Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 We'll be the lucky one |♥| HAROON ♥♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Dim 24 Sep - 0:53


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


Finalement, il l’avait trouvé. Koike Naoto. Ce nom ne lui disait rien mais Ji Hoon savait que c’était lui qui l’aiderait à se libérer de ce mariage. Enfin, ça ne le concernait à proprement parlé, pas du tout. Ce n’était pas lui qui allait se marier, mais Haruto. Haruto, qui était son meilleur ami. De qui il était totalement dingue et pour qui il vouait donc un amour sans limite. Donc ça le concernait, oui. On n’allait pas lui prendre ce qu’il chérissait le plus au monde aussi facilement. Plutôt mourir. Non, il était à lui et il ferait tout pour le garder. Il refusait d’être passif, de se rabaisser à il ne savait trop quoi pour le garder. Il n’était pas Jung Rin. Haruto l’aimait réellement, il n’avait pas besoin d’acheter son amour, du moins, il espérait que son homme l’aime sincèrement, autant qu’il l’aimait ou un peu moins, parce que ça lui semblait impossible d’aimer autant que Ji Hoon. Non, mais un peu moins, il pouvait le concevoir. Il avait envie d’appeler Liang, lui dire d’épouser cette fille. Asuka ne réalisait pas combien elle avait enfoncé son frère en faisant cela. La pauvre. Mais c’était pour le bien de Kamiya-san, qui ne méritait pas d’épouser la pire des salopes. Tanegashima avait bien raison.

Il y a quelques jours, il avait fait la connaissance de la vieille, mais pas moins charmante, Daimon Sayumi. Une femme pleine de grâce, si discrète. Toujours amoureuse de son mari, elle avait l’air un peu coincé, comme si elle n’avait même pas d’opinion. Elle lui avait parlé de sa fille, brièvement. Ji Hoon avait pris sur lui. Il l’avait écouté, avait expliqué son « projet », et le plus important, c’était qu’elle avait accepté d’y participer en lui accordant un « petit » chèque de 3 millions de yens. Forcément, pour elle, ce n’était pas grand-chose. Il détestait tellement ce genre de femmes, encore plus celle qui faisait des laideronnes qui ambitionnait d’épouser ce qui lui appartenait. Son homme, son Haruto. Pauvre Sayumi, si elle savait qu’elle venait de lui fournir l’argent qui allait détruire sa fille. Ji Hoon y veillerait. Hors de question de ne pas en faire bon usage, même s’il s’était tout de même gardé un million pour décompresser. Il avait besoin de nouveaux vêtements et il s’était acheté le nouvel iPhone avec, comme il ne pouvait plus utiliser Jung Rin. Cette idiote qui allait épouser un Chinois coincé, paix à son âme.

Un message envoyé à son homme, il fut profondément mécontent en voyant que ce dernier ne lui répondait pas. Une honte. Il lui annonçait de grandes choses et il se permettait de ne pas lui répondre. A lui. Lee Ji Hoon. Celui qu’il appelait l’amour de sa vie, avec les violons en fond. Ah, elle était belle, la vie de couple, se faire délaisser ainsi, ce n’était plus possible, le Coréen mourrait de manque d’attention, agonisait la bouche grande ouverte sans que personne ne s’en soucie. C’était juste scandaleux. Il ne pouvait pas le laisser s’en sortir comme cela, il devait savoir ce qui l’empêchait de se réjouir avec lui pour ce plan machiavélique que Ji Hoon ne lui avait pas encore expliqué. Sa langue glissa sur ses lèvres, il fila dans le métro, trop excité pour conduire, souriant malgré tout, ne remarquant pour une fois pas la laideur des personnes l’entourant et ne se souciant même pas quand on le collait trop. « Eh bien, vous avez l’air vraiment heureux ! » Avait constaté cette femme, ayant visiblement attrapé son sourire communicatif. Baissant son regard sur elle, il accentua son sourire, hochant la tête. « Oui ! La fiancée de mon meilleur ami le trompe ! » Son sourire à elle tomba un peu. « Ah. » et elle s’éloigna discrètement. Elle devait le penser fou, il s’en foutait totalement.

Non, Haruto n’était pas infidèle quand ils étaient ensemble. Quand ils étaient ensemble c’était l’ordre naturelle des choses. Eux deux. Yurina était l’intruse. Ce serait plutôt le Coréen qu’on trompait dans l’histoire mais il ne voulait pas penser à cela ainsi, surtout qu’il voyait l’issu. Il retrouvait de l’espoir. Il pouvait entrevoir un avenir juste à eux deux. Sans mariage, sans famille bourgeoise pour l’énerver. Ils seraient à nouveau juste eux et Kimyaki. Evententuellement Takochi, si son bébé acceptait sa « sœur », sinon, ils pourraient l’offrir à quelqu’un de leur famille. Erena serait sûrement ravie de remplacer Jie par cet adorable caniche. Elle serait mignonne avec un caniche. Il devrait soumettre l’idée à Haruto quand ils auraient un peu le temps, c’est-à-dire, pas tout de suite. Quittant le métro, il gambada jusqu’à l’hôpital, cherchant le service de psychiatrie, fronçant les sourcils en regardant les patients et les visiteurs, se demandant qui était qui. Il devait trouver son psychiatre. Il était dans son bureau, il commençait tout juste sa pause. Respirant profondément en arrivant, il ferma les yeux pour trouver le courage et frappa finalement à la porte.

« Bonjour Docteur Kamiya, je ne vous dérange pas pendant votre pause ? J’avais vraiment besoin d’une consultation… » On non, ils n’allaient pas recommencer ! Doucement, il ferma la porte, s’appuyant contre cette dernière en regardant son petit-ami. Ah cette blouse. Il était si sexy. Distraitement, il se mordilla la lèvre, s’écartant de la porte pour le rejoindre. Le forçant à se relever, il glissa ses bras autour de son cou, embrassant ses lèvres pour le saluer alors que doucement, il ouvrait sa blouse, la faisant glisser le long de ses bras pour la jeter plus loin. Ceci étant fait, il s’écarta brusquement de son homme. « On a des affaires urgentes à traiter Haruto, je t’ai retiré ma principale distraction maintenant on peut parler. » C’était déjà facile de lui parler sans lui sauter dessus en temps normal alors avec ça sur le dos, c’était tout simplement impossible. Contournant le bureau, il s’installa de l’autre côté, face à son homme, sourcils froncés. « Pourquoi tu réponds pas à mes messages ? »

Oui, pourquoi est-ce qu’il le faisait souffrir comme ça ? De quel droit ? Ji Hoon gardait les lèvres pincées, avant de se redresser, pour annoncer fièrement : « La mère de la gueuse m’a donné 3 millions de yens ! » Et ce n’était pas grand-chose, évidemment, comme elle le disait si bien. Glissant sa main dans ses cheveux, il garda son petit air fier. Il espérait que Haruto soit fier de lui aussi. D’ailleurs, il reprit immédiatement. « Et devine quoi ! La copine de mon frère m’a écrit. Son frère se tape une fille fiancée… Une idole… »  Il devrait arrêter de sourire comme ça, d’être aussi heureux. « Daimon Yurina. » Il sautillait un peu sur sa chaise, trop heureux et excité à cette idée. Cette idiote avait signé son arrêt de mort. Ce n’était qu’une question de temps. « J’ai déjà demandé à Liang d’enquêter sur lui. Il s’appelle Koike Naoto. » Il s’en fichait de son nom mais au cas où Haruto le connaitrait, il n’en savait rien. Le monde pouvait être ridiculement petit. « On va l’avoir, cette connasse. » Un léger sourire aux lèvres, il s’approuva d’un hochement de tête. Il la détestait, se fichant bien qu’elle soit une victime dans cette histoire aussi. Il l’écraserait, comme les autres. Pinçant les lèvres, il regarda Haruto, ajoutant la fin de son SMS, parce que c’était important. « Ah et, l’ex de ta sœur va épouser Jung Rin. Small small world ! Si tu veux, on peut faire équipe avec Erena aussi. » Elle tuerait Yurina puis Jung Rin. Il ne fallait pas s’arrêter en si bon chemin, un meurtre, deux, c’était pareil, on ne perdait pas la main une fois qu’on commençait. Son sourire s’élargit un peu en regardant son homme. l’amour de sa vie qu’il allait bientôt récupérer. Qui serait à nouveau pleinement à lui, rien qu’à lui. Ji Hoon ne laisserait plus jamais personne le lui prendre.



Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 24 Sep - 23:29


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


Ses rencontres avec Ji Hoon se faisait un peu trop rares à son goûts, ces derniers temps. Pris par son rôle de fiancé modèle, Haruto se forçait à passer du temps avec Yurina. Il rendait également plus souvent visite à sa mère, restant même parfois dormir dans sa chambre d'enfant à la décoration demeurée intacte. C'était pesant, et parfois, le psychiatre croyait devenir fou à son tour et ressentait le besoin de hurler. Mais il se raisonnait en se disant que ce serait bientôt réglé, que sa chère et tendre fiancée serait alors mise hors d'état de leur nuire, et ils pourraient à nouveau vivre heureux, tous les deux, sans se soucier de ce mariage dont personne ne voulait. Jusque là, il devrait subir les frasques de leurs familles, les préparations de la cérémonie et du repas qui n'auraient pas lieu, et tout le reste. Haruto y prenait part, l'air de rien, et sa mère était très heureuse de le voir donner son avis, au moins un peu. Il suivait les conseils de Ji Hoon à la lettre, l'appelant le soir, loin des oreilles indiscrètes, en cherchant du réconfort dans ses mots encourageants. Il reprenait confiance en lui lorsque son homme lui disait qu'il le pensait capable de réussir.

Depuis quelques jours, Haruto faisait profil bas, à l'hôpital. Il craignait par-dessus tout de croiser cette infirmière qu'il avait berné le soir où Ji Hoon s'était fait honteusement agressé par deux ivrognes racistes. Il n'avait pas non plus envie de tomber sur ce médecin qui les avait accueilli quand il s'était fracturer la main après leur dispute et qu'il avait vu le même soir. Ce dernier l'avait observé bizarrement, et le psychiatre n'avait pas envie de savoir à quoi il pensait. En vérité, il évitait le coin des urgences. Et si des  bruits couraient sur un médecin abusant sexuellement de ses patients ? Les murs des chambres n'étaient pas si épais, n'importe qui aurait pu les surprendre. Et si l'infirmière avait fait semblant de continuer sa ronde ? Et si elle les avait finalement entendu ? Depuis, chaque matin, Haruto avait peur de recevoir une lettre de licenciement parmi son courrier, une note du doyen pour un rendez-vous passage de savon, ou il ne savait pas trop quoi. Et si c'était le père de Yurina lui-même qui le virait ? Bon, quelque part, ça les aiderait peut-être à se débarrasser d'elle.

Mais le jeune Kamiya n'avait pas étudié si longtemps pour perdre son travail aussi bêtement. Si l'expérience avait été incroyable, ils ne pouvaient nier qu'elle avait aussi été très stupide. Leurs fantasmes devenaient clairement dangereux ! Pourtant, Haruto était loin de regretter. Et chaque matin, après avoir constater qu'il n'avait reçu ni lettre, ni convocation, le psychiatre recevaient ses patients de très bonne humeur. Ses cas semblaient se cibler sur les jeunes personnes. Une certaine notoriété leur rendait ce docteur sympathique et accessible, contrairement à certains de ses collègues. Haruto avait pu constater ne pas avoir perdu la main, malgré son accident et l'amnésie qui avait suivi, puis ses absences à répétition. Néanmoins, il se doutait bien que si la direction fermait les yeux sur son manque d'implication des derniers mois, c'était malheureusement grâce à Yurina et au nom de son père. Daimon, en tant que généreux bienfaiteur de l'hôpital, faisait sûrement pression, d'une façon ou d'une autre, pour que son futur gendre garde sa place. Hors de question qu'un scandale entache son nom de cette manière. Si ça touchait Haruto, ça touchait Yurina, et donc le nom Daimon ! D'ailleurs, le futur époux avait entendu leurs parents parler du nom, et les négociations allaient bon train. Kamiya Yurina ou Daimon Haruto ?

