you're my twenty four ♥♥ HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 24 Déc - 0:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Une dernière fois. Oui. Il était beau. Son reflet le lui confirma une énième fois. Sa tenue avait été choisie avec soin. Chemise choisie à Séoul, entre deux visites de son petit-ami dans la cabine et pantalon offert par ce dernier. Un soupir, et Haruto quitta la salle de bain dans laquelle il venait de passer un temps fou. Le stress et l'excitation le gagnaient peu à peu. Cette journée, il l'avait tant attendue. Quitte à compter et rayer les jours sur son agenda. A l'hôpital, on lui soupçonnait une petite-amie. Après tout, le docteur Kamiya allait beaucoup, beaucoup mieux depuis quelques temps. On le félicitait d'être sorti de sa dépression, à mots couverts. Avec honte, il n'osait pas les contredire. D'un sourire pincé, il se courbait respectueusement, espérant que tous oublient rapidement cet épisode douloureux, comme lui tentant de l'occulter de son esprit. Parce que oui, désormais, Haruto était plus heureux qu'il ne l'avait jamais été jusqu'ici. Et ce jour, il l'avait très attendu. Leur premier Noël, rien qu'à eux. Kimyaki resterait à Odaiba, ses papas avaient besoin de leur soirée en amoureux. Ça n'avait pas été simple de prendre cette décision, mais Haruto avait assuré que le lendemain, leur bichon serait avec eux. Après tout, son manteau tout droit venu de Corée du Sud attendait sagement dans le placard, emballé d'un adorable papier cadeau Rilakkuma.

Dire qu'un an auparavant, tout était différent. Tant de choses s'étaient passé, ça lui donnait presque le vertige. A Noël, il y avait eu ce fichu bal. Le premier signe de jalousie que Haruto avait admis montré, concernant Ji Hoon. Il refusa de se demander ce que devenait cette fille. Il avait appris à faire du kimchi, avait tenté à son tour d'apprendre quelque chose à son meilleur ami. Ce merveilleux séjour à la montagne... Suivi de ce long mois sans nouvelles. Cette terrible nouvelle. Le départ des jumeaux pour leur village natal. La première fois où Haruto avait crû ne jamais le revoir. Son retour. Minah. Le Japonais poussa un soupir, en y repensant. Son cœur se réchauffa ensuite. L'acceptation de ses sentiments pour Ji Hoon. Leur premier vrai baiser, cette façon de lui répondre, de le toucher. Et ce doute qui avait suivi, cette période aussi étrange que douloureuse. Haruto s'était montré bien naïf, mais il avait accepté que son meilleur ami ait besoin de temps. Séoul. Son cœur s'accélérait à la seule évocation de ce souvenir. Cette chambre d'hôtel. Ils y retourneraient. Puis le reste de ce séjour. Rencontrer enfin sa famille. Un événement si heureux. Et à nouveau, ils avaient rapidement, brutalement ramenés sur Terre. Haruto n'osait pas se demander si toute période heureuse devait automatiquement être suivie d'une autre plus douloureuse. Non. Maintenant, il savait. Ji Hoon lui avait avoué ce qu'il lui cachait, et bizarrement, Haruto ne l'en aimait que plus. Il le soutiendrait, le protégerait, qu'importe ce qu'il en disait. Il serait là pour lui. Parce qu'il était l'amour de sa vie, depuis plus de quatre ans maintenant. Et ils avaient désormais le droit de vivre heureux.

Tout était prêt, Haruto y avait passé des jours. Apprendre à cuisiner des spécialités coréennes, et même chinoises, en plus de réviser ses classiques japonais. Son kimchi reposait dans un bocal depuis plusieurs jours, et il espérait qu'il serait bon. Il avait eu un sourire ému en se rappelant que ça faisait presque un an que Ji Hoon le lui avait appris – sans y mettre autant de piment, cependant. Il avait passé des soirées à se perfectionner afin de tenter au mieux de reproduire les baozi à la viande que Hua lui avait montré. Bien sûr, le Japonais n'avait pas le coup de main, et ses petits pains farcis ne ressemblaient pas à grand chose. Il priait pour que ce soit bon. D'autres spécialités attendaient encore d'être servies, dont le fameux de fondant chocolat-matcha de sa mère. A qui il ne voulait pas penser ce soir – il avait demandé la recette à Haruno. Le Japonais avait fait un tour à Okubo, cherchant une marque bien spécifique de cheongju. Il avait pris des bières coréennes, du saké et du thé chinois. Sa décoration était sobre, mais romantique. Pas trop de lumière tamisée, il voulait voir Ji Hoon. Le dévorer surtout lui, des yeux et autrement. Au final, peut-être que rien ne se passerait comme il l'avait imaginé. Peut-être que son dîner tomberait à l'eau, que son homme préférerait se promener dans Tokyo, à la nuit tombée. Haruto se rendit compte que ça ne le dérangerait même pas. Que tout ce qui comptait était de passer ce moment avec Ji Hoon.

Quand l'heure approcha, il éteignit la télévision d'un geste habile du poignet sur la télécommande. Ses yeux scannèrent son appartement. Il se sentait fébrile, sans trop savoir pourquoi. Après tout, des soirées en amoureux, ils en avaient passé quelques unes ensemble. Pourtant, celle-ci lui semblait particulière. Frottant ses paumes l'une contre l'autre, Haruto hocha la tête dans un mouvement satisfait. Quand la sonnette annonça l'arrivée de son homme, son cœur bondit joyeusement dans sa poitrine. Se précipitant pour lui ouvrir, il essaya de cacher son sourire de bienheureux, sans y parvenir pour autant. Ouvrant la porte quelques instants plus tard, il le salua dans un souffle, qui se perdit rapidement contre ses lèvres. Ses mains sur les joues de son amant, il recula, l'invitant à entrer. Ses lèvres embrassaient amoureusement les siennes, jamais rassasiées. « Pardon, mais j'ai attendu ça toute la journée. » Riant un peu, embarrassé, Haruto laissa son front reposer un instant contre le sien, tentant de discipliner son cœur, sans succès. S'éloignant un peu, il lui adressa un large sourire. « Tu es si beau. » Chaque jour, il avait l'impression de découvrir à quel point Ji Hoon était parfait. Comme s'il l'était toujours un peu plus. C'était le cas, indéniablement.

L'invitant à entrer sans lui préciser qu'il pouvait faire comme chez lui puisque l'idée était acquise depuis longtemps déjà, le Japonais se dirigea dans la cuisine pour vérifier que tout mijotait bien comme il le fallait. « Désolé, je crois que je me suis un peu laissé emporter. » Toute la cuisine était encombrée, mais Haruto désigna le frigo. « Il y a des bières. » Petit sourire en coin. « Coréennes. » Se retournant sur son plan de cuisine, il leva la serviette qui cachait l'appareil à takoyaki. Son autocuiseur était également prêt à l'emploi, le riz déjà lavé. Son poulet sauce teriyaki embaumait l'air ambiant. Ils ne mangeraient sûrement pas la moitié de tout ce qu'il avait prévu, mais le psychiatre avait voulu le repas parfait. Peut-être était-ce la rencontre avec sa mère qui avait fait naître ce besoin irrépressible de rendre cette soirée la plus parfaite possible. Haruto voulait que son homme sache à quel point il était prêt à se dépasser pour lui, à quel point il tenait à leur relation, à quel point leur histoire était exceptionnellement merveilleuse. Personne n'avait le droit ne les faire douter, ne serait-ce qu'un instant. Ils devaient profiter, vivre cette chance que peu de gens connaissait. Etre tombé amoureux de la personne faite pour soi. Connaître le véritable amour, celui auquel on ne disait pas croire tout en l'espérant secrètement. Ji Hoon était le sien. Le plus parfait des amants. Haruto se savait chanceux, et tant pis si on le lui  reprocherait. De toute manière, ce soir, il ne voulait penser à rien d'autre qu'à eux deux. Retournant rapidement contre Ji Hoon, il passa ses bras autour de ses hanches, son regard plongé dans le sien. « Je t'aime. » Haruto n'était pas sûr de l'avoir encore assez dit, aujourd'hui. On ne savait jamais, Ji Hoon pourrait l'oublier.

Code by Fremione.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 26 Déc - 0:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Noël. Sa période préférée dans l’année depuis cette année. Ça aurait pu être son anniversaire, si Liang ne l’avait pas gâché en lui brisant le cœur. Noël, oui. Il avait hâte de donner son cadeau à Haruto. Et d’avoir le sien. Et d’oublier ça pour manger à en mourir puis lui sauter dessus et l’embrasser, l’aider à digérer. Lui faire l’amour toute la nuit avec passion. Ho, ho, ho merry christmas. C’était son nouveau jour préféré. Mais en même temps, c’était un jour compliqué. Il devait s’habiller. Au moins pour traverser la ville et au début de leur petite soirée en amoureux. Ji Hoon se sentait plus impatient que tous les enfants occidentaux ce soir. Il voulait que le soir arrive déjà, il voulait pouvoir embrasser Haruto, lui raconter des bêtises. Là, il s’ennuyait. Trop tôt pour se préparer. Il avait acheté plusieurs tenus, il savait qu’une ne lui suffirait plus. Le soir venu, elle risquait de ne plus lui plaire et il serait dévasté à l’idée de n’avoir rien à se mettre. Hors de question de le rendre triste ce soir. C’était noël. Il avait regardé les épisodes spéciaux de certains disney à la télévision. Parce qu’il n’y avait rien d’autre. La télé était allumée. C’était bizarre de voir avec les voix japonaises. Au risque d’étonner tout le monde dans l’assemblée, Ji Hoon trouvait les voix coréennes bien plus belles et agréables à écouter.

Ce noël n’aurait pas été synonyme de coming out. Enfin, pas pour leurs parents. Revoir la mère Kamiya l’avait chamboulé, il y avait longuement pensé, pendant quelques jours après encore. Elle avait tellement d’attente, tellement d’espoir pour Haruto, qui ne se réaliseront sans doute jamais. Ce n’était pas la même pression qu’avec une belle-famille classique. Ils ont toujours plus ou moins des attentes envers la personne que fréquentera leur enfant un jour. Le problème là, c’était qu’il était sans doute à des années lumières de ça. Déjà, ce n’était pas une femme. Qui plus est, il n’avait rien à voir avec la personne aimante, effacée, discrète et gentille qu’ils devaient imaginer. Il était tout le contraire. Il n’était pas aimable, n’était pas effacé et la discrétion n’était son truc que quand il y avait de l’argent à la clé. La gentillesse, tout dépendait de la personne face à lui. Donc forcément, il avait eu son petit coup de pression. Il avait peur du jour où il faudra leur dire pour de vrai qu’ils étaient ensemble. Qu’il avait involontairement détourné leur fils de ce qu’ils voulaient pour lui. Qu’il l’avait rendu fichtrement gay et qu’il ne le regrettait absolument pas. Parce que leur fils était le meilleur petit-ami du monde et qu’il avait la chance de l’avoir pour lui. c’était égoïste, il s’en fichait bien. Ils étaient juste parfait ensemble.

Son regard se posa sur son reflet. Il était beau. Mais pas assez. Il tenta de se recoiffer autrement, enfilant autre chose. Une chemise. Non. Il mettait toujours des chemises. Il voulait changer un peu. Et un pantalon moins troué ? Non plus. Il voulait que Haruto voit ça. Ses chevilles, ses genoux, sa peau. Il voulait l’aguicher. Qu’il voit un peu sa peau. Son corps. Il pensait qu’il venait juste pour manger ? S’embrasser chastement à la fin, comme dans les films américains de noël ? Oh no boy, it won’t. C’était bien pour ça qu’il ne devait rien laisser à désirer. Sauf lui. Tout entier. Le parfum que Haruto préférait, son gel douche et shampoing coréen. Parfait. Si beau. Pas si beau que ça. Il devait se changer une fois encore, il n’aimait plus le pull. Une chemise. Mais il mettait toujours des chemises jamais une comme ça. Avec un blazer. Il se plaisait. Pour l’instant. Un autre jeans. Pas aussi troué. Il perdait un peu de son sex-appeal… Non, tellement pas, il était toujours aussi canon et toujours aussi hot. Il avait l’air un peu plus gay. Tant mieux, ça l’aguichait. Il avait envie de se draguer lui-même.  Il se fit un petit sourire charmeur, puis son plus beau regard. Non. Il ne devait pas commencer ce petit jeu avec lui-même, il allait avoir du mal à s’arrêter et serait en retard. Tristesse.

