Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 Open your eyes, they're my whole world ft. MIRASAE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 28 Déc - 17:40

" Open your eyes, they're my whole world "
ft. Kiyomiraisae ♥



Ses iris sombres s’étaient posés sur le visage de son ami alors que, bien malgré elle, un sourire amusé étirait ses lèvres. Elle se rappelait distinctement du moment où elle avait rencontré Mirai, ça lui avait fait l’effet d’une claque, que ça soit son sourire, sa cuisine, l’ensemble de l’œuvre. Avant lui, elle était cette jeune fille un peu arrogante, définitivement marginale, mais surtout aveugle à l’attention qu’elle recevait du sexe opposé. Elle s’en fichait, des hommes, de l’amour, elle avait cette carapace d’indifférence, comme si elle ne pouvait concevoir quelqu’un daigne ne jamais l’abandonner. Puis, il y avait eu Mirai… un sourire très tendre avait étiré ses lèvres avant qu’elle ne secoue la tête, délicatement. « … Tous les gars… tu parles comme si j’avais une ribambelle de prétendants! » elle avait pouffé de rire, les yeux encore humides des derniers évènements, avant d’ajouter, catégorique. « Tu sauras que j’ai des critères très sélectifs. Je voulais un Sanada. » … et le plus vieux des deux. Ses iris s’étaient perdus sur le malade.

Sae avait entouré ses propres épaules de ses bras, comme pour se rassurer, alors qu’elle avouait au cadet Sanada, la culpabilité qui l’accablait. Mordant délicatement sa lèvres inférieure, elle avait marmonné, repentante. « Quand même… ça n’a pas dû être facile… ça fait tellement longtemps que Kyosuke-kun en est amoureux… J’espère vraiment qu’il trouvera quelqu’un de bien. Honnêtement. » Elle le pensait du plus profond de son âme, elle savait, ô combien il était difficile, ardu, d’accepter de perdre le jeune acteur, elle-même, en serait incapable… Son attention fut à nouveau détournée par la mention de Matsuda… Oui, il était nocif pour son petit ami… mais… « C’était inévitable. Avec un cœur grand comme le sien… » elle avait secoué la tête, une fois, deux, tentant un ton plus doux pour faire entendre raison à un Yuudai borné. « Tu y vas un peu fort! Une once de sagesse Kiritani gratuite? Je te conseil d’apprendre à tolérer Matsuda… parce qu’ils sont amis, maintenant, et que Mirai t’en voudrait de la haïr… Fais comme moi. »

… Accepte. Ça avait probablement été son plus grand sacrifice, que d’ouvrir son cœur à son rival, à cette personne qui, en un claquement de doigt pourrait lui voler son petit ami. Enfin… ils avaient des points clairement incompatibles, vu ce que lui révélait son ami. Fronçant les sourcils, elle l’avait dévisagé en répétant un : « Asexuel? … » elle avait sourit tristement sans rien ajouter. Ça expliquait tant de choses, trop de choses, mais elle connaissait aussi le spécimen endormi qui lui faisait office de petit ami, ce n’était pas le genre de chose qui l’arrêterait quand son cœur était bloqué sur quelqu’un. Préférant ne pas enfoncer ce couteau qui encore aujourd’hui lui retournait le cœur, la photographe s’était approchée de son petit ami…. Qui apparemment dormait! Quoi? Pardon!? Elle avait les yeux ronds et avait préféré blaguer en s’emparant de la main du bel endormi… avant que saint Yuudai ne proteste sur ses techniques. Gonflant les joues comme une gamine prise en faute, elle avait ajouté, amusée. « Oh ça va Yuu! Ne fais pas ta chochotte! Tu as voulu me présenter ton frère en sachant qu’il me charmerait en une assiette, maintenant tu assumes. »