Toutes ses pensées nuisaient à sa concentration, et le psychiatre tentait tant bien que mal de vider son esprit. En général, il y arrivait plutôt bien. Du moins, le temps d'une séance. Quand sonnait la pause de midi, il s'enfermait généralement dans son bureau pour avoir un peu de paix. A force, la jeune infirmière qui faisait office de secrétaire avait compris et lui laissait sa tranquillité, et donc, le docteur Kamiya ne s'enfermait plus à clé. Fronçant les sourcils quand on frappa à la porte, il baissa la tête qu'il avait jeté en arrière pour mieux méditer, les paupières closes. Desserrant ses doigts jusque là croisés sur sa poitrine, Haruto prit une grande inspiration, tentant de ne pas avoir l'air trop énervé. Sans trop savoir s'il devait se lever ou pas, il choisit de rester assis, prêt à faire une remarque suivant qui osait le déranger pendant sa précieuse pause déjeuner – même s'il mangeait rarement. « Entrez ? » Un sourire apparut automatiquement à ses lèvres. « Hoonie ! » Mais avant qu'il n'ait pu accueillir son homme comme il se devait, ce dernier prit la parole. Un frisson lui parcourut l'échine, et il déglutit en l'observant approcher. Se redressant sur ses longues et fines jambes, Haruto le regarda droit dans les yeux sans se défaire de son sourire. Répondant amoureusement à son baiser, il se demanda vaguement pourquoi ce genre de visite était si rare. Les pensées qu'il avait pu avoir un peu plus tôt ne semblaient déjà plus d'actualité. Ses mains glissèrent sur le torse de Ji Hoon, remontant lentement vers ses épaules, prêtes à défaire les boutons de sa chemise.

« Mais... Hé ! » Ses yeux se posèrent, outrés, sur sa chemise balancée plus loin, avant de rejoindre les siens. Les sourcils froncés, dépité, Haruto croisa les bras. « C'est vraiment un ignoble stratagème, espèce de fourbe. » Et les mots compliqués, c'était fait exprès. Histoire qu'il ait sa petite vengeance puérile. Mais bien vite, ses traits retrouvèrent leur douceur. Ah oui, ce message ! « Je voulais t'écrire pour te le dire. Dîner familial, ma mère a commencé à lire par-dessus mon épaule, j'ai supprimé par inadvertance. » Haruka paraissait de plus en plus suspicieuse. « Je dois me montrer prudent... » Elle l'agaçait clairement, et un certaine tension montait entre la mère et le fils. Imperceptible, ça ne l'empêchait pas de le ressentir. Mais la nouvelle de Ji Hoon chassa cette ombre au tableau. Même si ça ne lui plaisait que son petit ami séduise une vieille mère de famille bourgeoise pour lui soustraire de l'argent sous couvert d'il ne savait quelle association, Haruto devait avouer qu'il avait bien joué. Cet argent les aiderait manifestement, même s'il ne savait pas vraiment encore comment. « La copine de... » Fronçant les sourcils, le Japonais essaya de suivre avant d'ouvrir la bouche sous la surprise. « Attends, attends... Yurina a un amant ? » Ses yeux brillaient un peu trop, c'était la meilleure nouvelle de la journée ! « Koike Naoto. » S'il fouilla dans ses souvenirs, ce nom ne lui disait malheureusement rien du tout. « Et alors ? Vous avez trouvé quelque chose ? Qui est ce garçon ? » Jamais ce prénom n'avait été évoqué par les Daimon, il ne s'agissait donc sûrement pas d'un gosse de riche qu'elle aurait potentiellement pu épouser. C'était déjà une information en soi. Si Yurina ne lui en avait jamais parlé, c'était qu'elle voulait le garder secret.

Un rire lui échappa malgré le regard qui condamnait l'usage de vulgarité en sa présence. Pourtant, il partageait clairement l'enthousiasme de Ji Hoon. Tout allait en leur sens, c'était parfait ! Même ce mariage annoncé entre l'ex de son petit ami et l'ex petit ami de sa sœur. « Magnifique. » Haussant les sourcils, son expression cachait à peine le fait qu'il n'en avait rien à faire. C'était même une très bonne nouvelle. Ces fiançailles éloignaient Jung Rin de Ji Hoon, et Jie de Erena. « D'une pierre, deux coups ! » Il pinça les lèvres, peu enchanté à l'idée de faire appel à sa cadette. « Laisse Erena en dehors de ça... » Ce n'était pas un reproche, mais plus une supplique. S'approchant de son homme, Haruto passa les bras autour de ses hanches. « Elle a beaucoup souffert, ces derniers jours. » Et il le savait, ils se disaient tout. « Elle se remet doucement. » Sa main caressa tendrement la joue de Ji Hoon. Un doux sourire éclaira les traits du Japonais. « Elle est de notre côté, tu sais. Même si ce n'est pas pour les bonnes raisons... » Le coin de ses lèvres se tordit, mais il chassa sa grimace dans un baiser à son petit ami. Ses mains reposèrent sur les épaules de ce dernier, et il le guida vers le canapé, où il l'invita à s'asseoir, avant de se précipiter sur la porte qu'il ferma à clé. « Tu as un plan, alors ? On pourrait se servir de Koike ? » Haruto rejoignit son amant, un peu trop excité. Peut-être qu'il avait pris goût à tout ça. « Ça ne pose pas problème que ce soit le frère de la copine de ton frère ? » Il hésita une seconde, espérant avoir tout repris de façon juste. « Quel frère, d'ailleurs ? » Bon, il n'était pas sûr que ce soit si important, mais comme des rumeurs entre Haruno et Jin Seok couraient depuis ce stupide article de Noise Press, savoir que ce serait lui le soulagerait, quelque part. Puisqu'il n'était évidemment pas l frère qui se tapait Yurina. « On doit trouver comment l'avoir. » Sa main se posa sur la cuisse de Ji Hoon. Haruto souriait largement, les yeux brillants de leur avenir à deux.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Lun 25 Sep - 15:00


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


Enfin une bonne nouvelle dans cette sordide histoire de mariage. Ji Hoon aurait de toute façon tout fait pour que cette fille faute et se retrouve comme la belle petite salope qui avait mis par terre ce mariage. C’était le cas, par le manque terrifiant de discrétion de son amant et la stupidité de la sœur de ce dernier. Au moins, si elle sortait avec Liang, ça pourrait un peu équilibrer. Quoique, il n’en était pas certain, Liang était du genre à gaffer de la même manière. Dans tous les cas, Ji Hoon était ravi de ce qui arrivait. Il remerciera Asuka un jour, et il ne comptait toute façon pas faire de mal à son frère jumeau, ce n’était pas lui qui était visé et dans le meilleur des cas, il aurait la laideronne rien que pour lui. Dans le pire, elle lui en voudrait à mort de l’avoir trahi, mais ce n’était pas si grave. Ce n’était pas comme si cela les concernait, Ji Hoon s’en fichait de briser la fille de cette fille, seuls Haruto et lui comptaient et il voulait retrouver ce qu’ils avaient auparavant. Avant que ce mariage stupide vienne tout briser.

Frustré par le manque de réponse de la part de son petit-ami, c’est tout naturellement qu’il avait décidé de lui rendre visite. Il fallait qu’il se réjouisse avec lui. Qu’ils mettent le plan à exécution. Les mois passaient trop vites, déjà plus de trois qu’il était fiancé à cette fille, à ce rythme-là, Ji Hoon pouvait déjà commencer à chercher son costume de témoin. Hors de question de laisser ça arriver, il fallait neutraliser le mal à la source. Il savait que c’était cruel. Si cette fille aimait le frère d’Asuka, elle allait forcément souffrir. Mais ce n’était que justice pour lui avoir fait du mal à lui. A eux. Il s’en fichait bien de faire du mal à cette riche héritière, elle n’aurait qu’à pleurer dans ses billets, si son père lui en donnait encore, ce qui n’était pas moins sûr. A l’hôpital, il se faufila rapidement dans l’ascenseur, pas vraiment mal à l’aise après ce qui s’était passé la dernière fois qu’il était venu. Ce n’était pas prudent et ils devenaient intenables. Mais comment regretter ? On ne pouvait pas regretter quand c’était aussi bon.

C’était bien pour éviter de laisser son esprit trop se rappeler de cette soirée qu’il avait dû retirer à Haruto l’objet diabolique qui rendait ce pauvre Coréen complètement fou. Le fantasme du docteur ne lui était (toujours) pas passé. D’accord, c’était un peu cruel, il aurait pu l’embrasser chastement en lui demandant de retirer cette blouse, mais ce n’était pas aussi amusant. Et voir Haruto déjà si paré à tester son bureau n’amusait que davantage le Coréen qui lui tira malicieusement la langue en l’entendant protester. Il fronça néanmoins les sourcils en l’entendant prononcer une phrase qu’il n’avait compris qu’à un quart, voire moins. Plissant le nez, mécontent, il alla s’asseoir face à lui. « Il y a une volonté de m’humilier. » Et c’était honteux. Lui aussi pourrait se moquer et lui parler chinois pour qu’il n’y comprenne rien ! S’il avait compris le mot, c’était clairement Haruto qu’on devrait traiter de fourbe.

Mais l’heure était grave et il fallait parler du Yurinagate. Après avoir évoqué sa mission fructueuse avec la mère Daimon, lui apprendre l’essentiel pour ce jeune homme que fréquentait sa chère fiancée. La mère de Haruto commençait à l’agacer. Non. Clairement, il ne la supportait plus et il ressentait une vague de haine le submerger dès qu’il était question d’elle. Du mieux qu’il pouvait, il tentait de sourire, hochant doucement la tête. « Elle ne te fais pas confiance ? » Ji Hoon ne comprenait pas comment une mère pouvait se montrer si égoïste et ne pas réaliser qu’elle rendrait son fils malheureux en le forçant à épouser cette fille. « C’est pas grave, je suis content de pouvoir te le dire en face ! » Et effectivement, il ne regrettait pas, voyant clairement que son homme partageait son enthousiasme et sa joie, avec son visage qui s’illuminait. Oui, la laideronne avait un amant. Grand sourire aux lèvres, Ji Hoon hocha vivement la tête. Secouant la tête, un petit soupir quitta ses lèvres. « Je sais pas grand-chose pour le moment. C’est un trainee à Eita, il est très proche de Kiritani, ta patiente, elle le considère comme son frère. » Tout ça, il ne le savait que grâce à son ami. « J’ai cherché, mais je crois pas qu’il ait de profil sur les réseaux sociaux, Liang trouvera sûrement plus de trucs. » Son frère avait le talent de dénicher toutes les informations possibles et inimaginables, pour ce type, il y arriverait aussi.

