Sometimes, it's better to start over • | ft. Heaven ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 28 Oct - 4:15
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Sometimes, it's better to start over"
ft. Heaven ♥



Heaven avait beau lui avoir dit qu’elle lui pardonnait tout, rien n’était aussi simple. Cela ne changeait rien aux yeux du chanteur qui lui n’était pas en mesure d’effacer la culpabilité qui rongeait son être. Il avait conscience que celle-ci persisterait à le ronger pendant longtemps, peut-être même pour toujours, mais avec le temps il avait espoir qu’elle finisse par s’estomper. Son devoir était d’aller de l’avant... Sa petite amie, il ne s’imaginait pas la considérait autrement que sa bien aimée, n’était pas heureuse sans lui. Et il n’était pas heureux sans elle non plus. Certainement qu’il aurait pu apprendre à l’être dans d’autres circonstances néanmoins pas avec tous ses obstacles qui s’étaient installés entre eux et qui n’avaient eu de cesse de les détruire. Qu’Heaven n’en doute jamais, Kazuya l’avait toujours aimé et s’il n’avait pas su se tenir correctement à ses côtés, c’était à cause de tout cet amour qu’il éprouvait à son égard. Ses sentiments étaient si forts que malheureusement, ça n’avait pas tout le temps ses bons côtés... Il ne s’arrêterait jamais de se reprocher son manque d’attention, son absence à cet instance là et surtout, de ne pas avoir été assez courageux pour l’affronter et la regarder en face. Aujourd’hui encore, il n’y parvenait pas. Ce n’était pas faute d’essayer, pourtant, ça lui était difficile parce que les images étaient là, parce qu’il n’arrivait pas à oublier ce jour noir où assis sur un banc de l’hôpital, il attendait ce verdict qui avait chamboulé leur vie. Il n’était pas capable d’oublier ce qu’il n’avait pas fait, le mal qu’il lui avait infligé et même la toucher, ça lui était compliqué. Pourtant, paradoxalement, il était heureux de l’avoir à ses côtés. Il souriait plus souvent sincèrement, il se montrait à ses petits soins mais de son plein grès, il n’osait jamais l’approcher. La jeune femme devait s’en douter, il le lui avait répété, qu’avant que tout ne redevienne comme avant, il faudrait du temps. Du temps qu’elle n’avait pas forcément, une chose que l’artiste risquait de regretter plus tard également cependant il avait envie d’être sincère avec elle, il ne souhaitait pas lui offrir quelque chose dont il ne désirait pas. Bien sûr qu’il aimerait la serrer dans ses bras, qu’il aimerait sentir la douceur de ses lèvres contre les siennes et ne plus jamais s’en détacher hors, c’était compliqué... Lorsqu’elle lui en réclamait, qu’elle venait vers lui, il ne la repoussait pas, il entourait chaleureusement ses bras autour de ses épaules toutefois l’initiative ne venait jamais de lui. Et c’était là qu’il avait réalisé. Un jour alors qu’il était en pause et qu’il s’était perdu dans ses réflexions, il avait compris le problème. Certainement qu’autant elle que lui, ils avaient besoin de changement, de respirer un nouvel air et s’évader. N’était-ce pas lui qui lui avait demandé de repartir du début ? Comment pourrait-il le faire ici avec tous ses mauvais souvenirs qui le hantaient chaque jour ? Un voyage pourrait les aider à se retrouver... Du moins, il l’espérait. C’était ce qui les avait lié, c’était là où tout avait commencé alors naturellement, discrètement, il avait commencé à faire différentes recherches. Avec son travail, il ne pouvait pas prendre énormément de vacances seulement avec la tournée qui se terminait, il pouvait au moins avoir quelques jours. Après avoir feuilleté de nombreux magazines, il avait fini par trouver la destination idéale : les Maldives. Il avait toujours rêvé d’aller là-bas puis n’était-ce pas un endroit formidable pour passer du bon temps en amoureux, pour se relaxer, puis profiter.

Pas une seule fois, il n’en avait parlé à Heaven et il s’en excusait parce que les jours qui avaient précédé le départ, l’idole s’était montrée encore plus distante que d’habitude, trop occupée avec les derniers préparatifs et beaucoup plus stressés que ce qu’il n’avait montré extérieurement. Et lorsque le jour décisif arriva enfin, Kazuya n’avait fait que lui laissait un petit mot au matin sur lequel il avait inscrit un simple « Fais ta valise, on part ce soir. » sans plus de détails. Lui travaillait la journée et ses bagages étaient déjà prêts, l’attendant sagement dans sa loge.

Ce n’était qu’en début de soirée qu’il quitta le studio, sa valise dans le taxi alors qu’il envoyait un message à sa petite amie pour lui demander de l’attendre en bas avec son sac, qu’ils s’en iraient directement. Le long du trajet, il n’avait pas dit un mot sur l’endroit où ils se rendaient, sur l’idée qu’il avait en tête, il n’avait fait que volontairement ignorer le sujet jusqu’à ce que le conducteur ne les dépose à leur terminal à l’aéroport d’Haneda. Pas besoin de se cacher, leur relation était toujours officielle, le chanteur n’avait jamais su trouver le courage d’annoncer leur rupture publiquement et au bout du compte, il ne regrettait pas de ne pas l’avoir fait. Le sourire aux lèvres, il l’invita à le suivre avant de s’arrêter non loin de leur guichet d’enregistrement puis de sortir les billets. Billets qu’il glissa soudainement dans les mains de la jeune femme avant de lui arborer une esquisse des plus chaleureuses.

- Je me suis dit que ça nous ferait du bien à tous les deux, Expliqua-t-il alors.

Qu’elle ne se tracasse pas, Kazuya avait tout arrangé. Même avec son travail à elle. Il ne faisait jamais les choses à moitié.



Invité
avatar

     Sam 28 Oct - 16:16

" Sometimes, it's better to start over"
ft. Kazuya & Heaven ♥



Quelque qu’ait été la finalité de leur discussion à cœur ouvert, ou même la sincérité de leurs excuses et de leurs désirs communs d’aller de l’avant, Heaven était bien mitigée quant au statut relationnel qui l’unissait à l’idole. Ils n’en avaient pas vraiment parlé, s’ils étaient à nouveau ensemble ou pas … et après tout ce qui les avait secoués, tous ces mois sans même pouvoir lui adresser la parole, Heaven refusait d’être celle qui posait la question, par crainte qu’il ne s’esquive une fois de plus. Elle pouvait vivre dans le flou, aussi angoissant était ce statut quo, mais elle se refusait de le voir filer une fois de plus, s’il la laissait tomber, une autre fois, elle ne s’en remettrait pas. Pas cette fois. Ainsi donc, elle avait préféré jouer l’idiote, se satisfaire de cette proximité qu’il voulait bien lui donner, s’autoriser quelques rapprochements, quelques caresses, jamais trop, histoire de ne pas le brusquer. Elle le savait bien au fond, qu’il lui faudrait beaucoup de temps pour se pardonner, pour jeter aux oubliettes cette vilaine culpabilité. Il lui avait dit après tout… mais bêtement, ou pas déni, elle s’était imaginé que ça prendrait des semaines, sans plus, qu’il finirait par réaliser, se souvenir, que le temps qu’il lui demandait, elle ne l’avait pas…

Mais non. Voilà maintenant près d’un mois qu’ils avaient fait le point, qu’ils avaient au minimum mis un baume sur leur rancune et, outre la proximité, il n’y avait rien entre eux qui pouvait laisser présager à un couple. Il ne l’embrassait jamais, sauf si elle faisait le premier pas, idem pour les caresses, et ne lui parlez même pas de sport de chambre. Encore deux mois de ce régime de privation et elle allait regretter l’abominable coréen qui lui avait fait passer les pires minutes de sa vie! Mais bon, encore une fois, c’était un sujet qu’elle ne voulait pas aborder, elle avait depuis longtemps appris que de mettre la pression à son peut-être-petit-ami n’était jamais une solution souhaitable. Elle encaissait donc, tentant de trouver un peu de joie dans les maigres progrès qu’il faisait, tentant de chasser la crainte qui lui nouait le ventre, à l’idée qu’il finisse par abdiquer, en remarquant à quel point c’était difficile, de chasser ses fantômes.

Heureusement pour elle, Heaven avait de quoi s’occuper, il y avait déjà quelques mois qu’elle avait repris le cabinet de son oncle et, si plusieurs patents avaient été réticents, de la voir prendre du service après des années de hiatus, elle avait désormais sa routine, son horaire stable, et elle pouvait voir de réels progrès chez certains de ses consultations. C’était une diversion agréable, sans compter que de se sentir enfin utile, de reprendre une vie un peu plus normale qu’en tant que Barmaid lui faisait du bien, la rassurait. Elle avait au moins ça se stable. Ce qui ne l’empêchait pas de se faire la réflexion, par moment, que celle qui devrait consulter un psychologue, c’était probablement elle. Après tout, elle vivait dans la crainte constante de voir son monde s’effondrer, elle se refermait sur elle-même et, analysait avec beaucoup trop de détail, tous les états d’âmes de son chanteur adoré. Comme ce matin-là, quand elle avait trouvé un petit mot gribouillé par sa tortue, lui demandant de faire ses valises.

