Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 Sponsored by baby Kamiya Haruno ♥ | HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 18 Aoû - 19:50


Now I'm here, blinking in the starlight
Now I'm here, suddenly I see
Standing here, it's all so clear
I'm where I'm meant to be


Ji Hoon avait tout gâché. Cette nuit de retrouvailles n’aura finalement pas lieu, à cause de son incapacité à passer outre cette fille et sa profonde stupidité. Il n’avait pas pu se retenir, parce que malgré les caresses et les baisers de son homme, il ne pouvait pas l’oublier. C’était dans sa tête, ça tournait encore et encore à coup de « et si… » qui n’en finissait plus. Il avait besoin de savoir, de l’entendre dire. Que Haruto le rassure. Lui dise qu’il ne l’avait pas touché, qu’il était le seul qu’il désirait. Il avait besoin de sentir que c’était bien vrai, qu’il n’y avait que lui à ses yeux. Le seul dont il était amoureux. Le Coréen avait besoin d’y croire. De croire en leur histoire d’amour, que Haruto l’aimait sincèrement, assez pour lui revenir totalement. Il avait été le flou total ces dernières semaines, ne sachant plus déceler le vrai du faux, repassant en boucle cette soirée en tentant de toute analyser, en vain. Il avait eu si mal, incapable de s’en remettre si facilement. Son amour pour Haruto dépassait toute logique, il ne pouvait pas le contrôler ou relativiser. Qu’il le quitte était un véritable drame dont il peinait à se remettre. Même contre lui, même en étant sur le point de faire l’amour, il avait besoin de se rassurer. Qu’il lui rappelle qu’il était le seul qui comptait, à qui il accordait ce genre d’attention.

Mais visiblement, il ne comprenait pas le principe et qu’il parle de Shoko le laissa à la fois dubitatif, perplexe et en colère. Elle n’avait rien à voir dans leur conversation. Il l’aimait bien, mais ce n’était pas comme s’il flirtait avec elle ou lui proposait de prendre ensemble une chambre dans un love hotel. C’était son amie. Rien de plus. La réplique du Japonais l’agaça et il souffla pour souligner combien il le trouvait pénible et idiot à ce moment-là. Quoi, il cherchait une façon de dédramatiser la situation ou de partager les torts ? Levant les yeux au ciel, il se laissa à nouveau péniblement tombé en arrière. « Ne sois pas stupide, Haruto. » C’était comme ça que les choses commençaient sans doute, mais si on devait s’enticher à chaque fois des personnes qui nous font rire, on ne s’en sortirait plus. Il ne voyait pas le mal, il était même heureux de l’avoir, c’était bien la seule qui arrivait à le faire rire malgré tout. Il adorait ses frères mais il reconnaissait sans peine que ce n’était pas avec eux qu’on se tordrait de rire. Ils étaient mignons et gentils avec lui (enfin, Jin Seok faisait son possible, il le savait !) mais ils n’avaient pas vraiment un sens de l’humour qui casserait trois pattes à un canard. Ji Hoon avait pris tout l’humour de la famille.

Le Coréen avait encore confiance en lui. Il le croyait s’il affirmait n’avoir rien fait avec elle, mais il avait besoin de se l’entendre dire. De voir que Haruto lui restait fidèle, même loin de lui. Ji Hoon ne supportait pas de se dire qu’il accordait des attentions à une autre personne. Il était à lui, juste à lui. Sa possessivité et sa jalousie s’alliaient dans cette conversation. Il avait besoin d’entendre qu’il lui appartenait encore. Le Japonais n’avait pas le droit de lui faire ça, de la toucher. Son amour pour lui était réel et plus fort que tout. Un pauvre sourire se dessina sur ses lèvres. Il voulait y croire, mais plus fort que tout. Non, c’était faux, ce n’était pas plus fort que tout. Pas plus fort que ce mariage, visiblement. Sans lui répondre, il baissa les yeux. Comprendre quoi ? Que devait-il comprendre ? Haruto ne lui expliquait pas, il ne pouvait pas comprendre ! S’il l’aimait autant qu’il le prétendait, pourquoi lui cacher des choses ? Pourquoi ne pas lui dire exactement toute la vérité ? Qu’avait bien pu faire cette fille pour qu’il la déteste ? Pourquoi ne lui disait-il rien ?

Parler de Jung Rin n’était pas sa meilleure idée, mais cette constatation avait fini de l’achever. Il la savait stupide, trop dévoué, mais son grand amour était Haruto. Jamais il n’aimerait quelqu’un comme il l’aimait lui. Il ferait tout pour lui. Mais de son côté, il avait l’impression que ce n’était pas vrai. Il avait réalisé qu’il avait vécu la même situation un an auparavant. Elle aurait tout laissé tomber pour lui, sa famille, son fiancé… Il ne voulait pas que Haruto tourne le dos à sa famille, loin de là. Il savait combien c’était important. Mais il réalisait qu’à choisir, il n’avait semblerait-il pas hésité une seule seconde avant de le quitter. Il passait au second plan. Il savait qu’il devrait trouver ça normal, l’accepter, mais il n’y arrivait pas. Le ton qu’employait Haruto, il le méritait sûrement pour avoir osé comparer leur histoire avec celle qu’il avait avec elle. Cependant, son regard resta figé sur lui, hors de question de défaillir maintenant. « Tu sais bien que n’y en a pas beaucoup que j’appelle ex. Jung Rin. » Elle avait droit à ce statut tout particulier qu’il donnait quand une relation pouvait éventuellement durer plus de deux mois. C’était concrètement sa plus longue relation, même si le Coréen n’avait pas fait preuve d’une fidélité exemplaire. De toute façon, il savait que Haruto ne pourrait pas comprendre non plus, la relation qui le liait à Jung Rin. Elle était malsaine et perverse, Ji Hoon en avait pleinement conscience.

Ses mots lui firent froncer les sourcils. Il ne devrait pas lui en vouloir pour l’amertume de ses paroles mais il ne pouvait pas se contrôler. Si elle savait tout ça, est-ce qu’elle l’aimerait encore ? Non, sans doute pas. Il était encore surpris aujourd’hui que Haruto soit tombé amoureux de lui. Sans mensonge, sans s’adapter à lui pour qu’il l’aime. « Qu’est-ce que ça veut dire ? » Il devrait peut-être remercier son ex-petit-ami d’accepter de l’aimer malgré tout ? « Si je t’avais pas dit la vérité, tu m’aurais peut-être pas quitté ? C’est vrai qu’un escroc manipulateur, ça passe pas tellement bien dans une famille aussi parfaite que la vôtre ! » Oh oui, une famille si belle et bien rangée, sans histoire et sans problème ! Quelle idée que de ramener ça à la maison, une petite gosse de riche bien élevée, ça passait beaucoup mieux. Son regard tenta de capter le sien tandis qu’il passait sa langue sur ses lèvres. « Et pour Jung Rin, tu veux parier peut-être ? » Lui dire la vérité et voir si elle l’aimerait encore ? Il faudrait qu’elle soit vraiment stupide. Et quelque chose lui disait que oui, elle l’était assez pour le pardonner. Ce n’était pas sa faute à lui, c’était la sienne. Il la détestait depuis toutes ces années, elle n’aurait juste pas du étaler sa richesse devant lui, lui montrer qu’elle était tout ce qu’il haïssait.

Cette dispute ne menait à rien. Il le savait et il ne voulait pas envenimer la situation. Il laissa le silence s’installer, contemplant la chambre de l’hôtel qui était soudainement devenu fascinante. Ses yeux se posèrent sur lui en le voyant s’approcher et il ne recula pas pour autant, le fixant alors qu’il posait sa main sur son bras. Ne pas douter. Plus facile à dire qu’à faire ! Cette conversation ne l’aidait pas à y voir plus clair. Son explication lui donnait envie de hurler. Comment pouvait-il avoir pensé qu’il s’agissait ici de la meilleure solution ? Poussant un soupir, il garda ses mains sur ses propres jambes, même quand le Japonais se colla à lui. « Plus facile pour toi peut-être. Tu m’as juste fait encore plus de peine et encore plus mal que si tu l’avais fait honnêtement. » C’était bien le pire dans l’histoire. Ça ne lui avait rien apporté, ne l’avait pas aidé à mieux assimiler ou à passer à autre chose. Ji Hoon le laissa se blottir contre lui, sans le toucher pour autant. Il ne fallait pas le quitter alors, si ça lui faisait aussi mal. Bêtement laissé piéger par cette fille qui avait tout planifié ? Il ne comprenait pas et parler par énigme ne l’aidait en rien. De quelle menace est-ce qu’il voulait parler ? Maligne et assez folle pour exécuter ses menaces. Là n’était pas vraiment le problème. Ce n’était pas vraiment le genre de choses qui effrayaient Ji Hoon.

Parce que les femmes étaient toutes les mêmes, avec les mêmes faiblesses et les mêmes vices. Et qu’avec le temps, il savait très bien où et comment les trouver. Daimon Yurina. Non, elle ne faisait pas parti de ses cibles de prédilection. Mais ce n’était pas ce qui le freinait pour autant. Laissant son esprit vagabondé aux pires idées, il fut attiré par la voix de Haruto. Faire leur coming out ? « Non. T’as pas l’air d’en avoir envie, ça sert à rien. » S’il avait simplement dit à sa mère qu’ils étaient ensemble au lieu de fuir en permanence. Un soupir las quitta ses lèvres avant de brusquement repousser Haruto, le plaquant contre le lit. « Dis-moi exactement ce qu’il se passe maintenant. » Ses yeux le ne lâchaient pas, il devait comprendre qu’il était plus que sérieux. Hors de question qu’il lui échappe. « C’est toi qui me fais pas confiance, sinon tu me l’aurais déjà dit. » Il lui en voulait pour ça aussi. Pour ne rien lui dire, pour ne pas compter sur lui quand il était face à une mauvaise situation comme c’était très clairement le cas ici. Pourquoi garder le silence alors qu’ils auraient pu régler tout cela ensemble ? « Tu me l’as dit y a pas longtemps je crois. On est deux, on était censé s’aider, régler nos problèmes ensemble. Comme un couple ? » Haruto les voyait bien ainsi, non ? Ou cela ne comptait que quand ça l’arrangeait ?