Il pinça les lèvres après avoir laissé échapper cette insulte. Shoko était d’une mauvaise influence, c’était elle qui le lui avait appris. Il ne savait pas ce que ça voulait dire et en contexte, il voyait que c’était un vilain mot que son homme condamnait. Le Coréen ferait plus attention la prochaine fois. Il pouffa un peu en le voyant se réjouir de l’union entre Jung Rin et Jie. L’envie de venir briser ce mariage le séduisait assez mais il devait arrêter de s’acharner sur cette pauvre fille et accepter de la laisser vivre. Du moins, c’était ce qu’il se disait maintenant. « Je pleins un peu ta sœur quand même. » Evidemment que Haruto lui avait tout raconté, et le Coréen n’approuvait pas le geste de la jeune Kamiya. Aussi fort qu’il aimait Haruto, jamais il ne pourrait lui faire de mal. Alors tenter de le tuer… Non, jamais. Son homme était trop précieux, trop important. Souriant en voyant son petit-ami s’approcher, il hocha la tête. Plaisanter avec Erena n’était pas la meilleure solution, en effet. « J’espère qu’elle sera rapidement totalement remise. » Haruto le tiendrait au courant, tant qu’elle prenait ses médicaments, Ji Hoon se disait qu’elle irait bien. Glissant ses bras autour de son cou, il rit un peu, répondant rapidement à son baiser. « Je suis sûr qu’elle est de notre côté pour de bonnes raisons aussi. » Elle tenait à Haruto, il en était certain, ce n’était pas qu’une histoire de coming out.

S’installant sur le canapé, il attendit que Haruto le rejoigne pour pouvoir lui exposer sa principale idée. Il devrait d’abord en savoir davantage sur le bougre avant de s’engager sur ce qu’il pourrait faire pour gagner la partie. « J’ai peut-être un plan, oui. » Liang lui dirait sûrement que ce n’est pas une bonne idée. Après tout, s’ils n’arrivaient pas à convaincre Koike de jouer dans leur camp, ils étaient perdus. « C’est Liang, et la fille Asuka, tu sais, elle était avec nous à Hawaii ? » Il se souvenait forcément, elle n’avait pas une tête commune. « Non, on s’en fiche, c’est elle qui est assez stupide pour trahir son frère aussi facilement. » Sans se douter que tout allait se retourner contre lui et cette pauvre Daimon. S’approchant un peu de son homme, il sourit, réfléchissant à comment avancer cette somptueuse idée. « Il faudrait voir si c’est sérieux avec elle. S’il l’aime, même si ce serait bizarre que quelqu’un puisse aimer ça, il voudrait forcément tout faire pour annuler le mariage. » Mais peut-être que Yurina et lui complotaient comme eux, dans ce cas-là ? « S’il ne l’aime pas, on peut lui proposer l’argent. » Réfléchissant un instant, il se demandait vraiment si Haruto accepterait son idée. C’était tordu et ça n’avait rien de correct, bien au contraire. « La laideronne doit rester pure pour que tu puisses la déflorer à la nuit de noce, c’est ça le deal, non ? » Jamais Haruto ne ferait ça. Il n’allait plus déflorer personne, et cette Yurina n’aurait jamais la chance de le connaitre comme amant. « Si une vidéo de cette pauvre fille circule chez ses parents et le tiens où on la voit copuler avec ce type, le marché serait forcément rompu, non ? Enfin, tu ne vas pas accepter d’épouser une traînée. »

Mais non, quelle idée ! Haruto se respectait et il faisait partie de ces pervers, super excité par une fille frigide qui se faisait baiser pour la première fois. Ji Hoon n’avait jamais compris le délire, mais il savait que c’était un truc que des gens aimaient. « Du coup, à voir si on peut lui demander de filmer des ébats contre de l’argent, ou en lui promettant que ça lui permettra d’avoir la moche rien que pour lui après. » Puisque mêmes les vieux croulants n’en voudront plus après cela. Elle serait bonne à jeter et si ce type acceptait de se la faire jusque-là, il accepterait sûrement encore après. « T’en dis quoi ? » Avec appréhension, il attendit l’avis de son homme, qui était après tout le seul qui pourrait valider ou non. Ji Hoon avait l’impression d’être le Liang des opérations et il se sentait un peu mal à l’aise, pas vraiment dans son élément. Pourtant, pour Haruto, il voulait se surpasser. S’assurer de mener à bien cette mission. De remporter cette guerre.

Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 25 Sep - 23:36


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


L'omniprésence de sa mère dans sa vie commençait à sérieusement peser sur Haruto. A vingt-six ans, il se considérait capable de la gérer, même si les décisions qu'il avait récemment prises ne semblaient pas vraiment partir en ce sens. C'était une erreur qu'il payait bien évidemment cher, qui les mettait dans un réel embarras aujourd'hui. S'il ne pouvait revenir sur sa décision maintenant, il devait tout faire pour réparer le mal qu'il avait non seulement à Ji Hoon, mais aussi à lui, à leur histoire d'amour. Il était de son devoir de rattraper cette bêtise. Heureusement, le Japonais pouvait compter sur son petit ami, fidèle malgré l'affront qu'il avait subi. Jamais Haruto ne pourrait assez le remercier. C'était important, qu'il soit encore à ses côtés. Leur amour était plus fort que tout, et il savait qu'il avait été ridicule de penser qu'il aurait pu tout briser comme ça. Leur lien était trop puissant pour être rompu aussi facilement. Et aujourd'hui encore, ils le prouvaient à leur façon. Comme ils le prouveraient aussi souvent que nécessaire, jusqu'à ce que tout le monde comprenne qu'ils étaient faits l'un pour l'autre, et que c'était très bien comme ça, que c'était dans l'ordre des choses.

Et tant pis si pour ça, ils devaient faire souffrir. Haruto était un peu trop bien rentré dans son rôle, et il attendait impatiemment de prendre sa revanche sur Yurina. Aussi, quand il eut ce message de Ji Hoon, il s'était senti énormément frustré de ne pas avoir pu le lire jusqu'au bout à cause de sa mère. Haruka devenait sérieusement pénible, et beaucoup trop intrusive. Parfois, le fils Kamiya avait l'impression qu'elle savait. Et au fond, il se demandait si c'était réellement un mal qu'elle soit au courant. Sûrement ne l'admettrait-elle pas, même si elle surprenait son fils en train de faire passionnément l'amour à son meilleur ami. C'était affligeant et complètement ridicule que d'être bornée à ce point. Elle tomberait sûrement de haut, et le renierait, mais Haruto avait pris sa décision. Il ne sacrifierait plus Ji Hoon pour sa famille. S'il continuait à les aimer très fort, son petit ami venait désormais en premier. Il était la seule personne avec qui il se sentait vraiment bien, vraiment lui-même. Personne ne le faisait se sentir à ce point vivant. Auprès de Ji Hoon, Haruto ne mentait pas. Leur osmose était parfaite, des âmes sœurs. Destinés l'un à l'autre, pour le meilleur et pour le pire. Pour toujours.

« Mais qu'est-ce que tu racontes. » Haruto laissa échapper un rire. Il n'oubliait cependant pas que c'était lui qui venait d'être dupé. Le Coréen le payerait ! Il se vengerait de façon tout aussi – si ce n'était plus – cruelle. Il viendrait chez lui par surprise, simplement vêtu de cette blouse. Et... Pour le reste, il y réfléchirait plus tard. Bien qu'il savait d'avance que s'il débarquait comme ça chez Ji Hoon, il y avait peu de chance qu'il s'en sorte aussi facilement. Ce n'était pas le moment d'y penser. Il allait s'exciter tout seul, et Ji Hoon n'était visiblement pas là pour ça. Un petit rire ironique lui gratta la gorge. « Et elle a raison, non ? » Haruka devait être trop perspicace pour son bien. Mais elle ne gagnerait pas. Elle pouvait bien l'épier, Haruto trouverait toujours un moyen de la devancer. Comme aujourd'hui. Trop heureux d'avoir enfin la main dans cette partie de poker, il ne pouvait cacher son enthousiasme. Ji Hoon venait avec une très bonne nouvelle qui ne pouvait que le réjouir. Il nota mentalement les informations qu'il lui fournissait. « Kiritani Sae ? » L'espace d'une seconde, le docteur Kamiya se demanda s'il était moralement acceptable de se servir d'une de ses patientes – même indirectement – pour obtenir ce qu'il souhaitait. On lui souffla que oui, et son tourment s'en alla aussi vite qu'il était venu. « J'ai peut-être une idée... » Son cerveau se mettait en marche, il devait trouver une solution plausible et faisable, naturelle.

Ne souhaitant pas trop rebondir sur la vulgarité ayant échapper à son homme, Haruto ne voulut pas non plus trop s'éterniser sur ce nouveau mariage annoncé. Si Jie et Jung Rin s'épousaient, il pourrait hurler bon débarras ! Erena trouverait beaucoup mieux, une relation plus saine. Il y croyait. Le plus important était sa guérison, si possible loin de ce Chinois de malheur qui avait éveillé en elle ses plus bas instincts. Et puis, son cœur s'alertait de l'envie de Ji Hoon de briser ce mariage aussi. Avait-il envie de garder cette fille juste pour lui ? « J'aimerais qu'elle se trouve quelqu'un de mieux que lui. C'est si malsain, entre eux. Toxique. » Sur son visage se peignait une inquiétude sérieuse et sincère. Ce n'était pas tant sa haine qui le faisait dire ça, mais son amour pour sa petite sœur. Peut-être serait-elle même mieux seule, après tout ? Elle était ce genre de femme qui n'avait pas besoin d'homme pour avancer. Se blotissant contre Ji Hoon, Haruto réalisait que lui en avait besoin. Mais que d'un, le sien. « Elle se remet petit à petit. C'est la plus forte d'entre nous. » Il sourit, se rendant compte d'à quel point s'était vrai. Le frère et la sœur s'étaient un peu rapprochés, ces derniers temps. Aussi voulait-il croire que son petit ami ait raison. Il lui sourit, comblant une nouvelle fois l'espace entre eux pour l'embrasser. Au fond, Haruto espérait vraiment que Erena était de leur côté. Il avait besoin d'une alliée comme elle.

Une fois enfermés dans son bureau, Haruto rejoignit son homme. Il était grand temps qu'ils élaborent un plan digne de ce nom. Ji Hoon étant le plus habitué à ce genre de pratique, il était naturel que le Japonais l'écoute attentivement. « Asuka-chan a un frère ? » Fronçant les sourcils, Haruto se demanda si c'était une bonne idée, finalement. Il aurait préféré ne pas connaître cette fille. « Mais... Comment tu l'as su, au fait ? » Il plissa les yeux, légèrement suspicieux. Beaucoup d'éléments lui échappaient, dans cette histoire. Déjà qu'il était quasi certain que Koike n'était pas le nom de la petite amie de Liang. « Une minute, elle sort avec Liang ? » Bon, d'accord, ce n'était pas si important. Mais Ji Hoon était sûr de vouloir se servir des informations de la jeune femme que son jumeau aimait ? Compliqué, tout ça ! Mieux valait qu'il se concentre sur Yurina et ce Naoto assez fou pour coucher avec cette gosse de riches capricieuse. Hochant la tête, pressant la cuisse de Ji Hoon sous ses doigts, Haruto écouta attentivement, ne pouvant cacher son amusement sous les propos de ce dernier, approuvant d'un signe de tête. Voilà quoi pouvait servir l'argent obtenu de sa mère ! Plongé dans ses réflexions, il releva la tête vers Ji Hoon. « Oui, c'est une condition un peu habituelle dans ce genre d'union. Je ne pensais pas qu'elle serait à ce point utile... » La clé de la libération ! Haruto jubilait. Il eut à peine le temps de s'interroger sur la façon dont il l'apprendrait à leurs familles, que Ji Hoon lui apporta la solution sur un plateau. Un rire lui échappa sous le ton ironique de son petit ami. « Bien sûr que non, quel déshonneur ! » Le Japonais prit un air exagérément outré, sa main libre posée sur sa poitrine.

