You were never supposed to see me weak ft. Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar

     Mer 27 Déc - 20:01

" You were never supposed to see me weak "
ft. Gabriel & Heaven



Si elle avait la force de tenir tête à son meilleur ami, c’est qu’elle était en route vers la guérison! D’ailleurs, elle se sentait certes en furie depuis qu’il avait mis les pieds dans cette pièce pour l’accuser de cachoteries, mais elle se sentait également vivante, une impression qui lui manquait un peu trop par moment. Son cœur se serait tellement fort dans son poitrail mais pour une fois, elle savait, hors de tout doute, que c’était la crainte presque palpable de le perdre, la colère brutale d’entendre des mots vrais, des reproches qu’elle méritait plutôt dix fois qu’une, et non pas sa maladie qui la rongeait. Juste pour cela, elle aurait pu sourire, d’ailleurs, il y eut bien une seconde, une petite seconde ou ses lèvres s’étaient étirées alors qu’elle secouait la tête, abdiquant pour une des rares fois. De toute façon, s’il n’avait rien d’autre à lui reproché que ça, si leur engueulade en restait à son refus de changer d’avis, elle s’en tirait à bon compte, pour lui avoir menti si longtemps. Mais hors de question de l’avouer, oh que non! Boucle d’or avait croisé les bras, soupirant d’un air blasé en ajoutant : « … Ça fait longtemps que j’ai abandonné… T’es aussi borné qu’un âne! Ça doit venir de ton sang impur. » Deuxième signe qu’elle allait mieux : son intolérance était de retour.

… Malheureusement pour eux, l’accalmie avait été de courte durée, quelques minutes plus tard, elle peinait à retenir les larmes qui embuaient ses yeux clairs. Et voilà qu’il chialait aussi, rien pour aider la virilité au niveau zéro dans cette pièce. Il ne manquait plus que ce maudit Serizawa et ils seraient dans la cage aux folles! Ses doigts avaient trouvés ceux de son ami et s’y étaient serrés alors qu’elle se nichait contre lui, tentant de retrouver contenance. Elle avait besoin de lui, vitalement besoin de lui, et elle se surprenait elle-même à constater à quel point. Il l’avait enlacé et pendant une seconde, ses craintes avaient disparues. Pas volatilisées, non, mais elle avait craint d’avantage de le blesser, le lui faire du mal, que tout le reste. C’était probablement une bonne chose, qu’Anastasia la haïsse tellement, quand elle ne serait plus là, elle ne serait jamais mentionnée devant l’américain, il ne s’en porterait que mieux. Bornée elle avait quand même rétorqué dans un : « Je rigole avec ce que je veux. Écoute tes ainés. » libérant sa main, elle l’avait agité devant lui, comme un fantôme dans un : « … Boooooouh. Je serai un fantôme hanteur d’américano-corénino! » des moins effrayants. Si elle voulait plaisanter avec sa mort, elle avait droit, c’était quand même son temps qui était compté non?

L’instant d’après, elle retrouvait sa place dans les bras de son ami, nouant ses bras fins, chétifs, malades autour de sa taille pour le serrer de toutes ses forces contre elle. Son minois s’était enfoui contre son épaule et, dans une vulnérabilité qui la dégoutait, elle avait demandé, dans un couinement. « Même si ta meuf te l’interdit? Non parce que ça va arriver… les demandes débiles, avec les hormones et tout… » Oui, elle venait vraiment de supplier. Calaway Heaven qui supplie… C’est qu’elle avait tellement, mais tellement besoin de son ami. Son étreinte s’était resserrée et, probablement sous l’effet d’anti-douleurs puissants, elle s’était faite à voix haute la réflexion suivante : « C’est vraiment dommage qu’elle ait un tel tempérament, parce que quand elle la boucle, elle est super jolie. Au moins t’auras un gamin mignon. » … Elle venait de complimenter la russette? Quel genre de drogue lui avait-on donné! Son regard paniqué passa sur son bras perforé de fils translucides. Merdes. Clairement, c’était puissant.

