Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 Oh you'll talk... some way ft.Taiki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Dim 17 Sep - 21:41
Oh you'll talk... some way
YURINA & TAIKI


Yurina avait jeté son téléphone dans le fond de son sac d’un air rageur et spécialement furieux, en lisant le dernier message de cet enculé de Naoto. De quel droit se permettait-il de regarder une autre fille qu’elle – elle allait sérieusement devoir lui arracher les yeux avec une cuillère – pire encore, de regarder Shoko la pétasse ! Évidemment, il fallait qu’il jette son dévolu sur une fille plus jolie qu’elle, plus grande, plus blonde, plus parfaitement proportionnée……… la trainée! Et de toutes les horreurs desquelles il aurait pu s’approcher, il avait dû choisir sa pire ennemie. Logique, en même temps, si son but était de l’enrager, c’était on ne peut plus réussi. Elle bouillait. Une petite partie d’elle tenait de se calmer, de se raisonner, il devait certainement avoir cherché une façon de la mettre hors d’elle, de la rendre jalouse, et il gagnerait cette manche si elle flanchait… sauf que voilà, qu’elle se dise encore et encore qu’elle n’en avait rien à faire de lui, le savoir avec une autre la retournait plus qu’elle ne voulait bien l’assumer…

… Il mentait, il n’avait pas vraiment son numéro… Elle avait froncés les sourcils, lui avait envoyé un message remplis de haine avant de se diriger vers la chambre qu’il partageait avec son soumis de colocataire. Sauf que voilà, tenter de se rassurer ne servait à rien, elle avait besoin de le voir de ses yeux, qu’il était bel et bien assis sur son lit, à ne rien faire, à être inutile et à gaspiller de l’air comme toujours, à l’énerver sans avoir la moindre envie de parler à cette pétasse d’Ogawa. Oui, forcément, ce n’était que ça. Et une fois qu’elle l’aurait surpris à inventer des trucs pareils, il aurait l’air bête, il devrait s’expliquer, et elle savourerait. Ça ne pouvait que se passer comme ça, et pas autrement, il lui appartenait. Ainsi donc, elle finit par se retrouver devant la porte de cette chambre ou elle avait passé beaucoup trop de temps dernièrement. Sans cogner – ce lâche de verrouillait jamais à moins qu’elle ne soit là, elle avait poussé la porte………

… Pour ne voir que son abruti de colocataire et son lit, vide. « T’es seul? » pas un bonjour, pas une salutation, rien. Son cœur avait loupé un battement en remarquant que Naoto n’était pas là et ça lui avait fait l’effet d’une claque. Quel chien ingrat, elle n’hésiterait pas à lui donner des coups de bâtons. Elle aurait pu tourner les talons mais, en regardant le pauvre Taiki elle échafauda un plan. S’approchant, elle avait refermé la porte, squattant sans vergogne la pièce : « T’as vu mon connard de mec? » … depuis quand il était devenu ‘’mon’’ ? Heureusement qu’il n’avait pas entendu un tel blasphème! Elle s’arracherait la langue pour avoir osé dire ça. Autant dire son copain rendu là… elle aurait dû faire attention, mais devant ce type, ça n’avait jamais eu d’importance. Il était dans le secret des dieux quant à ses écarts de conduite. Elle avait fait un pas vers sa nouvelle victime, l’air glacial, furax, demandant à nouveau sans trop lui donner le choix de sa présence : « Je sais que t’es au courant de son horaire. Dis-moi immédiatement ou se caches Naoto. Et si t’as vu une autre fille dans cette pièce, t’as intérêt à me le dire … » voulait-il vraiment savoir ce qu’elle lui ferait s’il ne confessait pas? 

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 17 Sep - 23:22
Oh you'll talk... some way
YURINA & TAIKI


