Deux coeurs, quatre prunelles |♥| ASUKA&NAOTO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 30 Avr - 1:32


Cela ne se voit pas mais quand nous sommes nus, nous avons tout deux au creux des reins,
c'est fou, un grain de beauté, qu'il avait sur la joue !


Une agence, des dortoirs, fait de pleins de futures petites stars, les personnes qui feront rêver le Japon dans quelques années, quelques mois, quelques semaines. Naoto n’en savait rien. Ils dormaient ici, tous concentré, prêt à faire rêver le monde entier. Des adultes, pour la plupart, des gens respectables, avec du talent, un cerveau, quelque chose en plus. Oui. Les stars de demain. Couché sur son lit, ses yeux atteignaient une taille normale alors que son corps restait raidi. Il réfléchissait. A mille façons de tuer un groupe de trainee. Il n’avait pas le droit de priver une nation de future popstar. Parmi elle, il y avait peut-être la future Namie Amuro. Qu’elle aille se faire, cette fille, il ne savait même pas ce qu’elle chantait. Il allait les tuer. Vivement, il se redressa sur son lit. Mais la vivacité de son geste le fatigua alors le jeune garçon préféra se recoucher. Plus tard, peut-être.

Chanter des chansons de Disney, c’était stupide, inutile. Elles étaient trop vieilles. Et de base, Disney, c’était quand même nul. Il en avait vu un ou deux au foyer à cause de Sae, et deux fois il avait tenté de s’enfuir de la maison. On l’avait ramené et personne n’avait accepté de lui ramener un psychologue pour traumatisme. Comment pouvait-on aimer ça ? Des dessins animés si mal réalisé, si peu réaliste. Tout le monde finit heureux dans un monde parfait. Non, ça ne ressemblait à rien. Personne ne finissait heureux, l’un devait finir alcoolique, l’autre en dépression, le dernier en burn out. Il fallait habituer les enfants à la société actuelle. Naoto devrait devenir premier ministre. Il ne savait plus quand s’en allait Shinzo Abe, il se proposera.

Rageusement, il se redressa sur son lit, sourcils froncés. Il devait agir. Avec force et courage, il se leva de son lit. Un soupir quitta ses lèvres. Quel courage il avait eu là. S’il n’y avait pas ces braillardes à côté, il se recoucherait pour fêter ça. Il n’avait pas dormi depuis si longtemps. Au moins deux heures. Peut-être qu’il devrait se montrer plus productif. Soupirant, il jeta un regard sur le téléphone qui traînait là. Il avait prévu de le confisquer à Asuka pour le restant du weekend mais il allait se montrer gentil et aller lui rendre. Ça l’occupera. Ça le fera marcher. Sortir, voir des gens. Il grimaça à cette pensée. Prenant ses affaires, il soupira en quittant sa chambre, puis il grogna en sortant à l’air libre. Le soleil brillait. Il allait finir encore plus brider. La journée était trop belle pour lui, il aurait dû rester enfermé. Le désespoir se lisant dans son regard dans le métro en regardant les gens autour de lui vivre… Certains faisaient même des trucs bizarres genre… Sourire… Pourquoi est-ce qu’ils étaient comme ça ?

A toute vitesse, il quitta ce lieu insalubre une fois à son arrêt, cherchant le lieu où vivait Asuka. Il lui avait envoyé un message pour savoir où elle habitait, puis un deuxième pour l’engueuler parce qu’elle mettait du temps à répondre. Il allait pour un troisième quand il réalisa que c’était lui qui avait son téléphone. Ça l’avait énervé qu’elle l’ait oublié du coup. Il avait du demander à quelqu’un pour avoir son adresse. Une altercation sociale qui aurait pu être évité si cette idiote n’était pas étourdie. Une grimace déforma son visage devant le lieu indiqué. Un temple. Il y avait un temple. On devait faire quoi ? Taper dans ses mains ? Il tapa dans ses mains. Rien ne se passait. Naoto se rappela pourquoi il trouvait la religion vraiment stupide. Il trouva la porte, ça devait être chez eux. Une maison, quelque chose comme ça. il frappa. Il y avait une cloche. Est-ce qu’il devait utiliser cette grosse cloche ? Non, ça faisait peur. Il toqua encore une fois. La porte s’ouvrit. Ce n’était visiblement pas Asuka, sauf s’il avait totalement oublié à quoi elle ressemblait. Pinçant les lèvres, il resta bête. Une autre altercation sociale qui aurait pu être évité. « … Salut ! Koike Naoto. » Il était poli, il se présentait. « Asuka serait pas là par hasard ? J’ai un truc à lui rendre. » Il aurait pu faire mieux, niveau politesse, mais il était déjà à son max. il ne pouvait pas être plus poli que ça, il se sentirait mal.


