MY SWAGGER |♦| SHOKO&JIHOON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 18 Juil - 18:56

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Nouveau départ, nouvelle vie. Ji Hoon n’aimait pas ça. Il voulait un nouveau départ, mais dans sa vie professionnelle, pas dans sa vie en général. Haruto l’avait quitté il n’y a même pas une semaine. Pourtant, il avait l’impression que cela faisait une éternité, le vide ne cessait de se creuser en lui, même s’il se persuadait que ça passerait, qu’avec le temps, il finirait par s’habituer, il avait cette affreuse sensation que ça empirerait. Il avait l’impression de taper sur les nerfs de son frère, pourtant, il contenait au maximum sa morosité. Son frère devait le sentir quand même, ils sentaient ce genre de choses chez l’autre. Mais au moins, il n’en parlait pas. Il ne voulait pas en parler. Il sentait encore cette haine profonde envers son ancien amant, cette déception et surtout ce chagrin qui ne semblait pas voulut se tarir.

Ce nouveau contrat était tombé encore mieux que prévu. Parce qu’il était occupé en permanence, c’était au moins ça de gagné dans sa vie. Il réalisait un de ses rêves. Sans y gagner la moindre joie ni satisfaction. Mais il y arrivait. C’était la plus important. Un jour, il serait mondialement connu, il serait l’invité des plus prestigieuses marques aux grands évènements de la mode. Commencer petit pour arriver au sommet. C’était son but, et il savait qu’il y arriverait. Chez les Lee, on était ambitieux, on ne se laissait pas mourir bêtement. Sûrement pas pour un chagrin d’amour. Il se le répéterait autant de fois que possible. Il brillerait s’élèverait le plus haut possible, la perfection incarnée, dans les plus beaux vêtements ! Oui. Un jour, il sera au sommet.

« AH ! Shoko putain, marche pas si vite ! » Tendant son bras, il attrapa son poignet, tentant d’avancer dans cet environnement austère. Horrible. Il n’était jamais venu en Hokkaido et il ne regrettait pas. En pleine campagne. Mais pas une jolie campagne comme à Seokgyo, avec la mer et des rochers et du sable et une île. La campagne moche, avec de la boue, des vaches et d’autres trucs qui puent. Il n’était pas venu ici pour ça. Il voulait devenir célèbre, une grande star, on n’a jamais vu les modèles Louis Vuitton marcher dans la boue habillés comme un cowboy gay. Il aimait bien les jeans ajustés à son corps fabuleux mais là c’était beaucoup trop. Il n’avait plus le cœur à jouer dans Brokeback Mountain désormais. « Ça va être quoi comme mode, au juste ? » Son regard détailla Shoko. Heureusement qu’elle était belle, sinon, elle serait vraiment abominable dans cette tenue de cowgirls censé être ‘’au goût du jour’’. Mensonge, calomnie. Il voulait que Liang vienne le chercher.

Poussant un soupir, il s’arrêta quand les équipes annoncèrent qu’ils étaient bien arrivés. La promotion du siècle. Evidemment. C’était censé lui redonner le goût de vivre, pas le pousser à se suicider en s’embrochant sur un taureau. Sa vie était nulle. « T’as ramené à manger ? » Son regard se posa sur Shoko, les sourcils légèrement froncés. Qu’elle illumine un peu sa journée, elle lui devait bien ça. Enfin concrètement, il ne faisait rien pour illuminer la sienne sauf râler depuis qu’ils étaient arrivés, mais ce n’était pas bien grave. Elle devait déjà être habituée.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 31 Juil - 11:37

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Shoko chantonnait. Poser dans la boue était une étape nécessaire au bon départ de sa carrière, quand bien même cela signifiait avoir l’air d’une petite fermière paumée ou d’une cow girl un peu trop ridicule pour être crédible. Ce n’était pas Louis Vuitton, ce n’était pas Dior, mais pour relativiser, elle se convainquait que tous les grands passaient par là ! Après tout, sans ce travail, elle aurait un niveau de vie bien différent encore. Plus mauvais.

La ferme, elle ne l’avait encore jamais vue. Elle avait passé son enfance à errer dans les rues de la capitale nippone, dansant et chantant dans les parcs en compagnie d’une bande d’amis, oubliée de la famille qui aurait pu la faire voyager, si son monde ne s’était pas écroulé. Après l’événement, il n’avait plus jamais été question de sortie ou de divertissement : Nao s’était enfermé dans sa chambre, son père, dans son écran, sa mère dans ses images.

« Je ne marche pas vite, c’est toi qui lambine. À quoi te servent tes échasses ? » Pivotant sur elle-même les bottes de cuir qui lui arrivaient presque au genou, Shoko adressa un regard amusé à Ji Hoon, un autre débutant du milieu avec qui elle avait déjà travaillé plusieurs fois. Elle s’arrêta en le sentant attraper son poignet, puis sourit doucement. Quel gros bébé.