Prenant son sachet, il quitta rapidement l’appartement, tournoyant sur lui-même dans la rue en voyant les illuminations de noël. C’était beau, il était toujours heureux de les voir.  Il y avait quelques couples dans la rue, personne d’aussi beaux qu’eux. Ni dans le métro, ni ailleurs. Il sautillait sur place, impatient. Il devait ressembler à ces amoureux transits qui se languissaient de retrouver leur moitié. Oh. C’était bien ce qu’il était. En ce jour de fête. Jour de l’amour au Japon, en Corée du Sud aussi. Il allait voir Haruto. Il ne l’avait pas vu depuis si longtemps. Il avait cru mourir. Au moins deux jours. Il se souvenait avec douleur de ce matin où son Japonais l’avait quitté, abandonné dans ce lit encore chaud. Un dernier baiser avant de s’en aller. Il ne l’avait pas revu depuis. Guilleret, il s’arrêta à quelques standes, cherchant à voir ce qu’on lui proposait. Peut-être qu’en essayant un bonnet de père noël, il oublia de le reposer en s’en allant. Personne ne l’avait arrêté. Il ne manquait pas, visiblement. Il laissa son regard traîné ici et là, ses mains aussi. Quand l’heure approcha, il se dépêcha de rejoindre l’appartement de son cher et tendre.

Ouvrant en bas, il s’arrêta devant la porte de l’appartement. Sonner ? Oui. Même s’il avait les clés. Il trouvait ça plus romantique, ça faisait véritable rendez-vous. Il sourit quand la porte s’ouvrit, son cœur battit à tout rompre dans sa poitrine, il s’avança, sa main se posant sur sa hanche, ses lèvres retrouvant les siennes passionnément. Il laissa la porte se refermer derrière lui alors qu’il répondit amoureusement au baiser que lui donnait son petit-ami. Tout allait mieux. Riant avec lui, il secoua doucement la tête. « T’aurais plutôt du t’excuser si tu m’avais pas accueilli comme ça. » Vivement, il posa encore ses lèvres sur les siennes, retirant son manteau, ses chaussures et son écharpe. Se tournant à nouveau vers lui, il tenta de prendre un air humble. « T’es tellement dans la retenu ce soir. » Un petit geste de la main pour lui signifier que ce n’était pas grave. Beau. Seulement beau ? Non, il était parfait, magnifique, sublime, incroyable, une bénédiction pour ce monde. Heureusement qu’il était là pour se dire ce que personne n’osait formuler. « … Oh. » Oubliant sa petite personne, il regarda plus attentivement l’homme qu’il aimait qualifier comme étant le sien. « Ça te va encore mieux que quand je t’avais imaginé le porter. T’es encore plus sexy que dans mes fantasmes, comment tu fais ? » Pourtant, son imagination était vraiment au top. « T’es parfait ce soir. Encore une fois. » Il l’était toujours, il l’était un peu plus chaque fois.

Sans attendre qu’on l’y invite, il le suivit dans la cuisine. L’appartement avait une autre décoration pour l’occasion, Haruto avait même installé un petit sapin. Tout était parfait, décidément. Il fut impressionné par le nombre de choses qu’il avait cuisiné et Ji Hoon sentit son ventre gargouiller, impatient. Il se lécha les lèvres en voyant l’appareil à takoyaki. « Tu cuisines quoi ? ça sent trop bon, j’ai trop faim. » Il allait chouiner pour manger vite. « Des bières coréennes ? » Il rit, trop heureux de cette annonce. Des bières coréennes. « Mais j’ai ramené du champagne ! Français. » Il pinça les lèvres, sortant la bouteille qu’il posa sur la table. « On peut boire les deux. On commence par les bières ? » La Corée avant tout. Il alla vers le frigo, sortant deux bières qu’il alla poser sur la table basse. Son cœur se réchauffait totalement. Il était heureux, si heureux. Cette année avait été difficile, s’il devait faire le compte, elle avait été plus malheureuse qu’heureuse, bien que rien ne semblait égaler le bonheur intense qu’il ressentait actuellement. Il n’avait jamais été aussi heureux, son cœur n’avait jamais bondi de cette façon. Et il ne s’arrêta pas de battre plus fort quand Haruto revint près de lui, contre lui. Qu’il le regardait ainsi. Qu’il prononçait ses mots qui le faisaient fondre. S’appuyant contre lui, il sourit niaisement, laissant ses bras l’enlacer. « Je t’aime plus. »  Tendrement, ses lèvres embrassèrent les siennes et il lui fit signe d’attendre, Ji Hoon se pencha vers son sachet, attrapant un serre-tête de noël qu’il allait déposer malicieusement sur la tête de Haruto. « Merry Christmas, Darling ! ♥ » Riant un peu en le regardant, sa main caressa doucement sa joue. « Tu sais que ça te va bien ? T’es vraiment mignon avec ça sur la tête. » En même temps, tout allait à Haruto et il était toujours mignon. L’embrassant furtivement, il se laissa tomber sur le canapé, le forçant à venir s’asseoir près de lui, il attrapa une bière et lui tendit. « A nous ? » Puisque ce soir il n’y avait qu’eux qui comptaient et le bonheur parfait qu’ils vivaient ensemble. Qu’il voulait connaître pour toujours.

Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 26 Déc - 18:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Noël n'avait jamais été un jour très spécial pour lui. Ses parents n'étaient pas chrétiens et n'avaient pas adopté de suite la tradition des petits cadeaux échangés en famille. Puisqu'il ne l'avait pas connu, ça n'avait pas manqué à Haruto, quand il s'y étaient vraiment mis à la naissance de la petite dernière. Comme soudainement frappé de l'esprit de Noël, la maison avait revêtu une décoration aussi mignonne que kitsch. Haruto se rappelait vaguement les touches de rouge et de vert, le petit sapin artificielle, les petits bibelots dorés et argentés. Une tante encore célibataire venait les garder, pendant que le père Kamiya offrait un beau repas à sa femme soudainement mise à l'heure occidentale tout en gardant un esprit bien nippon. Au matin, les trois enfants recevaient leur cadeau, sans avoir la moindre idée de ce qu'il se passait. Qu'un prophète soit né ou non il y avait près de deux mille ans, ça leur importait peu. Et encore aujourd'hui, Haruto s'en fichait un peu. Ses parents respectaient les coutumes et traditions shintoïstes de base, mais ne suivaient pas scrupuleusement toutes les règles à la lettre. Ouverts d'esprit, ils se laissaient bien souvent séduire par la culture occidentale. Surtout cette habitude étrangement japonaise dont ils avaient pris le pli. A Noël, c'était poulet frit.

Pas ce soir. Haruto avait eu cette lubie un peu bizarre, qui lui avait pris au beau milieu d'une nuit particulièrement froide – parce qu'il l'avait passée seul. Ji Hoon lui était venu automatiquement à l'esprit, il s'était rappelé que le vingt-quatre décembre approchait, et son rêve lui était étrangement revenu en mémoire : de la nourriture. A Noël, il ferait des plats issus de leurs trois cultures, avait-il décidé. Il ne savait pas trop quoi, étant donné que ses talents culinaires s'arrêtaient aux bases des repas étudiants rapides et pas chers. Sur une feuille, il avait noté en vrac toutes les idées qui lui avaient traversé l'esprit. Kimchi, takoyaki – il avait fait une pause pour penser à Kimyaki – baozi, bœuf mariné, du riz, poulet sauté, des nouilles... Internet avait été son meilleur ami pour trouver différentes recettes. Peut-être aurait-il dû demander de l'aide à Ji Hoon, ou au moins lui demander ce qu'il aimerait manger, pour cette soirée particulière et spéciale. Et si son homme avait plutôt eu dans l'idée d'aller au restaurant ? Non, ils avaient convenu qu'ils passeraient Noël dans leur appartement. Haruto aurait peut-être pu commander chez un traiteur français ? Il n'aimait pas trop le foie gras ou le caviar, mais pour ce soir, un peu de luxe n'aurait peut-être pas fait de mal ? En plein doute, il avait regardé d'un air désespéré l'état de sa cuisine. Puis, en se disant que ça lui était égal, que même si Ji Hoon lui disait préférer sortir, il accepterait. Parce que c'était leur soirée à tous les deux, qu'il l'avait attendu depuis des jours. Et qu'elle serait parfaite.

Les battements de son cœur s'étaient accéléré crescendo au fil des heures. Haruto ne pouvait mentir, il était incroyablement heureux. Un sourire permanent aux lèvres, il devait faire partie de ces gens qui donnaient envie aux déprimés des fêtes de fin d'année de se suicider. Le psychiatre qu'il était tiqua à cette pensée. La culpabilité lui rongea un instant le cœur, avant qu'il ne se rappelle que ce n'était pas de sa faute, qu'il ne pouvait se contrôler et que de toute façon, une fois enveloppés dans leur bulle, ils en oubliaient le monde autour et se fichaient royalement du reste. Le bonheur qu'il ressentait n'occultaient cependant pas le stress qui le gagnait lentement. Haruto avait conscience que ce n'était que de sa faute. Cette soirée serait indéniablement exceptionnelle, puisqu'il la passerait aux côtés de l'homme qu'il aimait. Au fond, il ne demandait rien de plus. Heureusement, sa tenue, le Japonais l'avait choisie à l'avance. Son choix s'était naturellement porté sur des vêtements approuvés par Ji Hoon. Il ne tenait qu'à lui-même de la sublimer. Une fois son corps lavé, ses cheveux peignés, ses dents brossées, il s'accorda une petite touche de parfum, s'admirant dans le miroir. Haruto voulait séduire Ji Hoon, toujours. Ça ne le lassait pas. Il avait l'impression de devenir de plus en plus bon, à ce petit jeu-là. Après tout, il avait appris à bonne école, et ce n'était qu'un juste retour des choses. Son Coréen gagnait son cœur un peu plus chaque minute qui passait.

Et comme à chaque fois qu'il l'embrassait ainsi, Haruto avait la sensation de retomber amoureux. Toujours plus fort, plus profondément. Collé à son homme, il se laissait porter par le flot de sentiments qui le submergeait. C'était délicieusement enivrant. Comment pourrait-il s'en lasser un jour, lui qui avait l'impression d'en devenir toujours un peu plus accro ? Il aimait accueillir Ji Hoon de la sorte. Parfois, il préférait oublier qu'il possédait le double de ses clés. Il aimait lui ouvrir la porte et se coller à lui, lui souhaiter la bienvenue du ton sensuel et amoureux de l'amant esseulé qui n'en pouvait plus d'attendre. Il aimait lui faire comprendre par des caresses, des baisers, à quel point il lui avait manqué. Qu'ils se soient vu il y avait sept jours ou la veille, l'enthousiasme était le même. Bien sûr, le manque empirait au fil des heures qu'il passait loin de lui, mais il était rapidement comblé par l'affection possessive qu'il éprouvait pour lui et qu'il lui démontrait une fois le seuil de l'appartement franchi. Tout occupé à manger ses lèvres, Haruto n'avait pas eu l'occasion de détailler son amant. Le compliment, pourtant, était sincère. Ji Hoon était beau, même si le mot lui semblait bien faible. Et justement, il pouffa à la remarque de celui-ci. « Tu es... Oh ! » Riant aux éclats, il remarqua enfin le bonnet de père noël que portait le Coréen. Jouant avec le ponpon, il finit enfin sa phrase, arborant un air malicieux. « Si mignon ! » Il rit encore un peu, plongeant son regard tendre et brillant dans celui de son homme. « Je savais que ça te plairait... Tu y avais mis tellement du tien pour la choisir, pour veiller à ce qu'elle m'aille... » Son sourire glissa dans un coin de ses lèvres, sa voix devint murmure sensuel. « Oh, tu partagerais tes fantasmes avec moi ? Je dois savoir... » Son nez frotta alors le sien, devenant plus taquin. « Toujours plus sexy pour toi. Pour que tu n'oublies pas à qui ton cœur appartient. » Haruto l'embrassa une dernière fois, avant de le lâcher, l'une de ses mains frôlant les fesses de Ji Hoon, s'attardant sur l'une d'elles. « Tu l'es encore plus. »

Choisissant de calmer ses ardeurs, le Japonais le précéda dans la cuisine. Il n'avait pas vraiment honte du bordel ambiant, après tout, c'était pour eux. « J'ai tenté plein de choses. On est pas obligés de tout manger ! » Il pinça les lèvres, comme s'il réalisait enfin qu'il avait sûrement exagéré. « J'ai ce qu'il faut pour des takoyakis. Du poulet sauté, avec des nouilles, en essayant de faire comme ta mère m'avait montré. Là, du bœuf mariné à la Kamiya, le riz est dans l'autocuiseur. Hm... Ah, les baozis à la viande de ta mère, aussi. Le dessert, c'est une recette de la mienne, fondant au chocolat-matcha. Oh et puis... » Désignant le réfrigérateur, il eut un sourire timide. « J'ai essayé de faire du kimchi comme tu m'as appris. » Haruto mentionna ensuite les bières coréennes, et la réponse de Ji Hoon lui fit écarquiller les yeux. Du champagne ! Français, en plus. Il n'y avait pas pensé ! Peut-être que, finalement, il aurait dû appeler un traiteur. Comme hypnotisé, il se saisit de la bouteille des deux mains. Une marque pas franchement donnée. Lèvres pincées, il releva le regard vers Ji Hoon, avant de lui sourire tendrement. « On boira les deux, oui. » Tendant le cou pour l'embrasser, le Japonais rangea la bouteille dans le réfrigérateur, après que son homme en ait sorti deux bières. Il voulait célébrer cette soirée particulière, mais ne pouvait s'empêcher de se blottir contre son amant. Haruto fondit quand il répondit à sa déclaration, comme si c'était la première fois, encore, toujours. Un sourire niaisement heureux s'étalait sur ses lèvres. Il se fichait d'avoir l'air ridiculement amoureux, puisque c'était ce qu'il était. Ses lèvres embrassèrent doucement les siennes, jamais fatiguées.