Il y a fort longtemps, le monde était submergé par le Chaos, une force obscure qui menaçait toutes les civilisations. Afin de protéger la population du danger, une oasis prospère a été bâtie, mais un puissant monstre descendu des cieux est venu semer la destruction, ne laissant derrière lui que des ruines. « Oh non... ». Il fallait dire que Taiki s'était déjà pris d'amour pour les personnages, et pour les lieux, et ça à la seconde où il avait vu le trailer d'Ever Oasis à l'E3 (enfin en suivant pas à pas son youtuber préféré lors de l'E3). Maintenant qu'il avait enfin le jeu en main, il prévoyait déjà d'y passer toute l'après midi, la soirée s'il le fallait (et il le fallait, car ce jeu s'annonçait déjà être une petite perle). Le visage penché sur l'écran de sa Nitendo DS, il entendait déjà sa mémé lui reprocher de mal de se tenir -non pas qu'elle soit stricte là dessus, mais plutôt par considération pour lui. « Tu vas avoir mal à la nuque à force de rester pencher ainsi ! », et lui qui démentirait d'un « Mais non mémé! » et qui le regretterait quelques heures plus tard. En attendant, en tant que Granéen descendant de ce malheureux peuple attaqué par le chaos, il n'avait pas le choix que de rester concentrer sur sa quête.

Tout du moins, c'est ce qu'il pensait jusqu'à ce le bruit de la porte qui s'ouvre dans un fracas résonne jusqu'à son oreille. Bien qu'il s'attendait à recevoir un Naoto dans une humeur qui laisse à désirer, la réalité fut tout autre. Le regard perdu, assis sagement en tailleur, il leva les yeux sur la copine de ce dernier, Yurina, à l'allure toujours explosive. Pas de bonjour, mais il ne s'en offusquait plus. Il se contenta d'hocher la tête positivement en guise de réponse, en espérant qu'elle ne s'attarderait pas ici. Pourtant, si vraiment elle le faisait, il savait qu'il ne s'en offusquerait pas non plus. Il semblait appliquer le "fais comme chez toi" avec la terre entière. Cela dit, ça ne l'empêchait pas d'être surpris en la voyant approcher, après avoir fermer la porte derrière elle. Elle avait visiblement une autre question, à laquelle il répondit calmement malgré la nature de la situation qui aurait ennuyé n'importe qui. « Naoto ...? ». Il n'aimait pas tellement qu'elle parle de son ami de la sorte mais il ne lui fit pas remarquer et comprit lui-même qu'il s'agissait de ce dernier ; de qui d'autre pouvait-il s'agir après tout ? Il n'était que deux dans ce dortoir et fort heureusement, car toutes les femmes autour de Naoto faisaient suffisamment travailler ses nerfs -de façon différente, bien entendu. Lorsqu'il s'agissait de Sae par exemple, c'était beaucoup plus agréable. Frustrant mais agréable.

Là, c'était carrément une torture. Par politesse, il s'était séparé de sa DS et l'avait posé quelques mètres plus loin en sécurité. En ce qui le concernait... Il avait l'impression qu'il était déjà trop tard pour se soucier de sa sécurité à la seconde où elle avait refermé la porte. « Naoto ? » demanda-t-il de nouveau comme s'ils avaient changés de sujet entre temps et qu'elle venait simplement au nouvelle. Il haussa les épaules en guise de réponse, n'étant pas plus avancé qu'elle quant à son emploi du temps d'aujourd'hui. Car aujourd'hui, il avait prévu de s'abandonner à Ever Oasis, tranquille, et c'est tout. « Une autre fille ? ». Pendant une seconde, il pensait réellement accorder un temps de réflexion à cette question, mais il comprit bien vite que peu importe la réponse, ça ne risquait pas de plaire à Yurina. « Je sais pas trop... tu sais, je suis pas souvent là ». Il désertait souvent le dortoir ; ce n'était même pas un mensonge, même si le voir assis là devant sa DS pouvait porter à confusion. « Je lui dirai que t'es passé, si tu veux » proposa-t-il gentillement, passant nerveusement sa main sur sa nuque, en espérant créer par la même occasion une porte de sortie à leur échange. Il n'avait pas vraiment son mot à dire, mais il restait convaincu que Naoto pouvait trouver moins weirdo comme petite amie.  

