I'm not a monkey but I love banana -- Ft. Keiki ta mère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 22 Avr - 17:32
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



Patient, il avait attendu la définition que sa meilleure amie trouverait à ce visage qu'il ne lui avait probablement jamais montré. Ses sentiments n'étaient pas nés du jour au lendemain, c'est vrai. Mikio faisait battre son coeur d'une manière différente avant l'Australie. Mais cette fois, il avait voyagé très haut. Il s'était envolé vers les étoiles et ses pieds n'avaient pas encore touché terre. Il était encore trop dans son rêve pour que Keira ne fasse pas les frais de ce voyage en théorie impossible sans fusée.
Ce n'était probablement pas quelque chose à souhaiter mais il voulait bien rester encore un peu là haut.... Moins raisonnable encore, il voulait qu'y repenser le rende encore aussi rêveur. Si juste un souvenir était capable de vous faire décoller, ça ne pouvait être qu'un de ceux où Mikio était le personnage principal... un moment où il l'avait emmené dans un monde bien loin de la réalité, la sienne comme celle des autres visiblement... sur une planète bien éloignée de notre système solaire.

Un alien... il l'était de beaucoup de manières différentes. Mais aujourd'hui il ne voyageait pas dans le même univers. Mais la précision sur une fossette taquinée du doigt... n'avait fait que rendre cette fossette plus apparente. Son sourire s'était agrandi et il avait baissé les yeux quelques secondes vers la table.
Il n'y pensait même pas.
Le sourire venait juste... comme ça....
Oui, certaines personnes auraient répondu comme tout le monde ! Mais... dans son cas...
"Impossible de ne pas sourire" ... c'était une incapacité qu'il n'était pas supposé connaître.
Si on partait du fait que Mikio avait su trouver d'autres sourires sur ses lèvres, qu'il en était le dessinateur... oui, il était tout à fait logique qu'il soit capable de les déclencher à distance et parfois même de lui imposer.... Ce n'était que justice quand de son côté il lui avait fait subir pendant des mois des sourires qui n'avaient rien de vrai...

« Peut-être que je ne suis pas vraiment ailleurs... » oh si, vu ses doigts qui glissaient à présent sur son gobelet et son regard clairement absent, il n'était en tout cas pas à Tokyo... « Peut-être que je suis simplement en train de rêver... » Mais lui... il ne rêvait pas... « ... et dans 3 secondes, un kangourou en smoking va venir te demander si tu ne veux pas une autre sauce... »  
........................
et à nouveau, l'espace de quelques secondes, il avait souri davantage. C'était comme ça un rêve non ? Un peu incroyable ? Il n'avait pas exactement besoin d'un kangourou parlant pour décoller de son côté... il y avait d'autres choses d'uniques et incroyables dans ce monde. Et elles étaient bien meilleures. Il aurait suffi d'un coréen maintenant. Ou dans un coréen dans un lit. De son odeur... « Albert... c'est un bon prénom pour un kangourou... »  ... pouvoir être contre lui... « ...ou Johnny...  » oui… si ses doigts pouvaient simplement effleurer sa peau maintenant, il pourrait à nouveau décoller un peu plus haut... il se rappelait bien qu'il avait un gobelet dans les mains hein ? Il n'était pas parti ailleurs... encore ?
Avec un coréen par exemple, non pas du nom d'Albert ou de Johnny... ?
Ce n'était pas pour se punir qu'il s'était mordu la lèvre. Mais au moins, son regard avait fini par rencontrer à nouveau celui de sa meilleure amie

« C'est vraiment beau... un kangourou...  »

... Keira avait le droit de partir et de revenir quand son italien de meilleur ami se serait enfin décidé à se réveiller.
Pour ça, il faudrait probablement arrêté de parler de Mikio. Si le criminel qui l'avait kidnappé sur une autre planète venait trop dans cette conversation, il n'y aurait aucune chance pour que ce repas se passe de manière un peu plus normale. Ceci dit, on applaudissait l'effort de la troisième frite « C'est moi qui ai de la chance...  » ... il avait rencontré la plus belle personne du monde... comment ne pouvait-il pas être le plus chanceux ?

Il était clair en tout cas que Keira n'était pas la plus chanceuse des amies d'avoir fait la rencontre d'un rêveur drogué. Est-ce qu'elle finirait par avoir un vrai résumé de vacances ? Ou est-ce qu'elle devrait jouer sans fin la tour de contrôle pour au final ne pas savoir grand chose ?
Quand à la mention de son bug, il ne répondait qu'en hochant la tête, on n'avait peu d'espoir pour que ce debrief de vacances redevienne normal. Il pouvait au moins faire l'effort de mentionner quelques activités non ?
....
pas celles-là. Chasse cet air rêveur, ce léger sourire qui n'a rien à faire là et reprends toi !
Peut-être qu'on devait remercier son petit nez bronzé ou plutôt sa meilleure amie de l'avoir désigné. Parce que sa tête s'était bien hochée pour répondre à la dernière partie avant que des mots ne cherchent à renseigner le reste. D'accord, pas dans le bon ordre, mais on notait l'effort « Oui, j'en ai pris en photos... mais Mikio n'a pas voulu qu'on en ramène un... même pas un wallaby.  » Mikio était un homme de bon sens « On a visité Sydney.  » sans blague ? « J'veux dire, on s'y est beaucoup promené, y'a des circuits intéressants à faire. On a été à l'aquarium. Au zoo.  » c'est que cette réponse commençait à être presque normale « Mais on a aussi loué une voiture pour voir d'autres coins. Y'a beaucoup de parcs, de belles plages, même au hasard d'un virage.... C'est vrai qu'on a bien profité mais j'aurais pu le kidnapper le double, on aurait encore eu à faire... » il ne pouvait pas faire ça... pourtant, dans sa tête, il se l'était un peu imaginé... kidnapper Mikio au bout du Monde ... « ... je crois que je suis fou amoureux... » ... non, en fait, il ne croyait pas... c'était ça, dans son coeur... mais c'était probablement bien plus que "fou amoureux"... comment est-ce qu'il allait faire plus tard ?
... tant pis... son petit coeur abîmé, qui n'était pas supposé marcher, il avait accompli des miracles grâce à Mikio. Et cette pensée qu'il avait lâché dans un souffle, elle n'avait probablement besoin de rien d'autre « ... et puis on a vu des wallabys aussi... » ... comme son estomac. "Vivre d'amour et d'eau fraiche"... oui, sauf que c'était la paille de son coca qu'il avait porté à ses lèvres avant de retrouver le regard de sa meilleure amie « C'est étrange hein ? » les wallabys ? Se répéter à nouveau ? Ou ce qu'il avait lâché au milieu de son récit ?
Le wallaby ce n'était pas un kangourou. Beaucoup de gens s'y trompaient.
Son coeur n'était pas supposé battre. Et pourtant sur son poignet, son pouce essayait d'en percevoir le rythme.
Quelque part à Tokyo, il vivait un homme qui le lui avait volé.



electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 23 Avr - 15:34
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

«Clairement, la situation était trop bizarre pour qu'elle n'envisage pas une demi-seconde l'hypothèse de son ami. Elle avait été tenté de se pincer pour vérifier qu'elle ne dormait pas... mais si elle faisait parti du rêve de Naoki ça ne servait à rien. Mais c'était mignon s'il rêvait d'elle non ? ... Keira, c'était bien la réalité et ton rêveur de meilleur ami n'était toujours pas redescendu de sa Lune ! Il était parti si loin... Elle commençait sérieusement à douter de sa capacité à pouvoir le ramener sur Terre. Un instant, elle trouva ça même un peu cruel... Ca avait l'air si bien la Lune. Elle se demandait ce qu'il y avait de si merveilleux là-bas pour que son ami préfère y rester plutôt que de lui expliquer avec des mots terriens. Elle était curieuse...
... Quoiqu'un peu déconcerté. Si elle trouvait le sourire énigmatique de Naoki étonnement beau et satisfaisant, elle commençait à s'interrogeait sérieusement sur les substances illicites que le garçon avait pu consommer... Est-ce qu'on avait drogué son soda ? « .... » C'est qu'il parlait quand même d'un kangourou en smoking... C'était quoi déjà qui provoquait des hallucinations ? Un champignon ? Elle se souvenait d'une fois, pendant ses études, où elle était allé à une soirée malgré elle.... Un de ses camarades avait bouffé une connerie du genre et s'était mis à délirer jusqu'au petit matin ! Il parlait d'éléphant rose qui dansait la Lambada en string léopard... Comment il s'appelait déjà, lui ? ... Ah oui ! Leroy... qu'est-ce qu'il était con, nom de dieu....
Heureusement, ce n'était pas le cas de Naoki. Il lui aurait dit s'il se droguait, non ? ... Pour quelles raisons le ferait-il ? « Mh... Un smoking à MacDo, ça me semble mal à propos si tu veux mon avis.... » Est-ce qu'elle se moquait ou est-ce qu'elle tentait de rentrer dans son jeu ? A moins qu'elle n'essayait sérieusement de comprendre et d'établir une communication avec son Italien venu de l'espace. Peut-être que c'était uniquement le désespoir qui lui avait fait proposer « Alphonse ? » pour un nom de kangourou.... Mais apparemment Naoki aimait VRAIMENT BEAUCOUP Jonhny....
....
ft. Naoki ♥

Est-ce que Naoki était en train de se manger la lèvre ?!
Elle n'était pas spécialiste en séduction mais elle connaissait suffisamment le rital pour savoir que ce genre de comportement était dangereux... Est-ce qu'il voulait attirer toutes les midinettes du MacDo ??
Gloups.
Leur regard se recroisait enfin. Ou pas vraiment... Elle n'était pas très sûre. Tout comme elle n'était certaine du véritable sens de sa phrase.... « Han han.... je vois, je vois.... » Non, non, elle ne voyait pas du tout. Sauf si Naoki était tombé amoureux d'un kangourou ! ... ou de son gobelet ? « ... T'es sûr qu'il s'appelait Emily ou Lara ton "kangourou" ? » Peut-être qu'une Australienne lui avait vraiment fait tourner la tête après tout....