« Qu'est-ce que... ? » Les sourcils levés haut, sa main ne put s'empêcher de chercher à toucher ce que Ji Hoon venait de lui mettre sur la tête. Haruto pouffa en identifiant l'objet, ne le retirant pas pour autant. Son bras s'enroula autour du cou de son homme, alors que le second remontait lui aussi, sa main glissant sur son torse, alors que ses lèvres étaient à nouveau occupées à l'embrasser. « Merry Christmas... » Son cœur cognait fort, dans une sensation délicieuse. « Tu sais que je vais le garder sur la tête toute la soirée. » Surtout s'il le trouvait mignon, Haruto préférait prévenir. Le suivant sur le canapé sans opposer de réelle résistance, il s'y laissa tomber à côté de Ji Hoon, sourire toujours flanqué aux lèvres. Ouvrant sa bière, il trinqua ensuite avec lui. « A nous. » A eux, à leur histoire merveilleuse, à leur amour extraordinaire, à leur relation incroyable. A tout ce qui faisait qu'ils vivaient dans un bonheur parfait. Son ton amoureux fut ponctué d'une petite gorgée de bière. Serrant la cannette entre ses mains, Haruto passa une jambe par-dessus celles de Ji Hoon. Sa tête reposait contre le canapé, alors que ses yeux dévorait son homme. Doucement, il se rapprocha un peu, jusqu'à être tout près de lui. Ses lèvres embrassèrent l'épaule de son Coréen. « J'avais tellement hâte. » L'une de ses mains lui caressa la joue. « Je t'aime tellement... » Haruto se décolla du canapé, son regard plongé dans celui de Ji Hoon. « Tu es l'amour de ma vie, ma plus belle histoire. On a pas besoin d'une soirée comme ça pour le prouver, mais... Je suis tellement heureux de la passer avec toi, si tu savais. » Ses lèvres se posèrent malicieusement sur les siennes. « Je veux qu'elle soit magique ! » Ses lèvres trouvèrent sa joue, alors que son visage s'enfouissait dans son cou. Haruto ne pouvait s'empêcher de rire bêtement. « T'as mis mon parfum préféré ! » » Un nouveau rire. Sa bouche retrouva amoureusement la sienne.  « On prend une photo ? » Se penchant vers la table basse, il y déposa sa bière, s'installant plus correctement près de son homme. « J'en veux plein... » Le mode selfie activé, l'écran leur renvoya l'image d'un couple heureux, souriant. L'instant d'après, celle d'un Japonais embrassant son amant coréen. Les photos n'exprimeraient jamais tout l'amour que Haruto lui portait. Ji Hoon le rendait parfaitement heureux. Pour ce soir, tous les problèmes qui les empêchaient de vivre pleinement leur amour n'existaient pas. C'était juste eux deux.

Code by Fremione.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 28 Déc - 2:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pendant longtemps, Ji Hoon n’avait connu que Haruto, le confident, le meilleur ami, parfois le psychiatre. Il l’avait connu en couple, l’avait vu avec des filles avec qui il sortait. Attentionné, souriant. Ça l’avait plus agacé qu’autre chose, sans réellement comprendre pourquoi. Il était un peu niais, un peu chiant, insupportable. Il avait envie de le secouer, de lui demander de retrouver ses esprits. Ce n’était pas tolérable. Parce qu’au fond, probablement voulait-il mes mêmes intentions sans oser se l’avouer. Il voulait qu’il le regarde comme ça, qu’il le touche. Il avait envie de tout ça avec lui. mais c’était plus compliqué que ça. Ji Hoon ne saurait comment s’expliquer. C’était tellement étrange, il avait l’impression de découvrir un tout nouveau Haruto depuis quelques mois et il ne l’aimait que plus encore. C’était bizarre, vraiment bizarre. Parfois, quand il l’embrassait, il y pensait. Que c’était bizarre. Il y a quelques mois, ils ne s’embrassaient pas, se touchaient juste plus que nécessaire. Il ne savait pas exactement ce que ça faisait. Quelle texture avait ses lèvres, leur goût. La chaleur de son souffle, il n’en savait rien. Il se souvenait avoir été étonné qu’il embrasse si bien et ça, il ne s’en lasserait pas. Il aimait quand il l’embrassait. Découvrir à chaque fois combien il était doué avec ses lèvres et avec sa langue. Jamais il ne pourrait s’en lasser.

En un an, leur relation avait tellement changé. Il y a un an, il passait cette soirée à Eita, il avait abandonné Haruna un instant pour rester avec lui et avait eu du mal à le quitter. Haruno l’y avait un peu aidé avec son cœur brisé. Il y a un an, tout était totalement différent. Si on lui avait dit qu’il passerait la veillée de noël avec Haruto en tant que couple, il aurait probablement ris. Mais non, c’était son meilleur ami, rien de plus. Jamais il ne l’embrasserait passionnément, jamais il ne se languirait de lui, jamais il ne le collerait plus qu’il ne le faisait déjà, jamais ils ne feraient l’amour, ou des choses du genre. Jamais ils n’adopteraient un adorable bichon tout blanc, jamais il ne stresserait devant la mère de Haruto. Non. Et en fait si. Tout ça était arrivé. Et il ne pouvait pas regretter. Parce qu’il aimait la relation qu’ils avaient, l’amour qu’ils se portaient. Il aimait l’embrasser comme si c’était la première fois, sonner à la porte comme s’il ne vivait pas un peu ici. C’était vraiment très étrange, de regarder combien les choses avaient changé. Au début, tout était un peu maladroit, pour s’embrasser, se toucher, ils ne savaient pas vraiment ce qu’ils avaient le droit de faire. Mais au final, tout était venu naturellement, les gestes, les baisers, les caresses. Tout était venu comme s’ils avaient toujours agi ainsi l’un envers l’autre.

Ji Hoon aimait se faire accueillir ainsi, par les lèvres de son meilleur ami si bien posé sur les siennes. Il se colla un peu à lui pour y répondre avec fougue. Ça faisait longtemps. Pas tellement ? Au fond, ça faisait toujours trop longtemps. Il s’accrochait à lui, dévorant ses lèvres amoureusement, passionnément, n’acceptant de le relâcher qu’aux prix d’un effort quasi sur-humain. Il accepta son petit compliment, sachant très bien qu’il n’était que moindre comparé à la réalité. Ji Hoon était plus que beau. Haruto le savait. Son rire lui fit froncer les sourcils, mécontent. Il n’était pas drôle, il était très beau. Il comprit cependant pourquoi il riait en le voyant jouer avec le pompon de son bonnet et il put rire avec lui. il avait oublié ce détail mais s’amusa du compliment. Il était mignon, c’était tout à fait vrai. « J’ai bien choisi… » Ses doigts glissèrent sur la chemise. Pas mal du tout. Il était tellement sexy. Plus que dans ses fantasmes, comme il le disait si bien. Le ton sensuel de Haruto le fit sourire, et il plissa le nez quand le sien vint s’y frotter. « Je sais pas… Si t’es prêt à être ça. C’est très… Hm. » Le mot lui échappait. Il fit un air un peu coquin à la place. Il comprendrait. « Comment oublier ? » Il savait très bien où se trouvait son cœur et pour rien au monde il ne voudrait le reprendre. Ses lèvres se posèrent sur les siennes furtivement, et il rit en sentant sa main sur ses fesses, prenant un air faussement outré juste ensuite.

Tellement de nourriture. Ji Hoon observa la cuisine, se fichant pas mal du bordel, il écouta le menu énoncé par la voix grave de son amant, ce qui l’excita encore plus. Ça l’aguichait, l’entendre dire tout ça. Tout lui donnait envie. Il avait envie de tout manger sur Haruto. Parce que définitivement, l’idée le séduisait beaucoup trop. Il sourit un peu plus, s’approchant discrètement du frigo pour en sortir le kimchi. C’était meilleur quand ce n’était pas trop frais. Il s’écarta doucement pour reprendre normalement sa vie. « Tout a l’air délicieux, tu me donnes faim. T’aurais pas du te donner tout ce mal. » Surtout qu’il ne savait pas par où commencer et qu’il en avait le tourni. Même le baozi Lee était au menu. Incroyable. Donnant la bouteille de champagne à Haruto, il se perdit à nouveau dans le salon, sautillant presque devant le petit sapin qu’avait décoré Haruto. C’était tellement adorable. Il pouffa un peu bêtement devant. Adorable.

Ses bras s’écartèrent pour reprendre Haruto contre lui et le serrer amoureusement dans ses bras, un sourire parfait aux lèvres. Il l’aimait. Oh oui, tellement. Terriblement. Plus qu’il n’aurait pensé aimé un jour. Ses lèvres voulaient toujours rejoindre les siennes, jamais lassé de se retrouver. Avec malice, il décora le beau Japonais, pouffant un peu face au résultat. « T’es tellement mignon ! » Le plus mignon du monde, c’était bien lui. tirant malicieusement sa joue, il peina à se décoller. Il pouffa un peu à sa mise en garde, haussant simplement les épaules. « Alors tu seras mignon toute la soirée. » Et lui, il sera sans doute niais toute la soirée. Mais il s’en fichait bien et il préféra juste attirer Haruto près de lui, sur le canapé. Avec une bière à la main, comme avant. Sauf qu’ils ne se dévoraient pas aussi librement du regard, qu’il n’avait pas aussi clairement envie de l’embrasser. Prenant une gorgée de bière, il sourit quand la jambe de Haruto passa sur la sienne. Il tourna son visage vers lui, son cœur se réchauffait toujours quand il s’approchait, quand ses lèvres se posaient quelque part sur son corps. Sa déclaration lui fit perdre pied et il resta un instant à sourire bêtement, charmé par ses paroles, hypnotisé par sa beauté lorsqu’il parlait. Son cœur allait quitter sa poitrine mais Ji Hoon s’en fichait bien. Il resta un moment à le fixer, parvenant à laisser un sourire taquin se former sur ses lèvres. « … T’es si gay, je sais pas comment j’ai fait pour pas le voir avant. » Il rit, malicieux, s’amusant à lui voler un baiser alors que son regard restait dans le sien. « C’est pas grave, je t’accepte même comme ça. C’est ça la vraie amitié. » Reprenant un peu de sérieux, il laissa sa main glisser sur sa joie. « Moi aussi, je suis heureux d’être là avec toi… J’avais vraiment hâte. Je suis sûr que notre premier noël ensemble sera magique. » Il espérait aussi qu’il le sera moins que celui de l’année prochaine, encore moins que celui de l’année suivante.

Serrant ses bras autour de lui, il fut fier qu’il sente son parfum. Oui. Son préféré, pour le séduire un peu plus. La photo lui sembla être une bonne idée et il posa sa bière s’approchant un peu plus d’Haruto. « On en fera plein. » Ils avaient toute leur vie pour en faire. Souriant tendrement au Japonais, il se tourna vers le téléphone qui lui renvoyait l’image du plus beau couple qui soi. Eux. Ils étaient si beaux. Se tournant pour lui faire part de son impression quant à la perfection de leur couple, il réceptionna à la place les lèvres de Haruto sur les siennes. Souriant dans le baiser, il se colla un peu à lui pour y répondre plus dignement. Relâchant ses lèvres, il ne put s’empêcher de déposer quelques vifs baisers par la suite, pouffant contre celles-ci. « On pourra prendre cette photo et en faire une carte de vœu. Coming Out comme bonne résolution ? » Riant bêtement, il l’embrassa à nouveau, s’accrochant à lui, il laissa sa main glisser le long de son bras alors que sa langue venait taquiner la sienne. Doucement, il baissa son bras qui tenait le téléphone. Un peu d’intimité. Une fois tranquille, il posa ses mains sur ses joues, approfondissant le baiser, se collant presque entièrement à lui. Sentant que son corps commençait à avoir des projets anticipé, il relâcha Haruto à contre cœur. « Fais des choix. Soit ta nourriture est désirable, soit toi, tu fais les deux, je sais plus quoi faire. » Manger sur Haruto, mais il doutait que ça passerait et ça risquait de le brûler un peu. « Je meurs de faim. » Souriant avec innocence, il reprit après avoir bu une gorgée de bière, tapotant l’air de rien sur la cuisse de son amant. « De toutes les façons possibles. » De la nourriture faite par Haruto, De ce dernier tout court. Difficile de se contrôler en présence de sa plus belle conquête, de l’homme qui le rendait fou d’amour, pour qui il ferait tout. Celui qui avait fait voler ses éclats tous ses principes pour en construire de bien plus beaux.

Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 29 Déc - 4:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Embrasser Ji Hoon, Haruto pourrait y passer des heures. La douce chaleur qui se diffusait en lui quand son homme prenait un peu le dessus, quand il l'attirait toujours plus près. Le bonheur qu'il ressentait à lui répondre et sentir à quel point leur amour était partagé. S'enivrer de son parfum, s'accrocher à lui comme si sa vie en dépendait. Elle en dépendait, d'une certaine façon. Il adorait ça. Ses bras qui le serraient tout contre lui, ses mains qui le caressaient doucement. Leurs langues qui jouaient malicieusement ensemble. Et leurs souffles qui se mélangeaient sensuellement quand ils séparaient finalement leurs lèvres un peu trop gourmandes. Haruto pourrait en écrire en thèse, avec au moins autant de passion qu'il avait mis à rédiger l'autre, si ce n'était plus. Des pages et des pages, dans lesquelles tout son amour pour son Coréen s'étalerait sans honte, sans retenue. Parce qu'il pourrait en parler des heures. Il pourrait parler de ses merveilleux sourcils, de la forme parfaite de sa mâchoire, ou encore de ses petits yeux dans lesquels il aimait tant se perdre. Ces yeux, ses préférés. Oui, Haruto pourrait parler de cette nuance de brun qui le charmait tellement, de cet éclat brillant qu'ils avaient quand il lui disait qu'il l'aimait, de la lueur de malice qui s'y glissait quand il l'observait, de cette intensité toute sérieuse qu'ils avaient, quand il le fixait avant de lui faire l'amour et qui faisait courir un frisson de désir le long de son dos. De cet amour qu'il y lisait juste après, et que le sien – il l'espérait – renvoyait tout autant. Ce bonheur qu'il avait ressentit, ces sensations si particulières, si exceptionnelles, indescriptibles, sans noms. Et ce n'était qu'une infime partie de ce que Kamiya Haruto pourrait dire sur Lee Ji Hoon. Parce qu'il y avait tant à dire, qu'il ne savait même pas vraiment par où commencer.

Et Haruto voulait lui plaire. Il voulait être à sa hauteur, que Ji Hoon ne regrette pas d'avoir fait voler ses principes pour vivre cette histoire incroyable avec lui. Il voulait lui prouver, encore et encore, qu'ils avaient fait le bon choix. Qu'ensemble, ils y arriveraient. Leur rencontre avec sa mère lui restait encore désagréablement en mémoire, et il savait qu'elle devait encore hanter Ji Hoon également. Haruka avait beaucoup de projets pour son fils, mais ce dernier en avait d'autres pour lui-même. Un jour, il lui avouerait. Il lui présenterait réellement Ji Hoon, et elle comprendrait. Il lui dirait à quel point il l'aimait, qu'il n'y avait personne d'autre que lui. Soit elle l'accepterait, soit il serait déçu. Ce n'était là que les deux solutions possibles. Haruto ne pouvait s'imaginer une seule seconde se séparer de Ji Hoon uniquement pour faire plaisir à sa mère. A son âge, plus question d'être le bon fils chéri à sa maman. Mais ce soir, il ne voulait pas penser à tout. Déjà, parce que ça l'attristait et l'agaçait en même temps, ensuite, parce que ça lui rappelait qu'elle avait gâché une séance shopping qui promettait pourtant d'être agréable. Bien entendu, ils y étaient retournés quelques jours plus tard, mais tout de même. « J'espère te plaire. C'était mon but. » Oh oui, que Ji Hoon avait bien choisi, là aussi. Haruto se mordit la lèvre inférieure, en sentant les mains de ce dernier glisser sur lui. Il retint difficilement un petit gémissement, qui se transforma finalement en soupir pressé. « Dis-moi... Je te raconterai un des mien ~ ? » Et il en avait plein. Nés sous la douche matinale ou non.

L'état de sa cuisine ne l'inquiétant pas, le Japonais préférait plutôt savoir ce que pensait son homme des plats choisis et préparés exprès pour cette soirée. Haruto était assez fier de lui, en toute honnêteté, mais un stress certain le gagnait quand il s'interrogeait sur la qualité. Enonçant le menu en faisant attention de ne rien omettre, le manège de Ji Hoon près de son frigo ne lui échappa cependant pas. Un sourire amusé prit place au coin de ses lèvres, mais il ne dit mot. Après tout, son Coréen s'y connaissait mieux en kimchi. « J'en avais vraiment envie. Cuisiner pour nous deux. » Il se retourna finalement vers lui pour lui sourire amoureusement. Et puis, Ji Hoon ne cessait de lui répéter qu'il devait un peu mieux s'y mettre, qu'il ne pouvait survivre d'onigiris. La bouteille de champagne mise au frais, il suivit son homme au salon, riant devant la réaction de ce dernier face à sa petite décoration de Noël. « Ça met mieux dans l'ambiance, tu avais raison. » C'était Ji Hoon qui lui avait soufflé l'idée, et si Haruto n'avait été que moyennement emballé au début, il s'était finalement pris au jeu. Il devait avouer que ça l'avait plutôt amusé de décorer ce petit sapin, et il était ravi que son homme aime. Trouvant ensuite sa place dans les bras de Ji Hoon, Haruto se colla amoureusement à lui, ses lèvres cherchant naturellement les siennes. « Plus mignon que Kimyaki ? » Haruto plissa les yeux, faisant semblant de le scruter, avant de pouffer. « C'est que tu ne t'es pas vu avec ton bonnet ! »

De manière générale, Haruto trouvait Ji Hoon plus sexy que mignon. Il avait conscience que c'était à lui que revenait ce rôle. Comme quand il lui faisait une déclaration comme la sienne. Il la savait niaise, mais il la pensait réellement. Cette soirée rien que pour eux deux, le Japonais souhaitait en profiter, autant que la rendre inoubliable pour tous les deux. Mais à la réponse de son amant, il pinça les lèvres, avant de pincer ses côtes, sans y mettre trop de force. Un rire lui échappa malgré tout, qui s'étouffa dans un baiser rapide. « Tu m'as rendu gay. Prends tes responsabilités, veux-tu ? » Haruto se lova contre Ji Hoon, pouffant encore un peu. « Tu es un ami si dévoué... » Sa langue le nargua un peu, avant que son visage ne s'enfouisse contre son cou. La déclaration de Ji Hoon fit s'accélérer les battements déjà rapides de son cœur. Haruto avait l'impression qu'il allait mourir de bonheur. Il souriait contre sa peau, ne pouvait s'empêcher de l'embrasser, alors qu'il s'enivrait de son parfum. Il devait se maîtriser. Aussi, prendre des selfies lui paraissait être une bonne idée. Ils en feraient plein, oui. Mais ça ne serait jamais suffisant à ses yeux. Il ne se lassait pas des les faire défiler, quand il avait le temps de rêvasser. A chaque fois, le Japonais se disait qu'ils devaient en prendre des nouvelles, alors qu'il revoyait pour la quarante-deuxième fois une photo pris la veille, ou au pire, dans le semaine qui avait précédée. Haruto aimait prendre des selfies. De lui-même, déjà beaucoup. Avec Kimyaki aussi, parce que c'était drôle. Mais alors avec Ji Hoon, c'était comme s'il s'était découvert une nouvelle passion. Ils étaient si beaux seuls, ensemble, c'était clairement un crime. Illégaux, tout simplement. Son cœur palpitait toujours, quand il revoyait un de leur cliché. Haruto adorait en prendre, que ce soit pour une photo posée ou prise au dépourvu. Il avait même téléchargé cette application sud-coréenne. User de ses filtres l'éclatait un peu trop.

Cette fois, par contre, c'était des selfies tout simples. Du moins le premier, le second était déjà plus osé. Haruto en possédait quelques uns, de cette nature-là, gentiment protégés dans un dossier à mot de passe. Il tapa gentiment le bras de Ji Hoon, à sa proposition absurde, fronçant les sourcils, bien qu'il ne pouvait s'empêcher de sourire. Il voulut rétorquer qu'il y en avait de bien plus compromettantes, celles prises par exemple après qu'ils aient fait l'amour, mais son souffle fut à nouveau coupé, avalé par la bouche gourmande de son amant. Haruto ferma les yeux se laissant délicieusement embrasser, s'accrochant à lui. Il répondit avec beaucoup d'application, tendrement, amoureusement, sensuellement, baissant docilement son bras, avant d'abandonner son téléphone portable quelque part sur le canapé. La main qui le tenait jusque là trouva bien rapidement sa place sur la hanche de Ji Hoon, alors que ses lèvres ne décollaient pas des siennes, jouant avec elles, sa langue occupée à tenter de dominer la sienne. Qu'est-ce qu'il pouvait l'attirer, quelle facilité il avait de le rendre dingue ! Haruto se collait à lui, paupières toujours closes, l'embrassant avec passion et dévotion. Son homme à lui. Quand ce dernier se recula, Haruto, lui, ne put s'empêcher de faire la moue. Il retrouva cependant bien vite le sourire, laissant même échapper un rire amusé. Sa main trouva sa joue, la caressa tendrement. Son regard brillant plongea dans le sien, et un doux sourire étira ses lèvres. « Tu as raison, excuse-moi... » Ça l'amusait assez, il devait l'avouer. Sentant la main de son amant sur sa cuisse, un frisson courut le long de sa peau. Son pouce passa malicieusement, et ses yeux suivre le geste un instant, avant de retrouver les siens. Son sourire glissa alors au coin de sa bouche. « Mange-moi ? » Haruto le fixa intensément, avant de capturer ses lèvres. Sa bouche constella sa mâchoire de baisers, avant de finalement manger la peau de son cou. Son souffle chaud caressait la peau de Ji Hoon, alors qu'il y goûtait encore. Son sourire resta un instant figé contre cette peau si douce.

Se redressant alors, sans prévenir, il pouffa bêtement, tapotant la joue de son amant. « Allons manger ! » Haruti lui vola un baiser, avant de se lever. Bière aux lèvres, il dardait sur Ji Hoon un regard malicieux. Sa main libre chercha l'une des siennes pour l'obliger à le suivre jusqu'à la cuisine. Ses doigts se mêlèrent aux siens, déterminés à ne pas le lâcher. « Tu dois absolument tout goûter ! » Haruto observa tour à tour les plats qu'il avait préparé, se demandant par quoi ils pourraient bien commencer. Sa main toujours obstinément accrochée à la sienne, il posa la cannette de bière pour libérer la seconde. Son regard tomba sur la farce des baozis qui restait. Il y plongea son index, avant de se retourner vers Ji Hoon. De son pouce, il l'obligea à entrouvrir les lèvres, avant de glisser malicieusement son doigt entre elle. « Goûte-moi ça. ~ » Haruto se pencha pour embrasser le coin des lèvres de son amant, capturant le peu de farce qui s'y était logé. « Comment se débrouille ton découper de légumes ? » Dans ses grands yeux brillaient incontestablement une lueur malicieuse. Le Japonais était fier de lui. L'embrassant une dernière fois, il le lâcha enfin, vérifiant que ses plats n'étaient pas encore brûlés. Il avait pris soin de baisser le feu au minimum, mais un accident était vite arrivé. « Dis, tu ne m'as jamais vraiment dit comment vous fêtiez Noël, à Seokgyo. » Puisque Ji Hoon était toujours resté vague sur sa famille, et que depuis son retour, Haruto ne lui avait pas vraiment posé la question. Levant timidement son regard vers lui, il lui tendit ses baguettes avec lesquelles il avait attrapé un morceau de bœuf mariné. Un sourire charmant et charmeur aux lèvres, Haruto patienta. Il ne souhaitait pas rappeler des souvenirs douloureux à son homme. Mais il voulait indéniablement tout savoir sur Ji Hoon. Tout comme ce dernier savait tout sur lui.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 30 Déc - 18:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voir Haruto appelait toujours en lui des pulsions qu’il assumait désormais totalement. Son meilleur ami avait un charme auquel il avait toujours été plus ou moins sensible sans jamais oser se l’avouer depuis longtemps. Il était beau, grand, avec un sourire terriblement attirant, de grands yeux étincelants qui le fascinaient, le captivaient. Son corps était parfait à son sens. Des muscles joliment dessinés sur son torse, des bras fabuleux, et de longues jambes fines et arqués. Il adorait chaque parcelle de Kamiya Haruto alors qu’il était censé être en tout point opposé à ce que sa sexualité basique souhaitait trouver. Il l’attirait, il l’aguichait, c’était presque indécent de lui plaire autant. Ji Hoon peinait à réaliser combien les choses avaient changé en si peu de temps, combien il s’était menti pendant toutes ces années, alors que c’était juste tellement évident, que ce qui les unissait était plus fort qu’un banal sentiment d’amitié. Il savait que ce n’était pas facile. Aimer Haruto, vouloir rester à ses côtés pour toujours lui plaisait, mais cela ne plaira probablement pas au restant de leurs familles.  Il y pensait souvent, aux mots prononcés par Haruka, son envie si pressante de voir son fils se marier, avoir des enfants, une famille… Ce qu’ils ne pouvaient pas réellement avoir. Ça lui faisait un peu de mal aussi. Mais son amour pour Haruto était plus fort que tout ça. Que ses peurs, que ses doutes. Il savait qu’il pouvait continuer comme ça, taire les projets un peu brouillons qu’il s’était fait dans sa tête.