À une autre époque, elle aurait été excitée de la chose, connaissant le penchant pour les surprises de son petit-ami, avant, elle aurait sautillé partout en commençant dores et déjà les préparatifs. Sauf que ce matin-là, devant cette note, elle ne pouvait que sentir sa pauvre pompe à sang s’accélérer et l’angoisse lui tordre les entrailles. Aux vues des comportements récents du chanteur, elle ne pouvait que difficilement s’imaginer qu’il lui ait préparé la moindre surprise. Il était tellement secret, distant ces derniers temps, qu’elle en venait à croire que cette note, cette demande, c’était une façon détournée de la foutre à la porte, de rompre … il n’avait jamais été spécialement doué pour le lui dire clairement. Alors oui, devant ce petit mot, elle avait dû combattre des larmes. Elle était tellement persuadée du pire, qu’elle avait mis tout ce qu’elle pouvait imaginer avoir dans l’appartement dans une énorme valise – ça aurait l’avantage d’être polyvalent, et n’avait même pas pris la peine d’appeler au boulot pour dire qu’elle ne rentrerait pas. Puis, elle avait attendu, ne sachant quoi faire, ne sachant quoi demander. Il n’y avait rien à faire de toute façon, Kazuya était si borné que, s’il avait décidé de rompre, elle ne pourrait rien dire pour le convaincre du contraire. Et puis rompre… étaient-ils au moins ensemble pour commencer?

Ce n’est que lorsqu’elle avait reçu son texto, lui demandant de le rejoindre, qu’elle avait froncé les sourcils et avait trouvé encore plus étrange tout ce cirques. Attrapant son bagage, elle avait néanmoins obéis et s’était retrouvé dans un véhicule, totalement perplexe, le cœur battant à tout rompre. Ses iris clairs s’étaient posés sur le jeune homme, toujours aussi confuse, puis sur le chemin que parcourait le taxi. Ou diable l’amenait-il?? Ce n’est que quelques minutes plus tard, les yeux rivés sur la route, que le tout commença à faire du sens… quand elle se mit à voir des affiches pour l’aéroport.

Ok. C’était stupide, mais elle en venait presque à croire qu’il la renvoyait aux USA sans lui demander son approbation. Il en avait autant marre d’elle? Elle avait milles question à poser, lorsqu’ils descendirent dans le terminal, mais elle ne dit rien, le laissant l’attirer, la crainte laissant place à la curiosité lorsqu’elle remarqua que des billets, il y en avait deux. Et puis, il avait aussi une valises… alors il venait avec elle hein? Elle était sur le point de lui demander des explications lorsqu’il lui tendait les billets et qu’elle en lu le contenu, son regard se faisant d’abord confus, puis, surpris, et enfin, franchement………. Réjouis. Elle avait même aux lèvres un vrai, sincère, rare sourire alors qu’elle le fichait comme un poisson hors de l’eau, l’information percutant sa cervelle. « Kazuya? » Oui, c’est bien son nom. Elle avait cligné des yeux, une fois, deux, son coeur reprenant son rythme chaotique. « Tu m’amènes en voyage? » … non idiote, il te fait visiter un avion….« Pour de vrai? C’est pas une blague? » sa blondeur commençait à transparaitre là…. Mais qu’on la pardonne, elle  était tellement choquée, émue, heureuse, qu’elle avait du mal à enligner des mots. Sans réfléchir, ses bras s’étaient noués autour du cou de son peut-être petit-ami et elle l’avait serré fort, très très fort, en enfouissant son visage dans son cou pour masquer ses yeux humides – l’émotion. « Tous les deux…………. Un voyage en amoureux? »  
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 15 Nov - 13:14
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Sometimes, it's better to start over"
ft. Heaven ♥



Kazuya reconnaissait ne pas avoir été correcte ces dernières semaines... Il reconnaissait le mal qu'il avait du laisser dans le cœur de sa petite amie parce qu'il n'était pas capable de prendre des initiatives, qu'en plus de se montrer distant, il ne la touchait jamais de lui-même. Il avait conscience que ce n'était pas ainsi qu'il la rendrait heureuse cependant il n'avait pas souhaité se forcer non plus... Est-ce que ça ne l'aurait pas blessé encore plus s'il avait agi de la sorte ? C'était la raison pour laquelle lorsqu'il avait songé à ce voyage, il s'était dit que c'était la meilleure idée qu'il aurait pu avoir pour la retrouver complètement. Même en étant à ses côtés, Heaven lui manquait constamment. Leur relation qu'ils avaient autrefois lui manquait énormément et plus que tout il souhaitait retrouver cette complicité qui les définissait, qui faisait d'eux ce couple dont tout le monde rêverait d'être. Et du changement dans son cœur, il en avait déjà constaté lorsqu'il avait écrit ce mot avant de partir travailler et qu'un sourire sincère avait étiré ses lèvres. Naturellement, il s'était imaginé la réaction de la jeune femme lorsqu'elle découvrirait sa surprise, lorsqu'elle s'apercevrait que s'il avait été distant les jours précédents, c'était parce qu'il était occupé à organiser ce séjour. Bien qu'elle avait accepté de lui pardonner, selon lui des excuses n'étaient pas suffisantes et c'était plus que des mots qu'il devait faire pour la reconquérir, pour la mériter auprès de lui... Avant tout, il se devait d'agir. Bien sûr que non, un voyage ne compenserait pas tout puisque son plus gros travail à faire était sur lui-même... Et il était certain que quitter le Japon, se rendre dans un endroit où ils n'avaient aucun souvenir les aiderait à oublier, à panser chacune de leur plaie puis à leur rappeler quel était leur véritable amour. Il l'aimait plus que tout. Il la voulait heureuse. Il souhaiterait lui décrocher les étoiles s'il le pouvait, lui offrir ce qu'elle avait toujours désiré, avoir des supers pouvoirs afin de soigner sa mauvaise santé et s'assurer sa survie. Tout ce qu'il demandait était son bonheur. Pas plus. Pas moins. Et c'était également à cause de cette envie là que ça lui avait été difficile de s'approcher d'elle parce qu'il avait cette peur en lui de la briser une nouvelle fois. C'était stupide. C'était psychologique. Mais c'était sincèrement ce genre de pensées qui avait traversé son esprit à mainte et mainte reprises... Pourtant Heaven n'était pas en sucre, il ne la briserait pas juste avec la force de ses bras et plus l'heure du départ approchait, plus il réfléchissait à ce sujet. Puisque lorsqu'il s'imaginait sa réaction à elle, il s'imaginait aussi la sienne et il était certain que dans le fond, il ne serait pas en mesure de lui résister. Peut-être que tout ce qu'il avait besoin, ce qui le rassurerait réellement était de lire ce bonheur sincère sur le visage de sa petite amie. Ce visage rayonnant qui l'avait fait succomber la première fois, ce sourire et ses étoiles qui étincelaient dans ses iris bleutées. Si elle n'était pas heureuse, il ne pouvait pas l'être aussi et il ne serait jamais en mesure de se pardonner... Puisque si elle ne souriait plus jamais, ça serait forcément de sa faute.

Le pourquoi, si une partie de lui était excitée, qu'il avait hâte de lui donner ses billets, il ne pouvait pas s'empêcher d'en être aussi stressé. Et si ça ne lui convenait pas ? Et si finalement Heaven n'avait pas envie de partir en voyage avec lui ? Elle n'était pas ce genre de femme mais dans ce genre de situation, on angoisse si rapidement et il y a toujours le pour et le contre. Hors, c'était avec une expression assurée qu'il lui avait glissé les papiers entre les mains et lorsqu'il remarqua cette esquisse merveilleuse qui égayait la figure de la jeune fille, il ne put guère résister à lui répondre de la même manière. Il n'aurait guère pu expliquer quelles émotions avaient parcouru son être entier en cet instant précis cependant une agréable chaleur était venu s'emparer de son cœur. Une sensation qu'il n'avait pas été capable de ressentir depuis un moment à présent... Une sensation qui ne fit qu'accentuer cette certitude que ce voyage ne leur ferait que du bien, qu'ils avaient certainement juste besoin de ça pour avancer et soigner leurs maux.

