This is an intervention || ft. Jaemi ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 25 Mar - 11:50
 
This is an intervention
Jaemi ♥

C’était idiot, il le savait que c’était idiot. Il en paierait le prix au final. Faire comme avant… quand tout avait changé. Il était là, à taquiner Mikio avec cette plaisanterie classique qui marchait à tous les coups… et dans son cœur, il le savait déjà qu’ils n’iraient pas continuer cette conversation au restaurant de son père.
Il n’y avait plus de restaurant.
Et le meilleur ami en face de lui qu’il taquinait à présent, celui qui partageait la vie d’autres personnes désormais, il ignorait que les souvenirs qu’il échangeait peut-être parfois en parlant de lui à ses nouveaux amis… ces souvenirs-là, ils n’avaient gardé toute leur douceur que pour lui…. Il lui était arrivé de l’envier pour chasser ce sentiment dans la seconde. Mais oui, quelque part, Mikio avait de la chance. Parce qu’il ne savait pas, il pouvait penser à leur enfance sans jamais avoir mal au cœur. Parce qu’il ne connaissait pas ces changements qui rendaient le passé douloureux, il pouvait encore y penser sans regretter. Sans s’en vouloir de ne pas en avoir assez profité sur le moment parce qu’on pensait que jamais rien ne changerait… qu’on avait juste à faire légèrement demi-tour pour revivre une journée semblable… et que quelque part, tout ce qui avait fait qu’on pouvait se vanter d’avoir eu cette enfance-là existait encore.

Non, il n’avait pas honte de son frère. Mais parmi les raisons qui faisaient qu’annoncer la réalité à Mikio formait cette boule dans son ventre, cette douleur à son cœur, il y avait celle de souhaiter que, pour quelqu’un, tout reste comme avant… et si cette personne était son meilleur ami, alors c’était encore mieux. Oui, même s’il était parti. Même si lui doutait que Mikio y accorde autant d’importance maintenant, ça en avait toujours un peu non ? Mikio ne pouvait pas avoir tout oublié… quand on avait la chance d’avoir une enfance pareille, on n’était forcé de se replonger dans les souvenirs… oui, même si notre vie en était loin aujourd’hui.

« C’est pas la forme hein ? » alors, plutôt que de lui dire, plutôt que de briser tout de suite ce qui l’était déjà de toute manière, il jouait l’habituel Jae Min. Juger et taquiner un meilleur ami qu’il n’avait plus vu depuis des années, enchaîner sur une connerie plus grosse « En même temps, c’est tellement des nains ici, ils sont obligés de tout construire plus bas. » et donc ? « T’as dû t’en manger des poutres en 5 ans. » ouais, ce n’était plus une Alexite mais un cerveau cabossé.
Même si… qu’est-ce qu’ils avaient pu en raconter des conneries ensemble. Ça lui manquait vraiment… ces conversations à ne pas voir le temps passer, ces moments où ils se rendaient compte qu’ils n’avaient pas parlé quelques minutes mais des heures. Personne ne l’avait jamais remplacé. Personne ne le remplacerait jamais. Et ça faisait des années qu’au fond de lui, son cœur réclamait des scènes de ce genre. Dernièrement, il s’en était serré trop douloureusement de ce manque… mais il était Jae Min, alors il l’avait ignoré, il avait continué, il s’était fait une raison… une raison pas si infaillible pour replonger aussi facilement maintenant dans ce goût de passé. Pour ressentir trop bien ce manque. Et pour ne même pas avoir la force de sortir une moquerie à cette étreinte.
Son cœur qu’il sentait toujours aussi serré, il avait tenté de le faire taire. Mais le regard qu’il avait alors croisé venant de son meilleur ami lui avait empêché d’ignorer cette pointe dans sa poitrine.

Pourtant, quand le poing de Mikio avait poussé sur son épaule, que ses yeux s’étaient baissés vers cette dernière pour relever ensuite un regard spécial « certains sont morts pour moins que ça », il avait semblé retrouver un peu de contenance. Juste assez pour plaisanter, juste assez pour tenter de soulager ce regard peiné qu’il avait croisé sans le comprendre, et pour ignorer lui-même qu’il n’avait probablement pas su garder une expression imperturbable.
Oui… du pepsi. Mais dans le fond, il se doutait bien que sur ses traits, les marques de 5 années avaient dû en partie passer…. « Hyung…. » peu importe ce qu’il allait dire en voyant Mikio se frotter les yeux, peu importe quels mots venus de son cœur allait venir, sa phrase avait tenté de se faire aussi légère que les précédentes « Oublie pas d’accord ? » … et pourtant, le ton en avait été trop sérieux.
Il lui avait manqué. Il lui manquait encore maintenant… et d’un coup, sous cette question de son aîné, il venait de prendre conscience qu’il lui manquerait davantage encore quand il rentrerait à Busan. Un petit goût de passé, des moments partagés avec son meilleur ami… cette personne qu’il avait souvent appelé dans son cœur tout en s’interdisant de réclamer cette présence pour le soutenir… parce qu’il devait se débrouiller, c’était son rôle maintenant… il était l’aîné, le chef de famille en quelque sorte…. Et il ne pouvait pas porter les autres s’il reconnaissait ce besoin de l’être également…. « J’sais pas trop encore… quelques temps oui, j’me suis trouvé du travail... » … ça dépendait… de Mikio, de Jung Min… de son père… des parents de Mikio aussi. Mais si ça n’avait tenu qu’à lui, la réponse aurait été un simple « oui ».

La réponse à la suite serait moins évidente….
Si son regard s’était détourné pour laisser l’opportunité à Mikio de se reprendre sans personne pour le voir, il était revenu se poser sur son meilleur ami dès la première question. A la seconde, il s’était à nouveau détourné pour se poser sur le chien. A la troisième, il avait décidé que le frigo était une meilleure diversion. A la dernière, il s’était engagé pour celle-ci en prenant cette direction pour l’ouvrir.
Il s’était fait violence pour ne pas porter une main à son cœur. Plus encore, il se faisait violence pour tenter de garder trop de choses en lui. Evidemment que Mikio allait poser des questions. Il était supposé aborder le sujet avant lui et s’il s’était attendu à ce que Jung Min et ses parents viennent sur la table des conversations, il ne s’était probablement pas assez bien préparé.
Pas maintenant.
Il ne pouvait pas lui dire aujourd’hui… mais il ne pouvait pas lui mentir non plus…
« Tu te fous de ma gueule, c’est quoi ce frigo ? Hyung putain… » il avait vu d’abord les restes d’une pizza, des pâtes, des yaourts, des compotes à boire… et le fromage… oui, il fallait en manger mais… « J’vais aussi trouver des nuggets en forme d’animaux ? » … si Mikio avait vraiment un gosse ou non à nourrir, il ne se l’était pas vraiment demandé. Parce qu’il le savait, il ne pouvait pas changer de sujet comme ça … « Ils vont bien... » … est-ce qu’il lui avait déjà menti une fois dans sa vie ? Il n’en n’avait pas l’impression… autrement, il n’aurait pas besoin de se plonger dans le frigo pour le faire… « Pour Jung Min, t’auras l’occasion de le voir, il est venu avec moi… » … il ne verrait pas trop de changements… il le souhaitait si fort… il en aurait eu bien besoin de pouvoir s’aveugler en pensant que la maladie n’avait pas gagné autant de terrain si son meilleur ami ne trouvait pas trop de différences avec le Jung Min d’avant…. Mais il devrait lui dire, Mikio devait savoir avant… « Il est resté à notre appart’. Qu’est-ce que tu veux manger ? Commande ce qui te fait plaisir, j’irai faire deux trois courses en bas au pire. Et puis mes yeux commencent à prendre peur que… ah, si, y’a de la verdure. »

Un seul mensonge. Il n’avait été capable que d’un. Et éclipser la dernière question n’était même pas volontaire, il l’avait simplement oublié, peut-être parce qu’il avait tendance à s’oublier lui-même ces derniers temps et qu’il ne vivait plus que pour sa famille « C’est quoi ça ? 3 tubes de chantilly ? Hyung, si tu la bouffes au goulot, tu vas finir par avoir un cul tu le sais ? » il n’allait pas si mal de toute manière. C’était ce qu’il se disait… alors dans le fond, la personne à laquelle il mentait le plus, c’était lui-même.



electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 25 Mar - 22:19

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Non, il n'oublierait pas. Il n'oubliait jamais. Même si ce n'était pas l'impression qu'il avait dû donner en 5 ans, Mikio n'avait pas oublié. Rien. Pas une seconde de sa vie là-bas. Pas une seconde en compagnie de Jae. Pas une seconde leurs jeux et leurs bêtises. Pas une fois, il avait oublié qui était son meilleur ami. Il avait tout gardé précieusement dans son coeur. Parfois, souvent, de plus en plus, il le ressortait et se replongeait avec bien trop de nostalgie dans ces jours si doux où rien n'était compliqué. Où il n'y avait pas de responsabilité. Seulement de la joie, des rêves et pas d'échec ni de déception. Ce qu'il avait laissé là bas, il le regrettait profondément. Il ne regrettait pas d'être parti au Japon, ni d'avoir trouvé Naoki... mais il regrettait la façon dont ces années s'étaient déroulées. Il regrettait sa connerie. Il regrettait d'avoir abandonné Jae... Mais jamais tout ce qu'il représentait ne s'était dilué avec le temps. Quand Jae était apparu dans sa cage d'escalier, quand il se moquait de lui encore, ou même quand l'aîné avait ouvert ce frigo en prenant conscience de sa faute.... Tout de suite. Tous ces souvenirs qui ne l'avaient jamais quitté étaient remontés pour former cette bulle si douce où il avait pu se bercer dans l'illusion que rien n'avait changé. Que 5 ans n'avaient pas passé. Que le Jae Min qu'il connaissait n'était pas devenu un homme sans lui et que ce « Hyung » qui lui avait manqué de sa bouche était toujours le même...
Mais la bulle était fragile et ne le protégeait pas assez bien de la réalité. Sinon, ses yeux ne se seraient pas mouillés dans cette étreinte qui elle-même prouvait que les choses avaient changés...
Mais Mikio n'avait quand même pas oublié.