« Je dirais… Mode rodéo dans la boue. C’est toi l’homme de la situation, moi je fais juste la femme qui applaudit. » Un léger sourire lui vint. « Ou alors Calamity Jane. Sans calamity et sans m’appeler Jane. » reprit-elle fièrement, contente d’avoir retenu un nom, même si elle était incapable de le replacer. « J’en sais rien. Ils devraient pas nous infliger ça. »

Quand on leur annonça enfin qu’ils étaient arrivés, Shoko eut envie de hurler de joie. Ses pieds faisaient tellement mal ! Ils auraient dû la remercier d’avoir fait tant d’effort. Les remercier tous les deux. Avec un massage des pieds. Et pourquoi pas un cocktail ? Dans une ferme. Cocktail sous les bousiers.

« Si j’avais ramené à manger, je serais pas en train d’envisager le kidnapping d’une poule. » Elle était mignonne, on lui pardonnerait. Enfin, il faudrait encore trouver comment cuire la poule. Elle ne fumait pas, elle n’avait pas de briquet. « On est mignon, on n’a qu’à faire les yeux doux à la fermière ? » Papillonnant des yeux, elle se tourna vers l’endroit où se rassemblait l’équipe qui les accompagnait, et en particulier vers la maquilleuse qui passait son temps à chouiner. Elle lui rappelait un peu Rin qui refusait de manger parfois, avec son gros visage rond et ses yeux si petits qu’on aurait dit des trous vers le néant. Tout le monde n’avait pas leur chance.

« Bon, on va voir, pendant qu’ils font leurs affaires ? » demanda-t-elle finalement. La nourriture ne viendrait pas à eux toute seule !

© Frimelda, sur une proposition de © Blork
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 1 Aoû - 15:28

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Rencontrer Shoko avait été un bouleversement profond dans sa vie. Ji Hoon réalisait que cela faisait une éternité qu’il n’avait pas sociabilisé avec de nouvelles personnes. De vraies nouvelles personnes, il entendait par là, pas des gens qu’il comptait dépouiller. Et encore, ils étaient quasiment toujours Coréens ou Chinois, donc cela ne le choquait pas trop. Le Japonais avec qui il avait le plus l’habitude de converser était Haruto, et à force, il s’était habitué à toutes ses petites expressions, il avait même pris l’habitude d’utiliser les même – ironiquement ou non – au quotidien. Définitivement, son ex-petit-ami lui avait appris la plupart des choses qu’il savait dire, c’était comme s’il découvrait un nouveau monde avec elle, de nouvelles couleurs, des sensations qu’il pensait oublier !

Après tout, depuis combien de temps n’avait-il pas entendu une phrase en japonais en ne comprenant pas la moitié. Deux mots inconnus ! Lambine, échasse. Il n’arrivait pas vraiment de quoi elle parlait. Peut-être un dialecte ? Il n’avait jamais lambiné auparavant et il n’avait aucun accessoire sur lui. Qu’est-ce que ça pouvait bien être ? Shoko pouvait se montrer si mystérieuse ! Il fronça le nez et pinça les lèvres, tentant en vain d’en déduire le sens. « De quoi tu parles ? » Il avait besoin de comprendre cette histoire d’échasse. Etait comme ça qu’on nommait les sortes de bottines qu’on le forçait à porter ?

Mode rodéo. Il était contre, c’était totalement stupide. Mais il devait serrer les dents. On commençait petit pour devenir au final encore meilleur et un jour, ce sera lui le modèle le plus aimé et aduler d’Asie ! Shoko devait le sentir, même si elle disait beaucoup de connerie. « Sois une femme forte et indépendante, tu sais bien que je gère pas tout seul. » Comme souvent, il la jugea un peu en l’entendant partir dans ses délires, mais c’était surtout par frustration de ne pas pouvoir y répondre, il ne connaissait aucun cowboy cool à citer ! « Calamity Shoko, ça sonne bien aussi. » Vraiment, en plus ! « On mérite beaucoup mieux. Ils regretteront quand on sera modèle pour Dior. » Oui, Dior. Il ne fallait jamais limiter ses ambitions.

Avancant toujours dans cet environnement hostile, il souffla un peu du nez, priant pour qu’ils arrivent bientôt. Priant pour que Shoko fasse son devoir et le nourrisse. Bizarrement, il trouva l’idée du kidnapping de poules pas si bête et il commença sérieusement à envisager l’idée. « Je l’attrape et la tue, mais toi tu t’occupes de la déplumer et le faire cuir. Et la vider. Je peux pas risquer d’abimer mes mains. » Il les tendit sous son nez pour qu’elle puisse bien les admirer. Ce n’était pas pour rien que Jung Rin les comparait à des mains de dieux ! « Tu veux que j’aille la draguer ? T’as pas l’air d’être son genre toi. » Trop femelle. Il regarda la fermière, poussant un profond soupir avant de regarder sa collègue. « Je peux pas Shoko, dans ma famille on a interdiction de draguer ou toucher des moches, ma famille va me renier. » Et Shoko était gentille, elle était mignonne. Elle ne voudrait pas qu’une chose aussi horrible plus arrive. Pas à lui.