Soupirant à nouveau, elle s’était niché à nouveau contre Gabriel. Heaven n’avait jamais eu de mère pour la rassurer quand elle était malade, ni même jamais, mais là, collée contre son ami, elle se disait que ça devait être ce petit sentiment de réconfort qu’elle aurait eu, comme s’il était sa bouée dans un océan interminable. Elle avait fermé les yeux en soupirant à son ‘’ordre’’, pouffant de rire, tentant une pointe d’humour. « Non ça va…si ce n’était que de moi je serais déjà hors d’ici. Mais les crétins de toubibs aiment trop ma compagnie. » … ça et son état qui était précaire. Préférant de pas s’y éterniser, elle avait murmuré, comme un secret pour eux seuls. « Tu restes un peu avec moi dit? On a fait le tour de mes problèmes. Mais on n’a pas parlé des tiens… » En vrai, la seule chose dont elle avait besoin, c’était lui. Son ami, sa famille, son inséparable, il avait toujours sur la remonter dans les pires moments, et aujourd’hui était l’un d’eux. Il fallait quand même féliciter la jeune blonde pour sa ténacité, même dans cet état, elle ne lâchait pas le morceau. « Tu vas faire quoi … pour le bébé? »
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 1 Jan - 21:45

" You were never supposed to see me weak "
ft. Gabriel & Heaven



Je ris de ses bêtises, mais je n’ai pas envie de voir ma meilleure amie mourir aussi subitement. N’est-ce pas normal ? Ça me semble tout à fait naturel, allez savoir pourquoi. Ce dont j’ai encore moins envie, c’est qu’elle remette en question notre amitié comme elle le fait en me parlant d’Anastasia. « Même si elle me l’interdit... » Je sais qu’Anastasia n’apprécie pas Heaven. Qu’elle la déteste. Cependant, elle est ma meilleure amie, et je refuse de l’abandonner. Encore plus maintenant que je sais qu’un abandon de ce type pourrait être la dernière fois où nous nous verrions. « Elle a toujours été un peu sauvage… » Ça doit être son côté russe. La part de Staline qui vit en elle. Quelque chose comme ça. « Mais ce n’est pas comme si elle pouvait m’empêcher de venir te voir, de toute façon. » L’énervement n’est pas bon pour le bébé, il paraît, mais je n’ai pas envie de faire un trait sur une amitié de si longue date pour elle ! C’est quand même l’une des seules personnes avec qui je peux parler un anglais correct ici !

« Je comprends pas comment ils font, franchement. » dis-je en lui adressant un petit regard moqueur. Si elle a la force de me parler comme elle le fait, cela me rassure un peu. Elle n’est pas en si mauvais état. Certes, assez pour ne pas pouvoir sortir, je le comprends bien. « Ils savent ce qu’ils font. » Du moins, j’ai envie de le croire. Quand j’entends sa question, un petit rire m’échappe. « J’ai pas de problème, moi. » Mensonge, je le sais, mais que sont mes problèmes à côté du sien ? Je m’en veux un peu de ne pas avoir réalisé plus tôt, même si j’aurais difficilement pu avoir conscience de la situation. « Mais je veux bien rester, oui. » N’est-ce pas normal ? Je suis venu la voir, après tout, ce n’est pas pour partir comme un voleur après lui avoir dit bonjour et m’être à moitié disputé avec elle parce qu’elle est trop conne pour me dire la vérité ! Un rire m’échappe et je me réinstalle sur le lit, une jambe croisée sur l’autre.

Un soupir m’échappe à sa question. Pour le bébé. Mon regard posé sur la fenêtre, je réfléchis en silence pendant quelques secondes. « Le garder. » C’est bien la seule chose dont je suis sûr maintenant. « Je sais que c’est une mauvaise idée, mais on n’a pas envie de … » Le faire partir. Je m’interromps à cette pensée et je secoue la tête. « C’est notre enfant, même si ce n’était pas prévu. » Je sais que le sujet est délicat pour Heaven. Il y a cet enfant qu’elle a perdu. Cet imbécile de Kazuya qui n’est pas foutu de comprendre comment fonctionne une femme. Je ne me prétends pas meilleur que lui, mais il faut admettre ce qui est ! Mon torse se soulève pour un profond soupir alors que je secoue la tête. « On va tout faire pour le cacher, aussi longtemps que possible. »

_________________

Laughter and tears, scars and healing. Questions and answers, they’re all in you. You have my world, you’re my small universe. The moment it vanishes, I will disappear as well.
I'LL SEARCH THE UNIVERSE
Invité
avatar