Mais Naoki sembla finalement suffisamment atterrir pour entamer son récit. Un sourire plus lumineux gagna Keira tandis qu'il évoquait sa chance. Elle ne connaissait pas suffisamment bien Mikio pour le lui confirmer. Seulement à travers des paroles et certains actes dont elle lui était également reconnaissant... S'il n'avait pas ramené Naoki de Dublin, elle doutait sincèrement de sa capacité à voir sourire son meilleur ami aujourd'hui. Alors elle voulait bien le croire... Même si l'étudiant se sous-estimait clairement.
Et elle, elle avait surestimé la capacité de Naoki a se concentrer. Elle avait dû à peine cligner des yeux et voilà qu'il semblait de nouveau viser la Lune... Mais elle ne désespéra pas. Elle décida de l'aider un peu... elle y croyait !

La rêverie de Naoki rendit son récit un peu décousu mais elle fit l'effort de rapidement comprendre de quoi il parlait. Elle sourit d'ailleurs, attendri par la perspective d'approcher un kangourou ou même les autres petits marsupiaux... Si Tôta en avait eu la possibilité, elle était certaine qu'il aurait passé ses journées derrières les animaux. Elle rit doucement à la plainte de son cadet. Combien de fois Naoki avait-il fait le coup à Mikio ? Combien d'animaux avait-il essayer de ramener des terres australiennes ? « Vous auriez dû prendre un billet de plus ! Mais pas sûre qu'ils auraient aimé à la douane... » Un kangourou dans l'avion... l'image la faisait rire. « Tu me montreras ? » Les photos... pas comment on embarquait un marsupiale en avion....

Elle eut bon espoir pour la suite. Sans relever l'évidence, elle se montra attentive et à l'écoute, hochant la tête et souriant à chaque étape. Un zoo australien... Oui, elle était certaine que son frère aurait adorer voir ça. Parce qu'il devait y avoir de sacrés spécimens... L'Australie était réputée pour sa faune et sa flore très particulière. Dans ce cas, l'aquarium aussi devait receler de ces merveilles... surtout quand la Grande Barrière de Corail bordait l'île.
Elle se prit elle-même à rêver de ce road trip qu'il lui décrivit... Ca avait dû être génial. Si elle en avait eu le droit, elle serait presque jalouse. Mais elle se contenta de se faire contaminer par ce petit sourire rêveur, oubliant la frite qu'elle tenait en main. Elle était tellement contente pour Naoki... Oui, ses vacances avaient dû être parfaites. Elle comprenait qu'il ait eu envie de plus... « J'imagine... J'ai vraiment hâte de voir les photos... » Des paysages, des wallabys, des....

..................................
hein ?

Le bruit d'une boisson qu'on avala trop vite - et de travers - sonna le début de la confusion et l'anarchie dans la tête de Keira. Elle dû calmer sa toux et retrouver de l'air pour pouvoir regagner  un semblant de clarté dans sa réflexion, et se permettre de bafouiller un : « Q-q-q-que... quooi.... ? Qu'est-ce que tu viens de dire ? »
Est-ce qu'elle avait bien entendu ? Il parlait des wallabys mais... non avant ! Est-ce qu'il avait dit qu'il était.... amoureux ?
FOU AMOUREUX !!
De quoi ?
« De... l'Australie..... ? »
Oui du calme, Naoki pensait peut-être uniquement au pays....
Et s'il y avait vraiment un "kangourou" dans cette histoire ??
Keira le dévisagea, les yeux plus écarquillés que jamais. Elle n'avait jamais entendu Naoki parler comme ça. Même l'Italie ne le rendait pas aussi rêveur ! Alors oui ! Elle avait hoché la tête parce que oui, c'était étrange ! Elle avait senti son coeur faire une pointe de vitesse tant elle était surprise mais surtout totalement larguée... Est-ce qu'elle avait vraiment bien entendu ??
© nck
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 23 Avr - 18:47
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



« Les kangourous se moquent des règles, Alphonse inclu... » et ils n'étaient pas les seuls à se moquer des règles clairement. L'italien qui aurait bien pu franchir les portes d'un Macdo en costume pour prendre à emporter des menus et les ramener à la maison par exemple, cet italien là se moquait aussi des règles d'une conversation visiblement.
Il avait bien du mal à rester sur la planète dont il foulait les pieds à présent. Et pour ça, il avait tous les droits d'en blâmer Mikio. C'était de sa faute après tout. C'était lui qui l'avait fait décoller un peu trop haut malgré sa réalité bien trop sombre. Il connaissait encore la suite, il ne l'oublierait pas... mais il y avait des moments où Mikio savait l'emmener dans les étoiles. Vu son héritage, le nombre de fois où il avait pris l'avion, il aurait sans doute été logique de dire qu'il avait toujours eu la sensation de voler. Mais non. C'était bien son coréen, personne d'autre, qui pouvait lui donner des ailes.
Il aurait aimé ne pas avoir à les rendre. Encore plus, il aurait aimé être une personne avec le droit de rester près de celui qu'il aimait. Qu'importe en tant que quoi... même si ce n'était qu'en tant qu'ami. Pouvoir toujours voir ce sourire-là, entendre son rire, sa voix, sentir son odeur... son affection... c'était un rêve déjà bien trop beau... et en Australie, il avait eu le droit à davantage de magie.
Qu'on lui pardonne s'il était ailleurs... il était un petit objet cassé qui n'avait pas le droit de rêver mais parvenait à le faire éveillé grâce à cette si belle lumière qu'on avait mis sur sa route.

Emily ? Lara ? Ces deux prénoms avaient au moins eu le mérite d'arrêter ses doigts sur ce gobelet un instant. Mais un sourire rêveur avait à nouveau pris place sur ses lèvres pour une réponse imprécise « Non, il a un bien plus joli prénom mon kangourou... » ... oui, Mikio c'était vraiment un joli prénom.... Mais qu'est-ce qu'il n'aimait pas chez son coréen ? Rien. Il aimait tout chez lui. Non, il adorait tout chez lui. Faire une liste le perdrait définitivement encore plus... ce serait bien trop long. Mais sans nul doute, on pouvait rajouter ce prénom qui rimait avec perfection dans son coeur. Un prénom qui était d'ailleurs capable de faire battre ce dernier juste en y pensant.

On le remercierait pour avoir ceci dit fait l'effort de penser à fournir des mots un peu plus utiles au récit de ses vacances. Des vacances qu'il avait voulu offrir à Mikio sous la forme d'une surprise pour se voir au final retourner le cadeau. Lui, il avait eu un rêve en retour... un rêve bien trop beau qu'il ne voulait jamais oublier. Même si ça ferait mal plus tard... il voulait s'en souvenir... il voulait fermer les yeux et tenter de s'y téléporter. Revivre cette sortie au zoo, ces nombreux moments à la plage... cette route qui aurait pu les mener au bout du monde... leur proximité dans cette chambre.... Il avait hâte d'être à ce soir. Même si ce n'était plus pareil maintenant, il lui tardait déjà de se retrouver à nouveau contre Mikio. Un gobelet, c'était un défouloir honteux quand ses doigts mouraient déjà de manque et espéraient retrouver la plus douce des peaux coréennes... des peaux tout court.... « Hum... j'ai bien entendu un truc aussi sur le côté impossible là-bas. » à priori, adopter un kangourou, ça ne se faisait pas. Il en était conscient... un peu.... Mais il y avait toujours un rêveur en lui qui aurait aimé avoir tous les crayons de couleur de ses envies pour pouvoir dessiner le paysage de son choix... il n'y avait aucune limite à l'imagination, c'était dans la vie les barrières... ça, il était bien placé pour le savoir « Oui... j'en ai pris plusieurs. » et s'il devait les partager, Keira était évidemment dans les premières. C'était sa meilleure amie. Il ne la considérerait jamais dans un rôle moins important.