Finalement, il lâcha ses bras, se redressant pour rester agenouillé sur le lit sans pour autant le quitter des yeux. Pourtant, c’était si simple, de se parler. Mais il avait préféré le blesser, lui faire du mal. Mettre un terme à leur relation pour remplir son devoir de gentil fiston bien élevé. Le petit chéri de ses parents, qu’il ne devait surtout pas décevoir ! « Tu sais bien que t’es faible quand tu aimes, Haruto, et que tu es trop gentil et passif. » Ce n’était pas dit méchamment, son ton n’était pas agressif. Il ne voulait pas blesser ses parents, ni faire de vague. Il ne comprenait pas la situation, mais il était hors de question qu’il le laisse faire. « Elle est maline et assez folle pour exécuter ses menaces. Oui, sûrement. » Mais comme toutes les filles dans son genre, il y avait des failles. Rien n’était plus fragile qu’une femme ayant connu le luxe et la facilité toute sa vie. « Et tu sais qui est sûrement encore plus malin et encore plus fou qu’elle ? » Celui qui avait fait de cette branche sa spécialité. Il devrait peut-être en parler à Liang. Il ne s’en prendrait évidemment pas à elle directement. Trop simple. Beaucoup trop simple. « Notre deal tient toujours cela dit. De retour à Tokyo, tu devras faire un choix. » Son mariage ou leur relation. Dans tous les cas, Ji Hoon savait qu’il serait prêt à la détruire quoiqu’il arrive. Haruto lui appartenait, et s’il ne pouvait pas l’avoir, il refusait de laisser l’honneur à quelqu’un d’autre. Sa main se posa sur son bras, l’autre glissa le long de son torse alors qu’il se penchait pour capturer délicatement ses lèvres. « Tu m’appartiens. » Affirmation non négociable. A lui et rien qu’à lui et il ferait tout pour que le monde entier finisse par le savoir.


Code by Fremione.


_________________



You're my Power
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 19 Aoû - 18:00


Moon's silver light on the waves brightly shine
Pure like a prayer, clear like your eyes
Stars linger on in the sky as I dream
Tears overflow in loneliness


Pourquoi devait-il se montrer si amer, alors que celui en faute, c'était clairement lui ? Sa bêtise ne semblait avoir aucune limite, et il se détestait pour ça. Nu sur ce lit, Haruto devait avoir l'air vraiment pathétique. Pourquoi ne parvenait-il pas à lui parler ? A tout lui dire ? Parce qu'il n'était qu'un idiot de lâche. Il avait peur. Cette famille était si puissante, qui sait ce qu'ils pourraient lui faire, s'ils apprenaient que le cher fiancé de leur fille chérie était une pédale qui se tapait un Coréen ? Haruto ne pouvait s'empêcher de penser que cela mettrait Ji Hoon en danger. Et il s'en voudrait toute sa vie s'il devait lui arriver quelque chose par sa faute. Pourtant, tout serait plus simple, s'il lui parlait de Yurina et de ce maudit chantage affectif qu'elle lui faisait ! Mais est-ce que Ji Hoon comprendrait ? Trouverait-il que cela justifiait cette cruelle rupture ? Haruto lui-même se posait sérieusement la question. Les Daimon ne pouvaient être aussi cruels... Mais la folie de leur fille tendait à lui souffler le contraire. Pour que Yurina devienne cette névrosée, il devait bien y avoir quelque chose derrière. Et c'était justement ce qui l'effrayait. Etait-il réellement préparé à ça ?

Quand Ji Hoon mentionna Jung Rin, Haruto sentit un ressentiment terrible affluer en lui. Et sa colère ne faiblissait pas. Ses mots étaient tranchants, son ton sec et mauvais. Comment osait-il ? Mais c'était plus fort que lui. Le Coréen n'avait jamais pris ses relations amoureuses au sérieux, néanmoins, cette fille restait un peu trop présente dans sa vie. Et sans trop savoir pourquoi, ça lui faisait peur. Les paroles de Ji Hoon n'étaient pas non plus là pour le rassurer. Elle aurait tout laissé tomber pour lui ? Renier sa famille, sa fortune ? La comparaison lui creva le cœur, et la douleur se diffusa dans tout son corps. Il sentait peu à peu la panique le gagner encore plus violemment. Surtout quand il comprit que Ji Hoon se trompait. Pourquoi le Japonais n'arrivait-il donc pas à s'exprimer correctement ? Pourquoi ne parvenait-il pas à lâcher ce qui lui tordait vraiment le cœur ? C'était absurde ! « Non ! Ce n'est pas ce que je voulais dire... » S'il lui avait caché ses activités illégales, ils n'auraient pu continuer aussi longtemps. Haruto n'était pas dupe et sentait ce genre de choses. Même si pendant un temps, il avait fait semblant de ne rien voir, à partir du moment où il s'étaient mis à sortir ensemble, il avait voulait savoir. Parce qu'il était l'amour de sa vie et avait besoin de tout connaître de lui. Sa famille n'avait rien à voir là-dedans, et la réponse de Ji Hoon prouvait qu'il ne comprenait pas. Mais comment le pourrait-il, lorsque lui-même avait du mal ?

« Je voulais que tu me dises la vérité. Et tu n'as rien à voir avec cette rupture. » Sa phrase lui semblait si paradoxale. Le dernier mot lui brisa le cœur. Ils avaient rompu, mais cette vérité avait du mal à trouver une place dans sa réalité. « Je t'aime comme tu es. » Dans son entièreté. Et cette Jung Rin ne pouvait lutter. L'amour que Haruto portait au Coréen n'était pas quantifiable. Il était impossible qu'elle l'aime à ce point. Au mieux, c'était une grande naïve romantique. Au pire, une paumée qui n'y connaissait rien à l'amour. L'un ou l'autre, le Japonais la haïssait. « Non. » Il ne voulait pas parier. Il la détestait. Parce qu'il avait peur. Peur que Ji Hoon ne pense que cette fille l'aimait plus, qu'il devait peut-être finir avec elle, comme elle lui prouvait soi-disant sa loyauté sans faille en reniant à tout ce qu'elle tenait. Haruto voulait se montrer égoïste. Ji Hoon était son grand amour. A lui. Hors de question qu'il se dise être amoureux de cette Jung Rin. « Qu'est-ce que ça t'apporterait, de savoir ? » C'était dangereux, de le lui suggérer. Le psychiatre prenait conscience qu'encore une fois, il gâchait tout. C'était lui qui avait embarquer Ji Hoon sur ce sujet. Et si cette conversation remettait tout en cause, chez le Coréen ?

Plongé dans un profond abîme de désespoir, Haruto avait la sensation qu'il perdait tout. Une douleur sans nom lui compressant la poitrine, son cœur lui faisait horriblement mal. Mais il savait que la douleur n'avait rien de clinique. C'était son amour qu'il malmenait, de sa faute s'il souffrait. Il avait besoin de toucher Ji Hoon, même si ce dernier ne lui rendait pas ses gestes tendres. Comment le pourrait-il, après cette nouvelle dispute sans aucun sens ? Le Japonais se sentait tellement stupide. Baissant les yeux à la réponse de celui qu'il aimait, il déglutit péniblement. « Je suis désolé... » Mais ces mots paraissaient bien dérisoires. « C'était idiot. Je m'en rends compte aujourd'hui. » Et il ne comprenait pas quelle logique l'avait inspiré, ce jour-là. Il regrettait chaque mot prononcé ce soir-là. Et aujourd'hui, ils ne sortaient pas. Avec grand mal, Haruto tentait bien de se justifier. En vain, continuant de parler par énigmes. Il avait envie de crier. Fort, pour tout lâcher. Mais son corps refusait de quitter le sien. Sa peau contre la sienne, il se sentait bêtement protégé, et ce, malgré la froideur évidente de son amant.

Et s'ils faisaient leur coming-out ? Son enthousiasme aurait pu être plus grand, mais Haruto n'en avait pas le cœur. Ce n'était pas dans ces circonstances qu'il voulait l'annoncer. Pas pour se sauver d'un mariage qu'il n'avait pas été capable de refuser. Leur histoire méritait mieux que de servir comme excuse pour rompre ses fiançailles. Depuis qu'il fréquentait Ji Hoon de cette façon, le Japonais s'était imaginé l'annoncer à sa famille. Parfois, dans ces scénarios, sa mère pleurait, mais d'autres fois, elle bondissait de joie à l'idée que son fils ait enfin trouver quelqu'un qu'il aimait sincèrement. N'était-ce pas là la réaction rêvée ? N'était-ce pas là ce que tout parent devait souhaiter à son enfant ? Son fils était heureux. Il aimait un homme, soit. Mais quel homme ! Ji Hoon lui avait fait très bonne impression, ce fameux jour d'avril. Le meilleur ami qu'il n'ait jamais eu ! Avec qui il passait tellement de temps, qu'elle le croisait en sa compagnie, quelques jours avant Noël, en plein Ginza. Avec qui il emménageait enfin hors de son appartement d'étudiant. Haruto se demandait de plus en plus sérieusement si elle était vraiment aussi aveugle qu'elle le montrait. Et en toute honnêteté, il espérait que sa naïveté ne soit pas feinte. Sans quoi son ressentiment envers Haruka exploserait. « J'aimerais juste... C'est important, un coming-out. » C'était un pas qu'il voulait franchir avec Ji Hoon, mais pas comme ça. Leur histoire méritait définitivement mieux.

Se retrouvant dominé par le Coréen, Haruto sentit son cœur s'emballer. Son regard se retrouva happé par les yeux si profonds de son homme. Le sang battait dans ses tempes, la panique le gagna rapidement. Il déglutit, essayant tant bien que mal d'hydrater sa bouche soudainement sèche. « Ce n'est pas ça... Ce n'est pas ça... » Comment lui dire ? Bien sûr qu'il avait confiance en lui ! Mais ça n'avait rien à voir avec ça. « Oui... Comme un couple. » Ils formaient un couple. Pas un duo ou une paire. Un couple. Qui s'aimait, qui partageait tout. Pourquoi avait-il fallu qu'il l'oublie ? Ce n'était pas un détail, c'était l'essence même de leur histoire. De lui-même. Ji Hoon et Haruto. Un ensemble qui formait un tout. Son tout. C'était ce que représentait le Coréen. « Pardon... Pardon... » Son cœur cognait toujours si fort dans sa poitrine, il se sentait flancher. Fermant les yeux, ses sourcils se froncèrent alors qu'il combattait encore ce flot qui menaçait de couler. Il ne les rouvrit que lorsqu'il sentit le poids de son homme le quitter, ses bras ainsi libérés. Trop gentil et passif ? Oh, pas quand il s'agissait de lui. Pour Ji Hoon, Haruto serait prêt à tuer. C'était son homme. Il lui appartenait. Pourtant, il avait bien raison. Dans cette histoire, le fils s'était encore montré trop soumis aux désirs de sa famille. Lui qui avait pourtant crû avoir pris son envol, gagner son indépendance.

