Walk on memories |♥| HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 27 Juil - 17:44

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I want to put my ears into your heart
to hear the voice that gently leads into the depth
I want to go descend, and let us meet once again there


Y avait-il pire sentiment que l’amour ? Sans doute, il le savait. Il ne voulait pas faire partie de ces gens qui dramatisaient à tout bout de champs. Il savait que c’était beau. Quand c’était vivant, réciproque et vécu. Sinon, il réalisait combien c’était horrible, douloureux, qu’il donnerait absolument tout pour ne plus ressentir ça. Mais Ji Hoon savait qu’il s’agissait d’un mal encré en lui, qu’il n’arriverait pas à s’en débarrasser. Haruto le possédait, il lui appartenait et il n’y avait rien à faire pour que cela change. Il pourrait le frapper, le menacer, le Japonais n’y était pour rien. Il n’avait peut-être même pas conscience de combien il l’avait emprisonné pour toujours sans possibilité de lui rendre un jour sa liberté. Son cœur souffrirait toujours, mais ne pourrait arrêter de l’aimer. Et après seulement une semaine, le Coréen ne pouvait s’empêcher de trouver cette situation incroyablement chiante et insupportable. Il voulait pouvoir se libérer de tout cela.

Mais c’était sûrement trop tôt pour ne serait-ce que rester calme devant lui. Il n’avait pas réussi à se maîtriser en écoutant l’histoire de Takochi. Il devrait être à eux. Compléter la famille qu’ils avaient, avec Kimyaki, dans ce magnifique appartement qu’ils s’étaient trouvés et dans lequel ils auraient encore vécu des jours tellement heureux. C’était si cruel de le lui dire et son esprit était si cruel de lui faire imaginer tout cela. De le faire souffrir davantage, pour du vent. Pour des choses qui ne sont jamais arrivés et qui n’arriveront jamais, il le savait. Malheureusement, cette jolie petite famille n’existerait que dans l’imagination des anciens amants. Toute sa vie, il savait qu’il vivait avec ces souvenirs. Ces cinq merveilleuses années. Quand leur complicité naissait, déjà ce fameux soir où il ne parlait absolument pas japonais. Cette entente entre eux ne pouvait que souligner déjà à ce moment-là qu’ils venaient de rencontrer leur autre moitié. Le grand amour de leurs vies.

Il n’y aurait plus que des souvenirs. Ji Hoon n’arriverait jamais à supprimer les photos de son téléphone. Pire, il savait qu’un jour, il les ferait toutes imprimer, même les ratés, parce qu’il vivrait toujours et pour toujours dans ce passé merveilleux. Quand il aurait l’impression d’oublier sa voix, il pourra revoir les quelques vidéos de vacances qu’il possédait, ou une où Haruto jouait avec Kimyaki. Ou même, cette vidéo qu’il ne lui avait jamais montré. Celle où il lui chantait cette magnifique chanson d’amour. Il ne pourrait sans doute plus jamais la regarder sans pleurer toutes les larmes de son corps. Mais la supprimer, jamais il ne pourrait. Il voulait tout garder, tout conserver, et, paradoxalement, il voudrait l’oublier, tout effacer. Il en était juste incapable. Ji Hoon avait bien trop besoin de ces souvenirs. De se rappeler de la seule personne de qui il était tombé irrémédiablement amoureux. Du grand amour de sa vie.

S’il avait souhaité un instant pouvoir oublier la douleur causée par son cœur meurtrit après les révélations de son ex-petit-ami, il aurait préféré que cela n’arrive pas parce que son bébé avait disparu. Il n’avait pas attendu la réaction de Haruto avant de partir en courant, hurlant le nom de son bichon en regardant partout autour de lui. Il sortit rapidement son téléphone, cherchant la plus jolie photo de son petit pour la montrer à des patients. Il se retenait de les frapper un par un en entendant des réponses négatives. Juste ça. Il n’avait pas le temps mais ils pourraient au moins préciser que le petit chien était mignon. Il les retrouverait tous plus tard. Pour l’instant, il sentait la panique le gagner de plus en plus. Son cœur battait à tout rompre. Il avait si peur de le perdre, si peur qu’il lui soit arrivé quelque chose. C’était son petit trésor, il n’y avait réellement que lui qui parvenait sincèrement à le faire sourire. Il avait besoin de lui.