Alors si quelqu'un devait entendre aujourd'hui qu'il était amoureux, même de cette manière si étrange au milieu d'un discours un peu décousu où il aurait probablement été préférable de dire qu'il lui montrait des photos dès la fin du repas, c'était bien Keira.
Sa question, ou sa toux, lui avait fait relever un regard étonné vers elle. Et pendant plusieurs secondes, il n'avait fait que la regarder. Est-ce qu'il avait seulement conscience d'avoir lâché une chose aussi surprenante pour lui au milieu de la conversation ?
Oui. On l'espérait en tout cas que sa tête se secouait parce qu'il comprenait pourquoi la plus jolie des blondes mentionnait l'Australie.
« Non Keira. Moi. Naoki. Je suis amoureux d'une personne. Une vraie personne. » ... pas amoureux oui... fou amoureux... de lui... rien que de lui... et parce que c'était justement lui, il n'avait pas tardé pour se corriger « La plus belle des personnes. » ... comment ça se faisait qu'il se permettait, lui, d'avoir de si bons goûts ? « Tu trouves ça vraiment étrange hein ? » ... à raisons... oui... il le savait... il se connaissait bien alors les mots suivants étaient venus rapidement « Je sais... normalement, c'est pas tellement mon truc... je ne pensais pas qu'une chose pareille m'arriverait un jour... c'est complètement fou... » parce qu'il était un italien ? Oui, un peu, c'était la version officielle. Mais c'était aussi fou parce qu'il avait ce coeur cassé dans sa poitrine... « Mais là c'est différent. Je ne peux pas lutter... il l'attendait je crois... » "il" ? Son coeur. C'était en tout cas sur lui que sa main venait de se poser... et c'était bien lui qui lui avait répondu d'un battement...
... oui... il savait... il lui avait promis à son coeur... il ne serait jamais qu'à Mikio... ça ne changerait jamais. Son père ne pourrait pas lui reprendre ça...



electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 23 Avr - 23:16
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

«Elle allait mourir. C'était la fin, elle n'avait plus d'air. C'était bête... peut-être que ce n'était qu'une blague. Peut-être qu'elle avait juste mal entendu. Peut-être qu'elle rêvait aussi... Dans ce cas, elle allait vivre non ? Oui, c'était trop bête comme cause de décès. Elle voulait mourir en héroïne, glorieusement... pas à cause d'un soda. Et elle voulait savoir. Comprendre. Naoki. Amoureux. Elle n'était pas prête. Naoki était Italien ! La dernière fois qu'ils s'étaient vu, elle se désespérait de voir son téléphone "professionnel" vibrer en permanence. Juste après leur rendez-vous, il devait justement rejoindre une fille ! Elle s’appelait euh.... ah oui ! Mercredi ! Elle s’appelait Mercredi ! Elle n'inventait pas ! Naoki amoureux.... Ils n'étaient le 1er avril non plus... D'accord, l'idée lui avait caressé l'esprit. Elle avait même titillé un peu plus son cerveau avec cette histoire de kangourou.... mais c'était loin d'être une hypothèse sérieuse !! Sans rire, la drogue se situait même au dessus dans sa listes des causes probables !!
Une nouvelle quinte de toux, mais cette fois, ses poumons retrouvèrent l'oxygène dont ils avaient besoin. Elle allait vivre. Même avec cette larme au coin de l'oeil, elle survivrait. Sakuta Keira ne disparaîtrait pas comme ça ! Naoki avait peut-être lâché une bombe mais il n'en tenait qu'à elle de surmonter l'épreuve et d'en savoir plus. Reprenant son souffle et un semblant de calme, elle douta, après rapide réflexion, que ses questions soient assez précises... Elle devait se méfier, Naoki pouvait redecoller à tout moment !

Mais à sa grande surprise... l'étudiant répondit clairement. Trop clairement pour que la jeune journaliste ne le regarde pas d'un air ahuri et les yeux plus ronds que jamais. Naoki était amoureux d'une vraie personne. Il le déclarait haut et fort. Enfin, non qu'à elle, dans un Macdo. C'était presque trop officiel !
Pourtant, il n'avait pas l'air de se moquer d'elle. Il avait gardé ce sourire rêveur sur ses lèvres. Ses mots semblaient s'envoler lorsqu'il parlait de cette fameuse "personne". C'était tellement évident maintenant qu'il le disait... qu'elle n'y aurait jamais pensé. Parce que Naoki lui avait toujours assuré qu'il ne tomberait jamais amoureux. Que les relations, ce n'était pas pour lui. Et là, elle avait l'impression de parler à un autre Naoki... Et elle avait l'impression de ne jamais avoir vu homme plus certain de lui d'être amoureux. Au fond qu'est-ce qu'elle en savait ? Oui, ça crevait les yeux. Pas les siens... Elle le regrettait un peu... Est-ce qu'elle était trop naïve ? Est-ce qu'elle était bête d'avoir été si convaincu par la position ferme du rital ? Elle y avait cru. Elle avait prit ça pour quelque chose qui ne changerait pas. Sans souhaiter ou non que ça le reste.... C'était juste... un fait ? Peut-être qu'au fond, elle y avait longuement adhéré parce qu'elle y croyait aussi pour elle. Dans un genre à peine différent, ils étaient finalement pareils non ? L'un comme l'autre, ils ne pouvaient pas tomber amoureux....
Et pourtant...
Est-ce qu'elle trouvait ça étrange ? Surprenant plutôt... Mais si elle ouvrit la bouche - a moins qu'elle ne l'était déjà depuis un moment - aucun son n'en sortit. Malgré le choc, ses yeux suivirent cette main qui accompagna des explications qu'elle n'aurait jamais cru entendre de la bouche de son Italien...
C'était si soudain, si incroyable... Oui elle peinait encore à le croire pourtant... Pourtant elle avait le sentiment de ne jamais l'avoir entendu parler plus sincèrement. Oui, Naoki avait l'air sûr de lui...

« Je... euh... Naoki... je... » Se reprendre. Retrouver ses esprits. Trouver les bons mots. Elle s'humidifia les lèvres après avoir cligné une bonne dizaine de fois des yeux. Elle dû même tapoter légèrement sa joue pour s'assurer qu'elle était toujours là. « Ben ça alors... Je euh... oui, je t'avoue que je suis surprise.... » Sans blague... Elle secoua la tête et ne put s'empêcher un confus mais spontanée : « Mais pour de vrai ?? » Puisqu'il te le disait...

ft. Naoki ♥
Oui, c'était tellement surprenant. Mais est-ce que ça l'était tant que ça ? A l'entendre, on avait l'impression que Naoki n'avait pas le droit de tomber amoureux. Non, bien sûr que non ! Enfin... elle n'en savait trop rien. C'était si soudain... Ca aussi, tant que ça ? N'aurait-elle pas pu le deviner avant ? Elle marqua un léger temps de réflexion. Si elle était un tant soit peu plus expérimenté ou même intéressée envers les histoires de coeur, elle aurait pu le comprendre dès qu'elle avait eut mis les pieds dans ce fast food. Peut-être avant....? Elle ne savait pas trop. Avec Minah, c'était plus facile. Elle lui disait les choses plus ou moins clairement... Et puis, elle arrivait à la déchiffrer si facilement... Naoki, c'était différent. Elle n'avait jamais eu à lire en lui. Ce n'était pas dans leur contrat... Et il n'avait jamais été question de relations amoureuses non plus ! Elle était prise de court !
Et elle se sentait aussi un peu bête... et pas très bonne amie. Et si elle commençait par dire quelque chose ?? Parce que le regarder comme un poisson, ce n'était pas très constructif.... « Ca alors.... Naoki est amoureux.... » Oui, il venait de te le dire. Ce n'était pas plus constructif. Mais finalement, passé la surprise, des tas de questions lui vinrent en tête... « Comment c'est possible ? » ... Elle releva prestement les yeux vers lui et se mordit la lèvre pour se punir. Ses pommettes rosirent de honte, comprenant que dans sa réflexion personnelle, sa question avait été maladroite ! Naoki avait un coeur, évidemment que c'était possible ! « Enfin... non, je veux dire... T'as toujours été tellement résolu et puis avec toutes les filles que tu fréquentes, c'est ... enfin c'est si soudain ! » Sa bouche se tordit dans un rictus embarrassé. Elle ne voulait pas que Naoki se méprenne... Il avait le droit d'avoir les conquêtes qu'il voulait comme d'être amoureux ! Parfois c'était bien d'être amoureux... non ?
Elle s'enfonça dans son siège et replaça une mèche de cheveux derrière ses oreilles. Un léger sourire prit forme sur sa bouche et elle coula un regard timoré vers son meilleur ami : « Du coup... je comprends mieux ta tête depuis tout à l'heure... »

Et malgré ce petit rire, elle devait se rendre à l'évidence. Non, elle ne saisissait pas tout. A présent, elle avait des tas de questions qui se bousculaient dans sa tête,  à commencer par l’identité de l'heureuse élue. Et depuis quand !
Naoki avait l'air si sûr de lui... est-ce que ça faisait longtemps qu'il était amoureux ? Ne l'aurait-elle vraiment pas remarqué ? Et lui, il ne lui en aurait pas parlé ? Elle dû réprimer une moue plus contrariée. Détrompez-vous, elle n'était pas jalouse ! Elle souhaitait le bonheur de Naoki et si cette fille pouvait le lui apporter, tant mieux ! Mais... la photograhe était importante aussi pour Naoki non ? Alors, elle aurait aimé le savoir avant, s'y préparer....
Mais loin d'en vouloir à son ami, son hypothèse se porta finalement sur le coup de foudre ou une relation plus récente. Une australienne plus précisément... Parce qu'il avait encore clairement le coeur là-bas ! Ca paraissait plutôt improbable connaissant Naoki... Cette fille aurait dû être une autre conquête mais, ça lui paraissait aussi improbable qu'il soit amoureux, alors pourquoi pas ??
Elle poussa un soupire. Le meilleur moyen de savoir, c'était encore de demander n'est-ce pas ?

