It’s my party and I cry if I want to

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

     Lun 28 Aoû - 17:53
It’s my party and I cry if I want to
JUNG RIN & AIRI


Qu’on se le dise, Jung Rin mesurait tout juste cinq pieds et elle était carrément un poids plume, ce n’était donc une surprise pour personne qu’elle ne sache pas tenir l’alcool et ce, au grand damne de la Russe qui lui faisait office de meilleure amie! Elle n’aimait généralement pas avoir l’esprit embrouillé, manque de jugement et pour ces raisons, elle préférait éviter de consommer quoi que ce soit. Sauf ce soir-là, apparemment, alors qu’elle était assise au bar d’un établissement plutôt questionnable, sirotant d’un air absent dieu seul sait quel cocktail. Ça servait à quoi le contrôle… cette apparence de saisir la vie par la bride, de savoir exactement ce qu’elle voulait où elle allait… tout lui avait une fois de plus échappé. Dès qu’elle s’imaginait avancer dans la bonne direction – se débarrasser d’un mariage arrangé, poursuivre une carrière, déménager, il fallait que son ex petit-ami rapplique pour foutre le bordel dans sa vie. À croire que Lee Ji Hoon avait un détecteur de stabilité et qu’il avait l’obligation contractuelle de venir bousiller son semblant de reprise de contrôle, dès qu’elle arrivait.

Elle avait pris une nouvelle gorgée de son verre en soupirant. Comment arrivait-il à la mettre dans cet état, dix ans plus tard, elle aurait pourtant dû être immunisée à ses yeux de charlatan et ses paroles en l’air! Ses excuses, elle les connaissait toutes, et elle aurait pu pointer chaque ligne mensongère de ses histoires, à commencer par toutes les fois où il lui avait dit l’aimer. Elle savait, au fond d’elle, qu’il l’utilisait, la torturait pour dieu sait quel dessein et elle ne pouvait que fermer les yeux, se berner dans une naïveté de plus en plus feinte et vivre dans le déni de ses manipulations. Sauf qu’elle avait de plus en plus de mal à faire cela sobre. Peut-être que le temps était venu, de pleurer un bon coup, de faire son deuil, et réaliser qu’il ne serait jamais cet homme qu’elle avait trop rêvé… Plus tard. Pour l’heure, elle espérait seulement boire, boire à en oublier son nom, boire à en faire taire le vide ambiant dans son poitrail, comme s’il était parti avec sa pompe à sang des années plus tôt et qu’elle peinait à vivre sans lui.

C’était exactement ça. Déposant son verre vide sur le comptoir, elle pivota un instant vers sa gauche – une fille s’y tenait depuis un moment déjà, complice de beuveries malgré elle. Sur le coup, elle avait froncé les sourcils, son visage lui était familier, mais déjà, elle avait du mal à faire fonctionner ses neurones. Optant pour son plus beau sourire et pour l’amabilité qui faisait partie intégrante de sa personne, elle sourit à la jolie bridée, la saluant de la tête avant de retourner à ses affaires. Elle n’avait pas prévu lui imposer sa présente plus longtemps, jusqu’au moment où un parfait inconnu se permis de poser une main sur son épaule dans un : « Hey. T’as l’air bien seule, tu ne veux pas venir boire avec moi plutôt? » qui lui mérita un long, très long regard de la jeune coréenne qui semblait tenter de comprendre ce que cet insignifiant racontant.

Puis, c’est avec son plus beau sourire qu’elle retira sa main de son épaule en pivotant vers sa voisine de gauche – noble sacrifice – se permettant de la désigner d’un air des plus fier dans un : « Seule? Mais t’es aveugle. J’ai la plus belle compagnie du monde! » que quelqu’un lui retire son verre, elle osa même passer un bras autour des épaules d’Airi, sans rien demander. « Je sais, t’es jaloux. Mais tu vois, t’es pas du tout mon genre. » L’intrus fixait l’étrange duo d’un air totalement incrédule, avant de s’adresser à l’idole dans un : « Sans blagues, vous êtes ensemble ? » … oh Rin, pauvre Rin. Tu devrais vraiment cesser de boire.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Invité
avatar