« Promis. »

Ce même sourire avait fait l'effort de rester sur son visage pour Jae et son poing s'était de nouveau tendu mais cette fois, il ne s'était pas risqué à le toucher même si la bitch face de Jae lui avait beaucoup manqué. Non, il avait attendu que le poing de Jae rencontre le sien. Un check. Une promesse. Oui, comme s'ils étaient toujours sur cette plage après une de leur longue conversation qui n'avait ni queue ni tête pour un adulte mais qui avait plus de sens que la vie elle-même pour eux. Qu'ils se regardaient complice avant de convenir ce pacte qui aurait dû régir toute leur existence. A la vie, à la mort.
Alors oui, il avait promis d'aller racheter du pepsi demain d'une façon un peu trop solennelle.... Mais c'était bien plus qu'il se promettait à lui-même. Si demain, Jae devait repartir, il ne laisserait pas cette visite être seulement une illusion éphémère.... Il n'y aurait plus de silence radio et il s'engageait à revenir à Busan.... au moins un peu de temps en temps.... Il s'engageait à ne plus avoir peur et si Jae Min le voulait bien, retrouver cette place de meilleur ami qui devait être la sienne... bien qu'il ne la méritait plus. Il pouvait essayer de la regagner...

Mais il sembla que Mikio n'aurait pas à prendre de billet d'avion dès demain. Si son coeur se serra dans un premier temps à l'incertitude qu'émit Jae, il ne battit que plus fort ensuite à la seule perspective que son meilleur ami ne s'envole pas dès le lendemain. Et ça ne semblait pas être le surlendemain non plus... « Ah oui ? » Mikio avait écarquillé les yeux, étonné mais pas dans le mauvais sens. Jae avait trouvé du travail à Tokyo.... Et si on passait rapidement sur le fait que son cadet avait trouvé un job plus vite que Mikio qui avait mis des mois à s'y mettre - comme quoi, tout était question de volonté -, l'aîné comprenait surtout que Jae avait l’intention de rester un peu ici. Pourquoi soudainement ? Qu'est-ce qui l'avait poussé à fuguer vers le pays du Soleil Levant ? Retrouver Jae, vivre un peu avec lui tandis que lui était toujours en fugue... Cette idée lui paraissait trop belle pour être réelle. Et pourtant, il ne voulait pas voir Jae Min repartir tout de suite....
« Qu'est-ce que tu fais ? » Si Mikio chantait, Jae dansait. Et il aurait adoré entendre son meilleur ami lui annoncer qu'il avait été recruté dans une agence en tant que chorégraphe ou quelque chose de ce style. Quelque chose dans le style de Jae.... Mais Jae était aussi un cuistot hors pair, aussi doué que son père et forgé de la main ce dernier dans son restaurant. Jae avait de l'expérience malgré son jeune âge alors il ne doutait pas qu'il puisse trouver là dedans. Oui, Mikio acceptait l'évidence, son cadet était mille fois plus débrouillard que lui.

Et moins con aussi c'était indéniable. Mikio avait-il vraiment le droit de prendre des nouvelles aussi anodinement ? Ce n'était pas anodin. C'était normal qu'il demande même si... après tout ce temps, il aurait pu comprendre ne plus y avoir droit. Sa mère lui en donnait, pensait-il. Mais Jae devait bien avoir plus à lui raconter, non ?
Pourtant la réponse ne vint pas tout de suite. Tandis que Mikio s'était appuyé sur le plan de travail, il n'avait pas percuté tout de suite qu'il avait laisser son frigo sans surveillance et que Jae avait préféré se concentrer sur son inspection plutôt que de lui répondre. Parce que ça pouvait attendre ? Parce que Jae préférait faire peur à Mikio ? Ou pour la même raison qu'il lui avait parut nerveux l'instant précédent ?
Si Mikio avait froncé les sourcils, interloqué, il n'en avait pas moins sursauté au grondement mécontent de l'inspecteur alimentaire qui venait de fourrer sa tête tout droit dans le quotidien culinaire du Naomi. Aie. Il n'aurait pas dû lui dire oui pour la cuisine..... Mordant sa lèvre en grimaçant, il avait tourné la tête vers le chien, sage enfant qui semblait toujours surveiller sans animosité son nouveau tonton et qui s'était mis à remué la queue dès que son père l'eut interpellé : « Herm... Umberto, une déclaration ? » Sérieux, y'a pas Naoki alors tu te sens obligé d'accuser le chien à sa place ? Il n'aimait pas mettre les bêtises sur le dos de leur fils.... Mais face à Jae, c'était l'instinct de survie qui parlait ! « Ah non, mais tu fais bien de me le rappeler ! » ... Mikio était peut-être vraiment masochiste ou suicidaire. Après tout, entre son rital de coloc et son commandant russe de meilleur ami.... Ce n'était même plus à prouver ! Mais Jae pouvait bien le juger : les nuggest, Mikio avait déjà essayé. Pas pour lui, pour Naoki. Durant une certaine période, Mikio avait acheté tout ce qui aurait pu attiré son cadet pour l'inciter à manger. Principalement tout ce qui avait coloré et rigolo.... Oui, de la bouffe d'enfant, oui. Aujourd'hui, ça allait mieux, beaucoup mieux. Enfin... Nao avait toujours l'alimentation d'un gosse de 10 ans, mais au moins il mangeait. Et puis, Jae serait probablement encore plus étonné de savoir que ce "gosse" savait plus que bien cuisiner. Oui, l'estomac du chanteur avait décidément toujours eu beaucoup de chance.... ce qui était moins le cas de celui de ses amis.

Et avec tout ça, il n'aurait presque pas entendu la réponse de son cadet, celle qu'il attendait vraiment. Elle avait été si vague, rapide... comme s'il ne voulait pas s'étendre sur le sujet. Les sourcils de Mikio se froncèrent. Est-ce que c'était juste une impression ? Il s'attendait à en entendre plus à vrai dire... Mais il haussa les sourcils quand ce fut le tour de Jung Min. « Ah ? Vraiment ? » Nouvelle surprise mais qu'il ne su pas vraiment comment accueillir. Le grand frère de Jae était venu avec lui. Pourquoi ? Et pourquoi est-ce qu'il n'était pas venu avec lui ? Peut-être qu'il était occupé... Non, Jae lui affirma le contraire avant d’enchaîner totalement sur autre chose. Le ventre de Mikio se tordit nerveusement. Est-ce que Jung Min lui en voulait ? C'était pour cela qu'il n'était pas là ? Pourquoi être venu au Japon alors ? Une mauvaise impression se logea en lui... « Ca me ferait vraiment plaisir de le revoir aussi. » Son Hyung lui avait aussi beaucoup manqué... Mais parler de lui le rendait quelque peu nerveux. Et soit Jae partageait cette impression, soit le contenu de son frigo était décidément trop choquant pour qu'il coupe court à ce sujet, ne répondant pas à la question qui intéressait finalement le plus Mikio.... Ca le contraria, mais il répondit sans que son attitude ne soit altérée :

« Un bibimbap. C'est ce que je comptais faire ce soir, alors normalement il y a tout ce qu'il faut. Et oui y'a du kimichi ! »

Bien sûr qu'il y avait de la verdure ! Ca leur arrivait de manger équilibré ! ... Parfois. Il faut dire que quand Mikio se mettait aux fourneaux avec cette intention, c'était généralement ces moments-là que Naoki choisissait pour commander une pizza ou tout autre plat livré rapidement qui ne demandait pas de préparation particulière et que Jae désapprouverait bien évidemment....
Mais il sauta à terre à cette énième plainte émanant de son frigo : « Oh mon dieu, Jae Min ! Ne jette rien ok ?? L'éco-système de ce frigo est fragile !! » Il n'allait quand même pas lui refaire l'intérieur ?? Il avait déjà peur pour les canettes... mais ce qu'il craignait le plus c'était les yaourts. C'était sacré, il aurait dû prévenir Jae qu'il ne pose pas ses doigts dessus. Ca et la glace... Heureusement, il n'avait pas ouvert le compartiment du haut. Mais il restait encore... La chantilly !! « ... » Non. Ca il ne pouvait pas y toucher ! Et il valait mieux que Jae garde la gueule dans le frigo finalement plutôt qu'il ne la relève et tombe sur le visage rougi de son aîné.... C'était une histoire que son meilleur ami n'avait pas à connaître. Il n'en avait pas besoin. Non. Non.
Mais il se fit violence pour reprendre contenance et se rapprocher du lieu du crime en tenant la porte.

