Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 Extraordinary Love |♡| HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 24 Avr - 22:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Un premier rendez-vous. Sur le coup, cela peut sembler tellement important. Ji Hoon avait vraiment eu besoin de la matinée entière pour se préparer. Lui qui aimait traîner au lit le weekend, s’était levé tôt à la surprise générale, pour être certain d’être parfait. Ils n’avaient pas les moyens, certes, mais rien ne l’arrêtait. Il devait être beau, parfait, aussi jeune qu’il était. Cette fille, comme beaucoup d’autres, représentaient un trophée à ses yeux. Elle était tellement jolie ! Il ne savait pas si sa beauté était restée avec le temps. Il n’avait pas cherché à savoir comme jusqu’à aujourd’hui, il n’y avait plus réellement pensé. C’était mignon, peut-être qu’avec du recul, ça devait l’être. Il était stupide à l’époque, tellement d’effort pour une fille. Maintenant, il faisait encore plus d’effort. Pour lui-même, principalement. Un peu plus encore si c’était pour Haruto. Il ne devait pas se reposer sur ses acquis, il voulait toujours plaire plus à son compagnon. C’était probablement normal. Il fallait qu’il le séduise chaque jour, qu’il voit ses yeux briller pour lui à chaque instant. C’était primordial. Inconsciemment, peut-être tentait-il déjà d’atteindre cet objectif depuis bien plus longtemps. Il accordait toujours un soin tout particulier pour se rendre chez son « meilleur ami », sans vraiment le réaliser. Il avait toujours voulu lui plaire.

Ce n’était même pas étonnant, ce premier rendez-vous pour Haruto. Il n’avait jamais vraiment réalisé quand il plaisait à une fille, même ces dernières années. Ji Hoon avait pu y assister, tantôt amusé, souvent agacé sans réellement comprendre. Elles devaient être entreprenantes pour parvenir à l’avoir, sinon, il ne saisissait pas le message. Heureusement que depuis, il s’était mis à prendre les devants avec elles. Enfin, heureusement surtout qu’il ait arrêté. Ça ne plaisait plus vraiment à Ji Hoon de le voir draguer des filles. Plus du tout, même. Il ne devait même pas y penser. Il se savait jaloux, même s’il refusait de l’avouer, mais il était aussi terriblement possessif. Il voulait que Haruto lui appartienne tout entier, ce n’était pas bien compliqué. Ça ne se faisait pas, de s’approprier une personne. On ne pouvait pas posséder quelqu’un. Mais Haruto semblait d’accord et Ji Hoon concédait tout à fait son appartenance au beau Japonais. Il lui était dévoué tout entier. A lui, rien qu’à lui, pour toujours. Il ne comptait même pas échapper à son destin, ça lui convenait parfaitement.

Peut-être qu’il était stupide, de tiquer sur ça. Haruto avait bien eu le droit d’être amoureux avant lui. Mais ça le chiffonnait quand même. Ji Hoon était prêt à parier que ce n’était rien comparé à ce qu’ils vivaient eux. Forcément, ça n’avait rien à voir. C’était mieux entre eux. Jamais Ji Hoon n’avait pensé être amoureux. A ses yeux, il devait y être totalement hermétique. Trop amoureux de lui-même, trop proche de sa famille, il ne souhaitait laisser personne d’autres empiéter sur sa vie. Il sourit aux paroles de son petit-ami. Lui aussi savait désormais que ce qu’ils vivaient n’avait absolument rien à voir avec tout ce qu’ils avaient pu connaitre. C’était infiniment plus beau. Jamais il n’aurait cru ça possible, d’aimer autant. Il devait bien savoir quelque part, que ce genre d’amour existait. Ses parents s’aimaient sincèrement, mais il n’avait jamais compris le système. Comment deux personnes comme ça pouvait tomber amoureux ? Comment sa mère avait pu quitter toute sa famille pour venir vivre dans un autre pays pour un homme qu’elle connaissait depuis peu ? Désormais, il comprenait tout à fait. Dès qu’il regardait Haruto, il ne pouvait que comprendre.

Dès qu’il l’embrassait comme ça, aussi. Il frissonnait sous ses caresses qui représentaient la plus délicieuse des tortures. Il aimait quand il le touchait comme ça, il aimait être collé tout contre lui alors qu’il l’embrassait. Pouvait-il être plus heureux ? Sans le moindre doute. Surtout quand son homme lui faisait ce genre de déclaration. Son seul véritable amour. Son cœur battait si fort dans sa poitrine, mais il n’y prêtait même pas attention. Ça réchauffait son corps tout entier et il ne l’embrassait qu’avec plus d’amour. Oui, d’amour. Qu’est-ce qu’il pouvait l’aimer. Il se remettait doucement de ce mois difficile sans lui, de ces jours où il perdait espoir en se demandant s’il se souviendrait un jour, s’il l’aimait encore. « Je t’aime… » Il pouffa contre ses lèvres, l’embrassant encore après avoir répondu à sa requête. Il pourrait lui dire un million de fois s’il le lui demandait. Qu’il lui rende cette déclaration lui faisait terriblement plaisir, le faisait exploser de bonheur. Ce n’était pas la première fois qu’il le lui redisait depuis son amnésie, mais à chaque fois, ça le rassurait. Il trouvait leur relation encore terriblement fragile. Il avait peur que Haruto finisse par le rejeter, d’une façon ou d’une autre. Qu’il ne se sente plus à l’aise avec lui. Il retourna l’embrasse, ses mains glissaient sur son corps, il osa même venir titiller son oreille, endroit si sensible chez son Japonais. Cependant, les pensées qu’il avait eu un peu plus tôt le ramenèrent peu à peu sur terre. Il ne voulait pas le fait fuir, il ne voulait pas se montrer trop pressant. Ji Hoon craignait que Haruto ait l’impression qu’il lui mettait la pression. Il ne savait jamais vraiment jusqu’où il pouvait aller, normalement il suivait les signaux que lui envoyait le Japonais, là il arrêtait un peu plus tôt. Par petite vengeance, oui, aussi.

Ça le frustrait aussi, devoir regarder cette émission si peu intéressante à la place, c’était presque un crime. Il sourit légèrement en entendant le ton plaintif dans la voix de son meilleur ami. Cependant, c’était soudainement moins amusant en l’entendant parler si sèchement. Les lèvres de Ji Hoon se pincèrent, préférant ne pas répondre alors qu’il regardait son frère et Haruno. Ça commençait à l’énerver un peu aussi, ce forcing. Il ne comprenait pas pourquoi Liang ne réagissait pas, ne refusait pas. Il n’avait pas besoin de faire ça. Il garda un soupir au fond de sa gorge. Hors de question de montrer à Haruto qu’il était d’accord avec lui. Son cœur se serra un peu en le voyant partir pour voir Kimyaki et il put finalement lâcher ce soupir alors qu’il s’enfonçait dans le canapé. Pauvre Liang. On lui faisait vraiment faire n’importe quoi. Il tournait parfois la tête en espérant voir Haruto revenir. Il s’ennuyait quand il n’était pas là. Ce n’était pas drôle. Son regard se posa furtivement sur lui – enfin eux – quand il revint s’asseoir à ses côtés, comme s’il ne l’avait pas attendu. Il le voyait, ce satané bichon, qui osait le narguer. Ses lèvres se pincèrent à nouveau, soutenant le regard de Kimyaki. Il n’était pas jaloux, il s’en fichait. Bon, ça l’énervait un peu. Il aura une conversation avec lui plus tard. Il avait plutôt intérêt à ne pas faire pipi sur son oreiller ! Ce n’était pas parce qu’il lui avait conseillé une fois de le faire que ça devait se reproduire. « Il m’en veut ? » Son regard se posa sur Kimyaki qui lui tournait le dos. En silence, il observa Haruto, le voyant perdre son sourire. Qu’est-ce qui se passait dans sa tête ? Pourquoi agissait-il comme ça ? Et si Ji Hoon avait raison ? Et s’il le mettait mal à l’aise, à toujours le toucher, à toujours essayer de l’embrasser… Il n’avait pas l’air de ne pas aimer cela, peut-être se forçait-il un peu ?

Ses yeux le suivirent alors qu’il se levait, posant Kimyaki à côté de lui. Il allait se coucher ? « Déjà ? » Il était encore tôt pourtant ! Ji Hoon fronça légèrement les sourcils. Au fond de lui, il paniquait un peu. Des milliers de questions tournaient dans sa tête. Et si ça allait trop vite ? Peut-être aurait-il dû faire avancer les choses plus doucement, ne pas réemménager tout de suite, même si Haruto le lui avait demandé. Reconstruire les choses petit à petit et pas tout d’un coup. Fermant les yeux, il répondit doucement au baiser qu’il lui donnait, osant à peine l’approfondir. Il l’aimait. S’il le savait ? Oui. Peut-être. Son cœur redoubla sa cadence. Pourquoi lui disait-il ça comme ça. ça l’inquiétait, ça lui faisait peur. Pourquoi est-ce qu’il agissait soudainement comme ça. Je t’aime, tu le sais, hein ? Est-ce que ça cachait quelque chose ? Est-ce qu’il allait lui avouer quelque chose. « Attend, Haruto… » Son nez se froissa légèrement, il ne savait pas quoi faire. Son regard se posa sur Kimyaki un intant et sa main se posa sur le chiot. « Minhae, mais on discute après, d’accord ? » Ils feront la paix plus tard. Prenant le bichon, il la serra contre lui avant de le reposer au sol, prenant avec précaution la main de Haruto dans la sienne pour le forcer à s’asseoir à nouveau. « Est-ce que ça va ? » Il le connaissait, il savait qu’il n’y avait pas que l’émission. Mettant sa fierté de côté, il éteignit la télévision. « T’es bizarre d’un coup… » Ou peut-être depuis plus longtemps et il avait tout fait pour ne pas le voir ? Baissant les yeux quelques secondes, il tenta de sourire légèrement. « Dis… Je peux te demander un truc ? » Il ne savait pas s’il devait demander. Il avait peur de la réponse. Parfois, on se complaisait assez dans l’ignorance. Il ne pouvait pas se voiler la face éternellement. « Tu trouves que… Ca va trop vite ? » Leur relation revenait un peu près à ce qu’elle était avant son amnésie. Ils avaient mis quelques mois à y arriver, à trouver cet équilibre qui leur convenait à tous les deux. A lui, et au Haruto de vingt-six ans, celui qui avait tous ses souvenirs. Il craignait qu’inconsciemment, il pressait Haruto, il le forçait à revenir à ce même point, à cette même relation que le Coréen chérissait plus que tout. Mais il ne pouvait se montrer si égoïste. Justement, parce qu’il l’aimait, plus que tout, plus qu’il n’aurait pu imaginer aimer un jour.


Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 25 Avr - 23:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Haruto ne se reconnaissait plus, mais c'était loin de lui déplaire. Au contraire, c'était comme si quelque chose se révélait à lui. Quelque chose qu'il avait attendu sans le savoir, qu'il avait espéré sans y croire. Allongé contre Ji Hoon, il se laissait aller à des envies qu'il ne s'était jamais soupçonné, du moins, jusqu'à il y avait quelques jours. Sentir la peau du Coréen frissonner sous ses mains le rendait dingue. Tout comme les baisers qu'ils échangeaient à chaque fois avec une passion folle et dévorante. Comme un besoin jamais assouvi. Il lui en fallait toujours plus. Encore et encore. Les lèvres de son homme lui semblaient désormais vitales. Haruto aimait l'embrasser. Le souffle de Ji Hoon se perdant contre le sien, se retrouvant courts alors que leurs bouches se séparaient légèrement pour les reprendre. Et se perdre à nouveau, serré l'un contre l'autre, à chaque fois plus fort. Oh oui, il l'aimait. Le Japonais se rendait compte que son amour était profondément ancré en lui. Son cœur ne mentait pas, cet homme le rendait dingue d'amour. Ces sentiments puissants et merveilleux balayaient toutes les convictions stupides qu'il avait pu avoir jusque là. Kamiya Haruto, hétérosexuel ? L'étiquette qu'on lui avait collé s'était envolée, soufflée par cet ouragan que représentait Ji Hoon dans sa vie. Pourquoi entrer dans des cases définies par avance ? En toute honnêteté, le Japonais ne pourrait expliquer ses sentiments, cet amour qu'il portait à celui qu'il avait toujours considéré comme son meilleur ami. L'évidence s'était imposée d'elle-même.

Aussi, peu à peu, Haruto réalisait qu'il était stupide de lutter contre ces envies qui lui dévoraient le cœur. Parce qu'il désirait Ji Hoon. Cependant, quelque chose le retenait, sans qu'il ne comprenne vraiment quoi. Peut-être la soudaineté de la situation, ou bien était-ce plus profond encore. Lorsqu'ils devenaient intimes, quelque chose finissait toujours par le bloquer, et avec douceur – et une certaine fermeté – il faisait comprendre à son Coréen qu'ils ne devaient pas aller plus loin. Bien sûr, le Japonais n'était pas stupide, et il avait conscience de la frustration de son homme. C'était cruel, surtout que certains soirs, l'atmosphère se réchauffait clairement. Ses mains se faisaient souvent baladeuses, sa bouche goûtait toujours un peu plus. Parfois, Haruto avait peine à cacher qu'il avait envie de Ji Hoon. Vraiment, sincèrement. Ce n'était pas dans son intention que de tout cesser brusquement. Mais invariablement, au bout d'un moment qui se faisait de plus en plus intense, le Japonais arrêtait tout. Et à chaque fois, son cœur se serrait. Parce que si Ji Hoon se montrait toujours doux et compréhensif, lui voyait bien qu'il était déçu. Il savait qu'il attendait plus, qu'il en voulait plus. Mais Haruto ne parvenait pas à exprimer ce qu'il ressentait, à mettre des mots concrets sur ce blocage qui le prenait. Petit à petit, une crainte s'insinuait en lui, qu'il faisait taire du mieux qu'il le pouvait.

Pourtant, à cet instant, il ne se faisait pas violence. Collant son corps au sien, Haruto se sentait prêt à franchir le pas. Même si la situation n'avait rien de romantique, même si la télévision était allumée devant eux, même si Kimyaki pouvait les voir à tout moment, il le voulait. Pour la première fois, l'idée de tout arrêter ne lui venait pas à l'esprit. Il sentait la chaleur monter en lui, une passion dévorante lui vriller le cœur et le ventre. Ses lèvres se montraient féroces contre les siennes, sa langue voulait prendre le dessus. Mais le holà, cette fois-ci, ne venait pas de lui. Se retrouvant bêtement couché sur le dos, clignant des yeux, le regard plein d'incompréhension, Haruto resta un instant figé. Son cœur tomba lourdement dans son ventre qui se tordit. La déception se lisait un peu sur ses traits. Puis vint les interrogations horribles, et un froid terrible se saisit de lui. Alors, il avait eu raison de s'inquiéter ? Ji Hoon ne le désirait plus comme avant. L'immense peine qu'il ressentit se traduisit par une colère qu'il retourna contre lui-même. Malheureusement, celle-ci transparaissait également dans le ton employé pour faire part de son avis sur cette émission stupide. Haruto s'en voulut aussitôt ses paroles prononcées. Pas pour le fond, car il le pensait réellement. Mais ce n'était pas de la faute de Ji Hoon si Haruno et Liang se retrouvaient dans cette émission idiote. Pourtant, il ne s'excusa pas, préférant se calmer loin de cet écran de malheur.

Kimyaki avait besoin d'être consolé, après tout. Haruto avait besoin d'affection, celle que le Coréen lui avait refusé en l'écartant pour voir son jumeau à la télévision. Serrant doucement le bichon contre lui, il se rendait compte que c'était stupide de se montrer fâché pour ça. Peut-être bien qu'il le méritait un peu. Il n'allait pas rester dans la chambre à bouder. Une fois de retour au salon, il se réinstalla sur le canapé, à une distance raisonnable de Ji Hoon. Il préférait le laisser tranquillement profiter de l'émission, lui se contenterait de câliner leur petit chien, leur bébé. Et peut-être était-il fier de lui quand il osa narguer son papa coréen. « Oui. Ce n'était pas très gentil. » Parlait-il de Kimyaki, parlait-il de lui-même, même Haruto ne savait pas trop. Il se contenta alors de hausser les épaules, comme si ça n'avait que peu d'importance, au final. Dans sa tête tournaient des dizaines de questions. Son cœur se serrait à chacune d'entre elles. Un malaise profond se saisit de lui, et il préféra se retirer. De plus, il voulait sincèrement que Kimyaki pardonne à Ji Hoon. Il sourit simplement à l'interrogation. Oui, déjà. Il valait mieux. Sinon, ils allaient finir par se disputer, et Haruto ne supporterait pas que son homme disparaisse un mois de plus. Et pour lui montrer son amour, il l'embrassa. Peut-être un peu trop avidement. Oh oui, il l'aimait, et bien plus encore.

Ses sourcils se haussèrent lorsque Ji Hoon le retint, et dans sa poitrine, les battements de son cœur redoublèrent leur cadence. Fébrilement, il observa son homme parler à leur bichon. Il eut envie de se joindre à leur câlin, mais se retint de justesse. C'était leur moment. Roulant ses lèvres l'une contre l'autre, ne sachant pas à quoi s'attendre, Haruto se laissa doucement retomber sur le canapé. « Non, c'est juste... » En vérité, il ne savait pas trop. Son cœur battait si fort qu'il lui faisait mal. Ses membres se mirent à trembler lorsque Ji Hoon lui demanda s'il pouvait lui poser une question. S'il avait été d'humeur à plaisanter, Haruto lui aurait malicieusement rétorqué qu'il venait de le faire, l'aurait embrassé, et tout serait rentré dans l'ordre. Pour un homme qui se destinait à être psychiatre – qui l'était déjà – il incarnait un beau paradoxe, à ne jamais exprimer ce qui le rongeait. Il hocha néanmoins la tête, attendant sans dire un mot. Et la question le surprit. A ce point qu'il éclata d'un rire net et franc. « Trop vite ? » Des larmes inondèrent ses yeux sans qu'il ne puisse les réprimer. Un soulagement immense allégea son cœur. Se passant une main sur le visage, il le balança ensuite de gauche à droite. « Tu trouves que ça va trop vite, toi ? » Essuyant ses larmes du revers de sa manche, il renifla bruyamment. Quel idiot de pleurer maintenant ! « J'ai eu si peur... » S'arrêtant pour tenter de maîtriser ses larmes, Haruto gardait la tête baissée. « Si peur que tu en aies assez. » Un nouveau rire perça entre deux sanglots. Le Japonais ne comprenait pas trop ce qu'il lui prenait. Son autre main serrait fort celle de Ji Hoon.

Relevant un regard humide vers celui de Ji Hoon, il tenta de sourire. « J'ai crû un instant... » Ça lui paraissait à la fois si invraisemblable et pourtant plausible. « J'ai crû que tu n'avais plus envie de moi. » L'aveu fila dans un souffle, alors qu'il baissait à nouveau la tête, des larmes silencieuses coulant encore le long de ses joues. Reniflant péniblement, il essuya une nouvelle fois ses larmes stupides. Sa voix tremblait, teintée de soulagement et de rire, mais aussi de crainte enfin dévoilée. « Je comprendrais... Tu attends depuis un moment, tu te fais repousser, alors que tu sais des choses que j'ignore encore. Tu sais que j'en ai envie, que je connais ça... Mais... » Prenant une grande inspiration, Haruto retrouva le courage de le regarder en face. « J'ai peur que tu sois déçu. Peut-être... Peut-être que je ne vais pas aimer, que ce sera catastrophique. » Il maintint son regard, et sa main serra la sienne. « J'ai peur aussi... Parce que tu te rappelles d'un moi qui n'est pas tout à fait moi... Tu le préfères sans doute. » Un nouvel éclat de rire, mais dénué de joie. « Tu ne sais pas ce que c'est que d'être jaloux de soi-même... » Il renifla bruyamment se rapprochant presque timidement de Ji Hoon, son front rencontra doucement son épaule. « Mais j'ai peur que tu l'oublies, ce Haruto-là. Et qu'à cause de moi, tu oublies ce qui t'a fait tomber amoureux de lui. Je ne suis pas tout à fait lui, peut-être que je ne le serai plus jamais. » Toute trace de sourire avait disparu de son visage, heureusement caché contre l'épaule de Ji Hoon. « J'ai peur de gâcher toute cette belle histoire. » La leur, oui. Et pourtant, Haruto avait l'impression d'être un imposteur. Même si son cœur lui hurlait que Ji Hoon était l'amour de sa vie.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 26 Avr - 23:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Ce n’était pas gentil de balancer Kimyaki, mais voilà, il n’avait pas réfléchi, c’était l’impulsion du moment, il avait vu son frère, plus rien d’autres n’avaient existé. Ji Hoon adorait son petit bichon, mais son frère passait quand même avant et en sa présence, le Coréen oubliait facilement ce qui l’entourait. Il ne savait pas vraiment pourquoi. Il adorait son jumeau, depuis leur naissance, il ne se passait jamais de lui. Il ne se voilait pas la face, il savait que ce n’était plus comme avant. D’une part à cause de la trahison qu’il lui avait fait subir en cachant pendant une longue année la mort de leur père, mais aussi, au fond, il devait se l’avouer, depuis que sa relation avec Haruto avait évolué. Il passait moins de temps à son jumeau pour en passer davantage avec la personne qu’il aimait. C’était l’évolution naturelle de la vie, il le savait bien. Sa mère qui s’inquiétait toujours qu’ils ne parviennent jamais à se détacher, s’était trompée. En réalité, Ji Hoon n’aurait pas imaginé cela possible non plus, mais au final, c’était bel et bien arrivé. C’était plus sain comme ça, probablement. Ils devaient se détacher un peu, vivre chacun leurs vies. Mais pas trop. il n’était pas prêt à totalement se détacher de son frère, surtout qu’ils ne pouvaient rien faire l’un sans l’autre. Même s’ils étaient un peu dans la mouise, il ne fallait pas se leurrer, c’était ce qui les faisait vivre.