Mais pour la faim, on lui pardonnerait peut-être ? D’un petit hochement de tête, il accepta d’aller la voir. « C’est toi qui parle, je reste derrière à sourire et à la fixer. » Qu’on se le dise, ce sourire et ce regard lui avait déjà offert des milliers de yens et même une voiture de luxe, alors il ne fallait pas lui en demander plus, c’était contre ses principes. « Et parle pas de dialecte bizarre ! » Il ne manquerait plus que cette pauvre femme ne la comprenne pas.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
[/quote]

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 7 Aoû - 19:41

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Le manque de réaction dont Ji Hoon faisait preuve face à son humour sans égal arracha un soupir amusé à la cow girl d’un jour, qui plaça les poings sur ses hanches en entendant l’autre mannequin lui poser une question on ne peut plus honteuse. « De tes jambes, bien sûr ! » répondit-elle malicieusement, avant de continuer son trajet dans la boue. « Parce qu’elles sont longues et fines. » Comme celles des échassiers, mais il ne fallait pas trop lui en demander, non plus ; elle savait simplement que certaines personnes utilisaient des bâtons semblables pour se hisser dessus et paraître plus grands. Pas qu’être plus grand qu’elle soit vraiment difficile. « Tu devrais aller plus vite que moi. » reprit-elle, le ton joueur, alors qu’elle continuait à avancer, répondant aux questions de son collègue.

Ce n’était pas la première fois qu’ils travaillaient ensemble tous les deux, et cela était loin de déplaire à la graine d’idole. Elle se retrouvait en Ji Hoon, du moins pour certains aspects, et voyait en lui un ami comme elle n’en avait eu que rarement au cours de sa courte mais, on ne pouvait hélas le nier, triste existence. Pour elle, qui n’avait plus de famille que celle dont elle gardait en souvenir, c’était important. « Mais je suis une femme forte et indépendante, c’est pourquoi je suis assez futée pour ne pas m’y coller. » Et pour ne pas risquer de souiller de fumier la magnifique silhouette que la nature lui avait donnée. « On sera au sommet de notre art, ce jour-là. Riches à millions ! » Lui plus qu’elle, compte tenu du pourcentage que la payait l’agence pour les shootings qu’elle faisait, mais quelle importance ? Tout revenu était le bienvenu, qu’il soit maigre ou non. « Mais s’ils pouvaient se grouiller un peu, ça serait pas plus mal. » avoua-t-elle finalement, en reprenant sa démarche, l’estomac toujours aussi creux qu’au moment où ils étaient arrivé dans cette campagne boueuse et puante.

« C’est pas toi qui me parlais de femme forte et indépendante ? Déplumer, c’est la sale. » Il se servait d’elle ! Elle qui était si douce, si gentille ! Il aurait dû faire preuve de plus de considération et tuer cette volaille pour ses beaux yeux ! Mais non, ce n’était pas dans ses plans, il devait protéger ses mains. Pire qu’une femme. « Petite nature. » Elle était dure, elle. Elle avait connu le liquide vaisselle et les couches puantes ! Avait-il seulement idée du malheur que représentaient ces dernières ? « Personne le saura, et tu sauveras deux vies. »

Mais il se dégonflait encore. C’était décevant. Indigne de lui ! Pour le convaincre, elle joignit ses mains tendues devant son visage, tirant en avant sa lèvre inférieure avant de papillonner des yeux. « S’il te plaît, Ji Hoon-oppa. Nourriture-juseyo ~ » Oui, bon, elle ne connaissait pas le mot nourriture en coréen, mais c’était suffisant, non ? « Tu sais bien que je suis timide. » Et une princesse, peut-être. Un troisième malheureux n’aurait pas été de trop, pour prendre leur place devant la vile fermière avec qui il fallait marchander pour un peu de nourriture. « Si elle te mange, je te ferai honneur, promis ! » Et si elle la mangeait, elle, qui s’occuperait de Rin et Ren ? Qui s’occuperait du ménage ? Souriant comme jamais alors qu’ils approchaient, elle poussa doucement dans le dos de son collègue, derrière lequel elle était passée l’air de rien. « Allez, Don Juan. Zu pawa iz in yu.»
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 14 Aoû - 20:54

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Echasse, de longues jambes et fines. Il ne comprenait toujours pas vraiment mais il sourit et un rit un peu en levant son doigt, comme s’il avait compris. Elle n’avait pas besoin de savoir qu’il ne comprenait pas. Inutile. Ji Hoon était très fier de ses jambes. Enfin, concrètement, il était fier de lui tout en entier, parce qu’il était parfait et qu’en le créant, Dieu avait sûrement mis ses meilleurs ingrédients pour le façonner. Ce n’était pas usuel d’être aussi beau, et tout le monde se mettrait d’accord sur ce point, même Shoko. Elle devait bien le voir, aussi bas qu’elle était, quand elle portait des talons, elle pouvait le constater. Il lui sourit, préférant arrêter le sujet là avant qu’elle ne réalise par malheur qu’il avait du mal à le suivre. Malgré ses cours de langues intensifs, il restait encore pas mal de zones d’ombre en japonais.

Femme forte et indépendante. Un concept si sauvage. Il arqua un sourcil en la regardait. Elle pourrait bien faire un effort. Qu’elle imagine, toutes les filles qui seront jalouses d’elle dans peu de temps quand il aurait fait sa petite réputation. Comme ils posaient souvent ensemble, elle serait détestée par toutes les femelles à peine en âge de procréer et la haine, c’est bien connu, ça amène aussi le succès. Shoko était si ingrate. Un jour, il voulait quand même espérer qu’ils seront célèbres. Vraiment célèbres, du genre à faire le tour du monde, à se faire inviter à toutes les fashion week, à être réclamés par les plus grands créateurs.