     Ven 29 Sep - 0:08
IT’S MY PARTY AND I CRY IF I WANT TO
Jung Rin & Airi

Aujourd'hui était de ceux où elle ne répondait jamais présente, enfin, à moins d'une urgence, mais lui envoyer des messages, qu'elle lisait au cas où, ne garantissait en rien le fait qu'elle réponde. La jeune japonaise avait quitté l'agence la veille pour rester les deux prochains jours dans son appartement, ou plutôt leur appartement, qu'elle n'avait jamais eu envie de libérer, préférant se plonger dans ses souvenirs, comme s'il pouvait revenir du jour au lendemain sans prévenir. Même si Airi savait que ce ne serait jamais le cas, elle continuait à se raccrocher à lui, à leurs souvenirs, ce qui la rendait assez hermétique aux approches des hommes. Enfin, ça s'était ce qu'elle pensait avant d'avoir croisé le sourire charmeur et les yeux rieurs d'un certain Hiromu qui lui avait retourné le cerveau. Les moments qu'elle passait en sa compagnie lui rappelaient à quel point elle avait besoin d'attention et de chaleur humaine, mais dès qu'elle se retrouvait à nouveau seule, c'était une culpabilité sans nom qui la torturait.

Elle avait passé la journée à nettoyer afin de chasser la poussière de leur sanctuaire. Ensuite, elle s'était adonnée à un long moment de valse sensuelle et triste entre ses doigts et les touches de son piano. C'était bien une des choses qui faisait qu'elle était toujours vivante, la musique et son amour de la vie. La blonde y avait songé quelques secondes, en constatant qu'elle n'en serait jamais capable malgré la douleur dans son cœur. Ainsi, elle dédiait ses morceaux comme un hymne, une célébration de celui qui devait la regarder de là-haut perdu au milieu des anges. Même si elle avait été une croyante, ce drame l'avait un peu éloignée de la lumière divine. Cependant, elle n'était pas une mauvaise fille, juste une personne un peu perdue qui se raccroche à ce qu'elle a en priant pour que personne ne puisse à nouveau la briser.

Le soir venu, elle poussa la porte d'un bar où elle s'était rendue déjà plusieurs fois avec son fiancé à l'époque, puis seule lors de son pèlerinage qu'elle avait instauré autant de fois qu'elle le pouvait. Le propriétaire des lieux la salua, même si elle avait encore le visage dissimulé derrière le grand col de sa veste. C'était que travailler en tant qu'idole ne permettait pas réellement de passer inaperçue. Enfin, moins qu'avant. Elle trouvait toujours ça impressionnant lorsque certains fans arrivaient quand-même à reconnaître certaines membres de HANABI sous des couches de vêtements. Installée au comptoir, elle commanda un verre. Quelqu'un d'autre fit son entrée, une jeune femme et s'installa au siège vide à côté du sien. Mais leurs regards ne se croisèrent pas. L'autre personne commanda elle aussi un verre d'un alcool assez fort, elle avait l'air d'avoir beaucoup à évacuer vus l'expression sur son visage. Pendant que sa compagne qui n'en était pas savourait son verre, Airi termina le sien et en réclama un nouveau. Leurs prunelles finirent par se croiser, elle lui rendit son salut tout en faisant un sourire un peu triste à son tour.

Le jeu des verres dura ainsi un temps, jusqu'à ce qu'un homme aborde sa collègue. Lorsqu'elle entendit parler de belle compagnie, la japonaise ne comprenait pas réellement de qui elle pouvait parler, jusqu'à ce qu'un bras se mette autour de ses épaules, la faisant pivoter en direction de l'importun. La question de l'autre à son encontre la fit rendre son étreinte à la jeune femme, solidarité féminine oblige. « C'est mon amie et tu n'es pas son genre, fais-toi une raison et retourne avec les tiens. » Puis elle fit un signe de la tête en direction d'une pancarte, une parmi d'autres placardées dans le bar. « Puis c'est soirée femmes, pas soirée drague. » Dit-elle en rigolant, donc en se payant ouvertement sa tête. « Mais je vais t’offrir un verre, comme ça tu ne retourneras pas sans rien auprès des autres. » Elle attrapa comme elle put un serveur par le bras et lui indiqua qu'il devait s'occuper de servir l'autre homme, lui donnant un assez gros billet en précisant qu'il pouvait garder le reste à son oreille. L'employé, pas dupe de la manœuvre, s'arrangea donc pour attirer le boulet plus loin. « Les hommes ne manquent jamais d'air... » Dit-elle en rigolant plus fort. Puis sa tête se tourna vers l'autre jeune femme. « Je ne savais pas que j'avais une copine, mais ça pourrait peut-être être bien que je connaisse au moins son prénom tu ne crois pas ? » Demanda-t-elle, le regard malicieux et sourire amusé sur les lèvres.
Made by Neon Demon


