Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 This smile is illegal, call the cops! ft. Tsubasa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 4 Sep - 18:23
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


Notre coréenne aimait se considérer comme une artiste, un amateur des belles choses, n’était-ce pas pour cette raison justement, qu’elle passait le plus clair de son temps dans des galeries d’art à admirer les nouvelles créations. Elle aimait la beauté, l’harmonie sous toutes ses formes et quiconque la connaissait bien savait qu’il n’était ni rare ni déplacé pour elle d’arrêter un parfait inconnu dans la rue et de lui demander de poser pour un croquis. Certains traits, certaines expression faciales la fascinaient et lui donnaient envie de sortir ses pinceaux. Surtout les sourires, les vrais sourires francs, pas étonnant qu’elle ne puisse rien refuser à Ji Hoon, il avait une mâchoire divine… et des mains… et l’ensemble de l’œuvre finalement. Oui, elle était un peu barge comme ça. Heureusement pour elle, son colocataire avais pris sur lui de lui apprendre certaines limites du savoir vivre et de réduire d’un décibel l’hymne de sa folie. Ça et ses fiançailles au chinois le plus soucieux des apparences du monde. Un sourire étira ses traits. Finalement, c’était probablement une bénédiction pour Xialei d’être libéré d’elle, il n’aurait pas apprécié ses excentricités.

Et parmi les victimes de son adoration obsessionnelle du beau, il y avait ce jeune Trainee, Okina Tsubasa. Elle l’avait aperçu de loin un jour, au détour d’un couloir et avait fait un face à face brutal avec un cadre de porte tellement elle était subjuguée à l’admirer plutôt qu’à regarder devant elle. Il était tellement esthétique, elle aurait voulu le peindre… Le soir venu, elle avait même parlé de ce type à Sakuya, lui décrivant les traits du géant jusque-là inconnu et, heureusement pour son casier judiciaire, son colocataire lui avait fortement suggéré de ne pas aller lui parler pour lui demander un croquis… Ça pourrait être mal vu, étant donné qu’elle était du staff. Et à y réfléchir, son inséparable faisait bien du sens.

Ainsi, depuis une bonne année, Rinnie avait pris sur elle d’éviter aussi soigneusement que possible le jeune homme, au risque de débouler quelques marches et de trébucher un peu partout quand, sans prévenir, il entrait dans son champ de vision. Elle le trouvait beau ok! Ça ne voulait absolument rien dire, elle avait passé assez de temps avec un pedosuke du coin pour savoir que ce n’était pas la même chose! Absolument différent. Et alors qu’elle pensait son faible pour le jeune homme totalement sous contrôle, on l’avait affecté aux décors du nouveau tournage de clip des F!GHTERS génération deux. Secret, évidement. Ils devaient tout préparer pour le lancement… Et puisqu’elle était là depuis longtemps, elle fut mise dans le secret des dieux, c’est pourquoi ce jour-là, elle finissait de peaufiner les décors pour les shoots individuels des membres.

Juchés sur une petite échelle, bien occupée à apposer les dernières touches sur la structure qui servirait de décor pour un des shoot, elle ne l’avait pas vraiment vu entrer, avant qu’il ne soit assez proche et lorsqu’elle l’avait vu………….. OH MON DIEU. Elle voulait un autographe, qu’importe qu’il ne soit pas encore célèbre, elle voulait un poste grandeur nature. Sentant son visage prendre feu et la bêtise la gagner, elle avait voulu reculer, oubliant qu’elle était grimpée…. Et s’était retrouvée écrasée sur le dos dans un boum sonore, le pot de peinture renversé sur sa petite personne. Super Rin. Vraiment. Meilleure première impression à vie.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 8 Sep - 3:22
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


Tous les matins depuis qu’on lui avait annoncé la nouvelle, il se pinçait avant d’aller faire son jogging. Ok, toujours pas un rêve, il allait bel et bien faire partie de la nouvelle cohorte de F!GHTERS. Ce n’était pas rien! Lui qui, ironiquement, n’avait pas particulièrement tenu à débuter lorsque certains s’étaient presque entretués pour pouvoir faire partie de la sélection de ce qui serait connu comme étant une génération de F!GHTERS voués à l’échec. Ça avait été si court avant que ça échoue, l’ironie était palpable, et le voilà qui avait sa chance. Tout vient à point qui sait attendre. Tranquillement il avait pris sa place et avec trois autres membres sur lesquels il n’avait rien à redire, il allait se joindre à Gabriel-senpai pour former une nouvelle cohorte plus imposante, plus forte… et qui allait évidemment avoir une plus longue vie que la première.

La chanson était excellente, il avait commencé à pratiquer le rythme de son rap dans sa douche – tant que ce n’était pas confirmé officiellement et qu’il n’était pas relocalisé dans les dortoirs spécifiques à son groupe, il ne pouvait pas risquer d’être assassiné par ses colocataires envieux de sa position… la douche était un endroit sûr – et on avait pris ses mesures pour lui trouver des fringues qui iraient avec le thème recherché. Les débuts approchaient!

Il devait avouer que la curiosité le gagnait. Il voulait savoir de quoi aurait l’air le décor de la portion danse du clip, avoir une meilleure idée du style qu’ils allaient avoir, question de se mettre dans le bon esprit, car autant que la chanson avait une symbolique incroyable, si ce n’était pas exploité ailleurs…

Bref, il s’était infiltré vers la pièce où le clip serait tourné, sachant que le décor était plus fait qu’il en restait à faire. Comme un gamin qui se faufile pour aller chercher des biscuits sans être surpris par ses parents, il s’était assuré que personne ne l’avait vu tandis qu’il entrait dans la pièce… et ne s’attendait pas du tout à ce que quelqu’un soit en train de bosser. Oh.