… Une assiette oui. C’était après tout, un estomac sur pattes! Elle garda un instant le silence, jusqu’à sentir une pression sur ses doigts. Sursautant, elle désigna la main enlacée à la sienne d’un signe de tête, réjouie. « T’as vu? » Il l’avait reconnu peut-être? Elle était optimiste…. Souriant à son petit ami, elle avait débuté. « … Si tu dors, t’as intérêt à rêver de moi… genre… » elle avait bien eu ce petit sourire espiègle en s’inclinant vers son petit ami, ses lèvres si près de son oreille alors qu’elle lui chuchotait quelque chose de scandaleusement obscène assez bas, dieu merci, pour épargner les oreilles du cadet Sanada. Un tel tourbillon d’angoisse grimpait en elle et elle ne pouvait rien faire d’autre que de serrer cette main dans la sienne. Et s’il n’était plus jamais le même? Elle avait besoin de lui, à un point tel qu’il lui était impossible de penser de manière cohérente sans l’avoir à ses côtés. Il le savait non… non?
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 2 Jan - 18:18

" Open your eyes, they're my whole world "
Kiyomiraisae ♥️
Guest apperance: Yuudai



Parfois Yuudai avait envie de secouer son amie comme un prunier. Non mais elle ne réalisait pas qu’elle était jolie? Il n’était pas attiré par Sae, non ça il y avait une moitié entière de la progéniture Sanada qui l’était et ce n’était pas la sienne, mais il était définitivement capable de dire que la seule chose que les géniteurs de la licorne préférée de Tokyo lui aient laissés, c’était de bons gènes. « Tu ne les voyais vraiment pas, à l’école, tous ces mecs? » Peut-être était-ce aussi parce qu’avant Mirai, elle n’en regardait pas un seul? Bon, il fallait dire qu’elle n’était devenue amie avec Yuudai que parce que le destin avait fait qu’ils avaient été jumelés pour un travail scolaire. Peut-être qu’il faudrait retracer l’enseignante, question que Mirai et Sae fassent des remerciements en bonne et due forme? « Une sacrée chance que j’ai un frère. » Quoi? Il l’avait dit qu’il n’était pas attiré par Sae, et des Sanada il n’en court pas une tonne!

Décidément, les charmes c’était Mirai qui les avait eus, de toute façon. Yuudai pouvait compter sur une seule main le nombre de filles qui l’ont trouvé attirant. Rendu à 22 ans, c’était un peu pathétique, mais Mirai c’était pathétiquement l’inverse : il n’aurait pas assez de tous ses doigts et tous ses orteils. En tête de liste, il y avait bien sûr Kyosuke, qui accumulait plus d’années à aimer l’endormi que la demoiselle Kiritani, mais qui apparemment vivait très bien la séparation. « Tu lui diras, ces bons vœux-là. Vraiment je suis sûr qu’il ne va pas tarder. » Un regard rapide vers la porte. Ses parents étaient encore là, toujours incapables d’entrer, mais pas de traces du grand Sugimura. « Il se chargera de te dire à toi aussi que vous vous en faites trop. » Kyosuke faisait autant partie de la famille Sanada étendue que Sakuya, c’était bien entendu que Yuudai avait eu une conversation avec lui lorsqu’il avait su toute l’histoire de la remise en couple de Mirai et Sae. Le plus zen dans cette histoire était celui de qui on avait le plus pitié, quand même ironique…

Faire comme Sae par rapport à Matsuda? Non. L’écrivain aurait des preuves à faire. Sae elle n’avait pas connu les crises d’un Mirai de 7 ans qui ne voulait même pas aller dehors de peur de croiser leur voisin. Ce n’était pas avec elle au bout du fil que l’aîné Sanada avait pleuré jusqu’à s’en rendre malade. Elle pouvait se faire une idée, mais elle ne savait pas comme Yuudai le savait. « Mirai sait très bien ce que j’en pense. Il sait aussi très bien que ça va me prendre du temps. » Les deux frères n’en étaient pas à un sujet de discorde près, de toute façon.