« Tu m'expliques ce que tu fous ? C'est pas un site archéologique, sort de là maintenant ! Et si tu critiques encore mon frigo, je fais la cuisine moi-même ! »

Mikio sous-estimait sans doute la puissance de son argument. Ou plutôt de cette menace. Nucléaire. Pas moins. Dans un soupire et une tape dans le dos, il l'encouragea à sortir ce dont il avait besoin et prit soin de refermer, la porte du réfrigérateur, songeant à la sceller définitivement le temps de la visite. Un nouveau soupire lui échappa, cette fois soulagé, comme s'il venait de fermer la boite de pandore... et même s'il ne s'en écarta pas, son regard se reposa de nouveau sur son ami qu'il considéra un instant. Plantant ses yeux sur lui, il lança ce qui le préoccupait depuis tout à l'heure :

« Tu ne m'as pas répondu tout à l'heure. » Il ne savait toujours pas comment Jae allait. Et cette façon qu'il avait eu d'esquiver la question... est-ce qu'il avait vraiment oublié d'y répondre ? « Comment tu te portes ? » Il racla sa gorge mais dans ses yeux s'il restèrent sur Jae, sérieusement, brilla cette lueur d'anxiété que son meilleur ami n'avait dû que très peu connaître chez lui. Mais c'était cette impression... « Je sais que le contexte est particulier et que c'est probablement culoté d'insister maintenant mais... Jae... Si y'a quelque chose qui va pas ou qui te préoccupe je.... » veux le savoir ? Pourquoi, parce qu'il s'inquiétait pour lui ? Oui, évidemment. Bien sûr ! Mais au bout de 5 ans, lui sortir ça comme ça sans lui avoir passé un seul coup de fil depuis presque autant d'années.... C'était du foutage de gueule. Pourtant il ne pouvait pas passer à côté de ce sentiment et seulement fermer les yeux sous prétexte de profiter de leurs retrouvailles... il ne voulait pas les gâcher.... mais il en avait assez de risquer de gâcher des choses plus précieuses encore... Fermer les yeux, il l'avait déjà assez fait durant toutes ses années. « Jae, est-ce que tout va bien ? » Plus clair, plus sérieux... mais pas moins concerné.
©LULEABY
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 26 Mar - 12:42
 
This is an intervention
Jaemi ♥

« ... » sans un mot, son regard était passé de ce poing fermé au visage de son meilleur ami. Il lui avait fallu quelques secondes de plus pour que son poing ne se lève à son tour et rencontre l'autre. Combien de fois est-ce qu'ils avaient fait ça. Souvent. Mais il se souvenait surtout d'une fois où ils ne l'avaient pas fait et qu'il regrettait encore aujourd'hui.
A son départ, s'il lui avait demandé... Tu promets que tu reviendras... ? Vite... et si leurs poings s'étaient tendus pour se rencontrer, est-ce qu'il aurait eu à attendre cinq pour refaire ce geste idiot ?
Il ne savait pas à l'époque. Mais s'il avait su que Mikio ne remettrait plus les pieds à Busan, comme un abruti... il lui aurait demandé cette promesse pour le forcer à revenir près de lui.... Au moins de temps en temps. Pour Noël... deux vacances par an. Mikio serait revenu non ? C'était peut-être une connerie entre eux mais c'était une connerie qu'ils avaient toujours respecté.
Et ce dernier regard qui s'était détourné de lui, il portait cette demande qu'il n'avait pas formulé...
Hyung, pourquoi t'es jamais revenu ?

Parce que c'était son choix. Ce n'était pas important ça. Il ne devait pas y penser de son côté. Il n'était pas là pour se plaindre d'une blessure qu'il n'avait même pas à ressentir. Mikio était grand. Il faisait ce qu'il voulait. Il avait le droit de ne pas avoir l'impression de lui devoir quelque chose. Aucun compte à lui rendre.
« Videur dans une boîte de nuit. » c'était marrant, il avait un salaire et c'était surtout un travail de nuit, c'était bien pratique pour lui même si le médecin avait souligné quelques défauts à ce plan. Il changerait peut-être s'il trouvait une place dans un restaurant où il aurait le droit de n'assurer que le service de nuit. A moins qu'une solution le midi soit envisageable. Mais pour l'instant, et sûrement pour un temps très court au vue de sa connerie, c'était son boulot.
Il n'était pas supposé lui dire autre chose ceci dit ? Lui dire qu'il avait réussi... qu'il ne travaillait pas vraiment parce qu'il dansait...
Il cherchait bien là-dedans aussi. Mais il doutait que quelques cours dans une salle soient à la hauteur du rêve dont il n'avait cessé de parler depuis qu'il était enfant... « Et toi ? Tu joues toujours dans les bars ? » … quoi ? Il n'allait pas lui poser une question dont il connaissait déjà la réponse... Oui, il avait pris des nouvelles de lui... par ses parents... « Alex me l'a dit. » ou par Alex qui, étrangement, avait des nouvelles de Mikio... lui. Oui... ça l'avait vexé mais il n'en n'avait jamais rien dit à l'anglais.... Après tout, s'il en voulait à ce point là, il n'avait qu'à décrocher son téléphone et l'appeler.

Accroché à ce frigo dont la vue dépassait... toutes les conneries culinaires que Mikio auraient pu faire, son regard ne s'en était pas détaché parce que son aîné accusait sans scrupules le chien. Non, il s'était relevé pour le juger à cette mention d'oubli. Sérieusement ? « ... » oui... sérieusement. Il avait vraiment un gosse ou quoi ? A force, il allait finir par le lui demander.
Mais avant ça, il faudrait peut-être prendre le temps de répondre vraiment à ses questions.
Pas aujourd'hui.
La prochaine fois... il ne pouvait pas revenir et simplement tout lui balancer comme ça non ? C'était au moins une aussi bonne excuse que l'égoïsme de vouloir passer, juste une fois, un moment comme avant... avec une personne qui était convaincue que son passé était toujours bien protégé dans la précieuse boîte à souvenirs de leur enfance. Personne n'avait touché à tous ces moments.... « A lui aussi, ça lui fera plaisir... » et il aurait une bonne attitude avec Mikio... n'est-ce pas ?
Jung Min adorait Mikio... il n'y aurait aucun problème...
Mais de son côté, il se montrait plus exigeant que ça.... Oui, ce serait encore mieux si Mikio ne constatait pas trop de changements.

Hochant la tête au mot "bibimbap", il avait tourné un regard soupçonneux pour le kimchi « Tu l'as fait ? » et si c'était le cas ? Rien... il n'avait juste pas prévu de mourir dans la journée. Il n'avait pas confiance. Aucune confiance. Son estomac non plus d'ailleurs. Et pour ce qui était du bibimbap, il était hors de question que Mikio prenne part à la préparation.
De toute manière... oui, il avait vraiment envie de cuisiner pour son hyung...
Mais encore faudrait-il pour ça arrêter de détailler ce frigo de l'horreur pour le cul de son meilleur ami. Et aux mots de ce dernier, sa main s'était tendue dans l'attente de quelque chose que sa voix avait réclamé ensuite « Attends, passe moi un sac poubelle, j'peux arranger ça. » à cet instant, il ignorait le crime qu'il commettrait s'il s'en prenait à un seul laitage « Sauver ton cul, te faire économiser une place d'avion la prochaine fois que tu le prendras aussi. » et il trouvait ça drôle ? Franchement ouais, elle était plutôt pas mal celle-là. Et il avait bien eu ce sourire quand son regard s'était tourné vers son aîné. Alors qu'il validait sa blague tout seul, Mikio, lui, avait préféré le menacer « Pourquoi ? Tu veux me tuer ? » déposant ce qu'il avait eu le temps de prendre sur le plan de travail, il avait ajouté « Tu touches même pas à un couteau danger public. » quoi ? Avec sa poisse légendaire, Mikio allait se couper un doigt et il devrait l'emmener à l'hôpital.

Sans déranger Mikio en lui demandant où se trouvait tel ou tel ustensile, il avait fouillé des yeux le plan de travail avant de tirer un couteau de son présentoir. Puis, avec la même aisance, il avait ouvert un placard ou deux et ... « ... » ... juger du regard son meilleur ami avant de tirer la planche à découper sans faire aucun commentaire sur les gâteaux. Plus tard. Il l'aurait peut-être fait si Mikio ne l'avait pas relancé « Je t'ai déjà répondu, non ? » non. Mais si, tout à l'heure, il avait bien dit que... plissant les yeux quelques secondes, sa main avait farfouillé parmi les légumes pour en faire l'inventaire, distraite « ça va je t'ai dis. » c'était tout. Sans rien de plus, il avait fait glissé les légumes sur le côté sur un autre sujet « T'as le droit de laver les légumes si tu veux... » peut-être qu'il ne lui avait pas déjà répondu... mais quelle importance ? On ne pouvait pas tout simplement s'en foutre ?
Et pour clore définitivement le sujet, il avait ajouté « Ne me le fais pas regretter. »

Oui, Mikio s'en sortirait à laver des légumes. Mais le taquiner, c'était un meilleur changement de sujet que se contenter de lui demander un coup de main.



electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 26 Mar - 22:17

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Un rire léger lui avait échappé. « Non, sérieusement, » avait-il insisté toujours amusé par l'image d'un Jae planté devant l'entrée d'une boite de nuit. Il était décidément toujours aussi con... Quoiqu'il ne vit pas pourquoi son cadet avait trouvé ça drôle dans son cas. Et alors son sourire s'estompa vite en comprenant. « Oh. » Jae était sérieux. Jae était vraiment videur dans une boite de nuit. L'incrédulité avait gagné sa figure et il avait mis quelques secondes pour percuter à nouveau. « Oh les cons... » avant qu'un nouveau rire plus franc sans être aux éclats ne se fasse entendre. Il ne se moquait pas de Jae mais de toutes ces personnes qu'il avait dû recaler. Parce qu'il ne voyait que trop bien Hwang Jae Min faire également trop bien son travail. Il plaignait tous les habitués qui n'avaient plus pu y mettre les pieds depuis que le videur avait changé. Les remarques désobligeantes du Coréen, Mikio les entendaient aussi parfaitement et ça le faisait rire parce qu'il était le premier fan de l'humour cinglant de son ami. Oui, encore une preuve de son masochisme puisqu'il en était souvent le victime... Mais lui, il savait que c'était fait avec amour. Cependant, il espérait pour lui qu'il exagérait dans sa vision des choses... Parce que ça ne risquait de faire rire que les deux compères.
Est-ce que c'était provisoire ? Le temps qu'il reste au Japon.... C'est vrai, Mikio avait été un peu déçu de ne pas avoir entendu autre chose, mais il avait conscience qu'obtenir ce que l'on voulait en venant tout juste d'arriver, c'était difficile. Il espérait seulement que Jae pourrait reprendre la danse rapidement... Parce que son meilleur ami dansait trop bien pour en priver le monde.