Toujours allongé sur le lit, le Japonais ne bougea pas, ses yeux accrochant toujours ceux de Ji Hoon. Ses mains se posèrent ensuite sur son visage, alors qu'il tentait de remettre de l'ordre de son esprit. Jusqu'où avait-il raison ? Mais aux paroles de son amant, Haruto ressentit un frisson étrange. « Comment ça ? Qu'est-ce que tu insinues ? » Se redressant sur ses coudes, il ne savait pas s'il devait se sentir heureux ou effrayé. Fronçant légèrement les sourcils, il cherchait la vérité dans son regard, avant de s'y perdre à nouveau. Puis son cœur se tordit à nouveau, lorsqu'il lui rappela cet ultimatum. Restant silencieux, il tenta tant bien que mal de dompter les impétueux battements de son cœur quand les mains de Ji Hoon caressèrent sa peau. Ses lèvres s'entrouvrirent, avant de répondre tendrement à son baiser. Il frissonna en entendant la voix chaude de son homme. Son cou se tendit, afin que sa bouche ne capture à nouveau la sienne, dans un baiser moins chaste que le précédent. Ses bras serrèrent la taille de son amant, alors qu'il l'attirait tout contre lui, se laissant retomber sur le matelas. L'une de ses mains remonta le long de son dos, avant de se perdre dans ses mèches colorées. Sa langue chercha la sienne, alors que son autre bras, posé sur ses hanches, le serra plus fort contre son bassin. « Je t'appartiens entièrement. » Son cœur n'avait jamais cessé de l'aimer. Son autre main remonta le long de son dos, glissant sur son torse, avant de se poser sur sa joue. Il l'embrassa encore, comme drogué.

« Je ne veux pas te perdre... » Ses grands yeux plongèrent dans les siens. Ses bras le serrèrent contre lui, alors qu'il l'embrassait sur le front. Prenant une grande inspiration, Haruto chercha ses mots. « [color=#4682B4]La famille Daimon est vraiment très riche. Et donc, très puissante. Son front contre le sien, Haruto ferma les yeux, sans le lâcher. « Son père est à la tête d'un grand groupe pharmaceutique, une zaibatsu. » Sa main droite se mit à caresser la peau nu du dos de Ji Hoon, comme pour s'assurer qu'il était bien là. « C'est lui qui emploie mon père. Une aile de l'hôpital où je travaille porte son nom. Le traitement de ma mère dépend de sa firme. » Ses bras affirmèrent sa prise sur Ji Hoon. « Il peut briser notre famille en un claquement de doigts. » Haruto se demandait même si Daimon ne pouvait pas porter atteinte aux sœurs Kamiya, d'une certaine manière, lui qui avait payé pour que sa fille puisse débuter dans l'agence. « La situation me dépasse, et je ne sais pas quoi faire... » Doucement, sa main caressa la joue de Ji Hoon, et ses lèvres trouvèrent les siennes. Haruto avait besoin de réconfort. De se sentir aimé. « Je suis désolé d'avoir sacrifié notre couple par lâcheté... » Alors que c'était sincèrement la chose à laquelle il tenait le plus au monde. Haruto devait réparer son erreur. Qu'importe comment. Ji Hoon en valait la peine. Son amour pour lui était plus fort que tout, et il le lui prouverait.

Code by Fremione.


_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 20 Aoû - 23:49


Now I'm here, blinking in the starlight
Now I'm here, suddenly I see
Standing here, it's all so clear
I'm where I'm meant to be


Jung Rin n’avait jamais compté pour lui. Elle l’avait grandement aidé à devenir celui qu’il était désormais. Les filages de la manipulation, les pires plans pour qu’elle l’aime toujours plus, la rendre accro à lui. Tellement qu’elle ne pourrait jamais se remettre de cette histoire. Elle comblait son besoin d’argent et son besoin d’être aimé. Il se fichait bien d’elle, de l’aimer en retour. Il aimait juste l’idée de savoir qu’elle l’aime, qu’elle ferait tout pour lui. Un parfait pervers narcissique. C’était ce qu’il cherchait chez toutes ses conquêtes, un amour fidèle et incommensurable pour s’assurer d’avoir le dessus, d’avoir un pouvoir malsain sur elles. Jung Rin était sa cible la plus réussie. Après toutes ces années, elle retombait toujours pour lui. Il aimait ce fonctionnement, pendant longtemps, ça l’avait comblé, qu’on lui donne tout sans rien accorder en retour, juste faire semblant, jouer la comédie pour charmer, pour remporter les plus beaux égards, être le centre d’attention. Celui qu’on devait aimer le plus. C’était ainsi qu’il fonctionnait depuis toujours, au grand désespoir de sa mère, même elle, il voulait la charmer et gagner le plus de points. Sauf qu’elle, évidemment, il l’aimait sincèrement et c’était davantage un jeu qu’une manipulation affective.

Mais ça, c’était avant. Avant de le rencontrer lui, avant de tomber amoureux à son tour et d’apprendre à vouloir donner sans forcément attendre quoique ce soit en retour. Pour Haruto, il donnerait tout, il ferait n’importe quoi. Le Japonais l’avait charmé comme jamais personne auparavant. Il le rendait heureux, il arrivait à lui décrocher des sourires sans qu’il puisse le contrôler. Justement, il faisait tout pour ne jamais rien contrôler. Ji Hoon voulait vivre sa belle histoire sans se préoccuper du reste, sans se soucier de qui aimerait le plus, qui prenait l’ascendant. Les choses se faisaient naturellement. Son amour pour lui n’avait pas de limite, c’était bien pour ça qu’il n’avait pas supporté qu’il le quitte, qu’il n’arrivait pas à ne pas penser à tout ça, à ce mariage, à cette fille. Est-ce qu’il l’avait embrassé ? Touché ? Il devait savoir. Il devait savoir pour comprendre si Haruto l’aimait encore. L’aimait vraiment. Il était dépendant à son amour, mais pas comme avant, pas comme les autres. Il sentait que c’était vital, il ne pouvait pas se passer de son affection, de ses baisers, ses caresses, ses mots tendres et rassurants… Personne ne lui avait jamais fait ressentir ça. Un amour aussi fort.

Il n’avait rien à voir avec cette rupture. C’était bien le pire. Ce qui rendait cette séparation inacceptable pour le Coréen. Ses yeux se baissèrent en l’entendant lui dire qu’il l’aimait comme il était. C’était un peu difficile à croire, au fond. On l’avait toujours aimé pour ce qu’il n’était pas. Un rôle qu’il s’inventait. Le petit-ami parfait, un vrai Prince charmant, un riche et jeune homme d’affaire prévenant et assuré, un bad boy de seconde zone qu’on aurait pu trouver dans un drama. Il s’adaptait toujours. Mais non, pour lui-même, sans artifice, sans chercher forcément à séduire, c’était inédit. Il ne comprenait pas vraiment ce qui avait changé, pourquoi est-ce qu’il l’aimait. Pourquoi est-ce qu’il disait l’aimer, si c’était vrai. S’il avait accepté ce mariage… Non, il ne comprenait pas. Il ne voulait pas non plus parier, jamais il ne voudrait dire tout cela à Jung Rin. Lui parler de ses activités. C’était déjà exceptionnel que Haruto sache tout ça. Ils avaient appris avec le temps à tout cacher avec Liang, jusqu’à d’où ils venaient. Ils n’en avaient pas honte, mais ils avaient compris qu’on ne devenait pas grands et puissants en expliquant qu’on a grandi dans une famille avec à peine assez d’argent pour vivre. « Je sais pas, ça t’apporte quoi de dire tout ça ? » Si elle n’était pas capable de l’aimer pour ce qu’il était, pourquoi d’autres le seraient ?

Pour l’instant, il avait du mal à se montrer affectueux, mais il ne parvenait pour autant pas à repousser Haruto qui se collait à lui. ses yeux fixèrent devant lui avant de les fermer doucement. Il ne savait plus quoi faire, quoi dire. Cette situation lui échappait. Oui, ça avait été stupide de chercher à ce qu’il le déteste. La haine était un sentiment aussi vif que l’amour. Plus il le haïssait, plus il l’aimait. C’était à ne plus en finir. Ses sentiments étaient trop forts pour être effacés comme ça. Pour qu’il efface tout avec une simple dispute. Comment avait-il pu seulement imaginer que cela suffirait à le supprimer de son cœur ? A rompre totalement ? Ji Hoon n’arrivait pas à saisir sa logique. Il l’avait juste torturé, fait souffrir atrocement sans même penser à tout ça. « T’aurais dû t’en rendre compte avant de le faire… » Il ne comprenait pas combien ce mois avait été atroce. Sans lui. Le retour à la réalité avait été difficile.

Ji Hoon ne pensait pas vraiment au coming out auprès de sa propre famille. Ça lui faisait peur, sa mère vivait loin, et si elle était déçue ? Si elle l’aimait moins ? Il craignait de perdre le peu de liens qu’ils avaient à cause de la distance. Il ne pourrait pas supporter la froideur de sa mère. Il supportait déjà difficilement la distance, alors s’il ne ressentait pas sa chaleur au travers d’appels vidéos, le Coréen ne savait pas ce qu’il ferait. Pourtant, ce n’était que de l’amour, comme entre un homme et une femme. Qu’est-ce que ça avait de si dramatique ? Il savait bien ce qu’on pouvait penser, pour avoir longtemps penser la même chose. La question de l’homosexualité n’avait jamais eu sa place chez les Lee, personne n’en avait ressenti le besoin. Les aînés aimaient les filles, du moins, pour Liang, on le supposait, il n’était juste pas très intéressé pour l’instant. Et… Non, ce n’était pas un sujet qu’on évoquait. Il ne savait même pas ce que sa mère en pensait. Ses sœurs ne le prendraient sans doute pas mal. Mei Lin avait de toute façon sûrement compris et avait dû le confier à Soo Young. Pour Jin Seok, la situation était différente. « Je sais que c’est important mais… » Mais s’il l’avait dit à sa mère, ils n’auraient pas tous ces problèmes. Il n’aurait pas dû aller à ce rendez-vous. Dire qu’il avait quelqu’un. Comment avait-il pu accepter, rien que ce rendez-vous, s’il l’aimait autant qu’il le disait ?

