Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 I'm Going To You - Yueko ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 16 Nov - 21:54
I’m Going To You - Ft. Yueko ♥️
나 지금 너에게 간다 조금만 기다려줘 날 너 아니면 안돼 난 안돼 난 안돼 너 아니면 안돼 난 안돼 난 안돼 난 너에게 간다 조금만 기다려줘 날 너 아니면 안돼 난 안돼 난 안돼 너 아니면 안돼 난 안돼 난 안돼 난 너에게 간다 날 보던 네 눈빛과 미소가 그 따스한 입술과 손길이 너무 그리워 너무 그리워

ça avait été son premier réflexe. Avant même qu’elle ne remarque les larmes sur les joues de sa meilleure amie, sa main s’était tendue pour venir presser doucement son poignet. Aux premières larmes, son pouce glissait déjà contre la peau de son aînée. Et si aucun son n’avait quitté ses lèvres, un sourire rassurant avait tenté de s’y former. Pourquoi la juger ? Pourquoi lui dire de ne pas pleurer pour ça quand elle-même… ses yeux étaient un peu trop brillants pour pouvoir nier qu’elle se serait volontiers laissée aller à la même faiblesse. Ce n’était pas vraiment son cadeau, c’était un peu bizarre dans le fond d’avoir le coeur qui se serre et d’être en même temps touchée par la réaction de son amie. Et pourtant, c’était un peu comme si elle y avait participé. Ce n’était qu’une déclaration officielle mais oui, pour elle aussi, sa Yue était un membre de leur équipe. Elle l’avait fait rentrer dans ce monde original qui pourrait faire peur à plus d’un. Combien avait envie de faire demi-tour en rentrant chez les Kotani ? C’était bruyant, la mer n’était jamais calme et il était compliqué de pouvoir se poser un moment pour se détendre.

Si pour elle c’était différent et qu’elle faisait du calme une véritable phobie, si elle était habituée depuis enfant, il était difficile de ne pas remarquer que certaines personnes cherchaient immédiatement les issus de secours en entrant dans l’appartement qu’elle avait occupé si longtemps avec ses frères.
Pourtant, comme souvent, la première fois qu’elle avait invité Yue, elle avait été un peu trop fière de la faire rentrer et de lui présenter sa fratrie. Parce que pour elle, sans vouloir jouer de fierté et faire comme si elle n’avait rien à envier aux autres, elle était l’une des personnes les plus chanceuses du monde. Alors oui, montrer à une personne qu’elle appréciait déjà un peu trop fort la “richesse” dans laquelle elle avait grandi, ça l’avait rendu heureuse. Voir que Yue s’y plaisait… elle n’avait sans doute même pas pris la peine de cacher son sourire. Et puis, voir qu’elle se faisait adopter par ces personnes qui comptaient tellement pour elle, celles qu’elle avait la fierté d’appeler famille, ça l’avait rendu plus heureuse encore.

Au bout d’un moment, ça n’avait plus été invité Yue dans son monde. ça avait été proposer à Yue de venir trouver un peu cette place qui était la sienne. Alors oui, ce n’était peut-être qu’un stupide t-shirt… mais voir que l’intention la touchait autant qu’elle… ça la touchait réellement « ça leur faisait vraiment de plaisir de te l’offrir. » c’était tout ce qu’elle était parvenue à souffler avant que sa main ne relâche le poignet de son amie pour lui permettre de replier son t-shirt.
… pour le reprendre au rougissement de son amie.

« Sois pas si mignonne ! » qu’elle ne lui envoie pas trop d’ondes licornes comme ça ou elle allait finir par la manger ! « ça leur fera vraiment plaisir. Tu leur manques à eux aussi tu sais » pas une exagération, pas plus qu’une phrase pour faire plaisir à Yue, juste la vérité avant qu’elle ne hoche la tête à l’idée de son amie.
Son amie si belle. Il fallait quand même le préciser. Avant ou sans ce t-shirt même si c’est vrai que la voir porter sa couleur de Kotani Rangers, ça la rendait un peu trop fière « Pourquoi t’es aussi belle ? » parce qu’elle était née pour être sa déesse. Qu’importe, elle irait toujours lui faire des offrandes et elle la vénérerait chaque jour. En attendant, elle s’était relevée et sans un mot, elle s’était rapprochée de son amie pour prendre son visage entre ses mains. Doucement, avec application, ses pouces avaient veillé à chasser les dernières traces d’émotion. Comme si un peu de tendresse pouvait faire disparaître les rougeurs. D’accord, c’était aussi un peu un câlin, elle plaidait coupable. Ou une attaque surprise. Au choix. Sa main était en tout cas venue voler la hanche de sa meilleure amie pour la rapprocher tandis qu’elle se plaçait à ses côtés. Un selfie rapide mais un baiser néanmoins volé à sa joue avant qu’elle ne plaide pour sa défense « Celui là il était pour moi ! » satisfaite de sa photo, elle s’était ensuite écartée pour ajouter « Maintenant, tu dois être mon model ! » et se plaçant devant elle, portable prête à faire feu, elle avait joué les apprentis photographes avec son modèle favori, sa Mona Lisa à elle.