Haruto était bizarre, il remarquait ça immédiatement, et en même temps, là, ce n’était pas bien difficile. Il aurait pu penser que c’était parce qu’il avait soudainement interrompu leur petit moment… Combien de fois Haruto lui avait fait le même coup ! Et encore, d’habitude, les choses étaient bien plus entamés. Ji Hoon ne le lui reprochait pas, il comprenait. Ce n’était pas forcément facile au début. Quand ils avaient commencé à vivre sérieusement leur histoire, ils avaient aussi mis du temps à sauter le pas. Ils n’osaient jamais aller plus loin, ça restait sage, jusqu’au jour où ils étaient prêts et tout s’était fait tout naturellement. Ji Hoon le concevait, c’était bien pour ça qu’à chaque fois que Haruto lui faisait comprendre qu’il voulait arrêter, il s’écartait un peu, remettait les vêtements qu’il avait perdu et venait tendrement se coller à lui. C’était frustrant, mais c’était comme ça. S’il le poussait, ça ne serait pas pareil, ça ne serait pas forcément aussi bon que ça le serait d’ordinaire. Il préférait attendre en comptant les jours. Soixante-quatre pour être précis. Ça devrait être interdit, autant de jours d’abstention. Il ne savait pas comment il y survivait. Heureusement que le pénis n’avait pas de muscle, sinon, il aurait tout perdu. Il était allé vérifier sur Yahoo qui lui avait assuré qu’il ne risquait rien. C’était difficile pour lui, et en plus, il ne pouvait en parler à personne. Il disait tout à Liang, mais il tenait quand même à le préserver un peu sur ce genre de choses.

Sa question, il hésitait à la poser. Il avait peur de sa réponse. Et si tout allait, malgré tout, trop vite pour Haruto ? Ji Hoon saurait s’adapter. Au fond de lui, il voulait s’en convaincre. Il avait peur que Haruto lui demande de rester distant, de ne plus le toucher comme il le faisait, de l’embrasser avec moins de ferveur. Il se souvenait combien ça avait été difficile après son amnésie. Ne pas le toucher, ne pas l’embrasser quand il en mourait pourtant d’envie, ne pas se montrer trop tendre, ni trop affectueux. Le bon copain, il n’y arrivait plus vraiment, mais s’il n’avait pas le choix, il devrait bien s’y plier. Difficilement, il osait formuler sa question, un fois certain d’avoir l’attention de son meilleur ami. Est-ce que tout allait trop vite pour lui ? Il préférait peut-être qu’il n’emménage pas aussi rapidement, que son chien – leur bébé mais il ne savait pas tout à fait encore – ne devrait pas toujours l’accompagner. Pour Haruto, il était prêt à tout, même à être patient. Il savait qu’il était du genre à fuir, à disparaître. Il savait qu’il risquait bien de le refaire un jour, mais il voulait au mieux cesser ce genre de choses. Il devait apprendre à affronter davantage les choses.

La réaction de son petit-ami le laissa dubitatif. Cet éclat de rire, ces larmes… Il ne saisissait pas vraiment ce qu’il se passait et son cœur redoubla son rythme, craignait à la fois le pire et le meilleur. Sa main resserra la sienne en même temps. « Que j’en ai assez ? » Assez de quoi, de lui ? Ji Hoon trouvait ça tellement absurde. Comment pourrait-il en avoir assez de Haruto ? C’était la chose la plus stupide qu’il avait pu entendre. Jusqu’à ce qui suivi, tout du moins. Cette fois-ci, c’était à lui de rire. Plus envie de lui ? C’était bien la meilleure. Soixante-quatre jours de souffrance pour entendre ce genre de choses. Incroyable, improbable. « Plus envie de toi ? Haruto, sois pas bête, même quand t’es juste en train de respirer sans rien faire d’autres, tu me donnes envie de te sauter dessus… » Il était son premier fantasme, l’acteur de tous ceux qu’il pouvait avoir, d’ailleurs. Et Dieu – non, pas Dieu ! – savait qu’ils étaient nombreux. N’osant pas l’interrompre, il l’écouta parler silencieusement, de ce qui semblait beaucoup le chambouler. Il pouvait comprendre. Comme depuis le tout début de leur relation, ils ne parlaient pas vraiment de sexe, sauf pour s’aguicher ou le pratiquer. Jamais sérieusement. Ils se sautaient dessus et c’était réglé. C’était donc une première.

Ça lui faisait de la peine, de le voir comme ça, aussi tourmenté, bouleversé. C’était tellement bizarre de l’entendre parler de lui-même comme d’une personne étrangère. S’il osait l’humour, il pourrait lui répondre qu’il savait ce que ça faisait d’être jaloux de lui-même. Il s’enviait en se regardant dans le miroir avant de se rappeler, ravi, qu’il s’agissait bien de lui-même. Mais là n’était pas la question. Son bras s’enroula autour de lui quand il se rapprocha et sa main caressa tendrement son dos pour le calmer. Ses lèvres se pincèrent mais il ne l’interrompit pas, le laissant finir avant de doucement le décoller de lui, ses mains capturèrent son visage pour le forcer à le regarder. « Ecoute-moi bien maintenant. C’est pas de "ce Haruto-là" dont je suis tombé amoureux, mais de toi. Juste de Kamiya Haruto, l’homme que j’aime depuis… Bientôt cinq ans ? » Un petit rire quitta ses lèvres. Oui, sans doute que dans ce bar, en croisant son regard, il avait déjà succombé à son charme, il avait été totalement conquis par ce bel inconnu. Il l’avait aimé un peu plus chaque jour depuis, et ça n’avait cessé de continuer ces deux derniers mois. « Même si tu te souviens jamais, je pourrais jamais oublier tout ce qu’on a vécu ensemble, ces deux dernières années. Elles ont beaucoup compté pour moi. Ça n’empêchera rien pour autant. » Ses sentiments restaient les mêmes, il restait, quoiqu’il arrive, la personne dont il était tombé amoureux. « Tu sais, t’as pas tellement changé non plus. T’aurais sans doute pleuré pour les mêmes raisons. T’es toujours aussi émotif, toujours aussi sensible… Toujours aussi parfait à mes yeux. » Tendrement, il s’approcha de lui pour lui voler un doux baiser, un peu humide, mais il ne s’en formalisa pas, préférant caresser ses joues en même temps.

Laissant ses lèvres se poser sur sa joue puis sur son front, il l’attira à nouveau contre lui, glissant délicatement sa main dans ses cheveux. « Je t’aime comme tu es. Bien sûr que c’est difficile, quand tu me repousses, quand tu arrêtes tout, d’un coup, mais je comprends, et je t’en veux pas. » Il était juste incroyablement frustré et se demandait comment il faisait pour être encore en vie. En dehors de ça, tout allait pour le mieux. Il n’avait plus besoin de cacher les vrais sentiments qu’il nourrissait à son égard. « J’avais peur que ça aille trop vite pour toi, que tu trouves ça encore bizarre, que tu préfères, je sais pas… Que tu préfères arrêter. » Et ça lui faisait toujours un peu peur. Comme si Haruto pouvait soudainement avoir une prise de conscience, se dire qu’il n’était, au final, pas intéressé par tout ça. « C’est moi qui devrais avoir peur que t’aies pas envie de moi… » Mais il trouvait ça absurde, il s’était encore regardé ce matin avant de prendre sa douche et non. Absurde.  « On le fera quand tu te sentiras prêt, j’attendrai. » En mourant chaque jour un peu plus. Souriant à son beau Japonais, il retourna l’embrasser doucement, glissant ses bras autour de lui pour se blottir contre son torse. « J’en aurais jamais assez de toi. » Non, impossible. Il l’aimait beaucoup trop pour ça. Son grand amour, l’homme de sa vie. « Et, pour revenir à un truc… » Quittant ses bras, il se plaça face à lui pour pouvoir le regarder, l’air soudainement terriblement sérieux. Il fallait qu’il mette les choses au clair. Levant les mains, il se désigna dans son entièreté. « Tu aimeras. » Et l’air ahurit qui allait avec, pour que Haruto comprenne bien qu’il avait dit quelque chose de stupide. « Haruto, s’il te plaît. En dehors du fait que je pourrais t’avoir plein de lettre de recommandation, » s’il arrivait à se souvenirs des noms « je sais exactement quoi faire pour te faire aimer. Si tu as perdu la mémoire, moi, j’ai toujours la mienne. » Son sourire se fit un peu plus malicieux alors qu’il lui vola un nouveau baiser. Comment pouvait-il douter. Ça ne sera pas catastrophique, ça ne l’était jamais avec lui. Encore moins entre eux. Mais ça, il ne pouvait pas encore le savoir.


Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 27 Avr - 23:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Que ferait-il, sans lui ? C'était une question qui hantait Haruto. Sans Ji Hoon, il aurait probablement sombré dans une dépression terrible. Il était son pilier, aujourd'hui plus que jamais. Le Coréen ne s'en rendait peut-être pas compte, mais sa présence était désormais vitale pour son meilleur ami. L'homme qu'il aimait, l'aimant en retour. Les photos, les anecdotes, tout ça semblait vrai, et au fond, le Japonais savait que ça l'était. Parfois, allongé contre Ji Hoon, son téléphone en main, il passait en revue la galeries de photos de son portable. Encore et encore, il voulait que son homme lui raconte. Dans quelle circonstance elle avait été prise, ce qu'il s'était passé avant, après. Il voulait tout savoir. Même pour celles prises dans un lit étranger, où ils paraissaient entièrement dévêtus. Irrémédiablement, ses lèvres étaient ensuite attirées par les siennes. Ces moments, ils les retrouveraient. Quand sa mémoire cesserait de lui jouer des tours, Haruto pourrait enfin vivre pleinement cette histoire. Au même niveau que Ji Hoon, il pourrait se réjouir de leurs souvenirs communs. Il n'attendait que ça. Parce qu'il lisait bien dans les yeux de son Coréen la douleur de l'oubli.

Quels moments merveilleux n'avait-il pas oublié ? Même les plus insignifiants restaient précieux. Il s'en voulait horriblement de laisser Ji Hoon seul à se rappeler. Ce devait être terriblement douloureux, que de voir la personne que l'on aimait ne pas réagir à l'évocation d'un nom, d'un lieu, d'une journée qui importait tant, avant. Cet affreux accident, ni l'un ni l'autre ne l'avait souhaité. Il y avait bien eu deux victimes. Comment aurait-il réagi, si Ji Hoon s'était retrouvé à sa place ? Un frisson gagnait toujours le Japonais rien que d'y penser. La peur de le perdre se faisait plus force. Que ce soit littéralement ou non, c'était une crainte tenace qui lui tordait le ventre. Si Ji Hoon devait, d'une façon ou d'une autre, sortir de sa vie, Haruto ne le supporterait pas. C'était pourquoi ça l'obsédait. Il se détestait, de le faire languir comme ça. Et il comprendrait, s'il en avait assez. Il sentait bien le désir de son homme, savait qu'il le frustrait. Ji Hoon pouvait se sentir lésé, lui qui faisait tout pour son Japonais mais ne recevait pratiquement rien en retour. Un matin, Haruto pourrait bien retrouver la place à côté de lui, dans leur lit, vide. Une profonde détresse le possédait alors. Que faire ? L'angoisse l'empêchait de profiter pleinement de leur histoire. Et s'il lui donnait ce qu'il attendait, mais que lui-même se montre médiocre ? Haruto se sentait stupide. Si seulement il osait lui en parler. Lui le psychiatre savait bien que la parole libérait.

Pourtant, il fuyait. Se coucher, si tôt ? Ji Hoon n'était pas idiot. Son cœur battait à tout rompre lorsque sa main captura la sienne pour le retenir. Pauvre Kimyaki qui devait encore attendre. Mais Haruto nota à peine que le bichon les snoba pour aller dans la cuisine – la déception donnait faim. Déglutissant bruyamment, le Japonais se laissa tomber sur le canapé. Il avait tant envie de se blottir dans les bras de son homme. Il se sentait véritablement fragile, encore plus ce soir-là. Il avait besoin de se sentir aimé. De Ji Hoon. Son amour pour lui était véritablement grand, peu à peu il en prenait conscience, en saisissait l'ampleur. C'était un amour aussi pur que dévorant. Alors, si ça allait ou non, ça n'avait au final que très peu d'importance. Ce qu'il devait faire, c'était parler. Ji Hoon avait le droit de savoir ce qu'il avait sur le cœur. De plus, Haruto ne pouvait pas garder ça pour lui. A la longue, c'était cette angoisse qui l'empêcherait de vivre cette fabuleuse histoire. Mais la question de Ji Hoon le désarçonna, et pendant un instant, il eut un blanc. Son rire tenait plus de la surprise qu'autre chose, et s'il s'écoutait, il roulerait sur Ji Hoon en le tenant fort. Son soulagement était si grand que l'émotion le gagna. Comme il était bête. Comme il aimait cet homme. Il avait eu si peur ! Ce n'était qu'un stupide quiproquo.

La déclaration de Ji Hoon lui ramena de nouvelles larmes. De joie, de soulagement. Ses yeux brillaient, mais son sourire prouvait tout l'amour qu'il lui portait. Il rougit à son aveu. Haruto n'avait pas souvenir avoir déjà été l'objet d'un désir aussi fort. Et ça le rendait particulièrement heureux, et très fier aussi. Cet homme-là – le sien – avait envie de lui. Son cœur bondissait dans sa poitrine, rien que d'y penser. « Tu... Vraiment ? A ce point ? » Son orgueil le poussait à vouloir réentendre ces mots. Un petit sourire coquin glissa au coin de ses lèvres. Il renifla bruyamment, ravalant quelques larmes. Son cœur semblait délivré d'un poids. Mais Haruto savait qu'il avait encore des choses à dire. Alors, doucement, il laissa son front reposer sur l'épaule de son homme. Il voulait sentir sa chaleur, le sentir contre lui. Il en avait terriblement besoin. Fermant les yeux un instant, il finit par se lancer. Pour Ji Hoon, pour leur histoire. C'était important. Il ne devait plus rien lui cacher, plus rien garder pour lui. A ce moment-là, Haruto se promit de tout lui dire, désormais.

Il ouvrit alors son cœur. Les mots glissaient sans qu'il n'y réfléchisse vraiment. Son cœur parlait pour lui. La crainte de le perdre qui parasitait tout. Et plus il parlait, plus sa voix était troublée par l'émotion, devenant chevrotante, incertaine. Il allait craquer, une nouvelle fois. Mais il tint bon, bien que se rapprochant un peu plus de lui, le visage baissé, se cachant pour laisser encore une fois les larmes couler. Haruto avait réellement peur, il l'aimait tellement. Aussi, quand Ji Hoon l'obligea doucement, mais fermement, à le regarder, il n'opposa aucune résistance. Il reniflait bêtement, comme un enfant, ne prenant même pas la peine de s'essuyer les yeux ou les narines. La belle image qu'il devait renvoyer. Ça n'avait pas d'importance. Roulant ses lèvres l'une contre l'autre, il l'écouta parler. Son cœur fondait en entendant ces mots. Il était tombé amoureux de lui. Il y avait sûrement cinq ans de cela. Haruto se sentit rougir, alors qu'il réalisait qu'il était dans le même cas. Il y avait cinq ans, leurs regards qui se croisaient pour la première fois. Un coup de foudre si fatal qu'il leur avait fallu des années pour le réaliser... Oh... N'avait-il pas déjà pensé ça, un jour ? Que Ji Hoon évoque ses souvenirs oubliés le rendit néanmoins triste, et les larmes coulèrent à nouveau. « Mais... Je ne veux pas... » Qu'il soit le seul à se souvenir. C'était trop horrible. « Je veux me rappeler... » Sa voix n'était qu'un murmure étranglé par la panique et le chagrin. Une nouvelle fois, Haruto se promit de tout faire pour que la mémoire lui revienne. Pour Ji Hoon.

Un rire lui rendit tout de même le sourire, lorsque son homme déclara qu'il n'avait pas vraiment changé. « Je pensais... Qu'en deux ans, j'étais devenu un peu plus viril... » Et des milliers de papillons s'envolèrent, lorsqu'il l'embrassa. Amoureusement, Haruto lui rendit son baiser, le plus doux des remèdes contre sa peur. Fermant les yeux, il apprécia chaque nouveau petit bisou que Ji Hoon lui offrait avec une douceur infinie. « Pardon... Je t'aime aussi, tellement... » Il s'en voulait vraiment, mais peu à peu, il réalisait que son blocage disparaissait. « J'ai envie de toi... Ça m'a un peu dérouté, au début... Jamais un corps d'homme ne m'avait fait ce genre d'effet. Ça ne m'a jamais intéressé. Pourtant, toi... Je ne me lasse pas de te regarder, Ji Hoon. » Sa main libre caressa tendrement sa joue. « Tu es si beau... Tu es parfait. » Et Haruto ne parlait pas que de son physique. Mais sa bouche fut rapidement mieux occupée, répondant avidement au nouveau baiser qu'ils échangeaient. Un rire aux lèvres, il serra joyeusement Ji Hoon contre lui, l'embrassant tout partout sur le visage, le cou, sans oublier ses lèvres. Sa nouvelle déclaration le rendait véritablement heureux. Jamais assez de lui. C'était plus que réciproque !

Haussant les sourcils quand son homme se détacha de lui pour lui faire face, le Japonais plongea un regard étonné dans le sien. Un petit rire narquois s'échappa d'entre ses lèvres. Sa langue, taquine, passa sur les siennes, alors que ses yeux se mirent à observer ce corps qui l'aguichait décidément un peu trop. Néanmoins, il plongèrent bien vite dans les siens une nouvelle fois. Sa main lui tapa l'épaule, à l'évocation de ces lettres de recommandation. « Non merci. » Haruto n'avait pas envie de connaître les exploits de son Coréen avant lui. Pinçant les lèvres en écoutant la suite, il ne put s'empêcher de rougir. D'un geste assuré, il l'attrapa par le col, l'obligeant à combler l'espace entre leurs visages. Son baiser se fit féroce, passionné. Les yeux clos, il s'y perdit entièrement. Le souffle court, assez prêts pour que leurs nez se touchent, Haruto rouvrit les yeux, les plongeant dans ceux de Ji Hoon. « Montre-moi. » Haruto sentait un feu monter en lui, alors qu'il s'abandonnait à un nouveau baiser. Attirant Ji Hoon contre lui, il passa ses bras autour de lui. Ses mains se exploraient maladroitement, tantôt sur les habits, tantôt à même la peau. Un désir obsédant l'assourdissait. Peut-être se montrait-il alors un peu trop passionné.