Il l’avait déjà vue avec son ancien prof de danse. Quelque chose comme des fiançailles finalement annulées, et puis ses deux profs de danse avaient foutu le camp au pays des nems ensemble. Voyons, Li-sensei l’avait déjà nommée…. Rin-san! Au moment exact où il se souvenait du nom, elle venait de s’apercevoir qu’il était là. Wow, ils ont l’air chic, Matsuda serait fier de voir sa relève au titre de Chevreuil Résident d’Eita, les deux figés comme ça!

Il allait s’excuser  d’être là, elle était son aînée après tout, et membre du staff, il pourrait certainement se faire gronder d’être là… sauf qu’elle avait fait une remarquable chute. Lui? Vous auriez pensé qu’il s’est élancé pour savoir si elle allait bien? Et bien non. Monsieur est en petit bonhomme, presque tombé parterre, et il rit aux éclats. Absolument incapable d’arrêter. C’était pareil comme ces vidéos de ‘fail’ sur Internet!!! Trop drôle pour s’inquiéter si la personne impliquée est blessée. Bravo Tsubasa, c’est gentil!

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 8 Sep - 18:08
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


Est-ce que la honte pouvait tuer? Parce que là, maintenant, allongée sur le dos sur le plancher du local, immobile et couverte de peinture, elle pouvait sentir son visage s’empourprer, ses joues brûler sous la gêne, elle espérait presque de crever. Et de tous les témoins, il fallait que ça soit lui! Quel manque de chance! Elle avait un instant conservé ses yeux clos, serré les poings, tentant de retrouver un peu de contenance. Elle se préparait à recevoir un discours moralisateur sur sa maladresse, ses parents l’auraient grandement repris, et son ex-fiancé… n’en parlons même pas! Contre toute attente, le son qui lui parvint n’avait rien à voir avec des accusations ou des reproches…….c’était beaucoup trop harmonieux, beaucoup trop agréable, et ça a avait suffi à perturber les battements de son cœur. Il riait? Elle tombait, manquait de se casser le cou à cause de sa présence – et de son sex-appeal – et lui, il riait?! Rin avait gonflé les joues, prenant un air vexé pas trop convainquant en se redressant, histoire d’être assise. « Hey! Tu trouves ça marrant? » Elle avait posé ses mains à plat sur le sol, le foudroyant de son air scandalisé.

Enfin… elle essayait, parce que devant son visage réjouis, elle n’avait pas tenu bien longtemps, ses lèvres s’étaient étirées en un sourire avant qu’elle ne pouffe elle-même devant sa propre bêtise. Quelque part, c’était une telle libération de ne pas avoir à justifier sa maladresse, c’était tellement rare que ça lui arrivait. Passant une main dans son épaisse tignasse pour la chasser de devant ses yeux – elle avait les bras couverts de peinture mais ça aussi, pour une fois, ça n’avait pas d’importance et elle ne tentait pas de le cacher, elle n’était plus à ça près, elle l’avait dévisagé de ses iris sombres. Bordel qu’il était beau – elle l’avait déjà remarqué, quand il se pratiquait avec Xialei… mais de proche, c’était tout bonnement foudroyant. Pas étonnant qu’elle en ait perdu pied! Quand il serait célèbre, elle achèterait clairement un chandail avec sa tête dessus… « On ne t’as jamais dit de ne pas rire des personnes âgées Okina-kun? » son ton était tout sauf un reproche. Elle avait même eu ce petit sourire espiègle, une fraction de seconde. « Pour te punir, tu vas devoir m’aider à ramasser… après tout c’est toi le coupable. » Oh Rin, comment creuser sa propre tombe!

Elle avait mis un peu de poids sur ses mains, en tentant de se relever et elle avait immédiatement grimacé, remarquant que son genou lui faisait un mal de chien. Sa main s’était posée sur l’intrus, qui refusait de se déplier – fantastique, elle était coincée sur le sol. Elle avait pincé les lèvres, un peu trop tête pour avouer qu’elle avait mal. « Mais pas tout de suite, je prends une pose là.... » hors de question de dire qu’elle n’était pas en état de se relever. Elle finirait par se débrouiller… Elle avait jeté un coup d’œil à son œuvre, un sourire aux lèvres malgré le rictus douloureux qu’elle tentait de chasser. « Les décors te plaisent? » Étrangement, en posant cette question, elle regardait tout sauf les décors, elle était tout bonnement hypnotisée par le chanteur. Et au bord de la crise cardiaque, aussi.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 9 Sep - 16:07
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


S’il trouvait ça marrant? La réponse c’est définitivement oui, à voir combien il se marrait. Il savait que ce n’était pas poli, mais en même temps s’il s’en fichait éperdument, c’était beaucoup trop drôle! Toute cette peinture! Bon, lorsqu’il serait plus calme il réaliserait que cela signifiait qu’il devrait y avoir une certaine réparation du décor qui devrait être faite, question de camoufler le dégât, mais pour le moment, il était trop occupé à essayer d’arrêter de rire pour y penser. Il ne fallait quand même pas trop insulter la peinturée non plus!