« Patience, patience, Shoko-chan. On y arrivera bientôt ! » Qu’elle lui fasse confiance un peu. Ils étaient très bons et on allait forcément les remarquer rapidement. Pour preuve, ils enchaînaient les contrats et les séances photos, c’était bien une preuve de succès. Plus on les verrait, plus on aurait envie d’eux ! Bien que pour le moment, ils n’allaient pas encore dans le glam. Plutôt trouver un truc à manger et il fut outré de l’entendre refuser de déplumer le poulet. Pinçant les lèvres, il fit un geste de la main pour la calmer. « Ecoute moi bien, petite, les femmes ont plus de droits depuis quelques années, mais déplumer un poulet, ça reste ton rôle. » Qu’elle accepte un peu sa condition de femelle. « Mes mains sauront. » Il agita à nouveau ces dernières devant son nez en répétant mes mains, mes mains ! plusieurs fois, pour bien qu’elle comprenne avant de lui pincer les deux joues, un sourire fier aux lèvres.

Mais elle l’avait toujours comme ça. Un mot en coréen qui le rendait toujours heureux. Il était si fier. « Yangbun ! » Qu’elle était mignonne quand elle parlait coréen. Il ne pouvait rien lui refuser ! Mais rapidement, il fut rattrapé par la réalité. « Eh ! Moi aussi je suis timide ! » Oh oui, si timide, il le montrait depuis sa toute petite enfance, cette timidité maladive. Incroyable. Il fronça les sourcils et se tourna vers elle avant d’avancer vers la fermière beau sourire aux lèvres, presque au ralentit, son regard la captant déjà. Il avait parfaitement compris l’anglais de Shoko, et il devrait peut-être s’en inquiéter. La fermière lui sourit. Elle était sous le charme ! Il se pencha pour la saluer et elle en fit de même de ses vieux yeux brillants. Parfait. Ils allaient avoir à manger. « Bonjour ! Je m’appelle Ji Hoon et – » et il vit un regard devenir noir, outré révolté. Sans qu’il n’y comprenne quoique ce soit, elle se mit à hurler de dégager de chez elle. Encore un fichu Coréen qui venait semer la pagaille sur ces terres ! Il y en avait assez de cette racaille, ici, on ne voulait que des pures Japonais ! S’en suivit d’un charabiât qu’il ne comprit pas, sans doute du dialecte. Et sans qu’il n’ait le temps de réagir, elle s’était enfermée dans sa main. « Putain, mais c’est quoi cette sale… » Pute. Mais le mot ne lui revenait malheureusement pas. Furieux, il se tourna vers Shoko. « Voilà ! Je te l’avais dit, faut que tu le fasses toi, forcément qu’ici, y a que des racistes ! » S’il s’écoutait, il brûlerait sa ferme. Tuerait une de ses poules et la ferait cuir à la broche. Avec la ferme en feu. « Et on a toujours rien à manger. » Par sa faute. Il espérait qu’elle culpabiliserait.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 15 Aoû - 23:46

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Ah ! Il avait compris. Shoko laissa un large sourire s’étendre sur son visage quand Ji Hoon se mit à rire du commentaire stupide qu’elle avait fait. Oui, il avait des échasses. Ah, ce qu’elle était drôle ! Elle devrait sérieusement songer à mettre sur pied un one man show, un jour. Elle deviendrait sûrement riche et connue à travers le monde entier ! Oh oui, riche à millions, on l’admirerait pour son humour incroyable et ses blagues de très bon goût. Ji Hoon serait son premier fan, elle n’en doutait même pas !

Enfin, il serait son premier fan s’il commençait par arrêter de la regarder comme il le faisait. Quoi, elle avait dit quelque chose de mal ? Non, parce qu’elle disait beaucoup de choses, tellement qu’elle ne savait plus elle-même ce qu’elle avait dit dix minutes plus tôt, il fallait l’arrêter. « Patiente ? Moi ? » Elle agita dans l’air un index désapprobateur. « Pas de patience, nous sommes en situation de crise, mon enfant. T’as vu toute cette boue ? » S’ils mouraient là, on n’allait pas les retrouver et ils finiraient dévorés par les vers de vase. Elle en était sûre ! Quand elle pensait que certaines personnes faisaient des bains avec ça… Question de perspective. C’était de la « boue propre » comment ils disaient. Ouais. À d’autres.

« Oh non, monsieur, on se la joue pas vieux macho avec moi. » répliqua-t-elle instantanément, donnant un petit coup sur les mains que Ji Hoon agitait bien trop près de son visage. Il osait même la pincer, le rustre ! « Je déplumerai un poulet quand tu me l’auras apporté et tué, alors. Pas avant ! » S’il ne voulait pas se salir les mains pour le déplumer, l’autre option n’était pas meilleure. Y avait-il seulement songé ? La danseuse croisa les bras et adressa à son ami et collègue un regard insistant. À qui pensait-il avoir à faire ? « On me la fait pas, à moi. »