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Dim 17 Sep - 23:54
Oh you'll talk... some way
YURINA & TAIKI


Naoto avait vraiment un colocataire docile et soumis, pourquoi ne pouvait-il pas prendre exemple sur lui et devenir une véritable carpette soumise à ses moindres ordres, obéissant à tous ses faits et gestes hein? Elle ne lui demandait pas la lune! Seulement de lui bâtir un temple, de trouver le reste de la population féminine moche et idéalement, de ne jamais sortir sans burqa pour qu’elle soit la seule à pouvait constater que tout compte fait, il n’était pas si moche… Mais non, il fallait qu’il se rebelle, qu’il lui dise chaque jour qu’il pourrait – ou allait, voir ailleurs. Cette simple idée faisait grimper en elle une colère qu’elle ne s’expliquait pas. Depuis quand elle en avait quelque chose à foutre de ce que faisait un gueux pareil? Il pouvait aller vivre dans un trou que ça ne lui ferait ni chaud ni froid… Tant que ce trou était une tombe, et qu’il y était seul, et brûlé, même mort, elle ne voulait pas que personne ne lui touche. Sérieusement, elle devrait consulter, encore heureux qu’elle allait épouser un psychiatre, il arriverait peut-être à la remettre sur ses pieds. On en doute.

Yurina avait soupiré en remarquant la chambre déserte – enfin, Taiki était pour elle un meuble pas trop utile qu’elle virait quand elle en avait envie – elle n’était pas en mode calme. Elle s’était d’abord approchée du lit de Naoto, constatant avec satisfaction qu’il n’y avait pas de trucs féminins qui trainaient autour. Elle devrait songer à déménager une partie de ses fringues dans sa chambre de minable, histoire de marquer son territoire. Elle pourrait aussi tapisser son mur de photo d’elles, genre, pour être vraiment certaine qu’il ne regarde personne d’autre… Elle-même était consciente que sa colère n’était pas rationnelle. Pourtant, elle avait pivoté vers Taiki, qui clignait des yeux comme un parfait crétin, sans lâcher sa DS, répétant le nom de son Lord Voldemort personnel. Il était sérieux? Elle avait soupiré à nouveau, s’approchant de lui, les bras clos en rétorquant d’un ton irrité. « T’en connais un autre moche avec qui je perds mon temps peut-être? Évidement que je parle de Naoto! » … et oui, cette façon brusque de s’exprimer, c’était des mots d’amour.

Rageusement, elle avait commencé à taper du pied, d’un air princier, alors qu’il répétait encore le prénom maudit, lui arrachant un roulement d’yeux des plus exaspéré. Au minimum, il eut le bon réflexe de déposer sa console – ou elle allait lui faire bouffer à cet incapable! Elle avait pincé les lèvres, vraiment en pétard, et en avait profité pour lire le dernier message de son méprisable animal qui se vantait d’avoir contacté l’effroyable Ogawa. Elle avait poussé un cris rageur étouffé, reportant son attention sur le nigaud qui ne daignait pas lui répondre. « Une, ou plusieurs autres filles. Genre, pas ses sœurs. Des moches. » et il n’avait pas intérêt à l’inclure elle, toute parfait qu’elle était, dans ce lot-là. Pas satisfaite de sa moue nerveuse et ses explications à deux balles, elle s’était saisit de sa DS et l’avait soigneusement fermée.

« Tu ferais mieux de te rappeler si tu veux la revoir. » Elle lui avait adressé un sourire mielleux, tenant la précieuse possession. « … Dis-moi, tout ce dont tu te souviens… je ne suis pas pressée. » Qu’il ne la cherche pas, elle pouvait très bien la balancer par la fenêtre. Avec tous les trucs du connard qui manquait à l’appel. Plus tard, peut-être, elle se demanderait pourquoi ça la mettait dans un tel état d’imaginer son rustre de jouet avec une autre. Elle s’en fichait, elle allait fiancer un Dr. Grandes oreilles absolument parfait… Mais la vérité, c’est que quelque part, ça lui faisait un drôle de pincement de penser que Naoto se lasserait d’elle. Elle avait souri au pauvre Taiki, osant même s’assoir au pied du lit en l’observant, candide. « On va passer un beau moment ensemble toi et moi.. »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 18 Sep - 13:46
Oh you'll talk... some way
YURINA & TAIKI


Qu'avait-il fait de mal, sérieusement ? On lui avait toujours dit que s'il faisait preuve de gentilesse envers les autres, il en serait de même en retour. En quelque sorte, il y avait toujours cru jusqu'ici, jusqu'à ce qu'on s'en prenne à lui lors de son après-midi Ever Oasis. Il n'aimait pas trop qu'on s'en prenne à son ami Naoto, d'autant plus derrière son dos... Même si le caractère explosif de Yurina amenait à penser qu'il en était de même lorsqu'elle se trouvait devant lui, toujours aussi direct et cru. « Il est pas moche... d'un certain point de vue, il est même plutôt beau », propos ponctué d'un haussement d'épaule désinvolte. Conscient que là n'était pas la question, et qu'on s'en fichait un peu de ce détail -surtout que venant de lui, ce compliment avait définitivement des allures étranges. Le reste de sa phrase était en réalité beaucoup plus étrange et curieux. Il aurait envie de lui faire remarquer qu'elle n'était pas obligé de perdre davantage de temps avec lui, mais comme à son habitude, il ne s’immisçait jamais trop dans ce qui ne le concernait pas (même si en tant que colocataire, il subissait selon lui bien trop les invasions de l'entourage de Naoto, contre son gré parfois, souvent).