Courant toujours, il s’arrêta en entendant la voix de son Japonais hurler son surnom. Rapidement, il le chercha du regard avant de courir à toute vitesse vers lui, s’avançant vers le petit buisson qu’avait visiblement reniflé Takochi. Il se baissa tout à côté de Haruto pour le voir et il sentit le peu de son cœur encore intact se briser à la vision de son bébé si abattu. Il ne bougeait même pas quand son Papa Japonais l’appelait. « Nae agi, mianhae… » Il savait que c’était de sa faute, qu’il lui avait fait très peur et il le regrettait de tout son cœur. Cependant, il savait également qu’il n’était pas la seule personne à blâmer ici ! Sa main se posa sur la cuisse de son ancien amant, le secouant légèrement. « Excuse-toi aussi ! » Qu’il comprenne que ses deux papas s’en voulaient beaucoup de lui avoir fait du mal.

Son regard suivait Takochi qui s’approchait de son « frère », silencieusement, il ne chercha pas à ce que Haruto le rappel en entendant Kimyaki grogner. Il s’était probablement attendu à tout sauf à voir son petit qui acceptait de jouer avec le caniche noir. Doucement, un sourire se forma sur ses lèvres, à la fois triste et attendri par cette scène qu’il n’aurait pas imaginé vivre un jour. Réalisant qu’il n’avait pas encore retiré sa main, il la reprit dans un sourire gêné reportant rapidement son attention sur les chiens qui jouaient, Kimyaki ayant repris un peu de sa joie de vivre. « Ils ont l’air de bien s’entendre finalement… » Cette constatation lui brisait un peu plus le cœur. Leur petite famille aurait vraiment été parfaite. Son regard se posa sur lui et il put constater les larmes qui coulaient sur sa joue. Le fixant un instant, il décida de ne pas faire la moindre remarque à ce sujet. « Merci de m’avoir aidé. » Il aurait pu s’en aller, le laisser se débrouiller. Mais il ne l’avait pas fait. Ji Hoon savait combien Kimyaki comptait pour lui, mais il n’avait plus aucune raison de perdre son temps à le chercher de son côté.

Pincant les lèvres, il sourit en voyant son bébé venir vers eux tout timidement, d’un pas mal assuré. Ji Hoon bascula doucement en arrière pour s’asseoir en tailleur et il tendit les bras, l’encourageant à venir tout près de lui. Il accepta, grimpant sur ses jambes, sans cesser de chouiner pour autant. Comprenant sans mal ce qu’il voulait, Ji Hoon donna une petite tape sur le bras de Haruto. « Je crois qu’il veut que tu le caresses ! » Il en était même sûr, puisque sa main qui choyait avec amour son pelage ne semblait pas le combler. Son regard se posa sur la petite boule noire qui s’approchait également d’eux, sautillant partout, cependant, Ji Hoon n’y parvenait pas. Il n’arrivait pas à le toucher, à le caresser. Ça restait au-dessus de ses forces. Ce n’était pas son chien. Il ne fera jamais partie de cette famille parfaite, parce qu’elle n’existait plus qu’en rêve, parfois de manière illusoire, un peu comme maintenant. Mais au fond, Ji Hoon savait que ce serait la dernière fois.

Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 27 Juil - 23:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I want to put my ears into your heart
to hear the voice that gently leads into the depth
I want to go descend, and let us meet once again there


Leur bébé s'était enfuit ! Trop attristé par le comportement de ses deux Papas, sûrement. Le pauvre bichon devait être complètement perturbé par les récents événements. Après tout, il vivait jusque-là dans un foyer heureux, choyé comme un enfant roi, aimé comme il le méritait. Il voyait l'amour que se portaient ses deux Papas, ces longs câlins sur le canapé, devant cette drôle de boîte à images à qui finalement aucun des trois ne prêtaient attention. Il dormait paisiblement dans son panier, en attendant qu'ils terminent ce qu'ils faisaient ensemble enfermés dans leur chambre, puis s'y glissait une fois qu'ils revenaient de la douche. Il se couchait entre eux, réclamant les caresses qu'ils ne lui avaient pas donné pendant une heure – du moins supposait-il, un chien ne lisait pas les cadrans des horloges. Oui. Tout ces petits souvenirs flottaient dans la tête du petit chien blanc, comme dans celle de ses Papas. Ces moments de bonheur qu'ils avaient partagé tous les trois avaient fini par voler en éclats.

Haruto courait dans le parc, ses yeux cherchant frénétiquement Kimyaki. Un si joli bichon ne pouvait disparaître comme ça ! Il ne voulait pas penser à un dognapping, bien que l'hypothèse n'était pas à écarter. Là ! Sur ce banc ! Non. Une grimace déforma ses traits. Le bichon de cette grand-mère était loin d'être aussi mignon que leur bébé. Le pauvre, Haruto espérait qu'il n'avait pas croisé Kimyaki. Il y avait de quoi déprimer de se dire qu'on ne serait jamais aussi chou ! Mais il n'avait pas le temps de compatir aux complexes des autres chiens ayant potentiellement aperçu le bichon Kamiya-Lee. Serré contre sa poitrine, Takochi semblait humer l'air, mais Haruto n'y prêta pas vraiment attention. Son regard finissait toujours par tomber sur la silhouette de Ji Hoon. Deux parents affolés à la recherche de leur enfant. Le Coréen lui en voudrait sûrement, s'il arrivait quelque chose à Kimyaki, et lui-même se blâmerait pour ça. Il aurait finalement vraiment tout détruit. Mais y penser lui était insupportable, et le Japonais préféra se concentrer sur les recherches.

L'agent de police ne l'aiderait pas. Pourquoi personne ne les prenait au sérieux lorsqu'ils mentionnaient Kimyaki comme leur enfant ? Pourquoi se moquait-on d'eux ? Ces idiots ne voyaient-ils pas le mal qu'ils leur faisaient en riant de la sorte ? Haruto se remit à ses recherches sans se soucier des autres. Le parc Yoyogi était si grand. Mais hors de question de perdre espoir ! Quand Takochi se mit à bouger violemment, il tenta vainement de le calmer, avant de comprendre qu'il devait mieux le lâcher. Et quand le caniche se mit à courir dans une direction bien précise, le sang du Japonais ne fit qu'un tour. Sans réfléchir, il attira l'attention de Ji Hoon en l'appelant par ce surnom si doux, courant derrière le chiot qui fila à toute allure vers des buissons feuillus. « Takochi ! » Se pouvait-il que le petit chien ait senti Kimyaki ? Comme poussé par un instinct lui dictant que ce bichon était son frère ? Des liens du sang un peu différent que la norme, mais un profond lien sentimental. Après tout, il devait avoir senti que son Papa aimait ce chien blanc. Que c'était important.