     Sam 13 Jan - 15:20

" You were never supposed to see me weak "
ft. Gabriel & Heaven



L’animosité qui régnait entre la blonde et la russe n’était pas une nouveauté de l’année, Heaven avait mis des années à parfaire sa haine envers la présentatrice. Tous ces coups bas à l’égard d’un Gabriel qui en arrachait déjà bien suffisamment avec son cercle social, toutes ses humiliations, ses rejets, elle ne pouvait les pardonner. À son humble avis, Anastasia avait agi comme une garce et avait fait beaucoup de dégât, autant son ami semblait prêt à passer l’éponge, à vivre dans le présent, autant, elle en était incapable. On avait blessé une des personnes les plus chères à ses yeux, elle ne pouvait pardonner. Heaven, elle était comme le nord : elle se souvenait, toujours. Pourtant, quelque part sous cette montagne de fureur et de rancune, il y avait cette peur inavouée, honteuse, cette crainte toujours grandissante que la relation de son inséparable vienne à bout de leur amitié. Elle doutait ce jour où Anastasia lui demanderait de choisir et, ou, sans un instant d’hésitation, il céderait à son caprice. Alors oui, de l’entendre lui confirmer qu’il n’en ferait rien l’avait calmée, voir, avait posé un baume sur son cœur déjà souffrant. Pouffant de rire à la comparaison, elle avait soupiré un : « Sauvage tu dis… » Refusant bien de le laisser voir qu’elle s’était fait des soucis, qu’elle redoutait de le perdre.

… Mais c’était le cas. Elle n’aimerait jamais la russe, jamais, et elle était plutôt réjouie que son ami lui concède ce droit acquis. Haussant les épaules, elle préféra le laisser gagner plutôt que de parler en mal de celle qui serait, malheureusement, la mère de son gosse. « Laisses. On ne va pas s’engueuler pour ça. J’abdique. » Elle n’avait pas la force, pas maintenant, pas quand elle avait besoin de lui comme d’oxygène. Ses doigts s’était resserrés sur les siens, désespérés, demandant, il était sa bouée. Tentant l’humour, elle avait murmuré un très moqueur : « Frôler la mort m’a rendue sage, j’accepte que je ne comprendrai jamais ton attirance pour la Russie. En plus, leurs mœurs sont débiles, tu sais que tu vas devoir embrasser son père sur les lèvres quand tu le rencontreras? » … Et elle aurait payé cher pour voir là. Son minois s’était contorsionné en une grimace amusée, alors qu’elle le laissait prendre place près d’elle, s’autorisant une étreinte et une tête posée sur son épaule. Son cœur faisait mal, sa respiration était difficile, mais le simple fait qu’il soit là lui donnait l’impression qu’elle s’en sortirait.

Sa gorge s’était nouée, sous l’effet de la douleur et elle avait espéré qu’il ne remarque pas ses sourcils froncés. Elle voulait sortir d’ici mais assurément, ça ne serait pas pour tout de suite… Nichée contre son ami, elle avait rajouté une couche de bêtise d’un : « … Ah ça oui, ils ont été mandatés pour me pourrir la vie et ils y arrivent à merveille. » … ils la surveillaient probablement plus que n’importe quel patient, principalement parce que personne ne voulait être sur la liste noire de son ainé… et ça avait le don de l’énerver. Grommelant, elle avait conclus d’un : « Tous des soumis qui bouffent dans la main de mon frère, je ne sais pas ce qu’il leur a fait comme menaces mais… ils me quittent pas des yeux. C’est barbant. » avant de changer de sujet. Sa santé, c’était blasant, et puis, ils ne pouvaient rien y faire. Sans compter que le chanteur avait lui-même sa dose de soucis. Elle avait pincé les lèvres, sourcils froncés. Lui? Aucun problème? « … Ne me mens pas. » son ton était doux, sans équivoque et pas un instant elle ne cessa de le fixer avec une douceur protectrice alors qu’il énumérait les emmerdes dans lesquelles sa queue l’avait menée.

Elle avait envie de le frapper. Comment avait-il pu être aussi stupide? Comment avait-il pu laisser une idiote comme Ana se reproduire? Comment, pour l’amour de dieu, avait-il pu oublier les préservatifs?! Elle aurait vraiment du lui faire un dessin. Boucle d’or avait soupiré fortement, roulant des yeux, et dans une incarnation réelle de leur amitié brutalement franche, elle avait lancé un : « T’en est conscient hein? ... Que ce que tu viens de me dire est incroyablement stupide? » … Il vivant dans un monde de licornes?!?! Non parce qu’un bébé, ce n’était pas un tatouage douteux, ça se cache mal. Que ça soit pendant la grossesse ou après! « Fallait prendre une grosse si tu espérais que le ventre à la mode baleine passe inaperçu. Et puis encore, même si ça marche un temps… c’est loin d’être infaillible comme plan. » Personne ne lui avait jamais dit?! Était-il stupide? Elle avait envie de hurler. Que ferait-il sans elle, elle était assurément le cerveau de l’opération!

