Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 Match made in Hell ft. Haruto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 28 Aoû - 23:02
Match made in hell ❤
YURINA & HARUTO 


Tenue ☆ Délicatement, notre demoiselle avait fini de boutonner la robe noire aux manches bouffantes que sa mère avait choisis pour l’occasion, une trouvailles tout aussi distinguée que pratique pour cacher les marques bleutées que son père avait laissé sur ses bras et son corps des jours plus tôt après un excès de rage. Avec milles précautions, ses doigts s’étaient glissés vers son coffre à bijoux pour en extirper le lourd collier qui lui avait valu la correction. Elle avait serré les dents en l’attachant autour de son cou, certaine que son père aimerait le signe de soumission, le rappel qu’elle était bien consciente, de mériter son encadrement… violent. Son regard se posa ensuite sur son reflet dans la glace, alors qu’elle finissait d’appliquer une teinte neutre sur ses lèvres, parfaitement soignée, parfaitement barbante… au moins, son visage avait repris son aspect normal. Ça y était, le reste de sa vie, le début de la fin : un souper minable avec un homme méprisable, un lâche, un poltron qui n’avait même pas la force d’annuler un engagement… Un bel abruti que son futur mari. Elle avait forcé un sourire faux, doux sur ses traits, avant d’être distraite par le témoin lumineux de son portable indiquant un message : Naoto. Une fraction de seconde, son sourire c’était fait plus sincère, alors qu’elle lisait la dernière connerie en liste, se permettant un bref moment de naturel avant de jeter le téléphone dans son sac à main, non sans avoir supprimé le message incriminant.

Elle avait fini de coiffer ses cheveux, plutôt satisfaite de son reflet, et elle avait descendu lentement, comme une condamnée à mort, l’escalier la menant au salon. Il ne tarderait pas, lui et sa bécasse de mère, son minable de père, ils se pointeraient dans sa demeure, chanterait les louanges du jeune couple, lui imposeraient une joie qui n’était pas la sienne… Elle s’était arrêtée à mi-chemin, d’où lui venait cette soudaine envie de rébellion, avait-elle perdu le nord au point de se permettre de souhaiter autre chose que cette vie rangée? Idiote. Minable. La moindre étincelle dans ce sens ne ferait qu’aggraver l’état de son paternel. Elle avait pris une grande inspiration, forçant cet air de fiancée éperdue sur ses traits, elle était bonne joueuse, ce masque-là demeurait intact. Prenant bien soin d’avoir cet air immaculé, parfait, elle s’était rendue au salon où discutaient déjà les deux couples de parents. Il ne manquait que son cher et tendre fiancé, apparemment. Calculatrice, elle avait préféré se joindre au duo de matriarche plutôt que de rompre la distance entre elle et son père. Elle l’avait toujours su, qu’il lèverait la main sur elle tôt ou tard… mais elle n’était étrangement pas rassurée de savoir qu’elle avait eu raison.

Chassant ces démons, elle avait souri aux deux femmes, en échangeant des formules de politesse, hochant la tête alors que sa mère la taquinait doucement. Elle n’écoutait pas, de toute façon, c’était du pareil au même, ça ne changerait jamais, elle devait simplement s’y faire… Elle aurait tellement préféré être ailleurs, genre, à distance de cravache de son cabot pour s’assurer qu’il n’osait pas en regarder une autre, même pas la caissière au supermarché! Tirée de ses pensées par le main de sa mère, elle lui sourit, l’air absent alors que la matriarche semblait ravis de cet état : « Yurina, je te parle. Oh les jeunes, déjà en pamoison devant votre beau Haruto, un peu plus et elle se nourri uniquement d’amour et d’eau fraiche. » Elle avait souri, bonne joueuse, pensant que si elle ne mangeait pas, c’était parce que ses parents avaient une adoration pour la priver, de peur qu’elle devienne grosse. « À les voir si épris nous serons bientôt grand-mère, hahaha. » la simple idée lui levait le cœur. Où était donc ce minable de Kamiya, que quelqu’un s’objecte autant qu’elle à cet élevage d’héritier !! Elle avait laissé ses yeux errer, avant de finalement remarquer le jeune médecin, à l’entrée du salon, accompagné par un de leurs domestiques. D’un petit signe de main faussement timide, elle l’avait salué d’un : « Haruto! » … avec un peu de chance, il dirait non aujourd’hui?

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 29 Sep - 11:27
Match made in hell ❤️
YURINA & HARUTO 


Tenue ☆ Aussi bien qu'il le put, Haruto finit de boutonner sa chemise. Pas de cravate. Son attelle l'empêchait d'effectuer correctement ses gestes. Et puis, il ne souhaitait pas avoir l'air trop sérieux. Ce n'était qu'un dîner. Avec sa future ex-belle famille. Les Daimon avaient beau être riche, le fiancé voulait montrer une image plus séduisante de lui-même. Pour mieux les avoir dans sa poche. S'il se montrait à l'aise, cela signifierait sûrement à leurs yeux qu'il acceptait l'idée de ce mariage qui approchait toujours plus. Ji Hoon le lui avait répété, il devait se montrer confiant, sûr de lui. Sa cible principale, c'était Yurina. Haruto avait réussi une approche inattendue et originale, quelques jours auparavant. Il se revoyait porter la jeune femme jusqu'à la ligne d'arrivée, tel un chevalier emportant sa belle. Un sourire au coin des lèvres, le psychiatre ne doutait pas avoir marqué des points, ce fameux jour. Petit à petit, il se montrait moins fermé, plus sympathique. Pas trop, jouant encore les taciturnes de temps en temps, afin de ne pas paraître trop suspect. Comme Ji Hoon le lui avait conseillé.