Vraiment trop passionné. Sous une impulsion étrange qu'il ne maîtrisa pas, Haruto se redressa un peu trop vivement, faisant basculer Ji Hoon sur le côté. Le canapé n'étant pas très large, ce qui devait arriver arriva. Ne lâchant pas son homme, il roula sur lui, dans le mouvement de la chute. Heureusement, et même dans le court laps de temps que dura la chute, un drôle de réflexe le poussa à protéger la tête de Ji Hoon pour ne pas qu'il se cogne à l'impact du parquet. A califourchon sur lui, Haruto se redressa, paniqué. « AAH ! HOONIE ? TOUT VA BIEN ?! » Le souffle encore court rendait son inquiétude comique. Vaguement, ses oreilles captèrent le son caractéristiques des pattes de Kimyaki se rapprochant, sûrement alerté par le bruit inhabituel. « Je suis tellement désolé... Mais qu'est-ce que j'ai fait... » Il se sentait si honteux, il avait envie de disparaître. Il venait d'agir comme un adolescent qui vivait sa première fois avec une femme trop belle pour lui. Trop excité, il avait fait n'importe quoi. Heureusement, ce fut plus de peur que de mal. Du moins l'espérait-il. Sous ses mains qui cachaient son visage, Haruto sentit ses joues prendre feu contre ses paumes, tant il se trouvait ridicule. Au bout d'un moment, lentement, il les baissa pour regarder Ji Hoon en face, toujours assis sur lui. « Pardon... » Ses épaules furent prises de spasmes, mais Haruto ne pleura pas. Ses lèvres pincées retenaient un éclat de rire, qui fut finalement le plus fort. Sa voix grave emplit la pièce, alors qu'il riait aux éclats. Doucement, il s'allongea contre Ji Hoon – pratiquement sûr lui – l'embrassant dans le cou avant de poser la tête contre son épaule. Levant la tête pour regarder Ji Hoon, riant toujours, son regard fut attiré par la boule de poils blanche qui les observait. « Kimyaki nous juge. Cet enfant est incroyable. » Il avait pris un ton faussement fâché, les sourcils froncés pour ajouter de l'effet. Mais quand son regard se baissa vers celui de son homme, Haruto retrouva immédiatement le sourire. Frottant amoureusement son nez contre le sien, il captura ensuite ses lèvres des siennes. Une nouvelle fois, il réalisait qu'il n'y avait qu'avec Ji Hoon qu'il voulait vivre des moments comme celui-là.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 29 Avr - 0:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Même si ça comptait beaucoup pour lui de voir Liang à la télévision, il savait que la conversation qu’il devait avoir avec Haruto valait plus qu’une émission futile à tout point.  C’était compliqué, comme relation, du moins, depuis son amnésie. Il faisait de son mieux pour maintenir le cap, pour s’adapter à Haruto, ou, plutôt, à s’adapter à la nouvelle relation qu’ils avaient. Ce n’était pas totalement différent d’avant, mais ce n’était pas tout à fait la même chose. Avant, ils avançaient et découvraient ensemble les choses. Désormais, il avait l’impression de guider Haruto, de l’aider à découvrir ce qu’il en connaissait pas encore. C’était un peu bizarre, ça ne déplaisait pas pour autant au Coréen. Il ne savait juste pas exactement ce qu’il pouvait lui dire, ce qu’il pouvait réellement faire. Il attendait sagement les signaux, tentant de ne pas le traumatiser avec leur relation qui transpirait l’homosexualité. Non, sérieusement, Ji Hoon n’essayait même plus de se voiler la face, ils pouvaient bien parler de leur hétérosexualité passé, c’était comme si ça appartenait à une autre époque. De toute façon, le Coréen ne se formalisait pas sur ça. La sexualité, ça ne devait pas vraiment existé, juste une invention pour créer des cases et y enfermer les gens. Il était attiré par les femmes, il les avait toujours désiré, mais il était tombé amoureux d’un homme, qu’il désirait plus que n’importe quelles femmes sur terre.

Ji Hoon devait le rassurer, sur tout ce qu’il craignait. Il comprenait bien ses doutes, même s’il n’aurait pas pensé que c’était à ce point ! Parfois, ils se comprenaient d’un regard, et parfois, ils étaient à des milliers de kilomètres de savoir ce que l’autre pouvait ressentir. C’était stupide, Ji Hoon ne pouvait s’empêcher de désespérer un peu. Ils étaient si proches, parfois si éloigné. Il ne voulait pas faire de mal à Haruto, il ne voulait pas que leur relation se dégrade. C’était fort, puissant, intense, mais à la fois tellement fragile. Comme une pièce inestimable à manipuler avec toute la précaution du monde. Ça l’amusait presque, de le voir tourmenter pour une question si stupide. Le Coréen désirait son petit-ami en permanence, sans qu’il n’ait besoin de faire quoique ce soit. C’était un peu indécent, il le savait, mais que pouvait-il bien y faire ? à chaque instant, son cœur battait pour le Japonais et parfois, lorsqu’il le fixait en silence, son esprit finissait par déraper, et il se demandait si c’était tout à fait légal d’imaginer ce genre de choses avec une personne parfaitement innocente qui n’imaginait pas tout ce qu’il se passait dans sa tête. « Oui, à ce point. » Sa langue glissa sur sa lèvre en regardant Haruto. Et encore, ses explications étaient terriblement faibles.

En silence, il l’avait écouté parler, avait écouté ce qui le tracassait, ce qui le tourmentait. Ji Hoon n’aurait pas pu imaginer tout ça. Il pouvait comprendre, même si dans le fond, c’était parfaitement ridicule. Depuis quelques temps, il avait l’impression d’avoir retrouvé son Japonais. Il était à nouveau le même Haruto. Doux, tendre, attentionné. Au début c’était bien plus difficile. Il était le même, mais il manquait quelque chose. Evidemment qu’il aimerait le retrouver totalement, que ses souvenirs soient à nouveau présent. Ji Hoon en rêvait. De tout son cœur, il aimerait l’avoir à nouveau. Cependant, à l’heure actuelle, ils ne pouvaient qu’espérer qu’elle revienne, sans n’en avoir jamais la certitude. Une fois qu’il put s’exprimer, il tenta de le rassurer, ouvrant à son tour son cœur. Ce n’était pas grave si sa mémoire ne revenait pas. Il l’aimerait quoiqu’il arrive, de la même manière. Chaque jour un peu plus. Ses pouces glissèrent sous ses yeux quand ses larmes coulèrent à nouveau. Il ne voulait pas le rendre triste. Tout sauf ça. « Haruto, ça reviendra, j’en suis sûr… » Après tout, il s’était déjà souvenu de quelques détails, de leur soirée dans ce bar coréen, du pull de Kimyaki… De quelques petites choses. Rien n’était perdu, Ji Hoon en était persuadé.

Pour sa virilité, il ne put que rire. Haruto n’était pas le cliché du mâle viril dans toute sa splendeur. C’était vrai, certes, mais ce n’était pas non plus un homme dépourvu de toute virilité. Il pouvait l’être, parfois. Et quand il était, Ji Hoon le trouvait encore plus sexy. Cependant, il se tenait bien de le lui dire, il ne voulait pas que son Japonais en abuse. « Comme je te l’avais déjà dit une fois, tu es la personne la plus virile avec qui je suis sorti. » Riant un peu, il alla tendrement l’embrasser. Oui, en même temps, il n’avait toujours eu dans sa vie que des filles extrêmement féminines puisqu’il avait en horreur celles qui se montraient trop masculines. Ou justes caractérielles. Souriant, toujours aussi heureux lorsque le Japonais lui confiait qu’il l’aimait, il se sentait presque flatté par ses paroles. Ses dents mordillèrent sa lèvres face à ces confidences. Si beau, si parfait. Aucun corps d’homme ne lui avait fait ce genre d’effet. Oui, mais quel homme, en même temps. « Tu trouves ? » Qu’il lui redise qu’il était parfait, ça faisait longtemps qu’on ne lui avait pas répété.

Avides, ses lèvres avaient attaqué les siennes sans attendre. Tout allait mieux désormais. Comme quoi, une simple conversation pouvait tout arranger. C’est fou quand même. Avant Haruto, il n’en avait jamais pris conscience. Ça aurait arrangé beaucoup de ses problèmes plus facilement. Néanmoins, le Coréen se rappela qu’il y avait une mise au point à faire. Haruto aimera. Personne n’avait goûté au Lee Ji Hoon sans aimer. Personne n’en sortait indemne. Il était un amant de qualité dont personne ne pouvait se passer. Il ne serait pas surpris d’apprendre que la plupart de ses conquêtes finissent vieilles filles par sa faute. Forcément, déçues par ceux passé après lui. les pauvres. Dommage que Haruto ne veuille pas les lettres de recommandations, sûr qu’elles auraient été très bonnes ! Cependant, il avait un autre moyen de lui prouver. Ça faisait deux mois, au moins, mais il n’avait pas oublié tout ce qui faisait frémir son Japonais, ce qui lui faisait perdre la tête. Son regard intense se figea dans le sien et la réaction de son petit-ami ne fit pas attendre. Pouffant contre ses lèvres après qu’il ait attrapé son col et l’ait embrassé, il s’accrocha à lui, tentant de dominer l’échange alors qu’il attaquait passionnément ses lèvres. Lui montrer ? Son regard déjà brûlant croisa le sien. « Avec plaisir… » Et toujours plus langoureusement, il vint se coller à lui, passant ses doigts dans ses cheveux alors qu’il l’embrassait encore. Ses mains sur son corps le rendait déjà fou, il espérait que cette fois-ci, Haruto ne l’arrête plus. Il le désirait beaucoup trop.

Et s’il ne l’arrêtait pas, quelque chose le faisait pour lui. Le Coréen n’avait pas vu la chute venir, ils s’embrassaient comme des adolescents qui découvraient les baisers pour la première fois et là, il se retrouvaient par terre. Ji Hoon rouvrit les yeux, tout penaud. « … Qu’est-ce que… » Pourquoi, comment, que faisait-il au sol. C’était la faute du Japonais, ça n’en faisait aucun doute. Il avait un peu  rit à son exclamation d’inquiétude. Il était en vie, c’était tout ce qui comptait. Et il ne s’était même pas fait mal ! « Haruto, si t’avais plus envie, fallait le dire, pas la peine de te mettre au catch ! » Ses mains se posèrent sur ses hanches avant de glisser sur ses fesses, tapotant doucement. Incontrôlablement, il explosa de rire avec lui. ça ne pouvait vraiment arriver qu’à eux. Ses bras remontèrent dans son dos, sous sa chemise, pour le serrer contre lui alors qu’il s’allongeait. Il apprécia un peu trop les baiser dans le cou, griffant légèrement son dos pour lui faire comprendre qu’il en voulait encore. Son regard fut néanmoins attiré par la boule de poile à côté d’eux qui les fixait et Ji Hoon pouffa un peu au commentaire de Haruto vers qui il reporta son attention. « Il doit se dire que les humains, c’est quand même bizarres… » Mais pour l’instant, il n’avait pas envie de s’occuper de Kimyaki. Attrapant un jouet qui traînait au sol, il le lança plus loin dans l’appartement pour que Kimyaki aille le chercher.