Il fut étonné par la question qui suivit. Il y eu un silence, hésitant.... Comment Jae savait ? Oh. Alex. Oui, ce n'était pas si surprenant en vérité. Après tout, si lui se permettait de prendre des nouvelles de Jae par d'autres moyens, et notamment par l'anglais, il était normal que Jae en ait aussi s'il en voulait. Raclant sa gorge, sa main était venue frotter l'arrière de sa nuque tandis qu'il avait essayé d'ignorer le pincement au coeur qui le lançait. Qu'est-ce que Jae avait pensé en apprenant que Mikio appelait son cousin et pas lui ? Rien de bon, probablement. Jae n'avait pas l'air de lui en vouloir mais ça ne voulait pas dire qu'il n'avait pas été blessé... Et Mikio comprendrait. C'était juste que... Alex, c'était plus facile. Lui parler pour savoir comment ils allaient, prendre des nouvelles... Il était moins pressant et il avait l'air moins déçu quand Mikio ne parlait de retour.... Sans doute aussi que ça rassurait le chanteur d'appeler l'anglais quand il n'était pas à Busan... Et puis Alex avait été d'une aide précieuse quelques mois plus tôt. Est-ce que Jae était au courant ? Mh.... Peu importe, il se rendait compte qu'il avait été vraiment con jusqu'au bout et que les excuses qu'il avaient sur le bout de la langue ne rattraperaient pas cinq ans d'absence....
D'un hochement de tête, il avait finalement répondu :

« Plus ou moins. » Les mois qui avaient suivi son retour de Dublin avaient été quelque peu compliqués. Mikio avait perdu deux de ses contrats et seul un bar avait bien voulu le reprendre mais il s'agissait de celui où il jouait déjà le moins. Il avait bien trouvé un nouvel établissement mais il jouait moins qu'avant. Cependant sa connerie l'avait au moins encouragé à se consacrer à autre chose. « Je compose beaucoup en ce moment... Je sais pas trop où j'vais mais.... j'essaie de nouvelles choses. » Il voulait arriver à sortir un album tout seul. Il n'était pas encore trop sûr de ce que ça donnerait ni s'il était capable de s'auto-produire... C'était peut-être vain mais il en avait assez d'attendre que le messie lui tombe dessus. Il avait trop traîné... déçu trop de gens. Jae aussi devait l'être devant ce chanteur raté réduit à mendier dans les bars.... Mais aujourd'hui il avait un vrai but. Peut-être qu'il y arriverait... Au moins pour Naoki....
« Et sinon ça m'arrive de donner des cours de guitare et de piano. » Il avait peut-être deux élèves réguliers.... ce n'était pas fou, il n'en vivrait pas mais c'était déjà ça...

Si ce que Mikio faisait dans la vie était un sujet assez compliqué, Busan semblait être tout aussi délicat à aborder. Et depuis que Jae avait parler de Jung Min, une boule s'était logé dans son ventre. Sans doute parce qu'il craignait que son aîné ne lui en veuille de les avoir abandonné pourtant... Selon Jae, Jung Min avait envie de le revoir. Alors pourquoi n'était-il pas là ? Jae venait-il en reconnaissance ?
Et s'il avait eu peur pour le grand-frère... qu'en était-il du cadet qui faisait comme si tout allait bien ? Il ne lui en voulait vraiment pas ? ....

Pour l'instant, ce qui peuplait le frigo semblait être plus important pour Jae. Mikio ne releva pas la méfiance dans sa question et fronça les sourcils presque vexé : « Bien sûr ! » Et le goût de son kimchi était pour le moins... révolutionnaire. « Tu vois que je suis toujours Coréen. » Il n'était pas peu fier. Mais c'était peut-être le sang nippon qui coulait dans ses veines qui faisait bug la machine au final.... Non, qu'il cuisine coréen, japonais, chinois ou néerlandais.... Le résultat restait criminel.
Mais là, ce qui était criminel, c'était le plan de Jae Min qui menaçait l'harmonie fragile de ce réfrigérateur. Le chanteur manqua de s'étouffer avec sa salive quand il parla de sac poubelle : « Jae c'est non ! Tu touches à rien, j'ai dis ! Tu sais pas ce que tu fais ! » Il menaçait de profaner un élevage de laitage précieux et nécessaire à la survie du gosse qui vivait là. Mikio ne pouvait pas laisser faire ça.... même si Jae lui trouvait ça drôle de le faire sois-disant pour le séant de son hyung. Il était impossible... Il avait pincé l'arrête de son nez, cet éternel air blasé qu'il réservait à Jae quand il se foutait de sa gueule. Au fond, peut-être qu'il avait trouvé ça drôle... mais qu'au fond. Mais loin d'éclater de rire, il avait râlé : « T'exagère toujours ! Mon cul a pas pris un gramme. » Il était toujours aussi osseux et inexistant accessoirement.... Même s'il pouvait accorder un point à Jae : il n'était plus aussi fin qu'à ses 20 ans. Ses traits juvéniles s'étaient effacés et les muscles de ses bras avaient quelque peu fondus. Son ventre, sans être devenu aussi énorme que le déplorait Jae, avait perdu de sa dureté pour former un léger bidou moelleux qui faisait l’unanimité chez les enfants de 21 ans qui s'appelaient Serizawa Naoki.
Mais s'il ne se vexait pas pour son corps, il prenait plus mal l’interprétation radicale de son ami sur son intention de cuisiner. Un grognement mécontent accompagna sa protestation :

« Je cuisine très bien figure toi ! Franchement, je comprends pas pourquoi toi et ton père vous avez jamais voulu que je foutte les pieds dans votre cuisine. Vous êtes des dictateurs de la bouffe voilà tout ! Et heureusement que ma grand-mère est douce et gentille elle ! » Et que tes essaies nucléaires ont eu terminé de lui cramer ses dernières papilles gustatives.... « Elle m'a appris plein de choses et je te signal que y'a jamais de reste quand je cuisine ! » ... Oui en même temps, le principe étant de survivre, tes convives s'arrangent toujours pour qu'il reste aucune trace de ce crime culinaire. L'instinct de survie les pousser à rendre clean les assiettes dès que Mikio avait le dos tourné.... Mais cette mascarade duraient depuis plus d'un an maintenant et personne n'avait jamais le coeur à briser celui du Coréen qui était toujours trop fier et heureux de nourrir ses amis.... Ainsi, Mikio était plutôt fier d'avoir annoncé à Jae ses progrès en cuisine.
Pauvre fou...

Il l'était moins de laisser Jae se balader librement dans la pièce. Ses fesses s'étaient serrées nerveusement à mesure que le squale tournait à la recherche d'ustensile. Histoire de prévenir la catastrophe, Mikio avait tenté de lui indiquer où se trouvait chaque chose pour l'éloigner des réserves compromettante mais en vain. Il fut trop tard quand Mikio s'écria : « Non pas ce placa-...! » Jae l'avait déjà ouvert. Un placard rempli de gourmandises, principalement des biscuits et pâtisseries nippones dont le Coréen raffolait. Naoki aussi piochait là dedans.... mais l'âiné était clairement le plus coupable dans cette zone. Et il s'était vu mourir au regard assassin de son meilleur ami.... Son air coupable, il avait essayé de le dissimuler mais il était un livre ouvert et tout l'immeuble l'avait probablement entendu déglutir. Une cachette, une parade... quelque chose !!
.... Mais la punition ne vint pas. Jae sembla... passer l'éponge ? Non. Impossible. Son heure viendrait, il le gardait pour plus tard, c'était certain. D'ici là, il devait trouvé un moyen de barricader le frigo et les placards et apprendre à courir plus de 10 mètres sans faire une crise d'asthme....

Ou bien il pouvait parler de chose plus préoccupante. Parce que s'ils s'amusaient bien tous les deux - si si, on vous assure - Mikio ne pouvait pas juste fermer les yeux quand il sentait une certaine nervosité émaner de son meilleur ami. Non, il n'avait pas répondu à sa question. Il l'avait éludé encore plus vite que les précédentes. Il y avait répondu distraitement et sa réponse, s'il aurait souhaité le contraire, n'avait pas satisfait son aîné. Ca n'allait pas. Pas aussi bien que Jae voulait le faire croire. Il se serait moqué, il aurait dit une bêtise... et même s'il l'avait fait, rien n'était moins sûr. Il sentait Jae tendu. D'accord, il se doutait que plaisanter comme deux idiots n'effaçaient pas une absence de 5 ans mais... et si ce n'était pas que ça ? Et si.... La gorge Mikio se noua tandis qu'il accepta la tâche que le chef lui confiait. Ca le travaillait. Jae lui cachait quelque chose... Il le savait parce que... Un demi-sourire marqua ses lèvres et un soupire lui échappa tandis qu'il s'affairait à laver les légumes. « T'as pas changé.... » Non. Jae Min était toujours Jae Min... et si Mikio était un livre ouvert, Jae l'avait toujours été pour lui. Parce qu'il était son meilleur ami et qu'il connaissait ses réactions par coeur. Parce qu'à cet instant, il reconnaissait ce ton expéditif qui semblait clore une discussion... avant qu'il ne finisse par se confier à son hyung. C'était toujours comme ça que ça fonctionnait quand Mikio s'inquiétait pour lui... Ca n'avait pas changé.
Ou peut-être que si....
Est-ce que cette fois, Jae allait finir par se confier à lui ? Mikio n'avait plus le droit de l'exiger et Jae avait parfaitement le droit de ne plus le faire. C'était normal, il comprendrait... C'était même logique...
Mais alors pourquoi Jae Min était dans cette cuisine avec lui ?
Ca avait pris 5 ans cette fois.... mais ne finissaient-ils pas toujours par se trouver ?