Sa main avait serré celle de son ami, alors qu’elle chuchotait toujours, son cerveau filant à toute vitesse. Elle avait marmonné, plus pour elle-même que pour lui. « Quand elle va donner naissance, si tu es présent, ça se saura. Un médecin, une infirmière, un patient qui parle trop… tu ne pourras pas noyer le poisson. » elle avait finalement soupiré, ses iris bleutés, plus clairs que jamais posés sur lui, alors que son ton sans équivoque tranchait d’un : « … Ce que t’as besoin, c’est d’un médecin discret. » … et il se trouvait que ça, c’était un truc sur lequel elle pouvait aider. D’ordinaire, elle ne demandait rien à personne, encore moins à son frère, ne sachant que trop bien que toute faveur serait un jour utilisée contre elle… mais… « … Tu veux que je parles à Philip? » pour Gabriel, elle le ferait. Pour Gabriel, elle ferait n’importe quoi. C’est d’ailleurs ce qu’elle lui avait murmuré, comme une promesse. « Je le ferais. Pour toi. »
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 22 Jan - 16:18

" You were never supposed to see me weak "
ft. Gabriel & Heaven



Oui, Anastasia a toujours été sauvage. Je ne me souviens pas d’un jour où elle n’a pas été un tant soit peu violente. Je ne la voyais pas tous les jours, certes, ou seulement de loin. Mais je n’aurais pas oublié, si elle avait été particulièrement douce ou attentive à l’époque. C’était plutôt les casiers qui me donnaient de l’affection, à cause d’elle. Et comme un con, je prenais ça pour une preuve d’amour à l’époque. Avec le recul, je réalise que je n’y étais pas tout à fait. Maintenant, nous avons de vraies preuves d’amour. Comme l’enfant qu’elle porte. Mais il n’en est pas question maintenant.

« Sur la bouche ? » Mes yeux s’arrondissent comme des billes à ces quelques mots. L’embrasser sur la bouche ? Mais de quoi parle-t-elle, maintenant ? « Je t’avoue que moi et la Russie, ça fait 3 gazillions. » Je sais qu’ils boivent de la vodka, qu’ils font des vidéos vraiment chelous sur internet et qu’une de leurs femmes est vachement belle, mais mes connaissances s’arrêtent à peu près là. « J’espère qu’on m’en demandera pas trop. » Avec un peu de chance, je m’en sortirai de justesse, avec un grand salto arrière ? J’ai un talent inné pour me tirer des situations embarrassantes.

Là, tout de suite, j’aimerais que Heaven possède ce talent, elle aussi. J’aimerais qu’elle n’ait jamais dû perdre ce bébé, que son cœur ne lui fasse pas de misères. Elle ne mérite pas tout ce qui lui arrive. Enfin, je ne pense pas. J’ai beaucoup de mal à voir ma meilleure amie réduite à un état aussi misérable, mais je veux croire qu’elle s’en sortira et qu’elle redeviendra la Heaven que je connais : pénible, bruyante et toujours occupée à juger Anastasia quand je lui raconte quelque chose. Notre amitié fonctionne un peu comme ça.

Mais pour que son corps accepte de lui obéir à nouveau, il faudrait déjà qu’elle accepte l’aide des médecins. Je suis peut-être un chouineur professionnel, mais les docteurs savent ce qu’ils font, non ? J’ai l’impression d’être le pire avocat qui soit pour les défendre, à entendre sa réponse. « C’est barbant, peut-être, mais c’est pour ton bien, Heavy. » Un rire me vient malgré moi. « Mais si t’as la force de râler, t’es en meilleur état que t’en as l’air. » Je veux m’en convaincre. De tout mon cœur.

Quand je pense avoir contourné le sujet de la grossesse d’Anastasia avec brio, mon amie blonde parvient à la ramener sur le tapis. Mes lèvres se tordent en une petite grimace. Je finis par lui en parler. Je ne peux pas lui cacher éternellement. « Ouais, je sais. » Je n’en attendais pas moins d’elle, en vérité. Je ricane face à cette réalité piquante. Incroyablement stupide, ça me définit bien. « Du genre… Walda Bolton ? » Bon, je dois arrêter de regarder la télévision. Je ne peux pas m’empêcher de rire. « Mais oui, je sais… » Je ne suis pas suffisamment con pour l’ignorer, hélas.