Donc, désormais, il réalisait parfaitement combien il lui plaisait, combien il l’aimait et combien il n’avait aucune peine à envoyer balader la vie qu’il s’était imaginé pour vivre cette histoire fabuleuse avec Haruto, avoir cette proximité incroyable, cette complicité unique. Ils étaient faits pour être ensemble, Ji Hoon le savait. C’était étrange. La personne faite pour lui était un homme, une personne du même sexe. Son meilleur ami. Il aimait la relation qu’ils avaient, il aimait l’amour qu’ils partageaient. Il aimait tout ce qui les caractérisaient désormais. Leurs baisers, leurs caresses, les conversations qu’ils avaient jusqu’à tard le soir, les messages qu’ils s’échangeaient tout au long de la journée, les appels, parfois longs, parfois furtifs, qui caractérisaient les journées où ils ne se voyaient pas. C’était la relation rêvée. Ils étaient meilleurs amis, partageant des fous rires, des sortis, des conversations sérieuses et parfois un peu stupide, toujours là l’un pour l’autre. Et avec tout ça, ils étaient en couple, une relation amoureuse, taquine, tendre, passionnée. C’était parfait. Tout le monde rêvait que son compagnon soit son meilleur ami. Et eux, ils avaient cette chance. Une bénédiction des dieux.

Ses fantasmes étaient un peu varié, parfois un peu trop osé mais l’idée de les échanger avec lui l’excitait beaucoup trop. Il sourit, soufflant doucement contre ses lèvres. « Faudra qu’on prenne le temps de se les raconter… » Il vint sensuellement mordiller la lèvre d’Haruto, finissant par la relâcher avec malice. « Peut-être même de les appliquer. » Cette idée l’émoustillait beaucoup trop. Ji Hoon devait se calmer. Haruto avait préparé un repas qui semblait tout simplement délicieux, il devait se tenir jusqu’à avoir manger. Ils avaient tellement de temps à rattraper, qu’on lui pardonne son empressement. Haruto était tellement sexy, tellement délicieux. S’il avait pu y goûter plus tôt, il aurait pu réaliser à quel point. Pour rien au monde il ne voudrait retourner à cette triste époque où il ne pouvait pas sensuellement se blottir contre lui, sentir ses doigts sur son corps, ses lèvres sur sa peau. Jamais il ne voudrait connaître l’éloignement avec lui. ils devaient rester ensemble. Quoiqu’il arrive.

Goûter ses plats lui faisait envie. Il avait si souvent répété à Haruto de cuisiner plus sainement, plus varié, combien c’était important. Il voulait l’encourager dans cette direction. Souriant toujours, il hocha la tête avant de retourner dans le salon. Se coller à lui semblait être une bonne option. C’était noël, leur soirée rien qu’à eux. En amoureux. Il observa les décorations, riant un peu. Que Haruto les ait installé lui faisait vraiment plaisir. Ça lui plaisait beaucoup. « C’est joli comme ça. » Très beau. C’était chaleureux. Très chaleureux. Encore plus que ça ne l’était déjà d’ordinaire.  « C’est pas pareil que Kimyaki », répondit-il après son baiser. Il plissa le nez, un peu taquin ensuite. Il n’était pas aussi mignon que Haruto. Encore moins que Kimyaki. Chacun ses rôles, ce n’était pas le sien. Il préférait être le sexy du couple, ça lui allait bien mieux.

Se collant à Haruto après sa déclaration, il rit un peu. Assumer ses responsabilités. A nouveau, il piqua un baiser, allant se blottir davantage contre lui. Gay, oui. Très gay. Mais Ji Hoon ne pouvait pas regretter, il était juste très heureux près de lui, contre lui. « Je les prends. Par solidarité, je veux bien l’être avec toi. » Ses lèvres se posèrent sur sa joue, riant encore un peu. Oui, quelle solidarité. Fou amoureux, par solidarité. Se décollant de lui pour les photos, il ne pouvait enlever ce sourire béat de ses lèvres. Jamais il ne s’était senti aussi heureux auparavant. Son visage reflettait tout ce bonheur sur les clichés que prenaient Haruto. Et il ne pouvait empêcher ses lèvres de rester coller aux siennes alors qu’il l’embrassait devant ce téléphone. Après avoir baisser son bras, ses mains se posèrent sur ses joues, l’attirant plus près pour manger ses lèvres à son aise. Il aimait tellement l’embrasser, il aimait tellement quand Haruto l’embrassait. Il ne s’en lassait pas. Et comme toujours, il n’arrivait pas à s’arrêter, en demandant toujours comment il allait faire pour le libérer. Impossible. Si, il le devait. Lâchant un petit reproche pour la forme. Il ne lui en voulait pas. Evidemment. Mais c’était trop de tentations ce soir pour lui.

Ses excuses, il ne les pensait pas. Surtout, pourquoi lui ferait-il subir ça ? Le manger. Oui. Oh oui. Oh que oui. Il en avait tellement envie. Encore plus quand il l’embrassait de la sorte, quand ses lèvres se glissaient dans son cou après être passé par sa mâchoire. Un léger gémissement frustré quitta ses lèvres quand il s’arrêta, laissant juste ses lèvres contre sa peau. Torture. Et il se redressa, l’abandonnant là. Cruauté à l’état pur. Pinçant les lèvres, il regarda Haruti, prenant sa bière pour boire rageusement une gorgée. Il était sans cœur. Mais sa frustration n’était pas assez forte pour ne pas prendre sa main et le suivre dans la cuisine. Tout goûter. C’était surtout lui qu’il avait envie de goûter. Il observa les gestes du Japonais, s’amusant de le voir prendre un peu de farce sur son doigt, Ji Hoon ouvrit la bouche sans rechigner, suçant doucement le doigt qui lui faisait goûter la farce. Il ne fallait rien laisser. Et regarder Haruto droit dans les yeux alors que sa langue s’occupait de bien nettoyer, un peu plus longtemps qu’il ne devrait avant de relâcher dans un parfait sourire. « Délicieux. » Il ferma les yeux quand il déposa ses lèvres au coin de ses lèvres, s’accrochant un peu à lui. « Il se débrouille très bien. On pourra peut-être vraiment ouvrir ce restaurant un jour ? » Ji Hoon en avait très envie. Il voulait ce restaurant, tenu par lui et Haruto. Ce serait parfait, ils seraient parfaits. Un rêve qu’ils concrétiseront un jour, il voulait y croire. « J’ai hâte de goûter le reste. »

Noël. Ça n’avait jamais eu autant d’importance que pour ce soir. Et la question d’Haruto le laissa un peu songeur. Au fond, il ne savait pas trop quoi répondre, il resta simplement silencieux un instant avant de hausser les épaules. « Rien de particulier. Mon père est chrétien, mais il fêtait pas trop ça, il était pas vraiment pratiquant. Pour ma mère, ça signifiait pas grand-chose, du coup c’était un jour comme un autre, on regardait parfois des films de noël. » Pinçant les lèvres, il réfléchit à nouveau, s’appuyant contre le mur derrière lui. « C’est surtout dans les grandes villes qu’il y a des trucs sur noël. C’est un peu comme au Japon, plus un truc de couple que de famille comme chez les occidentaux. »  Et ça lui paraissait mieux comme ça. Il aimait passer noël avec Haruto, se dire que ce jour était spécial juste pour eux. Pour leur couple, pour leur amour. « Ta famille faisait quelque chose de particulier ce jour-là ? Un peu comme les occidentaux. » Il devait arrêter avec les occidentaux, il trouvait juste qu’ils étaient tous bizarres. Du coup, les fêtes qu’ils célébraient aussi. « Noël, je préfère le passer avec toi. C’est la première fois que j’ai l’impression que ça veut dire quelque chose. » Quelque chose de fort, de doux. De merveilleux. C’était un noël magique parce que Haruto était là avec lui ce soir. Qu’ils passaient cette soirée ensemble, en amoureux. Sans se soucier du monde autour, sans se plier aux coutumes. Juste eux. Terriblement heureux.


Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 31 Déc - 3:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

De fantasmes avec Ji Hoon, Haruto en avait bon nombre. Certains qu'il n'oserait même pas énoncer à haute voix au principal concerné. Du moins, pas comme ça. Parfois, il fallait savoir préparer le terrain. Un jour peut-être – ou plutôt un soir – il lui en parlerait. Pour le moment, le Japonais préférait profiter de cet instant tout aussi tendre que sensuel. Il aimait un peu trop quand son homme lui mordillait la lèvre. Comme si toutes les attentions de ce dernier pouvaient l'émoustiller – ce qui devait sûrement être le cas, d'ailleurs. Ce n'était en soi pas si compliqué, de s'imaginer chaque matin un nouveau fantasme. Parfois même deux, ou trois. Cinq. Ji Hoon exacerbait l'imagination du psychiatre. Il n'avait besoin de ne penser qu'à lui pour que celle-ci s'affole, de rien d'autre. Ce n'était rien de mal, au contraire. Que du bien. Un peu trop. Certaines fois, il se faisait rougir tout seul. Chez lui, dans son intimité, tout allait bien. Mais s'il laissait son esprit vagabonder durant ses pauses, à l'hôpital, c'était autre chose. C'était assez déroutant, lui ayant été plutôt discret et timide lors de ses relations précédentes, tout en retenue. S'il n'avait jamais vraiment été un compagnon démonstratif, il n'en avait pas moins été un amoureux attentionné et un amant passionné, lorsqu'il l'avait fallu. Cependant, aujourd'hui, Haruto se rendait compte que ce n'était rien à côté de ce qu'il vivait avec Ji Hoon.

Le Japonais ne se sentait pas particulièrement différent, du moins, il savait qu'il n'avait pas changé. Non, Ji Hoon l'avait révélé. Et il ne parlait là pas uniquement de sexualité, qui n'était qu'une partie de sa nouvelle vie. Grâce à son amant, Haruto se sentait pleinement vivant, épanoui. Il savait bien que ce n'était pas encore complètement parfait, ils vivaient encore un peu cachés, malgré l'audace dont ils avaient fait preuve à Ginza. Pour le moment, ça lui convenait tout à fait. Ils ne devaient rien précipiter. Les dires de sa mère le leur avaient confirmé ce qu'ils redoutaient, leurs familles n'étaient pas encore prêtes à les entendre faire leur coming-out. La grande question demeurait cependant, persistante ; le seraient-elles seulement un jour ? Rien n'était moins sûr. Et pourtant, Haruto voulait y croire, peut-être naïvement. Il espérait de tout cœur que sa mère ne lui en voudrait pas trop, qu'elle accepterait Ji Hoon. Surprise, il n'était pas que son meilleur ami, mais après tout, ne souhaitait-elle pas que son bonheur ? Parce qu'indéniablement, Ji Hoon le rendait heureux. Comme en  témoignaient ce stress mêlé à cette excitation qu'il avait ressenti durant toute cette journée un peu spécial, à vouloir préparer les meilleurs plats pour son petit-ami. Ou simplement ces derniers jours, alors qu'il décorait son appartement aux couleurs de Noël. Que cela plaise à Ji Hoon lui faisait bêtement plus plaisir encore. Et c'était avec un bonheur étalé sur le visage qu'il se lova contre lui, acceptant le compliment d'un sourire charmeur. Il trouvait ça joli, c'était bien tout ce qui comptait. Rien à la remarque de son Coréen, Haruto ne put qu'approuver. Kimyaki, c'était différent, hors compétition.

Son bichon lui manqua un peu, mais il se consola en se disant qu'il le verrait le lendemain. Là, ce serait leur soirée à eux, en amoureux. Ils en passaient de nombreuses ensemble, mais celle-ci lui paraissait toute particulière. Peut-être que ce n'était qu'un coup commercial, une excuse pour se goinfrer de poulet frit, pour acheter des cadeaux qui plairaient ou pas, pour que l'occident s'immisce un peu plus dans leurs coutumes. Peut-être que ce n'était pas si spécial que ça. Et ça ne l'avait jamais vraiment été. Du moins, jusqu'à aujourd'hui. Là, blottis l'un contre l'autre sur ce canapé, Haruto se sentait extrêmement bien. Même quand Ji Hoon plaisanta, puisque ça ne révélait que mieux leur complicité. Meilleurs amis, amants, ils combinaient les deux en une fusion parfaite. Le cœur du Japonais palpitait délicieusement, et pour rien au monde il ne pourrait regretter tout ça. « Ça tombe bien, je ne veux l'être qu'avec toi. » Justement, c'était bien là toute la particularité de leur relation. Jamais Haruto ne se serait imaginé tomber irrémédiablement amoureux d'un homme. Et il avait l'intime conviction que ce ne pouvait être un autre que lui. Il ne tomberait plus amoureux, l'amour de sa vie s'appelait Ji Hoon. C'était ce Sino-Coréen aussi dragueur que drôle, aussi narcissique que mignon. Son homme à lui, le seul et unique. Ses lèvres trouvèrent les siennes, alors qu'il se faisait une nouvelle fois cette réflexion qui ne cessait tout autant de le surprendre que de le rendre euphorique. Un tel amour lui donnait le vertige, mais agrippé à Ji Hoon, Haruto n'avait plus peur. Ils s'étaient trouvés, pour ne plus se lâcher.