« Mais si ce garçon est amoureux... » Haruto reprit son sérieux. « Enfin, je ne comprends pas. Si elle l'aime et souhaite rester avec lui, pourquoi ne s'est-elle donc pas mise d'accord avec moi ? Je lui avais avoué avoir quelqu'un... » Sa main serra un peu plus la cuisse de Ji Hoon. « Et s'il la faisait chanter de son côté ? » Bon, c'était peu probable. Et même si c'était le cas, Haruto devrait s'arranger pour l'avoir de son côté. Les lèvres pincées, Haruto réfléchissait à cette idée horrible. Piéger Yurina de cette façon était cruellement fourbe. Mais elle qui ne cessait de le penser lâche se verrait prendre un coup de boomerang en pleine tête. « Je suis d'accord. » Ses yeux cherchèrent ceux de son petit ami. Dans sa poitrine, son cœur battait à tout rompre. « Comment est-ce que je pourrais l'aborder ? » Lui revint à l'esprit son idée de tout à l'heure. « Si Sae-chan et lui sont effectivement proches, il faudrait trouver un moyen que je l'approche avec cette excuse, qu'est-ce que tu en penses ? » Le problème, c'était que Haruto ne voyait pas trop comment. Si être le fiancé d'une future étoile de l'agence et le frère aîné de deux idoles confirmées lui procurait des passe-droits à l'agence, il n'était pas certain de pouvoir approcher si facilement tous les jeunes s'entraînant entre ses murs. « A cause de cet article, il doit me connaître, en plus. Et s'il se méfie ? » Ses doigts glissèrent sur sa cuisse, cherchant finalement sa main. Ses doigts trouvèrent leur place entre les siens, avant de les serrer. « Je ne veux pas faire tout rater, maintenant qu'on a clairement un avantage ! » Oh non. Hors de question que Haruto perde cette guerre ! Ils vaincraient. Comme dans les comédies romantiques, l'amour, le vrai, finirait par triompher. Ensemble, ils étaient plus forts que tout. A deux, ils y arriveraient.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Mar 26 Sep - 18:05


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


Tout leur souriait, Ji Hoon était plus qu’optimiste quant à cette situation. Ils allaient virer se mariage et le Coréen pourrait tout naturellement récupérer son homme rien que pour lui et juste à lui. Il en trépignait même d’impatience ! Se dire qu’ils n’auraient peut-être plus à se qualifier de « meilleurs amis » ou d’agir de manière respectable dans la rue. Après un petit temps, ils pourraient même reprendre un joli appartement tous les deux. Sans doute pas aussi beau que celui qu’ils avaient, il ne fallait pas rêver, et le plus important, c’était d’être en mesure de construire à nouveau leur belle histoire d’amour à deux. Qu’ils reprennent où ils en étaient. Ce serait merveilleux, de ne plus se soucier de rien, juste à comment les choses se déroulaient pour eux. Se préoccuper de choses normales dans un couple. Vivre ensemble, adopter un chien, la destination des prochaines vacances… Des sujets plus sérieux aussi. Des présentations officielles à leur famille. Ji Hoon se disait qu’il en serait capable. Sa mère et ses sœurs devaient bientôt venir à Tokyo. Elles le connaissaient déjà, mais il ne voulait plus mentir. Il voulait pouvoir leur dire qu’ils étaient ensemble et que Haruto le rendait très heureux. Plus heureux qu’il ne l’avait jamais été auparavant. Il était temps que le monde entier l’apprenne.

Haruto était fourbe. Les mots compliqués, il faisait exprès de les utiliser ! Heureusement, Ji Hoon ne s’en formalisa pas, lui offrant une terrible grimace en guise de réponse. Le Japonais était juste jaloux que le Coréen commence à avoir un très bon vocabulaire. Bientôt, il pourrait parler mieux que lui. Et il serait terriblement jaloux. Parfaitement. Mais d’abord, ils devaient discuter. Ji Hoon pinca les lèvres. Oui, elle avait des raisons de se méfier pour la forme, comme Haruto voyait réellement quelqu’un d’autre. Son petit-ami officiel depuis plus d’un an. Dans le fond, c’était n’importe quoi. Sa mère n’avait pas à se mêler de cela. « Je trouve ça malsain, c’est ta mère, pas ta copine. » Cet air un peu dégouté, il ne le contrôlait pas. Celui qui pourrait légitimement se comporter ainsi, c’était lui. C’était bien lui qui était en couple avec Haruto et le seul qui pourrait faire preuve de méfiance en regardant par-dessus son épaule quand il écrivait un message. Il le faisait parfois, mais pas par jalousie, par habitude. Il ne savait pas lire tous les kanjis et souvent, il aimait juste fixer l’écran, presque émerveillé par la rapidité avec laquelle son Japonais écrivait. Ji Hoon lui faisait confiance. Il savait qu’il n’y avait personne d’autres – en dehors de Yurina – et que Haruto ne lui cachait plus rien désormais. C’était le principal.

Kiritani Sae, la fameuse « sœur » de cœur de Naoto, visiblement. C’était ce qu’il en déduisait quand la demoiselle l’avait évoqué. « Une idée ? » Son regard scruta un instant son homme, intrigué. « Dis-moi ! » Il ne pouvait pas tout garder pour lui comme cela, Ji Hoon avait définitivement besoin de détails. Autant utiliser Sae, à défaut de pouvoir prendre Erena. Collé contre son homme, sa main caressait distraitement son dos en l’écoutant. « Ah, pour être malsain et toxique… » ça l’était clairement. Elle avait tout de même essayé de le tuer. Il l’avait probablement mérité, pour avoir rencontré ce type, il inspirait des envies de meurtre. Caressant tendrement ses cheveux en le sentant se blottir contre lui, ses lèvres se posèrent au sommet de son crâne, riant doucement. « Ah, ça, je le sais, mon amour… » Haruno était inoffensive et Haruto était tout de même très sensible et émotif. Mais ce n’était pas un défaut. Pas du tout. Au contraire. C’était exactement comme cela que Ji Hoon l’aimait. Ses mains se saisirent de son visage et il répondit amoureusement à son baiser. Oui, Haruto était absolument parfait comme cela.

Sur le canapé, Ji Hoon commença à lui expliquer la situation, un peu surpris par la question de son homme. On s’en fichait de la vie d’Asuka ! Avaient-ils vraiment le temps de badiner sur ce genre de sujet qui n’intéressait personne. « Ben, ouais ? C’est une histoire compliquée, on s’en fout, Haruto. » Liang lui avait expliqué et c’était sans intérêt. Les meilleurs jumeaux de toute façon, c’était les aînés Lee. Les autres n’avaient aucune importance. Pinçant les lèvres, il haussa les épaules. « Koike lui a dit, et comme elle te trouve teeellement gentil, elle trouvait ca horrible ce que la moche te faisait, elle m’a envoyé un message pour me demander ton numéro. » Qu’il n’avait aucune envie de donner, au passage. Visiblement décidé à déblatérer sur des détails, Ji Hoon lâcha un soupir agacé, posant son regard blasé sur son petit-ami. « Non, pas encore. Il lui a dit qu’il l’aime, elle l’a embrassé, elle sort avec un autre mec pour l’instant. Tu veux qu’on dîne avec Liang ce soir pour qu’il t’en parle ? » Au moins, il pourrait peut-être contenir sa curiosité et ils pourraient aborder le sujet le plus important, c’est-à-dire comment se débarrasser de ce mariage ?

Ji Hoon exposa rapidement son idée attendant le plus important : l’approbation de son compagnon. Visiblement, il visait juste sur les conditions (stupides) de ce mariage, c’est-à-dire, la virginité de cette trainée. Un tel déshonneur, d’épouser une catin qui en plus faisait une sextape. Ravi de voir que l’idée semblait lui plaire, il fallait désormais trouver comment atteindre ce type. S’il l’aimait, ce serait effectivement compliqué. Ji Hoon ne pourrait jamais trahir Haruto en se liant avec cette fille, même avec garantie de le récupérer à la fin. « Peut-être que c’est juste une histoire de cul. Ou que ses parents n’accepteraient jamais un type comme lui. » Les deux cas étaient probables, Ji Hoon ne savait pas exactement. Haussant les épaules, il secoua la tête. « S’il la faisait chanter, il prendrait pas le risque d’en parler si ouvertement à Asuka. » Le problème, c’était qu’ils ne pouvaient pas savoir exactement ce qu’il avait dit sans éveiller les soupçons de la trainee. Ravi d’avoir clairement son accord, un magnifique sourire se forma sur ses lèvres qui allèrent gaiement embrasser les siennes. Ils trouveraient les meilleures solutions pour avoir cette fille et pour annuler ce mariage. Sa main se posa sur celle de son amant qui se trouvait sur sa cuisse.

Un peu surpris, il écouta son homme réfléchir à la manière de l’aborder. Forcément, c’était une question essentielle mais ce qui le surprenait était que son homme se propose d’aller le voir. Fronçant les sourcils, il le contempla un instant. « Tu voudrais y aller toi ? Tu penses que c’est une bonne idée ? » Il fallait se montrer persuasif et y aller franc jeu, trouver la bonne attitude et les bons mots. Et comme Haruto le disait si bien, Koike devait le connaitre. Un peu hésitant, il regarda son homme. « Je pense pas que ce soit une bonne idée si c’est toi, je peux m’en occuper tu sais. » Sa main se leva sur la joue du Japonais, la caressant tendrement. Il ne fallait qu’il prenne des risques, Ji Hoon ne voudrait pas qu’il lui arrive quelque chose. Ils ne connaissaient pas ce type, ils ne savaient pas de quoi il était capable. Et si tout se retournait contre Haruto ? « Je pense qu’on peut utiliser Sae. Vu comme elle en parle, ils sont vraiment très proches, c’est presque bizarre. Genre appuyé que le Docteur Kamiya a été un précieux soutient pour l’aider à aller mieux ? » Jouer sur les sentiments, c’était moche, mais c’était comme ça que Ji Hoon réussissait ses coups. « Ce serait mieux de l’aborder directement á Eita. C’est pas si difficile, la dernière fois j’ai réussi à rentrer et à aller dans les loges des idoles sans problèmes quand je voulais voir Shoko pour le bal. » En même temps, il parvenait à s’incruster partout. « Il faudrait juste voir où est-ce qu’il traine la plupart du temps. Ce serait bien dans sa chambre. » Dans un endroit où on ne risquait pas trop de les entendre ou de les voir. Ils devaient être certains que tout reste entre eux. Si cet idiot ébruitait ce qu’il se passait… Quoi ? Non, en fait, Yurina ne pourrait pas utiliser cela contre Haruto, ce serait avouer qu’elle avait un amant. Au moins, ils avaient peu de risques, c’était ce que Ji Hoon se répétait. Se rapprochant de lui, il lui sourit tendrement. « On va y arriver, je suis sûr qu’on arrivera à berner ce type. » Et si la moche l’aimait, elle devrait vivre ensuite avec cette terrible trahison. Ji Hoon jubilait déjà de cette superbe victoire, mais aussi en songeant à leur belle histoire qui pourra enfin reprendre normalement. Juste eux deux, c’était largement suffisant.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 26 Sep - 21:20


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


Ils devaient se retrouver pleinement. Vivre leur histoire d'amour comme ils l'entendaient, sans se soucier d'un avis extérieur, qu'il vienne d'un membre de la famille ou non. Haruka ne paraissait pas saisir à quel point elle se montrait intrusive dans la vie privée de son fils. Sûrement se pensait-elle indispensable afin de lui désigner le droit chemin, mais Haruto en avait assez. S'ils continuaient comme ça, il finirait par se fâcher avec sa mère. Cela semblait inévitable, mais en même temps, ce n'était pas ce que le fils souhaitait. Si seulement sa mère pouvait comprendre. Trop obnubilée par ses propres envies, elle en oubliait le bonheur de son fils. Kamiya Haruka savait mieux que quiconque ce qui convenait à sa progéniture. N'était-ce pas elle qui encourageait ses filles à se montrer assidues lors de leurs répétitions, qui ne manquait jamais une occasion d'amener sur le tapis lors d'une discussion entre voisines que ses filles étaient les célèbres Erena et Haruno de Hanabi ? Haruto se demandait sérieusement de quoi elle avait bien pu manquer dans sa jeunesse pour vivre par procuration par trois fois, à travers ses enfants. Elle n'était pas une idole adulée, et son mariage fut plutôt simple. Nourrissait-elle quelques frustrations à ce niveau-là ? Le psychiatre de la famille l'ignorait, et en même temps, ne souhaitait pas savoir. C'était sa mère. Et certaines limites, il refusait simplement de les franchir.