Un soupir quitta ses lèvres avant qu’il ne regard Haruto, s’approchant de sa bouche pour l’embrasser puis mordiller sensuellement ses lèvres. « Qu’est ce que je vais faire de toi… » Ses mains glissèrent le long de son torse, remontant jusqu’à son cou qu’il caressa doucement tout en déposant quelques baisers sur ses lèvres. Habilement et tout en sensualité, il défit un par un les boutons de sa chemise, ne s’arrêtant qu’une fois au bout, laissant ses doigts caresser délicatement son torse. « T’es incroyablement bien fait… » Se redressant pour être assis et non plus allongé, ses lèvres prirent le parti de tout goûter, tout tester de ce somptueux torse. Ses mains firent glisser le vêtement de ses bras afin qu’il puisse accéder à ses épaules. Torse, pectoraux, tétons, bras, il voulait absolument tout goûter. Lentement, en prenant son temps pour toujours le titiller davantage. « Laisse moi te montrer, Haruto… » Malicieux, il était revenu à ses lèvres qu’il embrassait, toujours plus demandeur. « On aurait dû prévenir les voisins… » Sa langue glissa sur ses lèvres alors qu’il levait son regard vers lui. « Je pense pas qu’ils vont réussir à dormir. Tu vas hurler mon prénom toute la nuit… Et en redemander, encore et encore. Je vais te faire l’amour, Haruto. Tu vas connaître des orgasmes comme jamais… Tu veux voir ? » Son sourire se fit plus coquin, et, en entendant Kimyaki revenir, il força Haruto à s’éloigner un peu pour pouvoir se lever. Le petit bichon ne pouvait pas assister à ça. « Viens, il a pas besoin de voir ça. T’assumerai pas d’être dans cet état devant lui. » Ses lèvres capturèrent les siennes alors qu’ils se relevaient, laissant sa langue prendre possession de la sienne dans un frémissant baiser, comme s’il voulait lui donner un avant goût de ce qu’il attendait, lui prouver combien il le désirait. Le relâchant finalement, il sourit avant de le contourner, s’arrêtant à l’embrasure de la porte de la chambre. « Tu viens ? » Il mordilla ses lèvres en le fixant. Ça n’avait même pas réellement commencer, mais il ne pouvait déjà plus attendre.

Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 29 Avr - 21:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Même en ayant accepté ces sentiments qu'ils partageaient, il était encore étrange pour Haruto de se dire que Ji Hoon le désirait. Qu'il le désirait réellement, comme un amant désire la personne qu'il aimait. Celui qu'il avait toujours connu comme un tombeur des plus jolies femmes de la capitale nipponne. L'hétérosexualité incarnée. Comme quoi, rien n'était écrit. Pourtant, le Japonais se disait que rien n'était dû au hasard. Quand il regardait Ji Hoon dans les yeux, il savait. Qu'ils étaient destinés, qu'il se retrouvait devant l'amour de sa vie. A quoi bon douter encore ? Ces souvenirs oubliés ne l'empêchait pas de l'aimer. Il voyait bien à quel point il avait envie d'être avec lui. Toujours, tout le temps. Le regarder, mais le toucher aussi. Et petit à petit, accepter qu'il avait envie de lui. A chaque fois, ses regards se faisaient plus appuyés, ses gestes plus pressants, ses baisers plus langoureux. S'il arrêtait tout, c'était bien à cause de cette peur stupide et paradoxale de le perdre, parce qu'il n'était plus cet Haruto qu'il avait connu. Mais les mots de son homme balayèrent doucement cette crainte. S'il restait ridicule à pleurer encore et encore, il était heureux. Heureux d'être aimé par un homme aussi formidable. Maintenant, tout ce qu'il souhaitait, c'était retrouver ses souvenirs. Avec l'aide de Ji Hoon, Haruto savait qu'il y parviendrait. Il le fallait.

Un éclat de rire le saisit, à la déclaration de son homme. « Tu me rassures. » Sa main caressa tendrement sa joue, avant qu'il ne l'embrasse encore. Haruto devait rester cette personne virile qu'il était au moins un peu, sur certains points. C'était bien évidemment réciproque, comme il lui avouait l'instant d'après. Ce corps d'homme, qui l'attirait pourtant si fort. Ses mains se languissaient de le toucher, devant encore et encore parcourir les courbes de ses abdominaux. Il aimait la sensation de sa peau frémissant sous ses doigts. Le Japonais se sentait désiré, et d'y repenser encore le fit culpabiliser. Il l'avait tant fait attendre. Et pourtant, désormais, il se sentait prêt. Et il voulait doucement lui faire comprendre. Par des petits baisers, des caresses plus osées encore. Lui dire à quel point il lui faisait de l'effet. Combien il était parfait. Un sourire étira le coin de ses lèvres. Plissant les yeux, Haruto fit mine de le regarder de plus près. « Oh... Il y a peut-être un petit défaut... » Ses bras assurèrent leur prise autour de son corps. « Hm... Non. Parfait. » Fier de lui, il gloussa, lui volant ensuite un baiser. « Même tes petits yeux, je les aime. Est-ce que je te l'ai déjà dit ? » Des dizaines de fois, sûrement. « Et je me damnerais pour les courbes de ton profil. » Ses doigts les suivirent, alors que ses lèvres picorèrent les siennes. Oui, Ji Hoon était si désirable. Mais ce que Haruto préférait chez lui, c'était son visage.

Même s'il fermait les yeux pour l'embrasser, appréciant ce nouveau baiser de tout son soûl. Il se perdait dans leur échange langoureux, ayant l'impression de se consumer tout entier par le désir brûlant qui naissait en lui. Non, qui couvait. Les braises restaient vivantes, il suffisait de les attiser. Et les mots rassurants de Ji Hoon avaient suffi. Maintenant qu'il n'avait plus peur, Haruto laissait ses pulsions le guider. Son désir se manifestait clairement. Cet homme, il le voulait. Le voulait vraiment. Tout entier. Il se fichait royalement de ces soi-disant lettres de recommandation. Il voulait voir par lui-même. Hors de question que le Coréen ne repense à ses histoires passées. Lui seul devait désormais compter, comme il était le seul à compter pour le Japonais. Mais peut-être qu'occulter ses précédentes histoires le mettait dans une drôle de position. Comme s'il était redevenu cet adolescent puceau un peu trop excité par la perspective de connaître sa première expérience sexuelle. En quelques sortes, c'était un peu le cas. S'il l'avait déjà connue, son expérience homosexuelle restait un mystère pour lui, actuellement. Mais la perspective l'excitant, il se rendait à l'évidence que ça lui plaisait forcément. Aucune honte à avoir. Il voulait que Ji Hoon lui montre. Qu'il lui réapprenne. Un frisson fit vibrer son corps, tout contre le sien, lorsque sa réponse lui parvint. Haruto n'avait pas la moindre envie de le repousser. Aucune idée de tout arrêter ne lui parasitait le cerveau. Il s'abandonnait totalement.

Peut-être un peu trop. A force de trop vouloir se coller à Ji Hoon, une drôle d'impulsion le poussa à vouloir le dominer, ou il ne savait pas trop quoi. Le résultat fut sans appel. Les voilà par terre. Haruto paniqua. Et s'il avait blessé son homme d'une quelconque manière ? Oh, comme il espérait qu'il n'ait rien. Néanmoins, il se rassura en se disant que son réflexe l'avait empêché de se cogner la tête, et que le rebondi de ses fesses avait sûrement évité une fracture du coccyx. Soulagé de constater que oui, son Coréen n'avait rien, Haruto lui adressa le sourire le plus adorable qu'il pouvait avoir. « J'ai gagné. ~ » Référence Disney voulue ou pas, il était très fier de lui, se penchant en avant pour l'embrasser avec douceur. Son rire se mêlant au sien était la plus belle mélodie à ses grandes oreilles. Couché sur Ji Hoon, le Japonais se disait qu'il pourrait rester des heures comme ça. A le caresser paresseusement, à lui mordiller le cou. A l'aguicher. C'était cependant sans compter pour leur bébé qui s'inquiétait visiblement pour eux. Que faisaient ses Papas pour faire autant de bruit et se retrouver par terre ? Si Haruto hésita à tendre le bras pour caresser le bichon, son homme fut plus rapide. Et son geste était sans appel, faisant clairement passer le message. Un frisson d'excitation courut le long du dos du Japonais, qui sourit comme toute réponse, répondant tendrement à son baiser.

Son désir pour Ji Hoon toujours présent, Haruto ne put retenir un gémissement en le sentant lui retirer sa chemise. Frissonnant un peu, il se laissa faire, aidant au mieux. Roulant ses lèvres contre l'autre alors qu'il le complimentait, le Japonais l'accompagna alors qu'il se redressait, assis à califourchon sur lui, désormais. Tête penchée en arrière, il apprécia ses lèvres qui marquaient sa peau d'une brûlure exquise. Chaque nouveau baiser l'enfonçait un peu plus dans un désir profond, mordant. Une fois débarrassé de son vêtement, Haruto posa ses mains sur les épaules de son homme, prenant appui pour mieux l'embrasser. Il haussa des sourcils curieux, à la remarque de ce dernier. Les voisins ? Soudain, il rougit. Il déglutit bruyamment, alors que ses yeux écarquillés restaient accrochés aux siens. Il sentit son cœur redoubler d'efforts dans sa poitrine. Son sang bouillait dans ses veines. Haruto se sentait doucement glisser dans une passion dévorante. Il crut fondre sous ces mots. Ses incisives se plantèrent dans sa lèvre inférieure. Son souffle se faisait déjà court. Son corps se tendit, son regard puait déjà la luxure dans laquelle il avait hâte de se glisser. De quel droit lui faisait-il ça ? Quelques instants plus tôt, Haruto avait mentionné l'effet que Ji Hoon lui faisait. Il était alors bien lui de se douter à quel point. Des simples mots suffisaient à l'exciter terriblement. « Tu es... Incorrigible. » Mais il aimait beaucoup ça.

