enfant de cœur, donc va savoir si lui-même n’a pas un ou deux scandales de cachés sous sa paresse légendaire.

Trois mois. C’était déjà assez avancé. Il fallait donc trouver un plan au plus vite. En fait, j’avais naturellement toujours une idée qui me venait en tête, celle qui était dictée par mon propre passé, mais aux dernières paroles de Gabriel, je doute. Je doute beaucoup que ça soit une bonne idée de le proposer directement… Surtout que je n’ai aucune idée comment ils voient la situation aux États-Unis comparé à ici. Bon. Je pouvais essayer quelque chose. « Tu sais… J’en parle assez librement avec ceux qui savent, mais je ne pense pas te l’avoir déjà dit… Mes parents ne sont pas mes parents biologiques. » Maintenant c’était clair où je me dirigeais et j’espérais vraiment ne pas offusquer Gabriel avec ça. Au Japon ça a été commun pendant des siècles, les adoptions…  « Et je suis terriblement reconnaissant à ma mère d’avoir reconnu qu’elle n’était pas en mesure de m’avoir dans sa vie au moment où je suis arrivé dans ce monde, mais de ne pas s’être débarrassé de moi non plus. » Mais la réalité était que je ne sais pas si ma mère s’était retrouvée dans une situation comme celle de Gabriel et sa petite amie. Oui elle venait d’une bonne famille, ce n’était pas une question d’argent ou de milieu de vie nocif… mais je n’en savais pas plus. Je ne peux pas comparer ma situation à celle de l’enfant à naître, pas entièrement. « …Il n’y a pas quelqu’un dans votre entourage qui pourrait en prendre soin? » Je ne le saurai pas si je ne le demande pas… mais ça me semblait moins drastique que de carrément dire de laisser le bébé à l’orphelinat. C’était plus intense que ce que ma propre mère avait fait, de toute façon.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 30 Déc - 21:45
GABASA ☽☽☽ L’avantage avec Tsubasa, c’est qu’il est le leader de notre groupe. Je pense pouvoir lui faire confiance, même s’il n’est pas mon meilleur ami. Après tout, nous sommes une famille, non ? Il y a l’autre bâtard de Naoto qui s’incruste dans le bordel, mais ça n’est pas bien important. Qu’il aille bien se faire foutre, lui. Un rire m’échappe malgré moi à la réaction de mon leader. Ma blague tombe à l’eau. Même si, dans le fond, je suis profondément heureux qu’Anastasia porte mon enfant… C’est peut-être une envie normale à mon âge ? Les hormones ? La crise de paternité ? J’en sais rien. C’est là, c’est tout. Je glisse une main dans ma nuque, nerveux, quand j’entends l’affirmation suivante. « J’en sais rien… » Si, il y a cette pute du Noise Press… J’ai envie de hurler, mais j’ai promis de ne rien en dire. « J’sais pas s’il en aurait quelque chose à foutre. » Me voir partir pour prendre un peu plus de place, ça doit bien le faire bander ! Moi, en attendant, j’ai envie de hurler. Comment peut-on me faire une chose pareille, à moi ? Choi Gabriel ? C’est tout simplement dégueulasse.

Je suis perdu dans mes pensées, occupé à maudire Dickhead avec toute la haine que j’ai en moi, quand Tsubasa, reprend la parole et m’arrache à mes songes. « Vraiment ? » L’adoption n’est pas un sujet tellement tabou à mes yeux. Je viens d’Amérique, j’ai vu de nombreuses adoptions, au cours de ma vie. Comment aurais-je pu être choqué ? Mais je sens que ce n’est pas la question, alors je ferme ma grande gueule pour l’écouter, attentif comme je ne l’ai jamais été. Pourtant, à mesure qu’il parle, l’envie pousse en moi de l’interrompre pour refuser son idée. Une part de moi désapprouve totalement. J’essaie de m’empêcher de secouer la tête malgré moi pendant qu’il parle. En vain, même si cela reste minime. « C’est notre enfant. » Je secoue plus vivement la tête avant de reprendre. « On a deux salaires… On est en mesure de s’occuper d’un enfant. » Mais il faut du temps, je le sais. Il faut être disponible, je le sais… Je pince les lèvres et reprend la parole. « Je refuse de le donner à quelqu’un d’autre. » Je ne souhaite pas vexer Tsubasa, et j’ai un grand respect pour les enfants adoptés, comme j’ai toujours été heureux d’être le fils biologique de mes parents, mais… Non, je ne peux pas. Ça me semble impossible. « Je sais que c’est un danger pour le groupe… Mais je préférerais essayer de le cacher… tu comprends ? » Oui, je préfère ça. De très loin.

_________________

i'm in love with the shape of you ☽ girl, you know I want your love, your love was handmade for somebody like me, come on now, follow my lead, I may be crazy, don't mind me, say, boy, let's not talk too much, grab on my waist and put that body on me, come on now, follow my lead, come, come on now, follow my lead.

    
 
Oh dear you are in trouble |#| GABASA FTW ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [poupée] Dear Lélé Girl - Avril 2010
» [Unger, Lisa] Mémoire trouble
» ~to love ru trouble~
» dear myself de eiki eiki
» Eiki Eiki - Dear Myself

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Eita Entertainment :: Bâtiment R :: Dortoirs idoles-