Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 red lights (sora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 9 Sep - 13:24



aoi + sora


✧ ✧ ✧

Aoi. Le parfait fiancé, celui qui bientôt aura une femme. Sakura, belle et brillante. Les parents l'adorent, elle est leur belle-fille idéale. Et pourtant, Aoi a réussi à tout gâcher. Cette attirance, celle qu'il refoule depuis toujours. Il a craqué. Il l'a embrassé. Bien sûr ce n'est pas le pire. Le pire, c'est qu'il a aimé ça. Sora, le goût de ses lippes. Il aurait voulu continuer, peut-être même aller plus loin. La trahison est déjà là; pour lui comme pour l'autre. Aucun d'eux n'a rien dit, rien avoué à la Sakura bafouée dans l'ombre. Ils se sont tus. Ils ont feint l’oubli. Aoi a appelé ça un moment d’égarement, il a menti. Il a réduit tout ça, ce coup de passion, de folie. Que pouvait-il faire d’autre ? Jamais il ne serait accepté. Ses parents lui avaient fait comprendre tout ça. L’adolescence, et Aoi avec ces mêmes désirs. Lui, amoureux. Mais il doit se taire, être le parfait héritier même s’il n’en a jamais rêvé. Un fait, il reprendra l’entreprise. Et il devra avoir l’image pour ça. Sakura, sa clé vers la normalité. Pourtant, il croyait l’aimer. Mais Sora, il a tout chamboulé.

Ses amis viennent le chercher. Baiser déposé sur ses lèvres de la part de Sakura. Il sonne faux, bien moins passionné que ceux de Sora. Peut-être qu’Aoi, il n’est pas trop là. On le tire, on l’emmène. Il doit faire son enterrement de vie de garçon. Ses amis ont tout préparé, il n’a qu’à suivre. Pas le choix, juste un passage obligé. Aoi, il s’en serait bien passé mais ils ont insisté. Et lui, il est faible à leurs requêtes. Il sait très bien que ça leur fait plaisir alors il fait un effort. On le sort de l’appartement, bandeau sur les yeux. Etrange sensation mais pas déplaisante. Aoi, il demande où ils vont. Question qui reste ignorée, vaine tentative. On ne lui répond pas. Alors il se laisse porter par le taxi, il attend. Et finalement, la voiture s’arrête. ‘c’est ici’ s’écrit un de ses amis. Aoi ne voit toujours rien. Il n’entend que de la musique lointaine lorsqu’ils descendent du taxi. Et puis on le tient, on l’emmène vers cette musique. Les bruits s’accentuent, il entend des voix, des rires. Des verres qui claquent, des bouteilles. Il se demande encore où il a atterri. Ses amis ne lâchent pas le morceau ; Interdiction de retirer le bandeau. La surprise doit durer jusqu’au bout et Aoi finit dans une pièce où la musique n’est plus si forte. Du moins, pas celle du DJ. On l’assoit sur une chaise. Ses amis lui disent de ne pas bouger, que quelqu’un viendra bientôt. Il entend la porte claquer et la solitude l’envahit. Putain, dans quoi il s’est encore retrouvé. Il attend, ça lui paraît long. Enfin surtout parce qu’il pense à tout et n’importe quoi. Et puis il entend finalement des pas. Quelqu’un a ouvert la porte. « Qui est là ? » demande t-il assez incertain. Aoi ne cherche pourtant pas à s’enfuir, ni à ôter son bandeau. Il reste là, assis sur cette chaise avec cette présence dans la pièce.


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 21 Sep - 15:45



aoi + sora


✧ ✧ ✧


Soirée spéciale. C’est ce que lui avait murmuré un de ses collègues au détour des vestiaires alors qu’il se changeait. Le jeune homme lui avait déballé quelques paroles rapides que Sora n’avait écouté que d’une oreille, assez distraitement. Cela ne le concernait en rien du tout. Malgré qu’il travaille dans ce club depuis plusieurs mois déjà, on ne l’avait jamais fait s’occuper de soirées privées. D’autres hommes étaient plus doués que lui, mais aussi, le patron préférait généralement le faire monter sur scène et avoir plus de clients s’agglutinant au tour de lui. Il était le plus jeune des danseurs et cela aidait en soi à alimenter les fantasmes de ces clients qu’il trouvait répugnants. Alors quand un autre collègue lui lance ça « Tu dois être nerveux à l’idée de faire ça pour la première fois. J’étais comme toi aussi au début, je ve… » Première fois ? Le reste des paroles ne fut plus à ce moment qu’un flot sans sens qu’il n’arrivait plus à comprendre. Les mains de Sora restèrent suspendues devant son casier, son haut qu’il venait de plier entre elles. Putain, non. Il se pinça les lèvres, fortement, à défaut de ne pas vouloir paraitre con en se pinçant le bras. Mais il espérait réellement rêver. C’était même un cauchemar. Il imaginait les mains de quelqu’un sur son corps, un inconnu glissant avec délectation ses paumes sur sa peau. L’avantage qu’il avait eu jusque là était que les clients avaient interdiction de le toucher. Il restait sur son estrade, dansait et s’effeuillaient tandis que les autres ne pouvaient le toucher que des yeux. Mais ce soir, cet homme aura tous les droits sur lui. Parce qu’il donnera le prix fort.