De plus, s'il souhaitait s'émanciper complètement, Haruto savait qu'il devait commencer par s'éloigner de sa génitrice. Comme le soulignait Ji Hoon, cette intrusion quotidienne de la part de Haruka devenait clairement malsaine. Cette dernière semblait vouloir régenter toute sa vie – ce qu'elle faisait sans vraiment avoir attendu un quelconque accord de la part du concerné. Celui-ci savait aussi qu'il devait faire en sorte que cela cesse. Haruka le maternait trop, l'étouffait. Elle le surveillait, elle voulait tout savoir. Haruto se disait que si ce mariage avait lieu, elle exigerait sûrement de voir les draps souillé du sang de la virginité perdue de sa chère et tendre épouse. Et ces pensées lui donnait clairement envie de rendre son petit-déjeuner. « Tu sais... Je crois qu'elle sait. » Sa gorge était sèche. Ses soupçons étaient presque fondés. Certaines allusions ne lui échappaient pas, certains regards ne passaient pas inaperçus. De plus, il refusait de penser sa mère stupide à ce point. A ce niveau, c'était franchement du déni. Un déni dans lequel Haruka voulait peut-être s'enfoncer, s'y complaisant. C'était plus agréable, sûrement, que de se dire que son unique fils soit homosexuel. Une passade, peut-être ? « Au fond d'elle, elle doit s'en douter, mais doit refuser de l'accepter. » Haruto était sa fierté placée sur un piédestal. La chute serait trop douloureuse.

Assez parlé de sa mère. C'était là un autre problème, légèrement moins urgent que celui que posait Yurina et ce mariage maudit. La nouvelle apportée par Ji Hoon redonnait le sourire au Japonais, qui cherchait déjà un plan à mettre en place. Si ce Koike était lié à Sae, cela leur donnait un avantage certain. S'il ne se trompait pas, son petit ami était lui-même prochaine de la jeune femme. « Je ne suis pas sûr qu'on puisse le faire. Ce serait se servir d'une patiente pour moi, et d'une amie pour toi... » Mais rapidement, le sujet changea sur Erena et ce mariage que Haruto approuvait bien plus que le sien. Il remettrait cette idée sur le tapis plus tard, confessant une nouvelle fois à Ji Hoon qu'il s'inquiétait pour sa sœur, mais qu'il pensait sincèrement qu'elle s'en sortirait. L'affection et les gestes tendres de son homme le rassuèrent. « Quand Erena était venue me trouver pour me l'avouer, elle m'avait posé la question. » Ses yeux trouvèrent les siens, dans lesquels ils plongèrent. « Si j'aurais été capable de le faire. » Absolument pas. Comment seulement l'imaginer, alors que rien que l'idée de perdre Ji Hoon le plongeait dans un abîme de désarroi ? « Je refuse de te perdre. » D'aucune façon. Ni en intentant à sa vie, ni en épousant une fille qu'il détestait. Il se fichait de passer pour le plus faible de la fratrie Kamiya. Par amour, il serait capable de tout !

Se perdant dans le baiser échangé, il en vint presque à oublier pourquoi son homme était venu le trouver pendant sa pause déjeuner. Il ne savait pas trop pourquoi il posait toutes ces questions sur Liang et Asuka. Au fond, ça ne le regardait même pas, et la réaction de Ji Hoon le lui confirmait. Pinçant les lèvres, Haruto réprima un rire. C'était plus fort que lui, et il ne se sentit nullement vexé des paroles de son petit ami. Il avait juste voulu savoir comment l'information lui était parvenue, mais il nota la petite pointe de jalousie dans la voix du Coréen, lorsqu'il mentionna le fait que la jeune femme avait demandé après lui et son numéro. L'expression de Ji Hoon traduisait sans mal que même sans ça, il ne lui aurait jamais donné. Ses épaules furent secouées d'un spasme, tant son amusement était grand devant son agacement. Haruto s'excusa d'un rapide et chaste baiser volé. « Ça a l'air de t'embêter, je lui demanderai directement où on pourrait se rencontrer pour en parler n tête-à-tête. » Il pouffa bêtement, s'agrippant à son col pour l'attirer vers lui – et ainsi éviter à ce que Ji Hoon s'écarte – et l'embrasser de façon un peu plus appuyée.

Qu'il arrête de le taquiner ! Ils avaient un plan à mettre sur pieds, et ils avaient besoin de toute leur logique et de toute leur concentration. Les mots du Coréen visaient juste. Cette virginité exigée de la part de la fiancée serait leur ticket gagnant pour se sortir de ce bourbier qu'étaient ces fiançailles. Haruto trouvait cette clause stupide, dans les contrats de mariage des gens fortunés. Au fond, c'était injuste, relevant de la perversité du milieu. L'homme pouvait s'être tapé toutes les putes de la capitale qu'on ne lui reprocherait rien. Quel monde injuste, mais pour une fois, ça l'arrangeait. Ce n'était pas lui que l'on blâmerait, tant pis pour elle. Yurina l'avait cherché le premier. Si le psychiatre ne prêchait pas dans l'église de la suprématie mâle, il pouvait désormais se montrer extrêmement macho sur certains points, surtout devant sa fiancée. Il avait bien essayé de lui faire comprendre, elle avait préféré se montrer sourde. Elle qui le prenait pour un lâche soumis et docile s'en mordrait finalement les doigts, regrettant d'avoir pactisé avec le mauvais démon. « S'ils se cachent, ce doit sûrement être ça. » Haruto marqua une pause, approuvant d'un hochement de tête les paroles de son homme. Il releva la tête, afficha un sourire en coin cruel qu'il ne se connaissait pas vraiment. « J'espère qu'elle est amoureuse. » Et que la trahison fasse mal. La cerise sur le gâteau serait que ce Koike se fiche complètement d'elle et du sort qui lui serait alors réservé. Mais ce serait trop beau. Il espérait qu'au moins, il soit naïf s'il devait l'aimer en retour. Ou qu'il ait besoin d'argent.

Le plan lui convenait, il était même prêt à y prendre part ! Mais tout à son excitation de proposer une solution pour aborder le garçon, Haruto ne remarqua pas de suite la moue de Ji Hoon. Son sourire s'effaça un peu. Il ne l'en pensait pas capable. Le réaliser lui donna un coup au cœur. Ses yeux fixaient bêtement son homme. Ouvrant la bouche, il la referma aussitôt. Ses lèvres roulèrent l'une sur l'autre, alors que la main de Ji Hoon lui caressait doucement la joue. Fronçant les sourcils, il s'écarta légèrement. « Pourquoi pas ? » Sa raison lui hurlait que son petit ami avait raison. Pour plus raisons, il était logique que Haruto ne pouvait approcher Koike. Parce que ce dernier devait le connaître, parce que si ce dernier finissait par les trahir, Yurina gagnerait et la honte sur la famille Kamiya serait jetée. Pourtant, le Japonais persistait à se penser capable de le faire. Ses yeux se détachèrent des siens, boudeurs, se perdant dans son bureau. Ce n'était pas juste ! N'y avait-il donc rien qu'il puisse faire pour rattraper son erreur ? Si Ji Hoon s'occupait de tout, sa culpabilité ne pourrait jamais disparaître, même si ce n'était qu'un peu. Ecoutant d'une oreille distraite ce que l'escroc professionnel avait à dire, Haruto continuait à regarder ailleurs, comme plongé dans ses pensées. Sa jambe était secouée d'un spasme régulier et rapidement. Ce ne fut que lorsque Ji Hoon se rapprocha qu'il daigna enfin le regarder à nouveau. Les sourcils toujours froncés, il se laissa doucement tomber contre lui. « Mais si tu dis mon nom, il se doutera forcément que je suis l'instigateur de ce plan. » Poussant un soupir, il se redressa. « Ça peut se retourner contre nous, Hoonie. » Mais avaient-ils seulement le temps de se montrer prudent ? Si Koike refusait de les aider, il leur faudrait trouver un autre plan. « Et si on trouvait quelqu'un qui se ferait passer pour une de mes ex désireuse de faire capoter ce mariage ? » Après tout, il avait avoué à Yurina avoir quelqu'un dans sa vie. Si jamais Koike lui posait la question, la jeune femme confirmerait sûrement. « Sauf si tu veux jouer ton propre rôle ? » Haruto se blottit à nouveau contre Ji Hoon, frottant son nez contre le sien de façon taquine. Ses lèvres s'emparèrent ensuite des siennes, avant de laisser son front contre le sien. « Je veux être utile aussi, Hoonie... » Et il fallait que leur plan soit parfait. Pour sauver leur couple parfait de ce mariage contre-nature. Ils méritaient leur bonheur, et ils le prouveraient.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Jeu 28 Sep - 0:00


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


Au fond, Ji Hoon était certain qu’elle savait. Elle les avait vu ensemble plusieurs fois, ils se trahissaient trop facilement. La façon qu’ils avaient de se regarder, de se parler, ils étaient toujours quasiment collés quand ils avançaient ensemble. Puis, même sur le fait, deux hommes adultes qui partaient toujours en vacances juste tous les deux, qui vivaient ensemble avec un joli bichon, ça laissait quand même peu de place au doute. Non, c’était même évident, ce qu’il y avait entre eux. Mais si elle savait, c’était horrible. Elle refusait tellement leur amour qu’elle forçait son fils à épouser cette fille. Elle préférait qu’il épouse une fille riche qu’il n’aimerait jamais plutôt que lui, un homme qui ferait tout pour rendre son fils heureux chaque jour, pour toujours. C’était si injuste. Elle se fichait du bonheur de son propre fils. Elle n’accepterait jamais leur relation. Et Ji Hoon s’en fichait. Il espérait que Haruto comprendrait qu’elle ne voulait pas son bien, au final. S’il fallait l’accepter dans leurs vies un jour, il le ferait, mais il ne la laisserait plus jamais briser leur couple. Plus jamais s’immiscer entre eux. C’était désormais eux contre elle s’il le fallait. Le peu de respect qu’il gardait pour elle, c’était pour avoir mis au monde son petit-ami, le reste ne lui en inspirait aucun.

Que pouvait-il répondre à ça ? Un simple sourire. Elle restait sa mère, il ne voulait pas se brouiller bêtement avec Haruto à son sujet. Ji Hoon se garderait bien d’exprimer ses sentiments concernant cette femme. Ils allaient plutôt changer de sujet, se concentrer sur le pourquoi de sa venue, ce fameux amant. Un ami de Sae. Il aimait beaucoup la demoiselle, c’était son amie à lui aussi, comme le disait Haruto, ce ne serait pas correct. Son regard se plongea dans celui de son petit-ami, il sourit légèrement, secouant la tête. « Je m’en fiche, tout ce qui compte, c’est toi. » Il pouvait bien la perdre elle, tous les autres. Il sacrifierait le monde entier pour son petit-ami, pour pouvoir le retrouver. Pour que tout redevienne comme avant, c’était primordial. Son homme contre lui, il se fit tendre, glissant ses doigts dans ses cheveux, embrassant sa tempe, lui faire sentir qu’il était là dans ce moment difficile. Il écouta son homme parler, se demandant s’il devait avoir peur ou pas, même s’il savait bien que non. Haruto n’essaierait jamais de le tuer. Il sourit à sa déclaration, secouant doucement la tête. « Tu ne me perdras plus. » Ji Hoon refuserait si Haruto décidait de le quitter à nouveau.