©️Pando
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 21 Nov - 21:46

I’m going to you - ft. yueko

 







Mignonne, Yue ne pensait pas l’être vraiment à cet instant. Elle se sentait un peu bête d’avoir pleuré si facilement sans pour autant s’en maudire. Elle n’avait rien pu faire, l’émotion l’avait envahi si soudainement ! Elle aimait tellement les Kotani que recevoir un cadeau comme celui-là… Oui, ça n’avait pu viser que droit dans son coeur. Souriant malgré ses rougeurs et les traces de larmes qui zébraient ses joues, elle hocha la tête au rythme de ces battements chamboulés. C’étaient Maiko et ses frères qui étaient adorables à vrai dire. Et elle avait dû se retenir au mieux pour ne pas faiblir à une nouvelle salve de larmes alors que Maiko l’informait de la réciprocité du manque. « J’ai hâte de les revoir alors, » avait-elle soufflé d’une voix qu’elle espérait pas trop chevrotante et surtout enthousiaste.

Mais elle pouvait déjà les informer de la bonne réception du cadeau en enfilant le t-shirt. Ce qu’elle fit sans se poser de question, arborant fièrement le maillot Kotani. Un nouvel afflux sanguin vint charger ses joues au compliment si flatteur de sa meilleure amie. Dans son regard brillant qu’elle avait posé sur elle, on y lisait de la gratitude mais surtout cette affirmation claire : pas aussi belle que toi. Personne ne pouvait être aussi belle que Maiko. Elle avait tout pour elle et si Yue avait conscience d’être mignonne, elle ne se trouvait pas belle, comme une femme pouvait l’être. Mais ce n’était pas grave. Enfin, ça l’avait été pour sa carrière d’idole un peu… Mais puisque c’était fini maintenant, elle n’avait plus à s’en soucier. Juste à ignorer l’étreinte qui lui serrait le ventre quand elle y pensait.

« Merci Maiko-chan. C’est ce t-shirt, il me va bien hein ? »

Ça ne pouvait être que ça. Et l’amour que lui portait sa meilleure amie aussi. Elle le sentit d’autant plus aux tendresses que Maiko vint appliquer sur son visage. Si elle sentit son coeur sursauter, probablement car cette dernière ne pouvait que mieux voir le trouble qui marquait ses traits, elle la laissa néanmoins faire. Trop docilement même, Yue ferma les yeux et laissa Maiko balayer le reste de ses larmes. D’un sourire plus timide, elle la remercia, adressant avec lui un regard rempli d’affection avant de céder à entourer son cou de ses bras pour la serrer contre elle quelques instant. « J’ai tellement de chance de t’avoir Maiko-chan… » souffla-t-elle bien trop sincèrement dans le cou de sa meilleure amie. Et elle ne parlait pas seulement de ce cadeau… Sans elle, Yue se sentirait si seule… Sa famille avait beau être la plus aimante de la planète, elle n’en doutait pas, elle ne le comprenait pas complètement. Tenir Yue éloigner de la ville et des bobos suffisaient pour eux à garantir son bonheur… Ce n’était malheureusement pas si simple que ça. Cela, Maiko était bien plus apte à le comprendre, et la seule capable de lui donner une véritable bouffée d’air tandis qu’elle se sentait étouffer ici.

