This is an intervention || ft. Jaemi ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Invité
avatar

     Dim 23 Juil - 23:59
 
This is an intervention
Jaemi ♥


Lui ? Lui un petit con ? « J'temmerde, j'suis plus grand que toi !  » ... et pour le con ? Bah, il était manifestement plus réaliste d'être plus grand que lui en faisant la même taille que de prétendre être intelligent. Et pour parler franchement, pour la suite, il avait eu l'impression que Mikio parlait une langue inconnue. Alors oui, autant rester sur un sujet plus clair que sur celui qui le faisait se poser la question suivante : depuis quand Mikio parlait-il hébreu ? « Et puis, c'est même pas un chien ton chien. » c'était quoi alors ? Un kangourou ?

Voilà qui résoudrait pas mal de leurs problèmes et nous permettrait de notre côté de nous épargner quelques migraines pour tenter de comprendre ce qu'il n'y avait pas à comprendre. Du moins, on ne pouvait arriver qu'à deux conclusions en observant cette scène.
Oui, ils faisaient la même taille.
Et oui, ils étaient aussi abrutis l'un que l'autre.
Combient de gens avaient-ils desespéré dans leur enfance ?
Sûrement trop... en fait, il y avait bien eu une vague de déménagements étranges dans le quartier à un moment....

Bref, si on pensait que la sortie de la technologie nous épargnerait de longues minutes d'un débat inutile, on se trompait. Parce que ça partait mal, très mal, quand déjà Pince-Mi et Pince-Moi se chamaillaient, sans bateau, pour deviner lequel des deux auraient raison.
Et évidemment, le plus coréen des deux, celui qui buvait encore du pepsi et ne portait pas le prénom d'un chat, n'était pas d'accord avec la dernière remarque de son aîné. Evidemment, vu sa gueule de petite bitch des plages, il avait une remarque de la plus haute intelligence à faire à Mikitty Fat Cat « Sauf si demain en me levant j’ai le malheur de voir ta gueule dans le miroir, j’vois pas comment. » bwahahahahahaha...
... ouais, c'est clair, Jae avait toujours su prouver à quel point il était intelligent....
La preuve, n'avait-il pas raison ? Google lui donnait le point, Mikio avait le bonnet d'âne et lui il comprenait désormais qu'il aurait pu faire de longues études de droit, de médecine... ou mieux encore de bitcherie option analphabète.

Dommage pour lui, il n'aurait pour autant pas le droit d'hériter de ce qu'il avait honnêtement remporté en ayant raison. Parce que son ami d'enfance et grand frère de coeur était bien trop borné pour reconnaître quand il se trompait, il semblait rester tristement dans un combat qu'il avait pourtant perdu « ... » et en plus, il était devenu sourd avec l'âge. Triste jour pour les aveugles « Tarie Hyung, avec un "i" comme dans imbécile ! » toute son éducation était à refaire « ou celui que prend Pepsi à la fin » #oucommedanstaspasrincéleriz #rancune.
« Laisse tomber, tu sais même pas lire ! » clairement, lui non plus ! Mais passons sur le plus con, celui au cerveau le plus défaillant, la bataille avait pris un tour encore plus ridicule quand Mikio s'était mis en tête de lui voler son téléphone provoquant une langue qui claque contre un palai d'un cadet qui avait éloigné son téléphone de la demi-portion.
Et voilà comment, en ce jour tragique d'hiver, Mikio avait tenté de le peloter pour voir ce que ça faisait d'avoir des muscles « ...Arrête... Ah Hyung ! » est-ce qu'il venait de poser sa main sur sa tête pour l'éloigner ? Est-ce qu'ils se chamaillaient comme des gosses de trois ans ? « Arrête ça petit gros ou Je te fais rouler  ! » oui, à trois ans, il était déjà bitch. Mais il était né pour ça.

Qu'importe le combat, le chien addict aux séries américaines avait préféré l'arrêter. Bien que le poilu ne soit pas exactement le responsable de la fin, ou du début d'une pause plus probablement, de ce qui nous avait fait soupiré 147 fois, facepalm 33 fois et envisager de changer notre personnage pour une version avec un cerveau plus fonctionnel. On n'était pas vraiment difficiles, tant qu'il savait écrire son prénom.
Repoussant la glue sur le canapé, profitant de la diversion, il avait fini par tourner la tête vers un dos qui entrait dans une cuisine pour ouvrir un frigo. Toutes les bonnes choses avaient une fin.
Oui. C'était approximativement ce qu'il avait pensé face au retour du colocataire de Mikio. D'accord, le moment était stupide et ne menait pas à grand chose... mais pendant quelques minutes, ça avait été comme avant et au final, il avait eu beau râler, ça ne l'aurait pas dérangé plus que ça de continuer ce combat inutile encore quelques minutes.
Chose qui ne serait plus possible maintenant que son grand frère de coeur avait décidé de mêler son ami faussement italien à la conversation.

« ... » c'était normal. Oui. Mikio n'allait pas ignorer son colocataire et lui, dans le fond, n'avait aucune raison d'être déçu. Il pouvait en revanche juger la manière avec laquelle Mikio avait interpelé son autre cadet « Parce que c'est complètement con ! » ça ne l'avait pas empêché de répondre, couvrant par la même occasion un « Hum ? » sur un son de frigo qui se referme.
Ah les kangourous, ou les wallabys qu'importe, c'était sûrement un meilleur sujet de conversation que la suite. Les cheveux italiens. La réaction du coréen avait été instantanée. Perplexe, puis jugeur, il s'était tourné vers son aîné pour le dévisager de longues secondes avec une pensée très nette en tête "on s'en fout non ?". C'était quoi l'importance avec les cheveux mouilles ?
« Il fait pas si froid. » apparemment, ça avait assez d'importance pour faire se tourner un italien et le faire venir jusqu'à l'entrée de la cuisine, canette de coca, et non de pepsi, en main. ça en avait assez pour que l'inconnu à la chemise à peine fermée ne dévisage son colocataire un instant, passant une main dans ses cheveux avant d'ajouter « J'irai me les sécher plus tard. » si Jae n'était pas au courant des pratiques étranges de cet appartement, il aurait pu penser que se les sécher plus tard revenait à attendre qu'ils se sèchent tout seul. Mais, encore une fois, quelle importance que les cheveux du buveur de coca soient mouillés ?

Le regard posé sur lui, il n'avait rien vu, rien remarqué, même pas de jalousie et il n'en n'avait de toute manière aucune à avoir pour ce nain japonais dont il ne voyait fort heureusement pas le ventre ou rien qu'un bout.
Passons, il n'était pas le gay de l'histoire.
Sans intervenir dans cette conversation étrange, son regard était passé de son hyung à un italien qui s'était penché un instant pour câliner son chien « Les wallabys ne sont pas des kangourous » ... il venait de dire quoi le nain ?
Que les wallabys n'étaient pas des kangourous à priori. Ce qui, en somme, semblait être une déclaration de guerre vu le froncement de sourcils coréen quand son regard avait croisé celui du plus jeune à l'instant où il s'était redressé pour ouvrir sa canette de coca et en boire quelques gorgées.
... ne prenons même pas trois secondes pour phaser sur la manière de consommer italienne. On pouvait en revanche noter qu'un coréen avait tenté de ne pas se crisper quand l'autre nationalité s'était rapprochée de quelques pas vers eux « C'est parce qu'ils sont trop petits. » il était content ? Il avait bien appris sa leçon « Ouais, merci, c'est ce que l'idiot à côté a dit. » ... oui, il savait, sage, gentil, aucune froideur dans sa voix... il devait être aimable et poli « Michan n'est pas idiot, il a raison. »

....... mais pour parler franchement, il ne le sentait pas trop.
Être calme. Si l'italien voulait appeler son hyung Michan et le défendre comme un gosse vexé de trois ans, ce n'était pas son problème « Les wallabys sont souvent assimilés aux kangourous, c'est une erreur fréquente et pas si terrible que ça. » est-ce que le blond était en train de lui dire qu'il était con mais que ce n'était pas si grave ? « C'est vrai qu'ils se ressemblent beaucoup. » fallait croire... mais dans certaines parties du monde, on appelait ça de la diplomatie et non du foutage de gueule « Mais ce sont des wallabys et non des kangourous. Comme les kangourous ne sont pas des wallabys. » ...... « Ouais, je comprends bien l'idée, merci. Moi aussi je parle coréen. » comment ça se faisait que le dénommé Naoki le parle si bien d'ailleurs ? « Dire que les wallabys sont des kangourous, ce serait comme dire qu'un labrador est un dalmatien. » c'était quoi leur problème avec les chiens ici ? « Ou qu'un maine coon est un siamois. » et les chats... « Je dis ça parce que ce sont des marsupiaux tous les deux. » .... oui, à partir de maintenant Jae, tu vas regretter avoir dit que tu comprends le coréen parce que le professeur italien qui venait de s'asseoir par terre, pour hériter instantanément d'un chien qui était venu réclamer des câlins, avait continué sur sa lancée, en pire, tout en caressant son chien « Comme le koala. » ceci dit, un koala il savait ce que c'était et « Le koala n'est pas un kangourou. » merci Jae, inutile de creuser ta propre tombe « Non, ce n'est pas ce que j'ai dit. Un chat est un félin comme le léopard » .... Mikio vivait avec des autistes non ? « Le koala est un marsupial comme les kangourous et les wallabys. Et quelques espèces de wallabys sont du genre macropus avec les grands kangourous et le wallaroo» .................. voilà, c'est à peu près à cet instant là, qu'il s'était pris pour une Kotani... c'était toujours mieux que le bruit du vent ou des mouettes dans sa tête. Ses yeux s'étaient plissés et il avait fixé l'italien avec pas mal d'incompréhension sur le visage « .......................... » qu'est-ce qu'il racontait là ? Parce qu'en plus il y avait plusieurs wallabys ?
..... oui et plusieurs kangourous mais on s'en foutait non, parce que c'était tous des kangourous
... enfin, à priori, c'était tous des octopus.
Macropus Jae, macropus. Et ce sont des marsupiaux. Parce que tous les wallabys ne sont pas des macropus : bis.

Alors, en cas de confusion, autant se tourner vers son grand frère et dire en pointant d'un index son taré de coloc « Pourquoi est-ce qu'il me parle du marsupilami ? » non, la vraie question était : pourquoi est-ce qu'il lui en parlait en latin. Mais rassure toi Jae, parler d'une bd c'est comme parler de disney pour Naoki. C'était presque une revanche prise grâce à Alex, le grand accroc de ce genre de lectures  « Marsupial » presque « Quoi ? » Marsupial et pas marsupilami « Des marsupiaux.» singulier ou pluriel, même question : quoi ?


electric bird.
Invité
avatar

     Lun 7 Aoû - 21:44

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Non, Jae n'était pas plus grand que lui. Oui, il était aussi con. Non, cette conversation n'avait définitivement plus aucun sens. Et enfin, oui, Google était cassé. C'était ainsi et pas autrement. Parce que Naoki ne pouvait pas avoir tort au sujet des wallabys. Naoki, il était beaucoup plus sûr que Wikipédia, c'était un fait et toutes contestations étaient fausses. Inacceptables.