Sa main se posa sur sa joue pour approfondir le baiser. Il aimait tellement cet homme, lui aussi refusait de le perdre. Il serait incapable de vouloir intenter à ses jours. Le Coréen serait incapable de vivre dans un monde où son homme ne vivait pas. il l’aimait à ce point. Au point d’être jaloux pour un rien, de refuser catégoriquement de donner son numéro à une fille qui n’aurait de toute façon aucune chance avec lui. Ji Hoon ne partageait pas son Haruto. Il pouvait bien jouer le rôle du meilleur ami, tout devait passer par lui avant d’atteindre son petit-ami, ou du moins autant que possible. Il gérait déjà sa possessivité et sa jalousie quand le Japonais était avec la laideronne, qu’on ne lui en demande pas trop. Fronçant le nez, il secoua la tête à la réponse de son meilleur ami. « J’espère que tu parles de Liang. Avec lui tu peux. » Pas avec Tanegashima. Elle avait assez à faire avec tous ces types autour d’elle.

Une solution, voilà ce qu’ils devaient trouver. Le problème était qu’ils ne savaient pas la nature de la relation entre Daimon et Koike, sauf qu’il lui faisait l’honneur de la baiser. Elle devait le payer. Il avait connu ça mais avec pas mal de standard. Jamais il n’aurait accepté de baiser une fille comme elle, il se respectait quand même. Même contre une grosse somme d’argent. Et des vêtements d’un grand créateur en modèle unique juste pour lui ? Il y réfléchirait. En levrette et en fermant les yeux, ça pouvait passer. Mais ils se cachaient visiblement mal puisqu’il n’avait pas prévenu sa chère sœur de se la fermer. Et hop, trahison. Il rit un peu en entendant le souhait de son homme, secouant la tête. « On verra bien. De toute façon, c’est pas le plus important. » Ji Hoon se fichait de la finalité de l’histoire, il voulait juste briser ce mariage et le récupérer pleinement. Haruto lui appartenait dans sa totalité et il ne pouvait tolérer de laisser à une autre personne le plaisir de faire sa vie avec lui.

Haruto était psychiatre, pas escroc professionnel. Il soignait les têtes des gens, il n’était pas fait pour les torturer, les manipuler, jouer avec leurs sentiments. Ji Hoon lui sourit sans lui répondre. Il ne voulait pas le vexer. Il voyait bien qu’il l’était un peu. Ce n’était pas qu’il ne croyait pas en lui, il avait juste l’impression que c’était trop important pour prendre le risque. Il tentait d’expliquer la situation, mais rien n’y faisait, il voyait que le Japonais était contrarié. Doucement, le Coréen osa se rapprocher, gardant son regard sur lui, il sourit un peu en le voyant se laisser tomber contre lui, prenant soin de l’embrasser vivement sur le crâne, caressant tendrement son bras. Koike saurait forcément que ça venait d’eux mais ça n’avait pas d’importance. « Non, ça peut pas vraiment. Elle a plus à perdre que nous, tu sais. » Un déshonneur sur la famille Daimon causé par la fille, ça risquerait moyennement de passer. Ji Hoon avait confiance, ça irait. « Non, je veux pas qu’on mêle quelqu’un d’autre à ça. » L’escroc avait encore moins confiance s’il s’agissait d’une personne extérieure. Ils devaient rester prudent et rester juste entre eux, ne mêler personne à cela.

« Mon propre rôle ? Celui du meilleur ami ou du petit-ami ? » Parce qu’il avait l’officiel et l’officieux. S’il affectionnait les deux, c’était le second qu’il préférait. Clairement. Souriant un peu, il répondit au bisou esquimau avant de l’amener plus contre lui, le câlinant amoureusement. « Tu es utile, baobei. » Très utile. Pour preuve, sans lui, il n’y aurait même pas de mission ! Cette pensée ne le fit même pas tellement rire, il pinça Haruto exprès. « Mais si tu veux vraiment le confronter toi, alors fais le. » Ils pouvaient bien trouver d’autres solutions. Se redressant un peu, il sourit au Japonais. Son regard resta encré dans le sien, il devait trouver une solution, une idée. Ji Hoon comprenait que Haruto veuille s’investir. C’était important pour leur couple, le Coréen le savait. « Tu pourrais avoir une oreillette, ce serait comme si je venais avec toi. » Comme s’il était totalement avec lui, sans que cet idiot en face ne le sache. Ses lèvres se posèrent sur sa joue quelques secondes. « J’ai confiance en toi, tu sais ? » Sa main se posa doucement sur sa cuisse qu’il serra légèrement entre ses doigts, fixant son propre geste alors qu’il remettait ses idées au clair. Ensemble, ils pouvaient y arriver. « Tu sais comment tu voudrais t’y prendre ? Ce que tu dirais ? » Il le contempla quelques secondes avant de céder à l’envie qui le dévorait depuis quelques minutes et l’embrasser. Souriant dans le baiser, satisfait, il garda son visage près du sien, finissant par le poser sur son épaule. « Tu as ta pause combien de temps ? » Au pire, ils pourraient toujours s’entraîner plus tard, au retour de son homme, un petit jeu de rôle qui ne finirait pas de manière sexuelle puisque Ji Hoon jouerait le rôle de ce type et il refusait catégoriquement que Haruto le touche dans ces conditions. Seulement quand c’était lui et pleinement lui, il devait être tous les fantasmes de Haruto en une seule personne. Ça ne fonctionnait pas autrement.



Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 29 Sep - 0:45


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


C'était un peu effrayant, tout cet amour que chacun dédiait à l'autre. Plus rien ne semblait compter, sauf leur bonheur à deux. Mais on pouvait bien les traiter d'égoïste, Haruto n'en avait rien à faire. Combien d'années à se plier aux règles nipponnes et celles familiales ? Il devait arrêter d'obéir bêtement, comme on le lui avait appris. Cinq ans plus tôt, il avait rencontré sa liberté. Il avait eu du mal à l'accepter, mais aujourd'hui, il avait envie de la savourer, d'en profiter. Ji Hoon représentait tout ce que le Japonais avait finalement toujours espéré. Il l'aimait pour qui il était vraiment, avait été suffisamment patient pour gratter la couche de vernis épaisse que plus de vingt ans de rigueur japonaise avait formé sur lui. Sa politesse exagéré, son hypocrisie à peine voilée, son sourire faux, son regard triste. Il avait réussi à percer la carapace et à doucement se trouver une place dans son cœur. La meilleure, la plus importante. L'amour, il l'avait trouvé et le recevait en retour. Ji Hoon était devenu l'amour de sa vie. Non, il l'avait sûrement toujours été. Dans ses vies antérieures, dans celles à venir. Ils étaient liés, il ne pouvait en être autrement. Et c'était pour ça que c'était si fort, absolument pas quantifiable, ni mesurable. L'univers ? Plus encore. C'était effrayant, mais tellement grisant !

« Et tu ne me perdras plus. » Jamais ! Impossible ! La douleur avait été si grande. La qualifier de trou béant dans sa poitrine semblait encore bien peu. Il avait eu mal et pour rien au monde Haruto ne voulait revivre ça. Pourquoi ne pouvaient-ils pas vivre tranquillement leur petite vie de couple heureux ? Ils ne faisaient de mal à personne, après tout – ou uniquement aux jaloux qui les croisaient dans la rue et qui les enviaient. Mais qu'en pouvaient-ils d'être si parfaits ? Il formait un couple idéal, scellant cette promesse de s'aimer toujours d'un nouveau baiser, jamais lassés. Haruto pourrait y passer ses journées, suspendu – littéralement – aux lèvres de son homme. Comment seulement imaginer qu'il aurait envie de tuer Ji Hoon ? Il ne comprenait pas le geste de sa sœur, aussi bon psychiatre qu'il voulait se penser. L'amour pouvait revêtir différentes formes, ça il le savait bien. Et sa puissance pouvait se manifester de bien des manières. C'était peut-être ça, le plus effrayant. Il ne se maîtrisait pas toujours, lorsqu'il s'agissait de son petit ami. Le tuer lui restait inimaginable. Mais tuer pour lui, Haruto s'en sentait capable.

C'était pourquoi, la jalousie de Ji Hoon, il la comprenait. Il vivait la même à son égard. Hors de question qu'une femme s'approche de lui, et c'était bien pour ça qu'il n'appréciait pas Shoko, ni Jung Rin, ni qu'importe quelle fille qui gravitait un peu trop près de lui, excepté ses sœurs. Haruto ne voyait que lui, même fiancé, il n'y avait que son homme qui occupait ses pensées. Aussi cliché que ça pouvait sonner, ce n'était que la plus stricte vérité. « Avec Liang. On apprendra peut-être à se connaître, comme ça. » Un petit sourire en coin vint orner ses lèvres. Il n'était jamais sûr si c'était là quelque chose que Ji Hoon souhaitait ou non. Les intérêts de son jumeau se rapprochaient peut-être plus de ceux du Japonais que les siens. Et s'ils s'entendaient un peu trop ? Pour Haruto, il était clair que Ji Hoon passerait toujours avant tout le reste, mais ce dernier avait le droit de douter, après ce qui lui était tombé sur la figure, quelques semaines plus tôt. Ce mariage arrangé qu'il devait maintenant détruire. Rompre ses fiançailles en usant de moyens peu éthiques, mais il s'en fichait royalement. Clairement, les voilà entrés dans une guerre. Eux contre le reste du monde. Presque. Ils y arriveraient, ils en sortiraient gagnants. Haruto y croyait.

Si Yurina était amoureuse, cela ferait plus mal. Sa douleur ne serait pas comparable à ce qu'il avait ressenti lorsqu'il avait annoncé à Ji Hoon que c'était terminé, mais il s'en contenterait alors. C'était comme si cette fille, en voulant se la jouer plus maline que lui, avait éveillé en lui ses plus bas instincts. Jamais Haruto n'avait ressenti une telle haine envers quelqu'un. Elle avait tout gâché en jouant la fière et en refusant de se caler à son plan. Certes, il s'était montré légèrement lâche à vouloir la pousser à être celle à cause de qui ces fiançailles n'auraient pas lieu, mais la chute aurait sûrement été moins brutale que celle qu'elle s'apprêtait à connaître. Et Haruto voulait en être la source. Il voulait la voir tomber de son précieux piédestal, que son petit sourire suffisant disparaisse. Prise à son propre jeu. Aussi, quand Ji Hoon le coupa dans son élan, le Japonais s'en sentit profondément vexé. Il ne l'en pensait pas capable. Le coup au cœur fut terrible, sa bonne humeur était retombée. Pourtant, quand il sentit son petit ami s'approcher, il se laissa aller contre lui. Il voulait lui prouver combien il était prêt à sauver leur couple ! Pourquoi ne le laissait-il pas ? De quoi avait-il peur ? Certes, Ji Hoon avait ses raisons de ne pas avoir confiance en la faculté de Haruto à jouer un rôle comme celui-ci. Celui-ci exposa finalement ses craintes. C'était une véritable partie de poker qui allait se jouer dans les prochains jours.