Laissant son amie respirer, elle se fit surprendre par le baiser qui chatouilla son ventre. La surprise traversa ses traits mais très vite, c’est un large sourire qui se dessina sur ses lèvres. Ce que Maiko avait capturé devait se situer entre la surprise et le bonheur. Elle eut un léger rire aux mots de Maiko et frotta brièvement son visage à sa seconde annonce : « Haha, je vais essayer. » Elle ne savait pas trop à quoi elle ressemblait maintenant, elle n’avait pas eu le temps de s’admirer dans l’écran de sa cadette. Elle inspira profondément et tenta de se reprendre, s’imposant les même méthodes que si elle était dans un vrai photoshoot. La pression n’était pas la même mais elle souhaitait vraiment que les frères de Maiko reçoivent une photo acceptable. Elle fit donc mine de se détendre et leva la main près de son visage pour un indémodable « V sign » accompagné d’un sourire de poupée dont elle avait le secret. « Cheeeeeese ! ». Prenant naturellement une seconde pose, elle arbora un plus large sourire en se flanquant cette fois de deux oreilles de lapins sur la tête à l’aide de ses doigts. Oui, si un jour elle voulait débuter en Corée, elle maitrisait au moins l’art des aegyos.


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 27 Nov - 20:14
I’m Going To You - Ft. Yueko ♥️
나 지금 너에게 간다 조금만 기다려줘 날 너 아니면 안돼 난 안돼 난 안돼 너 아니면 안돼 난 안돼 난 안돼 난 너에게 간다 조금만 기다려줘 날 너 아니면 안돼 난 안돼 난 안돼 너 아니면 안돼 난 안돼 난 안돼 난 너에게 간다 날 보던 네 눈빛과 미소가 그 따스한 입술과 손길이 너무 그리워 너무 그리워

Ce t-shirt ?
Secouant la tête pour première réponse, les mots n’avaient pas tarder à l’accompagner sur le ton de l’évidence qu’elle n’aurait pas dû avoir à souligner « Mais non, c’est que toi ! » oui, ce t-shirt était vraiment cool. Mais Yue, elle, elle était... « T’es parfaite c’est tout ! » et elle mesurait chaque mot. En fait, pour être tout à fait honnête, cet adjectif ne la valait même pas. Il faudrait en inventer un pour dire à quel point sa Yue était parfaite. Et s’il y avait bien une personne chanceuse sur cette Terre niveau qualité de meilleure amie, c’était Kotani Maiko. Pour rien au monde, elle n’en changerait. La place que Yue avait pris, elle ne pouvait pas être occupée par une autre personne que la plus mignonne des Futaba. Son nom y était marqué, ineffaçable, ce n’était même pas la peine d’essayer !

« Me cherche pas, c’est moi. » d’accord, l’autorité, c’était un peu moins crédible au milieu d’un câlin mais n’empêche que c’était vrai. Des deux, elle était bien plus chanceuse que Yue. En fait, elle était bien plus chanceuse que tout le monde. Vraiment, elle avait de quoi se vanter. Elle pouvait retomber en enfance et déclarer fièrement “Ma meilleure amie c’est Futaba Yue”. C’était certain, elle en ferait des envieux ! Avec ou sans cour de récré !
Et maintenant, après ce bisou et cette photo volés, elle devait s’appliquer à prouver que Yue était la plus belle « Reste naturelle, tu suffis à une photo. »

C’était pas bientôt terminé les flatteries ?
Mais c’était vrai ! Regardez là ! Elle était trop mignonne !
Maiko n’avait pas besoin de vérifier ces deux clichés sur son téléphone, elle savait que c’était parfait.
Et c’était avec le même sourire qu’elle avait pris une troisième photo, puis une quatrième, par pure gourmandise. Non, rien à voir avec les autres. Ce n’était pas pour s’assurer d’avoir une bonne photo, elle était certaine d’en avoir 4 + 1 en duo.
Satisfaite, le sourire toujours aux lèvres, elle avait baissé les yeux vers son appareil, songeant à nouveau à quel point son amie lui avait manqué. Et combien elle lui manquerait encore quand elle repartirait.
… oui, dans le fond, elle n’avait sans doute pas pris assez de photos.
Mais elle venait simplement d’arriver. Se rassurant à cette idée qui leur restait encore du temps à profiter, même si elle était certaine qu’il passerait bien trop vite, elle avait envoyé deux photos accompagnées d’un petit mot sur la conversation spéciale Kotani de son téléphone, puis elle avait relevé les yeux vers son amie