Mais en l'occurence, ce qu'il y avait d'inacceptable, c'était bien leur connerie. Tout comme le fait de dévisager Jae comme s'il venait d'en balancer une nouvelle quand pourtant - cette fois pour de vrai ! - il avait raison. «  » Tarie... tarie... qu'est-ce qu'il avait dit lui ? « Ah la ferme, c'est toi qui prononce mal ! » Oui, après tout ça n'avait pas d'importance : pourquoi chercher une erreur quand de toute façon Jae aurait forcément tort aujourd'hui. Etait-on bien sûr qu'il était l'aîné ?
Il était un aîné persécuté, voilà tout ! Et maintenant, il se demandait même si son cadet n'avait pas fait exprès d'employer un mot avec un "i", lettre si rare dans l'alphabet, pour alourdir sa culpabilité. « Ca va, ça va ! » céda-t-il en levant les mains, « J'ai compris ! » Oui, Jae l'aurait son Pepsi, il n'avait pas besoin de lui remettre son péché sous le nez, Mikio savait bien qu'il avait fauté. Mais il aurait réparé sa faute demain. Il lui en paierait même un quand ils iraient prendre un verre la prochaine fois. Mais là n'était pas la question et c'était peut-être bien essayé de la part de Jae, mais Mikio ne comptait pas lâcher l'affaire. Malheureusement.

« N'empêche que ça change rien, tu t'es forcément trompé ! » Lui ou Wikipédia, peu importe. L'imbécile était du genre têtu. Et c'était pour cela qu'il tenta une nouvelle fois de récupérer son téléphone, sans grand succès. La persévérance restait une qualité. Même quand on est con ! Et puis non, Mikio ne validait pas l'argument de son meilleur ami. Il lisait très bien ! Il adorait lire d'ailleurs !
... les Oui oui ? #derien
Bon. D'accord, le Coréen n'avait jamais été un grand lecteur et il était le premier à s'en désoler aujourd'hui pour son manque de culture qu'un Italien néanmoins avait la bonté de lui rattraper au quotidien. Lorsqu'il était seul, Mikio avait toujours trouvé de l'occupation sur sa guitare. Son temps libre, il le passait à jouer, à composer, à s'améliorer dans la seule chose dans laquelle il n'avait jamais été bon. Il ne se lassait jamais. L'ennuie, il ne le découvrait que depuis peu quand l'appartement était vide d'une certaine présence. Il se défendrait cependant en disant que depuis quelques temps, le chanteur s'était trouvé une nouvelle passion pour les livres.... tenus entre les mains d'un rital blond à lunette. Hum. Bref.
Il était ainsi plus légitime d'accorder cette fois le point à Jae qui lui au moins été allé au bout de ses études. Techniquement, il était plus apte à consulter ce genre de pages un peu scientifiques. Mais trop de termes latin pouvait être néfastes pour le cerveau coréen. Les deux ici présents. N'étaient-ils pas en train de se disputer comme deux enfants stupides ? Jae n'avait qu'à lui donner ce fichu téléphone et ils auraient l'air moins con !
... Et toi, Mikio... tu n'avais qu'à sortir le tien ?
Lui faire entendre raison semblait peine perdu quand il était trop occupé à râler sur Jae et son refus de coopérer tandis qu'il tenta une nouvelle fois de prendre le dessus et lui prouver que son aîné avait de quoi se faire respecter, oui, il avait bien des muscles ! .... un peu.....
.... Pourquoi est-ce qu'il avait autant de forces Jae ?
« Donne moi ce téléphone Jae Min ! » L'exiger ne rendrait pas le danseur plus clément qui avait désormais à moitié bouché la vue de son adversaire de cette main irrespectueuse. C'était quoi le plan ? Grimper sur Jae ? Mikio, tu as l'air assez ridicule comme ça... sérieusement. « T'sais c'qu'il te dit le p'tit gros ?? Donne moi ce portable ou je t'écrase ! » Des menaces ridicules pour une scène d'action des plus navrante... Mais le plus tragique dans tout ça c'est que cette bataille épique n'avait pas été seulement capté par le chien en droit de les juger, mais trop probablement aussi par un Italien qui passait par là, trop furtivement pour laisser l'espoir à son colocataire de sauver son honneur et sa crédibilité.

Heureusement, l'alerte d'Umberto lui avait fait regagner une distance respectable, aidé généreusement par Jae qui l'avait si gentiment rejeté loin sur le canapé. Mikio ne lui en voulait pas, il s'intéressait désormais au nouveau venu qui, s'il l'aimait toujours même après ce qu'il venait de voir, pourrait apporter la solution à leur problème d'illettrisme. D'une plainte il le signala à Naoki, pour ne pas dire dénoncer, et renchérit à la contestation de Jae : « Mais non ! Je te dis que c'est ça, tu vas voir ! » Donc, on ne tenait vraiment pas compte de Google ?
On s'en fout de Google ! Naoki était là avec son cerveau et....
... ses cheveux mouillés. Ca lui avait échappé. C'était le genre de remarque qu'il devait retenir face à Jae mais c'était une torture. Trop pour qu'il résiste à reporter son regard sur Naoki en ignorant celui de son meilleur ami, sans le moindre doute plein de jugement. Et à cette réponse scandaleusement mauvaise du plus jeune, la démangeaison de ses mains ne se fit que plus présente. Pas si froid ? PAS SI FROID ?
« On est en mars. » souligna-t-il d'un ton qui trahissait clairement la position du "I'm not okay with that". Etat d'esprit qu'il devait partager à présent avec Jae Min bien que pour des raisons différentes. Ne pouvait-il pas réfléchir deux secondes et réaliser que son ami ne pouvait pas juste comprendre ce comportement ultra maternel qu'il abordait avec Naoki ? Il allait le prendre pour un fou. Ou pire... Et il aurait bientôt droit au discours diabolisant sur le Japon, ce pays maléfique rempli de nains pas si petits qui faisaient virer de bord ! Pff.
.......... Vraiment ? Jae allait pourtant avoir de quoi être convaincu. Si Mikio s'était retenu de gronder davantage son "colocataire" bien que l'envie ne lui manquait pas, il avait failli mourir dès l'instant où ses yeux s'étaient posé sur le péché ultime que Naoki avait osé rapprocher.
« ……………………………………… »
djscfnfjgdfgujnfbhgujbfjnfgd.
C'était à peu près ce que Mikio avait retenu. Ca et un brusque mouvement de recul à la vu de cette peau trop subtilement dévoilée, trop peu et à la fois pas assez dévoilé par l'arme du crime, cette chemise. Il ne devait pas bouger. Il ne devait pas le fixer. Il ne devait pas non plus rougir. Et s'il pouvait éviter de mourir... Fuir le regard de Jae était aussi une très bonne option. Moins quand ses yeux se reposer inévitablement sur le torse de l'Italien.
kjdnmfjgutgmdfib ! OMG MAIS OMG ! Comment avait-il osé lui faire ça ??
Au moins, il était habillé alors pourquoi s'insurger ?
Parce que.... parce que..... Parce que c'était pire quand on voyait à peine son torse !! C'était tellement.... tellement.... scandaleux et.... érotique !!
Et il remerciait le ciel de ne être assez connecté à Jae pour qu'il puisse lire ses pensées. Parce qu'il n'y avait plus une once d'hétérosexualité là dedans... ! C'était à se demander comment il avait survécu à l'Australie ? La question était bonne mais la réponse l'était sûrement moins à entendre. Qu'ils se soient autorisés à être cons là bas l'avait probablement aidé. A moins que ça ne l'ait que davantage condamné.
Et s'il n'avait fait que le regarder longuement sans être capable d'ajouter une phrase correct en présence de Jae, il était évident que quelque chose n'allait pas à sa façon de s'agiter nerveusement sur le canapé. Evidemment, il n'avait qu'une envie : se lever et s'emparer de ce corps scandaleux pour le cacher et accessoirement lui sécher ses maudits cheveux blonds, sources de trop de troubles.

Mais était-ce vraiment le meilleur moment pour faire la guerre à Naoki quand celui-ci s'apprêtait à lui offrir son aide ? Il le disputerait plus tard. Là, Mikio s'était fait violence pour se reconcentrer et approuver exagérément d'un signe de tête cette déclaration, vérité absolue et incontestable. Les wallabys n'étaient pas des kangourous ! « Tiens, tu vois ! » Oui. Naoki était une preuve. Non, Mikio n'avait besoin de rien d'autre pour être plus satisfait que la confirmation de son protégé vers lequel il avait voulu tourner un regard reconnaissant et ...
ejsdnmfdjmfgujmguvbjmnhfg !!!
Si Mikio avait bu, il aurait tout recraché, dénotant nettement avec la nouvelle pub érotique de coca-cola qui l'avait fait phaser. Est-ce qu'il phasait toujours quand Nao buvait des sodas ? Est-ce qu'il se sentait perdre pied à chaque fois ? Et son nez ? Est-ce que son nez saignait ??? La présence de Jae ne devait faire qu'amplifier ce sentiment de pécher quand il posait ses yeux sur un Naoki si outrageux. Ca n'allait pas du tout. Il fallait qu'il se reprenne. « Na... oki…. » gémit-il presque en silence, laissant échapper malgré lui sa détresse. Pourquoi lui faisait-il ça ? Pourquoi le torturait-il à ce point quand le Coréen n'avait que de l'amour pour lui ? Est-ce qu'il le torturait lui ? Il pouvait bien boire toutes les canettes qu'il voulait devant Naoki, ça n'aurait jamais l'impact de la version italienne et ses gouttes qui paraissaient si brillantes, si parfaites, tandis qu'elle dessinaient cruellement la forme de sa pomme d'adam pour finir leur courses sur son buste partiellement dévoilé. C'était fini. Jae allait le voir... et Mikio n'était pas encore prêt à lui faire un quelconque coming out ... ! « Oui.... petit… » Il allait pleurer. Fondre en larmes et se jeter aux pieds de Naoki pour lui supplier d'arrêter de lui faire tant de mal lui et son coca, son torse, ses cheveux, sa pomme d'adam... Est-ce que c'était le prix à payer pour avoir renoncé au Pepsi ? C'était une punition ? Oui, s'il y avait eu du Pepsi dans ce frigo, cette scène ne se serait jamais produite. #lol