Il s’était redressé, la main devant la bouche à la façon typiquement japonaise avant de répondre : « C’était digne d’un vidéo viral sur YouTube!!! Bien sûr que c’est marrant! »  Ok, non, il s’en fout de l’insulter, il a beaucoup trop de fun à rire comme un gamin ayant fait un mauvais coup. Mais tu en as fait un, un mauvais coup, grand chenapan! Tu t’es infiltré dans la pièce sans autorisation et tu as fait tomber une membre du staff par surprise de te voir là! Tu ne trouvais pas que c’était assez pour la prochaine heure? Clairement pas, parce qu’il ne prenait absolument pas la situation au sérieux, même en se le faisant reprocher.

« On me l’a déjà dit, j’ai cinq sœurs aînées qui me l’ont martelé toute ma vie. Ça ne m’a jamais arrêté de m’en foutre lorsqu’elles font des bêtises épiques! » Comment on l’avait décrit l’autre jour? ‘Version adorable du mot rebelle’? Et bien voilà. Il prouvait tranquillement pourquoi. À la voir sourire, il leva tranquillement un sourcil, pas du tout impressionné. « Officiellement, c’est ta faute, Noona. » Certaines de ses sœurs écoutaient assez de Kpop pour qu’il ait finalement attrapé quelques mots ici et là. Il était bon pour ça. « Ce n’est pas moi qui t’aie poussée en bas. » Les bras croisés, il la regardait en souriant encore, incapable de cacher son amusement. Après tout, n’importe qui d’autre serait entré et elle aurait tombé, avec l’installation qu’elle s’était faite pour travailler!

Bon, il n’était pas sans cœur non plus, il allait aider. C’était juste trop facile de taquiner lorsqu’il en avait l’opportunité. Alors qu’il s’approchait pour mettre la main à la pâte, il reconnut une grimace que lui-même avait fait un peu trop souvent il y avait de ça quelques années. Grimace qu’il faisait avant que ses parents décident de faire vérifier ses pieds et qu’il soit découvert qu’il était en train de se massacrer une cheville à force de marcher avec un pied affaissé. Oh. Il n'était pas question d'une pause du tout. « Il y a personne ici, pourquoi tu mens? » Il s’était accroupi et avait regardé avant tout les chevilles de la demoiselle. Non, elles semblaient bien se tenir. « Un genou? » Urgh, il se souvenait quand Hiroka s’était massacré une rotule, ça devait faire un mal de chien, à se souvenir combien sa sœur avait pleuré. « Les décors peuvent attendre… C’est lequel? » Il fit un geste rapide du menton vers les genoux de la peinturée.  Il fallait espérer qu’elle mettrait sa fierté de côté le temps de lui dire quel genou était clairement en train de la tuer.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 9 Sep - 20:59
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


« Un vidéo viral Et puis quoi encore… » Elle s’était offusqué en gonflant les joues, comme pour se donner un peu plus d’importance. Puis, elle avait eu cet air un peu inquiet en demandant, craintive : « Tu filmais pas hein?!? » il en manquerait plus que ça! Ses parents l’assassineraient pour faire fureur sur le web comme maladroite bête. Mais c’était de SA faute à lui. Avec son arrivée imprévu, et non, elle ne serait pas tombée pour un autre! Elle était tombée précisément parce que c’était lui, lui et son maudit sourire, lui qui lui faisait perdre tous ses moyens. Encore là, plutôt que d’être fâchée, elle avait ris, pris un ton joueur et rétorqué, en tentative de crédibilité : « Oui mes tes sœurs ce n’est pas pareil! Tu peux les amadouer avec ton sourire de petit ange. Moi je suis immunisée, aucun lien familial. Alors ne te moque pas! » Elle avait croisé ses bras, relevant la tête comme pour soutenir son point. La belle connerie. Elle était encore plus faible à ce sourire que n’importe qui d’autre…En même temps le Tsutsubeam devrait être illégal!

« Ma faute? » Elle avait haussé un sourcil, dans un air septique alors qu’elle le toisait d’un air qui se voulait autoritaire mais qui était plus mignon qu’autre chose – Rin ne ferait pas peur à une mouche même si elle essayait. « Aux dernières nouvelles, j’ai l’autorisation d’être ici moi. Et toi, Okina-kun? » … Le nom lui avait échappé, il faut dire qu’elle l’avait vite appris, lorsqu’elle avait parlé à Sakuya du ‘’bel étudiant de Xialei’’ elle n’avait pas tardé à donner à son inséparable la mission d’identifier son idéal masculin. Mais ne là à avouer qu’elle savait qui il était… Idiote! Elle aurait pu se frapper! Elle s’était contenté de le fixer, en espérant que son émois ne soit pas trop visible sur son minois encore cramoisi.

S’en était suivi une tentative de diversion ratée, lorsqu’elle avait réalisé que son maudit genou ne voulait pas coopérer. Elle était mal tombée – quelle surprise – et maintenant, elle forçait un sourire, sans arriver à retenir la douleur. Elle avait été éduquée à la dure, ne jamais se montrer faible en publique, ne jamais demander d’aide, ne jamais dépendre de quelqu’un, toujours se soucier des apparences. Du coup, c’était un automatisme pour elle de cacher sa douleur, de peur de déranger, d’être vue comme une chialeuse. La rétorque du jeune trainee la pris de court et elle se retrouva à le fixer, incapable d’émettre un son autre que :« Je… » … le bambi figé, un grand classique. Il ne le remarquait probablement pas, mais pour elle, c’était beaucoup. On ne lui avait jamais donné l’autorisation d’être faible avant, de le dire que ça n’allait pas. Normalement, c’était souri, sois heureuse, les larmes et la douleur c’est pour les autres, tu es une adulte, encaisse et tais-toi, ne me fait pas honte. Elle l’avait dévisagé, tout bonnement incrédule de cette petite autorisation à être elle-même. C’était une vraie libération, il ne devait même pas en avoir conscience. « Je veux pas t’embêter… » avait-elle finalement réussi à couiner, avant qu’il ne s’approche un peu trop et affole sa pauvre pompe à sang.