Pour les cartes de vœux façon coming-out, ils attendraient tout de même un peu. Haruto ne réagit pas vraiment, ne se sentant pas encore tout à fait apte à plaisanter là-dessus, lui qui avait pourtant réussi à rassurer Ji Hoon, après leur rencontre avec Haruka. Pour toute réponse, il lui frappa gentiment le bras, retrouvant son sourire dans son baiser. Le Japonais se laissa embrasser, se délectant des lèvres de son homme sur les siennes, de sa langue caressant la sienne. Il se pencha en avant, alors que Ji Hoon l'attirait vers lui. Ses lèvres trouvèrent bientôt sa peau, appréciant son parfum. Il devait se tenir. La soirée venait à peine de débuter, et un repas qu'il espérait délicieux les attendait. Aussi, Haruto rassembla tout son courage pour se décoller de son homme, puis de se redresser. C'était mal, il le savait, le constatait. Il se rattraperait, trouverait bien un moyen. Dans la cuisine, cependant, le Japonais retrouva bien rapidement son petit côté taquin. Comme le reflétait le sourire qu'il arborait alors que son doigt approchait les lèvres de Ji Hoon. Sa langue passa entre les siennes, en le voyant suçoter son index de façon si indécente. Ses incisives se plantèrent dans sa lippe, alors que son regard ne décrochait pas du sien. Un mince sourire vrilla le coin de sa bouche. Celle-ci brûlait de lâcher cette réplique, la gardant pour lui ; allumeur. « Ce serait merveilleux... » Ce serait concrétiser un beau rêve qu'ils faisaient ensemble depuis un moment déjà. Un de leurs nombreux projets farfelus qui se réaliserait. « Tu verras que je fais tout pour, en tout cas ! » Même si Haruto avait conscience que c'était loin d'être aussi facile.

Noël, et ce statut si particulier que tenait cette fête en Asie. Le Japonais se retrouvait curieux de savoir comme la famille de son petit-ami l'avait fêté, jusque-là. Il se rendait compte, alors que Ji Hoon commençait à lui répondre, que sa question pouvait peut-être raviver de douloureux souvenirs. Il l'écouta répondre en silence, alors que la baguette qu'il tenait en main s'affairait dans la poêle. Il eut un sourire attendri en s'imaginant un Ji Hoon encore enfant, installés aux côtés de sa mère, à regarder des téléfilms de Noël. Ça lui rappelait un peu étrangement à quel point leurs enfances avaient été différentes. En voyant son homme aujourd'hui, Haruto avait encore un peu de mal à se rendre compte des difficultés que celui-ci avait connu. Qu'il connaissait encore. Et plus que jamais, il voulait être présent pour lui. « Un truc de couple. » Un large sourire malicieux étira ses lèvres, alors que ses yeux se posaient sur Ji Hoon, une lueur taquine qui y brillait. Ils formaient réellement un couple, et la réalité le faisait toujours sourire bêtement. Ils avaient pu faire semblant de ne pas le voir, de se dire ne pas vouloir mettre une étiquette sur leur relation, ce fait restait indéniable. Ils formaient un couple. Et un sacré beau couple. Aussi différents que complémentaires, aussi amis qu'amoureux. A la question de Ji Hoon, Haruto baissa le feu, posa ses baguettes, s'essuya rapidement les mains à un torchon, et s'appuya de l'une d'elles sur le plan de travail, semblant plongé dans sa réflexion alors qu'il surveillait sa viande du coin de l'œil. « Oui, plutôt comme les occidentaux. Depuis l'année de naissance de Haruno, en fait. » Malgré lui, le grand-frère eut un sourire tendre. « Nous, on l'a plutôt pris pour une nouvelle lubie de maman, au début. Finalement, on a adopté cette fête. » Encore une fois, le contraste entre les Lee et les Kamiya lui sautait aux yeux. Quand sa propre mère se plaignait de recevoir un aquarium à Noël, celle de son meilleur ami ne possédait sûrement pas une somme pareille pour un achat superflu.

La déclaration de Ji Hoon accéléra les battements joyeux dans sa poitrine. Ses dents apparurent dans son large sourire. « Pour moi aussi, tu sais... » S'approchant de son homme, Haruto lui caressa la joue, avant de lui voler un baiser. Ses bras autour de ses hanches, Haruto colla son front au sien. « On a eu des vies opposées, hein ? » Affirmant sa prise, son nez frotta doucement le sien. « Mais ce sont toutes ces circonstances qui ont fait qu'on se soit rencontrés. » Tout ce qu'il avait vécu et traversé, tout ce qu'ils étaient. « Je suis tellement heureux que ma route ait croisé la tienne... » Et ils continueraient leur chemin à deux. « Joyeux Noël, mon amour. » Son rire ému effleura les lèvres de Ji Hoon, avant que les siennes ne les capturent à nouveau. Poussant un soupir de bienheureux, Haruto déposa encore deux petits baisers sur ses lèvres, avant de le lâcher lentement. « Aide-moi à préparer la table, tu veux ? » Il lui sourit malicieusement, avant de se mettre à la tâche. Ils mangeraient au salon, sur la table basse. Haruto faisait des allers-retours un peu pressé, se chargeant de présenter les plats le plus joliment possible. Et une fois que tout fut prêt, il chercha la bouteille de champagne apportée par Ji Hoon, retournant alors auprès de lui, tamisant les lumières sur son passage. Une fois la lumière baissée, la lumière vacillante de quelques bougies discrètes se firent remarquer. Un petit sourire au coin des lèvres, Haruto s'installa en face de son petit-ami, lui tendant la bouteille pour qu'il les serve. Sa main se saisit de la télécommande, cherchant une chaîne bien spécifique. L'écran projetait une vidéo tournant en boucle d'un feu de cheminée, baissant le volume presque au minimum, le Japonais abandonné la télécommande pour reporter son attention sur Ji Hoon. Un rire un peu embarrassé lui échappa. « J'en fais trop ? » Passant une main timide sur sa nuque, il pouffa de lui-même. « Pourquoi tu me rends encore si nerveux ? » Son regard brillant glissa dans le sien. « J'ai l'impression de vivre notre premier rendez-vous... » Et c'était loin pour lui déplaire, à lui qui ne cessait de tomber amoureux, encore et encore. Du même homme, pour toujours.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 3 Jan - 1:21

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Cette soirée devait être magique comme ce serait la première d’une longue série. Leur premier noël en couple. Ensemble. C’était un peu trop excitant. Il se sentait vraiment comme un adolescent. Son premier amour, la première fois qu’il célébrait une fête de couple avec la personne qu’il aimait. C’était bizarre, amusant. Fascinant. Il se sentait si bien avec lui. Il se souvenait avec frustration de ces soirées qu’ils passaient, sans se toucher. A sentir son cœur battre comme un fou sans comprendre. A avoir envie de l’embrasser, tout au fond de lui et réprimer de toute ses pulsions. C'était tellement étrange. Désiré une personne et ne jamais s'avouer qu'on la désir. Avidement, terriblement. Il en était amoureux depuis si longtemps. Il repensait à ces années de mensonges, presque en souriant. Il était tellement obnubilé par ces petites affaires, par les femmes de passage. Jamais il n'aurait imaginé pouvoir aimer un homme. Quelqu'un du même sexe que lui, qui partageait ses aspects physiques. Il aimait tellement les femmes ! Si fort qu'une ne pouvait pas lui suffir. Ji Hoon avait besoin de pleins de conquêtes, plus belles les unes que les autres. Si elles étaient riches, c'était mieux. Beaucoup mieux ! Il les aimait belles, sexy, et très riches. Il s'en foutait, qu'elles soient gentilles, drôle, intelligentes, avec une superbe personnalité. Il s'en foutait totalement, ce n'était pas ce qu'il cherchait. Il cherchait de beaux cadeaux et de beaux corps, de quoi se vider corporellement et se remplir monétairement.

Mais ça avait changé. Parce qu'il avait réalisé qu'il pouvait bien se taper toutes les filles qu'il voulait, ça ne remplacerait pas ce qu'il ressentait avec Haruto. C'était différent, plus intime, plus fort. Il ne parlait pas uniquement de sexe, mais d'absolument tout. Ils étaient plus proches. Ils pouvaient passer des heures coller l'un à l'autre à se parler, se câliner, s'embrasser... Jamais il n'aurait cru ça possible. Juste ça. Et ça lui convenait parce que c'était lui, parce qu'il voulait l'écouter lui parler, il voulait entendre son rire chatouiller ses oreilles, admirer ses belles dents blanches, froncer les sourcils quand il racontait quelque chose qui l'avait blessé par le passé. Simplement être là, avec lui, sans penser au monde autour, sans penser à ce qui pouvaient poser problèmes jusque là. Ils étaient si heureux maintenant. Cette année difficile touchait à sa fin, noël était la dernière étape et il était vraiment heureux que tout se termine. Si heureux de réaliser son amour pour lui, si heureux d'être enfin avec lui, dans ses bras dans lesquels il se sentait merveilleusement bien. Il n'y avait nulle part où il voudrait être. C'était simplement parfait. Contre lui, son coeur qui battait comme un fou près du sien.

Que Haruto cuisine pour lui l'émouvait un peu. Il connaissait son Japonais et ses petits problèmes pour cuisiner convenablement. Pourtant, depuis qu'il avait vécu un mois complet ici, ils cuisinaient souvent ensemble, tentant des recettes qu'ils trouvaient sur internet, les arrangeant selon leurs goûts, leurs envies. Ils aimaient bien ces moments. Parfois, quand l'un avait un peu la flemme, l'autre cuisinait et inversement. Ils avaient un certain équilibre. Depuis son retour de Taiwan, Ji Hoon avait l'impression qu'ils s'étaient encore davantage rapproché. Ils prenaient plus soin de leur relation. L'un de l'autre. Ils voulaient que ça marche, et Haruka ne pourrait rien y faire. Ça lui semblait encore si fragile, pourtant, leur relation était forte, il le savait. L'amour qui les unissait était solide et ce serait difficile d'essayer de les séparer. Ji Hoon voulait que ça marche, il était prêt à plein de sacrifice pour. Ca devait marcher entre eux. Il le voulait tellement. Quitte à abandonner certaines idées, quitte à faire des choses qu'il aurait trouvé improbable il y a peu. Quitte à suçotter son doigt de manière érotique en le regardant dans les yeux ? Non, ça, c'était juste du bonus. Les réactions de son amant lui plurent, en plus de l'aguicher mais il retrouva son sérieux une fois le doigt libéré de ses lèvres.

Un jour, ils auraient ce restaurant. Quitte à y travailler seul la plupart du temps et ne se faire aider de Haruto que lorsqu'il aura des moments libres ou simplement envie. Il ne voudrait pas réellement que son Japonais abandonne son métier de psychiatre. Haruto avait tant étudié, et il aimait ça, malgré tout. Ça lui plaisait, et ça le passionnait. Ji Hoon ne voudrait pas le voir abandonner. Mais il voulait voir se rêve se concrétiser avec lui. « J'ai vraiment hâte de goûter... » Un doux sourire orna ses lèvres qui capturèrent les siennes un instant.

Noël. En Corée du Sud, ce n’était fêté que par une minorité, il n’y avait que peu de décoration. Absolument aucune dans les petites villes et les villages. Plus jeune, il ne se sentait pas réellement concerné, mais avec le temps, c’était devenu un truc à faire. Comme la Saint Valentin. Si tu veux pouvoir tringler ta copine, sors la pour Noël. Tout simplement. Et ça avait longtemps eu uniquement ce sens. La naissance de Jésus, ça ne le concernait pas. Il était croyant un peu quand ça l’arrangeait, prétendait pratiquer sa religion mais il n’en avait pas grand-chose à faire quand ça ne l’arrangeait pas. Noël, c’était une fête de couple. Et depuis qu’il était avec Haruto, il voulait vraiment vivre cette soirée avec lui. Profiter de ce moment où eux seuls compteraient. Kimyaki serait bien avec eux également, mais le bébé bichon devait savoir que parfois, ils voulaient rester entre eux. Entre amoureux. Sans leur petit chien. Mais ils iront le chercher demain, l’air de rien. En se promenant à Odaiba. Sans arrières pensées. Et ils voudront entrer dire bonjour. Et Kimyaki allait pleurer en les voyant partir. Ils devront le prendre, bien sûr. C’était normal. Et rentrer avec. Ji Hoon écouta la fête de noël selon les Kamiya et il fut un peu surpris de la réponse. « Comme les occidentaux ? Vraiment ? » Est-ce qu’ils allaient à Disney aussi ? A ses yeux, les occidentaux allaient à Disneyland pour noël. Il rit un peu, trouvant ça mignon, les lubies de la mère Kamiya.