Tenant fermement ses bras, il essayait de comprendre. Si on se disait tout dans un couple, pourquoi rester aussi silencieux ? Haruto ne lui faisait pas vraiment confiance au fond, ou ça ne comptait pas autant qu’il le prétendait. Cette pensée lui faisait mal, mais il ne voyait pas d’explications plus plausible. Un couple, fort et unit… Au final, non, pas tellement. Il était prêt à tout pour le récupérer, même s’il avait peur. Peur de tomber à nouveau de si haut, de son petit nuage et de s’écraser lamentable contre le sol. Il ne se relèverait pas, ou du moins, plus. Il n’y arriverait pas. Il ramperait, trouvant le moyen de se venger, comme toujours. Il avait besoin de ça. il ferait du mal à cette fille, il ferait du mal à Haruto. Cette fille… Quoiqu’il arrive, il la ferait souffrir. Aussi maline et folle qu’elle était, il l’était d’autant plus. Ji Hoon ne sortait jamais perdant. Il ne voulait pas être celui qui aimait le plus, il ne voulait pas non plus être celui qui souffrirait le plus. Ce qu’il insinuait, Haruto n’avait pas besoin de savoir en détail. Un léger sourire flotta sur ses lèvres en le contemplant, sa main se posa sur son torse. « Que personne ne peut nous faire du mal sans être condamné à pire. » Pire souffrance, pire punition. Il ferait tout pour la détruire. Peu importe qui elle était, il ferait tout pour la briser, l’enfoncer dans la terre pour la voir disparaître. Il n’avait aucune pitié pour les filles comme elle, aucune indulgence. Elles ne méritaient pas sa pitié.

Ses lèvres avaient capturé les siennes et, à son tour, il se laissa embrasser, collant son corps tout contre celui de son amant alors que ses mains glissaient sur sa peau. Il n’avait aucune envie de le repousser, Ji Hoon avait bien trop envie de le toucher, l’effleurer. Il aimait sentir sa langue entrer dans un combat titanesque avec la sienne. Il voulait toujours gagner ! Il lui appartenait entièrement. Il le devait. Ji Hoon ne tolérait aucune demi-mesure. Il ne voulait pas être l’amant, il ne voulait pas être le numéro deux. Il refusait de le partager. Il l’embrassa encore, comme pour le lui rappeler. Il ne le laisserait jamais à personne. Quand il aimait, il s’accrochait, il devenait possessif, presque maladif. Il voyait la faille, la possibilité de le récupérer totalement. Il ne le laisserait jamais à une autre personne. Son regard s’encra dans les siens. Il ne le perdrait que s’il le décidait mais il se retint de lui rappeler, fermant les yeux quand il posa tendrement ses lèvres sur son front.

Avec attention, il l’écouta lui expliquer, ne comprenant pas vraiment le mot zaibatsu mais ça ne semblait pas vraiment important. Il comprit peu à peu le problème, tout en trouvant cela totalement stupide. Si Haruto n’avait pas accepté, s’il n’était pas allé à ce rendez-vous, tout irait pour le mieux. Il resta collé à lui, son regard ne le lâchait pas. la situation le dépassait, il comprenait, oui. Il avait été encore plus stupide que ce qu’il avait pensé. Il n’était pas Liang, mais il savait qu’avant de s’engager dans ce genre de situation, on se renseignait, on explorait les possibilités, on évaluait les risques. Il ressentit une colère dingue le prendre quand il s’excusa d’avoir sacrifier leur couple. Il ne pouvait pas encore lui pardonner. Mais il ne voulait plus l’accabler, plus ce soir. C’était suffisant. « Une sale situation. » Oui, vraiment très sale. « Il faut que ce soit cette fille qui décide de rompre les fiançailles alors ? » Logiquement, d’après ce qu’il comprenait. Pinçant les lèvres, il songea qu’il devait trouver le fameux point faible. Il y penserait une fois de retour à Tokyo. « Elle est moche, pour que son père ait l’air si menaçant si tu la quittes ? » Il trouvait l’explication plausible. Laide et bête. Pourquoi choisir Haruto comme prétendant ? Un simple psychiatre, il n’était pas puissant, ni immensément riche.

Secouant la tête, il se redressa pour capturer ses lèvres, s’y accrochant quelques secondes alors qu’il l’enlaçait. Cet idiot dont il était amoureux. Doucement, il se laissa rouler sur le matelas, emmenant Haruto avec lui pour prolonger le baiser. Il en avait besoin, après toute cette histoire. Il était encore en colère et contrarié, mais il avait besoin de son affection, de son amour. L’embrasser le calmait, le rassurait. Ses lèvres se détachèrent des siennes et il leva son regard vers lui, sa main caressa sa joue. « Je t’aime, Haruto. » Il devait lui rappeler. Malgré tout ça, malgré ce qu’il lui faisait vivre. Il n’avait pas l’habitude d’être celui qu’on blessait, il n’aurait pas imaginé être capable de se montrer conciliant. Ses lèvres se perdirent dans son cou, s’enivrant à nouveau de son parfum. « On arrangera tout une fois à Tokyo. » Absolument tout. Cette fille, ces deux familles, ce coming out. Il était temps d’avancer, d’arrêter de se montrer si ermite. « Tu sais, je trouverai toujours un moyen de te ramener à moi. » Ses bras se nouèrent autour de son cou alors qu’il lui servit son sourire le plus adorable, il laissa son regard l’hypnotiser. « Pour toi, je doute d’avoir la moindre limite. » Non, il n’en avait aucune. Ce qu’il considérait comme étant à lui le restait pour toujours. Haruto encore plus que les autres, parce qu’il l’aimait. Il n’avait pas le droit de lui échapper, pas le droit de ne plus être avec lui. Sa main posée sur son torse, il le poussa vivement pour se retrouver à nouveau au-dessus de lui. « Je veux que tu te rappelles et que tu n’oublies jamais. Tu es à moi. Je te veux. » Cette nuit, et toute sa vie. Il éliminera tout parasite le gênant. Plus férocement, ses lèvres attaquèrent les siennes alors qu’il s’agrippait à lui, laissant son corps se coller tout contre le sien. Il lui reviendra. Leur amour ne pouvait pas se finir aussi facilement, il voulait que Haruto s’en souvienne.



Code by Fremione.


_________________



You're my Power
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 22 Aoû - 17:05


Moon's silver light on the waves brightly shine
Pure like a prayer, clear like your eyes
Stars linger on in the sky as I dream
Tears overflow in loneliness


Ça ne lui apportait rien, en vérité. Ce n'était que sa jalousie qui le poussait à traîner cette fille, à insinuer qu'elle ne l'aimait pas assez pour supporter la vérité. Mais au fond, qu'en savait-il ? Haruto se rendait compte, une fois de plus, qu'il ne savait pas tout. Ji Hoon lui avait vaguement parlé de cette Jung Rin, et le Japonais avait crû comprendre que son meilleur ami ne l'aimait pas. Mais peut-être que son esprit avait simplement interprété les données ? Et si Ji Hoon ressentait malgré tout de l'attachement pour cette femme ? Cette femme, avec laquelle il se retrouvait finalement souvent. Son cœur se compressa en y songeant. L'amour de sa vie n'était peut-être pas le sien, au final ? Et si Ji Hoon commençait à le penser ? A se dire que Haruto n'était pas celui qu'il attendait ? Le modèle d'hétérosexualité qu'il avait été, avant leur histoire, devait être ravi. Après tout, tout ça aurait bien été légitime, vu la façon dont le psychiatre avait osé le quitter. Pourtant, ce dernier refusait d'accepter cette hypothèse. Non. Ils étaient faits l'un pour l'autre. Haruto ne savait pas exactement quelles forces cosmiques se mêlaient de leur histoire d'amour, mais ils ne pouvaient s'être trompés à ce sujet. L'amour qui les liait était réel, bien que plus fort que tout. Sans lui, la vie ne semblait avoir aucun sens. Comme une réponse à la grande question de l'univers, Haruto savait que s'il était sur Terre, c'était pour aimer Ji Hoon. Et à cette pensée, son cœur redoublait de cadence. Gonflé d'une assurance débordante, le Japonais se répétait que tout finirait par rentrer dans l'ordre. Il ne pouvait pas perdre son Coréen, et personne ne l'arracherait à lui. Ils s'appartenaient mutuellement.

« Je m'en veux chaque jour qui passe. » Mais ce devait être une bien maigre consolation pour Ji Hoon. Comment lui dire que lui aussi souffrait ? Même si son comportement tendait à prouver le contraire, Haruto avait toujours mal. Cette séparation l'avait profondément marqué, bien qu'il soit celui l'ayant provoquée. Il s'en voulait terriblement, cherchait le pardon. Mais il savait très bien que s'excuser sans cesse n'arrangerait rien pour autant. Il devait montrer à Ji Hoon qu'il avait bel et bien envie de sauver leur couple de ce mariage arrangé dont personne ne voulait. Et que l'idée devait être meilleur qu'un coming out qui semblait tout droit sorti du chapeau. Surtout qu'il ne souhaitait pas l'annoncer ainsi, comme semblant être une excuse inventée de toute pièce pour échapper aux noces. C'était important, trop important pour tout gâcher, justement. S'il ne l'avait pas dit plus tôt, c'était par pur égoïsme de vouloir vivre leur histoire encore cachés, pour pouvoir profiter de son homme le plus possible. Haruto connaissait sa mère intrusive et curieuse – et c'était là le scénario le plus souhaitable encore – et il n'aurait pas supporter qu'elle débarque chaque jour chez eux pour une visite de soi-disant courtoisie, alors qu'elle n'aurait fait que les épier, poussée par une curiosité à la limite malsaine. Ça, ou être renié par ses parents. Au final, le fils Kamiya s'était dit que leur coming out pouvait encore attendre un peu. Mais aujourd'hui, il s'interrogeait. Que se serait-il vraiment passé, s'il leur avait avoué être gay pour son meilleur ami ? Ces fiançailles ridicules n'existeraient-elles vraiment pas, ou pour sauver un honneur bidon de la famille, Haruka lui aurait quand même demandé de se sacrifier ? Et lui, quelle aurait été sa réponse ?