« T’es vraiment jolie. » oui, oui, se calmer un peu sur les compliments. Mais pas sur le ton joyeux de cette conversation. Elles devraient profiter, ne pas être tristes, et faire de chaque seconde de ce séjour un moment parfait. Jusqu’à la dernière… même si elle serait douloureuse « Allez, à mon tour maintenant ! »Pas de prendre la pose manifestement puisque l’idole s’était penchée vers son sac pour en sortir un nouveau paquet cadeau. Le premier des deux. Celui-là, c’était cette fameuse peluche, ce lapin qui avait voyagé à New-York et envoyé pas mal de photos à sa future maîtresse qu’il ne quitterait désormais plus « Je l’ai trouvé à l’étranger, il était perdu et à ta recherche je crois. » vraiment, les ondes licornes étaient fortes avec Yue « Ouvre le doucement, il était un peu ému pendant le trajet. Je crois que tu l’impressionnes » ton de la confidence pour appuyer le tout et elle remettait entre les mains de sa meilleure amie le paquet pour avouer plus bas « En vrai, il est juste déjà complètement fou de toi. Je le comprends en même temps ! »

Ce petit veinard, il allait rester avec la plus parfaite des maîtresses et dormir avec. Il avait intérêt à la border, à éloigner les mauvais rêves et rapprocher les plus beaux. Oui, de sa Yue, il devait en prendre soin, parce qu’elle y tenait vraiment beaucoup.


©️Pando
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 14 Jan - 12:41

I’m going to you - ft. yueko

 







Parfaite ? Elle ? Oh non. Maiko se trompait assurément mais le compliment avait fait naitre un sourire timoré au coin des lèvres de Yue. Elle était loin d’être parfaite. Au delà de son esprit qu’on qualifiait parfois de trop simple et ses défauts qu’elle se découvrait au fil du temps, son corps n’avait rien de parfait. Mignon, à la limite, oui. Son visage avait tout d’une bouille de gamine adorable qui appelait le bonheur. Quand il n’était pas terni par la peine… Mais son corps… On lui avait reproché de ne pas être assez mince, ni assez souple, ni assez dégourdie. Elle pouvait faire des efforts sur beaucoup de choses : son corps, elle ne le changerait pas. Elle n’avait plus le droit de faire des régimes aussi stricte qu’à la Eita Ent. de toute façon. Quant à son agilité et son sex appeal… elle doutait sincèrement qu’ils viennent un jour. Maiko, si elle disait ça… c’est parce qu’elle la regardait avec les yeux de l’amour. Et ça, Yue même si elle en avait conscience, ça gonflait déjà tant son coeur. Aussi, si ses joues s’étaient empourprées un peu plus, elle émit un léger hochement de tête négatif : « T’as dû croiser ton reflet dans le miroir, c’est pour ça. » Est-ce qu’elle cherchait la guerre ? Non. Seulement l’amour d’une Maiko qui était effectivement la plus parfaite à ses yeux. Elle, elle était une femme et ce même en dépit de son année en moins par rapport à Yue. Elle était belle, elle était sexy, elle dansait comme une déesse et si elle adorait son style de fille de la jungle, Maiko pourrait bien porter tout ce qu’elle voulait… Elle resterait la plus belle femme du monde.

Et Yue avait de la chance de pouvoir la serrer contre elle aujourd’hui. Sa si précieuse meilleure amie… Non, vraiment, elle ne cherchait pas la bagarre mais elle ne pouvait mentir sur l’évidence de la chose. Maiko était parfaite aussi sur ce plan. Alors, cachant un peu plus son sourire dans le cou de son amie qu’elle semblait refuser de lâcher, elle souffla : « Je te cherche pas… je t’ai trouvé déjà. » Et jamais, elle ne voulait la perdre. Jamais. Perdre Maiko, c’était perdre son sourire. Sans elle… Yue n’osait même pas imaginer à quel point sa vie serait morne et grise. Sans elle, ce coeur qui avait le poids d’une ancre dans sa poitrine, comment aurait-elle pu le supporter ?

Elle préférait de loin se transformer en mannequin pour la Kotani et ses frères. Oui, même si la jeune idole avait de nouveau fait pétiller en rose ses pommettes. Tant de compliments… Pourquoi Maiko était-elle si gentille ? Définitivement, Yue était la plus chanceuse. Mais ne cherchant pas à embêter son amie, elle prit la pose et même des plus mignonne. Elle préférait, c’était plus facile que d’être totalement naturelle. C’était moins gênant et elle voulait faire plaisir aux Kotani en leur montrant qu’elle avait vraiment apprécié leur cadeau. Oui, ils le verraient sûrement aux yeux de la jeune fille qui demeuraient toujours un peu rougis.
Mais peu importe, elle s’était prêté au jeu autant de fois que Maiko le lui demanda. Lorsqu’elle baissa son appareil, elle se rapprocha automatiquement d’elle pour découvrir le résultat. « Haha, celle-là est rigolote ! Je la valide, » avait-elle commenté amusée en désignant l’une des photos pour aider Maiko à faire son choix. Le petit mot envoyé, elle sourit à son amie, satisfaite d’avoir pu remercier une première fois cette fratrie qu’elle adorait.