Code by Fremione.


_________________

★ I am the Prince charming ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two boys : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 19 Juin - 20:31


Cela ne se voit pas mais quand nous sommes nus, nous avons tout deux au creux des reins,
c'est fou, un grain de beauté, qu'il avait sur la joue !


Roulant sur son lit, Asuka manqua de tomber sur le parquet de sa chambre. Allongée sur le ventre, elle tapa légèrement des pieds sur le matelas. Que devait-elle faire ? Hurler ? Non, simplement ne plus y penser. Ça la minait un peu trop. C'était n'importe quoi. Pourquoi est-ce que ça la travaillait autant ? Elle avait été stupide de s'en aller comme ça. Elle qui disait toujours qu'il fallait parler ! Mais non, elle avait fuit comme la première des imbéciles. « Non ! » Se redressant sur ses coudes, Asuka adressa un regard noir au mur face à elle. Les sourcils froncés, elle tourna sur son dos, les bras et les jambes en croix. C'était Liang, l'idiot. Il ne voulait plus la voir. Parce qu'elle avait un petit ami. Et qu'il était peut-être amoureux d'elle. « Rhaaa ! » Se redressant sur son séant, Asuka posa ses mains sur ses tempes, faisant voleter ses mèches alors qu'elle les secouait d'un geste rageux.

Tendant la main vers son sac, elle le fouilla à la recherche de son téléphone. Elle allait l'appeler ! Le traiter d'idiot et lui raccrocher au nez. C'était tout ce qu'il méritait, cet abruti ! On avait pas idée de faire pleurer les filles ! Bon, de ça, Asuka n'était pas totalement fière. Quelle réaction idiote elle avait eu ! Mais bon sang, c'était normal ! Elle perdait un ami ! Son meilleur ami... « Mais où il est... » Renversant le contenu de son sac sur le lit devant elle, la jeune femme étala ses affaires. Assise en tailleur, elle était presque couchée sur celles-ci, commençant à sérieusement paniquer. Son téléphone avait disparu ! Courant vers sa petite veste rose en faux cuir, elle en vida les poches. Rien ! « Oh c'est pas vrai ! » En chouinant, elle se laissa glisser le long de la porte de son armoire. Son précieux appareil, oublié au dortoir ! Mais quelle nouille ! Incroyable. Etait-elle maudite ou quoi ?

La voix de son père appela son prénom. Se mordant les lèvres, Asuka hésita à faire celle qui n'avait pas entendu. Avisant l'heure, elle se demanda s'il était crédible qu'elle fasse l'endormie. Sûrement pas. Soufflant du nez, elle enfila ses chaussons et descendit au rez-de-chaussé. « Nao-kun ? » Son ton marquait sa surprise. Asuka évita le regard de son père, s'approchant de son ami. « Qu'est-ce que tu fais là ? » Se positionnant à ses côtés, elle se tourna finalement vers son père. « C'est un ami. » Sûrement pas le type de garçon avec lequel le prêtre Tanegashima souhaitait voir traîner sa fille. Il les fixa d'ailleurs tour à tour, avant de signaler à sa fille qu'il allait au sanctuaire.

Une fois qu'il fut hors de portée d'yeux et d'oreilles, Asuka sourit à Naoto. « Tu veux entrer ? » Son ami n'était jamais venu ici, n'est-ce pas ? Qu'est-ce qui pouvait bien lui prendre tout à coup ? « Ce n'était pas trop dur, affronter le monde extérieur, tout ça ? » Lui adressant un sourire en coin, la jeune femme observa son ami. Elle non plus ne comprenait pas trop comment ou pourquoi, mais le fait était que tous les deux s'entendaient étrangement bien. Dès leur première rencontre, le courant était passé, comme deux vieux amis qui se retrouvaient après une longue période sans se voir. Si Asuka trouvait ça déroutant, elle appréciait assez d'avoir un ami comme Naoto.

Code by Fremione.


_________________

and then baby cheer up! ♒︎ Cheer up a little more! a girl can’t give her heart too easily, that’s how you’ll get to like me even more. I’ll act calm, as if it’s nothing, so you won’t know that I like you. just get it together© endlesslove.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 26 Juil - 12:10


Cela ne se voit pas mais quand nous sommes nus, nous avons tout deux au creux des reins,
c'est fou, un grain de beauté, qu'il avait sur la joue !