HRP:
 
Invité
avatar

     Ven 6 Oct - 20:52
It’s my party and I cry if I want to
JUNG RIN & AIRI


D’accord, elle avait bu, un peu, beaucoup en comparaison avec sa tolérance pour la chose… mais elle avait une raison! Ji Hoon avait refait surface dans sa vie, au moment pile ou elle s’apprêtait à tourner la page, à passer à autre chose, à définitivement l’oublier, il avait fallu qu’il surgisse de nulle part, lui ramène son chien, et éveille les vieux tourments de sa pompe à sang. Oh, elle ne se faisait plus d’illusion, elle n’aimerait probablement jamais personne comme elle pouvait l’aimer lui, mais elle espérait au moins, ne serait-ce qu’un minimum, qu’elle puisse avoir le contrôle de son existence. Que ça soit d’écouter ses parents et de marier le premier riche crétin à demander sa main, ou simplement, de profiter de sa solitude, elle voulait laisser les dix dernière années dans le passé… Mais la vie est une garce et, histoire de protester contre le karma, elle avait bu une nouvelle gorgée en soupirant. Elle était ivre, vraiment, mais ça n’était pas une raison pour qu’un laideron se permette de la draguer. Déjà, parce qu’il était moche, mais surtout, parce qu’elle n’était pas venue ici pour ça! Dans une lâche tentative de sauver sa peau, elle avait passé un bras autour des épaules de sa voisine…

Pour la voir de métamorphoser en wonderwoman et chasser l’indésirable sous le regard admiratif de Rin. Elle n’avait pas cette assurance, ni même cette facilité de parole, elle observait la jeune femme comme le messie, les yeux ronds, souriant largement en voyant l’homme s’éloigner. Elle avait hoché vigoureusement la tête sous les explications de sa complice et, finalement libérée, elle avait regardé le sol d’un air piteux. « Désolée pour ça… » elle l’avait quand même jeté sous un bus… Se mordant la lèvre d’un air repentant, elle avait fini par relever son minois vers elle et lui sourire doucement en inclinant la tête poliment. « Kim Jung Rin. Mais vous pouvez m’appeler Rin. Je sais que la prononciation coréenne est un peu étrange… » … combien de personnes avaient massacré son nom depuis qu’elle vivait ici. Dévisageant le jeune femme elle fini par la reconnaître : il faut dire que Rinnie bossait quand même à l’agence depuis 6 ans, elle connaissait les idoles de vue! « Je ne vous demanderai pas votre nom. Il est assez évident. » mais par égard pour l’anonymat de sa sauveuse, elle ne le dit pas tout haut.

Reposant son attention sur le bar, elle se saisit de son verre et le porta à ses lèvres, demandant, reconnaissante d’avoir été arrachée aux griffes d’un homme lourd. « Vous boirez bien un verre avec moi? » … c’était moins pathétique que toute seule, pour l’une comme pour l’autre. Il faut dire qu’elle avait bien remarqué, sur les traits de l’idole, la même mine triste, vide que sur le sien. Ça devait être un bar ou les femmes venaient oublier leurs soucis. Adressant un sourire réellement candide à la demoiselle, elle avait ajouté, pour la convaincre : Pour vous remercier d’avoir sauvé ma vertue… » … et pour éviter que le mec revienne. Aussi. Sa tête tournait, elle devrait rentrer…. Mais elle n’en avait pas envie, se réveiller chez elle avec les tourments de sa pompe à sang… non merci! « Et pour chasser cette mine triste de votre visage. Vous avez aussi des trucs à oublier? »