Et accroupi face à ce buisson, Haruto en avait la certitude ; Kimyaki se rendait bel et bien compte de la situation. Il s'en voulait terriblement, tout était de sa faute. Sa stupidité les avait tous plongés dans un profond chagrin, sans exception. Son cœur se serrait dans sa poitrine. Quand la main de Ji Hoon se posa sur sa cuisse, le Japonais en ressentit une violente réaction, comme un courant électrique qui parcourut chaque cellules de son corps. Figé, il l'observa du coin de l’œil, le cœur battant rapidement. Bêtement, il hocha la tête et avala plusieurs fois sa salive avant d'être capable de parler à nouveau. « Kimyaki... Pardon... » Sa voix vibrait sous l'émotion et la culpabilité transparaissait clairement dans sa voix. « Je suis vraiment désolé... » Si Ji Hoon ne voulait pas entendre ces mots, peut-être que leur bébé les écouterait ? Takochi avait compris, lui. Le voir s'approcher doucement de Kimyaki pour lui sauter ensuite joyeusement dessus le fit sourire. Son cœur se serra en réalisant que ce serait sûrement la première et dernière fois que ces deux chiens s'amuseraient ensemble. La seule et unique fois que cette famille fantasmée serait réunie, ce serait ici, dans ce parc. Le Japonais ne se rendit pas de suite compte qu'il pleurait, ce fut quand son ex-compagnon parla qu'il le remarqua. Reniflant bruyamment, il s'essuya rapidement les yeux du revers de sa main. « C'est normal... Il reste mon bébé. » Haruto lui adressa un sourire triste. La chaleur de sa main sur sa cuisse lui manquait déjà.

Kimyaki finit par ramper vers eux, timidement. Le pauvre bichon semblait presque traumatisé, mais heureux de retrouver ses deux Papas. Poussé par Ji Hoon, Haruto caressa le pelage blanc tout doux de leur bébé, qui semblait désormais entièrement comblé. Les larmes menaçaient de couler à nouveau, mais il tenait bon. A moitié allongé sur l'herbe, il poupoutait le bichon. Sa joue frôlait l'épaule de Ji Hoon. Pour un peu et il se retrouverait couché sur lui. Peut-être faisait-il exprès de laisser la main sur laquelle il s'appuya tout près de la sienne. Le bout de leurs doigts se touchaient presque, il suffisait de quelques malheureux centimètres... « Vous êtes retournés chez tes frères... ? » Ça ne le regardait pas. Il ne devait pas poser ce genre de question. « J'ai pris un petit studio, pas très loin, avec vue sur le parc. » Mais pourquoi lui racontait-il cela ? Ji Hoon devait s'en ficher royalement ! Leur rupture était encore trop récente pour qu'ils aient une discussion aussi légère. Sûrement n'y arriveraient-ils jamais, d'ailleurs. C'était fini, et Haruto devait l'accepter.

Du coin des yeux, il observa le manège de Takochi qui essayait d'attirer l'attention du Coréen. Jappant joyeusement, il sautait de gauche à droite, avant de rouler sur le dos pour essayer de lui faire comprendre qu'il pouvait aussi le caresser, comme le chien blanc, tout pareil ! Mais le message paraissait ne pas passer, aussi recommença-t-il plusieurs fois. Chouinant à son tour, le petit caniche les contourna, pour finalement s'allonger contre son Papa. Celui-ci le caressa de sa main libre, s'excusant mentalement auprès de lui pour la situation difficile dans laquelle se retrouvait cette famille heureuse qu'il lui avait tant promis. « Je... On va y aller. » Il était important d'inclure Takochi. Se redressant, Haruto se releva, prenant le petit caniche noir contre lui. Cette proximité avec Ji Hoon commençait à le dévorer. Il avait tant envie de rouler sur lui, en l'embrassant passionnément, à en perdre haleine ! Mais c'était impossible. « Dis au revoir, Takochi ! » Le chiot aboya en remuant la queue. Haruto leur adressa un sourire triste, se penchant pour caresser le crâne de son bichon. « Bogoshipo... » Furtivement, ses yeux cherchèrent ceux de Ji Hoon, avant que son regard ne fuit. A grands regrets, il se retourna pour s'éloigner d'eux, Takochi léchant doucement ses joues à nouveau inondées de larmes. Il avait si mal... Et revoir aujourd'hui Ji Hoon et Kimyaki lui confirmait ce qu'il savait déjà ; Haruto ne pourrait vivre sans eux.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 28 Juil - 10:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I want to put my ears into your heart
to hear the voice that gently leads into the depth
I want to go descend, and let us meet once again there