Un doux rire s'était échappé de ses lèvres face à cette réaction qu'il avait parfaitement imaginé quelques temps plus tôt mais qui était beaucoup mieux à assister dans la réalité. La voir ainsi le forçait à se rendre compte du ô combien elle était fabuleuse et ô combien, peu importait le temps qui s'était écoulé et les obstacles qui s'étaient immiscés entre eux, il ne cessait jamais de tomber toujours un peu plus amoureux d'elle. Sans répondre à haute voix, il avait hoché la tête à ses questions, lui confirmant de cette manière que oui, il l'emmenait en voyage et que non, ce n'était pas une blague.
Il n'avait même pas été surpris de la voir se jeter ainsi dans ses bras. N'était-ce pas du Heaven tout craché ? Et pour la première fois depuis un mois, il ne s'était pas forcé à répondre à cette étreinte, ses bras se nouant machinalement autour de ses épaules avant que ses phalanges n'aillent se perdre dans ses cheveux pour les lui choyer avec tendresse.

- Oui. Un voyage en amoureux, Lui confirma l'artiste de plus bel, une esquisse tendre dessinant son visage, J'espère que ça te plaît.

Là aussi, il n'avait pas hésité. Cela avait été complètement naturel. Se décalant de plusieurs centimètres, alors qu'il s'amusait à remettre quelques mèches de ses cheveux correctement et que son regard se noyait dans le sien, il s'était rapproché afin de lui déposer un doucereux baiser sur son front. La première initiative qu'il prenait depuis des mois... Une initiative qu'il avait eu le courage de prendre grâce à cette merveilleuse expression que sa vis-à-vis lui avait offerte et qui avait en quelque sorte enlevait un léger poids de son cœur.

- Par contre, on devrait y aller. Ce serait bête de louper l'avion.

Ça c'était certain. Après avoir fait tant d'effort pour en arriver là, ce serait dommage de plus pouvoir en profiter. Le chanteur lui sourit de plus bel sur ses mots, prenant sa valise avant de la guider vers les guichets d'enregistrement. Tout s'était passé sans encombre et malgré quelques regards rivés en leur direction, personne ne les avait embêté et ils s'étaient envolés en direction des Maldives.
Invité
avatar

     Sam 18 Nov - 17:39

" Sometimes, it's better to start over"
ft. Kazuya & Heaven ♥



En toute franchise, après des mois à donner son espace à Kazuya, à le laisser guérir ses propres blessures sans en constater un réel avancement, sans voir la moindre parcelle d’indice qui pourrait lui confirmer qu’un jour, ils seront plus que des colocataires entretenant une relation platonique de réelle affection, elle avait songé à baisser les bras. Pas par manque d’amour, certainement pas, mais parce que chaque jour où il ne revenait pas vers elle, chaque fois qu’elle constatait qu’il replongeait dans son mutisme, qu’il luttait pour combattre des démons et de la culpabilité sans y parvenir, elle faisait peu à peu son deuil de leur relation. Elle avait beau savoir, du plus profond de son âme, qu’il était celui qu’elle désirait à ses côtés, elle ne pouvait pas non plus l’enchainer, ou le rendre misérable. Peut-être que ça serait mieux pour lui, d’aller de l’avant, de ne plus la voir, d’avoir une véritable rupture, nette, pas ce semblant de zone grise dans laquelle ils évoluaient. Ce genre de pensées lui tordait le cœur mais, de jour en jour, elle tentait de s’en convaincre, après tout, elle-même, malgré toute sa bonne volonté, dépérissait là-dedans. Elle souriait à peine, et elle était lasse, d’attendre un progrès qui n’arriverait peut-être jamais. Elle n’avait pas le temps, de tout investir dans une relation vouée à l’échec. Elle en était là dans ses idées noires, comme si sa conscience tentait de lui faire envisager le pire scénario possible pour la protéger de la douleur, lorsqu’il lui avait demandé de faire ses valises. Sur le coup, elle n’avait même pas pensé que ça puisse être une surprise – elle était tellement en mode ‘’ne pas se faire d’idées’’ – qu’elle avait plutôt eu un visage sérieux, froid, tout le long du trajet. Au point ou, pauvre homme, il avait dû s’imaginer que ça ne lui faisait pas plaisir.

Lorsqu’enfin, il lui avait mis les billets dans les mains, son cerveau avait eu un genre de court-circuit et un sourire des plus éclatants avait étiré ses lèvres sans qu’elle ne sache quoi dire ou quoi faire. Quand elle s’imaginait l’espoir mort, voilà qu’il dépassait ses attentes, la surprise était totale, elle avait bien dû le fixer un long moment, clignant des yeux, sans trop comprendre, avant de sentir sa pompe à sang battre à tout rompre au son de son rire à lui. Ça faisait tellement longtemps… elle ignorait même à quel point elle avait eu envie d’entendre son rire, son petit cœur s’était pressé, beaucoup trop heureux d’entendre ça … rassuré, quelque part, son sourire s’était élargis, une petite étincelle éteinte ayant retrouvé place dans ses iris clairs. Pour la première fois depuis des mois, si elle avait une boule dans la gorge, c’était de la joie, pas de la tristesse. Ses bras s’étaient instinctivement noués autour de son cou, avant de réaliser que c’était peut-être une mauvaise idée… trop brusque. Le choc fut d’autant plus grand lorsqu’il la serra à son tour, glissant une main dans ses cheveux, lui arrachant un soupire de bien-être. Bien malgré elle. Elle avait resserré son étreinte, son visage illuminé par un sourire franc, une vision rare ces derniers temps. « Hmmm. Je ne sais pas trop... » son visage la trahissait, et ce petit sourire en coin, moqueur, amusé, alors qu’elle ajoutait, à la blague. « J’ai de grandes attentes tu sais, la dernière fois que je suis allée en voyage comme ça… j’ai vu une célébrité toute nue! » … elle avait pouffé de rire, au souvenir de leur début, de leur fuite, ça faisait une éternité.

Glissant sa main dans la sienne, elle l’avait laissé le guider vers l’avion, en route vers une destination ou ils seraient un peu plus anonymes. Passant la sécurité, puis prenant place, ce n’est qu’une fois l’avion en marche qu’elle avait libéré ses phalanges, reposant son regard sur lui, un sourire toujours aux lèvres. « Quand as-tu eu le temps de planifier tout ça? » N’avait-il pas été surchargé au boulot ces temps-ci? Et il dormait, au moins un peu? Elle avait froncé les sourcils, curieuse, ajoutant d’un ton excité. « Ça fait longtemps? » oui, vraiment, ça l’intriguait. Et le pauvre, il allait se méritait un interrogatoire en règle de la part d’une boucle d’or en mode super excitée, qui parlait trop vite et le bombardait de question. « C’est quel genre d’hôtel? » puis, encore un : « Tu crois qu’on pourra voir la mer aujourd’hui? » …    sans compter le « Ou la piscine? Ya une piscine? » .. Bordel, avait-il amené une adulte en voyage, ou sa nièce surexcitée? Lorsqu’enfin elle calma ses questions, elle en profita pour se nicher contre lui, cramponnée à son bras tout le trajet.

Lorsqu’enfin ils atteignirent leur destination, elle n’avait pas lâché sa main, comme si, quelque part, elle craignait qu’il ne prenne la fuite, qu’il change d’idée : impossible! Ses iris bleutés fixaient le paysage qui s’offraient à eu alors qu’elle sortait de l’avion, récupérait leur bagages puis, se dirigeait vers les signaux de sortie de l’aéroport. Bon. Il les avait menés jusqu’ici, et maintenant? « Et maintenant? Tu me dis où aller monsieur le guide touristique? » puis, sans réaliser qu’elle suggérait un plan démoniaque qu’ils avaient déjà testé, elle avait proposé un : « Tu crois qu’on aura du champagne si on dit qu’on est fiancés cette fois ? » … Calaway Heaven 1.0, dans toute sa bêtise et sa joie.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 26 Nov - 12:52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Sometimes, it's better to start over"
ft. Heaven ♥