Néanmoins, à se perdre à s'interroger sur un potentiel avenir qui n'aurait de toute façon pas lieu, Haruto préférait se concentrer sur un moyen de réparer ses erreurs. Il ne remonterait jamais dans le temps pour changer le passé, aussi, ça ne servait à rien de s'imager des alternatives aussi ridicules. Allongé sous Ji Hoon qui le tenait fermement, il sentait son cœur bondir si fort dans sa poitrine, qu'il était persuadé qu'avec un peu de concentration, on pourrait en voir la forme s'imprimer dans sa peau. Les mots de son homme le faisait trembler, et lui-même ne pouvait définir si c'était de peur ou d'excitation. Il était terriblement attirant quand il était menaçant, et Haruto avait du mal à se contrôler. Son corps réagissait seul, sans lui demander son avis. Il frissonna d'autant plus que Ji Hoon le toucha, et il crut bien défaillir lorsqu'il prononça ce qui semblait être une promesse. Personne ne pouvait leur faire du mal sans être condamné à pire. Le Japonais ouvrit la bouche pour protester, en appelant à la raison, mais aucun son ne franchit la barrière de ses lèvres. Il déglutit, son regard toujours aspiré par la profondeur de celui de Ji Hoon. Il lui était complètement dévoué. S'il n'avait pas vendu son âme au diable, Haruto savait qu'elle appartenait cependant à Ji Hoon. Un marché dont il n'avait pas pris conscience, mais qu'il acceptait pleinement.

L'échange qui suivit le conforta dans l'idée qu'il le possédait entièrement. Désespérément accroché à son cou, Haruto lui rendit son baiser, quitte à en perdre le souffle. Ses mains couraient sur sa peau, il voulait le toucher, le caresser, imprimer ses formes dans son cerveau de façon définitive. La lassitude ne le prenait pas, il pourrait le serrer contre lui pour toujours. Ses lèvres cherchaient sans cesse le contact avec les siennes, approfondissant chaque baiser échangé. Mais la passion n'empêchait pas les explcations, et Haruto en devait de nombreuses à Ji Hoon. Sa voix, loin d'être assurée, tremblait alors qu'il cherchait ses mots. Il avait si longtemps hésité à lui dire, mais la peur de perdre l'amour de sa vie le poussait à parler. Lui expliquer la situation la rendait plus vraie encore. Plus palpable, lui qui pensait pouvoir l'oublier en ces lieux. Mais non, cette vérité le suivrait partout. Kamiya Haruto était bel et bien fiancé à Daimon Yurina, et leurs familles préparaient activement le mariage qui aurait lieu au printemps. Quelle horreur. Pourtant, au fond de lui, une petite voix lui soufflait que ce n'était pas définitif, qu'ils pouvaient trouver une solution. Parce qu'ensemble, ils étaient plus forts que tout. Et que n'importe qui, même un homme aussi riche que le père de sa fiancée.

Sacrifier leur couple. C'était bien ce qu'il avait osé faire, et dont il ne se remettait toujours pas – et sûrement n'y parviendrait-il jamais. Cette réalité le plongeait dans un profond désarroi, et peut-être même ne souhaitait-il pas que Ji Hoon le pardonne pour ça. Il y avait des atrocités qu'on ne pouvait pardonner. Le Coréen le pardonnerait peut-être de lui avoir caché ses problèmes, de ne pas l'avoir mis dans la confidence, mais d'avoir osé de préférer rompre plutôt que de lui parler ? Pour Haruto, cela semblait si horrible. Et dire qu'il avait été capable de le faire ! Quelle force maléfique l'avait possédé, ce jour-là ? Sûrement celle du désespoir. Mais cela n'excusait rien. « C'était mon idée... Lors de notre rendez-vous, j'ai essayé de l'amadouer, lui faire comprendre que ce mariage ne mènerait à rien, puisque aucun de nous ne le souhaitait. Elle n'a rien voulu entendre. J'ai échoué. » Ses yeux s'échappèrent honteusement des siens. Haruto n'était définitivement pas doué avec les femmes. Mais son regard accrocha à nouveau le sien à la seconde question, et Haruto pinça les lèvres en songeant qu'elle ne devait être que rhétorique. « Ça n'a rien à voir avec son physique. Il souhaite qu'elle se marie, sans trop lui demander son avis. C'est lui qui prend toutes les décisions concernant la vie de leur famille. Personne n'ose lui désobéir. » Haruto poussa un soupir. « Bien qu'elle soit passionnée de danse et de chant, il a payé la place de sa fille au sein de l'agence. Il n'a pas confiance en elle. En personne, sûrement. » Et quoi ? Il allait demander à Ji Hoon de la plaindre, aussi ? Haruto se traita mentalement d'idiot.

Ses bras possessifs le gardèrent serré contre lui. Il ne voulait pas qu'il parte, qu'il le laisse seul ce soir. Ses lèvres embrassaient les siennes, et sans opposer la moindre résistance, Haruto roula sur Ji Hoon, entraîné par le mouvement. Son cœur rata un battement lorsqu'il le fixa de cette manière. « Je t'aime plus que tout, Hoonie. » Il devait le croire, ces mots étaient sincères. Haruto avait conscience qu'il avait échoué à le lui montrer, mais il le lui prouverait ! Fermant les yeux, il apprécia les lèvres de son homme qui parcellaient son cou de baiser, hochant la tête, pour sceller sa promesse. Ils arrangeraient tout, oui. Il le fallait ! Rouvrant les yeux, le Japonais sentit un nouveau frisson lui courir dans la nuque quand son regard fut happé par le sien. Il se sentait trembler. « Ne fais rien d'inconsidéré... » Pourtant, son ton manquait de conviction. Les mots de Ji Hoon le rassuraient bêtement. Il tremblait, mais savait que ce n'était pas tout à fait correct. Il ne pouvait pas le laisser tout réparer tout seul. Se retrouvant à nouveau sous son amant, Haruto prit la décision que lui aussi était capable du meilleur comme du pire. Pour cet homme, il ferait tout. « Montre-moi... » Haruto eut à peine le temps de finir sa phrase que son souffle fut englouti par celui de Ji Hoon. Echangeant avec lui un nouveau baiser passionné, il se sentit étrangement vivant.

Son corps se colla au sien, toujours nu. Ses mains se perdirent violemment dans la chevelure orangée du Coréen, alors qu'elle tenait sa tête pour mieux approfondir le baiser. Puis l'une d'elle glissa dans son dos, jusqu'au pantalon que lui portait encore. Ses doigts taquinèrent le vêtement, avant de se glisser en-dessous, caressant doucement la peau de l'une de ses fesses si bien rebondie. Cherchant de l'air, il recula la tête sur le coussin, son torse se soulevant et s'abaissant à un rythme soutenu. Son autre main glissa à son tour sur son dos, griffant la peau. « Fais-moi l'amour, Hoonie. » Qu'il le possède entièrement ! Qu'il le marque ! Il était à lui, après tout. La main qui jusque là appréciant la forme de sa fesse, trouva son intimité qu'elle caressa doucement. Ses lèvres embrassaient à nouveau les siennes, de façon plus douce. Et finalement, son autre main rejoignit sa jumelle sur la braguette du vêtement encore porté, avant de la baisser et de se débarrasser de ce fichu pantalon. Ses grands yeux retrouvèrent les siens, et avec tendresse, Haruto sourit à son amant. « Tu me rends toujours aussi dingue, tu vois ? » Son corps ne pouvait mentir, comme cette partie de lui fièrement dressée. Et par une vengeance mutine, ses mains s'activèrent avec application sur la virilité du Coréen. Il n'avait rien perdu de ses gestes, bien qu'il semblait que cela faisait une éternité. Ji Hoon lui avait manqué, de bien des façons, et Haruto ne voulait plus jamais vivre ça. Son absence pesait trop lourdement dans son cœur. Et maintenant qu'il l'avait retrouvé et se sentait plus léger, il voulait bien s'envoler avec lui jusqu'au septième ciel.

Code by Fremione.

[/color]

_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 23 Aoû - 9:07


Now I'm here, blinking in the starlight
Now I'm here, suddenly I see
Standing here, it's all so clear
I'm where I'm meant to be


Haruto pouvait s’en vouloir. Il y a quelques mois à peine, ils étaient si heureux. Ji Hoon avait été malheureux, pendant les premiers temps de son amnésie, quand il ne se souvenait plus du tout d’eux, quand il devait jouer au meilleur ami. Mais au moins, il était là, il avait l’espère chaque jour que ça revienne, qu’il se rappelle. Que tout redevienne comme avant. Il n’y avait personne d’autres. Que lui. C’était si beau avant. Se réveiller chaque matin avec lui. Voir son sourire qui illuminait sa journée, faisait battre son cœur. Se dire que le soir venu, il pourrait être avec lui, l’avoir contre lui pour parler de tout et de rien, ou décider d’aller manger dehors, aller au cinéma, boire un verre… Ou juste rester ensemble, à s’embrasser, se charmer. Il lui manquait, tout ça lui manquait. Haruto était cette touche de douceur qui lui avait toujours manqué, ce coton dans lequel s’emmitoufler pour être bien. Il le rendait heureux. Si heureux ! C’était une si belle période, si douce. Haruto était son bonheur. Sa joie de vivre, ce qui lui avait toujours manqué. Qu’on l’en prive était la pire des tortures.

Il ferait tout pour le récupérer. Il avait besoin de lui dans sa vie. C’était bien simple, Ji Hoon n’avait plus la moindre idée de comment il faisait avant. C’était sa drogue, son tout, son univers. Sans lui, il se sentait vide. Il avait besoin d’entendre sa voix, de voir son sourire, de sentir son odeur, d’avoir son corps contre le sien. Il détruirait cette fille et sa famille toute entière si c’était ce qu’il fallait pour récupérer Haruto. Ils partiront au bout du monde, et ils seront heureux. si heureux ! Comme avant. Il voulait voir ce rêve se réaliser, il voulait cette famille avec lui. Il voulait pouvoir l’épouser. Même s’il n’y avait qu’eux deux à la cérémonie, ça lui était égal. Ses explications ne lui faisaient que plus mal encore. Cette cérémonie, il ne l’aurait pas avec lui. Son esprit le torturait. Il imaginait Haruto dans un costume impeccable, marchant vers le maire, puis cette fille dans une robe blanche qui venait vers lui en souriant. Ils se disaient oui tous les deux. Et lui ? Plus personne ne pensait à lui. Haruto l’aurait oublié, avec le temps. Il serait peut-être vraiment sa petite folie post-vie étudiante. Dans le passé, pendant quelques temps, il entretenait une relation avec un homme. il n’en parlerait à personne, bien entendu. On ne disait pas ces choses-là dans leur milieu. On ne pratiquait l’homosexualité sous aucun prétexte. Mais il pourrait toujours se dire qu’il avait fait sa petite folie avant de rejoindre cette vie bien rangée qui lui était destinée. Avant de finalement l’oublier.