Hochant la tête, le Japonais trouva la force de le suivre, lorsqu'il se leva. Non, Kimyaki ne devait décidément pas assister à ça. Le pauvre petit chien était trop jeune. Trop pur. Pas comme lui, visiblement. Haruto avait un peu honte. Pourtant, il rejoignit rapidement Ji Hoon, ne se laissant pas le dire deux fois. Le poussant dans la chambre, il referma la porte derrière lui. Ses mains s'étaient vivement posées sur ses joues, et ses lèvres avaient capturer les siennes en un baiser ardent, passionné. Sans se maîtriser, il arracha presque la chemise de son homme, espérant qu'elle n'était pas hors de prix. Collant son corps au sien après avoir rapidement repris son souffle, il avançait lentement vers le lit. Quand il sentit les jambes de Ji Hoon cogner contre le sommier, le Japonais le retint par les pans de sa chemise ouverte. Avec une infinie douceur, il fit glisser le vêtement le long de ses bras, l'accompagnant dans sa chute, se baissant en même temps. Ses lèvres trouvèrent son nombril, embrassant son ventre tout autour. Ses doigts étaient déjà affairés un peu plus bas, défaisant habilement la boucle de la ceinture qui retenait le pantalon de son homme – mais plus pour très longtemps. Le faisant glisser, Haruto ne perdit pas de temps à réfléchir deux fois. Sa bouche embrassa tendrement la virilité de Ji Hoon, par-dessus son boxer encore en place. C'était un peu déroutant, mais il ne pensait plus à rien. Ou du moins, à rien d'autre que sa volonté de faire plaisir à son homme, d'enfin franchir avec lui cette ligne qu'il avait oublié avoir déjà traversé.

Ouvrant enfin les yeux depuis qu'il avait entamé sa descente jusqu'à l'intimité de Ji Hoon, Haruto leva un regard coquin vers le sien. Son sourire se fit taquin, alors que sa langue lécha le tissu de son sous-vêtement, sa salive y formant une tâche humide. Heureux de son petit effet, il se redressa lentement sur ses longues jambes, ses lèvres retrouvant bien vite les siennes. « Qu'est-ce que tu disais, hm ? » Des paroles soufflées entre deux baisers. « Hurler ton prénom, en redemander... » En vérité, Haruto n'attendait que ça. « Fais-moi l'amour, Hoonie. Fais-moi connaître des orgasmes comme jamais. » Et sa main trouva naturellement son chemin dans le boxer de son homme. Puis, doucement, le Japonais avait posé son genou sur le matelas, s'allongeant en emmenant Ji Hoon avec lui. Sous lui. Sans cesser ses tendres attentions manuelles. Ses lèvres redécouvrirent les lignes de son cou, puis de sa mâchoires, retrouvant bien vite leurs places dédiées, ses lèvres à lui. « Je t'ai attendre, n'est-ce pas ? » Son ton était joueur, mais on y décelait de la culpabilité sincère. Il était vraiment désolé pour toutes ces fois où il l'avait repoussé, alors que, clairement, il le désirait aussi fort. Si ce n'était plus. « Je vais me faire pardonner, je te le promets. » Sa main se fit plus insistante, avant de finalement remonter le long de son torse. Un nouveau baiser appuyé, et Haruto se redressa. Passant son autre main dans les cheveux, il plongea un regard plein de désir dans celui de Ji Hoon. Lentement, il ouvrit la braguette de son propre pantalon, sans le quitter des yeux. Mais bien vite, il pouffa, se penchant à nouveau vers lui pour l'embrasser. Il s'allongea en même temps juste à côté de lui, et d'une main, il approfondit l'échange, tout en lui intimant de rouler sur lui, inversant leur position. Se laissant retomber sur le matelas, Haruto afficha un large sourire, qui pourrait presque être pur et innocent, si le reste de son corps ne criait pas la luxure. « Je te veux. » Et comme pour souligner ses propos, ses mains se faufilèrent sous le dernier vêtement que Ji Hoon portait, caressant allégrement ses fesses, collant son bassin au sien dans le mouvement qui rapprochait une nouvelle fois leurs corps. Oui, il le désirait. Comme il l'avait sûrement toujours désiré, et le désirerait toujours. L'amour de sa vie. Il n'y avait plus aucun doute.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 30 Avr - 23:55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Comment pouvait-on penser que lui, Lee Ji Hoon, pouvait avoir des défauts ? Il était parfait ! A tout point de vue, c'était presque alarmant. Le Coréen le savait, depuis son plus jeune âge, il avait quelque chose en plus. On le remarquait, tout le monde le voyait. il n'avait pas un physique lambda, classic, sans importance. Il était beau, sexy, tout ce qu'on veut. Son regard était perçant, ses cheveux toujours beaux, malgré les colorations et son corps... Mais quel corps ! Bien dessiné, bien formé, musclé, juste comme il faut. Bon, ce n'était pas un hasard, il faisait beaucoup de sport pour arriver à un résultat aussi parfait. Mais là n'était pas la question, il ne fallait juste pas se reposer sur ses acquis. Depuis qu'il était avec Haruto, c'était d'autant plus important. Hors de question de se laisser aller ! Il devait toujours plus plaire, le Japonais devait toujours avoir ce regard quand il posait ses yeux sur son corps nu. Du désir, voilà ce qu'il cherchait. A ce qu'il le désire toujours. Qu'il le trouvait toujours beau. C'était très important ! Certes, de base, ça ne l'attirait pas, mais ce n'était pas une raison, il était attiré par lui, il devait l'être.

C'était bien pour cela que ses sourcils se froncèrent quand l'éfronté osa formuler l'hypothèse qu'il y avait un "petit" défaut. Foutaise, mensonge ! Ji Hoon fut soulagé qu'il retrouve rapidement la raison, admettait sa perfection. Le métis se permit une petite tape sur le front de son petit-ami, pour le punir de lui avoir fait une frayeur, il accepta néanmoins quand même le bisou qu'il méritait de droit. « Tu l'as pas assez dit... » Ji Hoon avait besoin d'entendre les compliments le plus souvent possible, c'était très important pour son propre bien. Il sourit, encore plus ravi ensuite lorsqu'il évoqua les courbes de son profil, appréciant les caresses de ses doigts, il alla l'embrasser à nouveau. « Ah bon, tu le ferais ? » Il n'avait pas la moindre idée de ce que "damnerais" signifiait, mais il était sûr que c'était vraiment quelque chose d'impressionnant à faire pour son profil. Riant, toujours plus heureux, il se colla à lui pour l'embrasser davantage.

Haruto était prêt. Du moins, c'était là ce qu'il prétendait. Etait-ce pour de vrai cette fois ? Ji Hoon trouvait que c'était différent des fois précédentes. Ces dernières semaines, les rapprochements se faisaient timides à l'heure du coucher, les baisers n'étaient pas aussi passionnés, pas aussi francs. Il restait toujours une certaine retenue, une peur de mal faire ou de, justement, ne pas savoir quoi faire. Il avait bien évidemment la peur d'être arrêté à nouveau, de ressentir encore une fois cette terrible frustration. Cependant, il devait faire confiance à son Japonais, y croire. Ne pas prendre peur de son côté. Tout allait bien se passer, lui, il le savait. En six mois de sexe, ils n'avaient jamais été déçu une seule fois, pourquoi cela devrait-il arriver maintenant ? Il y avait cette alchimie parfaite entre leurs deux corps. Encore une fois, cela devait prouver combien ils étaient faits pour être ensemble. Il le savait, rien ne pourrait lui ôter l'idée de la tête. La passion montait toujours plus en lui, il ne pensait déjà plus à rien, sauf à ses lèvres qui dévoraient les siennes, à son corps qui se rapprochait toujours un peu plus. Peut-être s'était-il déjà trop emballé.

Ji Hoon se trouva bête, allongé sur le sol de l'appartement, à ne pas vraiment comprendre. En voyant Haruto s'excuser, il remit un peu les événements en contexte et rit doucement. Il s'était un peu emballé. Son coeur s'emballa bêtement en voyant son sourire et il ne put que s'amuser de ses mots. « Pour cette fois peut-être, Nala ! » Sa langue pointa entre ses lèvres, entre un rire qu'il alla calmer contre celles de son Haruto, sa main se glissant sensuellement dans ses cheveux qu'il caressa avec tendresse. Ça devrait être interdit d'être aussi heureux. Comment une personne qu'on rencontrait un jour, sans même y penser, pouvait nous rendre aussi heureux ? Ji Hoon ne comprenait pas tout à fait le principe, mais il savait que Haruto avait cet effet-là sur lui. Il faisait de chaque instant un petit bonheur qu'il savourait toujours avec joie. Il ne pouvait s'en lasser, il ne pouvait se lasser de ça, de ces moment avec lui, de ces instants où le monde cessait de tourner, où il n'y avait plus qu'eux qui existaient. Eux, et ce petit bichon d'à peine un an qui venait pointer le bout de sa truffe pour savoir ce qui se passait par-là. Que faisaient-ils par terre, l'un sur l'autre ? Ji Hoon aurait bien pu prendre un moment pour expliquer l'amour à son fils, mais il préféra l'envoyer plus loin, sans aucune autre forme de procès, trouvant plus intéressant d'embrasser Haruto encore plus fort.

Ses doigts se mirent d'eux-mêmes à ouvrir sa chemise et sa bouche ne résista pas longtemps à goûter ce torse si bien fait qui s'offrait à elles. Il était délicieux, parfait. Ji Hoon n'aurait pas imaginé qu'un corps d'homme puisse autant l'attirer, qu'il puisse autant l'attirer. Il savait bien, quelque part, que ce n'était pas le corps d'un homme qui l'attirait, mais son corps à lui. Le corps délicatement musclé de Kamiya Haruto, qu'il s'amusait à rendre fou grâce à de petites attentions, qu'il aimait titiller. A qui il aimait faire perdre la tête sans même le toucher, juste en lui exposant les plans à venir. Il voulait lui faire l'amour, oh oui, tellement ! Lui montrer de quoi il était capable, lui raviver la mémoire, peut-être, de ces nuits où ils avaient atteint le septième ciel ensemble, où il en avait presque oublié comment il s'appelait grâce aux bons soins du Coréen. « Tu trouves ? » Son regard s'intensifia dans le sien alors qu'un sourire se dessina sur ses lèvres. Incorrigible, juste avec lui. Et ses dents de venir mordiller les siennes.