Heaven était incorrigible mais c’était certainement la raison pour laquelle il l’aimait autant. Il aimait ce sourire qu’elle affichait, ce visage rayonnant qui l’avait toujours caractérisé jusque là et qui lui avait incroyablement manqué. Peut-être que oui, tout ce dont avait besoin Kazuya était de revoir ce bonheur sur la figure de sa bien aimée. Depuis tout ce qu’il s’était passé, ils n’avaient jamais pu avoir de véritables moments tous les deux... Lui n’était pas capable de se pardonner, il était assurément celui qui broyait le plus du noir à l’appartement et qui installait toutes ces distances entre eux. Il avait cette peur de la briser s’il la touchait, s’il osait l’approcher ou l’embrasser mais cette crainte était apparu à cause de tout ce mal qu’il lui avait infligé, à cause de ses erreurs qu’il ne réussissait toujours pas à se pardonner et il lui avait fallu beaucoup de temps avant d’en venir à une solution. Il n’avait pas le droit de reprocher quoi que ce soit à sa chère et tendre puisqu’il était celui qui ne parvenait pas à avancer. Il était celui qui avait souhaité repartir de zéro mais qui ne faisait rien de plus que l’accueillir à ses côtés et qui ne la touchait que lorsqu’elle prenait l’initiative. Personne ne s’était mis à sa place... Personne n’avait pensé que s’il se comportait de cette manière, c’était parce qu’une partie de lui-même s’était envolé ce jour-là et qu’en tant qu’homme qui ne désirait que le meilleur pour celle qu’il aime, l’avoir autant détruit de cette manière, c’était impardonnable. Il n’arrivait pas à se convaincre que Heaven était sincèrement heureuse auprès de lui et c’était vrai, jusqu’à présent, lui n’avait rien fait pour tenter d’arranger ça. Bien sûr de son mieux, il tentait de chercher une solution, il tentait de retrouver cette petite étincelle qui les avait réuni à l’époque cependant ça s’était avéré plus compliqué que ce qu’il n’avait espéré. Ce n’était pas le temps qui arrangerait quoi que ce soit... S’il n’agissait pas, leur relation serait vouée à l’échec et les pots cassés ne seraient jamais réparables. Ce serait d’ailleurs mentir que de dire qu’il n’y avait pas songé à cela, qu’il ne s’était pas demandé s’ils ne se battaient pas pour rien tous les deux... Ils s’aimaient, personne n’en avait jamais douté, et ce surplus d’amour était ce qui les avait brisé alors oui, peut-être qu’ils devraient se séparer s’ils souhaitaient tant que ça le bonheur de l’autre. Mais, il n’avait pas pu s’y résigner... Penser ainsi était aussi lâche que son comportement d’il y a plusieurs mois. Avant d’en arriver à cette conclusion, ne devraient-ils pas s’accorder une dernière chance ? Kazuya avait alors continué de chercher des solutions, réfléchissant à ce qui ferait plaisir à sa petite amie, à ce qui pourrait les rapprocher et au bout du compte, la réponse était venue naturellement. Non, il ne l’avait jamais oublié. Il n’avait jamais cessé de l’aimer et rompre avec elle, il le refusait. Ce n’était pas ce qui les rendrait heureux, pas quand ils éprouvaient autant d’amour l’un pour l’autre.

Il avait usé du peu de temps libre qu’il avait afin de préparer ce voyage et sincèrement, il s’excusait d’avoir été encore plus distant ces dernières semaines. Cependant avec le stress des préparations de dernière minute, le chanteur n’avait pas pu se montrer aussi présent qu’il ne l’aurait désiré. Hors, lorsqu’il voyait sa réaction aujourd’hui, il ne le regrettait pas. C’était le plus beau cadeau qu’Heaven avait pu lui faire, ce sourire merveilleux qui égayait son visage. Il lui avait tellement manqué et naturellement, ça avait retiré un lourd poids qui pesait sur son coeur jusqu’à présent.

« Je peux savoir qui est cette célébrité, je crois qu’il faut que j’aille lui dire quelques mots ! » Avait plaisanté l’idole à son tour, rassuré de cette atmosphère détendue qui s’était aussitôt installée entre eux.

Pas une seule fois le sourire n’avait quitté ses lèvres et lorsqu’elle avait commencé à l’interroger dans l’avion, Kazuya avait joué aux innocents. « Un peu. » avait été son unique réponse quand elle lui avait demandé si ça faisait longtemps qu’il préparait ça. Il avait un emploi du temps si chargé que ça avait été compliqué de concevoir un tel voyage rapidement. Rien que pour trouver la destination, il lui avait fallu de nombreux magazines et sites internet avant qu’il ne finisse par se décider. Pour ce qui était du reste, le chanteur avait fait exprès de garder le suspens si bien que tout ce qu’il avait rétorqué à ce propos n’était qu’un « Surprise ! » accompagné d’une esquisse malicieuse.

C’était plusieurs heures plus tard qu’ils posèrent enfin leurs pieds sur le sol des Maldives et pour l’artiste, ça avait été assez difficile d’émerger puisque malgré tout, on ne pouvait pas lui enlever la fatigue accumulée de son travail. Le peu de temps qu’il avait pour se reposer, il le saisissait et autant dire qu’il s’était endormi assez rapidement dans l’avion, sa tête posée sur celle de sa petite amie. Lorsqu’il avait ouvert les yeux, lui-même en était venu à se demander si tout ceci n’était pas que le fruit de son imagination cependant il avait réalisé que non à la vue de la demoiselle installée à ses côtés et de la voix qui leur avait annoncé qu’ils allaient atterrir. Et désormais, les voilà sur l’île, les bagages en main prêt à entamer ce voyage que lui avait tant attendu. La fatigue s’était dissipée peu à peu, remplacé par l’excitation et tous les bons souvenirs qu’il avait avec la jeune femme lors de leur première fois en voyage ensemble.

Un doux rire franchit ses lèvres alors qu’il se tournait vers elle à la mention de ce plan fou qu’ils avaient osé utiliser en Amazonie. Elle était incroyable et vraiment, plus les minutes s’écoulaient, plus son coeur s’apaisait de la retrouver... Oui, cette fois-ci, c’était bien celle dont il était tombé amoureux qui se tenait devant lui. Il en était certain, pour rien au monde, peu importait les difficultés qui s’immisceraient de nouveau entre eux, il ne voulait s’en séparer. Elle lui était trop précieuse pour qu’il puisse désirer cela. C’était elle la femme de sa vie... C’était avec elle qu’il voulait avancer le plus loin possible, au côté de qui il aimerait pouvoir vieillir et avec qui, il aimerait avoir des enfants. Certes, il ignorait jusqu’à quel point chacun de ses désirs étaient réalisables, toutefois c’était ce qu’il éprouvait et avait toujours éprouvé à son égard.

- Peut-être, qui sait. Après tout, cette fois-ci, ça ne serait pas tout à fait un mensonge ~

Pardon ?

Ca avait été naturel de répondre ses paroles là... Parce que c’était ce qu’il ressentait, parce que pour lui, elle était bien plus que sa petite amie et qu’il y avait déjà bien longtemps qu’il y pensait. Peut-être même que s’il n’y avait pas eu tous ces problèmes entre eux, il l’aurait déjà épousé. N’y avait-il déjà pas songé autrefois ? Que si le temps de la jeune femme était compté, il ne pouvait plus concevoir la vie de la même manière... Un mois représentait une année, et il espérait sincèrement pouvoir l’emmener jusqu’à l’autel un jour. Et s’il pouvait donner l’impression de ne pas avoir conscience de ce que ses mots sous-entendaient, Kazuya s’en rendait parfaitement compte.

- Enfin... Ça dépend de ce que tu veux toi, bien sûr, Ajouta-t-il dans un doux sourire, un brin malicieux, sans jamais la quitter des yeux.

Oui, clairement, il l’a demandé en mariage. Et après, ça osait se dire romantique... Il n’avait même pas de bague.

Invité
avatar

     Sam 2 Déc - 13:17

" Sometimes, it's better to start over"
ft. Kazuya & Heaven ♥



« Oui, tu ferais bien d’aller lui parler… tu sais il m’a fait tout un show privé … un vrai exhibitionniste de douce! Ça ne sera pas facile à oublier.   »  elle avait pouffé de rire, glissant sa main dans la sienne en le suivant vers l’embarquement. Oui, elle avait eu plusieurs souvenirs mémorables la dernière fois qu’ils avaient fui ensemble et, aux vues des sourire qu’ils échangeaient à présent, elle espérait que cette fois, ça irait mieux, qu’ils pourraient rebâtir sur des bases solides, devenir un vrai couple à nouveau, ne plus être coincée entre deux, entre des amis et des amants désespérés incapable de recoller des pots cassés. Ce voyage, c’était un peu leur dernière chance. Parce qu’elle avait cheminé au fil des mois, et elle avait fini par se dire que, si rien ne changeait, s’il ne parvenait jamais à passer par-dessus ses blessures, alors elle partirait. Elle partirait et le laisserait oublier, ça ne servait à rien de le forcer à revivre encore et encore sa culpabilité si au bout du compte, ils n’allaient nulle part. Mais elle y croyait, qu’ils pourraient reconstruire, et à voir son sourire, son air réjouis alors qu’ils grimpaient dans l’avion, elle en était de plus en plus certaine. Cette assurance que tout irait bien l’avait poursuivi tout au long du vol, alors qu’elle l’observait, endormi, paisible, et sentait son pauvre cœur battre à tout rompre tellement elle était heureuse d’être là, avec lui. Un sentiment de calme l’avait envahi, pendant des heures, jusqu’à ce moment où, devant le carrousel à bagage, il avait eu la brillante idée de…WTF

Est-ce qu’il venait vraiment de la demander en mariage? De la façon la plus détournée qui soit, une brève insinuation, un sourire à la faire chavirer et une question pas trop claire? Pour la peine, elle s’était figé, ses perles bleutées rivées sur lui, le visage totalement vide d’expression, comme si son cerveau subissait un bug mental des plus intenses, un genre de virus informatique qui avait fait figer tout son système nerveux et l’empêchait de dire le moindre mot, elle se contentait plutôt de le dévisager la bouche en ‘’o’’. « »  incapable de vraiment comprendre. Bon après, c’était un peu sa faute hein, il n’avait pas mis un genou par terre, il n’avait pas de bague, elle n’était pas trop certaine s’il se moquait d’elle ou pas… Sauf qu’il avait poursuivi sur sa lancée, lui demandant ce qu’elle voulait… Bug 2.0. C’était comme si son souffle s’était coupé brusquement et qu’un poids énorme lui oppressait les poumons, sa pauvre pompe à sang battait à tout rompre et des pensées diverses défilaient à toute allure dans son esprit, se bousculant sans aucun sens, la privant de toute réponse logique autre qu’un minable : « Q-quoi? »  … Oui Heaven, ton petit ami te demande en mariage et tout ce que tu trouves à répondre c’est une question pathétique. Mais qu’on la pardonne, elle faisait clairement une réaction allergique à la question imprévue et mal venue qu’il venait sournoisement de lui poser.