« Enfin bon, il faut que tu m'expliques maintenant... » Elle reposa ses coudes sur la table et adressa un sourire plus assuré à son meilleur ami. « Dis moi ! Comment elle s'appelle ? Et depuis combien de temps vous êtes ensemble ? » Parce qu'il n'y avait absolument aucun moyen que Naoki n'ait pas su conquérir la femme de ses rêves ... ! « Je vais avoir la chance de la rencontrer un jour ou pas ? » Du calme Maman, laisse les tourtereaux prendre leur temps... Elle sourit de plus belle d'un air plus satisfait : « Ah si j'avais su que tu me ramènerais une Australienne ! » Elle eut un petit rire. « Enfin, que tu m'annoncerais surtout que t'étais amoureux... toi ! » Keira tu vas encore être maladroite. Elle secoua la tête pour mieux se faire comprendre... « Enfin, ça me surprend mais je le vois bien que ça te rend heureux... Oui, si tu peux sourire tout le temps comme ça, c'est une bonne chose. » Vraiment ? Tu te rends comptes des difficultés pour communiquer ?? Oui mais s'il était heureux.... « Moi je suis contente pour toi. » Oui, malgré tout, même si elle était choqué et qu'elle avait failli frôler la mort... Si Naoki avait trouvé son bonheur, elle ne pouvait être qu'heureuse pour lui non ?
© nck
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 26 Avr - 22:40
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



Oui. Pour de vrai.
Il ne pouvait pas en vouloir à Keira d'avoir l'air aussi surprise. Cette réaction était normale. C'était plus le fait que lui, son italien de meilleur ami, soit amoureux qui semblait étrange.
Même si Keira ne savait pas que son coeur à lui ne marchait pas vraiment... elle voyait bien comme il était. Alors il ne se sentait pas vexé qu'elle semble étonnée à ce point d'apprendre qu'il n'avait qu'une seule personne dans son coeur. Ou plutôt que quelqu'un en occupait toute la place au point que chaque battement tendait de rimer avec ce prénom qu'il aimait tant.
« Oui, pour de vrai... » ... probablement que parler de kangourou en smoking quelques secondes plus tôt n'avait pas aidé. C'est qu'il en racontait régulièrement des conneries. Aujourd'hui, il était juste sur sa lune à espérer de ne pas redescendre trop vite malgré les connaissances qu'il gardait. S'il pouvait profiter encore un peu de temps... juste quelques minutes de cette sensation... c'était déjà un cadeau bien plus que parfait jusqu'à maintenant.

Suffisamment parmi les vivants pour la regarder à cette question qui en aurait probablement vexé certains, il n'avait fait que sourire doucement de son côté. Oui... comment c'était possible ? C'était en fait une excellente question. Et la main qui était restée sur son coeur quelques secondes de plus ne saurait trouver une réponse du bout des doigts. C'était Mikio. Oui, c'était lui qui accomplissait des tours de magie... « T'en fais pas. Je sais. » au moins, le rêveur avait su rassurer sa meilleure amie manifestement gênée. Même s'il était dans son petit monde, il pouvait comprendre. Sincèrement. Il ne lui en voulait pas. Et cette clémence n'était pas due aux étoiles qu'il avait dans les yeux... ou plutôt dans le coeur.... « Désolé... c'est sorti comme ça... » oui, il le réalisait au moins enfin que l'information s'était échappée de ses lèvres de manière brutale, comme une pensée qu'on arrive plus à retenir.
Ce n'était pas un reproche. Ou plutôt la formulation d'un regret face à l'accueil que Keira faisait à cette nouvelle. Non, juste une excuse, simplement une excuse. Il était probablement supposé le dire d'une autre manière s'il comptait en parler un jour.

C'est que... à la base... il ne pensait pas en parler. Il n'avait pas préparé de joli discours. Aucune réplique n'était préparée et vu celle sur le kangourou il pouvait plaider cette défense sans qu'on l'accuse de mensonge.
Il n'en n'avait pas parlé... à personne, jusqu'à aujourd'hui.
Oui, même si c’était le genre de choses qui se faisaient. Dans son cas, c’était différent. Ce n’était pas grave… c’était comme ça… oui… c’est tout…
Il avait quand même beaucoup de chance. Il le pensait. Assez pour qu’un sourire soit toujours sur ses lèvres en baissant les yeux vers cette frite qui subissait à présent son jeu. Il revoyait les jolies couleurs de l’Australie… ou plutôt celle que son coréen y avait amenées. Oui, c’était un très joli pays de base mais avec Mikio sur ses terres il devenait magnifique.

Et puis, son regard avait retrouvé celui de son amie « ... » … et il lui avait adressé un nouveau sourire.
Non… ce n’était pas grave… il restait un grand chanceux, de ça… il en était certain.
La réaction de Keira était logique. En fait, ça devait être celle que la plupart des gens avait à l’entente de cette nouvelle… non ? Après tout, un autre que lui aurait probablement eu l’air triste et pas dans son petit monde. Alors évidemment, pour sa meilleure amie, il était en couple.
Mais « ensemble ».
… ce mot, il se l’était répété avant que sa frite ne reprenne son combat avec ses congénères.
Non… pas pour lui… mais Keira avait tout de même de quoi être contente pour lui.
Par contre, elle se trompait un peu… rien qu’un peu…. Elle n’avait pas besoin de la rencontrer cette « australienne » ou d’en entendre parler plus longuement. Elle « la » connaissait déjà… « elle » ne lui avait juste pas été présenté en tant que potentiel voleur de cœur… mais elle en entendait parler.

« Ce n’est pas une australienne. » oui, enfin… il savait quand même que ce n’était pas la nationalité qui était la plus grosse différence de la version de Keira hein ? « Ce n’est pas non plus une fille. » alors c’était une femme ? Rangeant sa frite dans son paquet, il avait attiré vers lui son gobelet et s’était fait rapidement un peu plus précis « Je veux dire… ce n’est pas elle mais il… »c’était peut-être un peu trop d’un coup pour Keira non ? Lui amoureux et en plus d’un homme. N’était-il pas officiellement un italien collectionneur de femmes ?
Si… mais elles ne comptaient pas. C’était de Mikio dont il était amoureux. Et au final, la chose la plus triste à dire mais qui ne l’était pas réellement avait fini par être dite dans un sourire « Et tous les deux, ce n’est pas comme ça…. » non, il n’avait pas oublié…. Mais c’est vrai qu’y penser plus clairement au milieu de son voyage dans ces jolies étoiles alors qu’il n’était pas tout à fait de retour sur Terre…. Portant la paille à ses lèvres, il avait bu quelques gorgées de son coca. Et puis, seulement, il avait clarifié la situation pour que Keira ne s’y trompe « On n’est pas ensemble. »

… au final, c’était la seule chose non surprenante dans tout ce qu’il venait de lui annoncer.



electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 7 Mai - 23:25
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

«Elle avait regretté ses propos maladroits aussitôt qu'elle les avait prononcé. Elle n'avait pas cherché à vexer Naoki, encore moins le blesser. C'était juste, tellement irréaliste... Et elle s'en voulait de le penser encore ! Cependant, dès lors que Naoki le lui confirma, elle ne chercha pas une seconde à remettre sa parole en doute. Quand bien même elle aurait peut-être dû chercher la caméra cachée tant c'était incroyable ; quand bien même son ami était le roi pour raconter des âneries et savait parfaitement faire gober les trucs les plus aberrants à qui l'écoutait... Et même si, paradoxalement, aujourd'hui il avait eu l'air d'atteindre le summum de la bêtise et des idées farfelues... Keira choisit de le croire. Bien sûr, rien ne l'interdisait de plaisanter sur un sujet pareil a priori... mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il avait l'air incroyablement sincère.

Elle aurait pu peut-être lui en vouloir sur la brutalité de l'information, mais à son excuse, Keira secoua doucement la tête. Au moins, il lui avait dit... Elle se demandait juste combien de temps il avait attendu pour le faire. Mais s'il s'agissait d'un coup de foudre australien, alors cela expliquait la soudaineté de la nouvelle, tout comme le fait qu'il soit encore extrêmement rêveur en parlant du pays. Ainsi, la photographe fut assez sûre d'elle lorsqu'elle l'interrogea, s'avançant même sur son origine. D'accord, elle n'avait aucune preuve et concrètement, son hypothèse ne reposait sur rien qui paraissait réellement logique avec Naoki... mais en même temps, le fait même que Naoki tombe amoureux ne lui semblait pas logique alors !
Enfin, elle se grondait pour être si fermée d'esprit. Parce que cela avait beau être surprenant, à ce sourire qui logeait encore sur les lèvres de son meilleur ami, elle comprenait que ce cœur envoûté était une bonne chose. Du moins, le crut-elle sincèrement. Elle se persuada tout aussi vite que Naoki était heureux et qu'elle était donc heureuse aussi pour lui.
Aussi, la suite fit forcément encore moins de sens pour elle...

Le suspens fut presque insoutenable. Si elle avait noté le jeu - qu'un certain Coréen aurait condamné - avec ses frites, elle avait surtout fixé ce sourire qui n'avait pas bougé. Aussi, si elle crut un court instant qu'il avait changé, elle n'en était vraiment pas sûre et son raisonnement avait admis qu'il s'agissait de la timidité à rentrer dans les détails.
De la timidité ?
Sérieusement ?
Naoki ? Timide ??
ft. Naoki ♥
Oui bon... Tout semblait à l'envers alors plus rien ne la surprenait. Après tout, Naoki était amoureux ! Et elle voulait savoir de qui !
Elle fut néanmoins étonnée de la première réponse et une légère déception forma un "o" sur sa bouche. C'est qu'elle avait cru bien déduire... Mais elle ne se démonta pas : « Oh ? Elle est japonaise ? » Elle pouvait bien être japonaise, norvégienne ou française - oh non, elle aurait été trop jalouse !! - ce n'était pas très important. Si elle faisait le bonheur de Naoki, Keira pouvait bien entendre toutes les nationalités. Et si elle était française, la journaliste voulait absolument devenir amis avec ! Cependant, la réflexion qui suivit sa question fut la suivante : cela signifiait qu'il ne l'avait pas forcément connue là-bas alors ? Alors il devait la connaître d'avant... Et Keira l'ignorait ? Oui, ça la chagrinait un peu. Qui était donc cette fille qui lui donnait cette impression d'avoir 3 trains de retard ?? Est-ce qu'elle la connaissait ?