Elle avait mis des longues secondes à comprendre sa question, toujours troublée par le peu de distance entre eux. Elle avait du mal à respirer, son âme d’artiste aux aguets alors qu’elle détaillait ses traits du regard, il était vraiment beau, un visage harmonieux, il serait magnifique au fusain. Elle avait hoché la tête, timidement, en désignant son genou droit. Au même moment, elle avait tenté de le replier en grimaçant à nouveau sous la douleur, ses yeux s’emplissant de larmes. « Le… le droit. Mais ça va passer tout seul… c’est pas grave… » La simple idée qu’il s’approche encore suffisait à la faire suffoquer. Il était trop beau, elle ne devait pas être si près des dieux, elle n’allait jamais s’en remettre!! Rin avait du mal à garder ses esprits, tentant de chasser le trouble par l’humour, elle avait ajouté, bêtement. « Tu crois qu’il faut amputer? … Je suis déjà assez petite sans en plus avoir besoin d’être unijambiste… » Si elle avait tenu de tels propos devant Xialei, il aurait probablement demandé à ce qu’elle ait un scan de la tête, c’était immature pour son âge.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 12 Sep - 1:17
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


Il se mit à rire un peu plus à l’expression plus mignonne qu’offusquée venant de sa vis-à-vis. « Mon téléphone est au dortoir, je ne vois pas comment j’aurais pu filmer. » À bien y penser, laisser son téléphone sans surveillance dans un dortoir plein de gars était peut-être pas l’idée du siècle, mais en même temps il avait eu peur d’être contraint de fuir précipitamment et risquer d’échapper le coûteux appareil et en plus le téléphone ne pouvait pas se débarrer sans son empreinte digitale.

Clairement, JungRin ne connaissait pas les Okina5, à voir comment elle pensait qu’il pouvait les amadouer. Un sourcil relevé, pas du tout impressionné, il s’esclaffa, un peu incrédule. « Sourire de petit ange? Premièrement, elles appellent ça un sourire de démon, elles sont véritablement immunisées. Je ne serais pas prêt à en dire de même de Noona, considérant qu’elle me compare à un ange. Une image tout à fait erronée, faudrait peut-être plus se fier à mes soeurs… » Et comme si ce n’était pas assez, il se permettait l’affront d’un sourire en coin, plus que satisfait de sa réplique. Avoir le dessus sur un Okina c’était possible qu’en étant soi-même Okina ou en étant une autre sorte de créature intenable, et aux dernières nouvelles ce n’était pas le cas de Miss Décor.

« C’est le groupe dont je suis leader, c’est mon devoir de m’assurer que tout va comme sur des roulettes. » La belle excuse pour cacher qu’il s’agissait plutôt d’une curiosité démesurée de sa part. « Je vois mal comment je pourrais ne pas avoir le droit d’être là. » Grand menteur, va. Enfin, on ne lui avait pas interdit d’y aller, ça voulait donc dire que c’était permis!! Il n’avait pas pris de chance en utilisant la stratégie de se faufiler, au cas où on lui apprendrait ensuite que c’était interdit, mais devant le fait accompli, il lui fallait se défendre! « Je vois mal comment je peux être blâmé d’une telle installation précaire. » Il pointa l’échelle avec une moue désapprobatrice. Elle n’avait pas besoin de lui pour se casser le cou, évidemment!

Rectification : Pas pour se casser le cou, mais pour se massacrer un genou. Il ne comprenait pas pourquoi elle cherchait tant à cacher qu’elle avait mal, elle n’était pas un lapin – on le pardonnera de s’être informé des conditions de vie de la mascotte à venir des F!GHTERS, voir ici Ginga la lapine de Sora-chan – Jung Rin n’était pas une proie qui ne devait pas montrer de la faiblesse afin de s’éviter d’être la cible de prédateurs, non? Enfin, à voir la société de nos jours, c’était encore drôle. « Où est passé le ‘C’est ta faute Okina-kun’? Tu ne m’embêtes pas. Quel homme laisse une fille affalée parterre? Pour qui tu me prends? » Encore un sourcil relevé. Il n’était clairement pas impressionné. Encore moins avec ce qu’elle venait de lui pondre comme manœuvre d’évitement. «Bon. J’ai ma réponse. Clairement tu me prends pour un idiot. Si c’est ta rotule qui déconne comme c’est arrivé avec Hiro-nee-san, ça ne passera pas tout seul… » Il s’apprêtait à aller vérifier où c’était bloqué, en utilisant le peu de connaissances qu’il avait – après tout son expertise s’arrêtait à son propre pied affaissé et la blessure de sa sœur – lorsqu’il entendit la question  encore plus ridicule. « Tu dis que ça va passer tout seul et deux secondes après tu me demandes si on doit amputer… » Il ricana en secouant la tête. Elle n’était clairement pas ennuyante. « Dis-moi si ça empire… » Lentement et délicatement il avait massé le genou, tentant de trouver le point du blocage, mais il n’était pas du tout physiothérapeute, bien loin de là!!!