C’était un gros bordel dans ses pensées, une partie d’elle était un heureuse qu’il ait demandé, parce qu’assurément, dans la lignée de ce qu’elle voulait, il y avait eux, leur couple, une vie à ses côtés, c’était assurément un de ses buts pour le futur… Mais dans un futur lointain, quand ils auraient régler leur différents, quand ils seraient remis sur les rails, parce qu’ils y arriveraient, elle n’en doutait pas une seule seconde… mais elle n’était pas conne au point de penser que ça serait facile. Les efforts, elle voulait les faire. Couinant finalement un : « Je… »  elle tentait encore de mettre de l’ordre dans son esprit. Le soucis, c’est que plus elle y réfléchissait, et plus c’est une forme e colère qui grimpait en elle. Pourquoi il lui demandait ça maintenant? Ils étaient à peine un couple, ça faisait des moins qu’il ne l’avait pas touché, des mois qu’ils agissaient comme deux amis et peinaient à regagner la relation qu’ils avaient un jour eu. Ce n’était pas une question d’affection, assurément pas, parce qu’elle était certaine d’une chose : elle l’aimait plus que tout, encore aujourd’hui. Mais se fiancer? C’était quoi cette mauvaise blague. Ne devraient-ils pas s’assurer qu’ils avaient un avenir ensemble avant d’avancer trop vite? Est-ce qu’il brûlait des étapes parce qu’elle avait une date d’expiration rapprochée? Plus que d’être touchée par sa proposition, elle était en pleine panique. Parce que non, ce qu’elle voulait, maintenant, ce n’était pas des fiançailles.

Mais comment lui dire? Ce n’est pas qu’elle ne voulait pas le fiancer, ou même qu’elle doutait, qu’ils seraient ensemble pour toujours… c’est juste… elle ne voulait pas le fiancer maintenant. Elle n’était pas désespérée au point de faire fit de tous les problèmes qu’ils devaient encore régler. Elle avait pincé les lèvres, toujours silencieuse, figée, cherchant les bons mots pour lui faire comprendre toute la complexité de ses pensées. Elle avait même songé à ignorer tout bonnement sa question, à jouer celle qui ne comprenait pas… mais elle avait un peu trop peur qu’il demande à nouveau. Le hic, avec une boucle d’or en pleine panique, c’est qu’elle enchaine les paroles vides de sens, débiles, qu’elle creuse elle-même sa propre tombe à force de connerie qu’elle ne peut s’empêcher de verbaliser. Et pour la peine, c’est un cas classique de grosse bêtise qui franchit ses lèvres lorsque, d’un ton rapide, comme à chaque fois qu’elle était en proie à une situation stressante, elle s’était mis à déblatérer n’importe quoi : « … T’as demandé ma main à Gabriel?   »  … Heaven, dans la lignée des trucs cons que tu pouvais répondre, c’était vraiment primordial de mentionner Choi? Bah oui! Elle le lui avait promis non? Il aurait un véto!

Elle lui avait juré de ne jamais se fiancer sans son approbation, et il était hors de question qu’elle revienne sur une telle promesse envers son ami le plus cher. Et puis, ça lui faisait une excuse… poursuivant dans sa bêtise, elle avait lancé un : « C’est que… c’est un peu mon père… »  … Tu as dépucelé ton père Heavy ? Ewwww. Se ravisant, elle ajouta un : « Enfin … non pas père, ça serait dégueulasse… mon guide spirituel ? »  … Ouai bah, on ne se surprend plus de tes choix de vie avec un tel mentor… « Je lui ai promis. »  là, c’était carrément une supplication, qu’il abandonne le sujet des fiançailles, ça ne pourrait que mal finir. Un pincement la pris au cœur, elle s’en voulait de gâcher leur vacances dès la première heure mais… mais pourquoi diable lui avait-il demandé ça.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 4 Déc - 2:37
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Sometimes, it's better to start over"
ft. Heaven ♥



Bien sûr que non, ce n'était ni le meilleur lieu ni le meilleur moment pour faire ce genre de demande, Kazuya en avait pleinement conscience. Certainement que son cœur s'était exprimé plus rapidement que sa raison et qu'il n'avait pas eu le temps de contrôler les paroles qui avaient quitté sa bouche seulement chacun de ses mots étaient sincères. Si cela pouvait paraître totalement irréfléchi, ce n'était pas le cas... Il n'était pas le type d'homme à faire une demande en mariage sans y avoir pensé sérieusement auparavant. Il était romantique, il était passionné mais avant toute chose, il était célèbre. Jamais il ne se permettrait de marier n'importe qui sans être certain des sentiments qu'il éprouvait. Heaven était celle qu'il n'oublierait jamais et quoi qu'il arrive, il ne serait jamais capable d'en aimer une autre autant qu'il ne l'aimait elle. Elle était son cœur, sa vie, son oxygène et les jours sans elle à ses côtés avaient été intensément difficiles... Il s'était détesté, haï, maudit, parce qu'il l'aimait tellement que ne pas la savoir heureuse ne lui convenait pas. Kazuya était un homme qui portait toujours tous les fardeaux du monde sur ses épaules, qu'un rien suffisait à le faire se sentir coupable et non, ça ne marchait pas uniquement qu'avec cette jeune femme. Il était ainsi et c'était malheureusement, l'un de ses plus gros défauts... Hors, ça n'effaçait pas tout cet amour qu'il ressentait pour elle et il s'était promis de ne plus jamais se comporter comme il avait pu le faire par le passé. Parce que tout ce qu'il désirait était son bonheur, était de la voir sourire joyeuse et pouvoir profiter de chaque instant auprès d'elle. S'il n'avait pas pu la toucher pendant tout le mois, ce n'était pas parce qu'il ne le souhaitait pas, c'était parce qu'en l'observant, il n'arrivait toujours pas à accepter d'être la source de malheur de cette demoiselle. Sauf que sa combativité et sa détermination était revenue, qu'il était certain au plus profond de son être que tous ses mauvais sentiments disparaîtraient avec le temps et qu'il ferait tout pour ça. Certes, il ne l'avait pas assez montré ces derniers jours cependant il n'y avait pas eu une seule fois où il n'avait pas pensé à elle ainsi qu'à eux et leur futur ensemble. Cela le tourmentait, le tracassait et tout ce qu'il voulait était de la retrouver comme avant, de mettre de côté leurs anciennes histoires puis enfin avancer auprès d'elle. Elle était la plus belle chose qu'il lui soit arriver et non, il ne s'agissait pas d'une lubie qu'il lui passait par la tête en cet instant, il y avait toujours pensé. Il avait toujours voulu lui passer une bague au doigt et pouvoir dire fièrement que cette femme là était son épouse, ce qu'il avait de plus précieux. Est-ce que Heaven comprendrait ceci ?

Au vue de sa réaction, le chanteur en doutait étrangement... Cependant, il savait dans le fond qu'il ne pouvait pas lui en vouloir d'être si surprise, cette demande sortait de nul part. Peut-être que s'il avait mis plus de mot, que s'il l'avait fait dans un autre contexte, tout aurait été différent. Probablement la raison pour laquelle, lui-même préférait le romantisme à la spontanéité. Hors, il était une personne paradoxale et il aimait aussi l'imprévu, l'aventure sauf que malheureusement ça n'apporte pas toujours les réactions qu'on souhaiterait avoir.

Et s'il n'avait pas laissé exprimer son mécontentement à l'entente du nom du meilleur ami de la jeune femme, il n'en avait pas moins pensé. Pourquoi aurait-il demandé son accord à cet abruti ? Il ne l'aimait pas et il n'avait pas envie d'attendre l'approbation de ce dernier pour la marier s'il le désirait. Kazuya n'avait pas répondu, il était resté silencieux alors qu'il comprenait très bien pourquoi sa petite amie réagissait ainsi. Il la connaissait à présent et il lui était facile de deviner ce qu'elle pensait au plus profond d'elle-même sans qu'elle n'ait besoin de le lui dire clairement. Il n'était pas blessé, bien sûr que ça le touchait, cependant au vue de la situation, il était parfaitement en mesure de comprendre et il se disait que tant qu'il ne lui aurait pas parlé plus sérieusement, Heaven ne pourrait jamais savoir ce à quoi il songeait sincèrement au fond de lui. La raison pour laquelle, plutôt qu'en discuter maintenant, il voulait attendre d'être dans un endroit plus calme, plus adapter pour en parler. Toujours sans rien dire à ce propos, le jeune homme s'était contenté de lui arborer un doux sourire en guise de réponse et ce n'était qu'après, dans un « allons-y » que ses doigts se saisirent de sa valise avant de partir à la recherche d'un taxi.