Mais sa question, elle n'eut pas le temps de la poser que son ami lui marquer une première pause. Hein ? Elle ne fut d'abord pas sûre d'avoir bien entendu et son sourire resta figé une seconde le temps qu'elle réfléchisse. Est-ce qu'elle avait loupé un mot ou malentendu un autre ? Peut-être que Naoki s'était trompé aussi ? Ce n'était pas une fille... ordinaire, peut-être voulait-il rajouté ? Oui, la fille dont Naoki était amoureux devait être parfaite. Et puis qu'est-ce qu'est-ce que ça pouvait bien être sinon qu'une fille ? Une femme ? Une déesse ? Un kangourou ? Un p'tit chien ? Naoki avait adopté et il était tombé fou amoureux. Oui, oui, c'était clairement plus probable. N'était-il pas gaga d'Umberto ?
Mais le garçon avait parlé d'une vraie personne... C'était une blague alors ? Keira fronça les sourcils. Quand même... elle n'avait pas failli mourir pour une blague ! Heureusement que Naoki se montra plus clair.

« Hahaha... ! »

Un petit rire franc avait automatiquement franchi ses lèvres. Les sourcils arqués vers le haut, la jeune femme avait rapidement fait taire son léger éclat bien que ses yeux restèrent rieurs. "Il". Qu'est-ce qu'il racontait ? Il parlait du petit chien pas vrai ? « Nao... » Qu'est-ce qu'il était bête ! La faire marcher comme ça... C'était vilain, elle avait même courre ! Elle ne se ferait plus prendre !
....
Pourquoi il ne riait pas ?
Elle avait rit seconde fois pour voir si son ami réagissait et qu'il mette fin à cette farce qu'elle ne comprenait pas vraiment. Mais il n'avait pas ris. « ... » Il était resté sérieux. sincère.

....
« Hein ? »

.... Qu'est-ce qu'il avait dit en fait ? "il" ? Qui "il" ? C'était qui cette fille ??? Il. Ille ? Île ?
.... Keira....
........
Elle était resté sans mot pendant au moins vingt secondes tandis que son cerveau continuait d’enchaîner les gymnastiques pour trouver une quelconque logique à ce que l'étudiant venait de dire. Son sourire, sans s'effacer, s'était fait plus faible comme si elle avait cherché à faire bonne figure encore tandis qu'elle réfléchissait et repassait en boucle la déclaration de Naoki dans sa tête. Le problème c'était que cette réflexion elle l'avait mené comme un enfant qui jouait avec deux morceaux de puzzle et qui se bornait à les assembler dans tous les sens, sauf le bon.
C'était juste que... ce sens-là.... Il était juste impossible pas vrai ? En fait, il était plus probable qu'un kangourou en smoking débarque réellement à leur table pour leur parler de sauces que Naoki soit amoureux de "il" ... !
.... Alors pourquoi il avait l'air si sérieux ??

Évidemment qu'il n'était pas ensemble avec "il" !
Parce que... Parce que.... « .... » Parce que !!
Cette fois-ci le visage de Keira fut totalement changé. Elle dévisageait son meilleur avec une expression effarée, les yeux plus ronds que jamais, les clignant sans cesses comme si elle s'attendait à une hallucination. Sa bouche était ouverte depuis maintenant une minute, si bien que ses lèvres avait totalement séchée. Elle était peut-être morte.

« ATTENDS QUOI ?? »
Ah non. Elle était vivante et elle venait de s'écrier en plein milieu du MacDo. Des clients s'étaient tournés vers eux, interpellés. Comprenant qu'elle avait trop élevé la voix, elle plaqua sa main contre sa bouche avant de se recentrer sur Naoki. Elle secoua la tête et posa ses deux mains à plats sur la table, désireuse d'éclaircir la situation. « Attends attends.... » Oui, il fallait que tout se reconnecte dans sa tête... « Comment ça "il" ?? Qu'est-ce que ça veut dire "il" ?? » Ca ne veut pas dire "elle".... Elle plaqua une seconde fois sa main contre sa bouche mais son geste ne suffit pas à étouffer entièrement ce « Oh mon dieu mais... Naoki... mais.... » Ca n'avait aucun sens. Aucun ! Elle rêvait, c'était forcément ça ! Ou alors il y avait vraiment une caméra cachée.... « Mais Naoki tu n'es pas.... »
Gay. Naoki n'était pas gay. Elle le savait, il le savait. Ils le savaient très bien tous les deux. Toutes les filles de Tokyo le savait parce qu'un mâle aussi parfait que lui ne pouvait pas être d'un autre bord que le leur. Naoki n'était pas gay. Il était rital et il le restait, non ? Naoki n'était pas..... et si.... ?

« Tu ne te moques pas de moi ? » C'était la blague du siècle. La blague la plus sincère du monde... « .... Elle n'est pas du tout australienne alors... ? »
"Il"... C'était "il"....
"il".... Bordel.... Son dos regagna son siège tandis que ses yeux se perdirent dans le vague vers ses frites qu'elle n'avait plus touché. Elle ne comprenait pas. Si il y avait bien une personne qui n'était pas gay sur Terre, c'était bien lui, non ? Comment est-ce que c'était possible une seule seconde ?
... Il fallait croire que c'était plus simple qu'elle ne le croyait... virer de bord...
.... Nao n'avait foutu personne enceinte au moins ? Cette réflexion ironique, elle l'avait rayé aussitôt. Naoki était un garçon responsable, elle le savait. Autant qu'elle savait pour son hétérosexualité.....
« Oh sh*t... » Elle passa une main dans ses cheveux blonds qui lui donnèrent une charmante allure désordonnée. Un peu comme sa tête... Néanmoins, Keira commençait à prendre conscience de la nouvelle et la digérait lentement. Clignant une nouvelle fois des yeux, son regard retrouva enfin Naoki comme si elle était enfin prête à avoir une discussion normale avec lui. Ou presque. « Bah mince alors... C'est.... Comment ça se fait ? non mais... t'es sûr ? ... Depuis combien de temps tu le sais... ? » S'il y avait l'air d'avoir beaucoup de questions, elles n'étaient pas vraiment pressantes et traduisaient une vrai volonté de comprendre. Si elle avait encore du mal à le croire, elle voulait bien faire l'effort de l'admettre jusqu'à avoir de meilleures explications.

Des milliers de questions passèrent dans sa tête. Mais parmi tout ce flot d'incompréhension, à aucun moment elle ne ressentit de dégoût envers son ami. Si elle avait développé une certaine rancœur envers les homosexuels durant une période pour des raisons trop spécifiques, elle n'avait jamais eu de haine pour cette communauté. Au Canada, elle avait même une amie qui aimait les filles et elle l'avait toujours regardé comme une personne à part entière. Elle-même, elle s'était longuement su à part en s'habillant longtemps comme un garçon et en détestant être une fille.
Ainsi, ce n'était pas l’orientation sexuelle de Naoki qui la gênait mais bien ce revirent inattendu qu'elle n'aurait jamais - mais jamais !!! - cru de sa part...

Prenant une nouvelle inspiration, elle repassa sa main dans ses cheveux mais cette fois dans l'autre sens. Elle n'avait pas l'air mieux coiffée.
« ... Et cette personne... du coup... d'où... enfin, comment... ? ... Je la connais ? »
© nck
[/quote]
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 30 Mai - 0:18
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



Non elle n'était pas japonaise. Pour répondre, il avait simplement secoué la tête sans en ajouter d'abord davantage. Il comprenait que Keira ne fasse pas directement les bonnes suppositions. En fait, il aurait été anormal qu'elle vise directement dans le mille. Alors, il avait fini par la diriger vers la vérité et son regard s'était relevé vers elle lorsqu'il avait entendu rire. ça aussi il pouvait le comprendre.
Lui ? Amoureux ?
Et en plus d'un homme ?
Tout était réuni pour qu'elle pense à une plaisanterie. Il n'était pas destiné à tomber amoureux. Et au vu de son "métier" et de sa clientèle exclusivement féminine, on pouvait comprendre sans mal la réaction de la japonaise.
Non, lui il était Naoki, il accumulait les numéros de téléphones et il avait même un téléphone spécial pour ça parce qu'il ne mélangeait pas les affaires de la vie privée. Une plaisanterie qui n'en restait pas moins vrai. Si les gens qui comptaient réellement pour lui étaient trop rares, il ne leur avait jamais commis l'affront de les rassembler sur le même repertoire que des personnes qui ne faisaient que passer dans sa vie. Parce qu'ils étaient à part, il avait acquis ce deuxième téléphone pour enregistre des gens comme Kô, Keira, Ren, Mikio... et s'il ne contactait plus ses oncles désormais, ils venaient pourtant s'ajouter aux rangs de ceux qui avaient de l'importance pour lui.

Il ne supportait pas non plus qu'on le colle trop ou qu'on pense le posséder un peu alors... oui, il y avait tellement de règles à sa profession d'italien. Mais ça n'empêchait pas qu'il était d'abord défini comme ça. Et pas comme quelqu'un qui pouvait tomber amoureux... quelqu'un de bien qui n'avait qu'une seule personne dans son coeur et passait sa vie à ne pas la décevoir sans avoir pour ça à faire le moindre effort. S'il avait quelques principes parce qu'il n'avait pas la force de supporter plus de culpabilité en faisant souffrir encore davantage les gens, ça ne faisait pas de lui un postulant pour un rôle plus noble. On pouvait bien le juger, on avait toutes les raisons de le faire. D'excuses, il n'avait pas l'impression d'en avoir de très potables à fournir et il n'avait de toute manière pas besoin de le faire.
Mais, dans le fond, même à ce rôle d'italien, il n'y était pas destiné. Parce qu'au bout du chemin, son avenir sentimental était encore plus froid que ça s'il arrivait jusque là. Ce serait peut-être pourtant plus reposant... mais s'il se projetait jusque là... il avait le sentiment que c'était quelque chose qu'il ne connaîtrait pas autrement que dans les projets d'avenir qu'on avait choisi pour lui.