Le patron arriva quelques minutes après, à peine le temps pour lui reprendre ses esprits. L’explication était simple. Un enterrement de vie de jeune homme et Sora ne pouvait comprendre ce genre de tradition. Comment pouvait-on aller se rincer l’œil ailleurs alors qu’on allait bientôt mettre la bague au doigt à une personne supposé être sa moitié. Le futur époux était étonnement jeune par rapport à ce qu’ils avaient déjà eu ici et c’était des amis à lui qui lui avait préparé cette surprise. Un des amis était un habitué du club et avait donc demandé personnellement que ce soit Sora qui s’occupe de lui. Justement parce qu’il était jeune aussi. Il ne voulait pas pour, ce qu’il appelait être la première expérience de son ami dans ce genre d’endroits, soit avec un danseur plus vieux et plus mature. Sora se mordilla l’intérieur des joues, épuisé et las. Mais il ne pouvait rien dire. Il fallait simplement hocher de la tête, faire son boulot comme il fallait, prendre l’argent et rentrer chez lui. C’était simple. Il soupira en prenant la tenue spéciale pour ce soir. Un short noir, une chemise ouverte et une cravate non serrée pour que le client puisse l’attirer vers lui comme lui avait lancé un autre danseur, avec un sourire moqueur. Il grimaça. Il fallait y aller.

La soirée battait déjà à son plein, c’était le weekend alors le club était bondé. Sora connaissait chaque coin par cœur depuis tous ces mois et il se dirigea vers une des salles VIP. Tout se trouvait à l’intérieur, une table avec de l’alcool et des fruits, des canapés confortables. La lumière était plus tamisée et il était difficile de distinguer les visages des gens, la musique était plus sensuelle. Il y’a un homme sur le canapé en face, yeux bandés. Il n’arrive pas à voir clairement son visage et ne s’y intéresse pas vraiment. « C’est moi qui vais m’occuper de vous ce soir. » sa voix n’était qu’un chuchotement alors qu’il se rapprochait de lui. Il s’approche de l’homme, se mettant debout entre ses jambes avant de lui attraper les mains et les poser sur ses hanches. Sora bougeait déjà lentement au rythme de la musique. Tout passerait par les sensations puisque l’homme ne pouvait rien voir pour le moment. C’était une partie du jeu, il devra lui enlever le bandeau après.


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 25 Oct - 12:55



aoi + sora


✧ ✧ ✧

L'appréhension. Les yeux bandés, la solitude. Les pensées qui défilent, les hypothèses qui se profilent. Aoi, il ne sait pas. Ses amis ont toujours eu une imagination très fertile, un goût pour les surprises très prononcé. Alors tout est possible. Après tout, il va se marier. Tout doit être mémorable. Oui, inoubliable. Ce jour, il devra le raconter à quelqu'un un jour. Lui dire comment c'était avant l'anneau brillant à son doigt. Avant les chaînes du mariage, du dit amour. Liberté qu'il laissera de côté. Parce qu'Aoi, il n'a jamais pu être totalement lui-même. Aimer qui il voulait. Un garçon, un homme. Rien, c'est interdit. Il doit être normal mais la vie le teste. S o r a . Quatre lettres qu'il se répète et il repense au goût de ses lèvres. Il se souvient encore de leur premier baiser; douce caresse et puis de leurs corps qui se rencontrent un peu. Les gestes hésitants, surtout parce qu'ils savaient que c'était mal. L'alcool, l'ivresse de l'un. Aoi, il repense à cette scène assez surréaliste. C'est comme s'il avait rêvé. Et puis la situation actuelle lui revient. Il est un peu fébrile sur la chaise; le bandeau. L'impression d'être livré à un inconnu. Il n'a pas peur mais il pourrait. Il ne sait pas ce qu'on lui réserve après tout. Et les pas arrivent. La question qui sort de ses lèvres, l'attente d'une réponse. Présence qu'il perçoit, pourtant il ne bouge pas. Une voix, un chuchotement fait écho. C'est moi qui vais m'occuper de vous ce soir. Comme un frisson qui le parcourt. Aoi, stoïque. Un homme, il le sait. Jeune, il l'entend. Mais ses sens ne lui en disent pas plus. Tout est comme obstrué par l'atmosphère. Il sent la silhouette qui se rapproche. Toujours plus près de lui. Interdit, comme une alarme qui retentit. Il le sent entre ses jambes, l'inconnu qui lui signifie qu'il est là. Un peu plus lorsqu'il attrape ses mains. Aoi, pantin. L'autre les met sur ses hanches. Aoi n'y oppose aucune résistance. Il est juste perdu dans sa tête. Il y a des envies qui lui reviennent, le passé qui refait surface. Et il se souvient qu'il n'a pas le droit. Confusion de son esprit. Comme l'envie de s'enfuir mais il est incapable de bouger. Ce serait même suspect de le faire. Il ne dit rien, laisse la pièce être noyée dans un silence. Il sent chaque mouvement du bassin de l'autre. Ses hanches qui ondulent, bougent au rythme de la musique. Aoi écoute la musique; celle-ci sera leur discussion. Il ferme les yeux et se laisse aller. Il obéit à la normalité. Et il ne peut s'empêcher de se focaliser sur les hanches de l'inconnu. Sa peau, toute douce. Son corps, attirant d'après ce qu'il en sent. Il se repasse le chuchotement dans sa tête. Les questions fusent. Et il se décide finalement à parler. « On m'a emmené ici. » Murmure. Il essaie de se dédouaner de sa présence, il ne sait même pas pourquoi. Peut-être que c'est envers lui-même qu'il se justifie. Et Aoi ne dit rien. Ses mains glissent un peu sur les hanches de l'autre. Il n'ose pourtant pas le toucher plus. Ce serait mal et il le sait.