Mais visiblement, sa meilleure amie n’avait pas fini de la gâter. En compliment déjà. Yue rit doucement : « Maiko-chan, si tu continues je vais devoir te marier ! » Plaisantait-elle seulement ? Elle serait heureuse avec Maiko. Oui, cette idée ne l’effrayait pas un brin. Elle était seulement triste pour tous les hommes qui lui courraient après et qui auraient le coeur brisé. Et puis, il y avait Jean-Jacques aussi. Jean-Jacques serait triste. Anéanti.
Et puis, il y avait d’autres cadeau. De la part de Maiko cette fois. Le coeur de Yue bondit de joie. Elle était bien trop gâtée mais elle connaissait suffisamment sa meilleure amie pour savoir qu’elle ne pourrait y échapper. Et puis, elle était curieuse aussi… Il venait de l’étranger celui-là. Yue sourit. Elle n’eut besoin d’aucun temps de réflexion pour deviner ce que ce paquet contenait. C’était un jeu qui avait commencé entre elles lorsque Yue avait débuté au sein de l’agence. Un jeu innocent et mignon. Une peluche pour chaque ville qu’elle faisait en concert. Une armée d’amour qui se constituait petit à petit… Elles en avaient tant maintenant mais Yue les aimé toutes tellement fort. « Vraiment ? Il n’y a pas de quoi, » souffla-t-elle doucement en retenant un rire léger tandis qu’elle défaisait doucement le papier comme Maiko lui avait demandé. Comme si ce lapin en peluche qui se découvrait doucement était un vraie et qu’il allait bondir dès qu’il serait entièrement libéré. Maiko était un amour et tout celui que Yue éprouvait pour elle illumina son regard quand enfin dans ses mains elle brandit la peluche dans un couinement émue et ravie. « Il est tellement adorable ! » Elle émit un nouveau bruit joyeux suraiguë et serra immédiatement la peluche contre son coeur : « Oh non, il est si doux ! Mon dieu… Moi aussi, je l’aime déjà tellement. » Elle colla sa joue sur le crâne mousseux du lapin et s’empressa de caresser ses oreilles d’une douceur addictive. Elle se fit violence pour le décoller et pouvoir l’admirer plus en détail : « Il est vraiment trop beau ! You are so pretty my little friend ! » N’était-il pas étranger ? Il devait forcément parler anglais. Celui de Yue était correct mais son accent très fort en faisait craquer plus d’un. « Welcome here Sergent Pompidou ♥️ » N’allait pas dire à Yue qu’il s’agissait du nom d’un ancien président français, elle risquerait de vous demander si la France avait pour coutume d’élire des lapins à la tête du gouvernement… Mais bref. Les présentations faites, elle reposa enfin son regard sur Maiko et se jeta à son cou, écrasant ce pauvre Monsieur Pompidou entre elle et sa nouvelle propriétaire : « Merci Maiko-chan ! Je l’adore ! Je l’adore tellement ! Il est tout doux, tout pelucheux et surtout…. surtout c’est ma meilleure amie qui l’a trouvé ♥️ » Et ça, ça le rendait si précieux….

Libérant Maiko, non sans lui avoir coller un énorme baiser sur la joue, elle se redressa tout sourire, sans oublier son Pompidou qu’elle garda bien dans ses bras. « Ca tombe bien parce que… » Son regard malicieux vint trouver le dessous de son lit vers lequel elle se pencha pour en sortir elle aussi un petit paquet soigneusement emballé. « Pour la plus belle des guerrière, afin de vous assurer l’entière conquête des mers. » C’était ce qui était noté sur la petite étiquette jointe. « Je l’ai trouvé lors d’une excursion à l’aquarium avec Hide-kun. Il fallait absolument qu’elle rejoigne les rangs de ton armée, tu comprends ? Pour être sûr que tu ne manques jamais d’amour. » Les nouvelles recrues s’étaient faites plus rares ces derniers mois et celle-ci, Yue avait été bien trop heureuse de la rencontrer. C’était une petite raie en peluche, plutôt ronde et douce comme un Babymanta - Ren TMCT - et qui ne demandait qu’à être aimée… Elle le serait assurément. N’avait-elle pas la propriétaire la plus parfaite de l’univers ?



    
 
I'm Going To You - Yueko ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Japon :: Honshū-