Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 A walk to remember ❀ ft. Jaera ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 2 Sep - 11:11

A walk to remember
ft. Jaera ♥
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Jae Min Oppa…. Vraiment ? Keira n’avait pas tiqué tout de suite, toujours préoccupée par la santé de son frère mais la suite lui avait fait froncer les sourcils prise d’une doute. Il n’allait quand même vraiment demander à son petit frère de l’appeler comme ça ? Il blaguait, pas vrai ?
Est-ce que c’était si insultant que ça ? Non, pas vraiment . Si Keira ne parlait pas couramment coréen, elle avait quelques bases. Et quand on aimait la K-pop, ce genre de vocabulaire était indispensable même si elle préférait dire qu’elle tenait ses connaissances de sa meilleure amie - ce qui n’était pas faux en soi. Ainsi, elle n’ignorait pas que Jae Min aurait dû lui suggérer « hyung » et non pas « oppa » qui signifiait la même chose à la différence le premier était dit par les garçons quand le second devait venir des filles… et Tôta était un garçon ! Et même un jeune homme bien que sa soeur soit souvent la première à l’oublier. Aussi ce ne fut pas tant le fait d’être à cheval avec une langue qui n’était pas la sienne mais bien parce que son caractère protecteur et méfiant ne pouvait tolérer qu’on se moque de son frère. D’accord, Jae Min plaisantait et il n’y avait pas mort d’homme mais elle ne put s’empêcher de corriger : « En fait, c’est … » - « Alors ça marche ! Je t’appellerai Jae Min Oppa ! » … Ou du moins essayer. L’enthousiasme de son frère coupa son élan et lui fit écarquiller les yeux un peu surprise… mais elle ne se démonta pas : « C’est que… » - « C’est cool ! » - «  Mais Tô-… » Cette fois-ci, ce ne fut pas son frère mais Jae Min qui l’interrompit. La pique qu’il venait de lui lancer en toute sérénité avait fait relever un sourcil à Keira avant qu’elle ne se tourne enfin vers lui et ne lui adresse un regard grognon. C’est qu’il se moquait d’elle en plus ? Se redressant pour reprendre sa place derrière le fauteuil, la journaliste afficha une moue mi-couroucé mi-maligne avant que ses yeux brillants d’une lueur mutine ne se posent sur le danseur : « Oh eh bien… Est-ce que je devrais moi aussi essayer ? Pourquoi pas… Hwang Jae min pabo ? » Un sourire satisfait ponctua la fin de sa phrase, un sourire qui signifiait : on ne fait chier les Sakuta ! Elle entendit Tôta pouffer dans son fauteuil.
Le petit frère innocent qui ne parlait pas coréen ne s’était-il pas non plus jouer d’eux ? Si le doute plana, la jeune femme fit ensuite preuve de justice : Jae Min était un pabo…mais un pabo qui dansait vraiment bien et qui méritait le savoir néanmoins. Au moins pour ce sourire qu’il lui adressa en retour… Non, bien sûr, elle ne le trouva ni mignon, ni charmant, ni beau, ni … enfin…  c’était juste… hum… plaisant oui… Complimenter sincèrement une personne qui le méritait. Voilà, rien de plus.