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Hier à 0:51



aoi + sora


✧ ✧ ✧


Ne pas trop penser. Simplement s’escuter, musique qui arrive à son oreille, son corps aux mouvements automatiques, minutieusement appris et performés, comme une machine. C’est ce dont Sora se persuade, oubliant ce cœur qui tambourine à sa poitrine, ses pensées qui naturellement se tourner vers Aoi. Que fait-il, où est-il, avec qui…Sakura certainement, comme toujours. Il devrait tant taire cette pensée qui n’a pas lieu d’être dès le début. Il n’est pas certain de la date exacte du mariage, mais il sait que ce dernier se rapproche de plus en plus, et avec lui, c’est Aoi qui s’éloigne de lui, sans cesse. Bientôt, sa main deviendra totalement inaccessible. Ils ont déjà fauté une fois et Sora garde le goût de ses lèvres contre les siennes comme une encre indélébile que rien ne pourrait jamais enlever. Il soupire silencieusement, se maudissant encore d’être ainsi. Il aurait pu s’en amourer de n’importe qui, mais évidemment la vie était injuste, il avait fallu que ce soit pour la dernière personne pour laquelle il devrait avoir ce genre d’envies, de sentiments. Parce que ce n’était pas seulement un désir charnel qui le poussait vers Aoi, il aimait tout de lui, une certitude qui ne le rassurait en rien, au contraire. Elle ne faisait que le faire se sentir encore plus bas que terre. Il était le pire des frères. Comment osait-il ressentir de pareilles choses et encore oser apparaitre devant le regard de sa grand-sœur, encore plus depuis ce fameux baiser, cette nuit passée entre les bras d’Aoi, bercé par les calmes battements de son cœur alors que Sakura était occupée au boulot, insouciante du reste. Sora soupira intérieurement, revient à l’homme assis à la chaise et dont il ne peut qu’imaginer les traits difficile à percevoir sous cette lumière. Il danse contre lui, se demande s’il était du genre timide. Ses autres clients n’attendaient que le moment de pouvoir le toucher, pourtant celui-là ne faisait rien et il doit de lui-même attraper ses mains et les glisser contre son corps. Il lâche un simple rire quand Aoi explique la raison de sa présence ici, une tiers personne, il en comprend alors sa réticence. « Profitez-en alors. » murmure-t-il en menant les mains de l’inconnu sur son dos puis de plus en plus bas. Plusieurs minutes après, le rythme de la musique devient plus sensuel et il sait que c’est le bon moment, alors il vient doucement prendre place sur les genoux de l’homme, face à lui. Ses doigts viennent défaire la veste et il se penche légèrement afin de pouvoir la poser sur le canapé sans la froisser, il revient vers lui pour caresser sa nuque, son corps toujours en mouvement contre celui de l’homme. Puis il baisse la tête, vient à la rencontre de ses lèvres lentement. Il se colle un peu plus à lui, se laissant aller dans un baiser qui lui semble étrangement familier.


 
red lights (sora)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Showroom] KARTELL Lights
» [Livre] 1000 lights chez Taschen
» Décos de Noël et Osborne lights
» Sodas lights : danger !!!
» Deschampsia 'Northern Lights'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Shinjuku-