Vérifiant sa tenue, il s'adressa un sourire à travers le miroir. Un rendez-vous chez le coiffeur avait rendu à ses cheveux sa couleur naturelle. Tout pour faire croire qu'il faisait de beaux efforts pour sa belle-famille. Il avait même fait du shopping pour s'offrir une tenue de marque. Le fiancé parfait. A ses pieds tournait Takochi. La petite chiennne était nerveuse, n'aimant pas rester seule. Mais Haruto ne pouvait l'emmener. « Ce n'est l'affaire que d'une soirée, ma belle. » Se penchant pour attraper le petit caniche, il la serra contre lui, s'accordant un instant câlin avec elle. Il aurait peut-être dû finalement tout de même demandé à Ji Hoon de la garder ? La confier à Erena ? Ou même à Kô ? L'embrassant sur son petit crâne tout doux, il la posa sur son lit. La petite avait le droit d'y dormir. Sa main se perdit dans son pelage, avant qu'il n'attrape sa veste. Quand il fallait y aller, fallait y aller !

Au volant de sa voiture, Haruto se répétait les conseils de son petit ami. Il espérait simplement que sa mère le laisserait un peu en paix. Il ne demandait bien évidemment pas d'intimité avec Yurina. Non, il avait besoin de son public, de témoins qui verraient combien il faisait des efforts, etc. Simplement, si Haruka pouvait arrêter de faire la moindre allusion à leur future vie de couple, cela l'arrangerait énormément. Le fils Kamiya n'avait pas envie de réfléchir à leurs futures vacances ou au bel appartement qu'ils achèteraient en plein cœur de Ginza ou au nombre d'enfants qu'il lui ferait. Un frisson d'horreur lui courut dans le dos, mais il se reprit avant d'appuyer sur la sonnette, retrouvant un petit sourire aimable. Visiblement, il était le dernier, mais il s'excusa tant et si bien que la maîtresse de maison et sa propre mère l'excusèrent immédiatement, le plaignant d'avoir eu à subir les bouchons de la capitale. Après avoir proprement salué les Daimon, puis ses parents, le merveilleux fiancé se tourna vers Yurina, son sourire se faisant légèrement plus timide. Il choisit d'ignorer le commentaire de la mère de cette dernière. Jamais !

« Bonsoir, Yurina-chan. » Il s'approcha d'elle, presque timide. Haruto choisit d'ignorer ce sentiment désagréable. Ça le dérangeait, c'était toujours là, mais il ne pouvait s'en débarrasser. Comme une réaction allergique. Il n'en montrait rien. « Comment va ta cheville ? » La regardant droit dans les yeux, il lui adressa le sourire le plus doux dont il était capable. Sûrement que cette façon d'agir l'irritait-elle, lui donnait envie de l'écharper. Parfait. Haruto osa poser une main amicale dans son dos, se penchant pour observer ses pieds. « On peut s'asseoir, s'il t'est trop pénible de rester debout. » Lui-même avait gardé son attelle. Sa mère gazouilla d'admiration, pouffant joyeusement. Il en fallait peu pour qu'elle batte des mains. « Regardez comme il s'inquiète déjà pour elle ! Oh, Yurina-chan, tu seras entre de bonnes mains avec mon fils. Il n'y a pas plus prévenant que lui ! » Elle chercha l'approbation de son mari qui se contenta de hocher la tête. « Je revois encore la scène. Oh ! » Elle poussa un cri si aigu que Haruto lui-même en fit une légère grimace, restant toujours près de sa chère fiancée. « Mon cher fils marchant lentement vers la ligne d'arrivée en te portant dans ses bras ! » Pour un peu, et tout le monde verrait les étoiles dans ses yeux. Haruto affichait une moue humble, secouant la tête comme si son geste n'avait été que banal, mais mentalement, il se félicitait. Sans aucun doute, il avait marqué des points. Et le sourire qu'il adressa alors à Yurina, il fit de son mieux pour qu'il ne soit pas trop triomphant.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.