Et puis, Keira avait oublié, la seconde suivante, tandis que ce même coréen faisait le zouave avec son frère… et que ce dernier semblait adorer ça. Oui, elle le voyait bien que Tôta, en dépit du peu de temps qu’ils avaient échangé, appréciait sincèrement son aîné. Et cette nouvelle pensée ne put que faire doucement sourire la jeune femme… Jae Min était peut-être un idiot, ou du moins aimait-il y jouer, mais il était assurément quelqu’un de bien. Elle le pensait déjà à la fin de son séjour en Corée. Elle ne le pensait que plus en voyant plaisanter avec son frère.
Enfin, plaisanter… Le pire, c’était sûrement que l’enthousiasme de Tôta à propos des activités de Jae Min était très sérieux. Même de sa position, Keira ne vit que trop bien le sourire du garçon s’élargir tandis qu’il leva le pouce en l’air : « Ca y’a pas de risque, j’en suis sûr ! En général, ma soeur a bon goût. » Oui, c’est vrai qu’elle avait bon gout et ….
…. wait.
Si la japonaise avait gardé ce léger sourire au coin des lèvres, ce dernier s’envola tandis qu’elle percuta. Qu’est-ce qu’il disait encore ce garnement ? Malheureusement pour elle, la confusion passa bel et bien sur son visage et ses yeux semblèrent fuir très loin vers les arbres au fond de l’allée. Quoi ? Qu’est-ce qu’il n’allait pas chez elle ? Ou plutôt chez Tôta ! … Mais ce n’était pas si bizarre que ça ce qu’il venait de dire. C’était elle qui y voyait un sous-entendu et si elle voyait un sous-entendu c’était qu’elle avait un problème. « C’est vrai ça. » Est-ce qu’elle venait d’essayer de se rattraper sur un ton faussement neutre ? Après tout, Tôta n’avait pas tort si on se penchait sur les artistes qu’elle aimait. Sa playlist de pop coréenne était variée mais elle préférait les groupes talentueux. Infinité bien sûr, en haut de la liste. Très très talentueux. En dessous se trouvait les GOT7 …. Elle reconnaissait les apprécier pour un autre genre de talent mais qui méritait une certaine distinction. Quant aux artistes internationaux, on ne pouvait pas dire que sa liste manquait de talent. Alors oui en musique, pour l’une des rares choses que Keira s’autorisait à aimer, elle pouvait aisément se targuer d’avoir bon gout.

Ce n’était donc pas si surprenant qu’elle s’intéresse à la chaine du danseur. Il n’y avait aucune honte à dire qu’elle aimait ce qu’il faisait non ? Elle l’avait vu à l’oeuvre. Elle l’avait vu danser, monter une chorégraphie, motiver ses troupes… Elle ne pouvait que se montrait curieuse envers cette nouvelle facette du Coréen qu’elle avait aussi hâte de découvrir que son frère. Même si elle se montrait plus posée, peut-être se trahit-elle en s’empressant de demander le nom à Jae Min.
Cependant lorsqu’elle tendit le petit calepin, une drôle de sensation se lova dans son ventre comme si elle appréhendait ce qui allait se passer… C’était peut-être l’intonation de Jae, soudainement très douce, qui l’avait troublé. Et peut-être aussi ce sourire… elle ne savait pas. C’était juste devenu chaud dans son ventre… avant qu’il ne semble se tordre sans aucune raison. Enfin si, il y en avait bien une, mais elle était ridicule. Dans sa poitrine aussi, elle crut bien que son coeur avait raté un battement à l’instant où leurs doigts s’étaient effleuré.
Un contact, un bête contact malencontreux… C’était stupide et pourtant ses doigts s’étaient presque instantanément rétractés, comme apeurés. Est-ce qu’il s’était vu ? Ce trouble qui avait marqué un court instant ses traits… Elle s’était fait rapidement violence pour ne pas céder à une confusion qui n’avait pas lieu d’être. Qu’est-ce qui n’allait pas chez elle ? Est-ce qu’elle avait une telle aversion des hommes qu’à présent même un bref contact la dégoutait ?
Peut-être qu’elle aurait préféré valider cette explication… mais elle savait pertinemment que ce n’était pas ça. Pourtant elle n’irait pas jusqu’à mettre des mots là dessus…
Soudainement nerveuse, la journaliste humecta ses lèvres et tapota légèrement les poignets du fauteuil tandis que son regard s’était réfugié sur son frère. Et lui ? Est-ce qu’il avait vu ? Qu’est-ce qu’il penserait de tout ça ? Un instant, elle cru que son frère allait se tourner pour la dévisager incrédule et balancer une nouvelle remarque embarrassante… mais Tôta ne fit aucun commentaire. A vrai dire, il avait l’air focalisé sur Jae Min et sa main battaient faiblement une mesure sur ses cuisses qui trahissait son impatience. Et quand son aîné annonça que c’était bon, il sembla pressé d’y jeter un coup d’oeil comme si connaitre le nom de sa chaine lui permettrait de visionner immédiatement ses vidéos. A moins qu’il ne voulait seulement qu’un autographe.