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 12 Sep - 2:20
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


Elle avait hoché la tête, rassurée quand il avait mentionné ne pas avoir amené son portable. Ça serait bien le comble, que ses bêtises finissent sur le net! La honte! Elle avait hoché la tête, retrouvant son sourire. « Ça va alors… » Ou à tout le moins, il y avait eu plus de peur que de mal, avant de se relever, elle n’avait pas ressenti le moindre contre coup de sa chute, son sauf égo qui diminuait de seconde en seconde alors qu’elle écoutait son rire… Était-ce possible d’être si harmonieux? Ça devait être sa voix de chanteur… Rinnie… il ne fait pas carrière dans le rire. Il devrait! Écoutant ses paroles avec attention, elle avait pouffé de rire en l’écoutant parler de ses sœurs…« Je ne connais pas tes sœurs. Mais je prends note de l’avertissement… es-tu certain que ça soit l’image que tu veux projeter pour le groupe? Un loup en habit de brebis?   »  … il faut dire qu’il avait ce petit sourire en coin qui lui donnait l’impression qu’il n’était pas si angélique que ça… d’ailleurs, lorsqu’il lui avait montré, une fois encore, elle avait pris une grande inspiration et avait laissé un son horriblement gênant lui échapper : « Iiiiih. » … Est-ce qu’elle venait vraiment de laisser un son qui ressemblait à un couinement de groupie lui échapper à la vision sublime de son sourire en coin?

Absolument! Et la seconde d’après, la honte la rattrapait et elle rougissait jusqu’à la racine des cheveux, observant autour d’elle tout sauf son vis-à-vis. Oui,  la honte, sans oser le fixer, elle cachait sa bouche de ses mains. Elle était trop faible à ce sourire-là et elle était à peu près certaine que si elle le voyait à nouveau, elle allait s’évanouir! Déjà que son cœur avait redoublé en vitesse, elle en perdait sa capacité d’analyse. C’était presque libérateur, en même temps, de ne pas avoir à penser à chacune de ses paroles, de ses réactions. Aussi bête soit-elle en sa présente, elle était elle-même. Elle ne s’était pas souvent permis cet écart au cours des dernières années. Que ça soit par peur de déplaire à Xialei…. Ou de voir Ji Hoon l’abandonner.

Ses sourcils s’étaient froncés devant la défense plutôt faible de son cadet. Elle avait sourit doucement, avant de prendre un air faussement outré – sans le sourire, ça serait plus crédible. Elle devrait lui faire la morale, lui dire que c’était secret… mais elle ne lui en voulait pas trop, au fond. « … Le leader hmmm… » elle le savait, elle avait probablement été mise au courant avant lui! Observant autour d’elle, elle avait finalement trouvé une affiche qui indiquait ‘’personnel de décors seulement’’ et le lui avait pointé : « Tu vois cette affiche? Ça veut dire que le leader ici, c’est moi. » elle avait quand même un caractère bien trempé, Rin, sous ses airs d’anges. Croisant les bras, elle avait ajouté, têtue sur ses activités dangereuse : « Quant à mon perchoir, il n’était pas un problème avant qu’un certain jeune homme ne me fasse sursauter… » lui et sa maudite beauté arrachée aux dieux!

Ce qui était moins divin, cependant, c’était la douleur cuisante dans son genou. Douleur qu’elle aurait préféré ne pas lui montrer, de peur d’être considérée comme un boulet. Elle avait si souvent été relayé au rôle de bibelot inutile. C’est donc une belle incompréhension qui ornait son minois aux paroles de l’idole. Sincère, elle avait marmonné à son intention… « C’est la surexposition aux femmes de ta famille qui te rend si naïf? Crois-moi, la majorité des hommes laissent une fille affalé par terre. » … Elle en avait au moins deux en tête qui l’auraient regard agoniser avant de lever le petit doigts… Que ça soit son père, ou Ji Hoon. Elle espérait que Xialei aurait, à tout le moins, demander à un membre du staff de l’aider…Elle avait envie de protester mais, devant la prise en charge de son médecin improvisé, elle avait hoché vigoureusement la tête. « … Chef oui chef. » … quelque part, ça lui faisait plaisir qu’il veuille bien l’aider. Avait-il le moindre défaut? Comme pour détendre l’atmosphère, ou pour l’entendre rire encore, elle avait sourire avec douceur et avait ajouté, faussement craintive.  « Tu as ton cours de premier soin? Si la réponse est non, tu devrais pratiquer sur Choi et revenir, je suis encore plus chochotte que lu---- » ……. Lui? « Aaaaaah. » La fin de sa pharse s’était perdu dans un couinement alors qu’il posait à peine la main sur elle. Elle s’était attendue à ce qu’il appelle quelqu’un, qu’il lui donne de la glace… pas qu’il pose une main sur elle. Son cœur avait littéralement arrêté à son contact.

« Qu’est-ce que tu fais? Pourquoi t-t-t-t-… Haut les mains!! C’est illéga---------iiiih... » le dernier petit son avait été moins de la surprise que de la douleur. Ses doigts qui la massaient avaient atteint un point sur son genou qui était non seulement rigide et coincé, mais diablement enflammé et souffrant. Sous l’impact de la douleur, elle s’était instinctivement redressée et ses mains avaient pas automatisme trouvé appuit sur le torse de son médecin improvisé. Au point où, alors qu’elle relevait les yeux vers lui, le visage écarlate, elle était agrippée à son T-Shirt avec une telle force qu’on aurait pu croire qu’elle voulait lui arracher. Relâche Rin… libère ta victime et il ne portera pas plainte pour attouchements. Tout sauf croiser son regard de tes iris sombres, rougir furieusement et rester là, comme une idiote, à sourire bêtement en l’observant. Elle avait quand même réussi à couiner un : « … C’était pire…. Mais là…………c’est… mieux? » Forcément, elle ne voyait que lui. Idiote.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 18 Sep - 3:20
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


Ce n’était pas son genre de prendre des vidéos des autres de toute façon. Et c’était bien tant mieux! S’il fallait qu’il perde du temps à prendre des vidéos de lui et les autres mecs en train de pratiquer, ils ne seraient pas sortis du bois! Ainsi l’appareil pouvant enregistrer la chute de Jung Rin était loin de ses mains et cela semblait amplement la rassurer. À croire qu’elle savait qu’il n’était pas le type qui rapporterait les ragots.