Franchement, et au risque de surprendre, il était vraiment fatigué d’être là. C’était sûrement toutes ces informations qu’il y avait autour de lui. C’était donc un temple. Ce que c’était moche, un temple. Il ne regrettait pas du tout de ne pas croire ne tout ça. Bon, il avait quand même tapé des mains en arrivant mais dans les dramas que regardait Sae, c’était ce qu’ils faisaient toujours. Il trouvait ça marrant mais du coup, ce geste inutile l’avait épuisé, il ne savait même pas comment il tenait encore debout. Surtout qu’il avait traversé genre, le monde entier pour venir jusqu’ici. Il espérait qu’Asuka allait lui préparer un sandwich. Ce serait bien parce qu’il commençait à crever la dalle. Et qu’il avait quand même affronté Tokyo, un temple et son père pour elle. Son père qui le fixait d’ailleurs bizarrement. Alors Naoto le fixa bizarrement en retour…

Ils auraient pu continuer longtemps comme ça. Il avait des questions à lui poser. Genre ce que ça faisait de tenir un temple. S’il connaissait des dieux. S’il prenait du plaisir avec cette grosse cloche. L’homme l’en empêcha en appelant sa progéniture. Dommage. Il garderait ses interrogations pour le prochain qu’il croiserait. Pour le moment, il prit son air le plus offusqué, tournant le regard vers le père de famille. « Elle m’appelle pas Nao-kun normalement, je vous jure ! » Cette petite sotte ne le respectait pas. Il lui avait dit mille fois de ne pas l’appeler Nao-kun. Sama, Sempai, si elle voulait. Naoto de facon obligatoire. Incroyable.

Il pinça les lèvres en voyant son père s’éloigner, ne répondant pas à la question de son amie. Il allait au sanctuaire. Il voulait aller avec. Voir ce qu’il faisait. A condition que ça ne soit pas fatiguant sinon il ne le supporterait pas. Attendant qu’il disparaisse, il baissa les yeux, un sourire aux lèvres alors qu’il agitait sa main devant le nez de la petite Asuka pour la saluer. « Oui. » Bien sûr qu’il voulait entrer. Il ne perdit d’ailleurs pas de temps, Naoto fit quand même une halte pour enfiler des chaussons et se perdit de s’affaler sur la première surface conçue à cet effet dans l’habitacle. « C’était affreux. » Vraiment. Il n’exagérait rien. « Y avait du soleil, aucun nuage, des gens souriaient dans le métro et en plus il y avait cette femme bizarre qui a essayé de me parler ! » En lui disant que c’était vraiment une belle journée. Les gens n’avaient plus aucune limite…

« J’ai trouvé un truc à toi. » Bon, il l’avait piqué puis oublier de lui rendre mais la vie était trop courte pour faire de longues phrases explicatives. « Je te le rends si tu me donnes à manger. » Il était clairement en train de mourir de faim. Pourquoi est-ce qu’elle ne le voyait pas ? « Pas de trucs verts, je suis pas un lapin. Et pas d’eau avec, je suis pas une plante non plus. » Des trucs consistants. Qu’on mangeait quand on était un vrai être humain. Il espérait qu’Asuka avait ça chez elle, sinon, il pouvait clairement mettre cette journée dans la catégorie « abominable » de son compte rendu quotidien.

Code by Fremione.


_________________

★ I am the Prince charming ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two boys : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 4 Aoû - 12:59


Cela ne se voit pas mais quand nous sommes nus, nous avons tout deux au creux des reins,
c'est fou, un grain de beauté, qu'il avait sur la joue !


Naoto ? Que pouvait-il bien faire jusqu'ici ? Même s'ils s'entendaient bien, Asuka doutait qu'il ait traversé Tokyo rien que pour ses beaux yeux – déjà qu'ils avaient presque les mêmes. Juste pour le plaisir de l'embêter ? Oui, voilà qui était déjà plus plausible. Il devait s'ennuyer, ou un truc comme ça. Bon, peut-être qu'elle devrait se sentir honorée qu'il ait affronté le terrible monde extérieur pour elle. D'autres filles de l'agence seraient sûrement déjà à quatre pattes devant lui. Enfin, en toute amitié. Rien de pervers. Juste pour remercier le ciel. Bon, stop. Ça ne la regardait pas. Un sourire aux lèvres, elle darda sur Naoto un regard amusé. « Mais comment tu as pu survivre à tout ça... » C'était plus fort qu'elle, Asuka avait toujours envie de le taquiner.