« Je suis sérieux... » Keira devait bien l'avoir compris maintenant qu'elle ne riait plus. Lui, il lui avait souri à nouveau doucement et sa main avait pris la direction de son gobelet pour le rapprocher de lui. Il n'avait pas eu le temps de boire, il avait sursauté avant ça et son regard s'était porté par réflexe sur les alentours. Ils avaient gagné en attention mais ce n'était pas gênant aujourd'hui alors il n'avait fait aucune demande pour un peu plus de discrétion lorsqu'il avait regardé à nouveau son amie.
Pendant un temps, il l'avait laissé se débattre avec le choc et les mots et n'avait fait aucun commentaire. Sa tête s'était bien secouée à la nouvelle mention de la nationalité mais il n'avait pas précisé celle de celui qui occupait toute la place dans son coeur trop fragile pour arriver à s'en tirer au moment des adieux. A la place d'indiquer les origines du responsable de cette nouvelle surprenante, il avait répondu à une autre remarque d'un court « ...non, je sais. » évidemment qu'il n'était pas gay. Pourtant Mikio l'attirait alors plus franchement, il se devait néanmoins d'ajouter « Enfin... un peu. » et ce serait déjà beaucoup trop pour son père.

Et tandis que Keira tentait de se décoiffer, sa paille avait été finalement portée à sa bouche pour boire quelques gorgées de son coca. Au moins, sur les deux, il y en avait un de calme. Il l'était sans doute un peu trop. Mais dans le fond, s'exciter pour ça aurait été grotesque... oui... même si son coeur accomplissait le miracle de battre si vite parfois... même s'il y a quelques secondes encore, il était sur sa petite lune à rêver en ayant conscience que ce rêve n'avait rien de réel.
Haussant les épaules pour répondre à la suite, sa voix ne s'était pas faite mieux entendre quand il avait repoussé son gobelet pour enfin attirer la boîte de son sandwich vers lui. Boîte qu'il avait mis un temps fou à ouvrir. Ce n'était qu'après avoir joué avec le carton un moment qu'il avait soufflé « Oui... je suis plutôt sûr... » même s'il n'avait clairement pas la science infuse dans les relations humaines. En fait, il était même le dernier de la classe. Mais là dessus, il ne pouvait pas se tromper... son coeur n'arrêtait pas de le crier... il ne pouvait pas être sourd éternellement... même s'il avait l'impression que Keira l'était un peu maintenant....

Elle ne l'avait pas vraiment entendu non ?
... elle n'avait pas compris. C'était normal après tout. Il était le seul à vraiment savoir pourquoi c'était impossible. ça ne valait probablement pas le coup de préciser à nouveau. Quand elle le verrait continuer ses "affaires" elle comprendrait. C'était un peu de sa faute... il avait voyagé trop loin même en sachant qu'il n'y avait pas de quoi être véritablement enthousiaste. ça se brouillait pas mal dans sa tête par moment à cause de Mikio... surtout quand ils étaient trop proches.
Déchirant soigneusement les côtés de la boîte d'un sandwich qu'il n'avait toujours pas pris entre ses mains, son regard avait à nouveau trouvé celui de son amie à cette nouvelle question. Ce n'était probablement pas une bonne idée de lui dire. Mais Keira n'irait pas lui en parler. Peut-être qu'elle serait un peu étrange la prochaine fois qu'elle viendrait à l'appartement s'ils se croisaient... mais Keira n'était pas Ren... Mikio ne saurait pas, c'était un peu idiot de le redouter maintenant... « Si je suis amoureux... ça ne peut être que de Mikio...»

C'était si évident que ça ?
C'était logique non ? Pour lui en tout cas.... Son coeur n'était qu'à lui. Il l'avait fait battre, il lui avait fait tellement de choses....
Ce qui était étrange, c'était que son coeur à lui batte autant.
Qu'il soit amoureux de celui qui avait accompli ce miracle de le faire vivre... c'était en fin de compte normal... logique... son coeur ne voulait que l'aimer lui, n'être qu'à lui... on ne pouvait pas appeler ça de l'amitié.



electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 24 Juin - 22:56
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

« Serizawa Naoki était amoureux. Non. Il était amoureux d’un garçon. Pire ! Il était sérieux !
Clairement, lorsqu’elle s’était réveillée ce matin, elle ne s’attendait à affronter une journée aussi surréaliste. Parce qu’elle était parfois trop terre à terre, il y avait des choses dont elle était certaine auxquelles elle s’attachait. Et parmi ces choses dont elle avait toujours été sûre, ou du moins n’avait eu jusque là aucune raisons d’en douter, c’est bien que Naoki n’était pas gay !
Alors qu’est-ce qu’il voulait dire ce « un peu » ?? Pourquoi cette conversation avait l’air de n’avoir aucun sens ??
Pas de panique. Stop. Qu’elle arrête tout de suite et qu’elle se reprenne. Elle le devait. Pour lui. Pour sa santé mentale. Elle allait fermer cette bouche qui s’obstinait à rester pendante, et tenter de reboot son cerveau pour produire d’autres types de pensées que ce répétitif « OMG OMG OMG » qui passait en boucle dans sa tête. D’abord, il fallait remettre les choses dans l’ordre et au clair. Poser des questions pour éclaircir un brouillard encore trop épais, bien qu’elle fut quelque peu réticente à le faire, conscience d’être probablement maladroite avec son ami. Mais elle devait savoir. Si Nao était sérieux… était-il bien sûr d’une chose aussi….. énorme ?
Si la réponse n’était pas venue tout de suite, Naoki l’avait livré avec tant de sincérité qu’il aurait été fou d’en douter. Il était amoureux d’un homme. Il « l’ »était « un peu ». Et il était plutôt sûr.
Tout allait bien. Keira allait l’assimiler sans défaillir. C’était définitivement trop d’un coup pour elle mais… Si Naoki avait choisi de lui dire, c’est que ça comptait pour lui. Et qu’il comptait aussi un peu sur sa meilleure amie. Oui. C’était difficile à comprendre mais c’était à elle d’être à la hauteur maintenant pour son ami.

Cependant, si elle s’était sommé de se montrer la plus compréhensive et faire montre de tact et de délicatesse, elle ne pouvait pas passer à côté de certaines questions évidentes : qui ?? Qui était responsable d’un tel trouble chez son ami ?
ft. Naoki ♥
Qui avait fait passer l’Italien, le rital, du côté zizi de la Force ??
Un moment, dans un lourd silence, Keira s’était contentée de le regarder faire avec son sandwich. Elle, n’avait plus touché au sien. Son pied, malgré elle, tapotait nerveusement le sol mais il s’agissait là du seul signe d’impatience visible dont elle faisait preuve. La journaliste savait généralement amener ses clients vers les réponses qu’elle voulait obtenir. Si elle n’interviewait pas Naoki, elle n’avait pour autant, jamais autant attendu une réponse de sa vie. Si bien qu’elle ne se rendit pas vraiment compte qu’à l’instant où son cadet avait repris la parole, elle en avait bloqué sa respiration.

Mauvaise idée. Dès l’instant où le prénom fut donner, elle n’eut plus assez de place dans ses poumons pour se permettre un hoquet de surprise. Alors sa bouche produisit un « MI-…! » aigue parfaitement ridicule, la coupant au moins dans ce nouvel élan d’inscrétion. Retrouver de l’air lui permit de se reprendre pour ne pas hurler une seconde fois dans le restaurant. En revanche, ça ne la rendit pas plus brillante… « … Mikio ??? » si elle avait chuchotait, on pouvait sincèrement se demander si elle n’était pas sourde.
Le choc était présent. Ses yeux clignèrent encore plusieurs fois de suite… QUOI ??? MIKIO ??? Son colocataire coréen ??? Et pourquoi Naoki lui annonçait-il d’une façon si évidente ??
C’est vrai que son ami lui en parlait souvent et qu’elle sentait une réelle affection quand il l’abordait. Et même lorsqu’elle les voyait ensemble. Mais c’était tout ce qu’elle pensait : de l’affection ! Une forte amitié, tout au plus mais…. De l’amour ??
Est-ce que Mikio aussi était…. ? Lui aussi, il avait l’air de tenir à Naoki. N’avait-il pas traversé le globe pour le retrouver ? Est-ce que lui aussi il était amoureux de Naoki ?
Mais ce dernier n’avait-il pas dit qu’ils n’étaient pas ensemble ?
Parce que c’était compliqué ? Parce que ce n’était pas aussi réciproque que Nao le voulait ? Parce que… d’autres raisons qui lui échappaient très certainement ?
Trop de questions se bousculaient dans sa tête et elle s’intima l’ordre ne de pas presser Naoki. Ravalant sa salive, elle tenta de s’exprimer clairement… ou presque :

« Que…. vraiment… ? Mais… et lui… ? Est-ce qu'il est…. ? » ‘’Clairement’’ chez Keira voulait peut-être signifier ‘’ne pas finir ses phrases’’ … « … Vous avez déjà… ? » Non. Elle se tut et secoua la tête. C’était quoi cette question. Elle n’avait pas à le savoir bien sûr ! Ca ne la regardait pas ! Seulement… Ce n’était pas de la curiosité malsaine mais au fond, savoir s’ils s’étaient déjà embrassé l’aurait au moins éclairé sur la nature de leur relation. Et comme si la paille de sa boisson lui apporta l’illumination tandis qu’elle la fixait pour réfléchir, elle laissa sa réflexion s’échapper : « Mais tu as dit que vous n’étiez pas ensemble…. Ça veut dire que…. ce n’est pas réciproque ? » Elle fronça les sourcils et tordit sa paille entre deux doigt avant de relever les yeux vers son ami, soudain au bord de l’indignation : « Ne me dit pas que ce n’est pas réciproque Naoki ! » Et pourquoi ça lui paraissait soudain impossible quand elle n’arrivait pas à croire que Naoki pouvait aimer un homme il y a deux secondes… ? Mikio aussi pouvait être hétéro… Il se sentirait vexé s’il entendait ta réflexion !!
Mais c’était juste inadmissible, inconcevable ! On ne refusait pas les avances de Naoki ! Même quand on était hétéro !! Et puis maintenant qu’elle y pensait… elle se souvenait très bien de la tête du Coréen quand elle l’avait vu quelques mois plus tôt tandis que Naoki était… ailleurs…. Un simple ami portait-il autant de douleur dans le regard ?  
© nck
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 30 Juil - 17:03
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