Perdu dans les méandres d'une conscience désespérée, la voix de Jae ne lui parut que d'abord lointaine, prêtant très peu attention à une insulte commune entre eux. Mais ce qui le ramena plus certainement sur Terre, ce fut la voix de Naoki qui prit sa défense. Ses yeux - qui se forcèrent a resté à hauteur des siens - le considérèrent un instant avant que son coeur n'adopte un rythme moins affolé, plus chaud. Naoki n'était plus un démon scandaleux mais un adorable petit ange désormais. Oui, Mikio avait problème grave on vous l'accordait. Surtout quand son sourire s'étirait si niaisement pour remercier son défenseur, sans tilter une seconde que ses mots si mignons ne plairaient pas aussi certainement à son meilleur ami. Michan.... Est-ce qu'il s'y ferait ?
Il l'espérait. Tout comme il espérait qu'il se ferait à ce Wikipédia vivant, bien mieux que Wikipédia.
En plus, lui, il était doux avec les ignares. Il les rassurait. Qu’il était gentil son Naoki. C’était sans compter sur le sourire pleinement approbateurs de ses sages paroles du crétin de Coréen qui ne pigeait pourtant pas plus de choses plus tôt. « Tu vois Jae, c’est pas grave si t’as tort ! Je t’en veux pas, vraiment. » …. Ta gueule Mikio, n’en rajoute pas. Mais oui, ce hyung pouvait aussi être un chieur…. il n’était pas ami avec Jae pour rien. Pas seulement parce qu’ils étaient stupides tous les deux.
Cependant, Mikio était aussi un élève attentif qui voulait apprendre de ses erreurs, c’est pourquoi il avait écouté attentivement cette première explication de la part de Naoki qui ressemblait fortement à la démonstration de Jae plus tôt… en plus intelligente ! Et à laquelle il ajouta un : « CQDF ! » qui n’était pas le bienvenu. Arrête de fanfaronner sérieux… Mais le fayot n’en avait pas terminé d’approbation pénible, que ce soit d’un mouvement de tête ou avec sa bouche dans le pire des cas. Ainsi il se permit de rajouter : « Ah ! Tu vois que j’avais raison pour Umberto. » Non. Clairement, ça n’avait aucun rapport mais on était tous à peu près sûr que personne ne se souvenait de ce pan de conversation dénué de sens. Et puis, comme il était le chouchou, il ne risquait pas de se faire reprendre pas vrai ?
Et pour cultiver cette image d’élève modèle - ? - Mikio s’était mieux installé sur le canapé, suivant le prof des yeux pour ne plus le lâcher. Un regard bien trop admiratif… presque rêveur, tandis que sa tête reposait dans le creux de sa main, le tout accompagné par ce stupide sourire qui flottait sur son visage…. Non. Personne n’était plus heureux que Park Mikio d’assister à cette conférence sur les wallabys. Et il avait trouvé le débat lancé par son copain autiste passionnant…. Débat auquel il avait cru pertinent de participer dans un distrait mais convaincu : « Moi j’aime bien les léopards. » C’était des félins. Comme les chats. Comme Naoki. Oui, il aimait vraiment beaucoup. Est-ce qu’on pouvait le pendre ?
Mikio trouverait la sentence injuste quand pourtant il s’efforçait de bien retenir la leçon. Il voulait être sûr de bien le réexpliquer si jamais un jour on lui posait la question. Parce que le sujet des wallabys semblait être un sujet déterminant pour la vie d’autrui….
Néanmoins, s’il retint que Kangourou n’était pas Wallaby mais qu’ils faisaient tous les partis de la famille de marsupiaux, la suite demanda un niveau trop élevé pour qu’il ne retienne le terme exact de … macro…. macro… puce… ? Il séchait un peu sur cette partie mais au pire, il pourrait toujours demander à Naoki de lui réexpliquer plus tard. Au cas où il était pas sûr d’avoir assez tâché l’accoudoir à force de baver dessus.

Les méninges des deux Coréens semblaient tourner à plein régime mais celui du plus jeune sembla céder à la pression en premier, cherchant une aide auprès de son aîné. Se rendant compte qu’il s’était à moitié perdu entre cette histoire de marsupiaux et cette réflexion un peu trop présente sur le fait que Naoki était quand même beaucoup trop craquant pour son bien quand il allumait National Géographie, Mikio mit un peu de temps à réaliser la question de Jae et la comprendre. Il pinça les lèvres et eut un léger sourire, conscient que si sa remarque se voulait en apparence moqueuse, son meilleur ami nageait réellement dans la détresse. Oui, quand on était pas habitué, ça faisait tout drôle la première fois. Lui, il l’avait eu sous les étoiles de sa chambre alors ça n’avait pas été douloureux. En bon camarade, le chanteur décida de lui apporter son aide :

« Parce qu’il fait parti de la même famille que le kangourou et le wallaby. T’écoute un peu ? »

…… Bien essayé Mikio mais… Mh…. Le Marsu…. tu le sais pas vrai… ? Qu’il existe pas vraiment ? Pas plus que la Palombie, dont tu pourrais parler à Naoki, ce serait une des premières fois qu’il sécherait. Parce que ce n’était qu’une BD d’Alex et Naoki, il ne lisait pas de BD. Mais ça n’avait pas paru lui tirer de soucis, pas plus quand pourtant le plus jeune les avait repris sur une faute qui n’en était une que pour celui qui ignorait tout de l’animal à la fourrure léopard - tu m’étonne qu’il ne voulait pas en entendre parler du Marsu !!! Mikio s’était juste tourné vers Jae, un sourire ravie sur la gueule : « Alors ? Elle est toujours tarie ma source ? » Fier. Il en était bien trop. Ce n’était pas lui qui savait tout ça mais la fierté était bien là, bien forte. il l’aimait tellement son intello. Mais plus que ça, son coeur bondissait d’une toute autre joie en constatant avec trop de plaisir que Naoki et Jae Min avait échangé quelques mots. Pas des plus amicaux mais dénués de cette froideur précédente. Certes, le conflit était présent mais il était bon enfant… voulait-il croire. En fait, il voulait même croire en des signes encourageants…. Ces wallabys, Mikio les aimait de plus en plus.  
©LULEABY
Invité
avatar

     Ven 18 Aoû - 20:01
 
This is an intervention
Jaemi ♥


« Ah mais vire-moi ta graisse de là ! » quel beau combat ! Un combat rempli de nostalgie ! N’importe qui entrant dans cette pièce ce serait senti propulsé en enfance à les voir tous deux se chamailler comme si un dernier cookie était en jeu. Bientôt, pour ajouter à l’image de ce combat plein de testostérone, ils allaient peut-être commencer à se tirer les cheveux. Ou alors, ils agiteraient les mains rapidement en face d’eux dans un combat de claques en poussant des petits cris de mouettes effarouchées.
Ouais… l’image était exagérée mais on était plus si loin que ça.
Repoussant le voleur, éloignant son téléphone, il avait continué à se battre pour son bien et franchement, il aurait pu continuer longtemps comme ça. En fait, le chien n’aurait pas coupé court à ce combat de gladiateurs #lol, Jae aurait probablement dû sortir la manière forte d’un « Mikio, y’a ta mère ! ». Oui, aucune pitié, même entre meilleurs amis. Mais heureusement pour le peu de fierté masculine à laquelle ils pouvaient encore prétendre, le faux italien avait fait son retour.
Enfin… ça sauvait la sienne en tout cas…. Parce que du côté de Mikio, ce retour avait semblé le transformer en mère poule allergique aux cheveux mouillés. Il l’ignorait mais il n’assistait qu’à une scène quotidienne qui se jouait sans doute trop régulièrement. Le Serizawa qu’il ne connaissait pas avait une fâcheuse tendance à ne pas se sécher les cheveux en sortant de la douche.

Et à présent, le plus jeune des trois avait souri pour ce que son aîné venait de souligner. Un sourire angélique avec des trous dans les joues qui avait accompagné cette réponse de petit con « Oui, justement, il ne fait pas si froid que ça pour un mois de mars. » et il avait gardé son sourire pour ajouter « Et puis j’ai perdu ma serviette. » oui, tout comme il perdait ses t-shirt. Mais cette plaisanterie, Jae Min n’était pas en mesure de la comprendre. Lui, s’il en avait eu quelque chose à foutre de ces cheveux mouillés, il se serait dit qu’il fallait soit être très con pour perdre sa serviette, soit prendre réellement les gens pour des cons si on pensait faire croire qu’on l’avait perdue après s’être séché le corps.
Mais très franchement, le faux italien pouvait bien sortir par -20 avec les cheveux mouillés, ça ne changerait rien à sa vie.
En revanche, s’il savait ce qui se jouait dans la tête de son meilleur ami maintenant, ça changerait pas mal de choses à sa vie. Combien de temps pour le trouver bizarre ? Sachant qu’il avait déjà arqué son sourcil une fois, probablement pas très longtemps. Mais le métisse était pour le moment sauf et l’attention de Jae s’était reporté sur l’italien qui prenait bien évidemment le parti de son colocataire. Qu’est-ce qu’il en savait lui ? Il bossait dans un zoo ou quoi ? Tous des cons, Wikipédia avait raison.

… enfin, tout dépendait de comment on savait lire. Et puis de toute manière, …

………..
De toute manière ?
…………….
???
……………….
De toute manière ?
« …….. »
… on l’avait perdu ?
C’était quoi ce son qui venait de sortir de la bouche de son hyung à l’instant ?
Le son de son homosexualité Jae, juste le son de son homosexualité.
Regard entre l’incompréhension et le jugement, il avait fixé son aîné de longue secondes avant que son regard ne se détourne sur l’italien qui, après avoir essuyé une goutte de son pouce en avait porté le bout à sa bouche pour le sucer. Mais comme lui n’était pas gay, forcément, il n’avait pas cette musique dans la tête. En plus, on l’avait compris, il préférait le pepsi.

Bon ok, peut-être qu’il s’était questionné juste trois secondes mais que d’une manière purement hétérosexuelle. Après tout, lui, il ne se laissait pas transporter par la gayté irlandaise. Et il était passé sur la pub coca pour écouter l’autre abruti lui balancer son cours qu’il sortait d’on ne savait trop où. C’était des conneries non ?

Il avait bien essayé d’écouter « ... » à nouveau après une petite pause pour lancer un regard russe à son hyung. Et ce n’était que le premier d’une longue liste. Parce que d’abord Mikio avait commencé à employer le mot tort, et puis il s’était ramené d’un « CQFD » et son cadet l’avait jugé, avant de l’assassiner à nouveau du regard pour Umberto. Et puis, il l’avait plus hautement jugé à la mention des léopards. En fait, pour être tout à fait franc, il avait pensé qu’il était un gros suce boules. On aurait dit le chouchou du prof qui faisait de la lèche pour avoir le droit de laver le tableau le soir.
Ne sois pas mauvais perdant Jae, après tout, Mikio a raison, c’est pas grave si t’es con et puis… « ça je sais Tesoro ♥. » ……………………………
…………………………
Laisse tomber Jae, tout le monde le sait que Mikio aime autant les léopards et qu’avoir l’air con.
Après, si t’as envie de leur foutre le générique des bisounours, c’est une option envisageable qui ne te rendra probablement pas plus intelligent mais passons. Là, maintenant, il essayait de se concentrer sur un cours qui était devenu plus compliqué. Putain, même wikipédia c’était plus clair !
… ça, c’est parce que t’as arrêté de lire quand ça a commencé à devenir trop compliqué.
Exact !
Bref, il avait essayé, un peu, et puis il s’était rattaché au seul terme qu’il avait compris pour se tourner vers son aîné… qui lui avait apporté une réponse digne des plus grands suceurs …

« Tu sais que t’auras pas d’image à la fin ? » oh Jae, Mikio s’attend probablement à bien plus d’une image. Et si toi tu le trouves trop suceur à ton goût, sache que l’italien en face de toi ne pense pas du tout les mêmes adjectifs.
Si Jae n’avait pas le don de lire dans les pensées, sachez néanmoins que le prof s’était perdu légèrement à le regarder, que ce sourire qu’il avait eu à plusieurs reprises à son attention, c’était bien parce qu’il le trouvait adorable… craquant… ou plutôt absolument irrésistible. Oui, son Mikio était vraiment trop mignon quand il était comme ça et il avait le don de faire fondre son enseignant qui, à défaut d’une image, aurait bien eu envie de se caler contre lui maintenant pour continuer le cours tout en le câlinant.
Alors oui, heureusement, Hwang Jae Min ne lisait pas dans les pensées. Par contre, il avait des yeux et « T’as l’air con. » niais Jae, le terme est niais. Et pour être franc, c’était plutôt toi le con de l’histoire pour le coup. Mais ne sois pas trop vexé si Mikio n’est ni taré, ni tari « Non, mais faut dire que tu la suces tellement qu’elle a pas de quoi se déshydrater ! » … quoi ? Lui il ne pouvait pas savoir que cette phrase était gênante « Ceci dit, qui me dit qu’il a raison ? » son QI plus élevé que le tiens ?
Il avait pourtant bien commencé à reconnaître que sa source n’était pas si tarie que ça. D’accord, personne n’aimait perdre mais il fallait admettre que celui qui employait des mots compliqués était généralement celui qui avait raison « Attends, faut pas me prendre pour un con, j’sais très bien que les octopus c’est dans la mer ! »
………………… « … » ……….. « Et puis surtout, ils disent pas ça sur wikipédia. » c’était beau, cet altruisme, cette volonté d’aider pour avoir l’air le plus con possible « Non… c’est macropus. » et quand il avait décidé de tendre sa main à autrui, Jae n’y allait jamais à moitié, il donnait le bras « C’est pareil, entre les puces et les kangourous, y’a pas de comparaison possible. » … voir les deux. Mais s’il comptait parler ensuite des puces dans les ordinateurs, ou de celles sur les animaux, on préférait partir maintenant pendant qu’il était encore temps de ne pas être associé à l’idiot du village.