_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 29 Sep - 16:32
Match made in hell ❤️
YURINA & HARUTO 


Tenue ☆ Lorsqu’elle senti la main de son fiancer se poser sur son dos, sa réaction fut instantanée : elle se figea, et dû se faire violence pour masquer l’expression de douleur qui avait tordu ses traits. Sa chaire était encore bleutées et tendre des coups que lui avait administré son paternel – coups qui avait trouvé une seconde ration pour la punir de sa chute minable lors de la course. Le moindre contact envoyait valser dans ses membres une douleur cuisante. Heureusement pour elle, elle put porter son attention sur le médecin qui s’inquiétait de l’état de sa cheville et, profitant de cette chance, blâma la douleur sur son pied. « C’est encore un peu douloureux... » qu’il retire sa main de son dos, elle avait envie de hurler, de quel droit se permettait-il une telle familiarité? Elle se sentait presque souillée à son contact… à quel moment avait-elle commencé à être sélective sur les mains qui se posaient sur elle? Chassant la nausée du contact au profit d’un sourire timide, elle avait murmuré, comme totalement sous le charme. « Mais je vais beaucoup mieux. J’ai eu le meilleur médecin. » en fait, elle allait si bien, que l’envie de lui donner un coup de pied pour tester l’avancement du rétablissement lui tentait.

Plutôt que de le faire, toutefois, elle s’était mordue la lèvre dans une moue gênée avant de poser délicatement sa main sur son bras intact, un air inquiet au minois, sous les regards admiratifs de leurs deux mères en plein visionnement de leur feuilleton favori. « Comment va ton bras? Ça m’inquiète de te voir avec une attelle… comment tu t’es blessé déjà? » … Peut-être que cette personne dont il était amoureux l’avait violenté… Elle l’espérait presque. Si elle – oui elle, elle encore dans le néant sur ce point – pouvait le tuer la prochaine fois, ça règlerait des problèmes. Prenant appuis sur son fiancé pour donner plus de crédibilité à sa blessure, elle avait ajouté, avec un sourire candide. « Ça ira. Et puis, si je tombe, tu me rattraperas non? » … Le gloussement provenant de leurs deux génitrices suffit à lui confirmer que l’illusion était parfaite.

Sérieusement, Sayumi venait de saisir le bras de son amie en gloussant comme une gamine, comme une voyeuse qui attendait simplement que ses cabots de races copulent pour lui assurer un élevage… Si leurs mères s’aimaient tant, ne pouvaient-elles pas largeur leurs époux respectifs et vivre leur idylles sans les impliquer? Toujours aussi théâtrale, sa mère avait commencé un : « On aurait dit un conte de fée! Une scène tirée tout droit d’Hollywood! Oh mon pauvre cœur, j’en jalouse presque le romantisme! » et elle battait des mains, du grand art. Yurina devait lutter pour conserver un visage souriant, et surtout, ne pas croiser le regard d’Haruto. Franchement, elle avait peur que si ça se produisait, ils constatent que l’aurait était au moins aussi scandalisé par ces projections. « J’ai tellement hâte que nous puissions raconter cela à nos petits-enfants. Oh! Avec euphorie, le moment où leurs parents sont tombés amoureux! » … Amoureux? C’était quoi cette connerie… Et pourquoi est-ce que ce mot stupide, méprisable, la renvoyait à une bouteille de bière éclatée. Elle avait refoulé cette pensée, ce visage, espérant calmer la représentation – et les idées de reproductions d’un : « … Oui. Je suis vraiment chanceuse. » … d’avoir un fiancé aussi dépourvu d’intérêt. Et autant il l’énervait, à ne pas vouloir rompre cet engagement bidon, à agir comme un abruti égoïste, quelque part… oui, elle était chanceuse. Il allait la sortir de cette famille dysfonctionnelle et, au mieux, ne lèverait pas la main sur elle. « Haruto-san est un vrai prince charmant. » C’était juste dommage qu’elle préfère les rustres…

Si elle avait espéré calmer le jeu, ce fut tout autre. À cette formulation, sa mère couina dans une interprétation grandiose d’un porc qu’on égorge, saisissant les mains de son amie et future belle-mère de sa fille dans les siennes. « Oh mon dieu! Parlant de prince! Saviez-vous que l’Agence organise un bal pour Halloween? » … oui, Yurina savait. Elle avait la ferme intention d’y amener un abruti genre Taiki – ce malléable – afin de garder un œil sur son abruti de chien qui voulait y amener une autre fille. Ou peut-être qu’elle pourrait demander à Naoki de l’y amener, histoire de vraiment rendre son cabot vert de jalousie… Ou rester chez elle, tout sauf ce que sa mère proposa, radieuse. « Nous pourrions diner tous ensemble, festoyer, et bombarder ce jeune couple de photographies en les envoyant à leur premier vrai rendez-vous. Olalal. Imaginez les jalouses! La joie! Le bonheur! L’étincelle des premiers émois lors de leur premières danse lente… » Elles jouaient à quoi là, leur mères, à s’émoustiller de leurs premières fois. Voulaient-elle aussi des billets pour la nuit de noce?!?

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
 
Match made in Hell ft. Haruto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» bettas made in vietnam
» operation CADDIE supermarche Match à DIEUZE 57
» aquas plantés "made in oliver knott"
» [Partenaire] Made in Design
» Made in japan : Le gadget qui vous permet de comprendre votre chien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Chûô-