« Mon téléphone ! » Son cœur fit un bond dans sa poitrine. « Koike Naoto, rends-le moi ! » Derrière, dans le salon, son père fit tomber un objet qui tomba lourdement. La main sur le battant de la porte, Asuka jeta un coup d’œil en arrière, avant de hausser les épaules, reportant son attention sur son ami. « A manger ? » Il la prenait pour qui, là ? « On a du nattô. T'en veux ? » Plissant les yeux, elle le fit entrer, le guida jusqu'à la cuisine où se trouvait sa mère, appuyé sur l'évier, le regard visiblement perdu quelque part au-dehors, à travers la fenêtre. « Maman, c'est Naoto, un ami. » Sa mère sursauta, se tournant vers le couple qu'elle dévisagea d'un air bizarrement paniqué. Allons bon. S'inquiétait-elle de la pureté de sa fille ? Bredouillant une salutation maladroite, sa mère prit congé, signalant qu'elle devait parler à son mari. Asuka se tourna vers Naoto, en riant un peu. « Je te promets qu'on est normaux, en général. »

Devant le réfrigérateur ouvert, Asuka en sortit une bouteille de Coca-Cola et un bentô tout prêt. « Il y a des onigiris aussi. Ou des nouilles instantanées. » Posant le tout sur l'îlot central, elle se hissa sur la pointe des pieds pour attraper deux grands verres, dans lesquels elle versa du soda bien frais. « J'espère que je deviens ta préférée, comme ça ! » Elle lui adressa un petit sourire en coin, avant de porter son verre à ses lèvres. Elle-même réalisait qu'elle tenait étrangement à son amitié.

Code by Fremione.


_________________

and then baby cheer up! ♒︎ Cheer up a little more! a girl can’t give her heart too easily, that’s how you’ll get to like me even more. I’ll act calm, as if it’s nothing, so you won’t know that I like you. just get it together© endlesslove.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 31 Aoû - 23:20


Cela ne se voit pas mais quand nous sommes nus, nous avons tout deux au creux des reins,
c'est fou, un grain de beauté, qu'il avait sur la joue !


Lui aussi se demandait en permanence comment il faisait pour survivre ! Asuka essayait peut-être de le taquiner mais il était vraiment une victime du monde entier. Fatigué dès qu’on lui parlait. Fatigué dès qu’il quittait sa chambre. Fatiguer de vivre. Mais pas suicidaire pour autant ! Mourir, ça avait l’air beaucoup trop fatiguant, il laissait ça aux autres. Ah ! Pauvre homme qu’on maltraitait en permanence ! Il était si peiné de voir que personne ne comprenait sa souffrance au quotidien ! Tous ces gens, cette vie. Il était si las. Et Asuka ne voyait pas la chance qu’elle avait qu’il fasse un tel effort.

Son téléphone, elle pourrait le remercier à genou de lui ramener ! Mais non, elle était là, toute insolente, à l’appeler par son nom complet ! Et en plus, cet homme étrange avait manqué de lui infliger un arrêt cardiaque en faisant tomber quelque chose. On voulait le tuer. Définitivement, on voulait sa mort ! Ne venait-il pas de dire qu’il était trop fatigué pour mourir ? Ce n’était pas pour laisser d’autres le faire ! Rapidement, il retomba sur ses pieds, trouvant une meilleure solution. Il n’allait pas rendre son téléphone comme ça, après tout ce qu’il avait dû traverser pour venir la voir. Il voulait à manger. Mais pas n’importe quoi. Il posait ses conditions !

« Du Nattô ? » Il la dévisagea comme si elle était un spécimen bizarre qui lui parlait une langue des plus étrange. « J’en ai jamais mangé. » Vraiment jamais. Ses parents ne cuisinaient jamais et au foyer, ils se disaient que les enfants n’aimaient pas ça, donc ça ne faisait jamais son apparition au menu. Il ne savait pas s’il aimerait ou non. De toute façon, il n’aimait rien. Sauf la pizza ! Et les trucs qui permettaient à son gras de subsister. Il en prenait soin ! C’était ce qu’il entretenait le mieux. Le plus facile à entretenir, par ailleurs. suivant Asuka pour recevoir ce qu’il méritait amplement, il posa ses yeux sur la mère de famille – vraiment bizarre aussi – il tenta un sourire, même si c’était fatiguant. « Saluuuuut ! » Mais il n’eut droit qu’à un petit bonjour. Scandaleux. « Essaye pas de me mentir, je t’ai jamais vu normale. Vous êtes vraiment chelou ! »