La chose sur laquelle il n’y aurait pas de discorde, c’était ce que Mirai appelait un potentiel problème et Yuudai appelait une incompatibilité évidente. « Ouais, mais pas juste ‘j’ai pas envie’, selon mon frère c’est au point ‘touchez-moi jamais’. Même pas une main sur un bras! Mirai, pas toucher quelqu’un? Il a plus de chances de pousser un bras de plus que de réussir! » C’était à rien comprendre pourquoi Matsuda avait tenu  la main de l’endormi et embrassé son front, même. L’hypothèse du cadet Sanada était que c’était parce que Mirai était inconscient et donc aucunement une menace… mais restait qu’une fois réveillée, le trainee devait constamment se surveiller et aux yeux de son petit frère, lui demander une telle chose était inhumain.

Oh, il allait répliquer, il n’allait pas tolérer de se faire traiter de chochotte, assurément. Cependant, son œil avait perçu du mouvement dans la porte. Oh. Le voilà. Yuudai l’avait dit qu’il ne tarderait pas.

«Oh que oui, il a intérêt à rêver à toi. » Kyosuke portait encore son uniforme de basketball, veste de sport et pantalons assortis, et ses cheveux étaient détrempés malgré le froid de novembre : il s’était lancé vers l’hôpital dès qu’il avait terminé sa douche, laissé les clés à l’assistant capitaine pour qu’il s’occupe de tout barrer. Passant devant Yuudai, il avait tapoté l’épaule du bébé de la famille et fait signe vers la porte d’un geste de tête. « Tu devrais aller voir tes parents un peu, je crois. » Acquiesçant rapidement, Yuudai jeta un dernier regard vers son frère, sachant qu’il était entre les meilleures mains possibles, surtout qu’il ne voulait pas savoir ce que Sae avait murmuré comme idées de rêves. Nope, on allait trop loin comme informations qu’il voulait savoir. Il n’était pas un Okina, sa tolérance était pas mal plus prude!

Le capitaine de basketball regarda le jeune Sanada quitter et alla se placer à côté de Sae, les poings fermés par l’impuissance avant de passer un bras rassurant autour des épaules de la demoiselle. « ‘Dormir dur’ prend tout son sens, mais il ne te lâche pas pareil, hein? » Non, les mains jointes ne lui avaient pas échappées. « Yuudai t’as probablement balancé toute l’information comme si c’était hyper facile à comprendre, est-ce que tu as tout compris sur son état? » Non mais il le savait, lui, que Sae était plus artistique qu’intellectuelle et il savait aussi de Mirai qu’elle n’avait pas la scolarité du siècle. Mais si quelqu’un avait le droit de savoir ce qui se passait, c’était bien la jolie Sae-chan.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 4 Jan - 19:16

" Open your eyes, they're my whole world "
ft. Kiyomiraisae ♥



Sae avait roulé les yeux en conservant un silence buté, devant le monologue de son beau-frère. Il fallait savoir quand rendre les armes et, plus ils discutaient, plus elle réalisait qu’il n’y avait pas l’ombre d’une chance qu’ils trouvent un terrain d’entente sur le sujet actuel. Alors autant ne pas se disputer pour une cause perdue… Après tout, dire que le cadet Sanada était borné aurait été un euphémisme, notre jeune photographe avait appris, depuis les débuts de leur amitié, que la bonne entente ne serait possible que dans la mesure où ils acceptaient d’être en désaccord sur certains points. L’effet de Matsuda dans la vie de Mirai était un de ces sujets tabous. La demoiselle pouvait comprendre le passé trouble qu’avait son petit ami avec l’écrivain, elle pouvait comprendre les élans de rancune que nourrissait Yuudai envers leur ancien voisin… et pourtant, elle n’arrivait pas à trouver en elle une haine quelconque pour le pauvre garçon. Le peu qu’elle avait vu de lui, il semblait tellement perdu, tellement torturé… elle ne pouvait le blâmer alors qu’il avait toujours l’air au bord de se briser.