Mais elle oublia bien vite les propos machistes de son ami, quand l’idée de lui réclamer un peu de nourriture lui traversa l’esprit. Puis, ce fut le drame. « Jangbun? » Ça voulait dire ? « Me parle pas une langue que je connais pas. » Sa lèvre inférieure tirée vers l’avant, elle lui adressa un regard désolé, profondément déçue de ne pas être capable de comprendre ce qu’il disait. Ça sonnait comme jambon. Un peu. De loin. « Sinon je parle anglais et tu comprendras plus rien. Je te jure, tu sais à quel point mon bilinguisme est incroyable. » Ou plus exactement, pitoyable, mais qui elle n’aurait pas été Ogawa Shoko si elle l’avait admis. Elle faisait de vrais efforts, en plus ! Elle pouvait dire Ail La Boue you. Ex cul semi. Un tas de choses ! Mais étrangement, quand elle parlait, on la regardait bizarrement. Elle ne comprenait pas : les gens du vingt-et-unième siècle faisaient preuve d’une telle incompétence ! « T’es surtout un menteur. » Et un paresseux. Oh oui, elle l’avait dit. Croisant les bras de feignant de l’ignorer, elle attendit qu’il se dévoue, de façon tout à fait volontaire, évidemment, pour aller chercher un peu de nourriture.

Et là, ce fut le drame.

« MORUE ! » hurla-t-elle, profondément outrée, en voyant la porte claquer au nez de ce pauvre Ji Hoon. « Nan mais cette conne s’est prise pour qui ? Himiko en personne ? » On pardonnerait les traditions et sa famille, un peu trop pratiquante, du temps où elle existait encore au sens propre du terme. « Je m’en fous, j’vais me gêner pour me servir, tiens. » Elle devait bien avoir des fruits, non ? C’était une ferme. Dans une ferme, on trouvait des fruits, des légumes et des animaux. Dont de grosses truies, visiblement. « Elle a de la chance que j’étais pas plus près, sinon je lui aurais fait une prise de jujutsu elle l’aurait pas vu venir cette connasse. » Et peut-être qu’elle jurait beaucoup, mais c’était plus fort qu’elle. Il lui fallut quelques minutes pour se calmer. « Tu me pardonnes si je te trouve une pomme ? » Au tout début de l’été, oui. C’était la saison des pommes, l’été. « Sinon on va chipper dans la bouffe du staff. » Juste là, à quelques mètres… Pourquoi devaient-ils tant souffrir pour le bien de leur carrière ?
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 16 Sep - 23:04

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


S’ils mouraient ici, on les retrouverait quand même dans un sale état. Ji Hoon était beaucoup trop beau pour perdre la vie dans des situations aussi terrifiante. Ce serait dramatique. Il méritait une mort de Prince, un truc grandiose. Oui, même sa mort, il la voulait fabuleuse ! A son image. Mais dans soixante ans minimum. Il voulait quand même continuer de vivre un peu pour offrir à ce triste monde sa présence tout à fait divine. C’était tout de même de Lee Ji Hoon dont il était question. Bon, d’Ogawa Shoko aussi. Mais elle, elle était pénible, à ne pas vouloir déplumer de poulet. Alors que c’était son rôle, avec ses petites mains délicates, elle ferait ça très bien.

Il n’était pas du tout macho. Sa mère l’avait suffisamment frappé quand il avait essayé de l’être. Bon, il y avait un peu de laissé aller depuis qu’il ne vivait plus avec elle, mais quand même. Il ne faisait que de reconnaître le rôle légitime de la petite idole. « Je peux pas le tuer ! Enfin si je peux mais… Tu sais, mon frère est végétarien et mon autre frère musulman, on a vraiment un grand respect pour les animaux dans la famille. » Depuis quand Jin Seok était musulman ? Et c’était quoi le rapport au juste ? Lui-même ne savait pas trop. il avait entendu un jour que les musulman faisait un truc spéciales avec la viande. Il fallait qu’il se renseigne. « Oui, oui, bon, ok. Mais c’est toi qui le vide ! » Parce qu’il refusait d’enfoncer sa main dans un poulet.

« YANGBUN, SHOKO. » Pourquoi elle se plaisait autant à maltraiter le coréen ? Il leva les yeux au ciel, préférant arrêter le cour pour aujourd’hui. Un jour, il faudrait bien qu’elle apprenne le coréen. Parce que le monde entier devait apprendre cette si jolie langue. Il allait la ménager un peu pour le moment, laissant plutôt un sourire moquer étirer ses lèvres. « Me cherche pas, je peux te montrer mon… Troilin… Je parle trois langues, tu peux pas luter ! » Il fronça un peu les sourcils, toujours frustré quand il ne connaissait pas un mot en japonais ou quand il ne savait pas le prononcer. Alors les deux en mêmes temps, c’était encore bien pire. « Mais SI, je suis très timide, tu sais pas, ok ? » Bon, il n’avait pas une once de timidité en lui, mais peut-être que Liang lui en avait laissé un peu et qu’il ne s’en était jamais rendu compte ?