Les paysages qu'il observait au-travers la fenêtre de la voiture étaient magnifiques. C'était complètement le paradis par ici et pas une seconde, il ne regrettait d'avoir choisi cette destination pour un voyage en amoureux. Très vite, ils arrivèrent à leur hôtel où l'artiste donna son nom pour la réservation. Personne ne le connaissait ici, c'était agréable de ne pas se faire dévisager et une fois qu'ils furent enregistrement, on les guida vers leur « chambre » qui en vérité était bien plus que ce que la demoiselle devait s'imaginer. Kazuya n'avait pas réservé n'importe quel hôtel, souhaitant à tout prix le plus beau voyage de sa vie... Ils traversèrent un pont en bois qui recouvrait l'eau turquoise de l'océan jusqu'à arriver près de ce qui était, en réalité, une petite [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] au toit de paille.  C'était sublime... Même lui n'avait jamais dormi dans un endroit aussi somptueux, c'était comme un rêve. L'employé lui donna les clés, les laissant ensuite visiter leur nouvel habitat pour la semaine et se reposer s'ils le souhaitaient.
Abandonnant les bagages dans l'entrée, le garçon s'était déplacé dans la pièce principal qui reflétait tellement l'ambiance des îles et alors qu'il se rendait sur la terrasse au bord de l'eau, il se tourna avec une esquisse attendri sur ses lèvres.

- En tout cas, j'espère que ça te plaît, Lui rétorqua-t-il avant de lui faire signe de venir et de le suivre.

Sur ses dires, il lui prit tendrement la main, s'approchant du rebord où il retira ses chaussettes puis tirant sur ses doigts gentiment, il l'invita à s'asseoir à ses côtés, les jambes dans l'eau transparente. Réellement, lui-même en était à se demander si tout ceci était bel et bien vrai ou s'il n'était pas en train de rêver... Si jamais rien de tout ceci n'était réel, il souhaiterait ne jamais se réveiller. Parce qu'il avait tout ce qu'il désirait le plus au monde, il se trouvait sur l'île de ses rêves avec la personne qu'il aimait plus que tout. Il n'y avait aucun bruit, juste le son de l'eau qui se cognait sagement contre leurs jambes et les oiseaux qui volaient dans le ciel.

Pendant de longues minutes, il n'eut pas un mot et le silence qui y régnait était loin d'être désagréable, bien au contraire. Son cœur battait chaleureusement à l'intérieur de son être et cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi apaisé. Ses phalanges vinrent naturellement s'entremêler aux siennes avec tendresse, son pouce commençant à choyer doucereusement le dos de sa main alors que son regard contemplait l'horizon au loin.

- Tu sais...
Répliqua alors l'idole, rompant ainsi le silence qui s'était installé, Ne dis rien, écoute moi juste d'accord ?

Ses yeux s'étaient instinctivement posés sur elle à sa demande alors qu'à nouveau, un doux sourire était venu décorer son visage. Cela ne dura qu'un bref instant avant que ses prunelles ne s'égarent devant elles de plus bel et qu'il ne reprenne ce qu'il s'apprêtait à avouer quelques temps plus tôt.

- J'ai compris que ça te faisait peur et que toi-même tu n'as pas du comprendre pourquoi j'ai dit ça si subitement tout à l'heure.

Malheureusement, s'il était un professionnel du romantisme, il n'était pas toujours particulièrement doué pour trouver les bons mots.

- Je veux simplement que tu saches que je n'ai pas dit ça sans y réfléchir et que, évidemment, j'ai pris en compte tout ce qui a pu arriver avant. J'y ai toujours pensé... Parce que peu importe à quel point j'ai pu être idiot, moi je sais, qu'il n'y aura toujours que toi.

Cette fois-ci, son regard se détacha de l'horizon pour se poser sur elle, souhaitant à tout prix qu'elle puisse lire dans ses yeux la moindre de ses émotions et les sentiments forts qu'il éprouvait à son égard. Ses doigts se nichèrent suavement sur sa joue, la lui caressant avec douceur alors qu'un autre éclat étira tendrement ses lèvres.

- Tout ce que j'ai toujours voulu, même si je ne l'ai jamais assez montré, c'est de te voir heureuse. Tout ce que je veux, c'est ça. Et parce que j'ai retrouvé ça aujourd'hui, j'ai aussitôt su que quoi qu'il arrive, on pourrait le surmonter.

La raison pour laquelle, il n'avait pas résisté à lui faire cette demande parce qu'il avait envie qu'elle soit sienne pour toujours, il avait envie que tout le monde sache quelle femme merveilleuse elle était et il avait aussi envie qu'elle-même sache que c'était à ce point que lui l'aimait.

Invité
avatar

     Sam 9 Déc - 17:53

" Sometimes, it's better to start over"
ft. Kazuya & Heaven ♥



Heaven l’avait suivi en silence de l’aéroport jusqu’à leur hôtel. Elle aurait bien aimé dire que le paysage était magnifique, sublime, qu’elle était excitée de s’y trouver, mais la seule chose qui tournait en boucle dans son esprit, c’était cette étrange demeure à laquelle elle ne savait que répondre. Ça l’avait prise de court, carrément, elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui fasse la grande demande de façon si maladroite et surtout pas selon l’état dans lequel était leur couple…puisse-t-on encore les catégoriser ainsi. . Et plus que la surprise, ce qui la paralysait désormais, c’était ce qu’elle voulait… et les répercussions que ça aurait. En toute franchise, elle ne voulait pas l’épouser. À tout le moins, pas maintenant, pas dans cet état des choses. N’importe quel couple dans leur état, à peine fonctionnel, encore trop brisé des blessures récentes, n’aurait pas sauté pied joint dans cette aventure. Et elle voulait être logique, raisonnable, ne pas répondre impulsivement par peur que l’occasion ne se présente pas plus tard. Elle n’avait même jamais osé rêver d’un petit ami sérieux… alors des noces. Oui, elle avait un temps compté, peut-être trop court, mais elle n’avait pas envie de foncer tête première dans des mauvaises décisions… sa plus grande crainte était, qu’au jour maudit ou elle quitterait cette terre, elle aurait des regrets de la façon dont elle avait utilisé le peu de temps qui lui était accordé. Alors non, elle ne voulait pas se marier. Et elle redoutait le moment où elle devrait le lui dire. S’il se vexait, allait-elle le perdre? Son pauvre cœur se tordait à cette simple idée, mais, plus que la peur, il y avait cette petite certitude qu’elle se relèverait, quoi qu’il arrive. Observant finalement le lieu paradisiaque dans lequel elle se trouvait, elle avait rétorqué un vague : « C’est magnifique. Je n’aurais pas pu espérer mieux. » avant de le suivre et de prendre place à ses côtés.

Son cœur tambourinait dans son poitrail, sa gorge s’était nouée et, à l’entendre redevenir trop sérieux, elle avait tenté un maigre : « Kazuya... » avant de se taire, à sa demande. Hochant la tête, elle avait couiné un : « D’accord. »  puis avait reposé ses iris bleutés sur lui. Était-ce maintenant, ce moment qui aurait pu être si parfait, ou elle allait le perdre? Parce que s’il reposait cette question débile, elle n’aurait pas de choix que d’être claire. Son pauvre organe vital lui faisait diablement mal et elle pouvait sentir la nausée la gagner au fur et à mesure qu’il parlait. Sa gorge était nouée et elle peinait à respirer, pour des raisons plutôt sentimentale. Elle écoutait bien, tous ses mots, toutes ses confidences, et autant elle les partageait : pour elle aussi, il était le seul qu’elle aimait, bêtement, désespérément, contre toute attente, elle les redoutait. Parce que les faits demeuraient les mêmes, quand elle était au plus bas, il n’était pas là. Elle était seule… et elle avait besoin, plus que tout le reste, qu’il lui prouve qu’il serait vraiment disponible pour elle, vraiment présent, qu’il serait un véritable petit ami et non pas le fantôme qui partageait sa vie depuis qu’ils tentaient à nouveau. Lorsqu’il avait finalement fini de parler, elle le scrutait d’un air peiné, ne lui accordant qu’un : « Je vois. »