electric bird.
Invité
avatar

     Lun 28 Aoû - 21:19

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Pas si froid, pas si froid… C’était une blague, n’est-ce pas ?? Quand il s’était réveillé ce matin, Mikio avait eu froid et sa main avait tâtonné à la recherche de la couette pour la remonter sur lui - eux. Quand il était sorti de sa douche, il avait eu froid et s’était immédiatement enroulé dans sa serviette. Quand il était sorti faire les courses…. suspens… Il avait eu froid !! Et bien sûr qu’il avait enfilé une veste ! Et ce n’était certainement pas parce que Mikio était de nature frileuse, et Naoki d’origine ritalienne, que l’argument de son cadet était valable une seule seconde ! C’était un non ! Un gros non qui s’était d’abord manifesté par un souffle nasale silencieux mais contrarié… avant que ce sale gosse ne manifeste définitivement son intention de rendre fou le Coréen. Il se moquait de lui…. Devant Jae !! Inadmissible !! Ce petit con le torturait avec cette vision qui le perturbait et le démangeait à la fois. Et il savait pertinemment que devant son meilleur ami fraîchement débarqué de Corée du Sud et vierge de tout comportement peu hétéro de la part du chanteur, ce dernier ne pouvait simplement pas se lever pour récupérer une serviette et kidnapper Naoki afin de lui sécher les cheveux de cette façon un peu trop soignée et affectueuse. Geste qu’il ne calculait même pas en temps normal, mais dont il avait la triste conscience de ne pouvoir effectuer devant Jae sans que ce dernier ne fasse une syncope. Alors, clairement, le comportement de l’Italien était irrévocablement condamnable et condamné. « J’vais te la retrouver moi ta serviette, t’vas voir… » grinça-t-il entre ses dents. Une menace ridicule a priori qui n’avait sûrement aucun sens pour Jae. Mais ce qu’elle signifiait… Non, le nouvel arrivant ne voulait pas le savoir. Pour sa santé mentale, mieux valait qu’il ignore tout ce qui se passerait en ces murs lorsqu’il les quitterait…

Mais pour l’instant, personne n’avait rien à craindre si ce n’est celui qui grondait quelques secondes plus tôt à peine : en effet, Naoki avait su mettre hors d’état de nuire - ou plutôt en état de convulsion menant vers un décès prochain probable - en poursuivant sur un chemin hautement scandaleux.
Et fatal pour le plus vieux. Oui. Il avait gémit. Oui, ce bruit ridicule que tout le monde avait entendu, provenait de lui. Oui, c’était arrivé alors que Jae Min était à côté de lui. Fait qu’il avait essayé d’oublier de toutes ses forces en fuyant ce regard qu’il devinait jugeur comme il ne l’avait jamais été. Fourbe. Fourbe Italien. Tu le paieras, Park Mikio le jurait ! Mais en attendant, Park Mikio suppliait, par ce gémissement, au ciel - à Naoki - qu’on cesse de le torturer. Mais visiblement, le Jésus rital avait soit tout compris de travers, soit il était d’une cruauté sans nom à en juger la façon dont il suçait à présent son pouce……
……
…….. C’est sûr, si Mikio ne mourrait pas sur ce canapé maintenant, il ne survivrait pas aux prochains regards qu’il croiserait de son meilleur ami. Il avait l’impression qu’à présent tous ses péchés étaient exposés sur son visage. S’il s’était toujours réjoui à l’idée que les deux personnes les plus importantes dans sa vie se rencontrent… il n’avait pas anticipé que cela causerait sa perte. Remarquez… il n’avait pas anticipé qu’un jour il s’exilerait au Japon pour tomber amoureux d’un faux Italien. Ni tout le reste….

Etait-ce un miracle ou un sursis que le ciel lui accordait en attendant la sentence finale ? Quoiqu’il en soit, Mikio était pour le moment toujours vivant et s’était assez repris pour… mh… remettre à nouveau sa vie en jeux pour jouer le plus gros fayot de l’histoire face aux explications de son professeur préféré. Non, Mikio n’avait jamais été aussi bon élève. Il ne lui manquait plus que des grosses lunettes - qu’il pouvait emprunter à Naoki… - et il était le parfait petit élève premier de la classe et amoureux de la maitresse. Pas étonnant qu’il ne sente par moment une aura meurtrière menacer la sienne, rose, niaise et insupportable. Et puis le plus intelligent des trois avait parlé de léopard, alors forcément, l’aura avait pris quelques tâches tant aimé par le plus abrutis des métis. Il ne s’était pas plus soucié de la lourde menace qui pesait sur lui et seul un large sourire de contentement avait répondu à ces quelques mots qui lui étaient destiné. Oui. Il était content. En plus, il avait eu droit à un mot italien.
Oui Jae, tu peux encore essayer de changer de meilleur ami. On vote Pocky. Pocky, c’est un gars bien. Et il est pas gay. Normalement.

Mikio avait néanmoins osé un regard vers son compatriote alors qu’il lui apportait une explication très satisfaisante, selon lui, sur la classification du Marsupilami. Est-ce qu’il s’était vexé pour la rétorque de son ami ? Non. Jalousie, quand tu glisses sur ma peau comme de l’eau de pluie… Il s’en moquait des images. Lui, il avait plus que ça. Tous les jours. Alors ça valait bien le coup qu’il apprenne un peu son cours, non ? Oui, au fond, il espérait que Naoki était un peu fier de lui quand même. « Déconne pas, j’vais p’tet enfin avoir un guépard ! Mais j’ai un panda roux en double si tu veux. » Connerie, quand tu empreignes son cerveau … Mais fier de sa blague, il n’en avait pas moins adressé un sourire satisfait à son ami qui avait ensuite glissé pour s’adresser à celui qu’il ne pouvait qualifier d’ami. En témoignait l’esquisse qui s’était radouci bien qu’elle débordait d’une affection clairement trop visible. Ce que Jae ne manqua pas de lui rappeler, faisant fondre son sourire tandis qu’il tourna de nouveau un regard appuyé vers lui. « C’est toi le p’tit con. » Mais pour le coup, Jae avait raison… ce dont Mikio ne se soucia pas, préférant rappeler sa « modeste victoire ». Et tandis qu’il attrapait son verre de sirop, songeant qu’une gorgée ou une deux serait déjà un début de récompense pour son intelligence clairement supérieure à celle de son petit frère, il fantasma cette future réponse bougonne et poussa même la fantaisie en imaginant des excuses qu’ils méritaient clairement, lui et sa source.
Source qu’il….
……
…………………. suçait ?
Le contenu de sa bouche fut instamment recraché, le moitié dispersée dans les airs, l’autre retomba sur lui, ses jambes et le canapé. Ca devait faire trop longtemps que Mikio n’avait pas fait mumuse avec de l’eau - option sirop de fraise. Toussotant piteusement - il avait évidemment avalé une partie de travers - il essuya sa bouche d’un revers de la main et reposa son verre sur la table avant de provoquer une autre catastrophe, s’exclamant dans un tout aussi pathétique : « Qu’est-ce je suce ?? » Sujet définitivement sensible en ces temps troublés. Rien. Il ne suçait rien. Jae ne pouvait pas savoir. Jae ne devait pas savoir.

Il essaya de réparer sa connerie en essuyant sa bouche et ses mains avec… rien ? Cherchant des yeux de quoi l’aider, il marqua néanmoins une pause face au scepticisme de Jae Min. Il le considéra un instant, songeant que son meilleur ami était plus borné que con - non il était tout aussi con en fait, mais Mikio était gentil. La principale raison de croire au discours de Naoki, et ce même sans savoir que ce dernier était un petit génie, était qu’ils se connaissaient suffisamment tous les deux pour reconnaitre qu’il n’était clairement pas dur de se montrer plus éclairé qu’eux. En d’autre terme, nier que Nao avait raison, c’était se mentir à eux-même sur la taille de leur cerveau.
Mais Jae s’entêta et Mikio ne put que l’observer se débattre dans cet océan clairement trop dangereux pour lui. Des octopus ? Sérieusement ? Non, là, même Mikio n’avait pas envie de lui tendre la main. Il le jugeait même. Jae Min était un abruti - et c’était presque rassurant de constater que ça au moins ça n’avait pas changé.
Quoi ? Le Coréen qui venait de se baver dessus se pensait plus malin ?
Eh bien, forcément, lui, il ne pouvait pas avoir confondu. Les octopus, ça vivait dans la mer, et la mer c’était bien l’un des seuls domaines avec la musique où Mikio s’y connaissait un peu. Cette faute là, bien sûr qu’il ne l’aurait jamais faite lui ! Et d’ailleurs, il avait bien envie de pointer Jae du doigt en clamant « Honte sur toi ! » quand il était cuisinier et qu’il censé trafiquer du poulpe à longueur de journée au restaurant de son père. A l’époque, Mikio allait même souvent à la pêche avec ce dernier pour le leur en ramener.
Et c’était peut-être parce qu’il était cuistot dans un resto au bord de mer que Jae se permettait d’émettre un doute… mais il avait tort. Mikio, lui, il avait bien compris compris qu’on parlait de macro-puce ou … micro-puce. ….. D’accord, il n’était peut-être pas tout à fait sûr de ce que ça voulait dire mais… quand même ! Des octopus !

Heureusement, Naoki était une âme charitable qui n’en laissait jamais une autre mourir dans sa connerie. Et tandis qu’il lui tendait la main en le reprenant gentiment, Mikio ajouta : « T’es con. » Apparemment, lui il préférait enfoncer son meilleur ami. C’était une sorte d’aide… ? Non. Mais n’ayez crainte, le karma était une chose que Mikio avait raison de redouter et qu’il aurait dû prendre en considération avant de se moquer de son ami. Parce qu’alors que Nao continua son explication pour cela semble plus claire à l’esprit embrouillé de ce pauvre Jae Min……. le sentiment de confiance de l’aîné s’évapora et il se sentit alors très con.
… Quoi ? …. Pas de puce ?
… du tout ?
On ne parlait donc ni de kangourou bionique, ni de puce marsupiale… ?
…. Oui. Il allait peut-être fermer sa gueule ça valait mieux.