Keira tendit les deux mains par dessus le fauteuil, pour recevoir son carnet en retour, dans une attitude étrangement solennel tandis que son positionnement la força même à s’incliner légèrement. « Kamsahamnida. » Keira osa relever un regard qu’elle voulait amusé et reconnaissant, priant pour que la confusion ait disparu. Elle tenta même un sourire, bien que plus timide qu’elle ne l’aurait souhaité. Celui-ci s’épanouie néanmoins sur la conclusion du danseur mais Tôta la devança dans sa réponse : « J’suis sûr que non Jae Min Oppa ! Je mettrais sur ma tablette en rentrant, hein Nee-chan ? » D’un hochement de tête entendu, Keira approuva celui qui s’était retourné vers elle avec enthousiasme. Elle pouvait lire la hâte sur ses traits et cette expression plut à la jeune femme… Voilà qui distrairait un peu son frère pour les prochains jours. Et pour cette raison, elle se sentait déjà très reconnaissante envers Jae Min. Et cela sembla avoir redonner une certaine confiance à la journaliste qui reporta son attention sur ce dernier, une lueur plus maligne dans le regard : « Je me montrerais intransigeante. » Elle ne lui ferait aucun cadeau mais… Jae Min en avait-il seulement besoin ? « J’ai hâte de voir ça, » ajouta-t-elle sur un ton plus doux, retrouvant une attitude plus timoré. Sûrement parce que ces mots étaient un peu trop honnête.
Oui, elle avait hâte de voir à nouveau Jae Min danser, sur des nouvelles chorégraphie qu’elle était impatiente de découvrir. Est-ce qu’il avait progressé ? Sans aucun doute. On ne cessait jamais de le faire dans ce domaine et ce même Jae Min était déjà très bon.

La sonnerie qui tinta dans la cours de l’hôpital, indiquant la nouvelle heure, interrompit cependant son enthousiasme silencieux. Étouffant la jeune femme à la curiosité piquée, la grande soeur reprit le dessus tandis qu’elle consulta l’heure. Une moue chagrinée annonça que la récréation était terminé mais Tôta qui devait s’en douter se borna à l’ignorer. « Il va falloir qu’on remonte… » déclara-t-elle plus clairement, également à l’intention de Jae Min. La déception de son frère était palpable et s’il savait pertinemment ce qui l’attendait, il tenta vainement : « Déjà ? On peut rester encore un peu… Pour une fois qu’il se passe quelque chose d’intéressant ici ! » Non, ils ne pouvaient pas. Le caprice n’avait rien de raisonnable pourtant, comme à chaque fois que Keira devait jouer la voix de la raison, son coeur se comprima dans sa poitrine et sa tête se secoua dans un geste douloureusement négatif : « On ne peut pas Tôta, les médecins vont te chercher…. on va se faire disputer. » Sa voix laissait transparaitre tout le chagrin qu’elle avait à lui refuser ce caprice… en fait, il lui sembla même que cela faisait plus mal que d’habitude. Mais son frère avait rendez-vous, comme tous les jours, pour ses examens quotidiens. Si l’état de Tôta n’avait pas l’air alarmant, manquer une consultation n’était pas permis. Peut-être tenta-t-il encore quelques seconde de convaincre sa soeur en la fixant droit dans les yeux… et on vous prie de la croire, cette supplication silencieuse était presque plus douloureuse que les mots. Mais ne souhaitant pas faire une scène devant celui qu’il venait de rencontrer, Tôta se résigna dans un soupire et se replaça dans son siège reposant mollement ses bras sur les accoudoirs. Il n’ajouta rien. Il ne boudait pas. C’était comme ça, il le savait. Il s’en fichait bien d’habitude mais là… Oui, il était triste de quitter Jae Min. « Au moins, j’aurais eu l’autographe de Jae Min Oppa, » souffla-t-il sur un ton qui voulait plus léger dans un sourire où le chagrin, pourtant présent, était difficile à percevoir. Hors de question qu’on s’apitoie sur son sort.