Aujourd'hui, il pensait pouvoir s'en débarrasser en jouant la carte de l'ignorance (ce qui n'était même pas un rôle en soit, car il n'était effectivement pas plus que ça avancé sur les fréquentations de Naoto, pas beaucoup du moins). Sans savoir s'il pouvait véritablement aborder le sujet, mettre sur le tapis la vie privée de son camarade, Taiki n'avait d'autres choix que croupir dans le silence et d'espérer que Yurina lui lâcherait la grappe. Mais ce n'était définitivement pas le moment pour se montrer trop optimiste non plus. Pas quand l'objet de ses rêves se trouvait en de mauvaise main, à la merci d'une menace telle que Yurina. Là, il fit de suite l'inventaire dans sa tête des visites qu'aurait pu recevoir son ami mais rien n'y faisait, il arrivait toujours à la même conclusion : « Tu sais, à part toi... ». Personne ne se montre envahissant. Il lui adressa tout de même un sourire compatissant, autant destiné à sa DS qu'à la personne qui l'a tenait. Car malgré tout, il ne doutait pas des bonnes intentions de Yurina. Veiller sur son petit ami, peut-être était-ce normal après tout ; il aurait juste préféré ne pas être dans les parages à ce moment là. Ça lui éviterait d'enchaîner maladresse sur maladresse et de craindre pour la vie de sa DS. « Enfin pas que tu sois moche, hein, c'est pas ce que j'ai voulu dire.. T'es juste la seule à venir ici ». Il ne pensait pas lui apprendre grand chose par ce constat, il n'y avait définitivement qu'elle qui passait à l'improviste et à qui il devait céder sa chambre. « Ne t'inquiète pas ». Même si Taiki n'exigeait de personne qu'on lui soit redevable pour un quelconque geste de gentilesse, il estimait qu'il méritait de recevoir un honneur pour parvenir à rester si calme dans une situation de crise pareille. Passer un beau moment tous les deux ? La religion voudrait qu'il croit en son prochain, mais son instinct lui dictait de lui prendre la DS des mains et de courir. Autrement dit, il le sentait pas du tout.

C'était sa chambre, qu'il partageait avec Naoto. Il était donc parfaitement en droit de lui demander de partir, de le laisser tranquille. Mais Taiki n'était pas de ces gens là ; lorsqu'il atteignait ce niveau de malaise, il gérait ça d'une tout autre manière. « Heu... tu veux quelque chose ? A boire peut-être ? ». Car même en situation de crise, son hospitalité dominait. Puis, en y réfléchissant, c'était aussi un bon moyen d'atteindre son téléphone et d'envoyer un SMS l'air de rien à Naoto, quelque chose du genre... au secours ou un équivalent plus court du type S.O.S ?  

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Lun 18 Sep - 17:52
Oh you'll talk... some way
YURINA & TAIKI


Elle voyait bien que le propriétaire des lieux semblait plutôt nerveux de l’écouter insulter celui qu’elle considérait comme son animal personnel – à défaut d’accepter qu’il puisse être plus qu’un chien à sa botte, ou une créature pour laquelle elle pourrait avoir la moindre partialité. Pourtant, il était primordial qu’elle dénigre Naoto le plus possible, qu’elle ne laisse filtrer aucun attachement, que ça soit pour se mentir à elle-même, ou pour garder la face devant les autres. Un rire narquois lui avait échappé alors que sa victime se permettait de complimenter son colocataire… et puis quoi encore! « … Plutôt beau? » … elle avait à nouveau pouffé de rire, comme si c’était tout simplement hilarant. Bon, en toute objectivité, Naoto était plutôt pas mal, genre, elle pouvait le sauter avec la lumière allumée, mais de là à avouer qu’il lui plaisait? Jamais! « Tu m’épargnes tes fantasmes, je suis pas d’humeur. » son ton était catégorique, il était hors de question qu’elle se demande sérieusement si elle trouvait le moindre charme au rustre qui occupait un bonne partie de son esprit. Jamais. Déjà, elle devrait probablement se faire baptiser à nouveau pour expier le contact prolongé avec un gueux pareil!