« Ah ça non hein, haha ! Aucun rapport pffff ! »

…. ou mentir très mal et avouer à moitié qu’il était sûrement plus con que Jae ?
Mais sûrement que sa conscience, à moins qu’il ne s’agisse du peu de dignité qu’il lui restait, l’incita à clore définitivement sa bouche dans une moue ridiculement gênée. Il fronça le nez avant de se lever du canapé et annonça un tout à fait naturel « J’vais me resservir hein ! » Et personne ne douta qu’il fuyait désormais vers la cuisine. Au moins, il eut l’idée de regarder sur le plan de travail pour trouver de l’essuie tout afin de mieux nettoyer sa bavure. Récupérant ce dont il avait besoin, il lança machinalement depuis la cuisine : « Quelqu’un veut boire quelque chose ? » …. mais ils avaient encore leur verres crétin ! … et sincèrement, à la réflexion, il n’avait pas envie de redonner une canette à Naoki.  
©LULEABY
Invité
avatar

     Dim 17 Sep - 12:07
 
This is an intervention
Jaemi ♥


Il y avait des choses qui n'étaient pas à la portée de sa compréhension. Les kangourous manifestement, la malbouffe, ne pas rincer le riz, un coréen qui boit du coca et ... "maintenant". Comment est-ce qu'on pouvait résumer "maintenant" ? C'était une excellente question à laquelle il n'avait pas de réponse. Alors autant ne pas chercher à comprendre pourquoi le faux italien avait eu ce sourire pour un coréen sans pepsi dans sa vie. Pourquoi, comme un petit malin, de fossettes italiennes, il avait cru bon de répondre à son aîné « J'ai bien peur qu'elle soit introuvable. » non il ne pouvait pas comprendre pourquoi chercher une serviette semblait être un jeu, ni pourquoi on l'avait perdu quand il ne savait pas que la perte courante de base portait sur des t-shirt pour dormir. En même temps, il valait mieux qu'il ignore que son hyung dormait avec un japonais à demi nu dans ses bras. Oui, parce que là, ça risquait fortement de faire planter le système mère dans sa tête.
Alors laissons Mikio gémir, ne nous privons pas de le juger... ça c'était impossible et revenons en à nos kangourous... ou plutôt à nos guépards donc « ... » non vraiment, ne cherche pas Jae « Et trois panthères. » ... non, vraiment, il maintenait, il n'était pas l'abruti de cette pièce. Et même si "Monsieur-je-sait-tout" avait prouvé la présence de son cerveau, il ne savait pas encore s'il lui donnerait la place du plus con ou s'il le foutrait en deuxième « Tu devrais les montrer à ta mère, elle sera contente. » c'est ça Hwang, venge-toi, stresse-le en mentionnant sa mère.

En fait, il aurait sûrement mieux valu rester dans ce registre plutôt que d'accuser son hyung d'évidence. Oui, Mikio était clairement un suceur, mais le souligner avait provoqué cette réaction étrange que Jae avait suivi des yeux sous la forme de gouttes qui s'échappent brutalement d'une bouche.
« ... » est-ce que Mikio venait vraiment de recracher le contenu de son verre là ? Oui, autrement pour quel autre motif ce blanc aurait été provoqué dans l'appartement ?
ça faisait un peu trop de regards jugeurs là non ?
... ouais, mais en même temps, il l'avait cherché ! « Hyung... » et d'un constat fait d'un regard qui passe des gouttes au sol, sur le canapé, à la gueule de son aîné, il avait aidé le malaise à se dissiper « Tu baves. » oui, il bave, il suce et en plus il ne rince pas le riz. Est-ce qu'on pouvait laisser ce pauvre homme tranquille ? Jae n'en n'avait pas conscience, mais il subissait des attaques incessantes de l'Italie qui n'avait toujours pas daigné reboutonner les boutons restants ou sécher ses cheveux.
D'ailleurs, Jae avait pointé le crime du doigt pour répondre à la question posée d'un simple « Lui. » quoi ? On lui posait une question, il apportait une réponse « Et beaucoup trop. »
Jae...
Qui ne le voyait pas que Mikio était un suceur qui allait jusqu'aux boules.
... stoppons là. Tu n'es pas à sa place, tu ne peux pas comprendre tout le malaise que tu déclenches.

Autre situation, nouveau malaise, celui de l'absence de son cerveau. Pourquoi il était aussi con ? Parce qu'il était bon en sport et que dans la vie on ne pouvait pas tout à avoir. Parce qu'il tentait de donner raison au célèbre adage : grand et con. Sauf qu'il n'était pas si grand que ça. De taille normale tout au plus... petit si on le comparait à son frère mais grand si on le comparait à la plupart des japon... bon, on ferait ça quand il n'y en aurait pas un de plus grand que lui dans la pièce. Ceci dit, il était italien alors peut-être pouvait-on se servir de ce mensonge pour se défendre.
Bref !
ça devait être musclé et con... mais là encore dans la pièce...
La ferme narrateur ! Nous demandons changement d'avocat.
... même s'il était vrai que ses lèvres avaient laissé échapper pas mal de conneries depuis le début de la conversation et que ce "t'es con", il ne l'avait clairement pas volé.
Sa bouche s'était bien ouverte pour répliquer quelque chose, peut-être qu'il n'aurait pas été très aimable avec Granger ou peut-être qu'il se serait rendu plus idiot encore mais... il n'avait rien eu le temps de placer... parce que son hyung l'aimait si fort qu'il lui faisait fermer sa bouche en amenant le ridicule sur lui.

« .... » peut-être que Mikio voulait que son cadet travaille le jugement, ou que ce regard lui avait manqué, allez savoir. Mais en tout cas, ce regard l'avait suivi jusque dans la cuisine et c'était une fois dans celle-ci, tandis qu'il demandait si quelqu'un voulait boire quelque chose et que le regard de son cadet s'était baissé vers son verre à moitié plein, que le presque entièrement coréen avait pu entendre « T'as pensé pareil que moi ! T'es trop con ! » ... oui mais techniquement Jae, ça veut dire que toi aussi
...
Ouais mais Mikio plus !
...
Parce qu'il essaie de le cacher et que ça le rend encore plus con !
« Il me reste encore du coca, c'est gentil Tesoro. » tournant le regard vers l'avorton en face de lui, il l'avait fait juste à temps pour la suite de ce qui était à la mode dans cet appartement « Et puis... on peut quand même trouver un rapport, les puces aussi ça saute. » ..................... hein ? Quoi ? « Alors quand c'est lui c'est cool, mais moi c'est con ? » ........ techniquement, Mikio n'a jamais reconnu qu'il pensait comme toi et puis il était parti plus dans les ordinateurs lui quand toi tu n'avais pas pris de réel parti... et là, niveau taille avec kangourou, on ne voyait pas comment l'italien pourrait redorer le blason de son élève préféré. C'était moche le favoritisme, et il était si marqué dans ce cas là que le type au coca trouverait sûrement.
« Mais c'est toi qui a... » la preuve, il était même capable de rassurer la fierté de Mikio en ne notant pas ce moment de solitude évident qu'il venait de leur offrir. Passons, le coréen avait préféré l'ignorer en lui coupant la parole pour répondre à la question posée « Du pepsi si t'as sinon profite-en pour essayer de retrouver ta dignité. Elle doit être quelque part sur le sol. »

... ouais à côté de leurs deux cerveaux peut-être.
Qu'on ne le blâme pas trop, la perche tendue était trop belle et il avait préféré cette voie là plutôt que de laisser s'exprimer celle avec un "x" (dans tous les sens du terme) du colocataire.
Sauf qu'il ignorait encore que, dans ses murs, on ne cherchait pas autant le grand Seigneur Mikio, cet être ô combien parfait et lumineux.
Ouais, il brillait peut-être tellement que son cerveau avait grillé !
Mais il pouvait critiquer, être con, dans le fond, lui aussi il pouvait la comprendre cette admiration. N'avait-il pas été fier, plus que ça, de l'avoir pour meilleur ami toutes ces années ?



electric bird.
Invité
avatar

     Ven 29 Sep - 22:23

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥️

Si Naoki était indéniablement un démon incorrigible qui jouait un peu avec la faiblesse de son Coréen - qui venait sûrement de gagner le droit de se faire juger à vie par son meilleur ami après ce bruit que tous préféraient oublier… - , il pouvait également être un adorable - et adoré - professeur pour les deux idiots qui tentaient de percer le mystère du marsupiale. Enfin, seulement aux yeux de celui qui se montrait exagérément attentif. Celui-là même qui était définitivement le chouchou de la maitresse à qui cette dernière distribuait les images d’animaux avec un peu trop de de générosité. Et ceux qui avaient un minimum de bon sens - ou qui n’étaient juste pas apte à comprendre la relation élève-professeur ici présente - avaient probablement juste envie de soupirer très fort ou se claquer la tête face à l’enchère de l’enseignant. Mikio lui avait juste sourit un peu trop content de participer à ce jeu des plus stupides avec ce garçon qu’il aimait d’une façon bien trop déraisonnable. On le pardonnerait sûrement si on savait à quel point ce genre de bêtise lui faisait du bien après tout ce qu’ils avaient traversé… Ils avaient certainement passer le stade du jeu innocent où ils faisaient semblant d’être des fiancés un peu trop niais… Oui, ils ne faisaient sûrement plus si semblant que ça.
Mais peut-être seraient-ils préférables pour certains - Jae Min - qu’ils fassent semblant d’un peu moins s’aimer. Parce que Jae, il allait finir par quitter l’appart avant même d’avoir fini son bibimpap… ou chercher à se rappeler au bon souvenir de son meilleur ami en le faisant tressaillir d’effroi. « La ferme. » Ah, c’est sûr, on était loin du ton mielleux employé avec son Italien. Mais c’était de la faute de Jae aussi ! Cet inconscient qui prononçait des noms interdits au même rang de ceux de Beetlejuice, Voldemort ou Bloody Mary. L’entité ici évoquée était d’ailleurs plus effrayante que cette dernière….

Seulement, peut-être que Mikio aurait préféré affronter sa mère à cet instant plutôt que de recracher l’entièreté du contenu de son verre. Il y avait visiblement des termes encore plus tabou pour le Coréen. Manquant de mourir, il avait essayé de se convaincre que Jae n’avait pas dit ça par doute de quoique ce soit. Abruti. Evidemment que Jae ne savait rien ! Mais toi… toi t’allais juste avoir l’air encore plus bizarre maintenant ! Il essuya immédiatement sa bouche à la remarque fort pertinente de son meilleur ami et soutien dans la vie, le tout en évitant soigneusement tout contact visuel alors la fameuse source, qui était aussi bien de connaissance que de troubles. Le drame ne put malheureusement pas être évité quand naïvement le chanteur avait suivit le doigt accusateur de son cadet. Il suçait beaucoup trop Naoki. ………. sdjfqnsufqg. Et il repartit pour une quinte de toux qui ne lui fut malheureusement pas fatale bien qu’il se plaignit piteusement d’un « J’vais mourir… » Il en avait envie. Disparaitre et ressusciter quand il serait prêt à avoir une conversation sérieuse avec Jae Min. …. Quoiqu’il n’avait pas l’intention de tout lui dire non plus. Pour son bien, et le sien.