Ji Hoon voulait croire en leur amour. En l’amour que lui portait son homme. Mais, et s’il avait raison ? Et si un jour, il l’oubliait ? Et si, de retour à Tokyo, il décidait de but en blanc de rompre à nouveau, pour ne pas décevoir sa famille ? Ji Hoon serait dévasté. Le coup de grâce. Il écoutait ses explications, et il réalisait combien c’était possible. « Mais… Pourquoi toi ? » Pourquoi pas un autre ? Pourquoi pas un homme plus riche, puissant, influent ? Haruto n’était qu’un simple médecin. Pourquoi lui ? Il s’écarta un peu en l’entendant reprendre sur cette fille et son père, ses sourcils légèrement froncés. « Oh, la pauvre, tu veux qu’on chiale pour elle, un peu ? » Il n’en avait strictement rien à faire de sa souffrance, de son père, de ce qu’elle subissait. Non, ça lui était totalement égal, elle pouvait bien souffrir et s’en prendre pleins le visage, qu’elle souffre, ou peu importe. Elle pourrait bien pleurer devant lui, être au bord de la mort, il ne bougerait sans doute pas le petit doigt pour l’aider. Cette fille représentait un obstacle à leur bonheur. Si elle disparaissait, tout irait pour le mieux. Ce serait parfait.

Désormais, il ne voulait plus penser à elle. Juste à lui. A eux. Ses lèvres mangeaient passionnément les siennes, il le désirait ardemment. Ces semaines avaient été trop longues, il ne savait pas comment il faisait pour vivre sans ses baiser, sans ses caresses. Il l’aimait tellement. Le véritable amour, le plus pur qui soi en terme de sentiments. Ji Hoon était toujours surpris de pouvoir ressentir ce genre de choses. Il n’imaginait sincèrement pas que ce type de sentiments existaient. C’était si fort, si beau, si puissant. Ses yeux se levèrent vers les siens et il lui sourit amoureusement à sa déclaration. Il devait l’aimer. Plus que tout. C’était important. Vital, même. Il ne pouvait pas se passer de son amour. Le Coréen voulait le hanter, le posséder. Et il ferait tout pour avoir à nouveau ces privilèges, être le seul. Il ferait vraiment n’importe quoi. Les limites ? Il n’y en avait plus. Son regard se perdit dans le sien et il haussa les épaules. « D’accord je ferai rien d’insicondé. » Comme il ne connaissait pas le mot, il ne pouvait pas le faire. C’était logique. Innocemment, il tendit le cou pour venir l’embrasser encore. Ses lèvres lui avaient beaucoup trop manqué !

Oui. Il allait lui monter. Combien il lui appartenait, combien il le voulait. Tout entier, rien qu’à lui, juste à lui. Ji Hoon allait lui rafraichir la mémoire, lui faire se rappeler combien Haruto était accro à lui. Combien il avait besoin de lui. Ses lèvres attaquèrent encore les siennes, laissant son corps se coller tout au sien alors qu’il reprenait le dessus. Ce soir, il serait à nouveau sien. Totalement, entièrement. Il sourit contre ses lèvres en le sentant glisser sa main contre ses fesses, gémissant légèrement alors que son corps glissait lascivement contre celui de son amant. Quand il le vit chercher de l’air, le Coréen en profita pour se perdre sur son torse, ses lèvres embrassèrent passionnément chaque parcelle de peau à sa disposition avec plaisir. C’était chaud, doux, son odeur l’enivrait totalement. « Si gentiment demander, comment refuser ? » Il n’en serait pas capable, Haruto l’excitait beaucoup trop. Il avait envie d’arracher son jeans et son boxer, c’était beaucoup trop étroit. Horriblement étroit. Comme pour se venger d’être mis dans un état pareil, il se pencha pour le mordre un peu plus fort, retournant vivement à ses lèvres. Il accepta de se faire plus doux, puis il aida l’homme qui lui faisait tourner la tête à retirer son jeans, le jetant plus loin sans jamais plus s’en soucier.

Taquin, son regard se baissa vers le pénis de son homme, qu’il détailla pour bien s’assurer qu’il le rendait toujours aussi « dingue » et il hocha la tête, satisfait. « Oui. Et ça doit jamais changer, je veux toujours y arriver, même dans cinquante ans ! » Parce qu’ils seraient encore ensemble, il voulait bêtement y croire. Leur amour traverserait le temps et les âges. Même beaucoup plus vieux, il savait que Haruto l’attirerait encore. Qu’il l’aimera toujours autant. Même si le sexe risquait de devenir un peu plus périlleux, c’était bien pour cela qu’ils devaient en profiter ! Ses yeux se fermèrent en le sentant le caresser et il se perdit dans son cou, laissant des gémissements de plaisir se perdre entre deux morsures, deux baisers… Il allait le rendre fou. « J’en peux plus tu me rends fou. J’ai besoin de te prendre… Maintenant. » Reculant un peu, il laissa sa main jouer avec la virilité de son homme, appliquant ses mouvements le plus langoureusement possible. Son autre main se leva vers lui et il lui tendit deux doigts qu’il glissa entre ses lèvres. « Suce. » Il fallait bien les humidifier un peu. Il réalisait qu’il aurait sûrement dû le faire lui-même. Cette vision d’érotisme manqua de le faire jouir. Il pourrait le faire lui. Gâter Haruto était une chose qu’il prenait beaucoup trop de plaisir à faire. Mais il ne le méritait pas.




Code by Fremione.


_________________



You're my Power
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 23 Aoû - 14:57


Moon's silver light on the waves brightly shine
Pure like a prayer, clear like your eyes
Stars linger on in the sky as I dream
Tears overflow in loneliness


Pourquoi lui, oui. Très bonne question. Si leur famille n'avait pas à se plaindre au niveau des revenus entrant, grâce à la bonne place du patriarche, la famille Kamiya était tout de même loin d'être la plus riche de la ville. Haruto ne voyait qu'une seule explication à tout ça ; sa mère. Haruka cherchait sûrement une fiancée à son fils depuis qu'il était né, à la façon des familles royales d'une lointaine époque. Elle voulait la meilleure épouse qui soit pour son fils unique, son trésor. Elle désirait le voir heureux et marié, comme si ces deux adjectifs allaient de soi ensemble. Comme l'un ne pouvait aller sans l'autre. En grandissant, le petit Haruto était devenu un si beau garçon, sûr que les mères ayant des filles à marier du voisinage se précipiteraient pour les proposer ! C'était elle qui avait le pouvoir, l'ascendant sur ces femmes. Elle qui choisirait ! Et elle n'avait jamais vu le mal là-dedans. Son fils la remercierait de s'occuper de quelque chose d'aussi important. Si elle acceptait bien de patienter car les études du futur médecin lui prenaient tout son temps, c'était bien parce qu'elle savait qu'une fois diplômé, il accepterait de trouver une épouse digne de lui. Et de lui faire des enfants. Grand-mère ! Haruka aurait enfin à nouveau des petits enfants – de magnifiques bambins – dont elle pourrait s'occuper, et quelque part, la boucle serait bouclée.

C'était là ce que Haruto avait compris, avec l'âge. C'était Haruka qui déciderait, ou du moins, qui pensait décider. Le répit qu'il avait connu durant ses études lui avait permis de comprendre qu'il ne serait jamais d'accord avec sa mère concernant sa vie future. Elle l'avait plutôt vu chirurgien cardiaque, quelque chose comme ça, et il avait dû la convaincre que la psychiatrie était ce qui lui allait le mieux. Le seul argument qui entra finalement en la faveur maternelle fut qu'on le nommerait quand même Docteur Kamiya. Cependant, malgré les longues années passées sur les bancs de l'université, puis dans les couloirs de l'hôpital, Haruka n'en avait pas démordu ; elle voulait que son fils épouse une femme convenable. Une fille de bonne famille, si possible. Sûrement ne pensait-elle pas à mal, et souhaitait-elle vraiment le bonheur de son fils. Mais son obstination à ne pas l'écouter avait gâché beaucoup de choses entre eux. Finalement, Haruto ne lui avait présenté que Haley, qui n'avait pas eu grâce aux yeux de la matriarche, et qui n'avait pas caché son soulagement lorsqu'il lui avait appris la rupture. Des quelques autres femmes qu'il avait pu fréquenter ensuite, Haruto n'en avait pas parlé.

Comme il n'avait pas parlé de Ji Hoon. Haruto s'en voulait tellement, aujourd'hui. Si seulement il avait eu le courage de lui dire. Aucune femme ne le comblerait jamais, car il avait déjà quelqu'un dans sa vie. Le seul amour qui compterait toujours. Son meilleur ami. Qu'importe, au fond, de la réaction de ses proches. L'important résidait dans le fait qu'ils soient heureux, non ? Pourquoi le Japonais n'avait-il pas compris ça plus tôt ? Il avait préféré se montrer stupide, il avait choisi de tout gâcher. Rien, sûrement, n'aiderait à le faire se sentir mieux, si ce n'était l'amour sans failles du Coréen à son égard. Que ce dernier lui assure l'aimer encore – bien qu'en gardant une rancœur légitime contre lui – faisait fondre le cœur meurtri du psychiatre, qui sentait son amour pour lui grandir encore plus. Il n'avait plus le droit d'hésiter, devait tout lui avouer sans détours ! « Non, bien sûr que non. » Hors de question de la plaindre ! Et s'ils arrêtaient simplement d'en parler, pour le moment ? Ils venaient de se retrouver, après tout. Et Haruto voulait en profiter pleinement, montrer à quel point il lui manquait et donc à quel point il avait envie de lui. Lui répéter qu'il l'aimait, l'embrasser à en perdre le souffle... Toutes ses choses qui le faisaient se sentir pleinement vivant. Il aimait le doux contact de leurs corps, ce frottement si excitants qui lui éveillait les sens.