Dans le fond, il le savait que ce qu’il faisait était mal. Être amoureux de Mikio, rester proche de lui, passer autant de temps avec lui et faire comme s’il y aurait toujours un demain quand ils étaient désormais deux à savoir que ce ne serait pas le cas. La position qu’il avait maintenant, elle n’était ni juste, ni légitime. Il aurait dû se comporter comme un bon ami, tout au plus. Mieux encore, il n’aurait jamais dû revenir de Dublin… ne pas dérailler autant là-bas… même si son coeur n’était pas capable de regretter. Il aurait dû suivre le plan. Aujourd’hui, il ne se tiendrait pas en face de Keira à lui faire cet aveu. Il ne se tiendrait plus nul part mais peut-être que les choses seraient mieux pour tout le monde. Avec le temps… pour Mikio… est-ce que ça se serait arrangé ?
Il le faudrait un jour… mais son coeur se serrait quand il y pensait…. Parce qu’à nouveau, il ne pouvait pas nier savoir qu’il lui ferait de la peine. Il l’avait vu à plusieurs reprises…. Qu’importe pour qui Mikio le prenait, il tenait à cette personne avec laquelle il vivait aujourd’hui. Est-ce que s’il lui parlait de mirage, son coréen finirait par se faire une raison et se mettrait à chercher une personne bien réel ? Ou est-ce qu’il ne voudrait pas l’admettre et se montrerait borné jusqu’à ce que l’évidence ne fasse encore plus mal à son coeur ?
Être proche de Mikio de cette manière, c’était difficile quand on avait conscience d’un avenir inexistant entre eux. Il l’aurait souhaité pourtant…. Peut-être que quelque part, dans un monde où il était un autre Naoki, c’était possible. Ce Naoki là, il n’avait pas fait que lui dire “je t’aime”... non, il avait précisé “je suis amoureux de toi”... ou alors, il avait été plus honnête encore avec un “je suis complètement fou de toi Park Mikio. Et je suis certain que jamais je n’aimerai quelqu’un comme je t’aime toi”... cette phrase, il en connaissait chaque mot pour s’être torturé en imaginant l’impossible. ça aurait été un beau voeu à faire devant une étoile filante. Impossible… mais si beau.

Mais lui, il était un Naoki irresponsable et responsable du mal qu’il causait à son coréen. Il aurait dû se retenir, faire mieux mais… ce n’était pas comme s’il pouvait contrôler les battements de son coeur… bien sûr… mais n’aurait-il pas pu se contrôler lui à plusieurs reprises ?
Au premier baiser….
A Dublin….
Puis en Australie….
N’aurait-il pas pu retenir certains mots qui lui échappaient parfois quand ils étaient trop proches ? Est-ce qu’il tenait vraiment à alourdir sa culpabilité ?
Et s’il n’avait rien répondu à ce prénom bégayé d’une manière attendrissante, il avait pensé beaucoup plus aux mots suivants de sa meilleure amie. Même s’il s’était contenté d’un  « Gay ? » avant de secouer la tête pour ne pas se montrer beaucoup plus bavard à la suite « Est-ce qu’on a déjà quoi ? » … s’embrasser… probablement s’embrasser. Si Keira savait… et il osait secouer la tête sur l’orientation sexuelle de Mikio ?
… ok, il faisait probablement un peu gay. Mais Mikio terminerait avec une femme magnifique, gentille, douce, attentionnée et presque aussi parfaite que lui parce qu’il n’était pas possible de l’être autant. Il trouverait quelqu’un qui prendrait soin de lui comme il le méritait.

« ... » c’était la suite qui l’avait le plus réduit au silence. Il avait attiré son gobelet, bu quelques gorgées après avoir secoué la tête mais il s’était tû pendant de longues secondes.
Oui, c’était mal ce qu’il faisait. C’est vrai, il avait essayé à plusieurs reprises d’être un “ami pour de vrai”.... Il s’était éloigné, il s’était montré amical dans le véritable sens du terme qui était… il n’en savait trop rien….
Et quand on voyait le résultat… on pouvait l’accuser de ne pas avoir essayé correctement.
A chaque fois, ils avaient terminé par se rapprocher au lieu de s’éloigner….
Brillant. Il l’avait si bien réussi son coup ! Faire du mal à Mikio sans pour autant le protéger.
« Keira… t’as déjà rencontré Mikio ?  » ce n’était pas parce qu’elle bégayait son prénom que ce n’était pas le cas. Oui, il le savait, mais ce n’était pas une véritable question. Elle n’était là que pour souligner une évidence qu’elle était capable de voir non ? Elle ne le connaissait pas comme lui, c’est vrai…  mais elle le connaissait lui, l’italien « Je pense qu’il peut trouver mieux qu’un italien au double répertoire téléphonique.  » elle ne savait pas le pire mais, juste pour ça, même si l’italien en question était son meilleure amie, elle était assez objective pour ne pas le souhaiter à quelqu’un de bien… alors, même sans le connaître vraiment son coréen si parfait… « On n’en n’a pas parlé… et je pense que c’est mieux si on en parle pas. » cette conversation, il était préférable de ne jamais l’avoir…. Jamais, il ne lui dirait… que ce “je t’aime” qu’il prononçait voulait dire bien plus que ce qu’il s’imaginait. Jamais il ne lui dirait que s’il aimait tant être dans ses bras, c’était parce qu’il en était amoureux… parce qu’il était le seul à lui faire cet effet là quand il le touchait. Alors… lui avouer que s’il avait eu le choix, il aurait aimé n’être qu’à lui… ce n’était pas non plus envisageable.
Commencer une conversation avec lui, c’était inutile…. Qu’importe les réponses qu’ils se donneraient… ce serait douloureux dans tous les cas.
« On ne peut pas être ensemble de toute manière….  »

Oui, même si Keira était adorable à souhaiter ne pas entendre une déclaration, elle savait non ? L’essentiel en tout cas. Sa vie était déjà tracée. Et puis, un Serizawa gay ? C’était la fin du monde. C’est sûr, ça ferait un sujet de conversation passionnant pendant les cocktails. Un grand scandale pour cette famille parfaite d’extérieure qui n’avait que pour défaut le frère plus étrange. On se ferait une joie d’employer les expressions classiques “il faut se méfier des apparences”. On dirait que quand c’était trop parfait, ça cachait forcément quelque chose. Et on se mettrait à faire courir des rumeurs sur ses parents. Quand on était un modèle de réussite pour les autres, une image, il y en avait toujours, c’est vrai. Mais les gens se déchaineraient, et son père aurait le sentiment de perdre le respect qu’on lui avait toujours témoigné. La plupart des gens de ce milieu ne le supporteraient pas. Mais son père. Il n’osait même pas imaginer sa réaction et les nouveaux jeux qu’il inventerait s’il parvenait toutefois à contenir sa colère.


electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 18 Aoû - 18:12
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

« C’était incontestablement le MacDo le plus spécial de sa vie. Même le gout de son soda semblait avoir changé. Autant que l’orientation sexuelle de Naoki. C’était à ne plus rien y comprendre. La journaliste était perdu dans un débat intérieur sur les probabilités que cette discussion soit réelle et même si elles étaient faibles, elle dû bien admettre que non, elle ne rêvait pas. Son meilleur ami était bel et bien tombé amoureux de son colocataire de sexe masculin et ce n’était pas une blague.  Bien que ça y ressemblait, le regard de l’Italien ne trompait pas et elle en vint même à se demander comment tout ce temps elle avait pu ne pas réaliser que cette lueur qui s’animait dans les yeux de son ami lorsqu’il parlait de son Coréen, trahissait déjà tout l’amour qu’il lui portait. Parce que Naoki n’était pas gay. Mais si « un peu » en fait. Et cette affection entre eux qu’elle avait pris… bah pour de l’affection, cachait en fait un plus évident qu’elle n’avait pas soupçonné. Parce que c’était impossible. Mais apparemment si. Keira était confuse… mais on lui accordait qu’elle avait toute la légitimité de l’être. Cette histoire était loin d’être simple. En fait, à présent, Naoki semblait dire tout et son contraire : quelques minutes à peine, le jeune homme était sur la Lune, filtrant le parfait amour, un sourire niais indélébile sur les lèvres. Mais maintenant que son amie avait osé creuser, on lui révélait que Naoki avait surtout embarqué son coeur dans une relation compliquée, voire impossible.