Heureusement pour lui, malheureusement pour l’autre Coréen, la connerie de ce dernier était suffisamment grande pour faire un peu oublier que Mikio s’était bavé dessus. On remerciait les octopus, moins leur cerveau. Pourquoi devaient-ils être aussi cons ? Pourquoi n’avaient-ils jamais pris le temps au moins une fois dans leur vie de regarder ensemble un documentaire animalier ? Peut-être qu’ils auraient passé un bon dimanche après-midi et qu’en ce jour frabieux, leur honneur aurait été sauf. Enfin, clairement, celui de Mikio avait vraiment besoin d’un sauvetage. Parce que gamins, ils préféraient aller jouer dehors et faire les cons, parce qu’ils s’étaient probablement moqué de trop de monde et s’étaient attiré les foudre du karma… et parce que Mikio était sûrement le plus abruti des deux pour se moquer de son compère, il le payait du peu de crédibilité qu’il lui restait. Adieu petit moment de gloire où il récitait sa leçon si parfaitement que la maitresse n’avait d’envie que de le récompenser. Adieu lueur d’intelligence qui avait brillé illusoirement dans les si petits yeux du Coréen. Il n’en avait même pas eu assez pour se la fermer. Non, il avait fallu qu’en plus, il soit un terrible menteur. Et la fuite ne le sauverait pas quand dans la cuisine, l’implacable sentence était tombée. « N’importe quoi !! J’ai pas pensé pareil !! » aboya-t-il derrière le plan de travail. Menteur, menteur… « Faudrait être complètement con pour penser que les macropus c’est des micro-puce… pfff ! » Totalement demeuré, oui.
Qu’est-ce qu’il cherchait dans la cuisine déjà ?
…. ah oui à boire….
…. ce que visiblement tout le monde avait déjà. Le demeuré récupéra le sirop de fraise et en rajouta un fond dans son verre. Il aurait peut-être pris du coca avec Naoki s’il avait pas craint de déclencher la 4ème guerre mondiale.
3ème Mikio… 3ème…

Au moins, il ne sentit pas nerveux à ce nouveau surnom. C’était en italien. Au dernière nouvelles, Jae ne parlait pas italien. Aussi, il se préoccupa seulement de rajouter l’eau fraiche dans son verre en tentant de se dire que ce n’était pas trop grave… …. Naoki ne l’avait peut-être pas trouvé si abruti que ça…. ?
Et comme s’il avait entendu son inquiétude, la voix de son protégé vient caresser la blessure de son ego. Relevant le regard de sa tâche, il vint se poser sur le plus jeune et un sourire ému se dessina sur sa bouche. Heureusement que Nao l’aimait vraiment fort. Il en pleurerait presque. « Merci Yeo-…. » ….. « Nao…ki… » Ouai, parce que lui non plus, il ne parlait pas italien. Il avait au moins évité cette gaffe. Un peu… ? Jae n’était pas prêt à ça. Ce n’était rien, qu’un jeu idiot, du moins ça l’était au début. Aujourd’hui, ce mot-là, il le disait avec une toute autre affection dans le coeur. Il se racla la gorge et mâchouilla l’intérieur de sa lèvre. Un jour. Un jour il en parlerait à Jae… mais ça ne pressait pas, n’est-ce pas.. ? Jae avait déjà beaucoup à digérer.
Comme ce favoritisme abusif. Qui ne passait d’ailleurs pas bien. Étonnant, n’est-ce pas ?

« Jae, t’as pensé à un poulpe. Un putain de poulpe Jae ! » Un ocotopus n’était pas forcément un poulpe Mikio. Est-ce qu’on voulait vraiment rentrer dans ce débat-là ? Non. Et puis le chanteur le savait ça ! C’était comme cette histoire de chien et de … marsupiale…. Quoiqu’il en soit, il serait probablement puni pour cette remarque encore une fois. Est-ce qu’il venait d’oublier qu’il n’était pas mieux avec son délire de kangourou bionique qui n’avait absolument AUCUN rapport ? Franchement, heureusement que ni Naoki, ni Jae ne savait lire dans les pensées. Mais on ne parlait pas de lui, non. Si, en fait. Mais bref.

Ses sourcils se froncèrent quand Jae fit taire sans vergogne son cadet en lui coupant la parole. Au fond de lui, il gronda. Mais quoi ? Il allait dire à Jae d’être plus poli avec Nao ? C’était Jae, il était comme ça et puis… il le voyait, déjà, qu’il faisait des efforts. Il ne l’avait sûrement pas fait pour être méchant. Il était vexé, voilà tout. Ce n’était pas contre Nao…

« Ma dignité va très bien ! » C’est faux. Il n’en avait plus. Peut-être qu’il n’en avait déjà plus beaucoup mais Jae l’avait entièrement réduite à néant. Ramper au sol n’y changerait sûrement rien… Surtout qu’il n’avait pas de pepsi pour redorer son blason. Mikio était un homme sur liste noire, voilà la triste vérité. « Tu mérites même pas ce sirop à la fraise ! » Voilà, fais le passer pour un ingrat pour faire oublier que t’es con. Bonne idée.

En bon responsable et chef de maison, il prit tout de même l’initiative de jeter un oeil aux plats qui mijotaient toujours. Ca faisait un petit moment maintenant. Il souleva le couvercle et tâta les aliments du bout de sa spatule en bois. « Ca devrait être bon là Jae, non ? » lança-t-il en continuant de touiller doucement. Et son riz, si injustement décrié, où en était-il ? « Ca sent bon… » Il devait l’avouer, l’odeur était encore plus appétissante que lorsqu’il était derrière les fourneaux. C’était sûrement parce qu’il savait que c’était Jae Min qui cuisinait. La nostalgie, tout ça…
…. Ou tout simplement parce que ton meilleure pote n’était pas un meurtrier, lui.
©️LULEABY
Invité
avatar

     Mer 4 Oct - 20:54
 
This is an intervention
Jaemi ♥


Entre les gémissements et les bavages, son hyung n’était plus que l’ombre de lui-même.
Ferme ta gueule Jae.
Il était cependant clair que le Japon ne lui réussissait pas tant que ça. Ou alors c’était le fait de vivre avec un mec à mourir d’ennuis qui savait tout mieux que les autres, allez savoir. Abandonné avec ce dernier dans le salon, ça n’avait pas empêché au Hwang d’être un abruti. C’était quelque chose qu’il savait bien faire dans la famille. En tout cas, avec son frère quand le temps était davantage à la plaisanterie. Oui, il devait bien se l’admettre, il y avait un moment maintenant qu’il n’avait pas raconté de conneries comme au bon vieux temps. Et il n’était même pas certain que si Jung Min avait été présent, il se serait joint à lui pour embêter le troisième frère de leur fratrie qui n’en n’était pas moins malgré l’absence de sang commun.
Ou peut-être qu’il l’aurait retrouvé un peu… son abruti de grand-frère. Pendant un temps illusoire, ils se seraient perdus dans les souvenirs du bon vieux temps en se taquinant. Et puis, il aurait fini par casser l’ambiance en annonçant ce qu’il avait manifestement renoncé à annoncer aujourd’hui. C’est sûr, c’est tellement plus facile de raconter des conneries. C’était tellement plus lâche que d’enchérir à taquiner Mikio en protestant d’un « Mais hyung… tu es complètement con ! »
Merci Jae….
Bah de rien !

Bref, après tout ça, le prof avait sucé l’élève qui avait cherché à sucer le prof en retour, et si la seule personne pure de cette pièce avait arqué un sourcil pour les soucis d’articulation de son aîné, il n’avait rien dit.
Par contre, pour ce qui était de la suite, il était bien normal de s’offusquer quand l’injustice était présente en trop forte dose dans cette appartement « J’ai pas pensé à un poulple ! j’ai dit que j’savais très bien que c’était pas ça, nuance ! » nuance oui pas, t’es con quand même, t’es au courant de ça ?
Un peu…..
Mais moins que Mikio et ça c’était vachement important de le souligner.
Il était resté néanmoins pas aussi aimable que son hyung. Ceci dit, faire taire Hermione n’avait pas eu l’air de la déranger plus que ça. Et puis, ça faisait du bien à sa tête d’être préservée des migraines !

Ignorant toujours le faux italien, il avait préféré continuer à chercher le 3 quart coréen « Si ton cul était de la taille de ta dignité hyung, j’te ferai pas chier avec ce que tu bouffes ! » et le faux italien, il l’ignorait si bien qu’il n’avait même pas remarqué cette moue qui était apparue sur son visage. Pourtant méfie toi Jae, en ces lieux, on n’est pas trop dur avec un Mikio parce qu’on risque de fâcher un Naoki qui le voit comme la personne la plus parfaite du monde. Et qu’il le trouve bien plus que séduisant, oui….
Mais ça, heureusement, il l’ignorait « Tu mérites même pas que j’le boive ton sirop à la fraise. » Ouais, il le prenait par défaut et parce qu’il était gentil et poli… un peu.

Vraiment un peu, parce que lorsqu’il comprenait que Mikio était en train de toucher au dîner…. « ... » il reposait son verre avec précipitation sur la table et se rendait sans attendre vers les cuisines, sous les yeux d’un Naoki étonné… pourtant, il les connaissait les dangers d’un coréen avec de la nourriture.
Bref, poussant aussitôt son hyung de devant les plats, il n’avait fait preuve d’aucune discrétion sur les raisons de son empressement « T’as touché à rien hein ? Dis moi que t’as rien ajouté ! » … ça va Jae, Mikio n’était pas si dangereux que ça…
….
Laisse tomber, on a rien dit.
« Laisse moi faire, va t’asseoir. » repose toi, ne touche à rien, éloigne toi des cuisines bordel de merde ! Oui, c’était la version traduite « Tiens, tu peux mettre la table, moi je ramène les bols. C’est bien ça. » oui, c’était sans danger « Enfin, essaie quand même de pas te casser lamentablement la gueule en le faisant. » …………………………………………
Non mais c’était Mikio quand même.
Et c’était pour cette raison qu’il s’était débrouillé seul. Du riz rincé, dresser les bols en soignant la présentation, ramener le tout sur la table, rajouter un récipient avec un peu de sauce à l’intérieur pour ceux qui préféraient épicé, et même épicé davantage le bol de son hyung…. Oui, il était mignon, il savait que Mikio aimait épicé. Et oui, il en avait aussi préparé un pour Naoki… Ce ne serait pas le repas le plus à l’aise du siècle mais faire autrement, dans le fond, il n’aurait pas su. Encore moins quand il savait qu’il ne pouvait pas blâmer Mikio pour avoir refait sa vie.


electric bird.
Invité
avatar

     Dim 15 Oct - 14:38

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥️

Non, franchement, Jae Min exagérait. Mikio n’était pas si con que ça quand même.
….
Bon. Peut-être qu’il était un peu idiot et naïf et qu’il manquait cruellement de culture, et bon aussi un peu de cerveau peut-être éventuellement. Mais Jae était injuste ! Il était aussi con que lui alors c’était moche de le pointer du doigt !
….
C’était pas ce qu’il venait de le faire en l’accusant d’être plus idiot que lui alors qu’il ne l’avait pas tant été ? …. Peut-être que Mikio se noyait un peu ce soir. Un comble pour celui qui se vantait de connaitre si bien la mer qu’il n’aurait jamais pensé à confondre octopus et macro-puce… macropus… bref. Mieux valait qu’il bougonne dans son coin un « ouai ouai » vexé depuis la cuisine.