« Ton frère ? » Mes sourcils se froncent et je réfléchis encore. La discrétion, c’est une idée. Mais il y a d’autres problèmes, non ? « Mais… Et si ça tournait mal ? » Mon regard s’arrête sur les yeux bleus de ma meilleure amie. « Je veux bien, mais je ne sais pas ce qu’elle en pensera, elle. » Philip, c’est un bon plan, mais j’ignore comment ça pourrait se passer. Si je perds Ana ? Si elle perd notre enfant ? Je n’ai pas envie d’y penser. « Je dois en parler à notre manager, dès que je peux. Ou au gars qui le remplace. »

_________________

Laughter and tears, scars and healing. Questions and answers, they’re all in you. You have my world, you’re my small universe. The moment it vanishes, I will disappear as well.
I'LL SEARCH THE UNIVERSE
Invité
avatar

     Dim 28 Jan - 16:23

" You were never supposed to see me weak "
ft. Gabriel & Heaven



Assise dans son lit, nichée contre son ami, le cœur gros, boucle d’or était terrorisée. Pour une des rares fois, elle s’était permis de ressentir pleinement l’angoisse de sa maladie, la terreur qui la prenait au ventre à l’idée qu’elle ne pourrait jamais vraiment consoler Gabriel de sa perte, qu’elle ne pouvait qu’être spectateur de sa clémence, de sa loyauté, jusqu’au jour inévitable ou il en deviendrait la victime. Elle le ferait souffrir, elle le savait, et c’était assurément pour cela qu’elle avait préféré ne rien lui dire, le laisser dans son ignorance bénie, et ne pas l’affubler de ses craintes. Pourtant voilà, elle avait mal agit, elle le savait, mais la culpabilité était d’avantage supportable à la douleur accablante de le voir misérable. Elle avait serré sa main, plus fort, comme pour tenter de le consoler en avance des blessures à venir…

Combien de fois avait-elle entendu le classique ‘’pour ton bien’’ dans les dernières années? Si elle se fiait aux remarques paternelles, tout ce qu’il pouvait lui imposer veillait à la rendre plus heureuse, plus épanouie… plus en santé. Elle avait envie de pouffer de rire, d’argumenter que de rester coincée dans cette chambre ne lui servait à rien. Son cœur n’irait pas mieux, il ne durerait probablement pas vraiment plus longtemps, au mieux, elle gagnait quelques années au compteur, au pire, elle perdait des minutes précieuses qui ne reviendraient jamais. Boucle d’or avait roulé des yeux de manière théâtrale alors que son ami tentait de lui faire voir le bon côté ses choses de son hospitalisation. « Tu vois!! Je vais super bien. Malheureusement, ils ne considèrent pas mes plaintes dans leur évaluation… Amateurs! » Si bien qu’elle avait grimacé l’instant d’après, son ton un peu trop haut ayant causé un pincement dans son poitrail. Elle avait soupiré, préférant conserver un silence buté un moment, le temps de reprendre des forces.

Lorsqu’elle ouvrit la bouche à nouveau, c’était pour aborder un autre sujet de crise : la grossesse. Elle n’allait pas faire dans la douceur et mentir à Gabriel, lui dire que tout irait bien. Ce crétin était capable d’y croire si elle le lui disait. Il fallait qu’il comprenne l’importance d’agir, il ne pouvait pas laisser ça aller et espérer que personne ne remarque que sa meuf ressemblait de plus en plus à une baleine. « Wanda? » elle avait eu beaucoup de temps à prendre elle-même. Faisant mine de réfléchir, elle avait ajouté un : « Pour être certain, je te recommande une femme Hodor. » … Anastasia avait au moins le QI du géant, il n’était pas si loin du compte. Pouffant un instant, elle avait secoué la tête, avant de lui proposer un sacrifice de Calaway.