Jamais Ji Hoon ne pourrait totalement surmonter d’avoir perdu Kimyaki. Il n’aurait pas pensé pouvoir autant s’attacher à un animal. Depuis petit, il le voulait. Il se montrait pénible et insistant auprès de ses parents pour pouvoir adopter un petit chien. Il s’en occuperait, promis ! Ils n’auraient jamais à s’en occuper, il ferait tout. Mais la réponse était toujours non, sans appel et ça le rendait toujours incroyablement triste. Il voulait tellement ce petit chien. Avec le temps, il avait déménagé et ce n’était jamais le « bon moment », il n’avait pas le temps, ne savait pas s’il allait rester dans cette ville, ce pays, puis il ne savait pas exactement ce qu’il voulait comme chien… Quand sa voisine lui avait parlé de cette portée, il ne savait pas vraiment. Un bichon, ce n’était pas vraiment ce qu’il aurait envisagé, ce n’était pas très viril ! Pourtant, en entrant dans l’appartement et en posant ses yeux sur cet adorable petit chiot, il avait su que c’était lui. Ce fameux chien dont il avait rêvé. Il avait craqué instantanément pour le petit canidé et n’avait pas hésité à le prendre. Le prénom avait été comme une évidence, assis avec lui dans le salon, ses doigts glissant dans son pelage : Kimyaki.

C’était son bébé, celui qu’il attendait de rencontrer depuis si longtemps. S’il devait retourner Tokyo tout entier pour le retrouver, il le ferait ! Hors de question d’abandonner. Son cœur se réchauffait un peu en voyant son ex-petit-ami chercher avec lui. Au moins, il n’avait pas totalement abandonné Kimyaki, c’était déjà cela. Il fallait qu’ils le retrouvent ensemble, pour qu’ils voient que même séparé, même si son Papa Coréen avait vraiment envie de frapper son Papa Japonais pour le mal qu’il leur faisait, ils l’aimaient quand même. Toujours aussi fort. Il fallait le lui dire ! Et s’excuser. Il s’excuserait si tôt il verrait son bébé et lui demanderait de le pardonner pour son geste qui avait dû l’effrayer. Il n’avait pas contrôlé, c’était parti tout seul. Et encore, il s’était quand même contenu, mais il éviterait de lui préciser.

En entendant son surnom, il s’était précipité à toute vitesse vers son ancien compagnon, se mettant près de lui pour voir ce qu’il regardait. Jamais il ne l’avait vu aussi malheureux et ça lui brisait un peu plus le cœur que de constater qu’il pouvait être aussi touché par ce qui arrivait. Evidemment qu’il l’était. Il avait tout vécu avec eux, les moments les plus heureux, comme les plus triste. Il avait toujours été là, pour consoler, pour partager ce bonheur. Il les aimait tous les deux. Si fort ! Alors les voir se déchirer, se détester lui était insupportable. Sûrement se souvenait-il de ces jours heureux qu’ils passaient tous les trois, de combien il était un bichon chanceux d’être aussi chouchouté (même si c’était clairement mérité !). Il voyait que les choses changeaient et il n’aimait pas ça. Il ne pouvait être un bichon comblé qu’en la présence de ses deux Papas près de lui.

Sa main se retirait difficilement de sa cuisse, elle était si bien là. Ji Hoon fit probablement semblant de ne pas s’en rendre compte, heureux de l’entendre s’excuser auprès de leur bébé. Kimyaki et Takochi étaient définitivement adorables ensemble. Ji Hoon ne pouvait que le constater en les voyant s’amuser ainsi. Cela faisait surement du bien au bichon de jouer avec un camarade canin. Ils se seraient définitivement très bien entendu. Cette constatation le peinait terriblement. Si tout s’était passé comme prévu… Non. Il devait arrêter de penser ainsi. Leur histoire écrite, ils le savaient, ils n’avaient juste pas envisagé qu’elle serait si courte. « Je sais… » Son sourire se fit le miroir du sien, soulignant la même tristesse. Kimyaki était son bébé à lui aussi. Si Ji Hoon l’avait adopté seul, Haruto l’avait rapidement rejoint et, jusqu’à aujourd’hui, la majeure partie de sa courte vie avait été avec eux.