Le sirop à la fraise ne l’avait pas aidé à mieux s’en sortir. Après son cerveau, c’était son cul qu’on attaquait ! Et si on pouvait trouver des raisons à la première, la seconde était réellement… sans fondement. Le Coréen tourna tout de même la tête vers son postérieur, pris d’un doute. Mais non, il eut beau regarder, son cul était tristement toujours aussi plat. Et dans une centième de seconde moins hétéro, il se demanda comment une certaine personne dont on ne nommerait pas le nom ici - Naoki - pouvait le trouver attirant. D’autant que cette dite personne avait des fesses bien mieux dessinées et irrésistiblement at….
…. Mikio ? Tu sais qu’elle est pas là ta bouche… ? Ca c’est ta joue.
…. Herm. Oui, sa dignité donc. Il retrouva sa bouche pour y porter son verre. « Jae, franchement, si tu veux tant mater mon cul mets au moins tes lunettes ! » Est-ce qu’il avait vraiment envie que Jae reluque ses fesses ? Non. Mais de toute façon, il s’apercevrait très vite qu’il n’y avait rien à regarder. C’était peut-être sûrement pour ça qu’il leur inventait une taille aussi disproportionnée quand le Coréen était, au moins de ce côté là, aussi plat qu’un planche à repasser.
Un soupire s’échappa de ses lèvres à la rétorque de Jae. « Ca va, désolé. » De quoi il s’excusait ? Un peu de tout. Le pepsi, cette gueguerre idiote mais innocente, sa connerie… et probablement tout le reste. « Tu l’auras ton pepsi je t’ai dit. » Et il était sérieux, demain, il se mettrait en quête de saint soda pour son meilleur ami et ils se réconcilieraient autour d’un verre de la paix.

Mais là, la paix, Mikio était loin de l’obtenir. Surtout s’il cherchait à titiller la fureur du cuisinier coréen. Le vrai. Pas le terroriste. Ce dernier pourtant plein de bonne volonté avait seulement voulu vérifier que les plats se portaient bien, alléché par l’odeur de bonne cuisine. Une cuisine familière qui lui manquait beaucoup et qu’il osait à peine croire bientôt dans son assiette aujourd’hui. Mais voilà, l’aîné n’eut pas vraiment le temps de plus s’extasier qu’on l’éjectait loin de ses pauvres petits plats innocents. « Hé ! » protesta-t-il, trouvant la réaction de Jae injuste et exagérée. « T’abuses ! Je vérifiais juste. Et puis ça va, je sais faire moi aussi ! »
…. S’il savait. Jae s’était fait le sauveur d’un Italien trop faible à son Coréen et qui courrait chaque soirée le risque de perdre définitivement ses papilles dans le meilleur des cas, la vie dans le pire. Mais si l’apprenti sorcier lança une moue boudeuse à son meilleur ami, il céda dans un soupire contrarié et résigné. « Ca va, ça va. Je te laisse faire, chef ! » De toute façon, Jae avait décidé qu’il était un cancre de la cuisine. Il avait bien compris que ce n’était pas ce soir qu’il le convaincrait du contraire.
…. Malheureusement Mimi, ce jour n’arriverait jamais. Et c’était probablement Jae qui risquait un jour de te révéler l’atroce vérité.

Il consentit quand même à se rendre utile à son échelle, du moins à ce qu’on lui autorisait de faire, et prit le nécessaire pour dresser la table. Les bras chargés, il marqua une pause avant de quitter la cuisine sous l’avertissement jaesque. « A priori je devrais pouvoir m’en sortir mer-… »… ci ? Il n’était quand même pas tomber aussi lamentablement que Jae l’avait prédit ?! Non. Mais il s’était pris l’encadrement de la porte en voulant avancer sans regarder devant lui. Heureusement, l’impact aurait pu être plus tragique mais ce n’était que la moitié de son corps qui avait buté contre le mur. Enfin… il n’en resta pas moins qu’il eut l’air con et qu’il lança un regard penaud derrière lui en priant pour que Jae ne l’ait pas vu. Et Naoki non plus. Peu de chance. Il prit aussitôt la fuite vers la salle à manger.

« Tu viens Nao ? C’est bientôt prêt. » Terminant de mettre la table, il avait adressé un regard tendre à son… colocataire, et l’avait invité à le rejoindre. Il n’avait pas plus embêté Jae Min dans la cuisine et s’était contenté d’une caresse affectueuse dans les cheveux de son protégé lorsqu’il se retrouva à sa hauteur. Quand Jae revint vers eux, il s’installa et l’accueillit avec une sourire qu’il n’avait pu contrôler. Le coeur en fête, battant de nostalgie et de joie à l’idée de partager un repas avec son meilleur ami. 5 ans… c’était affreusement long. Et s’il savait qu’il ne devait s’en prendre qu’à lui-même, il chassa les pensées néfastes et récupéra à deux mains le bol qui lui était destiné. « Aaaah ~ Merci Jae ! » Le bonheur transparaissait dans son ton et son impatience fut trahit par le jeu de ses baguettes. Une fois tout le monde servi, il inspira profondément la délicieuse odeur du bibimpap avant de déclarer gaiment : « Bon appétit ! »

Que Nao ne se méprenne pas : il adorait sa cuisine. Il était un homme comblé par son Italien qui remplissait son estomac de délicieux plats de toutes sortes et qui savait lui faire plaisir avec un peu de poisson de temps en temps. Mais la cuisine de Jae Min, c’était autre chose. Des saveurs délicates et familières, du bonheur en bouche et avec les années qui étaient passés, une violente nostalgie qui envahissait le palais estropié du Coréen. « Haaaah ! Ché trop boon… Gen pleurerais… » Avale Mikio. Avale et essuie cette larmichette idiote au coin de ton oeil. Et pourtant, elle était bien réelle tandis qu’il se sentait de retour à la maison… mais il imaginait bien qu’une assiette de bibimpap ne suffirait pas à le renvoyer 5 ans en arrière pour réparer ses conneries.
Son sourire nostalgique flottait toujours au coin des lèvres et tandis qu’il avalait une nouvelle bouchée, il souffla : « Dommage que Jung ne soit pas là. Manque plus qu’Alex, et c’est parfait. » Est-ce qu’il avait le droit de dire ça ? Lui, le grand absent… ? Il n’était même pas sûr que son hyung ait envie de partager encore un repas avec lui. Mais Jae avait dit qu’il voulait le revoir… alors, ça irait, non ?
©️LULEABY
Invité
avatar

     Dim 15 Oct - 21:53
 
This is an intervention
Jaemi ♥


……. est-ce que Mikio allait bien ? Entre les gémissements et vouloir boire par sa joue, oui, Jae avait sérieusement de quoi sortir l’expression de jugement numéro 34. De longues secondes, il l’avait fixé sans comprendre avant de secouer la tête. Si Mikio se plaisait au Japon, il était clair que cet air là ne lui faisait pas que du bien, en tout cas pas à ses neurones.
Pitié, faites que ce ne soit pas contagieux, on avait déjà un modèle coréen bien con de base, inutile d’en rajouter.
Enfin bref, le graciant de tout commentaire sur cette tentative pitoyable de se désaltérer, il n’avait pu s’empêcher d’enchérir à la suite façon petit malin bac +5 de l’école des merdeux « Tu sais, j’ai une théorie sur le fait que tu penches vers l’avant. » mets tes lunettes et tais-toi Jae « J’me dis que comme t’as pas de cul... » enfin il l’admettait ? « ...t’as rien pour faire contrepoids avec ton bide ! » … à la question : est-ce qu’il était fier de lui ?
La réponse était oui. Autrement pourquoi sourire ? Il avait clairement la gueule du type qui avait envie de se high five tout seul. Pathétique. Oui. Surtout qu’il n’avait même pas conscience de provoquer l’italien non loin qui n’était clairement pas d’accord avec la description de son coréen.
Heureusement, oui heureusement, l’italien en question s’était retenu de dire que son Michan était parfait comme il était. Mais si le russe continuait ainsi, la phase qu’il se taperait, il ne pourrait que s’en blâmer

« Ouais, ouais. » il demandait à voir c’est ça ?
… non… si Mikio n’avait pas changé… il serait assez con pour aller lui acheter du pepsi dès demain…. Mais ce pepsi là… il aurait un goût un peu trop amer….
Tout comme le bibimbap s’il laissait son hyung y touchait. Fort heureusement, il avait d’excellents réflexes pour survivre. Il était arrivé à temps. Et cette ponctualité faisait de lui un héros qui venait de sauver sa propre vie et celle de l’autre là, l’italien.
Oh Jae, si tu savais le nombre de fois que l’italien en question a déjà frôlé la mort. C’est un survivant. En fait non, c’est même le survivant.
« Non, tu sais pas. » sans appel, sa déclaration n’avait laissé la place à aucune forme de contestation et il avait préféré reprendre les commandes plutôt que de faire confiance à son aîné qui bousillerait assurément tout.
Etait-il seulement capable de mettre une table ?
….

….
« .... » air jugeur n°47 ?
Oui… celui là et puis…

Est-ce qu’il était en train de se marrer au dessus de sa préparation ?
… un peu.
« Putain, t’es vraiment con. » mais vraiment qu’un peu.
… et ça faisait du bien… c’est vrai… la maladresse de son hyung, il pouvait la remercier non ?
Oui….
Et pendant qu’intérieurement, il l’avait probablement fait, un italien avait regardé un coréen deux secondes, sans comprendre, avant de détourner les yeux, un sourire attendri sur les lèvres. Il était mignon Michan… c’était probablement ça que l’un avait pensé quand l’autre s’était contenté de savourer quelques secondes d’un passé lointain.
Un passé qu’il aurait trouvé plus lointain encore s’il s’était trouvé dans le séjour à ce moment là. Parce qu’il aurait vu un italien baisser un peu le son de l’épisode qu’un chien suivait toujours. Il aurait vu le premier se diriger vers son hyung, lui sourire un peu plus, fermer les yeux sous un geste tendre avant de jeter un coup d’oeil vers la cuisine. Une vérification pour lui permettre ensuite de déposer un tendre baiser sur le front de son hyung et de lui souffler à l’oreille que lui… il le trouvait parfait. Et heureusement, Jae n’était pas télépathe autrement il aurait entendu le coloc’ de son hyung pensait qu’il mourait d’envie de l’embrasser pour le lui prouver… oui, et peut-être un peu plus que l’embrasser. Et cette caresse sur sa hanche dont il s’était contenté, Jae Min l’avait loupé de quelques secondes quand il avait retrouvé les habitants de cet appartement.

Non lui, tout ce qu’il avait vu, c’était ce sourire sur la gueule de son aîné « Quoi ? » arquant un sourcil, il l’avait regardé quelques secondes sans comprendre avant de servir le petit monde et de prendre place.
ça faisait longtemps… qu’ils n’avaient pas mangé ensemble. Il s’était fait la réflexion et son regard avait fixé Miko quelques secondes, mettant plus de temps que les autres à goûter à son plat « Oui, bon appétit… » ses baguettes avaient à peine attaqué le bol que Mikio le complimentait en langage bouche pleine. Il aurait pu l’emmerder pour son manque de retenue, mais à la place, il avait relevé les yeux pour lui adresser un léger sourire avant de hocher la tête doucement « Merci. » dans un style plus poli et mieux élevé, ce Naoki avait tenté de communiquer avec lui « Oui, c’est vraiment très bon. » leurs regards s’étaient croisés et il avait envisagé un instant de trouver quelque chose à lui répondre.
Au final, si ses baguettes s’étaient plantées enfin dans ce bibimbap, ce n’était pas vraiment par envie d’ignorer cet italien. Non, c’était plus pour foutre quelque chose dans sa bouche et ne pas avoir à répondre tout de suite. N’avoir au final qu’à hocher la tête tandis qu’il mâchait lentement ce que ses baguettes venaient d’amener.
… oui, c’était dommage… si dommage d’avoir un coeur qui se serre pour un simple surnom, un “parfait” qui n’avait plus sa place… et la culpabilité de n’avoir toujours rien dit à son aîné.