Forçant le bel amnésique à se relever avec lui, il trouva plus judicieux de ne pas exposer leur vie sexuelle au jeune Kimyaki qui ne devait même pas encore savoir ce que c'était. Il n'avait pas encore demandé comment on faisait les bébés, il était encore petit. L'air de rien, il s'était avancé vers la chambre, invitant son meilleur ami à le rejoindre et, bêtement, il pouffa en le voyant venir si rapidement, s'accrochant à lui alors qu'il captura ses lèvres d'entrée de jeu, claquant la porte derrière lui. Avide, il s'accrocha à lui, y répondant avec tout autant de ferveur, trouvant l'ardeur du Japonais horriblement excitante alors qu'il lui arrachait presque sa chemise. Il la pleurera plus tard, là, il n'avait vraimet pas le temps pour ça. Sans broncher, il recula jusqu'au lit, s'arrêtant alors qu'il touchait le sommier, retenu par Haruto. Il l'aida à retirer la chemise avant de se laisser tomber sur le lit, l'emmenait toujours dans sa chute. Des frissons parcoururent son corps tout entier en sentant ses lèvres sur son ventre tandis que ses doigts se perdaient à nouveau dans ses cheveux. Il sentait cette terrible chaleur le gagner. L'effet qu'il avait sur lui était sans appel. Son pantalon, maillon faible de la partie, se fit éliminer plus rapidement qu'il ne l'aurait pensé, mais ce n'était pas pour lui déplaire. Il avait chaud, bien trop chaud.


Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 2 Mai - 23:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Bien sûr qu'il se damnerait pour Ji Hoon. De toute manière, son âme lui appartenait tout entière. Ce n'était là qu'une constatation sans appel devant laquelle se retrouvait Haruto. Et ça ne le gênait même pas. Ça ne l'avait jamais vraiment gêné, ça l'avait simplement dérouté. Pouvait-on réellement aimer à ce point ? Jusqu'à être prêt à dédier sa vie entière pour la personne aimée ? Le Japonais savait bien que maintenant qu'il avait pleinement conscience de ses sentiments pour cet homme, il ne pourrait se résoudre à s'éloigner de lui. S'il avait un jour penser perdre son meilleur ami à cause des aléas de la vie, Haruto ne pouvait accepter une telle fatalité. Il n'y aurait pas de femme pour les séparer. Les problèmes éventuels qu'ils pourraient rencontrer parce qu'il vivait cette histoire d'amour formidable, il les affronterait. Pour Ji Hoon, il serait prêt à déplacer des montagnes. Cette partie manquante de lui-même, ce vide en lui qu'il n'avait jamais pu combler parce qu'il n'en saisissait pas la cause, c'était le Coréen qui les comblait. Parce que c'était lui, tout simplement, que Haruto avait toujours cherché. Cela expliquait leur attirance naturelle, cette alchimie parfaite entre eux, alors qu'ils étaient si différents l'un de l'autre. C'était parce qu'ils étaient faits l'un pour l'autre, tout simplement.

Et puisqu'il acceptait pleinement cette évidence, Haruto n'avait plus peur. Surtout après que celui qu'il considérait comme le sien l'avait si bien rassuré. Maintenant, il ne voulait plus refouler le moindre sentiment, la moindre envie. Désormais, il était prêt à vivre entièrement cette merveilleuse relation qu'ils partageaient. Il se sentait si stupide d'avoir repoussé quelque chose qu'il désirait au plus profond de lui. Mais son enthousiasme se manifesta de façon un peu trop poussée. Littéralement. Son rire fusa néanmoins, décidément trop heureux, même après s'être ridiculisé de la sorte. Le Japonais se fichait bien de passer pour un puceau devant Ji Hoon. Ce dernier savait assez bien ce qu'il en était. Même mieux que lui-même, un comble ! Mais ses yeux brillaient d'amour pour ce Coréen un peu trop beau, si parfait. Haruto aimait sentir sa main dans ses cheveux, sur son corps. Les doux baisers qu'ils échangeaient le plongeait dans un était de béatitude profond. Il avait l'impression qu'ils flottaient sur un petit nuage. Ce devait être le cas, même si Kimyaki réussit à y grimper aussi. Le pauvre petit bichon ne pouvait assister à plus d'effusion d'amour. Ce serait trop indécent pour ses yeux innocents. Il fallait le préserver, et Ji Hoon avait raison de vouloir l'éloigner.

Comme le prouvait la suite. Ces paroles si scandaleuses ! Son cœur s'emballa, Haruto avait si chaud. Ses yeux mangèrent la silhouette parfaite du Coréen. Gourmand, il le voulait tout entier. Comme hypnotisé, il se leva, le suivant jusque dans la chambre. Ils joueraient avec Kimyaki plus tard. C'était peut-être cruel envers le bichon, mais il ne voulait plus attendre, pas après ce que Ji Hoon venait de lui promettre. Ça l'excitait. Horriblement. Avait-il seulement ressenti ça un jour ? Aucune femme n'avait éveillé en lui de tels désirs. Haruto commençait à s'imaginer des choses qui le faisaient déjà rougir. Aussi, il s'élança sans plus de cérémonies sur l'objet de ses fantasmes. Le seul, Ji Hoon. S'accrochant presque désespérément à son cou, il se perdit dans un baiser éperdu, passionné, langoureux. Et encore une fois, Haruto se laissa porter par son enthousiasme, arrachant presque littéralement la chemise de son homme. Il ne pensait plus à grand chose, surtout à Ji Hoon, à ce corps que cachaient ses vêtements dérangeants. A son envie de lui faire plaisir, et d'en recevoir en retour. S'était-il seulement montré un jour aussi passionné ? Le Japonais avait l'impression de se découvrir lui-même, bien qu'une sensation de déjà-vu lui picotait les mains et le cœur. Il se laissait aller sans réfléchir plus loin. Il ne voulait que profiter de cet instant si particulier. Il en avait envie. Terriblement envie. Plus rien d'autre ne comptait qu'eux deux.



Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 3 Mai - 23:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


C’était bête, ça n’avait l’air de rien, c’était des préliminaires qui pouvaient ressembler à beaucoup d’autres qu’ils avaient déjà vécu, mais Ji Hoon avait l’impression d’exploser de bonheur, que des milliers de papillons prenaient leur envole dans son ventre. Depuis combien de temps n’avait-il pas été aussi heureux, aussi bien, tout simplement ? Oui, la réponse était évidente. Depuis soixante-quatre jours. Il l’aimait, son cœur le lui rappelait à chaque seconde, à chaque moment, toujours plus une fois contre lui, quand Haruto lui faisait sentir à son tour combien il l’aimait, combien il le désirait en l’embrassant avec autant de fougue, quand il lui arrachait sa chemise, sans se contrôler. Ji Hoon avait besoin de ça. Plus que de n’importe quoi. Il avait tellement douté ces dernières semaines, il avait souvent eu peur, souvent craint de le perdre. Et tout cela, le Japonais parvenait à le balayer, à lui faire totalement oublié ce qui le hantait jusque-là, à lui faire réaliser cette merveilleuse nouvelle : même si sa mémoire n’était pas revenue, il était bien de retour.

Son corps allait si bien contre le sien. Ji Hoon voulait le serrer plus fort, lui faire comprendre qu’il avait besoin de lui. Qu’il avait toujours besoin de lui. son cœur battait à la chamade en l’entendant dire qu’il avait de la chance de l’avoir, il ne pouvait se sentir plus heureux, un bonheur immense le tenait actuellement, il avait envie de rester contre lui, pour toujours. De ne plus jamais le lâcher. « Non, non, dis pas n’importe quoi, c’est moi. » Haruto ne pouvait pas l’aimer plus qu’il ne l’aimait lui. Pour lui faire comprendre son mécontentement face à ses propos diffamatoires, il s’autorisa une petite tape sur les fesses, qu’il ne regretta pas en entendant ce soupir terriblement érotique raisonner dans son oreille. Ça devrait être interdit, d’être aussi sexy, aguichant, il en perdait son souffle, sentant son corps bouillir de désir pour lui. C’était terrifiant, d’en avoir tellement envie, de ne pas pouvoir contrôler ce qu’il désirait au plus profond de lui-même. Qu’il attendait depuis bien trop longtemps.



Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 4 Mai - 22:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

If it's all a dream, don't wake me up. The time I spent with you shall become a star, shining eternally.


Ji Hoon le rendait si heureux, c'était presque indécent. Non, clairement, ce bonheur immense dans lequel il nageait depuis qu'il s'était rendu compte de ses sentiments pour lui – depuis qu'il les acceptait, surtout – Haruto le savait incroyablement grand et profond. Sûrement devait-il faire rager tous les malheureux de l'amour. C'était peut-être même pire que ceux qui agitait une pièce devant un miséreux, du pain devant un crève-la-faim. Eux connaissant le plus beau, le plus pur sentiment de l'Homme. L'amour, le vrai, l'unique. Celui qui vous dépossédait autant qu'il vous comblait. Alors oui, il était chanceux. Et il l'aimait tellement. A un point inimaginable. Sa réplique le faisait sourire, mais il ne répondit pas. Dans ses yeux brillants, Ji Hoon pouvait aisément y lire cet amour si fort qu'il ressentait pour lui. Et encore, ce n'était qu'une petite partie. Oui, Haruto voulait lui montrer, lui prouver que c'était bel et bien réciproque, dans tous les sens du terme. L'idée de le repousser ne lui effleura pas une seconde l'esprit. Désormais, il était prêt. Le déclic avait eu lieu, sa crainte s'était envolée. Plus rien ne comptait hormis eux, cette chambre, ce lit. Cette passion débordante qui s'emparait d'eux.



Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.

    
 
Extraordinary Love |♡| HAROON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Premier love....
» Love me tender
» [O'Faolain, Nuala] Best Love Rosie
» I love you Phillip Morris de Glenn Ficarra et John Requa
» [Film] Love Actually

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-