Ainsi donc, elle s’était tue, elle avait pris la main de son petit ami endormi dans la sienne, et elle avait souri en le sentant s’y cramponner. Elle n’avait pas bien compris les potentiels risques de sa situation, mais elle savait que c’était grave, voir, qu’elle avait de la chance qu’il soit encore en vie après cette vilaine chute. Elle se sentait si impuissante… Délicatement, elle avait pressé ses doigts contre les siens, sentant son pauvre cœur battre à tout rompre. Elle avait mille et une questions, mais vu l’état de Yuudai et le fait qu’il allait déjà devoir donner un compte rendus aux parents Sanada trop angoissés pour quitter le couloir, elle n’osait pas trop lui demander. Non, plutôt, elle s’était perdue dans ses réflexions, n’en étant tirée qu’en sentant un géant s’approcher d’elle. Ok, tout le monde était géant comparé à elle-même… mais la pièce d’homme qui venait de faire son entrée était tout un chef d’œuvre, elle était quand même d’accord avec Mirai là-dessus, la base de leur couple… un goût commun pour le sport. WTF?? Ses iris s’étaient relevés vers le nouvel arrivant, un sourire aux lèvres en entendant sa rétorque. « Oh tu sais… je suis pas mal certaine que tu es un peu dans ses rêves quand même… » Les 18+ ?

SAE. Ok ok! Elle avait secoué la tête et fixé à nouveau le bel endormi pendant que son ami et la victime de son incitation à l’adultère discutaient. Elle n’était pas spécialement réjouie de se retrouver toute seule avec Kyosuke, autant elle l’appréciait – elle était dans la vie de l’acteur depuis si longtemps qu’elle était en bons termes avec son meilleur ami – mais elle se sentait tellement, mais tellement coupable de lui avoir arraché Mirai. C’était mesquin, malhonnête de sa part, elle savait mieux que quiconque ô combien la vie était triste sans son petit ami… combien il lui avait manqué, vitalement, comme une part d’elle-même arrachée pendant ces années de séparation… et elle l’imposait à Kyosuke? Ses iris avaient retrouvés les siens en le voyant approcher et elle avait pouffé un peu, il était tellement gentil, tellement attentionné… un vrai prince charmant. « Mirai? Lâcher? Allez dit pas n’importe quoi, tu sais bien qu’il est un Koala quand il dort, le monde devient sa peluche! » impossible de garder ses distances, c’était un toucheur son petit ami, il n’avait pas vraiment la notion de bulle. Ça tombe bien, elle non plus.

Instinctivement, elle avait lassé sa tête se poser contre le torse du géant, en le sentant approcher, son autre main se posant sur son avant-bras comme pour l’attirer contre elle, pour lui rendre son étreinte. Ce mouvement lui demandait beaucoup, sentir un autre homme la toucher la plongeait dans une grande panique mais elle tenait bon en se répétant que c’était Kyosuke quoi, il ne lui ferait jamais de mal. Et parce que c’était lui, elle voulait bien le croire. Songeuse, elle avait pressé ses lèvres en soupirant, un peu honteux d’être aussi bête. « En fait… j’ai pas compris grand-chose……….. sauf que c’est grave. » et à ce mot, ses beaux iris clairs s’embuaient et elle serrait d’avantage sur le bras du prince charmant de la pièce, elle avait soupiré, reniflant en même temps. Sans oser le regarder, elle avait couiné ce qui la tourmentait plus que tout le reste. « … Je suis tellement désolée Kyosuke-sempai… »

    
 
Open your eyes, they're my whole world ft. MIRASAE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» I want so much to open your eyes, 'cause I need you to look into mine || Ayame Takahashi
» Open your eyes^
» Compatibilité Open Office / Word
» [Ducan]Senry"Open Your Eyes And Dream"+NEWS !
» [MagicDarkLight] Just a Dream ~ Which has come true -7ème-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Chiyoda :: Centre Hospitalier-