Arrivant dans la cuisine, il s’installa à la table sans se faire prier. Il avait assez marché ! Sagement, il attendit que la jeune demoiselle lui fasse des propositions. De nourriture. « Hm… Ouais fais-moi tout ça ! Et du nattô ! » Il voulait tout. Comme ça, il n’aurait pas besoin de menacer son colocataire pour qu’il aille lui acheter à manger ce soir. Merveilleux. Tapotant sur la table, il leva les yeux pour voir ce qu’elle faisait, s’impatientant déjà. « Kssss la gazelle eeeeh la gazelle ! Tu te dépêche hein, j’ai faim ! » Prenant son téléphone, il y jeta un œil, haussant les épaules en ne voyant aucune notification. Personne ne l’aimait ! Mais il n’aimait personne de toute façon. « Ils sont allés où tes parents ? » Sûrement cachés quelque part, trop impressionnés ? Il ne savait pas par quoi, mais ça semblait bizarre.


Code by Fremione.


_________________

★ I am the Prince charming ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two boys : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 19 Sep - 11:30


Cela ne se voit pas mais quand nous sommes nus, nous avons tout deux au creux des reins,
c'est fou, un grain de beauté, qu'il avait sur la joue !


Naoto était un garçon vraiment bizarre. Très mignon, mais franchement louche. Quoiqu'il en soit, Asuka le trouvait drôle. Pas vraiment le type de garçon qu'elle fréquentait habituellement. C'était ce qui avait dû perturber son père, elle ne voyait pas d'autres explications à son comportement étrange depuis l'arrivée de son ami. Préférant ne pas trop se mêler des petits tracas de son paternel, Asuka choisit de se montrer conciliante. Le pauvre petit Koike avait affronter le monde pour la trouver, après tout. Elle pouvait bien lui donner à manger. Mais une fois dans la cuisine, sa mère sembla elle aussi troublée par la dégaine du camarade de sa fille, les laissant seuls dans la cuisine après des salutations un peu froides.

Pinçant les lèvres, elle frappa le bras de Naoto une fois sa mère sortie de la pièce. « Tu peux parler ! » Elle était plutôt normale, à côté de lui ! S'approchant des placards, elle chercha ce qu'elle pourrait bien faire à son gentil invité. Le bentô ne suffirait pas. Se relevant, elle reposa son verre sur l'îlot central. « T'as vraiment jamais mangé de nattô ? Genre, sérieusement ? » En parlant, elle attrapa une petite barquette dans le réfrigérateur. Ôtant la pellicule de protection, elle attrapa prestement une paire de baguette et se mit à fouetter le produit dans un geste expert. « On aime ou on déteste. Perso, j'adore ça ! » De son autre main, elle toucha la bouilloire pour vérifier que l'eau était encore bien chaude, sa mère étant sortie de la cuisine avec une tasse de thé fumante serrée entre ses paumes. « Un peu de patience, tu veux ? Et c'est quoi cette façon de parler hyper ringarde ? » Asuka pouffa. Après une bonne minute, elle posa la barquette de nattô devant Naoto, lui adressant un sourire plein de défit. Le laissant goûter à son rythme, elle attrapa une râmen cup au goût teriyaki et y versa l'eau encore bouillante, recouvrant le tout de l'opercule. Regagnant le réfrigérateur, elle en sortit un lot de trois onigiris au poisson grillé. « Ceux à l'umeboshi sont à mon père. »

Se rasseyant en face de son ami, elle vida son verre de Coca, avant de s'autoriser à croquer l'un des onigiris. « Je sais pas... Tu veux leur plaire ou quoi ? » Posant son verre vide sur la table, elle avala deux autres bouchées de sa boulette de riz. Elle leur resservit à chacun un verre de soda. « Ils savent que j'ai un copain... Ils doivent pas comprendre que j'en invite un autre à la maison. Enfin, t'étais pas invité. » Engloutissant le reste de son onigiri, Asuka observa Naoto. « Alors, t'aimes ? » Les coudes sur la table, elle posa son menton sur ses poings serrés. Dans un silence leur parvint les voix de ses parents. Est-ce qu'ils se disputaient ? Ça ne leur ressemblait pas... Le regard de la jeune femme, inquiète, se tourna malgré elle vers le salon. Devait-elle aller voir ? Se redressant, elle fit mine de s'étirer, pas très sûre de ce qu'elle devait faire, quand la porte de l'arrière cour claqua, que les pas de sa mère retentirent dans les escaliers, et que le silence retomba dans la maison.