S’installant sur ses fesses, il tendit les bras pour accueillir le bébé sur lui, glissant tendrement ses doigts dans son joli pelage blanc, mais il comprit rapidement qu’il avait besoin de plus qu’une seule main pour le satisfaire. Haruto était si proche de lui désormais. Il sentait son cœur battre des records, son souffle devenir difficile. Mais il tenait bon, faisant comme si de rien n’était en sentant sa joue frôler son épaule et en voyant sa main si proche de la sienne. Il n’avait pas très envie de parler avec lui aussi légèrement, comme si de rien n’était. Il était trop tôt pour cela. Ce serait toujours trop tôt. Mais il ne voulait pas risquer de brusquer Kimyaki encore une fois. « Oui, on y est retourné. » Ji Hoon ne voulait pas épiloguer, continuer la conversation. À quoi bon, si c’était juste pour le rendre plus malheureux ? Il n’aimait plus cet appartement, il n’y trouvait plus sa place. Pourtant, Ji Hoon savait qu’il n’avait pas le choix. Où aurait-il pu aller sinon ? Vivre seul, il s’en sentait parfaitement incapable. Tout comme il se sentait incapable d’écouter Haruto parler de sa nouvelle vie sans lui. Il avait pris un appartement à Shibuya avec vu sur le parc. Le Coréen ne voulait pas le savoir. Il se contenta de hocher la tête, de peur que son ancien amant y ajoute des détails. Comme avec qui il y vivait, par exemple.

En silence, il continuait ses caresses, gratouillant son petit par endroit. Il voyait bien le petit cinéma de Takochi, sans répondre à ses avances. Il était vraiment mignon, mais il ne voulait pas l’accepter. Ou plutôt, il ne voulait pas faire ce plaisir à Haruto. Hors de question qu’il accepte ce caniche dans sa vie, puisqu’il n’aurait jamais rien à voir avec cette dernière. S’il se nommait Kamiya-Lee dans son carnet, il n’était pas un Lee. Il ne le serait jamais. Cependant, malgré cela, il ne voulait pas voir Haruto partir. Bêtement, il voulait continuer à le côtoyer encore un peu. Passer du temps avec cette famille illusoire. Mais en guise de réponse, il hocha encore une fois la tête, ne le regardant pas alors qu’il se relevait. Kimyaki aboya en sa direction, comme pour lui dire de se rasseoir. Ji Hoon le serra un peu plus fort contre lui, pour l’empêcher d’essayer de le retenir encore. Il leva brièvement la main pour leur dire au revoir, reportant immédiatement son attention sur Kimyaki. Son cœur se serra atrocement en le voyant caresser le bichon, mais surtout en entendant le mot coréen qu’il prononcait. Son regard se leva et croisa le sien. « Arrête de jouer avec moi, Haruto. » Avec ses sentiments. Il n’avait pas le droit de se montrer si odieux, détestable, de le larguer ainsi pour dire qu’il lui manquait. Se montrer si doux. Sans un regard, il le laissa s’en aller, serrant son bébé plus fort encore en le sentant essayer de se débattre, sûrement pour suivre son Papa Japonais. Quelques larmes silencieuses perlèrent ses joues et il se pencha pour enfouir son visage dans son pelage. Il était tellement désolé de lui infliger cela. Il méritait une vie infiniment plus belle, infiniment plus heureuse. Et Ji Hoon doutait de pouvoir lui offrir cela à nouveau un jour.

Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.

    
 
Walk on memories |♥| HAROON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Pit Walk Photo Collection
» [JEU] ZENONIA 2 - THE LOST MEMORIES : La suite du célébre RPG [Payant]
» [MANGA/ANIME] - Ef - a tale of memories/melodies -
» Luxembourg [clubpolyglotte] Metz illuminated walk : saturday 11th December
» Creatives memories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-