Si Koike restait de leur côté, tout irait bien. Mais s'il faiblissait et avouait à Yurina qui s'était son propre fiancé qui l'avait piégée... Non. Justement. Il pourrait se défendre. Dire que c'était une erreur. Une basse vengeance pour il ne savait trop quoi, une tentative désespérée pour se décharger. Ses années d'éducation nipponne lui servirait à afficher ce visage neutre et hypocrite. Durant son enfance, il avait observé chaque jour des visages fermés qui n'exprimaient aucun sentiment. Il lui suffirait de les imiter le moment venu. Et puis, les faits resteraient les images que rendraient la vidéo. Sa pure fiancée souillée par un rustre sans nom. Pauvre Daimon père. Sa fille unique était une traînée ! La menace de tout balancer au journal du coin préserverait sûrement sa famille. Hors de question que l'affaire ne s'ébruite. Haruto sentait la confiance gonfler en son sein. Ji Hoon avait raison, ils ne pouvaient mêler une tierce personne à leurs histoires. Mieux valait qu'ils se débrouillent seuls, tous les deux, avec le soutien indéfectible de Liang. Il sourit à son homme. « Le meilleur ami devenu petit ami. » Le rôle de sa vie ? Comblant l'espace entre eux, Haruto lui accorda un baiser d'un autre genre, le plus doux et adorable qui soit. Il aimait ce contact pur et enfantin, leurs nez se frottant doucement l'une contre l'autre. Comme pour se faire pardonner de la cruauté dont il pouvait faire preuve.

Souriant au surnom, Haruto ferma les yeux, réfléchissant à tout allure. Prenant un air décidé lorsque Ji Hoon se redressa, prêt à le laisser s'investir enfin, il acquiesça à ses propos. « Ce serait une solution. » Il maintenait son regard, un doux sourire confiant aux lèvres. Avec une oreillette, le lien ne serait pas rompu, et ce serait un deux contre un à leur avantage. « Vous possédez le matériel ? » Haruto avait l'impression d'être devenu un personnage de film d'espionnage, c'était presque excitant ! Fermant les yeux pour apprécier le doux contact contre sa joue, son sourire s'élargit. Il lui souffla un remerciement. C'était important qu'il croit en lui ! La base pour qu'il réussisse sa drôle de mission. Avec lui. Un binôme parfait. Ses doigts pressèrent les siens. Son cœur battait la chamade. Les interrogations de Ji Hoon le laissèrent un instant muet. La réponse aux deux questions était non. Ça ne lui venait pas naturellement. Ses yeux durent afficher la détresse qui commençait à s'emparer de lui, puisque Ji Hoon l'embrassa aussitôt. Son autre main l'attira plus près de lui, et il approfondit le baiser. Reprenant son souffle, il ouvrit doucement les yeux pour le regarder. Passant son bras derrière lui, il le serra. « Officiellement, une heure. Mais tu connais les Japonais, on fait toujours moins. » Son sourire devint malicieux. « Mais j'ai eu une visite surprise. » Sa main se posa sur la joue du Coréen, son pouce passa lentement sur ses lèvres. « On a dû parlé d'un projet très important. » Vital, même.

Se redressant après lui avoir volé un autre baiser, Haruto se mit à arpenter son bureau de long en large, en proie à une profonde réflexion. Les questions de Ji Hoon le tourmentaient. « On doit en savoir plus sur ce Koike, pour que je sache comment l'aborder, non ? » S'il s'était montré confiant, cela ne signifiait pas pour autant qu'il gérait correctement son stress lorsqu'il y pensait. « Je pense que je devrais y aller franc-jeu. » S'immobilisant brusquement, il se tourna vers Ji Hoon. « Koike, on doit parler. » Il s'approcha de son homme, les bras désormais croisés devant sa poitrine. « Je suis Kamiya, le fiancé de Yurina. J'ai besoin de toi. » Non, ça ne lui semblait pas correct. Et si ce garçon comprenait qu'il pourrait éventuellement se retrouver en position de force ? Penchant la tête en arrière, Haruto gémit de façon légèrement puéril, comme un gamin trouvant son exercice de maths trop compliqué. « C'est dur Hoonie. Comment tu fais ? » Baissant la tête pour le regarder dans les yeux, Haruto prit un air sérieux. « Après tout, je ne t'ai jamais vu faire. » Soit, sa spécialité, c'était de berner les femmes plus âgées que lui pour leur soutirer de l'argent. Et il ne voulait pas franchement assister à ça. « Combien est-ce qu'on lui propose ? Qu'a-t-il à gagner contre ça, à part le droit de continuer à la baiser ? » Poussant un soupir, il passa une main dans ses cheveux qui reprenaient peu à peu une teinte naturelle. « Apprends-moi. Je te promets que je ferai tout pour ne plus rien gâcher. » Et tant pis s'il égratignait son image de garçon bien élevé. Tant pis s'il y prenait goût. Haruto avait l'impression d'entrer plus que jamais dans l'univers de Ji Hoon, et ça lui plaisait. Plus que jamais, ils ne feraient qu'un.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Sam 30 Sep - 1:07


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


Et il ne le perdrait plus non plus. Un doux sourire se forma sur les lèvres de Ji Hoon en entendant les mots de son homme, alors qu’ils scellaient une nouvelle promesse. Ils devaient rester ensemble, tenir l’un près de l’autre. C’était comme ça qu’ils étaient les plus forts et les plus heureux. Il avait tant souffert, quand Haruto l’avait quitté aussi froidement. Ces semaines sans lui avaient été si éprouvantes. Insupportables. Ji Hoon espérait ne plus jamais avoir à vivre cela. Il ne pouvait s’empêcher de garder un peu rancœur contre son compagnon en y repensant. Un jour, très bientôt, il lui pardonnerait totalement, passerait totalement l’éponge. Ji Hoon était si rancunier, mais pour son homme, il pouvait tout oublier. Il avait fait une erreur, ils allaient la réparer ensemble, main dans la main. Ji Hoon ne lâcherait pas la sienne, quoiqu’il arrive, il voulait rester accroché à son homme, il voulait le garder près de lui. C’était important, presque vital, qu’ils se soutiennent jusqu’au bout. En tant que petit-ami, amant ou meilleur ami.

Jamais il n'accepterait de le laisser de toute manière. Ji Hoon ne voyait son destin qu'avec lui. Une famille qu'avec lui. C'était ce qui comptait le plus, être heureux, mais s'ils ne l'étaient plus, tout faire pour le redevenir. Ji Hoon les savait assez fort. Il voulait garder Haruto rien que pour lui, aussi difficile que cela pouvait être actuellement. Alors hors de question de donner son numéro à une fille qui le réclamait, peu importe la raison. Encore moins la fille que son jumeau aimait ! Blesser son jumeau et la laisser draguer son petit-ami, c'était un coup à fini attaché à un parpaing et jeté dans la mer. Non, hors de question. Il préférait se charger de faire le messager. C'était fou. Avant, il n'avait jamais été jaloux. Il ne craignait pas pour autant que Haruto le trompe, il savait son amour sincère, il le savait fidèle. Et amoureux ! De lui. De personne d'autre sauf lui. Il aimerait que Liang fasse davantage connaissance avec celui qui lui avait pris son coeur. Les deux personnes les plus importantes à ses yeux, qui comptaient le plus. « J'aimerais bien que ça arrive. Que vous appreniez à vous connaitre. » Son sourire se fit plus sincère. Il adorerait, même. Si avant il avait peur de perdre Haruto qui se trouverait plus de point commun avec son jumeau que lui, il voudrait désormais qu'ils puissent s'entendre, même si ça devait paraître bizarre pour Liang. C'était l'homme qu'il aimait, c'était important que son jumeau l'apprécie, s'entende bien avec lui. Un jour, ils s'entendraient. Ji Hoon voulait y croire de tout son coeur.

Et si Yurina était vraiment amoureuse, ils allaient la détruire en utilisant ce type. Il adorait faire du mal, forcément, l'idée le séduisait. Dans le fond, il ne la savait pas si coupable que cela dans cette histoire. Haruto aurait pu simplement refuser de la recontrer, cela n'aurait rien causé, aucun problème à sa famille, ni à leur couple. Il avait assez fréquenté les petites pétasses bourgeoises pour savoir comment ça fonctionnait. Elles n'avaient rien à dire. Bien évidemment que Haruto était principal fautif, l'inquisateur de la situation toute entière. Mais Ji Hoon ne voulait plus l'accabler. Il ne voulait plus qu'ils se disputent. Et il aimait bien trop voir les filles comme sa "fiancée" pleurer pour passer à côté de l'occasion de la briser. Maintenant qu'il n'en avait plus l'occasion avec Jung Rin, il fallait bien trouver compensation quelque part et cette pauvre fille faisait plus ou moins l'affaire. Au moins, il pourrait un peu se défouler, elle n'aurait qu'à pleurer dans ses billets ou dans ces robes qui valent plus chers qu'elles. Si elle l'aimait, elle pouvait bien lui pardonner. Il le faisait peut-être par amour aussi. Après tout, si on lui disait que la meilleure façon de briser ces fiançailles, c'était de se filmer quand ils couchaient ensemble, Ji Hoon n'aurait pas hésité.

Le meilleur ami devenu petit-ami. « Un de mes meilleur rôle. » Ji Hoon laissa un rire lui échapper, secouant doucement la tête. Le rôle qui lui allait le mieux avec Haruto. Pour autant, il ne se voyait pas assumer ce rôle devant ce type. C'était encore quelque chose de trop frais pour qu'il puisse l'utiliser, en jouer. Mais de toute façon, la question ne se posait pas, puisque c'était Haruto qui irait sur le champ de bataille. Ses bras le gardaient près de lui, toujours si possessif. Il sourit quand il lui offrit ce baiser si tendre ; un bisou esquimaux, qu'il rendit malicieusement. Reprenant rapidement son sérieux, il fut très heureux de l'entendre approuver son idée d'oreillette. Une très bonne solution, même. « On en avait une, faut voir si je la retrouve à la maison. Je l'ai pas vu pendant le déménagement. » Ils avaient dû faire voyager ça avec précaution. Leurs dossiers, si bien cachés sous le plancher et ce type d'accessoire... Jin Seok ne devait surtout pas les voir ! Rapidement, il posa une nouvelle question. Il avait besoin de savoir le temps qu'ils avaient. Une heure. C'était court mais déjà pas mal. « On prendra cet heure, même si t'es Japonais. » Ils en avaient définitivement besoin, qu'on ne les en prive pas ! Ses lèvres embrassèrent malicieusement son pouce, se contenant de le mordre avant de glousser bêtement. « Très important, même, Hyung. » Cela ne pouvait pas attendre.

Aborder Koike n'était pas une mince affaire. Surtout quand on ne savait pas vraiment comment faire. Amusé, il regarda son homme faire une petite démonstration "franc jeu". Il était si mignon. Il avait envie de se jeter sur lui et de se coller à lui, et de le câliner, et ne plus jamais le lâcher. « Haruto, c'est trop fermé, et t'es trop coincé, décroise tes bras ! » Il gloussa comme une adolescente conquise en l'entendant chouiner, le trouvant encore plus adorable. Avec lui, en tout cas, son charme opérait un peu trop. Mordillant sa lèvre, il haussa les épaules. Comment il faisait ? Il ne saurait même pas l'expliquer, c'était tellement naturel chez lui. « Je sais pas, tu pourrais m'expliquer comment être psychiatre ? » Ben là, c'était pareil. C'était en lui, et il l'avait travaillé depuis des années. Cependant, Ji Hoon ferait de son mieux pour l'aider. Comme il pouvait, il lui apprendrait les rouages du métier. Il en ferait un bon maître chanteur, puisque là, ce n'était pas vraiment du travail d'escroc.