Son plan drague tomba trop rapidement à l’eau. Cette vieille connasse raciste. Il était resté bête, retrouvant ses esprits en entendant Shoko l’insulter. On s’étonnait après qu’il n’aimait pas le Japon ! Il hocha la tête, sourcils froncés. Ouais, elle se prenait pour Himiko ?! Il ne savait pas qui c’était mais la comparaison devait être bonne. « Ouais, on va lui piquer des fruits. » Pour Liang, c’était une sorte de façon de vivre comme lui, essayer de comprendre sa vie de lapin. Cherchant un arbre, il en désigna un plus loin. « Y a surement des trucs dessus ! » S’en approchant, il fronça le nez, mains sur ses hanches. Ils étaient trop hauts. Il n’allait quand même pas grimper sur l’arbre. Dubitatif, il se tourna et considéra Shoko un instant avant de s’en approcher et de la soulever le plus haut possible. « Allez, trouve de quoi nous nourrir. » Mais à peine fut elle en l’air qu’on les appela pour la séance photo. Sourcils froncés, il lâcha un soupir. « On va devoir leur voler de la bouffe à eux je crois. » Seule solution. Retournant Shoko, il la posa sur son épaule, tenant ses jambes. « Allez, femelle, on va faire un tour au saloon ! Quand on fera des photos tout seul, l’autre en profitera pour fouiller. » Une idée de génie, comme il n’en avait que trop souvent, évidemment !


© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 17 Sep - 19:14

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Et voilà ce qu’il se passait, quand elle essayait d’aimer la ferme ! Elle était si heureuse en arrivant là, en ouvrant son cœur et ses bras à des horizons nouvelles, et elle montrait tant de bonne volonté face à l’idée d’apprendre à connaître un nouveau milieu ! Voilà qu’on lui demandait de plumer un poulet et de le nettoyer, elle ! Ji Hoon ne réalisait pas ce qu’il disait, il devait être en train de divaguer, ou être trop macho pour comprendre pour quelles raisons pourtant évidentes elle ne pouvait pas le faire ! On lui demandait de supporter la vue du sang ! De souffrir ! Non, elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait vraiment pas. « Ton frère est musulman ? » Ses yeux s’arrondirent malgré elle et elle l’observa quelques secondes. Par le grand Bouddha. « Mais… Et si on abandonnait le poulet ? » C’était le meilleur plan qu’elle avait à l’esprit, alors pourquoi pas le tenter ? Elle n’avait pas envie de mettre ses doigts dans les boyaux, et encore moins de faire un toucher rectal à une poule.

« BAH C’EST-CE QUE JE DIS ? JANGBUN ! » dit-elle, le regard remplit d’une tristesse profonde et la moue assortie au visage. « Je promets que j’essaie ! » Et rater la rendait malheureuse. « Vous avez trop de mots compliqués aussi, c’est comme le Bimbap, j’sais jamais combien y a de syllabes y a dedans. » En plus, elle trouvait que leurs mots ressemblaient à de petits pâtés. Comme si un oiseau avait trempé ses pattes dans l’encre et essayé d’écrire après, avec des petites lignes et des petits ronds. Quelque chose qui s’en approchait, en tout cas. « Trilinguisme ? » Même elle avait du mal avec ce mot, mais un large sourire étira ses lèvres à l’idée d’avoir trouvé avant lui. Elle était native, ça aurait été un comble ! « Mais je te crois, pas besoin de preuve. Je peux aussi dire bonjour en chinois ! XiongMao ! » Ou peut-être que ça voulait dire panda, mais qu’elle avait mal retenu, parce que le panneau qu’elle avait vu disait « dites bonjour au panda ». Mystère.

« Mon petit Ji Hoon, » dit-elle, du haut de son mètre soixante-sept, en levant le nez pour le regarder alors qu’elle s’en approchait. « Le jour où tu seras timide, je gagnerai un concours de mathématiques contre ton frère. » Et avec un sourire, elle attendit qu’il remplisse son rôle d’homme et aille quérir la gueuse pour obtenir un peu de nourriture. Parce qu’ils en avaient besoin et qu’elle ne comptait pas mourir sans avoir tenté quelque chose ! Mais sa déception fut grande en voyant la vieille refuser de les nourrir. Eux, si jeunes, si beaux, abandonnés à leur triste sort. C’était quand même malheureux. « Je te fais confiance ! » Il allait grimper et récupérer les fruits pour eux. Elle le savait, il était assez grand, non ? Visiblement, non.

Son regard se posa sur Ji Hoon, qui l’observait un peu trop, et elle lui rendit une expression inquiète. « Quoi ? » Qu’est-ce qu’il avait en tête ? Un couinement lui échappa quand il la souleva. « T’aurais pu prévenir ! » Et elle allait arrêter de crier maintenant. C’est lui qui allait avoir droit à une prise de jujitsu, s’il continuait ! Elle voulut protester plus longtemps, mais on les appela. Bien ! « Repose-toi maintenant ! » Et de se retrouver la tête en bras, sur l’épaule de Ji Hoon. En signe de vengeance, elle se laissa aller de tout son poids. « File comme le vent, pil-poil ! » Et sur ces mots, elle s’agita un peu pour réussir à atteindre de la main le postérieur trop rebondi de son ami afin d’y donner une petite tape, la langue pointant légèrement entre ses lèvres tant elle devait s’étirer pour l’atteindre.