« Cinq pestes. Une chance qu’on n’est pas dans un film, elles fusionneraient et ça deviendrait sûrement quelque chose comme Ragnarok ou je ne sais quoi. » Il ricana, s’imaginant tout le trouble dans lequel il pourrait être si ses paroles se rendaient jusqu’aux oreilles d’une seule de ses impitoyables aînées. Oh, il les aimait et elles l’aimaient encore plus, mais le fait restait qu’aucun d’entre eux avait été élevé à se laisser marcher sur les pieds. « L’image que je projette aux fans dans le cadre de mes fonctions professionnelles n’est aucunement de mon contrôle. » Il haussa les épaules dans un geste qui pourrait être considérer comme du je-m’en-foutisme. Après tout, le mot d’ordre actuel était de ne pas nuire aux talents des autres membres et de laisser le ‘center stage’ au doyen du groupe. Il ferait ses lignes de rap, suivrait les chorégraphies et se présenterait comme étant le leader du groupe. À date ça semblait plus comme étant un titre qu’une fonction… On savait tous que la personne qui voudrait régner en maître sur le groupe ne s’appelait pas Okina Tsubasa.  

À entendre le son qui venait de sortir de la peinturée, Tsubasa leva un sourcil avant de se remettre à rire de plus belle. « Ce n’est pas parce que j’ai parlé des fans que tu dois me faire pratiquer à interagir avec eux, c’était quoi ce son?! » Beau moyen d’esquiver tout ce qu’un tel son provenant d’une dame pouvait vouloir dire. Bon, peut-être qu’il devrait arrêter de la taquiner mais voir comment elle avait réagi au son qu’elle-même avait émis était absolument hilarant.  « Faut pas faire de favoritisme, Noona. Sinon Senpai, Koike-kun, Takagi-kun et Sora-chan vont soupçonner que tu fais exprès de mettre des lumières plus fortes à mon emplacement principal dans le clip. Senpai serait absolument furax. » Priver la Vegetalia Gabrielis de sa dose de lumière, un crime!!! Bon, c’était assez les farces. Il aimait bien son senpai, même si ça ne semblait pas très réciproque… valait mieux ne pas sortir les taquineries avant que la situation soit résolue.

Parlant de taquineries, si la directrice décor pensait faire la discipline, ça semblait plus être des blagues qu’elle faisait en lui montrant l’affiche de restrictions. Faudrait qu’elle cesse de sourire si elle voulait avoir l’air d’un minimum autoritaire, surtout que le facteur peinture renversée ne l’aidait vraiment pas! « Bah je vais bientôt faire partie de ce décor-là, j’ai ma place ici alors! » Et voilà, contré.  « Et si tu avais eu une installation sécuritaire, rien qui avait le potentiel de te faire sursauter t’aurait fait chuter. Et si une mouche était venue se poser dans ton visage, huh? » Il avait l’habitude d’argumenter contre ses sœurs et parfois contre sa mère, il ne fallait pas jouer à ce jeu-là avec lui. S’il pensait avoir raison, il allait tenir son bout.

Elle aimait vraiment l’obstiner, celle-là! Ne même pas être capable d’accepter de l’aide sans rétorquer! « Si les mecs sont comme ça en Corée, rappelle-moi de ne jamais y aller. Laisser quelqu’un parterre… et puis quoi encore. Je passerais mes journées à leur faire des leçons de bienséance! » La politesse était en effet quelque chose d’aigu chez les Japonais, mais de là à laisser quelqu’un affalé parterre, là ça en était trop.  Il aurait aidé n’importe qui, en fait… sauf son ennemi. « J’ai des bases. Et encore une fois, s’il t’entendait, Senpai serait furax. » Oser traiter Choi Gabriel de chochotte! Elle n’avait aucun instinct de survie, la pauvre!

À l’entendre hurler, il leva les deux mains en l’air en une fraction de seconde, plus rapidement que s’il venait de découvrir qu’elle était recouverte de poison au lieu de peinture.  Il avait levé les mains avant même qu’elle dise ‘haut les mains’ et lorsque les mots eurent sorti de la bouche de la dame, il la regarda avec une expression qui voulait clairement dire ‘est-ce que tu te fous de ma gueule?’. Exactement au même moment il s’était remis à la tâche, s’arrêtant de nouveau, sans lever les mains cette fois, lorsqu’elle couina. Concentré à sa tâche, surtout lorsqu’il avait trouvé l’endroit problématique, c’était lui qui avait sursauté lorsque ses vêtements lui étaient presque arrachés. Un instant, il n’est pas un idole encore!! Il voulait bien croire qu’elle avait mal, mais là… « Tant mieux si c’est une amélioration mais Rin-san… faudrait me laisser avoir mon gilet… »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 20 Sep - 2:03
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


Son ton était moqueur, alors qu’elle l’écoutait parler des terribles créatures qu’il avait comme sœur. « Ce n’est pas très gentil… tu peux m’en prêter une ou deux, j’ai toujours voulu une sœur… » ou un frère, longtemps, elle avait trouvé ça difficile d’être enfant unique. Elle avait beau adorer ses parents, elle se sentait vachement seule quand elle devait faire face à la réalité, si elle avait eu un frère, elle aurait été un peu plus libre… Mais bon, elle ne s’en plaignait jamais, sachant ô combien sa tendre mère pourrait fondre en larme si on lui rappelait son incapacité à mettre au monde un second enfant. Reste qu’elle enviait la grosse famille de Tsubasa, ça l’intriguait.