« T'es pas venu jusqu'ici juste pour contrôler ce que je bouffe, pas vrai ? »

Il l'avait dit, le nez toujours dans ses légumes, sans se montrer pressant. Le ton posé, il avait calmé au mieux sa nervosité. Il n'allait pas agir différemment... Il allait lui laisser le temps. Bien sûr, si Jae avait pris l'avion, il se doutait que ça n'était pas seulement pour lui parler d'une énième dispute avec son père... Et qu'il devait s'attendre à entendre quelque chose de plus.... sérieux.... Mais parce qu'il était toujours son meilleur ami aux yeux du Coréen, alors il devait être prêt à l'entendre et à aider son cadet. Son petit frère....
©LULEABY
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 27 Mar - 19:19
 
This is an intervention
Jaemi ♥


« Bah quoi ? J’ai eu le titre d’employé du mois j’te signale. » sérieusement ?
… non. Mais ça aurait pu. Parce que franchement, il était un excellent videur ! Il la vidait mieux que personne cette boîte de nuit.
Toutefois, malgré le petit sourire qui trônait sur ses lèvres, il n’avait pas épilogué. Lui, ce n’était qu’un boulot pour faire rentrer de l’argent. Dans le cas de Mikio, on parlait d’un rêve que son meilleur ami méritait de réaliser. Du moins, il l’avait toujours pensé. Ce qui s’était passé il y a quelques années en arrière, ce qui avait amené Mikio à quitter la Corée, ce n’était qu’un retard sur le planning. Parce qu’il croyait encore plus que tout que son meilleur ami y arriverait, que bientôt il n’aurait plus qu’un seul cd de lui sur ses étagères mais une dizaine, il n’avait jamais douté que son aîné s’en sortirait dans la voie qu’il s’était choisi.
Même si tous les deux ils ne renouaient pas le contact, même si après ça il se contenterait peut-être au mieux de nouvelles de temps en temps, il serait toujours le premier à l’acheter ce cd le jour où il sortirait. Alors, apprendre maintenant que sa situation avait un peu évolué… évidemment qu’il avait souri. Ça ne paraissait pas grand-chose comme ça mais c’était toujours des pas sur le chemin qui finirait par aboutir à quelque chose de plus concret « C’est cool. » de filer des cours à des nains ? Non. De composer… « T’y arriveras. » il n’en doutait pas hier, il n’en doutait pas plus aujourd’hui.
Il voulait le voir, ce jour où Mikio réaliserait son rêve. Parce que Mikio le méritait plus qu’un autre selon lui, parce qu’il avait du talent et parce que quelque part, tout comme être avec une personne convaincue du fait que ses souvenirs étaient intacts… que l’un d’eux y arrive… ouais, il trouvait ça cool… comme si tout n’était pas gâché.
Alors, dans le fond, la phrase correcte ce n’était pas « t’y arriveras » mais… « T’as intérêt ! » ouais… c’était tout ce qu’il lui demandait. Qu’il considère ça comme le prix à payer pour être parti.
Ce n’était plus possible que pour Mikio maintenant… baisser les bras, son hyung n’en n’avait pas le droit.

Quand est-ce qu’il avait arrêté d’y croire pour lui ?
Il ne savait pas vraiment… ce jour-là, en ressortant de cette première consultation avec son frère.
La première fois qu’il avait dû aller chercher son père au bar.
Quelque part au milieu de ses deux évènements ou un peu plus tard… ça n’avait pas vraiment d’importance dans le fond. Il y avait simplement eu ce jour où, après avoir couché son père, il avait épluché les annonces. Son regard s’était relevé pour croiser celui de sa mère et elle avait fait ce qu’elle faisait trop souvent ces dernières années. Elle s’était mise à pleurer avant de quitter la pièce sans un mot.
Qu’est-ce qu’il aurait pu faire d’autre quand le restaurant avait été revendu ?
C’était comme ça. C’était tout. Il n’avait plus cinq ans. Le changement, il fallait faire avec.

« Un jour, va falloir que t’arrêtes de risquer ta vie. » il ne l’avait même pas goûté ce kimchi !
Pas besoin, il suffisait de le sentir pour en mourir, il en était convaincu.
Et oui, il était plus simple de parler de la cuisine désastreuse de son meilleur ami que de s’éterniser sur un sujet qu’il n’avait pas franchement développé de son côté.
Ça l’était encore plus de vouloir jouer les bons samaritains en pensant à la santé et au poids de son meilleur ami. Même si, visiblement, il n’aurait pas le droit d’y toucher à ce frigo. Arquant un sourcil, il avait dévisagé son aîné quelques secondes. Ce mec… on aurait dit qu’il était sur le point de commettre un crime pire que tuer quelqu’un… comme si trier son frigo allait armer une bombe que personne ne pourrait désamorcer. Mais plutôt que de souligner ce sérieux problème psychologique, il avait préféré continuer sur une voie plus habituelle qu’il empruntait probablement trop régulièrement par le passé « Tu plaisantes là ? Je sentais le sol trembler jusqu’à Busan mon gros. » rien qu’un poil exagéré… ok, beaucoup. Mikio n’était pas si gros. Il n’était en réalité même pas gros. Mais quand même, le contenu de son frigo, c’était de la merde ! Tout comme les mots qui sortaient de sa bouche à présent.
Mamie lui avait appris à cuisiner et tout le monde dans le quartier venait réclamer de ses plats…
Même dans un film de science-fiction, ce scenario ne prendrait pas … pas de restes… « … et de survivants non plus…. » pas mal, il se serait bien collé un 18, voir un 18.5 pour cette répartie-là.

Il s’en serait même vanté si son cœur n’était pas si serré à présent…
Cette cuisine dont Mikio parlait et dont il était banni à vie… elle n’existait plus… elle n’était plus à eux en tout cas. Oui, il y avait toujours celle de leur maison… mais encore combien de temps avant qu’on ne lui annonce que ses parents devaient également se séparer de leur maison.
Sa maison.
Celle de son enfance. Celle voisine des Park. Celle où il avait tous ses souvenirs.
C’était peut-être être pessimiste, mais il redoutait ce jour. Ce serait une autre chose à laquelle renoncer. Un autre bout de son passé à donner.
Il le savait, il n’aurait pas le droit de jouer l’enfant pourtant. Il devrait simplement l’accepter, comme le reste. Ce n’était qu’une maison. Que des murs. Et même si elle avait une autre valeur que celle matérielle pour lui, il ne pourrait qu’afficher sa compréhension.

Une compréhension qu’il n’avait pas semblé avoir face au contenu de ce placard de la mort. Et si Mikio était sauf pour l’instant, il lui était conseillé de planquer les sacs poubelle au plus vite sous peine de devoir subir un tri de biscuits qui se terminerait par un tri de frigo histoire de faire d’une pierre deux coups.
Ça lui aurait probablement changé un peu les idées pourtant. Ça aurait permis à ce cœur d’être moins serré. Mieux encore, Mikio n’aurait sans doute pas insisté sur la suite.
Occupé à couper la viande de son côté, son regard ne s’était pas relevé de sa tâche lorsqu’il avait répondu à la remarque de son meilleur ami par un « Pas tant que ça… j’imagine… » et puis il avait coupé un autre bout de viande suivi d’un autre, et encore un autre, jusqu’à ce que son couteau se fige au-dessus de la viande.
Evidemment, il aurait été plus simple de jouer à « retour vers le passé » avec une autre personne que Mikio. Parce qu’il le connaissait toujours…. Sa main s’était resserrée sur le manche du couteau et comme pour prétendre ensuite qu’il ne faisait que le reprendre en main, ses doigts avaient glissé une seconde ou deux dessus. Mais il n’avait toujours pas coupé d’autres morceaux

« ça paraît si incroyable que ça que je puisse simplement venir te voir… ? »

Parce que ça faisait 5 ans… ils avaient dépassé depuis longtemps le stade de simple visite à un ami ?
S’il n’avait pas prêté attention à l’aboiement suivi d’une course de chien jusqu’à la porte, l’italien, une minute plus tard, lui avait fait relever la tête de sa planche pour la tourner vers l’ouverture de la cuisine.
L’un des colocataires de Mikio venait visiblement de rentrer et passait de longues secondes à dire bonjour au dénommé Umberto dans une langue latine avant qu’elle ne se transforme en du coréen « Je suis rentré. J’ai ramené à manger. Sharky m’a dit qu’on avait eu de la visite ? » Sharky ? Il fallait un temps d’adaptation. Un long temps d’adaptation « Qui est le type à l’air louche pour lequel elle a hésité à appeler la police parce qu’elle pensait que… ah, c’était quoi déjà ? Un dangereux tueur en série ou un maf… bonjour. » et salutation japonaise quand le nouveau venu était entré dans la cuisine en compagnie du chien.
Ça ne lui avait pris que quelques secondes pour le reconnaître. Des photos que Mikio postait sur son compte, c’était bien lui qu’il avait vu le plus…
Poli, il s’était contenté d’un hochement de tête en retenant au mieux des pensées idiotes qu’un homme de 22 ans ne pouvait pas avoir.
Et puis, le colocataire de son meilleur ami était rentré avait… est-ce qu’il venait juste de passer affectueusement une main dans les cheveux de Mikio ?
Il l’avait recoiffé. Alex le recoiffait parfois.
Et puis, il y avait eu les sacs posés sur le plan de travail. Cette odeur qu’il avait espéré ne pas sentir mais qu’il avait pourtant bien repérée, correctement identifiée quelques secondes plus tôt. En fait, il avait peut-être même déjà soupçonné quand le morveux avait passé l’angle de la rue.
Morveux ?