Pourtant, s'il frissonna cette fois-là, c'était sous la menace proférée par son homme à l'encontre de sa chère fiancée. Le bon sens lui hurlait de l'empêcher de faire une bêtise, mais Haruto n'osa que lui demander d'être prudent, de ne rien faire qui pourrait le mettre en danger... En oubliant que son vocabulaire n'était pas le plus simple pour son homme. Face à sa réponse, le Japonais ne put réprimer un sourire amusé, mais se garda bien de le corriger, le trouvant étrangement mignon. Répondant à son baiser, il s'accrocha à lui, se promettant de le protéger lui-même s'il le fallait. Pour le moment, il avait envie qu'il lui montre combien ils s'appartenaient mutuellement, combien leur amour et leur désir étaient réciproques. Il avait besoin de lui, envie de lui. Tous ses jours passés loin de lui le plongeaient dans un désarroi total. Accroché à lui, Haruto répétait tout bas combien il le voulait. Cet homme qui le rendait littéralement dingue. Sûrement y arriverait-il jusqu'au jour lointain où il quitterait ce monde. « Tu y arriveras. » C'était même une certitude ! Et cela scellait cette promesse comme quoi ils finiraient leurs jours ensemble. Sûrement partiraient-ils en même temps, main dans la main. Bien sûr, le Japonais ne voulait pas encore y penser, ils étaient si jeunes ! « On choquera tous les voisins. » Et ils vivraient leur amour au grand jour. Tout le monde les jalouserait, mais tout le monde se réjouirait de voir un couple heureux et uni comme le leur.

« Prends-moi... » Cette attitude scandaleuse, il n'y avait que Ji Hoon pour l'appeler en lui. Dans une autre situation, Haruto nierait être capable de formuler de telles demandes, d'une voix si chaude, profonde, suave. Ses gémissements se faisaient rauques, alors que la main de son amant s'activait chaleureusement sur sa virilité dressée avec force et honneur. Un vrai petit soldat au garde-à-vous, heureux d'être là. Et il crut bien jouir, devant l'ordre que lui asséna Ji Hoon. Entrouvrant les lèvres, Haruto entreprit d'obéir, sans quitter son homme des yeux, planta son regard dans le sien en toute provocation. Sa langue glissait entre ses doigts, et sa bouche imprima un léger mouvement de va-et-viens, tandis que sa salive mouillait bien le tout. Il laissait exprès des bruits de succions lui échapper. Et malicieusement, il laissa l'une de ses jambes remonter lentement contre la sienne, approchant un peu plus leurs deux corps déjà bien entrelacés. Dans un dernier aller-retour, Haruto laissa ses lèvres glisser lentement sur les phalanges, un bruit humide scellant la fin de cet acte de pur érotisme. Sa langue vint pourlécher ses lèvres, alors que son regard restait obstinément accroché au sien, un sourire satisfait venant étirer le coin de sa bouche. « Tout le plaisir est pour moi. ~ » Mais il voulait bien le partager !


Code by Fremione.


_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 23 Aoû - 23:10


Now I'm here, blinking in the starlight
Now I'm here, suddenly I see
Standing here, it's all so clear
I'm where I'm meant to be


Jamais il ne plaindrait cette fille. C’était un parasite, un mauvais élément, la pire chose qui soit arrivée à leur couple parfait. Oh bien sûr, il voyait combien Haruto était coupable dans cette histoire. Il avait été lâche et stupide. Mais il préférait vouer une haine incommensurable envers cette fille plutôt qu’envers l’homme qu’il aimait. Il ne pouvait pas tolérer tout ça, et s’il fallait qu’il fasse les pires horreurs pour éliminer l’ennemi, il s’y soumettrait sans ciller. Son amour pour Haruto dépassait la raison. Il lui appartenait. Son côté possessif prenait le dessus sur tout, sur sa raison, son bon sens. Jamais il ne laisserait son homme à une autre personne. Il était diablement possessif quand il aimait, parfois même quand il n’aimait pas, mais la différence, c’était que, quand de l’amour était impliqué, il ferait tout. Vraiment tout. Haruto pouvait probablement révéler le pire en lui et ce n’était pas pour autant que cela poserait un problème au Japonais. Il l’aimait, il l’adorait. Pour la première fois de sa vie, il faisait des projets de vie, des projets concrets. D’avenir ensemble, juste tous les deux. Dans un futur sans Daimon Yurina, sans mariage malheureux, sans souffrance. Où ils avaient enfin compris qu’ensemble, ils pouvaient tout résoudre.

Mais désormais, il ne voulait plus y penser. Tout ce qui comptait c’était eux, à Hawaii, leurs corps nus qui se rapprochaient, se retrouvaient. Il réalisait combien tout ça lui avait cruellement manqué. Jamais il n’avait autant aimé le sexe que depuis qu’il faisait l’amour avec Haruto. Ce corps si similaire au sien, qui n’avait pourtant rien à voir avec ce qui l’avait toujours excité jusque-là. C’était si bizarre. Mais il ne voulait pas réfléchir au pourquoi du comment. Haruto lui plaisait, l’attirait, l’excitait. Il avait un effet hypnotisant sur lui. Son corps appelait le sien et, il en était intimement convaincu, leurs corps étaient faits l’un pour l’autre, spécialement conçu pour une alchimie sexuelle parfaite. Dans cinquante ans, quand leurs corps ne seront plus aussi lisses, plus aussi beaux, il voulait réussir à séduire Haruto de la même façon, il voulait voir les mêmes réactions. Il y arriverait oui. Que Haruto le lui confirme le fit sourire et il hocha la tête. Il lui ferait l’amour encore et encore, peut-être qu’ils seront moins souples, moins forts, mais ils trouveront de nouvelles positions, innoveraient. Ils étaient pleins de ressources, Ji Hoon ne s’en inquiétait pas. « Ils seront jaloux que deux petits vieux le fassent plus qu’eux. » Pouffant contre ses lèvres, cette vision d’avenir le ravissait. Il les voyait déjà, pouvant se vanter d’être ensemble depuis plus de cinquante ans.

Mais il ne devait pas s’emballer ! Une voix le lui hurlait, c’était mal, il ne devait pas. Et si cette avenir n’existait que dans ses rêves ? Et si Haruto réaliserait cet avenir avec cette fille ? Non ! Il ne voulait pas y penser ! Rapidement, il chassa ses pensées de son esprit, se collant contre son homme pour les chasser totalement dans un frémissant baiser. Ils finiraient leurs vies ensemble, Ji Hoon croyait en cette happy end. En leur bonne étoile qui devait sans doute briller quelque part. mais rapidement, son esprit se vida, ne laissant place qu’á ses désirs les plus animal. Il avait envie de le prendre sans attendre, et que Haruto lui renvoie son désir ne l’excitait que davantage. Il avait tellement envie de lui… C’était si indécent, mais tellement bon ! La manière si scandaleuse qu’il avait de sucer son doigt devrait être interdite. Il était si érotique, si sexy. Si excitant. Un gémissement roula dans sa gorge, de frustration. Il avant envie de le prendre sauvagement, sans plus attendre ! Sa jambe rapprocha encore leurs corps et il avait l’impression qu’on le torturait. Si bon, mais si rude à la fois. Comment faisait-il pour tenir ? Un mystère. Retrouvant ses doigts qui étaient sûrement tout perturbé par le moment qu’ils venaient de vivre, il en fit bon usage, se mordillant la lèvre en le regardant.



Code by Fremione.


_________________



You're my Power
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 24 Aoû - 20:28


Moon's silver light on the waves brightly shine
Pure like a prayer, clear like your eyes
Stars linger on in the sky as I dream
Tears overflow in loneliness


Leur avenir ensemble était écrit, et rien ne pourrait convaincre Haruto du contraire. Ils étaient liés, et ce lien était plus fort que tout. Même s'il aurait du mal, Ji Hoon finirait par le pardonner, même si lui-même ne pensait pas qu'il le méritait. La preuve de cet amour sans failles résidait déjà dans le fait que les activités illégales de son homme ne dérangeaient pas le Japonais. Bien sûr, la nouvelle l'avait ébranlé, mais au fond, c'était comme s'il s'en était toujours douté. Un magicien ne pouvait s'offrir de si beaux vêtements sans qu'il n'y ait anguille sous roche. Pourtant, bizarrement, il le soutenait. Oh bien sûr, il n'approuvait pas pour autant, mais Haruto comprenait les raisons qui le poussaient à agir ainsi. Pour Ji Hoon, il passait au-dessus de ses convictions. Pour bien des choses, d'ailleurs.

Aimer un homme, quelle fantaisie étrange. Tomber amoureux lui avait même semblé si longtemps absurde. Se dévouer à une personne inconnue, que l'on rencontrait un beau jour, par hasard. Ça ne pouvait être. Quelle hormones, quel exploit de la nature permettait une chose pareille ? Lui qui s'était senti mieux seul ne s'était pas vu tomber amoureux. Et pour cause, voilà qu'il réalisait plusieurs années après être fou de son meilleur ami. Et si ça l'avait secoué, Haruto s'était bien vite rendu à l'évidence. Sans Ji Hoon, son monde ne tournait pas correctement. Sa vie avait trouvé les couleurs dont elle avait manqué durant son enfance. S'il n'avait jamais été un petit garçon malheureux, le Japonais s'était toujours attendu à une événement qui pourrait tout chambouler, dans son existence. Quelque chose de si incroyable, de si fou, qu'il ne serait plus jamais le même – pour le meilleur. Et c'était exactement ce qui était arrivé avec ce Coréen rencontré dans un bar. Par le plus pur des hasards ? Haruto savait qu'ils étaient destinés. Qu'ils s'étaient rencontrés parce qu'ils le devaient, tout simplement. Ce soir-là, n'avait-il pas eu l'impression de déjà le connaître ? Dans cette vie, dans toutes les autres, Ji Hoon était l'amour de sa vie.