Il ne fallut pas longtemps pour que Shoko, du haut de ses bottes à talonnette ridicule, se mette à juger l’endroit dans lequel ils se trouvaient. Ce n’était pas moche à proprement parler. C’était juste… puant et vieux. Un peu comme le voisin qu’ils avaient, à l’appartement, qui ne sortait qu’une fois par lune pour lui râler dessus lorsque Rin et Ren faisaient trop de bruit. Mais son voisin, au moins, elle ne devait pas travailler avec. « Je sais pas si ils ont besoin de nous pour mettre en valeur les vêtements où les lieux. » confia-t-elle à Ji Hoon alors qu’ils allaient prendre place pour les premières photos, et qu’elle ne pouvait s’empêcher de chercher du regard l’endroit où l’équipe avait placé sa nourriture. Son ventre gargouillait atrocement. Le régime de l’agence ne lui convenait définitivement pas. « Tu vois quelque chose ? »
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 14 Oct - 19:40

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Oui. Son frère était musulman. Ji Hoon n'avait absolument aucune idée de ce que faisaient les musulmans et en quoi consistaient leur religion. Tout ce qu'il en "savait", c'était ce qu'il voyait à la télévision, les attentats et ce qui s'en suit, mais il paraissait que c'était une religion noble où manger du porc était prohibé (sûrement ?) et il voyait bien Jin Seok avec une longue robe. Il devrait vraiment y songer, ce serait une bonne idée de reconversion et il était sûr que ça plairait aux curieux. Un Sino-coréen reconvertit à l'islam. Merveilleux !

Un soupir quitta ses lèvres, il secoua doucement la tête. Elle essayait avec tellement de passion mais toujours et encore voué à l'échec. Doucement, sa main tapota le crâne de la petite apprentie Coréenne. Elle essayait tellement dur. Il était impressionné. Une sacrée petite femme. « Tu y arriveras Shoko-chan. Je ferais de toi une parfaite Coréenne. » La mission divine reprenait. Rendre Coréen tout ce qui ne l'était pas d'ordinaire. Pour un type qui n'était même pas pur Coréen lui-même, il abusait un peu. Mais le dire trop fort risquerait de l'énerver alors il était préférable de garder nos remarques pour nous.

Trilinguisme. Ce mot était horriblement compliqué ! Il grimaça un peu, hochant néanmoins la tête. Oui, c'était bien ça qu'il cherchait, mais il n'aimait vraiment pas le mot. En tout cas, c'était ce qu'il était, et il en était vraiment (très) fier ! Ses sourcils se froncèrent, et silencieusement, il jugea Shoko pendant une (très) longue minute. Xiaongmao. Mais il était littéralement à ça d'appeler la police ou de filer à l'ambassade chinois pour dire qu'on lui faisait du mal. « Idiote, ça veut dire panda. » Ce sacrilège, il avait envie de hurler, comment pouvait-elle. « Bonjour, c'est Ni Hao. » C'était quand même moins compliqué. Ah, on le torturait tellement, les Japonais étaient des êtres si cruels.

Le "petit" Ji Hoon baissa les yeux vers la minuscule Shoko, la fixant avant de pouffer. D'accord, la timidité n'était pas son trait de caractère le plus marqué. Il ne l'avait jamais été. Ne le serait jamais. Dommage, il aurait bien aimé essayer, même s'il voyait bien que ça embêtait Liang de l'être. « Oh qui sait ? Peut-être que tu tomberais sur un mauvais jour de Liang... » Son regard resta un moment encré sur elle, avant qu'il ne secoue la tête. « Non, t'as raison, c'est impossible, il pourrait être aphone, et avoir perdu l'usage de ses bras qu'il y arriverait mieux que toi. » Liang était la personne la plus intelligente qu'il connaissait, et nul doute qu'il batterait n'importe qui ! S'il était là, d'ailleurs, peut-être qu'il aurait trouvé une façon de les nourir.

Mais pour le moment, il devait soulever Shoko pour qu'elle aille prendre de quoi manger. Meilleure solution. « J'ai faim, pas le temps de te prévenir ! » Est-ce qu'il avait l'air de plaisanter ? Il était littéralement en train de mourir ! La reposer était une idée quand on les appela, la prendre comme un sac sur son épaule fut pourtant une idée qui le séduisit davantage. « Pilpoil ? Qu'est-ce que c'est encore ? » Il rit un peu, s'amusant à sautiller pour la secouer. Il adorait l'entendre râler, c'était plus fort que lui. « HEY ! Quand je te repose, tu me donne 1000 yens. C'est le prix d'amis pour toucher mon divin fessier. » Il avait mis une semaine à apprendre le terme de divin fessier et il savait que ça en valait vraiment la peine.

Une fois arrivé, il reposa la demoiselle, écoutant furtivement l'équipe leur parler, son regard se reporta rapidement sur Shoko. « Les deux, petite, les deux. » Ils étaient si beaux, on en oublierait les lieux et les vêtements. Ils étaient peut-être même trop bien pour le mannequinat... « Non, rien. » Pinçant les lèvres, il se pencha vers un membre du staff, leur demandant s'il y avait des trucs à manger dans le coin, et en guise de réponse, il eut droit à un rire. Les mannequins ne mangent pas. Comment ça, les mannequins ne mangent pas ? Mais une honte, un scandale. On appela Shoko sur le set, il en profita pour doucement s'éclipser, fouillant dans quelques sacs qu'il trouvait, en toute discrétion. il était ému qu'il n'avait pas perdu son talent de voleur qu'il avait si souvent exploité à Busan.