Code by Fremione.


_________________

and then baby cheer up! ♒︎ Cheer up a little more! a girl can’t give her heart too easily, that’s how you’ll get to like me even more. I’ll act calm, as if it’s nothing, so you won’t know that I like you. just get it together© endlesslove.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 19 Sep - 12:44


Cela ne se voit pas mais quand nous sommes nus, nous avons tout deux au creux des reins,
c'est fou, un grain de beauté, qu'il avait sur la joue !


Ses sourcils se froncèrent en regardant son amie. Quoi ? Y avait un code dans la constitution du Japon qui disait que goûter le Nattô était obligatoire ? Pourquoi est-ce qu’elle trouvait ça si surprenant ? C’était bizarre. Asuka était étrange, qu’elle le veuille ou non. Tout comme sa famille. Il entendait ses parents parler plus loin, sans pour autant s’y formaliser. Est-ce qu’il les dérangeait à ce point ? Ils le prenaient peut-être pour son copain. D’habitude, elle ramenait des mecs efféminés, ils n’étaient pas habitués à tellement de testostérones avec leur progéniture. Etrange. De toute façon, son but premier était de se nourrir, pas forcément de prêter attention aux problèmes de la famille Tanegashima et il pouvait constater qu’il y en avait tout de même pas mal.

« Fais-moi goûter alors, je te dirai ! » Il haussa les épaules avant de reprendre : « C’était pas vraiment le genre de trucs que mes parents cuisinaient. » Ils ne cuisinaient pas du tout, même. « Et au foyer, je crois pas qu’on en ait déjà eu. » Il devrait demander à Sae, mais à son souvenir, il n’avait jamais entendu qu’il y avait du nattô au menu. Il ne savait pas pourquoi il évoquait cela aussi ouvertement. Normalement, il ne parlait pas de sa famille, comme si elle n’avait jamais existé. Il préféra ne pas s’en formaliser, concluant cela comme une sorte d’écart à sa ligne de conduite habituelle. Fronçant le nez, il la jugea de son air outré. « C’est toi qui es ringarde. » Il avait une façon de parler originale qui n’appartenait qu’à lui. Elle était juste jalouse.

Ravi en voyant toute cette nourriture devant lui, il attrapa les baguettes, grimaçant face à la mauvaise odeur du nattô. Il décida de commencer par les nouvelles et l’onigiri, se demandait ce que pouvaient bien avoir ses parents à soudainement se disputer. « Leur plaire ? Pourquoi faire, c’est pas comme si j’allais te foutre enceinte et t’épouser. » Oh non, jamais. Cette idée le rebutait encore plus qu’avec les autres. Pourtant, elle était mignonne, mais il n’arrivait pas à la voir comme une fille à proprement parler. « Ils doivent se disputer parce qu’ils me trouvent plus beaux que ton copain et se demande ce que tu fais encore avec l’autre. » Et il était parfaitement sérieux en disant cela, pensant réellement ses paroles. Prenant le nattô, il en souleva un peu avec ses baguettes, pas vraiment emballé par la texture. Néanmoins, courageux, il osa goûter, terriblement surpris. « Mais c’est trop bon ! » Vraiment, en plus. Il continua à en manger avec appétit. « Faudra m’en faire et m’en ramener à l’agence. » Il fit couler le coup avec un peu de coca, sursautant en entendant une porte se claquer.

C’était la mère d’Asuka, visiblement. Mordant dans l’onigiri, il suivit le bruit des pas. « Ils sont toujours comme ça ? Genre, à fond dans le conflit. » Bon, c’était un peu comme ça qu’il imaginait des parents, mais quand même. « Tu devrais voir ce qu’ils font, pas que l’un essaie de tuer l’autre. » La représentation normale de la famille selon Koike Naoto. « T’en fais pas pour moi, je bouge pas tant que j’ai à manger. » Et il en avait clairement pour une bonne demi-heure.



Code by Fremione.


_________________

★ I am the Prince charming ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two boys : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
 
Deux coeurs, quatre prunelles |♥| ASUKA&NAOTO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Un, deux, trois, quatre...
» Deux, Trois, Quatre chiens...Et vous!
» Pumba et Timon, le noir dans deux coeurs tendres
» Poussin pas top help
» cherche kart trois roue de deux a quatre chien petit prix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Chiyoda-