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Invité
avatar

     Sam 21 Oct - 15:36
IT’S MY PARTY AND I CRY IF I WANT TO
Jung Rin & Airi

Parce que solidarité féminine oblige, Airi était rentrée dans le jeu de sa voisine et les débarrassa de celui qui semblait en quête d'une épouse, à tout les coups. La lourdeur de sa technique de drague, enfin si on pouvait appeler ça comme ainsi, était affligeante. C'était assez évident qu'il devait les avoir à l'usure ou leur mettre la pression en règle générale, mais là, dans cet établissement, il était tombé sur un os qui avait la bouche bien plus grande que sa taille. Elle mit une petite tape amicale dans le dos de sa voisine. « Ce n'est rien ! » Ne disant pas ça pour faire plaisir, mais parce qu'elle comprenait que tout le monde n'était pas comme elle, surtout les femmes. Les joies d'être nées dans une société machiste où les femmes devaient être dociles. Lui rendant son sourire, elle écouta son nom qui ne lui parut pas bizarre du tout puisque, en bonne musicienne qu'elle était, elle connaissait des mots en allemand, en plus de l'italien, du français et de l'anglais, tout en hochant de la tête à son tour. « Enchantée Jung Rin et je vais t'appeler Rin, pas parce que c'est difficile, mais parce que je trouve que ça te va mieux. » dit-elle en répétant son prénom en imitant la prononciation de celle qui la portait, en espérant qu'elle ne le faisait pas trop mal non plus. Comme elle n'avait pas à se présenter, elle apprécia qu'elle ne prononce pas son nom et échangea avec elle un regard entendu.

Libérées, elles pouvaient à présent retourner à leur occupation première, boire de l'alcool. La proposition la fit tourner la tête à nouveau dans sa direction. « Avec plaisir. » Accepta-t-elle le nouveau verre. Elle termina d'ailleurs la fin du sien, bien que le mot vertu l'amusa beaucoup. « Il faudra que je le rajoute sur mon CV, sauveuse de vertu, ça peut peut-être me faire marquer des points là prochaine fois que je postulerais pour un travail. » Dit-elle, un sourire amusé sur les lèvres. Puis ça restait quand-même un bon moyen de continuer à donner le change au cas où le type serait encore dans le coin à observer. « Oublier ? Ce n'est pas ce que je cherche en venant ici. C'est même tout le contraire. Je venais très souvent avec une personne qui m'était chère. Mais je devine à ta phrase que tu souhaites oublier quelqu'un, ce n'est pas toujours facile. » Ses doigts glissèrent dans ses cheveux cendrés pour le remettre derrière son épaule. « Puis tu sais, tu peux me tutoyer, c'est quand-même plus sympa. » Petit clin d’œil. Après, Airi ne l'obligeait pas non plus.

Levant son verre pour faire signe au barman qu'elles voulaient à nouveau commander, il ne se fit pas prier pour accéder à leur demande. Pour le moment, elles restaient calmes donc il n'avait aucune raison de refuser. De toute manière, ce n'était pas dans la culture de raccompagner les autres à la sortie d'une soirée, ce qui laissait la voie libre à pas mal de pervers. « Comment ça se fait que tu sois venue au Japon ? » Après tout, c'était assez rare les coréens travaillant ici, certaines rancœurs avaient la vie dure. Airi ne se doutait pas une seule seconde que sa compagne de soirée travailler au même endroit qu'elle. Le nouveau verre dans la main, elle appuya son coude opposé sur le comptoir histoire de se donner un certain équilibre et elle le tendit dans sa direction, l'alcool commençait déjà à bien réchauffer son corps, le haut de ses pommettes étaient un peu rosé. « À quoi on trinque ? » Demanda-t-elle, un sourire sur les lèvres.  En parallèle, elle se donnait quand-même la peine de chercher, mais ce n'était que des choses classiques et elle espérait bien que Jung Rin serait plus inspirée qu'elle ne l'était. Ca ne pouvait pas non plus être en l'honneur de Pavarotti, elle ne le connaissait pas...
Made by Neon Demon
Invité
avatar

     Dim 26 Nov - 1:32
It’s my party and I cry if I want to
JUNG RIN & AIRI


Notre demoiselle avait observé longuement sa sauveuse improvisée, décidant finalement d’échanger des présentations formelles histoire de briser la glace. Il faut dire que l’idole en face d’elle venait quand même de lui sauver sa soirée et de lui épargner les avances déplacées d’un crétin… Un sourire aux lèvres – il était rare que ce ne soit pas le cas avec notre coréenne – elle avait rétorqué, satisfaite du prénom retenu. « Tu crois? Ça sonne plus japonais… qui sait, je pourrai peut-être me fondre parmi les locaux! » elle avait pouffé de rire à cette idée loufoque. Elle était plutôt fière de ses origines coréenne, de ce pays qui l’avait vu grandir, mais pour rien au monde elle ne souhaitait y retourner. Ici, elle était simplement Rin, une artiste épanouie, une employée ravie… elle n’était pas qu’un bout de viande à offrir au plus offrant, une fille de bonne famille étouffée par ses parents. Non. Elle n’y retournerait pas. Jamais.