Au retour de Shoko, l'équipe fit une petite pause et il lui fit signe de venir, montrant fièrement son butin. « Chocolats et chips ! » Ces goinfres, et ces crevards, d'ailleurs, personne n'aurait voulu partagé avec eux. Une honte. « Y a pas beaucoup, j'ai pris ce que j'ai trouvé. Tu veux quoi ? » Au pire, ils pouvaient partager. Ils le méritaient bien. Après tout le mal qu'on le faisait !



© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 31 Oct - 14:59

   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


MY SWAGGER


Ji Hoon savait vraiment beaucoup de choses ! À chaque fois qu’il ouvrait la bouche, elle ne pouvait s’empêcher d’être impressionnée devant ce qu’il lui disait. Elle, à côté, avait la tête plus vide qu’un ballon de baudruche. Mais pas question de le lui faire remarquer ! Elle était prête à faire une prise de jujitsu à quiconque osait commettre cet affront, ou de karaté, si on la cherchait vraiment. Sa petite taille n’aurait pas dû être un indicateur de faiblesse. Elle était certaine que même Ji Hoon s’y laisserait prendre, tout intelligent qu’il était. « Hm, j’aime bien être japonaise. » dit-elle en secouant la tête, les bras croisés sous sa poitrine, avant d’adresser à son ami un sourire amusé. « Mais je ferai semblant ! » Parce qu’elle était parfaite, et que la perfection, c’était aussi savoir prétendre qu’elle ne l’était pas. Jay lui pardonnerait !

« Quoi ? » Elle répondit à son expression par un haussement de sourcil, gonflant le buste alors qu’elle le dévisageait de la même façon. Ensuite, ce fut le choc. Un choc si fort que son cœur se brisa, et elle se retint d’enfoncer le talon de sa botte dans le pied de ce très cher Ji Hoon. « JE SUIS PAS UNE IDIOTE ! »  Ses sourcils se froncèrent jusqu’à froisser son front et elle pressa le pas sans même prête attention à ce qu’il ajoutait. Il n’avait qu’à enseigner ses connaissances divines aux mouches ! Si claquer des pieds dans la boue avait été possible, sans doute l’aurait-elle fait. Hélas, elle était ralentie par cette fourbe fange. Mieux valait abandonner sa colère. Si elle commençait à se disputer avec lui, elle n’en finirait jamais.

« Hm. Même dans un mauvais jour, je crois qu’il s’en sortirait mieux que moi. » Elle n’était qu’une idiote, après tout. N’était-ce pas ce qu’elle avait dit ? Elle ne manquerait pas de le lui rappeler. Tous les jours. À chaque instant. Pour qu’il culpabilise et lui offre un cadeau. Elle méritait des cadeaux, une montagne de présents ! Des offrandes, même !

« Gueux. » Un gueux sexy, avec un pantalon trop moulant pour son bien. Elle avait envie de le pincer, de lui faire mal. Lui faire mal parce qu’il était une insulte pour toutes les personnes qu’il ne connaissait pas et qui enviaient sa beauté ! Est-ce qu’elle pouvait ? « C’est un personnage de Toys Story, inculte. » Elle avait le droit, elle aussi. La remarque de Ji Hoon lui arracha un franc rire, étouffé par la douleur (car rire sur une épaule, ça faisait quand même mal au ventre) et elle ne se priva pas de rétorquer. « 1000 yens compensés par le prix que tu devrais payer pour soulever ma divine personne ? » Pour la peine, elle lui pinça la fesse droite, assez fort. « Autant en avoir pour mon argent alors. » Et c’était ferme. Un gloussement amusé lui échappa malgré elle.

Mais place au drame, cet endroit avait l’air délabré au possible, et Shoko avait passé sa vie entière dans un appartement vétuste ! N’était-ce pas malheureux ? Elle regarda sa tenue et soupira doucement. « Mais à quoi ça te sert d’être grand ? » demanda-t-elle en roulant des yeux, les bras croisés sous sa poitrine (elle adorait, ça lui donnait l’air autoritaire), avant de se pencher un peu, elle aussi. C’était pénible. Son estomac commençait à gargouiller comme un fourbe, en plus. Pas de nourriture pour les mannequins ? C’était sérieux ? Elle allait porter plainte ! Elle hurlerait si fort qu’on l’écouterait ! Comme Jay-oppa !

Une fois de retour de son passage sous les objectifs, elle posa les yeux sur Ji Hoon. Pour un peu plus, elle l’embrasserait ! « Ça ! » dit-elle fièrement, en se saisissant du chocolat pour cacher les caractères de la fin, sachant pertinemment qu’il y avait une différence de prononciation. « Regarde, il y a mon nom dessus, ça m’appartient ! » Et après avoir rapidement vérifié que personne ne surveillait, elle s’empressa d’enfourner l’un d’entre eux dans sa bouche, son estomac grognant presque de satisfaction. « Allez, à ton tour d’aller souffrir. » chantonna-t-elle avec un amusement sadique. « On va au restaurant après ? J’ai besoin de dépenser ma dernière paie. » Et autrement qu’en faisant les courses pour la maison. Cette situation la frustrait de plus en plus, mais elle ne pouvait rien y faire.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
[/color]

    
 
MY SWAGGER |♦| SHOKO&JIHOON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» SHINOBI LIFE de Konami Shoko
» Hulk hogan figurine
» Vos prono Royal rumble
» Pay Per View 21
» Ceinture Intercontinental Mattel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-