… Il allait l’y contraindre, à parler, à mettre des mots sur ses émotions. Elle détestait ça, ce n’était assurément pas sa faute. Délicatement, elle avait attrapé ses mains dans les siennes, les serrant fort, enlaçant leurs phalanges comme pour s’assurer qu’il ne partirait pas, qu’il était encore là. Sa voix était rauque, diablement rauque, alors qu’à son tour elle avait exigé dans un sourire tendre et triste : « Quoi que je dise, écoute moi jusqu’à la fin. » … elle avait ensuite pris une grande respiration, mordant délicatement sa lèvre comme pour mettre de l’ordre dans son esprit. Boucle d’or n’avait jamais été du genre à prendre la fuite devant une confrontation, elle était franche, brutalement franche, mais pour la toute première fois, elle avait préféré ravaler ses mots…. Sauf qu’elle s’en voudrait, elle le savait. Prenant une grande respiration, ses iris accrochés aux siens, elle avait lentement murmuré, comme un aveux honteux. « Oui, tu m’as fait peur tout à l’heure. Vraiment peur, c’était sorti de nulle part, dans le pire endroit possible pour une telle demande… mais franchement, j’aurai eu peur n’importe où. » … Ce n’était pas tant l’endroit, ou la surprise… que la bêtise qu’il avait voulu faire : se fiancer. Dans cet état? Et puis quoi encore! Sans équivoque, sans cruauté, sa voix n’était qu’un souffle déterminé alors qu’elle lui avouait, bien maladroitement : « Je ne veux pas qu’on se fiance. »

… Ça pouvait être cruel, brutal, mais elle avait eu besoin de tout son courage pour le lui dire. Ses mains avaient serrés les siennes, elle savait que ça lui ferait mal, l’effet d’une claque que cette révélation, elle s’était empressée de continuer, de ne pas le laisser sur une telle horreur.   Et je ne dis pas ça parce que je ne t’aime pas, bien au contraire. Si je n’étais pas certaine, si ce n’était pas une telle assurance encré en moi… je serais partie depuis longtemps. Après tout ce qu’on a traversé, crois-moi quand je te dis que si j’avais eu le moindre doute, si j’avais pensé pouvoir un jour en aimer un autre que toi… je ne serais plus ici. » … Parce qu’elle ne se serait acharnée pour personne d’autre, parce qu’elle n’en voulait pas d’autre, elle avait envie de l’avoir lui, à ses côtés, jusqu’à la fin. Mais elle le voulait réellement, présent, elle voulait ce petit ami, ce complice qui la faisait rire, pas un duo brisé qui reste ensemble par couardise. « Mais je ne veux pas brusquer des étapes, je ne veux pas qu’on se lance dans une autre bêtise en s’imaginant que ça va tout arranger. » Parce que ça ne changerait rien, rien du tout. Son cœur lui faisait un mal de chien… « Nous ne sommes pas vraiment un couple depuis des mois, on fait semblant. C’est peut-être moi qui n’en fait pas assez… ou toi qui est toujours aussi distant… mais la vérité, c’est que là, maintenant, je ne suis pas heureuse Kazuya. Et que ce n’est pas une bague qui va changer ça. »

Elle avait libéré ses mains, glissant ses mains sur ses bras avant d’emprisonner son visage  tendrement, apposant son front contre le sien, elle crevait d’envie qu’il l’enlace, qu’il lui pardonne sa franchise cruelle. Plus tendrement, elle avait continué d’une voix secouée par l’émotion, mais toujours aussi adoratrice. « Mais c’est temporaire. On va surmonter cette étape difficile, ça, je n’en doute pas. » Son pouce avait délicatement caressé la joue de son petit ami, ses perles océaniques brillantes d’amour plongées dans les siennes. Il devait comprendre, que ce n’était pas par manque d’amour…c’était par manque de confiance, elle avait besoin de preuve, que tout ce qu’ils s’étaient jurés, de se relever, de redevenir un couple uni, ils y arriveraient. « Et quand on aura réussi, que tu me trouveras une vraie bague et que tu mettras un genou à terre ailleurs que dans un aéroport – je mérite mieux qu’une proposition pas claire et tu t’en serais voulu si j’avais accepté… » … Il avait du avoir une bulle d’air au cerveau, lui si romantique, pour faire la grande demande de façon aussi pathétique… Ses lèvres avaient effleurés les siennes, doucement. « … C’est avec joie que je te dirai oui.  Parce que je t’aime, ça, j’en suis certaine.. » Plutôt que de lui donner la chance de protester, d’argumenter, elle l’avait embrassé sans attendre son accord, fiévreusement, passionnément, espérant pouvoir lui prouver que sa tirade n’avait rien à voir avec l’affection qu’elle avait pour lui. Parce que oui, elle en était amoureuse, fatalement amoureuse.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 5 Jan - 13:45
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Sometimes, it's better to start over"
ft. Heaven ♥



Quoi qu’il soit arriver à l’avenir, Kazuya savait qu’il n’aurait jamais regretté. Si les mots avaient franchi naturellement ses lèvres à cet instant là, ils n’avaient pas été irréfléchi. Il ne voyait pas non plus le mariage comme un moyen d’effacer le passé difficile qu’ils avaient tous les deux vécus. Il n’était pas idiot, de tels évènements ne s’éteindraient jamais de son coeur et il serait pour toujours marqué au fer jour de ce passage noir de leur existence. Il ne pouvait pas oublier comme il ne pouvait pas se pardonner non plus. Le fait étant que c’était justement à cause de toutes ses péripéties qu’il avait pris cette décision... Une décision pour laquelle il y réfléchissait depuis des mois parce que pour lui, c’était elle. Il n’y aurait jamais personne d’autres qu’Heaven dan son coeur. Elle était celle qu’il aimait plus que tout au monde, elle était celle avec qui il se voyait finir sa vie, celle avec qui il aimerait fonder une famille et être heureux jusqu’à la fin de ses jours. Il ne le lui avait pas assez prouvé et là avait été certainement sa plus grosse erreur. Tant de choses non révéler, tant de secrets qu’il avait gardé enfoui au plus profond de son être car c’était encore trop dur à avouer à haute voix... Seulement, s’il n’avait pas eu le courage d’affronter tout ça à ses côtés, il avait eu ses raisons et il lui avait demandé d’être patiente, qu’il le lui dirait un jour parce qu’il le fallait, pour le bien de leur relation, il n’aurait pas d’autres choix que de se confier tôt ou tard. Hors, ça ne voulait pas dire qu’il ne l’avait jamais aimé, qu’il n’avait jamais pensé à elle comme la plus belle chose qui avait pu lui arriver. Elle était son bonheur, son courage et toute sa force... Autant qu’elle était aussi une énorme faiblesse cependant le chanteur n’avait jamais été quelqu’un de très faible. Une accumulation de choses l’avait rendu à cet état là toutefois ça n’arriverait plus. Il s’était promis de la protéger, de rester auprès d’elle quoi qu’il arrive, de l’aimer comme personne ne l’aimera un jour et de faire en sorte de la rendre heureuse. Il n’avait pas envie qu’on la lui arrache une nouvelle fois. Il voulait la montrer au monde entier, clamer haut et fort que cette femme là était la sienne, qu’elle était tout ce qu’il désirait. Elle était ce qu’il avait de plus fier, et peu importait les obstacles qui s’étaient immiscés entre eux, peu importait les fautes qu’elle-même avait commise, ses sentiments n’avaient jamais changé. Il avait eu tellement peur de la perdre pour toujours... Plus jamais.

Cette demande n’était assurément pas la bienvenue puisqu’il sortait de nul part, et il avait conscience de son impulsivité. Hors, ce n’était pas tant une demande officielle, c’était façon de lui faire comprendre qu’il aimerait l’épouser un jour, l’emmener jusqu’à l’autel et faire d’elle sa femme. Son côté romantisme, il l’aurait ressorti plus tard, lorsqu’il aurait senti que c’était bon le moment et assurément qu’il aurait tout donné pour lui faire une demande en mariage digne de son nom. Mais avec la réaction de sa petite amie, il avait préféré se taire et ne pas argumenter encore et encore. Il aurait du s’y attendre et en vérité, Heaven n’avait pas tout à fait tort dans ses propos, seulement ça n’empêchait pas qu’il avait sa fierté et que d’une certaine façon, ça avait jeté un léger froid dans son coeur. Il comprenait et non, il ne lui en voulait pas, toutefois il ne fallait pas à ce qu’elle s’attende à une nouvelle demande de sitôt. S’il l’avait fait, c’était par amour, c’était pour tout ce qu’il éprouvait pour elle et non pas pour cacher chacune des difficultés qu’ils avaient traversé mais tant pis. Puis, bien qu’il n’ait rien afficher, l’écoutant avec attention, le plus dur à encaisser pour le jeune homme avait certainement été cette phrase là : « Je ne suis pas heureuse Kazuya. » A cet instant précis, il avait tant détesté entendre son prénom sortir de la bouche de la jeune femme... Il avait pu sentir cette fissure qui avait attaqué son coeur parce que, évidemment que ça lui faisait du mal d’entendre ça. Il était une personne qui portait le poids du monde de ses épaules, sa culpabilité ne s’était pas envolée en si peu de temps alors qu’elle ose lui avouer clairement qu’elle n’était pas heureuse lui faisait mal. Ce n’était pas comme s’il ne le savait pas cependant se l’imaginer et l’entendre à haute voix étaient deux choses différentes.