Mais plus que de le questionner, elle devait assoir son autorité. Elle était l’adulte responsable en ces lieux – malgré les apparences – et il n’avait pas le droit d’être ici! Elle avait donc tenté de le réprimander, sans grande violence, un sourire amusé aux lèvres. « Non. Il est du mien. Alors cesse de te moquer ou je vais faire de quoi le mec mal éclairé et caché par un rideau. » … et même comme ça, il serait le plus beau. Elle avait quand même cru bon de préciser, d’une petite voix : « Je plaisante. » .. .et ce fut la dernière chose digne d’estime qu’elle ferait ce jour-là. Parce que bon, le fourbe avait eu l’idée de s’approcher d’elle et, comme toute préadolescente dérangée, elle avait poussé un cri franchement gênant et digne d’une groupe. Rougissant furieusement, le cœur battant à 100 milles à l’heure, elle avait tenté de se justifier d’un : « La douleur… juste la douleur. » Vraiment? Elle n’avait pas l’air super crédible, peut-être que si cette cessait d’être aussi rouge et aussi timide, ça serait possible de lui faire gober ça… « Préviens moi la prochaine fois. Ton sourire, il frappe. »

… Si la honte pouvait tuer, elle serait la prochaine victime. Qu’est-ce qu’il avait, ce maudit japonais, pour lui faire dire tout haut ses pires pensées? Elle ne pouvait qu’imaginer la réaction déçue de ses parents devant la perte de ses bonnes manières. « Du F-favoritisme? J-j-jamais! Et puis, toute la lumière doit être dirigée sur l’ancien, le F!GHTERS original, Choi le tout puissant… » … et même ça, ça ne suffirait pas à l’empêcher de remarquer Tsubasa, elle n’en dit rien. L’idée que Gabriel soit le pilier d’un groupe était risible, elle entendant encore son ancien fiancé se plaindre des piètres performances du végétal. « J’entends l’ancien professeur de danse hurler d’ici. Je lui enverrai une vidéo. » … en même temps que des félicitations pour ses fiançailles. Gabriel qui a l’air con, c’était un bel offrande de paix non?

Et voilà que le jeune homme se permettait de tenter d’avoir le dernier mot! IL ne manquait pas d’air! « Tu crois? » elle avait gonflé les joues, un brin boudeuse d’être repris et, comme une idiote, elle avait glissé son bras contre le sien, histoire de le tacher – sur sa peau et non ses fringues, de peinture dont elle était couverte. « … Voilà, comme ça au moins, tu en porte les couleurs. Ça t’apprendra à te moquer. » Rin… deux ans. Elle ne pensait pas, et c’était rafraichissant, addictif. Elle avait enfin cette impression d’être authentique, de ne pas avoir à surveiller ses moindres paroles. Elle souriait, réellement. « Une mouche… t’es un peu plus impressionnant qu’une mouche Okina-kun. Et je suis une super acrobate… même si ce n’est pas ma meilleur démonstration. » et le retour de cet air boudeur… Heureusement pour elle – ou malheureusement, Tsubasa avait tenté de sauver son genou mal en point, lui tirant non seulement un sursaut mais, lorsqu’il s’en pris à la source de douleur, une nouvelle humiliation, alors qu’elle se cramponnait à lui.

« … Oui. Ok. » une personne normale aurait relâché son captif, se serait plié à sa requête… mais par Rin, apparemment, tout le sang de son corps était présentement occupé à colorer son minois d’un rouge cramoisi sans qu’elle ne daigne le lâcher, ou détourner le regard. Il n’y a pas de cerveau au numéro que vous avez composé… puis, elle pris conscience de sa stupidité et le libéra, non sans replacer le chandail comme on le ferait avec une couverture… L’effet étant un peu plus bête, on aurait dit qu’elle lui flattait le torse. Bravo championne! « Désolée, je voulais pas abimer tes fringues… » alors ça, il fallait y penser AVANT de le serrer avec tes mains couvertes de peintures, idiote. Réalisant sa bévue, elle avait grimacé et avait tenté de se redresser d’un bond, comme la puce hyperactive qu’elle était… sauf que bon, ce qui devait arriver arriva, à peine son pied eut il touché le sol que la douleur la foudroyait. Elle avait grimacé, perdant pieds… juste assez pour s’effondrer sur son sauver improvisé. Vraiment, elle faisait une super première impression. Qu’on la tue. Maintenant.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 2 Oct - 3:05
This smile is illegal, call the cops!
JUNG RIN & TSUBASA


Prêter une de ses sœurs? Il les prêtait déjà avec l’autre mâle officieux de la famille!  « Oh, attention, je ne les échangerais pour rien au monde.» Si le destin avait été un mini peu différent, il n’aurait fort probablement pas eu de sœur du tout… qui sait où il serait retrouvé. Il avait entendu des histoires d’horreurs de personnes dont les parents ne voulaient pas mais avaient ‘tolérés’ tout de même, ou d’enfances passées dans des orphelinats. Non, il était franchement choyé d’avoir eu la chance d’être adopté par les Okina alors qu’il n’avait que quelques jours de vie. Cela incluait sa quantité industrielle de grandes sœurs, donc c’était aussi une bénédiction. Il n’avait jamais manqué d’amour.