« J'avais pensé à 2 millions pour qu'il n'ait pas envie de refuser. Et s'il l'aime, il l'aurait rien que pour lui. Juste à lui. » Pinçant les lèvres, son regard se posa sur son homme, il lui caressa tendrement la joue. « Tu sais, Baobei, s'il le fallait, je nous filmerais aussi pour te récupérer, et je demanderais même pas l'argent. » Mais qu'on arrête de rêver cinq minutes, si on lui donnait, il le prenait. Quittant le canapé, il invita son homme à le rejoindre. Un petit cours s'imposait, visiblement. « Tu sais, c'est pas trop ma zone de confort. » Même s'il avait déjà arnaqué des hommes, principalement Ryuhei dans le passé. Tout le monde était différent, c'est pourquoi une explication n'était pas vraiment possible. « Le secret, c'est de s'adapter à la personne. Faut réussir à les cerner assez vite. Tu regardes les gestes, la façon de parler, les expressions du visage... » Tout y passait pour pouvoir catégoriser et manipuler. Son regard ne lâchait pas le sien, un sourire flottait au coin de ses lèvres. « Il faut trouver un point sensible, chez beaucoup de femmes, c'est les enfants, d'autres les animaux, d'autres, peu importe... » Sa voix restait douce, calme, doucement sa main effleura son bras. « Il faut juste essayer de les charmer pour qu'elles n'écoutent pas attentivement ce que tu dis. » Vivement, il s'approcha, laissant ses lèvres embrasser les siennes. « Avec toi, c'est pas drôle, on est ensemble, tu sais quand j'essaie de te manipuler. » A son plus grand damne, d'ailleurs.

S'éloignant un peu, parce que c'était clairement lui que Haruto venait perturber, il s'appuya contre le bureau, réfléchissant un instant. « Koike a 22 ans, et il est sûrement d'une classe populaire. Alors tu dois pas trop en faire et te mettre à son niveau quand tu lui parles. » Son regard se posa sur son homme, il sourit après avoir levé un doigt. « Parle lui comme tu me parlais à moi avant ! Ce ton amical, patient, vraiment calme. S'il a l'impression que t'es hautain, il va se braquer, et si t'es hésitant, tu vas te faire bouffer. » Pour le moment, il n'avait pas d'autres idées. Ils devaient trouver quelque chose de plus adapté à sa situation, peut-être quelque chose qu'il aimait sur lequel appuyé (hormis la laideronne). Il espérait que Liang trouverait rapidement quelque chose. Souriant à son homme, il espérait qu'il comprenait. Qu'il puiserait la force nécessaire pour mener à bien cette mission. Qu'il lui revienne le plus rapidement possible.



Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 30 Sep - 16:05


You are my lover among countless people
A four leaf clover that I luckily found
I feel like you, my fortune will come to me


Avec le temps, tout rentrerait dans l'ordre. Chaque chose retrouverait sa place, tout finirait par s'arranger. Leur couple traversait une épreuve horrible, mais Haruto savait que cela ne ferait que renforcer cet amour si puissant que chacun éprouvait pour l'autre. Et une fois que ces fiançailles seraient rompues et qu'ils se retrouveraient, ils pourraient continuer à avancer. Annoncer officiellement à leurs familles qu'ils étaient ensemble. Amoureux, en couple. Qu'ils désiraient un jour fonder un foyer, qu'ils avaient déjà deux petits bébés poilus, et que pourquoi pas un jour adopter un enfant. Ce serait sûrement beaucoup à avaler pour leurs proches, mais ils s'aimaient à un point où il était impossible de se tromper. C'était aux côtés de Ji Hoon que Haruto voulait finir ses jours. Il ne se voyait pas d'autre avenir qu'avec lui. On ne pouvait les séparer bien longtemps, ils revenaient toujours l'un à l'autre, puisque destinés. Et c'était bien pour ça que le Japonais souhaitait faire tous les efforts possibles. Comme apprendre à connaître son frère jumeau, par exemple. Tous deux se battaient froid, se saluant respectueusement, s'échangeant parfois une ou deux banalités, mais sans jamais vraiment faire connaissance. Ce qu'il savait de Liang, c'était son petit ami qui le lui avait apprit.

Après tout, le jumeau de ce dernier était un élément essentiel dans leurs desseins. Ce serait sûrement grâce à lui qu'ils parviendraient à mettre Koike de leur côté ! Les talents de Liang leur seraient très utiles, Haruto n'en doutait pas. S'il pouvait savoir si Yurina l'aimait ou si elle ne couchait avec lui que pour contrarier son père ou pour s'échapper d'une routine malheureuse, ce serait parfait. Mais le psychiatre ne doutait pas qu'il y avait des limites au talent. C'était tout de même bon d'y croire. Il voulait se montrer confiant, et il l'était clairement. Si Ji Hoon le préparait suffisamment, il ne pouvait louper le coche. Son amant lui avait donné de très bons conseils, jusqu'ici, et Haruto ne voyait pas pourquoi cela cesserait aujourd'hui. Ensemble, ils ne pouvaient pas échouer. Un grand sourire illumina ses traits, avec une petite nuance toutefois. Approchant son visage du sien, il fronça malicieusement les sourcils. « Ton meilleur rôle. » Avec éventuellement celui de fils à maman, mais Hua était si adorable que c'était tout naturel. Lui tirant la langue, il lui vola un baiser, avant de se montrer plus tendre encore. Il aimait tellement ces instants de douceur.

Même lorsqu'ils élaboraient un plan pour détruire la réputation d'une star montante et de son mariage, ils trouvaient l'occasion de se montrer doux et amoureux. L'image moderne et romantique d'un couple de gangsters s'imposa à son esprit et il pouffa légèrement. « Je vais avoir l'impression d'être un espion. » Mais qu'il ne rit pas trop, ce n'était pas un jeu, loin de là. Bien qu'il devait jouer un rôle, c'était très sérieux. Hors de question de laisser Yurina gagner. Et pour ça, il devait tout mettre à profit. Même cette heure de pause, bien qu'il ne savait pas encore très bien de quelle manière. Ji Hoon lui manquait tellement, qu'il avait simplement envie de se blottir contre lui pour s'enivrer de son parfum, de s'imprégner de son odeur. Ou de lui faire l'amour. Une heure ne suffisait finalement pas. Le psychiatre dut faire preuve d'un grand self-control quand son petit ami l'aguicha d'une façon cruelle. Ses lèvres roulèrent l'une contre l'autre quand les siennes embrassèrent son pouce, couinant lorsqu'il le mordit. Il devait se montrer fort ! Ne pas plier ! C'était déjà un entraînement pour son rôle de maître chanteur. Préférant s'éloigner de Ji Hoon – car ce n'était clairement pas du jeu, s'il restait près de lui, il perdrait le contrôle assurément – Haruto tenta tant bien que mal de rentrer dans le personnage. Sans succès, visiblement.

Chouinant comme un gamin, il écouta les conseils du professionnel en face de lui. Trop fermé, trop coincé ? Ça ne l'étonnait même pas ! Comment faisait-il, lui ? Qu'il lui confie ses secrets ! Mais la réponse le frustra, malgré sa logique. Ji Hoon n'avait pas tord, mais cela ne l'aidait pas vraiment. Décroisant les bras comme il le lui demandait, Haruto fit bouger ses épaules, comme pour se décoincer. Il devait y aller pas à pas. « C'est une belle somme. Un trainee ne gagne pas franchement bien sa vie, et il devra attendre un peu avant de toucher un salaire décent. A moins que Yurina le paie, je ne vois pas comment il pourrait refuser ! » Sa chère fiancée s'abaisserait-elle vraiment à louer les services d'un escort boy – ou pire ? Il y avait peu de chance, et Haruto préférait se rassurer en se disant qu'elle avait des sentiments pour lui. Même s'il était un host ou un prostitué, se payer le luxe de garder le même – outre d'éviter toute fuite – cela indiquait un certain attachement envers lui. Et si lui l'aimait, la vision de Ji Hoon était logique également. Attrapant sa main qui caressait sa joue, il lui rendit son sourire en la gardant pressée contre sa peau, serrant doucement ses doigts entre les siens. Le Japonais laissa échapper un rire à l'aveu cocasse. « C'est dommage alors, que Yurina n'ait pas d'amie qui pourrait nous le proposer. » Mêlant ses doigts aux siens, il baissa son bras, s'approchant de son homme. « Ça ne nous empêche pas de nous filmer un jour... » Mais ce genre de propos n'avaient pas lieu d'être dans l'élaboration de leur plan ! Il devait se concentrer.

Suivant Ji Hoon, Haruto l'écouta très attentivement. Lui qui se pensait fin observateur, voilà quelque chose qu'il ne lui serait a priori pas compliqué à appliquer. Observer, analyser. N'était-ce pas là son métier ? Son regard plongé dans le sien, il sentit son cœur doubler de cadence. Son sourire faisait miroir au sien. Il pourrait se perdre à le contempler de la sorte. Le contact de sa main sur son bras le fit frissonner, il se laissait complètement charmer par sa voix. Et lorsqu'il l'embrassa, Haruto sourit dans le baiser. Son sourire s'agrandit. Des petits frissons couraient toujours sur sa peau, et son cœur ne calmait pas son rythme effréné. C'était une manipulation volontaire, contre laquelle il ne luttait jamais vraiment. « Oui, mais j'adore me laisser charmer par toi. Tu y arrives si bien. » S'approchant un peu de lui, Haruto le fixa droit dans les yeux, l'une de ses main choya sa mâchoire, alors que son visage ne se retrouvait plus qu'à quelques centimètres du sien. « Ce n'est pas du jeu... » Lui volant un énième baiser, le Japonais se recula en riant.

« Finalement, on ne fait pas des métiers très différents, toi et moi. » Reprenant son sérieux, Haruto réfléchit aux paroles de son petit ami. S'il refusait de penser qu'il manipulait ses patients, parce que la psychanalyse était avant tout basée sur une confiance mutuelle, il ne pouvait nier que les bases étaient les mêmes. S'adapter à la personne, la cerner. Cela le rassurait, il pouvait donc bel et bien y arriver sans faux pas. Il éclata d'un rire léger aux nouveaux conseils de Ji Hoon, se remémorant leurs premières conversations. « Je vais essayer. Non, pardon. Je vais réussir. » Il sourit chaleureusement à son homme. Koike lui faisait beaucoup moins peur, désormais. Il se demandait quand même encore quel serait le meilleur moyen de l'aborder. « Comme je vais le trouver avec une idée en tête, je ne peux pas aller lui parler en faisant semblant de l'avoir rencontré par hasard, si ? » Haruto plongea un instant dans ses réflexions. « Ou alors, si justement, et je l'amène à parler de Yurina et de cette merveilleuse idée qui me sera soudainement venue en tête ! » Mais après, comment lui parler de l'argent promis ? « C'est vraiment compliqué... » Aussi bon psychiatre qu'il pouvait être, il ne parvenait pas à faire un choix. « Je peux l'aborder en lui parlant de Sae. Elle me parlait parfois d'un frère...» Fixant un instant son petit ami, il hésita. « Il faudrait savoir si elle a parlé de moi à Koike. » Sa main attrapa celle de Ji Hoon. « Désolé, je ne suis pas encore au point niveau élaboration de plan. » Il lui sourit. « Mais ça se passera bien. » Pour la première fois sûrement, Haruto se montrait plus que confiant. C'était tout aussi important, en vérité. Il voulait montrer à Ji Hoon combien il était prêt. Parce qu'une fois Yurina écartée, il devrait le reconquérir. Et il avait déjà hâte !

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.

    
 
We'll be the lucky one |♥| HAROON ♥♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» NSR 250 lucky strike
» [Warner] The Lucky One (2012)
» Lucky Luke chez quick
» [livre illustré]La danseuse papillon, d'Alwett et Lucky
» LucKy LuKe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Chiyoda :: Centre Hospitalier-