Voyant Haruto se rapprocher après sa soudaine déclaration, il posa maladroitement ses mains sur son torse, les faisant doucement glisser sur ses épaules puis dans son cou, son regard se levant dans le sien, son sourire tendre étira ses lèvres après qu’il l’ait embrassé. Des vies opposées. Ji Hoon haussa les épaules. C’était vrai, il le savait bien. Pourtant, ils arrivaient à se comprendre, à s’entendre. Tous les opposaient. Leurs vies, leurs passés, leurs origines, leurs croyances. Mais ce n’était pas un problème, ils arrivaient à s’y faire. C’était ce qui rendait leur couple aussi fort. Fermant les yeux quand son nez se frotta au sien, Ji Hoon vint se coller davantage à son homme, retrouvant son regard. Son cœur battait si vite à chaque mot prononcé. Ça le rendait si heureux, de penser exactement la même chose, de se dire qu’il était si chanceux d’avoir rencontré Haruto, d’être avec lui désormais. « Et moi alors… » Il ne pourrait pas être plus heureux qu’avec lui. Qu’en ce moment-même. Joyeux Noël. Le meilleur noël de toute sa vie. Riant bêtement, il glissa ses mains sur ses joues, répondant à son baiser, riant entre chaque baiser furtif sur ses lèvres. « J’y vais, oui. » Prenant verres et différents couverts pour la table, il les plaça sur la table basse du salon, le mieux possible pour qu’il puisse poser les plats tout à l’heure. Une fois satisfait, il regarda amoureusement les plats se poser devant lui. C’était beau et probablement bon. Il ne pouvait plus attendre.

La bouteille de champagne à la main, il l’ouvrit plus ou moins habilement, versant dans les deux coupes devant lui, il déposa le verre devant la place de Haruto. Son regard se tourna vers la télé allumée et il contint un petit rire. Un feu de cheminé ? Vraiment ? Il tourna la tête vers son homme, mordillant sa lèvre pour ne pas exploser de rire quand il lui demanda s’il en faisant trop. Haussant les épaules, il observa autour de lui. « Tu sais, c’est un peu notre premier vrai rendez-vous… Enfin, notre première fête d’amoureux. C’est notre premier rendez-vous officiel. Non ? » Riant gaiement, il attrapa ses baguettes, plantant un regard malicieux dans celui de son petit-ami. « Hyung, t’as fait assez à manger pour tout l’immeuble et t’as mieux ce truc à la télé. Bien sûr que c’est trop. » Pinçant les lèvres, il secoua doucement la tête, souriant amoureusement au beau docteur. « T’en fais toujours trop et ça me fait toujours tomber plus pour toi. J’aime bien ça chez toi. » Plissant malicieusement le nez, il se redressa pour tirer affectueusement sa joue, retournant sagement à sa place, il observa les plats devant lui. Ils avaient l’air tous plus délicieux les uns que les autres. Seulement l’embarras du choix pour commencer. « Je peux commencer ? Je sais pas où commencer… » C’était difficile. Il approcha ses baguettes du kimchi, s’arrêtant pour aller vers le poulet. Tout avait l’air si bon. Tout sentait si bon. Pourquoi Haruto devait le torturer même comme ça. Regardant Haruto d’un air prétendument énervé, il retourna à son choix. « Tout a l’air si bon… » Il se décida pour le poulet, le portant à ses lèvres.

« Mmmh ! Si bon ! Vraiment, vraiment bon. » Fronçant les sourcils, il agita ses baguettes. « Ah ! Bon ap’ ! » Il avait furtivement joint ses mains avant de prendre un peu de kimchi. Délicieux, lui aussi. Moins que celui de sa mère, mais il était délicieux quand même. « Ahhh ! Finalement j’ai réussi à faire de toi l’épouse Coréenne parfaite. » Riant comme le dernier des idiots, ce qu’il était indéniablement. Un idiot follement amoureux. « Mon cœur bat encore plus vite maintenant. Je suis genre… Je sais pas comment dire… C’est plus de l’amour, c’est encore au-dessus. Plus au-dessus encore ! » Tomber mille fois amoureux, mille fois plus fort. Picorant un peu ici et là, il ne pouvant s’empêcher de s’exclamer d’extases. Peut-être que son cœur amoureux rendait tout meilleur, qu’il aimait les plats de Haruto plus qu’il ne l’aurait fait avec une autre personne. Mais c’était cuisiné pour lui, juste pour lui. Et ça le rendait heureux de manger tout ça. Ce que l’amour de sa vie avait fait pour lui. « Alors. C’est notre premier rendez-vous. Imagine, si c’était vraiment le premier… » Il sourit un peu, prenant le verre de champagne à la main, il le leva vers lui. « Alors… Haruto… A notre rencontre. J’aurais pas pensé tombé sur un homme aussi charmant que toi dans une réunion d’alcoolique anonyme. » Le roleplay, ce n’était pas pour lui. Vraiment pas. Pas du tout. Il fronça les sourcils en s’en rendant compte. Prenant le verre à ses lèvres après avoir trinqué, il se rattrapa : « Ce truc sans alcool est délicieux, tu trouves pas, Haruto ? » C’était bizarre de l’appeler comme ça par son prénom, mais ça l’amusait probablement trop. Continuant à manger sans gêne, il ajouta : « Je suis un peu nerveux, j’ai jamais dînner avec un homme si beau. Enfin, un homme qui n’est pas moi. Parle-moi un peu de toi ! Au final, j’en ai pas appris beaucoup à la réunion. » Amusé, il leva les yeux vers lui. son premier rendez-vous avec Haruto. Comme si tout s’était passé dans un cheminement plus ou moins classique. Tout du moins, sans quatre longues années de dénies. Il était certain que leur amour n’aurait jamais pu devenir aussi fort sans ça. Son cœur ne battrait pas si follement. Ils ne seraient pas si heureux.

Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 3 Jan - 23:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Haruto aimait les soirées passées avec Ji Hoon. D'une manière générale, il disait qu'il les aime toutes, mais quand il y réfléchissait plus longuement, il y en avait bien certaines qui dépassaient les autres. Ces moments précieux qu'il avait passé avec celui qu'il avait considéré comme son meilleur ami sans jamais comprendre pourquoi, ou comment. Eux qui étaient si différents. Lui qu'il aimait si fort, aujourd'hui. Ils avaient fait tant de projets, parfois lancés sur le ton de la plaisanteries sans arrière pensées, d'autres qui s'enracinaient obstinément dans son cœur, et qu'il espérait secrètement voir se réaliser un jour. Comme ce restaurant qu'ils tiendraient tous les deux. Parfois, lorsqu'il se laissait glisser dans ses pensées, le Japonais se surprenait à rêver sincèrement de cette vie-là. Ji Hoon et lui, tenant un tout petit établissement, ça suffisait pour commencer. Quelques tables à peine, puis la réputation aidant, ils en acquerraient un second, un peu plus grand, toujours familial. Si Liang souhaitait les aider à gérer leurs finances, il ne serait pas contre. Maintenant que ses sœurs devenaient de plus en plus connues à travers le pays, il ne pouvait plus vraiment les proposer comme serveuses. Ce serait son rôle à lui, alors. Ji Hoon cuisinerait les meilleurs plats coréens de tout le quartier – non, de la capitale. Du pays. De son côté, le psychiatre mettrait sa carrière entre parenthèse, le temps d'une année sabbatique, puis pourquoi pas se mettre à son compte ? Il s'arrangerait lui-même avec les horaires, et tout le reste. Ça pourrait marcher, Haruto voulait y croire.

Parler de Noël ne le rendait pas vraiment nostalgique. Cela restait des bons souvenirs, mais il n'y avait jamais réellement trouvé d'intérêt. Même à l'adolescence, à l'heure des premières amours. Parce que le jeune Kamiya avait toujours été un amoureux timide. Un amant attentionné, mais plutôt gauche lorsqu'il fallait dévoiler ses sentiments, ou même les montrer. Il n'avait jamais su correctement faire. Cependant, ce soir, Haruto ne voulait gâcher cette soirée qui devenait si spéciale, depuis que Ji Hoon et lui formait un couple. Il y pensait depuis un moment, passer Noël avec son homme. Et tous les jouets du monde qu'il avait pu recevoir, enfant, n'égaleraient le bonheur de la simple présence de Ji Hoon. Hochant la tête pour réaffirmer ce qu'il venait de lui avouer, Haruto se gratta distraitement la joue, avant de préciser. « Enfin, si tu enlèves tout le côté religieux, oui. Ma mère s'approprie les traditions occidentales à sa manière. » Un petit rire lui échappa. « Tu auras constaté que ma mère adore les cadeaux. Elle aime beaucoup en faire aussi, en contrepartie. Mes sœurs et moi ne pouvons nous plaindre. » Il pinça les lèvres. « Surtout Haruno. » La petite princesse de la famille. « Puis c'est devenu la fête des amoureux, en grandissant. » Et ça n'avait jamais eu à ce point un sens que ce soir. Contre l'amour de sa vie, celui qui faisait battre son cœur à un rythme jusqu'alors inconnu, bercé par la petite mélodie du bonheur qui se jouait à chaque fois qu'ils étaient ensemble, rien que tous les deux.

Pour rien au monde Haruto ne souhaiterait changer leurs passés. Après tout, sans tout ça, ils n'en seraient sûrement pas là, aujourd'hui. C'était ce qui faisait la particularité de leur histoire. C'était ce qui le rendait si heureux de se coller à Ji Hoon, de l'embrasser tendrement, de frotter amoureusement son nez contre le sien. Il l'aimait tellement. Son cœur tambourinait contre sa poitrine, comme si c'était la première fois. « Merci. ~ » Ses mains glissèrent lentement sur son corps, prêtes à le lâcher, mais s'égarant sur les fesses de son homme, un petit sourire coquin au coin des lèvres. Il devrait arrêter, il le savait bien. Il n'avait pas préparé tout ça pour rien, après tout ! Se lançant à lui-même le défi de se tenir, Haruto se calma dans la cuisine. Il serait sage, du moins, pendant la première partie de la soirée – le dîner, donc. Ji Hoon l'aguichait trop pour rester prude toute la nuit. D'abord le repas ! Apportant un à un les plats dans le salon, il s'installa finalement près de Ji Hoon, après avoir allumé sa télé, branchée sur une chaîne spéciale. Un feu de cheminée permanent. Il était tombé dessus complètement par hasard, et avait trouvé l'idée superbe. Mais il voyait bien que ça n'émerveillait que lui, et il se sentit bien stupide en apercevant l'expression de son petit-ami. Son regard se noya dans les bulles de champagne. Pourquoi le Coréen le rendait-il si nerveux ? Ce n'était pas leur première soirée en amoureux, pourtant, c'était tout comme. Relevant les yeux vers lui, Haruto approuva d'un hochement de tête timide, un sourire aux lèvres. « Hé ! » Faisant mine de bouder un peu, le Japonais ne put contenir son expression amoureusement attendrie, à la suite des paroles. Il était étrangement fier de lui, pour le coup. Entendre Ji Hoon lui avouer qu'il tombait encore amoureux de lui le rassurait même un peu. C'était réciproque, plus que jamais. Aussi se contenta-t-il d'abord de rire, quand il lui tira malicieusement la joue. « C'est tout à fait mon plan. Que tu m'aimes pour toujours ! » Lui ? Il était déjà perdu depuis bien longtemps.

Se saisissant de ses baguettes, Haruto rit sous cape en le voyant hésiter. Il espérait sincèrement que c'était bon, ne voulant absolument pas le décevoir. « Le poulet, c'est ce que j'ai le mieux réussi, je crois ! » Lèvres pincées sous l'appréhension du verdict, il ne put retenir un soupir de soulagement, à la réaction de son homme. Un éclat de rire lui échappa, sortant à son tour la formule d'usage, avant de s'autoriser à goûter à son tour. Ce n'était pas très modeste, mais ce que c'était bon ! Il manqua cependant de s'étouffer à la réalisation soudaine de Ji Hoon. Toussotant un peu, Haruto tenta de lui donner un petit coup de pied sous la table. Mais entendre le rire de son Coréen le rendait un peu trop joyeux pour lui en vouloir, et il se mit à rire avec lui. « Je n'ai plus qu'à attendre que tu m'épouses, maintenant. » Ses yeux se baissèrent vers son assiette, alors qu'il piochait presque timidement dans le bol de kimchi. Haruto sentit une douce chaleur se diffuser en lui, alors que Ji Hoon lui faisait une nouvelle déclaration. Lentement, son regard profondément amoureux retrouva le sien. « C'est pareil pour moi, tu sais. A chaque fois je me dis que je ne peux pas t'aimer plus, tant ça me semble incroyable... Et je finis toujours par tomber à nouveau pour toi. Ça n'a pas de mot, c'est tellement... Fort, puissant, exceptionnel... J'ai du mal à le décrire. » L'amour véritable. Si peu de gens l'avaient connu, qu'ils n'avaient pas eu le temps d'inventer des mots pour en parler, tant c'était exceptionnel de le vivre. Autant le vivre à fond, puisqu'ils avaient cette chance, eux.