Sincèrement, il aurait souhaité lui avouer que ce n’était pas la raison pour laquelle il avait voulu lui passer la bague au doigt mais aucun mot n’avait franchi ses lèvres. A la place, il s’était contenté de lui sourire légèrement, tendrement, lui faisant ainsi comprendre qu’il saisissait, qu’il n’insisterait plus sur ce sujet là. De toute façon, après un tel refus, seul un fou voudrait s’aventurer sur un tel terrain. On pouvait encore lui en vouloir de se braquer plutôt que de chercher à discuter mais la vérité était qu’à présent, il n’était plus certain de souhaiter parler de ça. Ils étaient venus ici pour se changer les idées, non pas pour se prendre la tête et heureusement, il ne doutait pas une seconde de l’amour qu’Heaven éprouvait à son égard. Ses mots étaient simplement durs à digérer mais le fautif était lui, pas elle.

Et un soupir d’aise finit par s’échapper de ses lèvres, un poids se libérant de son coeur alors qu’elle n’avait pas hésité à venir l’embrasser. Il n’avait pas cherché à la repousser puisque en réalité, c’était comme un besoin, un manque d’avoir attendu trop longtemps et la savoir près de lui avait tellement don de le rassurer... Ses phalanges se noyèrent automatiquement dans ses cheveux blonds, le chanteur ne résistant pas à accentuer le baiser, ni à se rapprocher un peu plus d’elle jusqu’à ce que son souffle ne s’épuise complètement.

- Oublions ça, c’était une bêtise, Déclara l’idole dans un chuchotement alors qu’il avait collé son front au sien, ses doigts continuant de jouer doucement avec ses cheveux, Et profitons de ce voyage okay ?

Il n’y avait pas de meilleurs moyens pour se retrouver et il espérait sincèrement qu’elle puisse aller mieux, qu’elle puisse être heureuse à ses côtés. Du mieux qu’il le pouvait, il se battrait pour ça. Il se battrait pour regagner sa confiance, pour lui faire comprendre qu’il n’avait jamais eu l’intention de l’abandonner et que c’était vraiment elle qu’il considérait comme la femme de sa vie.

- Qu’est-ce que tu aimerais faire aujourd’hui ? On peut aller à la plage si ça te tente.

Une mer pareil, on n’en voyait pas tous les jours et ce serait dommage de ne pas en profiter. Ils pourraient s’arrêter boire un bon petit cocktail et se prélasser sur le sable blanc, se baigner aussi. Peu importait ce qu’Heaven choisissait, c’était son voyage à elle, tout ce qui lui ferait plaisir.

Invité
avatar

     Dim 14 Jan - 17:57

" Sometimes, it's better to start over"
ft. Kazuya & Heaven ♥



Un beau bordel se tramait dans la tête de notre blondinette depuis cette demande impromptue à l’aéroport. Elle ne s’y était pas attendue, pas d’une miette, pour la peine, elle s’était retrouvée sans mot devant ce qui était, à son sens, une bêtise absolue. Est-ce que son petit ami s’était cogné la tête? Genre, brutalement, violement, assez pour causer des lésions sévères à sa matière grise? Peut-être qu’elle devrait l’inciter à voir un médecin, il était assurément confus pour penser proposer une chose aussi illogique! Pendant tout le trajet, elle avait espéré qu’il se reprenne, qu’il éclate de rire, qu’il avoue que c’était une blague – de mauvais goût – bref, tout sauf la forcer à mettre en mots ses craintes et le pourquoi du comment, elle ne pouvait accepter une telle demande à l’heure actuelle. Ce petit espoir se dissipait pourtant de minutes en minutes, alors qu’ils ne disaient rien, s’installaient dans leur chambre d’hôtel, marchaient à l’extérieur, découvraient l’eau azurée en prenant place au bord. La boule d’angoisse nouait son estomac de plus en plus, à chaque seconde. Sa parle de sa pauvre pompe à sang dont le rythme était presque douloureux. Y avait-il une bonne façon de refuser une demande en mariage? Elle ne s’était jamais imaginé en recevoir une… encore moins dire non!

Ses iris fixaient l’océan, elle cherchait la motivation de parler. Elle n’avait jamais été du genre bambi, à fuir les difficultés, Heaven fonçait, tête premières, sans craindre une collision, elle disait le fonds de sa pensée sans égard pour la personne qui l’écoutait… Mais cette fois. Elle ne voulait pas rompre, ou le quitter, elle ne voulait pas le perdre … mais elle ne pouvait pas s’engager à long terme pour les mauvaises raisons. Il valait mieux que ça, mieux qu’une demande précipitée, mieux que cette tentative débile de sauver leur couple. Les efforts, elle voulait les mettre, tous, chacun, elle en était raide dingue, accro, et il lui suffit de poser ses perles océaniques sur lui pour savoir, au fond de son âme, qu’il serait le dernier – voir le premier – dont elle serait amoureuse. Et pour cette raison, elle n’avait pas fait comme avant, comme toutes les fois où un truc tournait au vinaigre : partir sans un regard en arrière. Si elle ne l’avait pas aimé autant qu’elle le faisait, elle serait partie, l’aurait largué sans se donner la peine de s’expliquer… elle en aurait fait un autre Ren. Kazuya lui était trop cher pour qu’elle ait ne serait-ce qu’envisagé cette option. Ça devrait suffire pour le moment. Les minutes qui suivirent furent probablement les pires de son existence : lui faire du mal n’ayant jamais été en tête de la liste de ses passions! Sans compter la nervosité qui grimpait de secondes en secondes, au fur et à mesure où elle voyait les traits du chanteur réagir à ses mots.

Ses doigts avaient serrés les siens, désespérés, accrochés, comme pour le supplier d’écouter jusqu’au bout, de retenir, outre ses reproches, qu’elle avait pour lui un amour sincère, total, et qu’elle voulait arranger les choses. Ses perles océaniques s’était vissées aux siennes alors qu’elle se mordait nerveusement la lèvre, un instant figée. Puis, elle avait risqué le tout pour le tout, espérant exprimer dans un baiser enflammé tout ce que son esprit ne savait mettre en mots. D’ordinaire, elle ne serait pas allée aussi ‘’franc jeu’’ dans un baiser, elle aurait mis de la retenue, de peur de le brusquer… de peur d’être rejetée, mais pas maintenant, pas cette fois, elle y allait à cœur ouvert. Aussi, son appréciation n’en fut que plus ferme lorsqu’elle senti ses doigts se nouer dans ses cheveux, ses lèvres répondre aux siennes. Automatiquement, elle s’était permis d’approfondir l’échange, de clamer un peu plus de terrain en lui exprimant langoureusement l’étendue de son affection. Lorsqu’il fut nécessaire de respirer, elle se décala un instant, les pommettes rougies, le souffle court, et l’observa d’un air amusé. « Je ne sais pas… »  elle s’était mordue la lèvre, en se décalant un peu, une étincelle joueuse dans ses prunelles. « … Tu sais je crois que j’aurais plus de facilité à oublier si t’étais moins fringué… » HEAVEN CALAWAY. SI ton frère t’entendait! Et voilà ses doigts qui se posaient sur son torse, joueurs.

Elle avait ressenti une telle vague de soulagement lorsqu’il avait abandonné le sujet mariage, sans se risquer à prendre la fuite, c’était comme si elle pouvait respirer à nouveau. Ça l’avait mise de bonne humeur. Ses lèvres s’était pressées l’une contre l’autre, sa tête se permettant un repos sur l’épaule de son petit ami alors qu’elle se nichant contre lui, sans lui demander son avis. Elle avait tellement besoin de cette proximité, de ces vacances, d’un moment juste à eux pour se retrouver, pour redevenir ces deux cons qui avaient chassés des tortues ensemble sur une autre plage, ceux deux idiots sans l’once d’une angoisse. Ça lui manquait. « On pourrait aller prendre un verre sur la plage… » ses phalanges avaient remontés sur son torse, comme pour suivre un chemin invisible, sa voix n’était qu’un murmure. « Se jeter un instant dans les vagues… regarder les poissons. » ses lèvres s’étaient posées sur son menton, alors qu’elle avait scandaleusement proposée, avant de pouffer de rire devant son audace. « On peut aussi rester ici et faire l’amour comme des bêtes. » … Daisuke serait fier de toi? I guess. Riant doucement, elle avait ajouté « Je plaisante! » ... ou pas?


    
 
Sometimes, it's better to start over • | ft. Heaven ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Sometimes, it's better to start over • | ft. Heaven ♥
» Problème de chauffe bougie/Ez Start...
» PB ez start
» Accus pour EZ-start
» ez start ou band de demarrage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-