« Oui. » Et le même sourire gagna le visage de sa soeur avant qu’elle ne relève un regard vers le Coréen. « Je suis désolée, on va devoir écourter nos retrouvailles. Ne sois pas trop triste d’accord ? » Elle aussi, elle avait le droit de le taquiner. Et puis, à cet instant, c’était plus que nécessaire… détendre un peu l’atmosphère. On pouvait néanmoins lui retourner le conseil… au fond, elle aussi elle était déçue de quitter Jae Min aussi vite, non ? Elle ne savait pas depuis combien de temps ils parlaient, mais elle aurait aussi voulu que ce moment dure un peu plus longtemps. « Mais j’attends toujours de toi une interview. J’y tiens. » Une lueur plus déterminé alluma ses iris tandis qu’un sourire plus doux étira ses lèvres. C’était sûrement sa façon de lui dire qu’elle souhaitait le revoir… et puis, au moins, elle pourrait lui donner son avis à propos de ses vidéos. Ils devaient se revoir. C’était important. Elle le voulait.
© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 10 Sep - 22:30
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
This is an intervention
Jaera ♥



Oui vraiment.
Non Jae.
Mais si. C’était quoi le problème avec Jae Min Oppa, ça avait l’air de plaire à Tôta non ?
Oui, mais parce que le pauvre vivait dans l’ignorance dont on venait d’abuser. Et qu’il ressente le besoin de prouver qu’il était con ne le dispensait pas de venir balayer les erreurs et de le reprendre, que le surnom soit amusant ou mignon, peu importe. Enfin, en tout cas pas selon Keira qui y était allée à son tour de son petit surnom « ... » comment est-ce qu’elle venait de l’appeler ?
Hwang Jae Min pabo. Et la réponse était oui, elle faisait pire que lui.
Ouvrant la bouche un instant dans une moue offusquée, elle s’était rapidement refermée tandis que sa tête se secouait dans un air réprobateur « Quel manque de professionnalisme ! » c’est vrai, c’était insultant, et c’était probablement pour le souligner qu’il s’était tourné vers Tôta afin d’ajouter « Dix fois et elle ne le prononce pas encore correctement. »
Hwang Jae Min… c’était pourtant bien ce qu’il nous avait semblé entendre. Le “pabo” en plus. Il l’avait entendu ça aussi ? Ce petit ajout qui signifiait qu’au lieu de la taquiner davantage, il aurait dû reprendre son petit frère pour lui avouer qu’il avait oublié de le reprendre sur un point bien précis ?

Peut-être qu’il allait le faire. Peut-être qu’à un certain point, il s’était dit que Keira avait pu se méprendre sur la taquinerie et qu’il était bon de se priver de la plaisanterie. Mais la conversation avait pris un tout autre tournant et il n’avait plus été question ni de pabo, ni d’oppa, ni de problème de prononciation.
Non, on était plutôt parti dans le registre flatterie que Tôta avait largement alimenté sur le dos de sa soeur, soeur vers laquelle le regard du coréen s’était à nouveau posé sans être capable alors de croiser le sien. Avec ou sans cette affirmation de bon goût, son avis comptait déjà à la base. Oui, il l’espérait, au moins un peu, elle penserait du bien de cette petite visite sur sa chaîne. Même s’il n’irait plus très loin de son côté, même s’il n’y aurait jamais rien de très glorieux à raconter sur Hwang Jae Min désormais et qu’il n’était plus dans le fond que ce “pabo” qu’on n’avait pas besoin de prendre au sérieux… oui, ça lui ferait quand même plaisir de savoir que Keira avait pu penser un ou deux trucs pas trop mal. Qu’il avait fait des progrés peut-être… ou qu’elle validait toujours… ou qu’elle confirmait penser avoir bon goût comme maintenant « Alors j’espère ne pas te faire mentir. »