« Pour changer des pizzas. Y’a assez pour tout le monde. »

Il ne rêvait pas. Là. Juste à côté de lui. C’était bien des sacs venant de chez…
McDonald
Garde ton calme Hwang Jae Min. Garde ton calme.
Il se l’était répété en regardant le pécheur ouvrir le frigo, sortir un coca, un fromage et jouer la dernière note de cette marche funèbre « Ce sont des nouveaux yaourts ? Merci Michan ♥. »
… bug. Deux, trois secondes, peut-être quatre…
« Michan ? »
… nouveau bug pendant lequel son regard était passé de Mikio à… Machin qui venait de s’asseoir sur le plan travail et effilochait à présent un fromage en forme de bâtonnet, les yeux baissés vers les aliments sortis. Des yeux qui étaient ensuite allés jusqu’à Mikio, puis jusqu’à lui sans faire aucun commentaire sur la préparation qui était en train de se tenir :

« Naoki. » au moins, il était capable d’avoir une conversation à peu près nor… « Opinion sur la fonte des glaciers au Groenland ? » … male.
Ça lui avait pris quoi ? Même pas une minute pour le juger du regard… et encore, là, c’était peut-être déjà la deuxième ou la troisième fois.




electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 31 Mar - 22:15

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Il voulait y arriver. Il n’avait toujours rêvé que de ça… jusqu’à ce que son rêve s’écroule. Il avait tout misé sur un songe éphémère et il avait été trop aveugle pour voir à quel point il était déjà bancale. Il avait tout raté. Il avait tout abandonné pour… du vent. De la peine. Une déception trop grande pour qu’il réussisse à faire face. Il avait fuit. Il avait erré longtemps et fermé les yeux sur les débris de son rêve encore planté dans son coeur. Il avait longtemps tenté de se persuader que la scène de ces bars qu’il foulait l’aider à avancer et se réconcilier avec ce qu’il était, devait être,  qu’elle pouvait être une marche vers une nouvelle chance… mais elle n’était même pas une consolation. La maigre foule face à lui qui l’écoutait à peine lui faisait plus de mal que de bien. Il en avait assez de chanter pour lui-même. Il en avait assez que l’ambiance oppressante de ces établissements au coeur de la capitale nippone, si loin de sa ville natale, lui rappelle chaque soir un peu plus à quel point il n’était qu’un raté. Il étouffait. La flamme ardente animée par la musique qui avait toujours brûlait au fond de lui n’était désormais plus qu’une flammèche misérable consumant péniblement le cadavre d’une bougie. Elle avait manqué de s’éteindre. Tout serait devenu vraiment gris.
Et puis, Naoki avait rallumé la lumière. Il avait ramené les couleurs dans la vie du chanteur. Et même de nouvelles… il avait besoin de celles-là… D’un nouvel air, d’une nouvelle perspective. C’était à Naoki qu’il les devait et c’était pour lui qu’il voulait y arriver aujourd’hui. Cet album, quand il l’aurait fini, il lui donnerait… Mais il voulait aussi le faire pour Jae. Malgré l’absence, malgré sa connerie et son illégitimité à penser à lui pour cet album… Il voulait réussir pour lui. Pour que son meilleur ami puisse voir autre chose que ce chanteur raté qui avait cru tout perdre quand il avait perdu bien plus en fuyant son échec… Il voulait voir de la fierté dans son regard. Oui, il voulait le rendre fier. Lui, sa famille… la leur… Alors cette confiance que Jae lui accorda compressa sa poitrine. Il y croyait vraiment ? … Il ne devait pas le décevoir si c’était le cas. Même s’il avait eu 5 ans déjà pour le faire…. pas une déception de plus…
Il avait mis longtemps à s’y mettre, mais cette fois… il voulait faire les choses bien. Il y arriverait. Avec Jae.

Enfin, si ce dernier voulait bien arrêter d’accuser injustement sa cuisine. Mikio ne comprenait pas ces allusions et ce manque de confiance de la part de son allié de toujours. Personne ne s’était jamais plaint de sa cuisine. Personne n’était resté vivant assez longtemps pour ça peut-être… ? « Tu vas voir ce qu’il te dit le gros », grommela le Coréen qui par réflexe avait tout de même passé une main sur son ventre, soucieux de savoir s’il avait vraiment tant grossi pour que Jae parle de lui comme de Godzilla. Non, il avait toujours était chiant sur son poids… Ca devait le rendre fou de ne pas arriver à convaincre Mikio de se bouger le cul quand il avait si bien réussi pour Alex. Malheureusement, l’aîné était aussi irrécupérable sur sa fainéantise qu’il était mauvais cuisinier… Sans le savoir ! Parce qu’une moue vraiment contrariée s’était logée sur sa figure. Qu’il le goûte son kimchi, il verrait bien !!!
…. Ca serait si bête de perdre Jae aussi brusquement qu’il venait de le retrouver…
Pourtant, le chanteur s’était entêté et c’était limite s’il n’avait pas tapé du pied sur le sol en se plaignant : « Mais tu vas finir par me vexer à la fin !! » Il pouvait le traiter de gros autant qu’il voulait, mais ses progrès en cuisine, il y tenait… « Tu veux que j’appelle Mamie ? » Est-ce que c’était une menace ? Sérieusement… Mikio t’as quel âge ? Quelque part entre 3 et 4 ans et demi… Qu’est-ce qu’il comptait lui dire à Mamie ? « Mamie, Jae il m’embête, il fait que dire que ce que je fais c’est pas bon…. dis lui c’est faux !! T-T »
Sa grand-mère défendrait toujours son Mitsune ! Elle, elle l’aimait ! Pas comme sa mère qui aurait pris le parti de Jae, à coup sûr… C’était lui le chouchou.

Mais à vrai dire, il aurait préféré affronter sa mère maintenant. Ou courir 100 fois autour de la maison des Park puis celle des Hwang plutôt de sentir cette boule dans son ventre grossir et contaminer sa gorge qui s’était nouée. Ce pressentiment qu’il avait… il n’était pas bon. Alors oui, il se serait engagé à courir et même plus, tout ce que Jae voulait, pour ne pas avoir manqué ces cinq ans de la vie de son cadet et ne pas avoir à jouer aux devinettes aujourd’hui. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui même… souhaiter retourner en arrière maintenant était injuste et lâche. Il devait assumer les conséquences de ses conneries. Faire celui qui le connaissait toujours par coeur aujourd’hui, n’était-ce pas encore plus injuste quand il comprenait qu’il aurait probablement dû être là pour Jae depuis longtemps.
Il y avait quelque chose. Mais il n’osait pas imaginer. Il ne voulait pas imaginer…. Il avait bloqué dans sa tête toutes les hypothèses insoutenables qui avait tenté de s’immiscer… Il en serait mort sur le coup c’est certain ! Parce qu’il ne voulait pas croire que Jae pouvait être…. il ne savait pas. Il ne voulait pas finir cette phrase… il n’y arrivait pas mais… Il devait savoir. Il refusait de fuir les responsabilités plus longtemps… pas en face de Jae… pas quand il semblait avoir besoin de lui…. non ?
Alors forcément, la réponse de Jae lui broya le coeur. Ca lui avait fait si mal sur l’instant que ses mains étaient restées immobiles sous l’eau froide. Si ce légume avait des poumons, il se serait probablement noyé… Mais oui. Jae au moins avait eu le courage que Mikio n’avait jamais eu en 5 ans : prendre un avion et le voir. Est-ce que le chanteur ne se montrait pas une nouvelle fois injuste avec lui ? Il n’y avait pas que ça. Il aurait aimé mais…. au fond, il savait que ce n’était pas que ça….

« …Jae, c’est pas… »

Ce qu’il avait voulu dire, on ne le saurait pas. Parce qu’un aboiement l’avait coupé net dans sa phrase et il avait légèrement sursauté. Le légume lui avait échappé mais après l’avoir sauvé d’une véritable noyade, le Coréen releva immédiatement la tête.
Nao….
C’était déjà l’heure ? Probablement, il n’en savait rien, mais il n’y avait aucun doute sur l’identité du nouvel arrivant. Il n’avait pas envisagé ce scénario là. Enfin si, mais il n’avait pas encore eu le temps de bien l’appréhender…. et bêtement, son coeur s’était mis à battre furieusement contre sa poitrine. Etait-ce la perspective que Jae rencontre Naoki ou bien son coeur s’affolait-il seulement toujours quand l’italien rentrait à la maison et il le remarquait uniquement parce que Jae était là… ? Probablement les deux.

Problème : il n’avait pas eu le temps d’avertir Naoki de la présence de Jae dans l’appartement que l’étudiant s’était déjà lancé dans un récit bien à lui qui eu le don de faire serrer les fesses à Mikio un peu plus à chaque mot…. et malgré sa tentative de lui faire des signes dès son entrée dans la cuisine dans le dos de Jae, de secouer la tête, d’ouvrir grands les yeux comme il ne l’avait jamais fait avant…. l’aîné ne put éviter le drame. Les deux hommes s’étaient retrouvés nez à nez et le choc fut si brutal pour Mikio qu’il en resta désespérément sans voix, la bouche pourtant légèrement ouverte, incapable de faire des présentations plus convenables…. Ce n’était malheureusement pour lui que le début d’une comédie funèbre qui s’annonçait.