Haruto cligna bêtement des yeux, ne comprenant pas de suite ce à quoi Ji Hoon jouait. Il pouffa ensuite, surpris par cette idée soudaine, mais décida de jouer le jeu. Incertain, il attrapa sa coupe de champagne, la levant à son tour. S'imaginer leur premier rendez-vous... Deux anciens alcooliques anonymes ? « A notre rencontre, Ji Hoon ! » Le Japonais ne pouvait s'empêcher de rire un peu, portant le verre à ses lèvres. « Vraiment délicieux... » Ji Hoon l'avait un peu pris de court, et il se sentait légèrement stupide, trop amusé par la prestation de son homme. « Je suis heureux que tu aies accepté mon invitation, je fais rarement le premier pas. Mais il y a quelque chose chez toi qui m'a de suite attiré... Ton côté coréen, peut-être ? » Une nouvelle gorgée de champagne pour lui donner du courage, et Haruto se laissa porter. Posant son verre devant lui, il se pencha un peu au-dessus de la table, sa main se posant doucement sur la sienne. « Je n'ai jamais éprouvé ça pour personne, je suis un peu nerveux... » Ses doigts serrèrent sa main. « Je suis psychiatre, mais mon rêve c'est être découpeur de légumes. C'est une passion toute récente. » Un sourire taquin se dessina sur ses lèvres. « Qu'est-ce que tu veux savoir d'autre ? Je ne suis pas très doué pour parler de moi... » Une lueur malicieuse brillait au fond de ses yeux. De ses baguettes, il attrapa un morceau de bœuf qu'il glissa entre ses lèvres, sans quitter le Coréen du regard. « Et toi, alors ? Tu as l'air si mystérieux... » Haruto lui avouerait tout ce que Ji Hoon souhaiterait, même son profond amour pour lui. Il pourrait se perdre, dans ces petits yeux... Et ça, il se le disait depuis quatre ans au moins.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 4 Jan - 23:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ Haroon ♡

A strong energy of fate was attracted by my small instinct. This is only beating towards you, my violent heartbeat. I hope that this is the way to you. Twenty four, I hope that it’s all. I hope that this dream comes true. My day is you.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ji Hoon aimerait toujours Haruto. C’était peut-être naïf de penser ainsi, comme un adolescent qui s’imaginait finir sa vie avec sa première copine. Mais il savait que ça ne pouvait pas être autrement. Ils avaient mis du temps à réaliser, mais c’était là depuis bien longtemps. En y pensant, il y avait eu tant d’indices qu’ils n’avaient pas su voir. Tout en haut de cette montagne, quand, en regardant Haruto, il avait eu cette envie folle de venir poser ses lèvres sur les siennes une fois encore. Pour voir, pour tester. Pour le fun. Non, il en avait eu envie parce que Haruto l’attirait, lui plaisait. Il l’aimait, plus que comme un simple meilleur ami, c’était plus que ça, l’idée avait fait difficilement son chemin. Il s’était senti si mal en réalisant, en prenant tout à fait conscience de ça. Cette conversation skype l’avait bouleversé. Pourquoi ne parvenait-il pas à être heureux lorsqu’il lui annonçait avoir trouvé quelqu’un ? Pourquoi ne s’était-il jamais réjoui ? Il avait compris. Parce qu’il voulait qu’il soit avec lui, il l’aimait comme devrait l’aimer ces filles et il voulait que Haruto comme il était censé les aimer elles. Il se souvenait de son malaise, de sa gêne, son incapacité à réellement dire quelque chose. Il ne faisait que de penser à ça. A cette soudaine réalisation qui lui faisait si mal. Parce qu’il savait que plus rien ne serait comme avant. Qu’il ne pourrait plus agir avec Haruto comme avant. Qu’il sentirait son cœur battre quand le Japonais était proche de lui, quand il le toucherait, lui sourierait. Et il culpabiliserait, parce qu’il n’avait pas le droit de nourrir ce genre de sentiments pour son meilleur ami. S’il l’apprenait, peut-être qu’il lui en voudrait, qu’il le fuirait, qu’il dirait qu’il l’acceptait, mais qu’il s’éloignerait petit à petit. Peut-être qu’il lui dirait qu’il l’aimait aussi.

Au final, aucun scénario ne s’était produit comme il l’avait imaginé à l’époque. Ça avait été doux, mais assez violent. Ji Hoon s’en voulait de l’avoir fait souffrir, d’être celui qui avait pris peur, de lui avoir brisé le cœur. Il voulait le couvrir d’amour, encore plus, pour se faire pardonner d’avoir osé lui mentir, de ne pas lui avoir avoué qu’il était également amoureux de lui quand Haruto s’était confessé, de l’avoir embrassé comme un fou après ça, d’avoir joué avec ses sentiments. De lui avoir fait du mal, de lui avoir menti. Il s’en voulait tellement. Mais ce soir, il ne devait pas penser à tout ça. « Pas besoin de plan. Tu sais, je t’aimerai toujours. » Et ça ne pouvait pas en être autrement. Il l’aimerait quoiqu’il arrive, peu importe ce que l’avenir leur réservait. Il n’avait jamais été amoureux avant, il avait connu tellement de femmes différentes, de toutes les sortes, et jamais aucunes n’avaient su le captiver comme le faisait Haruto. Jamais elles ne l’avaient fait autant rire, autant rêver, jamais elles ne l’avaient rendu aussi heureux, aussi comblé. Il ne méritait pas tout ce bonheur, il ne méritait pas quelqu’un d’aussi parfait dans sa vie. Mais il voulait le garder égoïstement, il voulait vivre ce bonheur chaque jour un peu plus à ses côtés.

Tout était délicieux, Haruto s’était surpassé, c’était vraiment le meilleur. Ji Hoon ne savait plus où piocher, par quoi il avait envie de commencer. Tout l’aguichait, tout lui plaisait. Un peu comme chez son petit-ami. La parfaite épouse Coréenne. Presque un an qu’il lui avait sorti ça, sans réellement y prêter attention. Et voilà qu’il faisait son propre kimchi. C’était cliché et peu flatteur, c’était plus de la plaisanterie. Et sa réponse le fit lever doucement lever les yeux vers lui, un sourire au coin des lèvres. « On est déjà un peu marié, tu sais. » Pas sur les papier, rien d’administratif, mais ça faisait bien des années qu’ils ressemblaient à s’y méprendre à un couple marié depuis des années. Et cette pensée lui réchauffait le cœur. C’était comme se dire que tout ça était réel. La déclaration de Haruto le rendait un peu trop heureux. il devait l’aimer, toujours plus. Comme de son côté, c’était ce qu’il vivait. Il ne pouvait s’empêcher d’aimer son Japonais un peu plus chaque jour. « On peut pas trouver de mot, c’est unique, pas vrai ? Personne a jamais du connaître ça. » C’était si prétentieux. Mais il aimait se le dire. Que personne en dehors d’eux ne vivait ça. Que personne en dehors d’eux ne connaissait un amour aussi exceptionnel que le leur.

Si les choses s’étaient passé autrement, il ne voulait même pas l’imaginer. Ça ne serait pas si bien, pas aussi fort. Deux alcooliques qui se rencontrent lors d’une réunion. C’était la première idée qui lui était venue et il était un peu désolé envers lui-même. Normalement, c’était Liang qui élaborait les scénarios et lui qui les jouait. Il rit à son tour en voyant que cela amusait son homme, et surtout qu’il entrait visiblement dans le jeu. C’était donc lui qui avait fait le premier pas ? Intéressant. Et vrai, dans leur cas aussi. C’était lui qui l’avait réellement embrassé, qui lui avait avoué ses sentiments en premier. Prenant un air flatté, il fronça les sourcils, malicieux. « Tu recherches un peu d’exotisme ? »  Parce qu’il pouvait définitivement lui en apporter, du bel exotisme, du made in Korea comme on en rêve. « On dit que mon accent est sexy. » Et peut-être bien qu’il avait un peu exagéré son accent pour dire cette phrase, dévorant toujours le beau Japonais du regard, bien que ses baguettes ne cessaient de picorer tout ce qu’elles pouvaient attraper. Il sourit un peu à sa ‘’déclaration’’, écoutant attentivement les informations qu’il connaissait déjà. « Oh ! découpeur de légumes ? C’est pas commun. Tu sais, je veux tout savoir de toi. Absolument tout. » Ce qu’il ne connaissait pas encore, il voulait le découvrir. Il ne pouvait attendre d’entendre son Japonais se dévoiler totalement à lui. Même les détails insignifiants avaient de l’importance à ses yeux.

« Je suis pas si mystérieux. Je suis magicien. Je vole les cœurs des beaux Japonais comme toi, mais je pense pas te rendre le tien un jour. » Un petit rire quitta sa gorge, fier de bêtises qu’il racontait. « Je danse vraiment bien, je te ferai une démo après si tu veux. J’ai un chiot, Kimyaki. Un jour, je voudrais ouvrir un restaurant. Tu viendras m’aider ? » Il rit à nouveau, passant sa main dans ses cheveux. Le jeu l’amusait un peu trop. Comme s’ils étaient deux inconnus qui apprenaient à se connaître, qui ne connaissaient encore rien l’un de l’autre, qui se découvraient totalement. Il continua à manger sagement, laissant un léger silence s’installer. Cette soirée était parfaite, tout était parfait. Haruto savait comment préparer des soirées romantiques et, au fond de lui, Ji Hoon espérait être le premier à avoir droit à tout ça. Connaissant les talents de cuisinier de son homme jusqu’à il y a peu, il était prêt à parier que c’était le cas. « C’est délicieux, mais j’ai hâte qu’on termine le repas. » Son ton était nonchalant ponctuait ses mots alors qu’il mangeait tranquillement son riz. Haruto devait savoir ce qu’il sous-entendait. C’était vraiment très bon, il ne pouvait nier combien son cher et tendre s’était amélioré. Il était devenu un très bon cuisinier en peu de temps et Ji Hoon restait admiratif.

« Quand tu es venu m’aborder, j’ai pas vraiment écouté ce que tu disais… Tu m’en veux ? » Son regard se leva lentement vers celui du Japonais, le gardant encré dans le sien tout en continuant d’apporter les baguettes à ses lèvres. « J’arrêtais pas de penser à combien j’avais envie de glisser mes doigts dans tes cheveux… Je regardais tes lèvres bouger en me disant combien j’avais envie de les dévorer, j’avais envie de t’embrasser à en perdre mon souffle, j’ai jamais ressenti ça avant. Ta mâchoire est si bien dessinée, ton cou si divin, je veux pouvoir les embrasser, goûter la peau de ton cou. » Il gardait ce même ton neutre, laissant ses yeux se poser sur chaque partie de son corps qu’il évoquait. « Et tes oreilles… Les suçoter doucement, sensuellement jusqu’à les voir totalement rougir, les mordiller encore et encore. » Reprenant un peu de kimchi, il passa sa langue sur ses lèvres pour retirer la sauce qui s’y était perdu, son regard ne lâchant pas le sien. « J’avais envie de t’arracher tes vêtements un par un, de laisser mes mains se perdre partout sur toi, découvrir ton corps. Avec mes mains, ma langue… Partout… Voir ce qui te rendrait fou, ce qui te plairait… J’essayais de m’imaginer comment serait ton visage quand je ferais tout ça. Quand tu perdrais tout tes moyens quand ma langue se serait devenu plus intime avec toi. » Il devrait arrêter, vraiment, il devenait indécent. Et encore, il se contenait, il voulait détailler plus. Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres, ne pouvant s’en empêcher. C’était malin, il s’était un peu excité lui-même avec ses conneries et il se calma en buvant de longues gorgées de champagne. « Désolé, je suis un peu trop franc ? C’est plus fort que moi. J’ai vraiment hâte de finir le repas pour tout virer et t’embrasser. Qu’on fasse l’amour comme des fous toute la nuit. J’arrête pas d’y penser depuis ce jour-là, Haruto. » Peut-être bien que maintenant, il y pensait un peu trop, mais il reprit son repas comme si de rien n’était, comme si cette conversation n’avait pas eu lieu. « Tu veux encore un peu de kimchi ? Il est vraiment bon ! » A un premier rendez-vous, le beau Japonais aurait peut-être bien pris peur. Mais avec son sourire, Haruto pouvait tout lui pardonner. C’était ça, quand on aimait sincèrement.

Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.

    
 
you're my twenty four ♥♥ HAROON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [MM en direct de Baselworld 2011] - Kari Voutilainen Twenty-8
» 420 Four Twenty
» Twenty thousand streets under the sky ou la vie d'un bar londonien en 1930
» Girard Perregaux traveller
» Marilyn Monroe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-