C’était gros, venant d’elle. Elle savait que Philip n’était pas un saint, elle se doutait qu’il pratiquait en dehors des murs de cet hôpital, mais elle s’était juré de ne pas chercher, trop craintive de ce qu’elle pourrait trouver. « Oui, mon frère. Ils se connaissent. » Il l’avait aidé, quand elle était tombée, aaah, moment de silence pour savourer la joie de son poing s’écrasant sur le visage de cette conne. « … J’en sais rien. Je peux lui demander. » Elle avait une confiance aveugle en son frère, quoi qu’elle ne soit pas réjouie à l’idée de lui imposer une telle chose… pourtant, elle avait ce besoin, de faire tout ce qui était en son pouvoir pour Gabriel. « Demandes à Ana, je pense vraiment… que le secret est la meilleure chose, pour vous deux. » À la mention du manager, elle avait froncé les sourcils. « Vous avez changé? » bordel, elle était à la rame côté idoles. « Il est comment le nouveau? C’est qui? Un japonais au moins? » Oui, même mourante, elle était aussi intolérante.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 2 Fév - 22:27

" You were never supposed to see me weak "
ft. Gabriel & Heaven



Un jour, Heaven partira. J’en ai conscience désormais, et je ne mentirai pas en affirmant que cela ne me fait pas peur. Je ne suis pas le meilleur ami du monde, je réalise que j’ai beaucoup pensé à moi, bien plus qu’à elle, et que j’aurais peut-être dû faire preuve d’un peu plus de compréhension à son égard. Me montrer moins sourd ? Plus gentil ? Je suis déjà gentil… Je peine à remettre de l’ordre dans mes pensées agitées, mais je sais que ce n’est pas ce que souhaitait Heaven. J’ai envie de me montrer fort. Comme je l’ai toujours été.

« Tu devrais demander leur place, je suis sûr qu’ils te donneraient le diplôme tout de suite. » Mon rire n’est présent qu’à moitié, mais au moins, je plaisante un peu. Il est encore trop tôt pour que je parvienne à vraiment rire comme je l’aurais fait d’habitude. Je suis encore pris par la peur qui m’a saisi plus tôt, quand j’ai reçu cet appel de l’hôpital et que j’ai découvert ma meilleure amie dans cette foutue chambre. Il est encore trop tôt pour me demander d’agir comme si de rien n’était.

Mais je suis heureux qu’elle soit en meilleur état que celui dans lequel elle devait être avant mon arrivée. C’est important, l’air de rien. Qu’elle puisse encore parler, plaisanter, donner des conseils et m’engueuler, gentiment ou non, comme elle le fait actuellement. Je ris de bon cœur à sa plaisanterie, avant de reprendre la parole. « T’en fais pas, celle que j’ai maintenant me convient parfaitement. » Même si elle la désapprouve, je sais que Anastasia est la seule pour qui mon cœur ait vraiment battu depuis que je suis jeune. J’ignore pour quelle raison stupide, et je sais que c’est digne des rom-com les plus ridicules que Hollywood ait produites, mais je m’en fous. Ce sera elle jusqu’au bout.

L’idée de faire appel à Philip pour l’accouchement ne m’enchante pas, et j’ai très peur de ce qui pourrait arriver à ma petite amie. Un soupir m’échappe et je ferme les yeux pour pousser un soupir. « Je lui en parlerai… » Même si l’idée que l’accouchement tourne mal me torture l’esprit, je sais que je ne pourrai garder cette naissance secrète si nous ne faisons rien. En plus, Anastasia est une figure publique… « Sinon… Je ne serai juste pas présent… » Et ce sentiment me rend encore plus triste. « Oui. Je l’ai pas encore rencontré, mais il paraît qu’il est riche ? Je l’ai encore jamais vu. » Et pour être tout à fait honnête, je ne suis pas particulièrement pressé de faire sa connaissance, compte tenu des difficultés que j’éprouve à gérer tout ce qui m’arrive ces derniers temps. « Si ça tombe, c’est un mec chill qui me dira rien au sujet de tout ça. » plaisanté-je en riant de bon cœur, avant de me redresser et d’enfoncer les mains dans mes poches. « Il va falloir que je rentre. J’ai pas envie qu’on me demande mille fois où j’étais passé. » Je pince les lèvres un instant et pose les yeux sur le visage de ma meilleure amie avant de reprendre la parole. « Je le répéterai pas mille fois, promis, mais… Prends soin de toi, d’accord ? »

_________________

Laughter and tears, scars and healing. Questions and answers, they’re all in you. You have my world, you’re my small universe. The moment it vanishes, I will disappear as well.
I'LL SEARCH THE UNIVERSE

    
 
You were never supposed to see me weak ft. Gabriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» WWE 2-Packs Series 6
» Quel est Votre Catcheurs préféré a la NXT ?
» Série Basic Spéciale Wrestlemania 26 - Exclu "Toys R Us"
» Marie Marvingt du 42ème
» Réédition de Gabriel Ferry, Le Coureur des bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Chiyoda :: Centre Hospitalier-