Interdit, Mikio l’était resté jusqu’à ce que Nao s’avance dans la pièce jusqu’à lui et que son coeur ne loupe une mesure à cette étrange proximité retrouvée. Ca devait toujours lui faire ça… mais il ne s’en rendait pas vraiment compte. « Salut, » avait-il soufflé d’une plus petite voix qu’il ne l’aurait voulu mais non sans un doux sourire qui apparaissait systématiquement quand Nao était là. Les palpitations dans sa poitrine s’étaient accéléré à cette main affectueuse dans ses cheveux et ses joues s’étaient empourprées…. sûrement parce qu’il réalisait qu’ils n’étaient pas seuls dans la pièce. Pire, c’était Jae qui les observait….. « Je voulais te prévenir… » ajouta-t-il sur ce même ton étonnamment timide. Oui, c’était ce qu’il aurait dû faire dès le début mais… en vérité…. Lequel aurait-il dû véritablement prévenir ? Non, dire à Jae que Nao était Italien ne justifiait pas un comportement que tu n’avais JAMAIS eu de ta vie à la connaissance de son meilleur ami…

Et puis… le drame. Le vrai. Celui qui risquait de faire basculer une vie. Celui qui pouvait nécessiter l’intervention de la police ou pire… du FBI !!
Avant que son regard ne se pose dessus, l’odeur l’avait interpellé. Sur le moment, il n’avait pas réalisé, probablement perturbé par le choc précédent mais lorsque Nao ouvrit la bouche… Oh. Oh merde. L’arme retentit dans sa tête et d’un seul coup, un compteur se mit en marche pour comptabiliser tous les mauvais points que Nao commençait à accumuler contre lui…. Mikio déglutit nerveusement et au lieu de se faire reconnaissant, son regard se remplie de panique et de détresse. Il prit son courage à deux mains pour le tourner vers Jae…. Merde…. Est-ce qu’il devait lui arracher ce couteau des mains maintenant ??

« Oh c’est…. C’est gentil Nao… » Il toussota nerveusement… Comment éviter de déclencher une guerre maintenant ? Sa main frotta nerveusement sa nuque. En plus, l’étudiant se mettait en danger tout seul quand il lui semblait pourtant avoir prévenu… peut-être que non en fait… « Mais je voulais faire un bibimbap ce soir… on était en train de le préparer… » Il était un peu déçu parce que Nao avait sans doute voulu lui faire plaisir. Et probablement parce qu’il n’avait pas voulu lui faire de la peine, sa main était, comme par réflexe, venue à son tour plonger dans les cheveux de son cadet pour le décoiffer affectueusement.
S’il aggravait certainement son cas avec ce geste, Nao ne l’avait fait qu’un peu plus de son côté en ouvrant le fameux sacro-saint frigo. Aie…. merde …. La catastrophe il la voyait venir d’ici parce qu’il savait exactement ce que Nao allait en ressortir…. et il savait aussi parfaitement que ça ne plairait pas à Jae. Et non, il était loin de se consoler en se disant qu’au moins Jae ne pourrait plus l’accuser lui….. Parce qu’il tenait à la vie de Naoki. Jae n’était pas prêt à ça, il le voyait bien… et encore, Mikio avait la plupart du temps le droit à la version en boxer….

Ah, Mikio aurait probablement gloussé de joie au remerciement de son protégé en temps normal. Ce « Oui Yeobu, je les ai pris pour toi, j’espère que tu aimeras » était tout juste sur le bout de sa langue mais il l’avait ravalé bien sec tandis qu’il sentait que Jae se décomposait au fur et à mesure… Il avait eu tort. Il aurait dû la jouer franc jeu avec son meilleur ami. L’assoir dès son arrivée et lui expliquer ce qui s’était passé dans sa vie ces derniers mois. Lui parler de Naoki et cette relation…. pour le moins particulière qu’ils avaient. Eventuellement passer le chapitre « On a probablement faire une ou deux conneries ensemble……. ». Mais en douceur, il aurait pu amener la chose… Et lui éviter cette claque un peu brutale.
Trop … clairement, c’était trop d’un coup pour Jae. Nao était déjà un beau spécimen à rencontrer, déstabilisant au premier abord certes… Mais il était difficile - voire impossible, Mikio en était certain - de le détester. Il aurait suffit à Jae un petit temps d’adaptation mais puisqu’il pratiquait le Alex depuis des années, il ne doutait pas une seconde que ça se serait bien passé. Non. Ce qui posait problème c’était Naoki…. avec Mikio. Et à ce surnom, Jae n’était pas préparé.

« Hahaha…. Jae… c’est hahahaha… »

Il avait envie de mourir. Il s’était mis à rire nerveusement aussitôt que son meilleur ami avait réagi à « Michan ». Il comprenait la déconcertation de Jae…. Mikio détestait les surnoms. Il grognait à chaque fois qu’on tentait de lui en donner un. Il trouvait ça stupide et généralement les siens le mettait rarement en valeur. Sa grand-mère avait toujours été la seule exception et son « Mitsune » affectueux était largement toléré par son petit-fils. Sa mère… c’était différent. Quand elle ne l’appelé pas « abruti » ou « idiot »… c’était toujours ça de gagné. Mais le reste, ça avait toujours été proscrit… et puis il y avait eu Naoki. S’il avait grimacé les premiers temps, il ne sut plus vraiment à partir de quand il arrêta de s’en soucier. Il s’y était fait, l’avait probablement trop intégré pour ne pas s’inquiéter lorsqu’il entendait son vrai prénom. Ce « Michan » prononcé par cette bouche là… il avait fini par l’aimer tendrement. Mais il comprenait que Jae soit choqué….

Mais avant que Nao ne termine de signer son arrêt de mort après cette fameuse question à 10 millions, Mikio s’était précipité pour s’interposer entre Jae et le ficello de Nao. Se positionnant clairement devant Naoki sans se défaire de ce rire nerveux, Mikio pressa naturellement une de ses cuisses. Geste affectueux, protecteur ou signal d’alarme… probablement que le Coréen lui-même n’en était pas sûr. Et sa main finit par lui tapoter doucement la jambe avant de prendre la parole :

« Hahaha, non Nao c’est pas un nouveau coloc’ haha…. » Ciel, qu’on le protège d’un tel massacre… « C’est mon meilleur ami, Hwang Jae Min. » Oui, il était probablement temps de faire les présentations…. Il se racla nerveusement la gorge avant de regarder vers Jae. « Jae, je te présente Serizawa Naoki… le fameux italien…. » qui avait tout d’un italien, à n’en point douter. Mais Jae n’en avait probablement rien à foutre à cet instant. Quant à la qualité de « coloc », elle était peut-être trop évidente pour que Mikio la mentionne…. ou bien cela le gênait-il vraiment trop de cracher ce terme qui ne leur rendait pas justice une seule seconde. Se tournant de nouveau vers Nao, il essaya d’adopter un ton plus calme : « J’ai proposé à Jae de rester manger avec nous ce soir…. Mais il est allergique à Macdo ! » …. really ? C’était tout ce que t’avais trouvé là, sur l’instant ? C’était pas totalement faux…. « Il tenait à faire la cuisine… Tu sais, c’est son papa qui tient le restaurant à Busan, je t’en ai déjà parlé. Et je suis sûr que ça ferait plaisir à Jae que tu goûte sa cuisine… Pas vrai Jae ? » Oui, pas vrai… ? Tu vas pas tuer l’homme de ma vie hein… ? Jae Min pitié…. C’était probablement ce que criaient ses yeux à cet instant… Ou bien : je vais mourir, aidez moi….
©LULEABY
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 2 Avr - 14:50
 
This is an intervention
Jaemi ♥


C'était plus fort que lui. Il avait beau se répéter qu'il avait passé l'âge, il n'était plus un gosse, cette pointe au coeur commençait à se faire sentir. Et si intérieurement il s'était ordonné de se taire jusqu'à quitter cet appartement, la couleur des joues de Mikio avait arrêté toutes ses pensées pendant de longues secondes. Non, elles n'étaient pas rouges, elles étaient simplement... rouges, juste rouges. Est-ce que Mikio s'était mis à la drogue ?
On s'en foutait, si son regard avait jugé, il avait fait l'effort de retourner à cette planche à découper pour une courte période. Parce qu'ensuite, il avait préféré se poser sur la démoniaque malbouffe. Si ce mec accumulait les mauvais points, qu'est-ce qu'il y pouvait en même temps ? Bientôt, il allait se mettre à chanter Céline ou se foutre devant Titanic et il aurait toutes les excuses du monde pour être un coréen malpoli.

En attendant, il avait fait l'effort de prendre sur lui et sa main s'était resserrée sur le manche du couteau. Il avait fermé sa gueule. D'accord, ses yeux s'étaient fait jugeur à nouveau pour cette main pleine d'affection, mais il était resté silencieux et sa lèvre inférieure n'avait disparu que quelques secondes sous ses dents.
Il aurait dû refuser.
S'il avait refusé plus tôt de rester mangé ici, il aurait une bonne excuse pour rentrer maintenant...
Il n'était pas venu pour voir Mikio ?
ça y est... il l'avait vu non ?
... pourquoi est-ce qu'il était aussi con ?
« Oh... c'est dommage»
Si "Michan" voulait manger macdo avec son coloc, il faisait bien ce qu'il voulait non ?
Après tout, il était celui qui était de trop. Il s'était pointé sans prévenir ici et en sachant très bien que Mikio avait une vie à Tokyo.

Oui. 5 ans avait passé.
Pendant un court instant, il avait presque été capable de l'oublier un peu... de faire semblant en tout cas. Et ce regard jugeur qu'il avait gardé un temps sur le dénommé "Michan", il s'était perdu sur la viande. Sa langue était passée une seconde sur sa lèvre avant de faire pression contre l’intérieur de sa joue dans un tic nerveux. Il n’avait pas pris le temps de répondre à cette question stupide, il ne l’aurait même pas pris sans cette main sur cette cuisse qu’il avait fixée plusieurs secondes. Une autre était venue la rejoindre, l’avait pressé avant de glisser du bout des doigts sur d’autres dans un jeu qui avait duré encore un instant. Ses yeux s’étaient relevés, avaient croisé ceux de l’italien qui s’étaient tournés vers ceux de son « Michan » avec réflexion avant que sa main n’abandonne son jeu pour venir effilocher son fromage.