C’était le souhait qu’il avait formulé peu avant de lui prendre son carnet, peu avant cette pensée idiote sur une peau douce que ses doigts auraient peut-être dû s’excuser de rencontrer. Il l’avait pensé un instant en notant la réaction de la demoiselle, quand ses yeux, une courte seconde, étaient remontés sur son visage avant de se baisser sur la page pour y écrire ce qu’on lui avait demandé.
Mais au lieu de rajouter au malaise, ses doigts avaient bougé pour écrire un nom. Et au final, pour cette seconde en dehors du temps, pour cet instant où on aurait presque pu porter l’accusation d’avoir été deux et non plus trois, il ne s’était pas excusé. Comment est-ce qu’il aurait pu formuler ça ? Pardon d’avoir trébuché avec douceur sur une peau qui doit en mériter davantage tant elle est coupable du même qualificatif ?
Un peu trop honnête, sans doute. Il était préférable de rendre son bien à la journaliste en faisant mine de ne pas avoir remarqué d’avoir été gênant par maladresse… quelque chose comme ça. Alors il lui avait rendu son sourire et s’il aurait pu la taquiner en lui disant de continuer à travailler sa prononciation, mais pas trop parce qu’un accent pouvait être agréable à entendre dans certains cas, comme dans le sien, la réponse de Tôta avait détourné son attention. On aurait eu du mal à ne pas le trouver adorable et un autre sourire s’était posé naturellement sur ses lèvres. Oui, ce serait cool aussi si Tôta pouvait valider. Il ne le connaissait que depuis quelques minutes, et pourtant, ce fourbe lui faisait déjà espérer « Maintenant que tu l’as dit, t’as plus le choix, t’es obligé d’y faire un tour. » oui mais ce tour, il ne le ferait pas tout seul « Pareil pour toi. » oui, une journaliste était une femme de parole « Et je compte sur toi. » pour qu’elle se montre intransigeante. Parce qu’il espérait qu’elle ne le serait réellement pas, déçue.

Tout ça avait beau ne pas mener vraiment quelque part, avoir la validation des Sakuta ferait au moins plaisir à son coeur. Et puis, s’il pouvait leur donner quelque chose qu’ils aimeraient bien regarder, le remerciement serait moindre comparé au moment qu’ils venaient de lui offrir.
Une pause bien agréable mais qui malheureusement, comme toute pause, devait avoir une fin. Et celle-ci avait pris la forme d’une sonnerie qui avait semblé ramener une personne, puis deux, à la réalité. La troisième y était revenue également assistant à la scène dont elle ne s’était pas mêlée jusqu’à y être conviée « La prochaine fois, je te donnerai mon téléphone ! » et d’un clin d’oeil, il avait accompagné sa connerie sans laisser de place à la tristesse sur son visage.
Pourtant, oui, il la partageait bien. Tôta, qu’importe tout ce qu’il ne savait pas sur lui, il ne méritait pas d’être rappelé à l’ordre par cette sonnerie. Il méritait davantage de pouvoir traîner encore dehors, autant qu’il le souhaitait, de faire ce qu’il avait envie de faire et de ne pas avoir pour rendez-vous tous ces trucs pénibles que lui réservaient les médecins… à lui ou à Jung Min. Oui, cette sonnerie c’était le signe pour lui aussi qu’il était temps de redevenir ce petit frère pénible….