« Tu le verras bientôt. » … et elle ne s’effacerait pas comme ça. Mais il ne pouvait pas lui balancer comme ça en plein milieu d’un repas de toute manière. Il aurait pu le faire. Bien avant. Avant même de venir à Tokyo « Peut-être qu’Alex nous rejoindra. Il serait content de venir te voir ici. Il ne connaît pas le Japon mais il a la taille de ses habitants, alors il devrait s’y plaire. » plaisanter, essayer et ne pas regarder le specimen japonais plus grand que lui… oui, aussi « Je suis sûr qu’il serait venu avec moi si je le lui avais demandé. » il serait même arrivé avant lui sans prendre le temps de répondre “oui…” … c’était idiot… ça aurait peut-être été plus simple pour lui avec Alex dans les parages.
Mais aussi plus compliqué. Il le connaissait son cousin, il aurait pleuré. Et au final, la nouvelle aurait été plus lourde encore pour Mikio.



electric bird.
Invité
avatar

     Mer 8 Nov - 22:18

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥️

Mikio n’avait peut-être pas un si gros bide comme l’insinuait sans pitié son meilleur ami - remarque à laquelle il avait dû rétorquer d’un grognement qu’il allait lui rouler dessus lui et son énorme bide ! -  en revanche sa maladresse - Mikio préférait dire « malchance » - n’était plus à prouver et demeurait presque aussi désespérante que sa connerie qui battait pourtant des records. Ça et son talent meurtrier en cuisine duquel Jae venait de leur sauver la mise. Mais s’ils avaient frôlé la catastrophe culinaire, c’était bien l’encadrement d’une porte que le Coréen s’était pris. Par miracle, la vaisselle qu’il avait dans les mains ne lui avait pas échappé… mais sûrement que l’infime parcelle de dignité qui lui restait… si.
Parce qu’il avait eu beau prier fort : Jae l’avait vu. Cependant, quand le chanteur s’était tourné pour s’assurer vainement de la triste réalité, ce n’était pas un regard jugeur qu’il avait croisé - où peut-être l’avait-il juste manqué - mais ses petits yeux s’étaient posés sur des épaules qui se secouaient. Le rire léger parvint jusqu’aux oreilles à 75% coréenne. Oui, il était sans aucun doute vraiment con. Mais cette raillerie, au lieu de blesser un plus l’égo de l’aîné, étira naturellement le coin de ses lèvres. Oui, il était con mais il adorait ça quand ça venait de Jae Min. Ces moqueries, ces disputes, ces rires… C’était si bon de les entendre à nouveau. Peut-être qu’il avait ressenti un léger pincement au coeur parce qu’il ne pouvait pas ignorer qu’il était le seul responsable de ce manque, le seul fautif. Que s’il était soulagé d’entendre rire son cadet, qu’il avait la nativité de se rassurer en constatant qu’ils pouvaient encore rire ensemble, il était celui qui s’en était privé et qui lui avait fait du mal. Il ne l’avait pas oublier et ne l’oublierait sûrement jamais. Mais il avait emporté son petit sourire dans la salle à manger où il avait appelé Naoki.

S’il cherchait tant bien que mal à revenir un peu vers ses années d’insouciance auprès de son meilleur ami, Mikio avait pourtant adressé un plus grand sourire à celui qui faisait son bonheur aujourd’hui. Son coeur ne battait définitivement pas de la même façon quand ses yeux se posaient sur l’Italien. … Non, il n’y avait bien que lui qui pouvait l’affoler pour un baiser volé. Celui-ci avait surpris le Coréen, mais il ne pouvait pas regretter. Mais pour ce qui était de la suite…Définitivement, il n’y avait que lui qui, de quelques mots soufflés à son oreille, pouvait mettre en suspens son rythme cardiaque… pour le faire imploser la seconde suivante.
Il avait senti ses joues s’embraser tandis que son coeur s’était mis à tambouriner si fort contre sa tempe. Son regard momentanément confus croisa celui de Nao et il se mordit l’intérieur de la lèvre. Il fut soudain pris d’une envie furieusement idiote de courir à toutes jambes vers la salle de bain pour hurler. Dans son esprit, le cris qu’il retenait était ridiculement fort et aigue. Cependant, les rougeurs sur son visage étaient bien réelles et il eut tout juste le réflexe de le détourner en le couvrant partiellement d’une main. Intérieurement, couvrant le cris de son coeur déraillé, il n’avait pu s’empêcher de se répéter : parfait… Il me trouve parfait…. Lui, il n’avait sûrement pas dû voir sa connerie précédente - si.

Malheureusement - ou heureusement - il lui fut impossible de formuler toute réponse, autre qu’un regard qui trahissait tous les fous sentiments qu’il éprouvait pour lui. A cette caresse sur sa hanche, il ne pouvait pas répondre non plus… et l’envie qui lui brulait les lèvres et les mains, il dû la réprimer de toutes forces. Plus fort encore quand le cuisinier réapparut… mais certainement pas assez pour faire disparaitre immédiatement l’expression béate du Coréen dont le coeur pulsait encore bien trop fort dans sa poitrine. Plus tard… il pourrait lui répondre plus tard…

« Rien. » Il était content voilà tout. Rien de plus. Ce n’était pas un reste de l’euphorie provoqué par l’amour d’un Italien, mêlé à la joie de retrouver les saveurs de sa ville natale. Bien sûr, il arrivait « parfaitement » à cuisiner les plats Coréens, et Nao se débrouillait très bien aussi - infiniment mieux que le terroriste ici présent… Mais ce n’était pas la cuisine de Jae Min. Celle qui l’avait immédiatement transporté au moins 5 ans en arrière où il était encore un meilleur ami digne de ce nom. Où sa plus grande préoccupation de l’époque serait de savoir s’il y aurait du monde au concert de ce soir. Et puis, ça n’avait pas tant d’importance que ça au final… si dans le public il apercevait le visage de Jae et de son frère, alors il avait déjà le meilleur public du monde. C’était encore mieux quand il y avait Alex. Aujourd’hui… il n’y ajouterait que Naoki.

A ce dernier il avait adressé un sourire alors qu’il complimentait la cuisine de Jae. Sa main se tendit pour ébouriffer tendrement ses cheveux  « Tu vois ? je te l’avais dit. Jae est un vrai chef ! » Et parce que Naoki aimait, il fut encore plus content de reprendre une bouché. Depuis le temps qu’il lui en parlait, depuis le temps qu’il voulait que Nao goute la cuisine de Jae…
Depuis le temps qu’il faisait comme s’il n’avait pas coupé les ponts avec lui.

Il avait osé espérer un peu plus d’échanges entre Jae et Naoki, mais s’il avait envisagé de taper dans la chaise du premier pour l’obliger à répondre décemment au second, il s’était finalement abstenu. Il était trop mal placé pour forcer Jae à quoique ce soit… Au fond, une part de lui ne pouvait s’empêcher de le trouver injuste avec Naoki. Il méritait plus d’attention, de sympathie et d’affection… Mais celui qui avait abandonné le meilleur ami du monde n’avait probablement aucun droit d’ouvrir sa gueule. D’autant que Jae devait se sentir perdu sur la relation qui les unissait et sa réticence envers Naoki n’était pas non plus aberrante… Comment Mikio aurait réagi à sa place après tout ?

Il l’ignorait. Et malheureusement, le plus vieux ne choisit pas un terrain moins glissant pour continuer la conversation. Evoquer le manque de son hyung quand il n’avait pas pris plus la peine de l’appeler que Jae… Non. Mikio était clairement un con.
Il s’en était rendu trop tardivement en lançant un regard à son frère de coeur. Il hocha la tête. Oui, il voulait revoir son Hyung autant qu’il appréhendait ces retrouvailles quand une nervosité irrépressible serrait son ventre rien que d’y penser. Et pourtant, Jung Min lui manquait vraiment. Comme Alex. Busan, lui manquait… Jae Min lui manquait toujours.

Un sourire plus timide anima cependant sa bouche. La remarque sur la taille d’Alex était classique mais Mikio joua le jeu de la légèreté. « Ca serait cool. Et puis comme ça, vous pourriez dire bonjour à Mamie. Ca lui ferait plaisir de vous revoir depuis le temps. » Tous ensemble chez sa grand-mère… l’image avait quelque chose de séduisant, chaleureux. Sa grand-mère n’avait rencontré Alex qu’une fois lorsqu’elle était venu à Busan une année pour les fêtes. Elle avait rencontré les Hwangs plus de fois mais ses voyages en Corée était bien plus rares que les visites des Park au Japon. Quoiqu’il en soit, Mamie n’avait oublié aucun membre de cette grande famille et Mikio était persuadé que les revoir la ravirait.
Il hocha la tête une seconde fois pour Alex. Sa fidélité envers son cousin était incroyable, admirable. La gentillesse de l’Anglais l’était tout autant et Mikio ne saurait se montrer plus reconnaissant envers son ami pour continuer de lui adresser la parole après sa fugue, et lui avoir même permis de retrouver Naoki… Revoir Alex, Mikio le voulait très fort. Il voulait le remercier et l’autoriser à lui faire autant de câlins qu’il voulait ne serait pas une remerciement suffisant, il le savait.

« J’en doute pas. J’suis persuadé qu’il aimerait aussi beaucoup Tokyo. »

Il sourit à Jae, puis son regard passa vers Naoki à qui il sourit également. Son esquisse douce signifiait clairement : toi aussi, tu l’aimerais bien Alex. Et il t’aimerait aussi. En dépit de l’épisode Dublin, Alex avait compris que Nao comptait plus qu’énormément pour lui… et puis, il était une personne si formidable…. On finissait forcément par l’aimer Naoki, non ?

Le repas se poursuivit dans le calme, rythmé par des conversations légères sans conséquences quand les bouches n’étaient pas pleines. L’estomac le fut rapidement et Mikio émit un soupire de satisfaction en avalant le dernier grain de riz. « C’était vraiment trop bon… Aaah… trop trop bon ! Merci pour ce repas Jae. » Ca lui avait du bien. Pas seulement pour les papilles et la nostalgie. Le temps d’un repas, il avait partagé un moment avec son meilleur ami qu’il avait quitté trop longtemps. Ils n’avaient pas eu la conversation du siècle, probablement parce qu’ils savait tous les deux qu’ils devraient aborder prochainement des sujets plus sérieux… mais pas ce soir. Ce soir, ils avaient juste fait comme si. Comme si tout allait bien. Comme si Mikio n’avait pas merdé. Il n’avait pas non plus oublié d’inclure Nao dans la conversation. Ils avaient au moins essayé. Et maintenant, l’aîné souriait de nouveau à son ami, se frottant le ventre sous la table : « Dessert ? » Est-ce qu’il était vraiment suicidaire pour lui proposer de la glace ? Pas assez pour lui proposer un yaourt en tout cas.

©️LULEABY

    
 
This is an intervention || ft. Jaemi ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» mise en ligne de la documentation (rapport d'intervention)
» Intervention en milieu scolaire
» Budget à prévoir pour l'intervention en classe d'un auteur/i
» Peugeot J5, Véhicule de Première Intervention, Virey sous Bar (10)
» Iveco Daily 35C13, Véhicule d'Intervention Risques Technologiques, SDIS55, Verdun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-