Sinon, pourquoi son cœur battrait-il aussi fort, rien qu'à le regarder ? Son cœur bouillait de désir, et par conséquent, le Japonais avait bien du mal à garder la tête froide. Il le voulait. Si le sexe n'avait jamais tenu une place si importante dans sa vie, il avouait aujourd'hui que cela faisait partie intégrante de leur histoire d'amour. Bien sûr, ce n'était pas la seule chose qui comptait, mais Haruto mentirait s'il disait que ça lui importait peu qu'ils le fassent ou pas. Lorsqu'ils faisaient l'amour, c'était comme s'ils scellaient cette promesse de s'aimer éternellement. Et sûrement le ferait-il encore, dans plusieurs dizaines d'années. L'amour n'avait pas d'âge, le sexe ne devait pas en avoir non plus. On ne pouvait juger deux personnes qui s'aimaient encore, après tant d'années passées ensemble. Et Haruto sourit en se disant que même dans cinquante ans, ils feraient rougir leurs voisins qui seraient témoins auditifs de leurs ébats enflammés. On ne pourrait les arrêter. Et il se fichaient bien de ce que les autres pensaient de leur couple. Ce n'était que des inconnus sans importance.

Et parce qu'il savait bien qu'il n'y avait qu'eux qui comptaient – et qu'eux tout court – Haruto n'avait pas honte de se montrer indécent. Sucer les doigts de Ji Hoon de façon si provocante l'excitait bien plus qu'il ne voudrait l'admettre, même si le fait de le regarder droit dans les yeux en le faisant devait sûrement y être pour beaucoup. Il aimait le titiller, provoquer en lui des choses qu'il n'oserait prononcer à haute voix. Il aimait voir les changements dans les traits du Coréen, alors qu'il avait de plus en plus de mal à maîtriser son désir. C'était délicieux de le voir fondre pour lui, faire tomber les barrières. Sauter le pas, ils l'avaient si souvent fait ensemble, et pourtant. Pourtant, c'était comme la première fois à chaque fois. Un flot de désir le submergeait. Haruto savait que personne ne ferait naître en lui de pareils sentiments. Ji Hoon était le seul et unique dont il avait envie, aujourd'hui – et pour toujours. Et c'était pour ça qu'il voulait le charmer toujours plus. Se montrant provoquant mais pas vulgaire, juste ce qu'il fallait d'érotisme pour le rendre fou. Pour qu'il ait lui aussi envie de lui comme jamais.




Code by Fremione.


_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 25 Aoû - 15:12


Now I'm here, blinking in the starlight
Now I'm here, suddenly I see
Standing here, it's all so clear
I'm where I'm meant to be


Cet homme était symbole de scandale et d’érotisme. Dire que Ji Hoon le trouvait coincé, avant ! Il l’était très clairement à ses yeux et il le voyait avec ce petit côté – trop classique – à faire son affaire après un peu de préliminaires, sans plus. Mais non, il était totalement déchaîné. Ji Hoon aimait se dire qu’il s’était révélé grâce à lui. Comme Haruto l’avait révélé, en quelque sorte. Avec lui, il aimait se laisser surprendre, il faisait d’autant plus attention au plaisir de son compagnon, il avait accepté de faire des choses totalement inédites. Ji Hoon n’avait jamais connu une collusion aussi parfaite avec quelqu’un. Haruto était fait pour lui, de toutes les façons possibles. Son corps et le sien, tout comme leurs deux cœurs. Il y avait quelque chose d’inexplicable, de toute simplement grandiose. Ce serait horrible de perdre ça. Si le sexe avait toujours eu son importance, avec Haruto, ça prenait tout son sens. Il n’aimait pas que l’acte en lui-même, et ce n’était pas pour se « vider » comme ça aurait pu être le cas avant. Il aimait leurs préliminaires, il adorait sentir les lèvres de son Japonais sur son corps, ses mains qui caressaient sa peau. Et il aimait aussi le titiller, glisser ses lèvres partout, le titiller avec sa langue… C’était aussi bon que lorsqu’ils s’unissaient.
- - - - - -


« Sakura était encore meilleure que dans mes fantasmes. » Riant un peu, il laissa ses doigts glisser dans ses mèches roses. Oui, bien meilleur, la pauvre ne faisait pas le poids face à son Japonais. Cette soirée avait été si étrange. Il y a plus de deux heures, il était prêt à le fuir en se jetant à la mer, à lui hurler toutes les horreurs du monde et là, ils venaient de faire l’amour, collés l’un contre l’autre. Ses lèvres cherchaient son contact, marquait doucement sa peau. Ça lui avait manqué, de pouvoir sentir son odeur, se coller à lui. Ils étaient parfaits ensemble. De tout son cœur, le Coréen espérait que tout puisse redevenir comme avant. Qu’ils se retrouvent réellement, comme avant. Ils pourraient ravoir leurs projets, ne plus penser à une potentielle séparation parce qu’ils devaient être ensemble. Ses yeux ne se lassaient pas de le regarder. « La prochaine fois, on réfléchira à quel personnage de manga tu vas faire. » Il pouffa un peu, loin de lui l’envie de se moquer. Il le trouvait réellement attirant avec cette crinière rose.

Son bras glissa doucement sur son torse et il se serra contre lui, tête posée sur son torse. Plus jamais il ne voulait le quitter. Il avait trop besoin de lui, trop besoin de ça. De son cœur qui battait près du sien, de ses lèvres qui embrassaient les siennes. Il le rendait heureux. Si heureux. Souriant aux anges, il posa son menton sur son torse pour pouvoir le regarder. « Tu restes avec moi demain, d’accord ? Je veux te garder toute la journée, rien que pour moi. » Ils avaient besoin de ces retrouvailles ! Son doigt redessinait ses muscles, il ferma les yeux pour mieux apprécier l’instant. « Tu me manques. Et tu manques à Kimyaki aussi. » Il ne voulait pas gâcher la fête, mais il avait besoin de lui dire, que Haruto réalise. « On a besoin de toi tous les deux. » Kimyaki ne le disait pas par pudeur et fierté mais Ji Hoon le connaissait et savait que c’était vrai. Souriant à l’amour de sa vie, il s’approcha pour déposer un baiser tendre sur ses lèvres, le serrant un peu plus. Quand on avait trouvé son grand amour, le laisser filer était presque criminel. Aussi hors la loi qu’il pouvait être il ferait tout pour ne jamais désobéir à cette règle et s’attacher toujours plus à son homme. Pour toujours.

Code by Fremione.


_________________



You're my Power
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 25 Aoû - 21:56


Moon's silver light on the waves brightly shine
Pure like a prayer, clear like your eyes
Stars linger on in the sky as I dream
Tears overflow in loneliness




Haruto aimait ces instants, juste après. Pour parler franchement, il aimait toute les étapes du sexe avec Ji Hoon. C'était d'ailleurs bien plus que cela. Ils ne couchaient pas juste ensemble, ils faisaient littéralement l'amour. Ils l'incarnaient parfaitement, sur le plan psychologique et physique. Et là, serré contre son homme, le Japonais en avait la certitude, une fois de plus. Appréciant les douces caresses du Coréen, il pouffa devant sa remarque, avant de froncer les sourcils de manière peu sérieuse. « C'était mon but. Je veux être ton seul fantasme, maintenant. » Comme lui était le sien. Lui tenant le menton, il se redressa pour mieux l'embrasser, avec douceur mais détermination. S'il lui appartenait, lui était tout autant à lui, rien qu'à lui. Se laissant lentement retomber sur l'oreiller, il fixa tendrement Ji Hoon, laissant l'une de ses mains se perdre sur son torse, avant de glisser vers ses hanches, sur lesquelles elles se s'attardèrent. « Avec le costume ? » Un rire lui échappa. Pour son homme, Haruto était même prêt à se déguiser ! Sa main remonta vers sa joue, et il lui embrassa le haut du crâne.

Son bras assura sa prise sur son corps, lorsqu'il se coucha contre son torse. Sa main libre continuait de caresser doucement la peau de son dos désormais offert. Son regard s'attarda sur les fesses rebondies qu'il pouvait apercevoir. Pliant son bras, le bout de ses doigts choyèrent finalement son crâne. « Bien sûr. Je ne comptais pas... » Le lâcher. Mais ces mots sonnèrent cruellement et il ne voulait pas gâcher le moment. « Je resterai avec toi. On ira surfer, ou juste se baigner si je suis trop nul. » Un rire lui échappa. A croire qu'il aimait toujours faire des projets, même petits, avec Ji Hoon. Baissant les yeux, Haruto lui sourit tendrement. Quand il mentionna Kimyaki et combien il leur manquait, à tous les deux, son sourire perdit un peu de sa clarté, en profitant que le Coréen ait les yeux fermés. Un très léger soupir lui échappa, et ses bras revinrent le serrer contre lui. « Vous me manquez aussi. Terriblement. » L'émotion revenait s'installer dans sa voix. Lui aussi avec horriblement besoin d'eux. « Je pense à vous tout le temps. Je parle de vous sans cesse à Takochi. » Le nom de la petite boule de poils noire lui avait échappé presque timidement, comme s'il n'avait pas osé le prononcer. « Au fait, tu sais... Takochi est une femelle. » Il pinça les lèvres devant cette petite erreur. Mais garçon ou fille, Haruto aimait son second enfant.

Tâtonnant pour chercher le drap, il le passa par-dessus leurs deux corps enlacés. Juste assez haut pour cacher les fesses tentatrices de son homme. « Tu me rends vraiment heureux, Hoonie. » Ses bras le serrèrent amoureusement. Il ferma lentement les yeux, sa respiration retrouvant peu à peu sa paix. « Je ferai tout pour te garder, je te le promets. J'ai besoin de toi, Hoonie. Sans toi... Rien ne va. » Sans lui, Haruto demeurait incomplet. Respirant profondément, il le serra plus fort. « Tout rentrera dans l'ordre. Promis. » Ses mains se perdirent à nouveau sur sa peau, alors qu'il l'attirait à lui pour l'embrasser amoureusement. Ce soir, il ne voulait plus penser à cette éventualité menaçante que ce mariage l'éloignerait de l'amour de sa vie. Tout allait bien, et tout finirait bien. C'était cette réalité à laquelle il souhaitait se raccrocher, le seul futur qu'il voulait accepter. Haruto ne se voyait pas finir sa vie ailleurs qu'aux côtés de Ji Hoon. Et il jura de tout faire pour ça.

Code by Fremione.


_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

 
Sponsored by baby Kamiya Haruno ♥ | HAROON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» baby biorb pour un betta ?
» easy baby royal
» Sophora "Little baby"
» Tetramin Baby
» instant baby brine shrimp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Le reste du monde :: Amérique-