Oui, c’était ça le principe d’une pause, ça se terminait toujours trop rapidement…. Et pourtant, il avait toujours été dans le clan des contres. Du genre à ne jamais s’arrêter. Encore aujourd’hui, il ne prenait pas vraiment le temps de le faire. Pourtant, il aurait pu difficilement dire qu’avoir trouvé une petite pause sur son chemin aujourd’hui ne lui avait pas fait un peu de bien pour le temps qu’elle avait duré.
« Dit-elle les yeux brillants de déception » qu’elle prenne fin ne l’avait pas empêché de répondre à la taquinerie de la journaliste par une autre. Il aurait pu aussi lui dire que ça lui faisait plaisir de l’avoir revu… même si l’endroit n’était pas le meilleur pour des retrouvailles. Il aurait pu avouer qu’il avait apprécié de pouvoir reparler un peu avec elle, lui dire “à une prochaine fois”, quelque chose dans ce genre là mais il était resté sur cette plaisanterie jusqu’à ce que sa tête ne finisse par se hocher sans vraiment répondre à la remarque journalistique.
Une interview… oui… c’est vrai, il n’avait pas vraiment eu l’occasion de lui dire qu’il n’y avait pas vraiment de sujet à faire sur lui. Qu’est-ce qu’elle aurait bien pu raconter dans son papier ? La fin d’un rêve… ou quelque chose dans ce genre là ? Etait-ce vraiment quelque chose qu’on soulignait en fin de conversation, en guise d’au revoir ? « On se recroisera. » non ? « Travaille ta prononciation d’ici là. » évidemment, ne serait-ce que pour voir si elle avait appris à dire correctement son nom « Je compte sur toi Tôta. » et son sourire était passé de l’aînée au cadet avant de se tourner en arrière, en direction de l’endroit où il avait laissé Jung Min plus tôt. Une dernière fois, il avait regardé ses camarades de pause pour ajouter un « Alors à bientôt. » plus positif qu’un simple “au revoir”. Oui, avec un peu de chance, même si on la forçait, ils se recroiseraient non ?

C’était ce qu’il avait semblé espérer avant de se décider à tourner les talons après un dernier sourire en guise d’au revoir. Il l’avait gardé quelques secondes de plus, quelques pas sur le chemin pour retrouver son frère. Et puis son regard l’avait cherché et il n’avait plus fait qu’appréhender. Oui, il avait respecté son désir, il l’avait laissé tranquille un moment… mais il savait qu’après leur petite visite ici, il en faudrait plus à Jung Min pour retrouver un semblant de bonne humeur. Et il avait suffi que leurs regards se croisent, que Jung Min ouvre les bras dans un « Qu’est-ce que t’as foutu ? » pour que la pause touche réellement à sa fin « J’tai demandé 5 minutes, pas de me laisser crever là. » pointant du pouce l’arrière de son épaule, il s’était apprêté à faire preuve de patience en lui expliquant qu’il était tombé sur Keira, cette journaliste qu’ils avaient connu quand lui pensait que tout allait bien et quand Jung Min préférait ne pas le faire mentir, mais il l’avait devancé « On se casse, ça m’fout la déprime cet endroit et j’ai la dalle ! Paie moi un McDo ! » quelques secondes, tout au plus, il était resté planté là à regarder son frère prendre les devants. S’il avait pensé que son frère avait plus envie de le faire chier que de manger chez Ronald, il n’en n’avait rien dit. Il lui proposerait sûrement de lui cuisiner un truc sympa plutôt, son plat préféré… même s’il l’entendait déjà rejeter l’offre, s’agacer sur les principes à la con anti malbouffe de son cadet et peut-être trouver d’autres moyens d’exprimer sa mauvaise humeur.
Lui ne dirait rien, ou pas grand chose… intérieurement, il se souviendrait sans doute du temps où Jung Min aurait eu pour réponse un sourire et ou son seul moyen de le faire chier aurait été de lui pincer la joue dans un “Jaeminie va prendre soin de son grand frère adoré ? Pourquoi t’es aussi mignon ? Hey dis, tu me donneras la becquée ?” mais il aurait été content… oui, ça lui aurait fait plaisir qu’il lui cuisine quelque chose….
Il y avait des jours plus durs, des jours plus simples, mais ces petites choses d’avant, tous ces petits détails auxquels il ne prêtait pas assez attention avant et qu’il lui manquait maintenant… il avait l’impression qu’il n’en restait plus grand chose. Comment est-ce qu’ils en étaient arrivés là ? C’était une question stupide qu’il se posait parfois…. Entre cette époque où Keira écrivait un article sur la victoire que lui voyait déjà et aujourd’hui… qu’est-ce qu’il restait comme ressemblances ?


electric bird.

 
A walk to remember ❀ ft. Jaera ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Ces titres français qui nous affligent
» Pit Walk Photo Collection
» Robert Pattinson et Emilie De Ravin dans "Remember me" (2010)
» Clermont - Remember Museum
» Son étoile au Walk of Fame!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-