Parce que Mikio non plus n’était pas gay. Enfin, puisque c’était aussi le cas de Naoki un peu plus tôt, ça n’avait pas l’air d’être un énorme obstacle pas vrai ? Allez savoir pourquoi en revanche, ses joues avaient pris une légère teinte rosée. Sûrement parce que Naoki osait employer ouvertement des termes qu’elle s’efforçait d’éviter depuis un moment et qu’elle n’aurait jamais cru retrouver concernant son meilleur ami. Mais bon. Appelons un chat un chat. Et pour dire toute la vérité, son visage n’avait que mieux rougi en se faisant la réflexion de tourner au moins 7 fois sa langue dans sa bouche avant de poser des questions comme celle-ci. Naoki avait dû la trouver terriblement indiscrète… ces journalistes ! Elle secoua la tête pour éviter tout malentendu : « Oh je… j’imagine que ça ne me regarde pas que vous vous soyez embrassé ou non c’était juste… dans l’intention de mieux comprendre. » Elle se permettait peut-être ces indiscrétions avec Minah, mais c’était surtout pour la surveiller. Elle se mêlait moins de la vie de Naoki qu’elle savait menée comme il l’entendait. Mais tout de même, s’ils s’étaient déjà embrassé - oh oui si elle savait… ! - cette histoire s’avèrerait vraiment très compliquée.

Parce que peu importe ce qu’ils avaient faits et ce que tous les deux ressentaient, Naoki lui avait asséné l’implacable réalité : ils n’étaient pas ensemble. Keira ne pu s’en sentir que triste, voire même révoltée, parce que ça avait encore moins de sens que le fait que Naoki soit gay. Et ça devait lui faire de la peine, non ? A son ami, fou amoureux… Elle n’était peut-être pas la championne des histoires d’amour, mais son coeur s’était serré pour lui. C’est vrai, elle aurait préféré s’insurger et se vexer de n’apprendre que maintenant et même si brusquement que Naoki était en couple avec son colocataire Coréen. Mais non… et elle bizarrement, elle ne comprenait pas. Pas plus qu’elle ne comprit tout de suite la question de son ami.
ft. Naoki ♥

Est-ce qu’il lui demandait si Mikio avait l’air gay ? Eh bien, si elle devait y répondre en toute franchise, elle dirait que tous les chanteurs avaient quelque chose de … précieux, un peu, en eux, sans pour autant être forcément gay. Et puis, malgré les percings et l’étrange fétichisme du Coréen pour les motifs animales ou satanistes, Keira avait rencontré des idoles qui faisaient bien plus gay que lui !
Mais à la suite, elle comprit que ce n’était là où Naoki voulait en venir. Et ce qu’il insinua attrista réellement la journaliste qui arqua les sourcils, peinée. Ses lèvres se pincèrent. Elle n’était pas d’accord. Sa main vint trouver le poignet de son ami pour le serrer affectueusement.

« Hé… dis pas ça… » Elle allait peut-être le décevoir, mais elle était loin d’avoir une si mauvaise opinion du garçon. « Ecoute, tu sais bien que je suis la première à pas aimer les coureurs mais…. tu t’es jamais demandé pourquoi toi, ça allait ? » C’est vrai, leur amitié était assez incongrue. Elle qui détestait les hommes et plus particulièrement ceux qui accumulaient les conquêtes. Mais cette description, si on pouvait s’y tromper, ne collait pas exactement au rital. « Toi, t’es quelqu’un de bien. » De ce qu’elle savait, Naoki avait des principes et son but n’était jamais de briser des coeurs. D’ailleurs, ne s’arrangeait-il pas toujours pour conquérir des coeurs qui n’étaient pas demandeur d’amour mais uniquement de plaisir ? « Peu importe avec qui tu es sorti, je crois pas que ça ait de l’importance quand on a des sentiments aussi sincères pour quelqu’un. » Elle n’en doutait plus une seconde de la force de ceux de Naoki…. Pour qu’il lui en parle, pour qu’il mette des mots aussi forts sur ce qu’il ressentait… Naoki aimait Mikio de la plus belle des façons. Non, elle n’y connaissait toujours rien en l’amour, pourtant elle savait qu’à la place du chanteur, elle se serait sentie des plus honorées. N’avait-il après tout pas réussi l’exploit de faire tomber le rital amoureux ?

Mais apparemment, le Coréen n’avait pas encore eut l’occasion de s’en vanter. A en croire Naoki, il ne devait pas le savoir. Mais plus que ça, les mots de son ami firent tiquer la journaliste. « Vous n’en avez pas parlé…. donc c’est qu’il s’est bien passé quelques choses entre vous… » Un baiser, ou plus. Mikio lui répondrait sûrement qu’il s’était passé des mois, des mois tantôt merveilleux, tantôt affreux, mais des mois où son coeur n’avait pas cessé de battre pour l’Italien. Mais si Keira ne pouvait pas deviner tous ces sentiments et ce désire, elle se dit que si c’était le cas, alors les deux devaient éprouver des choses l’un envers l’autre et pourtant…. pourtant ils se refusaient plus.
Parce qu’ils étaient  tous les deux hétéros à la base et qu’ils n’assumeraient pas de devenir officiellement un couple homosexuel ? Si elle doutait que ce soit quelque chose qui pouvait freiner Naoki de son côté, la réalité la rattrapa rapidement, grandement aidé par le fatalisme cruel mais juste de l’étudiant. Naoki et Mikio ne pouvait pas être ensemble. Non pas pour une question d’orientation sexuelle, mais parce que Naoki n’était pas libre de le faire. La famille Serizawa, voilà où était le problème. Et alors, le ventre de Keira se tordit de chagrin et de honte pour avoir oublier ce qui était loin d’être un détail. La nouvelle l’avait chamboulé assez pour qu’elle occulte un instant ce qui les rapprochait tous les deux sur ce plan : Naoki n’avait pas le droit d’aimer qui il voulait parce qu’il était le fils de Serizawa Makoto et l’héritier de son empire. Son histoire « d’amour » devait déjà être écrite…. Ni Nao, ni elle, n’en avait jamais vraiment douté. Parce que c’était probablement ce qui lui arriverait aussi un jour quand ses parents décideraient de lui donner un mari qu’ils auraient minutieusement choisi. Il serait journaliste, l’un des meilleurs. Son futur devait sûrement déjà travaillait pour eux. C’était d’ailleurs l’une des comédie qui se jouait au sein de l’agence des Sakuta, une bataille triste et ridicule. Les hommes se battaient pour fournir le meilleur travail et espérer se distinguer assez aux yeux de leurs patrons. Le meilleur obtiendrait la main de leur fille… et l’assurance de prendre la tête de l’agence plus tard. Il devait se jouer le même cirque autour de la famille Serizawa. Quelle femme se ferait le mieux voir pour obtenir le droit de marier le fils héritier ?
Dans toutes ces transactions familiales, il n’y avait pas de place pour les histoires de coeur. C’était un milieu froid, souvent malsain, où la seule chose que l’ont devait faire, c’était suivre le chemin qu’on nous avait tracé. Keira avait depuis longtemps accepté son destin auquel elle se pliait sans broncher, sans faux pas, tant que les soins de son frère étaient toujours pris en charge. Naoki… s’il avait dévié du chemin en s’autorisant une fuite vers un monde plus chaleureux, la résignation dans sa voix lui laissa tragiquement entendre qu’il retrouverait un jour sa place. Croyait-elle vraiment que sa cavale durerait pour l’éternité ? Depuis le début, Naoki lui avait dit que ce n’était que temporaire, une pause, avant de reprendre définitivement son rôle de Serizawa… mais elle s’était étiré cette pause. Et elle avait eut, c’est vrai, l’espoir pour son ami qu’elle ne prenne jamais fin….

Elle avait réfléchi encore quelques secondes, accusant le coup d’une fatalité cruelle. Ses yeux s’étaient relevé peinés vers ceux de son ami et elle avait tout le regret du monde à ce qu’il ne puisse simplement déclarer ses sentiments à Mikio. « Alors… tu ne lui diras jamais ? » souffla-t-elle peinée. C’était affreux… d’une cruauté sans nom que devoir étouffer des sentiments si pures. « Je sais que c’est compliqué mais… tu ne vas pas le regretter ? » Et si les sentiments de Mikio étaient réciproques…. ? Alors que devait-elle lui conseiller ? Foncer et souffrir à la fin quand ils savaient tous les deux que ce n’était obtenir qu’une chose pour se la voir arracher inévitablement…. ? Personne n’accepterait une telle relation entre le fils Serizawa et cet autre homme. Et même s’ils demeuraient caché, ils n’en vivraient pas éternellement… sauf si Naoki prenait la fuite avec Mikio dès maintenant. Ca serait si bien… La tristesse noua sa gorge et comprima sa poitrine. C’était injuste pour Naoki… il méritait de vivre heureux…

« Je suis désolée Naoki…. je voudrais que tu puisses être avec lui. Vous avez l’air de tenir tellement l’un à l’autre… » Elle ne connaissait peut-être pas très bien Mikio, ni la teneur de ses sentiments, mais elle n’en doutait pas une seconde qu’il aimait Naoki comme personne ne l’avait aimé avant quand elle se souvenait de la douleur dans son regard à son départ…. Peut-être que lui, il aurait pris soin de son meilleur ami… « Et si vous partiez tous les deux ? » Elle avait balancé ça, dans un espoir fou, sans trop réfléchir non plus, animé seulement par le désire de voir Naoki heureux. Elle ne voulait pas ne plus voir son ami… mais s’il partait avec celui qu’il aimait, elle viendrait le voir, elle le promettait. Et puis, elle serait si heureuse pour lui… si au moins l’un des deux pouvait vivre la vie qu’il entendait.
© nck
 
I'm not a monkey but I love banana -- Ft. Keiki ta mère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Fauteuil] Love by Sandro SANTANTONIO
» [Vase] Love is Blind by Jessica LERTVILAI
» [Chaise] Origami Chair by the group Form Us With Love
» LOVE, beagle femelle, 2 ans (Belgique)
» Bonjour tout le monde! (Présentation juju-love-ivresse-43)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Shibuya :: McDonald's-