Yurina s’était approchée du pauvre colocataire, dommage collatéral des moqueries qu’elle recevait par texto. D’ailleurs, elle avait eu cet air franchement meurtrier en lisant la dernière bêtise en ligne… Elle aurait aimé scalper le chanteur, mais malheureusement pour elle, il n’y avait qu’un type un peu trop gentil en sa compagnie. Un pauvre malheureux qui tentait tant bien que mal de répondre à ses questions… sans vraiment la satisfaire de ces réponses. « À part moi… » Elle avait foudroyé le jeune homme des yeux, pinçant les lèvres d’un air méprisant avant de soupirer. Somme toute, il essayait … elle ne pouvait pas le blâmer d’être idiot. « C’est bon, je veux bien te pardonner. Je sais que je ne suis pas ton genre, tu ne joues pas du côté hétéro de la clôture. » … n’était-ce pas que ce Naoto lui avait confié? Que son colocataire était un incorrigible gay qui fantasmait sur lui? Acceptant une brève accalmie, elle s’était contentée de le fixer de cet air supérieur, alors qu’il tentait tant bien que mal de la rassurer, de lui dire qu’elle ne devrait pas s’inquiéter…« … C’est vrai? » pas que ça la derange… Elle avait eu un instant un air presque sympathique, de savoir que ce lourdeau dont elle se fichait n’allait pas voir ailleurs puis, elle avait repris sa froideur habituelle, s’enfonçant dans le déni. « … Je m’inquiétais pas. Je m’en balance de ce qu’il fait cet abruti, il peut se faire la terre entière que ça ne me ferait rien. »

… Mais elle les tuerait tous, et lui après, s’il osait le faire. Elle avait croisé les bras, l’air indifférent, impatient, parfaite incarnation du je-m’en-foutisme … qui clochait un peu avec le pourquoi du comment elle se retrouvait dans cette pièce dans son uniforme de lycéenne au milieu de l’après-midi, clairement, elle n’avait pas eu en tête de jouer au bridge avec Naoto… Si Taiki était parvenu à la calmer, maintenant qu’elle avait sa console en otage, ce fut de courte durée lorsqu’un nouveau texto de la source de ses ennuis. Rageuse, elle avait laissé un : « … Je vais l’étrangler… » lui échapper et avait finalement sourit candidement au pauvre Taiki en s’approchant de lui. « … Je veux bien. Tu as des sodas? Et une paire de ciseau s’il te plait. » … Des ciseaux? Pour une maniaque? Probablement. Sans demander son avis au jeune homme, elle avait rangé sa console dans son sac à main et s’était dirigée vers la penderie du type dont elle se fichait éperdument, jetant ses fringues sur le sol dans l’idée d’en faire un feu de joie. « Et une poubelle. Crois-moi, ça va être nécessaire. » elle balançait les morceaux de linges furieusement, brusquement, sans parvenir à faire taire la hargne qui bouillait entre elle. Qu’il se fasse Shoko si ça l’enchantait, elle n’en avait rien à faire, rien du tout! Elle allait le castrer à son retour – par principe, pas parce que quelque part, elle aurait voulu être la seule à être spécale à ses yeux. Non, certainement que non. Fouillant dans les trucs de Naoto, elle avait finalement demandé : « Dis Taiki ~ tu sais où ton abruti de colocataire range sa caméra? Ça serait dommage que je passe mes nerfs sur ta DS … non? » … elle allait tout briser, quand il n’aurait plus rien, peut-être que Naoto serait plus raisonnable et lui accorderait toute son attention…  

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

    
 
Oh you'll talk... some way ft.Taiki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Hugh Laurie – Let Them Talk
» [SOFT] WALKIE TALKIE – PUSH TO TALK Version 1.4.5[Gratuit/Payant]
» VOIP Neuf Talk
» USA : Les SNSD chantent « The Boys » dans deux talk shows
» Let’s talk about Rock War

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Eita Entertainment :: Bâtiment R :: Dortoirs trainees-