C’était la seule chose sur laquelle elle était inébranlable. Et ce, même si son cruel ex petit-ami était en terre nippone. Hochant la tête vigoureusement à la blague de la demoiselle, elle avait surenchérit, amusée. « Bien sûr! Et puis, tu pourras mettre mon nom comme référence, tout ça, on ne sait jamais quand un comportement héroïque est nécessaire à l’emploi! » … Probablement jamais. Et en même temps, vu son groupe grandement réputé, Airi ne devait franchement pas chercher un boulot. La suite de la discussion la pris de court, ainsi donc, elle était une habituée des lieux. Notre demoiselle avait regardé autour d’elle, en trouvait rien de spécial ou de particulier au bar. « Ici? » c’était un lieu anodin non? À moins qu’elle ait raté un truc? « Est-ce que cet endroit est spécial… je remarque qu’il attire des célébrités mais à part ça, c’est un bar comme les autres… non? Ta personne spécial te rejoins? Je suis dans les jambes? » … Comptez pour Rinnie pour se mettre les pieds dans les plats. Elle avait omis sans le vouloir le passé, elle n’avait pas compris et, comme une idiote, elle se retrouvait à enfoncer le couteau dans la plaie sans le savoir.

Si elle n’avait pas eu l’air aussi candide et dépourvue de malice, on lui en voudrait certainement souvent pour ce genre d’incident. Secouant la tête, refusant de laisser son esprit se tourner vers ses soucis, elle avait soupiré un : « … Oublis ça, ce n’est pas important. C’est de ma faute si j’en suis là… Je ne suis pas vraiment douée pour devenir les intentions des gens… je suis un peu naïve, c’est tout. Ça m’est revenu en pleine gueule voilà tout. » … Oui, c’était de sa faute, à elle, à elle seule. Ji Hoon le lui avait dit, elle était conne, pathétique, tout ça… et il avait bien raison. Arrachée à ses idées noires par la question de sa vis-à-vis, elle avait pris un instant une moue songeuse. « Hmmm. » … pourquoi elle était au japon? Pour trop de raisons, sans doute… mais aucun ne semblait justifiée. « Franchement, je ne sais plus trop. Je pense qu’au début, c’était pour la liberté, pour y diriger une petite galerie d’art et m’émanciper de mes parents… un truc comme ça. » … pour poursuivre Ji Hoon. La honte maintenant qu’elle y pensait… « Puis j’y ai pris goût… et j’ai décroché un boulot et, avant que je ne le réalises, j’étais bien enracinée. Ce n’était pas prévu du tout en tout cas! »

… Elle avait prévu partir après un temps, mais finalement, elle s’y plaisait. Tout sourire elle avait demandé, curieuse. « Et toi, ça fait longtemps que tu es sur Tokyo? » … ce n’était pas indiscret… si? Voyant les verres se poser devant elles, elle s’était saisie du sien, en profonde réflexion sur la raison de leurs réjouissances. « Question difficile… voyons voir… » On ne trinquait pas à des trucs bêtes avec elle. Jamais ! Ça devait être lourd de sens. Finalement son esprit embué fini par trouver une idée. Levant son verre, elle avait lancé, comme ça : « Et pourquoi pas aux femmes indépendantes? Je trouve qu’on ne s’en sors pas trop mal! » et de la force, les deux, elles semblaient en avoir besoin, pour des raisons radicalement opposées. Cognant son verre contre celui de l’idole, elle s’était exclamé un : « Cheers! »

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.

    
 
It’s my party and I cry if I want to
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Poupée] Middie "Macaron Q-Tea Party" Octobre 2010
» Photos old vw crew night party 2009
» 16 Décembre 1773: Boston: la Tea Party
» Churros party .....
» Musique des fêtes et de party

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-