…Minute. L’image que Tsubasa avait dans son groupe, son ressort à elle? Hahaha, elle était bonne celle-là. À moins qu’elle devienne leur manager, ça n’avait rien à voir… Il lui releva un sourcil, zéro convaincu même si elle faisait des menaces de le cacher. À l’entendre dire qu’elle plaisantait, il ne lui fallait pas plus pour enchaîner. « Toi, plaisanter? Mais quel manque de professionnalisme, menacer un trainee ainsi, pour finalement lui dire que tu n’es pas sérieuse! » Bon, trainee. Pas tout à fait… Du moins, plus pour longtemps.

Si le son qui sortait de ce petit bout de femme était un son qui sortirait de nombreuses filles à travers le Japon dans un futur proche, il serait franchement content que les haut-parleurs des salles de concert soient trop forts. Elle blâmait ce son sur la douleur, et si elle n’avait pas enchaîné, il aurait été contraint d’être un minimum inquiet… mais apparemment que c’était de la douleur causée par son sourire qui frappe! Incapable de se retenir, il éclata de rire de nouveau, définitivement il n’avait aucune pitié. « Tu veux que je fasse quoi? ‘Attention Rin-san, j’ai l’intention de sourire’? » Bien sûr, il avait dit ça tout en riant!

Vraiment, il pourrait passer une journée complète à la regarder s’énerver à chaque plaisanterie qu’il lui sortait. La voir s’expliquer et bafouiller, il ne savait pas pourquoi, mais c’était satisfaisant de visualiser tout ça, comme regarder un spectacle. Chaque réaction était inattendue et au-delà de ce qu’il aurait pu s’imaginer. Ce n’était pas la même satisfaction que quelqu’un a en jouant les intimidateurs, non, au contraire, s’il le pouvait, Tsubasa la ferait rire de ses propres propos. Par contre, rire de Gabriel, c’était proscrit. « Li-sensei n’est pas une bonne référence, il hurlerait pour de nombreuses raisons… Gabriel-senpai a fait ce que tous les autres n’ont pas fait. Il est resté. » On pourrait croire que c’était un speech tout appris, ce que l’agence lui demanderait de dire, mais non. Il avait un respect pour son senior qu’il savait n’étant pas partagé par plusieurs. C’est justement parce qu’il avait ce respect qu’il était capable de faire des blagues, mais aussi de sortir des phrases comme il venait de le faire. « Il est le visuel du groupe, après tout. »

Alors comme ça madame la fan du visuel avait décidé de lui donner des couleurs additionnelles? Regardant son bras colorés, il ricana en secouant sa tête baissé, un peu abasourdi. On se croirait à la maternelle! En même temps, ça faisait un bien fou. Trop de gens dans cette agence se prenaient pour plus précieux qu’un diamant, et c’était triste à dire mais bien que Gabriel excellait dans cette discipline, il était tolérable lui au moins! Tsubasa ne pouvait pas en dire autant de plusieurs autres personnes, ce qui faisait de la séance de peinture corporelle un réel vent de fraîcheur. Trempant un doigt dans la peinture, il se permit d’en mettre sur le front de Jung Rin, un petit point fait rapidement. « Tiens, je viens de te peinturer une mouche. » Petit chenapan.

Alors qu’il essayait de faire quelque chose de ce satané genou, il ne pensait même pas à son chandail. Juste… le fait qu’elle l’agrippe comme ça lui enlevait un champ de travail. Il était concentré à la tâche, vraiment, parce qu’en temps normal il n’aurait pas manqué une telle occasion de rigoler et de sortir son côté flirt, mais il pensait trop à essayer de faire en sorte que Jung Rin puisse marcher. Peut-être est-ce parce qu’il repensait aux pleurs d’Hiroka lorsque son genou à elle la faisait souffrir, mais il s’en faisait une mission de faire un minimum pour la demoiselle. « On s’en fiche du chandail. »  Vraiment? Elle est en train de le flatter? « Comment va ton gen-?» Clairement, il allait bien, à voir comment elle s’était levée rapidement…ou peut-être pas, parce qu’elle venait de retomber… sur lui.

Si plusieurs se seraient offusqués, Tsubasa était plutôt crampé de rire, laissant sa tête tomber sur le sol un moment, reprenant son souffle parce qu’avouons-le, elle a beau être petite la Rinnie, recevoir le poids de quelqu’un d’autre sur soi, ça peut couper le souffle. « Rin-san… je ne te pensais pas aussi entreprenante. » Par contre dès qu’il retrouve son oxygène, il faut qu’il taquine, sinon on aurait pu croire qu’il s’est pété la tête. Enfin, peut-être que oui il se l’est pété, à voir comment il s’est encore plus approché afin de déposer un petit baiser sur le bout du nez de la demoiselle. « Tu t’es probablement encore plus massacré le genou… Tu n’étais pas obligée de te blesser pour être si près de moi, tu sais… »

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
 
This smile is illegal, call the cops! ft. Tsubasa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Wake up call en plusieurs langues
» call on me clip remasterisé
» Call center : Thomas Cook rompt son contrat avec son prestataire tunisien
» Nouveau smile!!
» Have a Smile du Temps passé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Eita Entertainment :: Bâtiment W :: Salles multifonctions (danse, chant, expression corporelle)-