« … » ouais, il devait y en avoir des plus italiens des italiens, mais franchement, ça lui importait autant que la fonte des glaciers. Sa tête s’était secouée à la mention de son allergie, puis son attention s’était posée sur la viande qu’il ne coupait plus depuis un moment à celle du restaurant. Il faudrait bien lui dire un jour… c’était ça ou supporter cette peine à chaque fois que Mikio le mentionnerait.
Et maintenant que l’illusion ne tenait plus en place… il avait eu cette pensée ridicule de remercier son cœur intérieurement avec ironie… oui, merci, il le savait que 5 années séparaient leur dernier moment partagé avec Mikio. Il le savait que de nombreuses choses s’étaient passées depuis. De la même manière qu’il avait compris que la vie de Mikio était ailleurs. Alors ça ne servait à rien de se plaindre, avoir de la peine était idiot mais répondre « J’men fous. » malgré le regard de son aîné… c’était encore plus stupide.
Quel âge il avait ? 7 ans ? Mikio avait le droit de jouer dans le bac à sable avec d’autres copains…. Il ne lui avait jamais tapé de crise de jalousie plus jeune, il n’allait tout de même pas s’y mettre à 22 ans….

C’était juste que c’était différent aujourd’hui…
Il le savait que c’était ridicule, qu’il n’avait aucune raison de se montrer aussi froid mais c’était sorti tout seul. Il n’était même pas capable de s’empêcher de penser des choses si stupides…. Non, vraiment, ça n’avait pas à lui faire de peine…. Tant mieux pour Mikio s’il était bien ici, s’il avait des amis. Il avait refait sa vie et c’était très bien pour lui…. Oui, il aurait bien aimé au moins une soirée comme avant mais son « italien » habitait là et il avait bien le droit de rentrer chez lui.
Dans le fond, c’était lui l’intrus et pas celui dont le regard était passé du nouveau coréen à celui qu’il connaissait déjà.
L’imbécile avait souri avant de reprendre la parole « ça fait longtemps que vous ne vous êtes pas vus, vous voulez peut-être rester entre vous. J’hésitais à sortir de toute façon alors ça tombe plutôt bien. » qu’il se casse bouffer de la merde ailleurs. c’était à peu près, voir mot pour mot, ce qu’il avait pensé. Et il s’en était senti idiot au point de reprendre la parole malgré le manque de chaleur dans sa voix « C’est pas la peine. Je reste pas longtemps. »

Des deux, c’était sans aucun doute à lui de partir. Ça lui éviterait de se comporter en un type de gamin qu’il n’avait jamais été. Et puis, de toute manière, il ne pouvait pas tarder tant que ça… « Juste… foutez-moi ce truc en l’air. » … que “Michan” se rassure toutefois, malgré l’odeur désagréable de la malbouffe, c’était la viande que son couteau s’était remis à couper.
Oui, c’était toujours mieux de se concentrer sur sa tâche plutôt que de dire des conneries. Il aurait dû venir avec Alex. Alex l’aurait empêché d’être con. Alex aurait fait la conversation maintenant. C’était encore plus simple pour l’anglais quand il n’avait pas attendu plus de deux ans pour reparler à Mikio….



electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 2 Avr - 18:34

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

C'était devenu tellement normal, il n'y faisait presque plus attention. Ces gestes de tendresses que ses mains pouvaient dispenser dans ses cheveux, sur sa jambe, son visage ou ses doigts... Il les faisait sans vraiment réfléchir. Ce n'était pas que ça lui ne faisait plus rien aujourd'hui pour autant... Mais il s'étonnait moins que son coeur se mette à battre plus fort à ce simple contact qu'il attendait plus qu'il ne voudrait bien l'admettre. Parce qu'au fond, ses battements s'accéléraient toujours drastiquement quand Nao était dans les parages... Tout comme son sourire s'étirait automatiquement quand il le voyait. Et il n'aurait probablement pas plus prêter attention que ça à ce jeu devenu si naturel entre eux si ses yeux n'avaient pas intercepté le regard de son meilleur ami. Celui qui lui rappela que non, bien sûr... Jae n'était pas supposé trouver ça normal. Pas plus qu'il ne devait le comprendre et l'accepter. Si Mikio avait arrêté de se poser des questions - du moins celles-ci -, il ne pouvait pas attendre de son ami qu'il ne s'en pose pas... Il comprenait. Après tout ce temps.... Nerveusement, son poing s'était refermé sur la jambe de Naoki mais il n'avait pas vraiment éloigné sa main. Il s'était juste... senti mal...
Cette incompréhension, ce malaise... ils n'auraient pas dû avoir lieu. Mikio aurait dû prévenir Jae... Non, en fait, il n'aurait juste pas dû arrêter de lui parler. Il ne l'avait pas vraiment voulu... mais les faits étaient là. Pourtant, sa vie avec Naoki, Jae aurait dû la connaître depuis longtemps. Ses doutes, ses sentiments.... Ce n'était pas aujourd'hui dans cette cuisine que le Coréen aurait dû tout recevoir dans la gueule.

Il le savait au fond. Et il ne faisait que s'en vouloir davantage... Alors qu'est-ce qu'il avait espéré ? Rire aussi bêtement que nerveusement n'avait pas détendu l'atmosphère, pas plus que ça ne l'avait détendu lui ou Jae. Faire comme si ce n'était rien, qu'une bêtise, et qu'il allait s'expliquer en quelques mots... A quel point était-il abruti ? Mikio sous-estimait largement sa connerie.... Et cette réponse tranchante, si elle lui avait serré le coeur et noué la gorge, il l'avait plus que mérité. Et malgré lui son regard s'était baissé sous le poids de la culpabilité... Était-ce utile de se demander maintenant si Jae était blessé ? C'était évident. Jae ne se montrait pas injuste envers lui... C'était Mikio qui était en tort... Celui qui l'avait laissé tant d'années... celui qui se prêtait au jeu du rien n'a changé quand il devenait un autre Mikio à l'arrivé de Naoki... Il le savait mais comment Jae aurait pu comprendre ? Il ignorait tout de cette dernière année passée avec ce garçon qui avait pris tant de place dans sa vie et dans son coeur... C'était une chose que Jae aurait dû savoir le premier. Cela aurait dû faire des mois et des mois qu'il aurait dû l'avoir rassuré sur cette place que lui conservait quand il nourrissait d'autres sentiments à l'égard de Naoki... Et il s'en voulait terriblement pour ne pas avoir été capable de demeurer un ami digne de ce nom, cet ami dont Jae avait besoin... plus qu'il ne pensait encore...

Son regard se tourna vers le plus jeune qui venait de prendre la parole, en ayant visiblement en tête de rendre la situation plus confortable. Il s'en voulut un peu plus... Il ne voulait pas que Nao se sente mal. Ce n'était pas dans cette atmosphère étrange et électrique mais dont il était entièrement responsable qu'il aurait souhaité que Nao rencontre Jae Min. Par réflexe, sa main s'était de nouveau serré sur sa cuisse comme pour attirer son attention. « C'est bon Nao, t'en fais pas, tu peux rester... » Combien de fois et à quel point l'avait-il fantasmé cette rencontre ? Naoki et Jae Min... c'était sans aucun doute les deux personnes les plus importantes dans sa vie. Il n'avait envie d'en voir partir aucune.... Ni Nao, ni Jae.... qui pourtant manifesta l'intention de ne pas s'éterniser ce qui transperça plus fort le coeur du chanteur. Il avait eu si mal... mais est-ce qu'il avait le droit de se plaindre ? Non. Et encore moins d'en vouloir à Jae Min.... les deux personnes les plus importantes.... tu parles, le karma l'avait puni pour avoir osé penser une chose pareille quand il avait délaissé l'une d'elle comme il n'avait jamais délaissé personne. Pourtant c'était vraie.... et c'était pour dire à quel point il était con.
Jae avait le droit de lui en vouloir. Il avait le droit de trouver cette situation révoltante... Il avait le droit de lui balancer son torchon à la gueule et de se tirer maintenant parce qu'il n'était probablement pas trop tard pour se rendre compte d'à quel point Mikio était un putain d'abruti.

Mais ce n'était pas ce qu'il souhait. Pas une seule seconde... « Rien ne presse.... Tu ne vas pas engloutir ton bibimpap en 4ème vitesse, tu peux te poser un peu ici. » avait-il répondu en tentant de chasser la nervosité et la culpabilité de sa voix.
Si l'instant où ils avaient profité de faire les cons comme avant était désormais loin et n'avait duré que trop peu de temps, Mikio avait décidé de pas fermer les yeux sur les raisons de la venue de Jae. Et si ce n'était probablement plus le moment pour aborder le sujet, il n'avait pas l'intention de filer Jae et faire comme si rien ne s'était passé... De plus, il ne rejetait pas la faute sur Nao qui était légitimement rentré chez lui, mais il avait encore envie de profiter de son meilleur ami qui lui avait tant manqué...
Alors, abandonnant la jambe de Nao, il avait récupérer les sacs posés sur le plan de travail et été passé dans le dos de Jae. Mais au lieu de sortir de la cuisine, sa main vint doucement presser l'épaule de son cadet : « Puisque tu ne repars pas tout de suite, demain ou après-demain... On ira boire un verre tous les deux. » Son avis ? Il ne lui demandait pas.... Ils ne pouvaient pas en rester là. Pas eux... Ils avaient tellement de choses à se dire. Même s'il espérait sincèrement que ce soir ne serait pas fait d'un silence pesant... Il s'en était un peu voulu de songer à Alex... Mais l'anglais les aurait probablement aidé à détendre l'atmosphère. Et si Kô était encore là, peut-être que l'ambiance aurait été moins tendue....

Quittant la cuisine, il avait éloigné les sacs de bouffes qui faisaient horreur à son meilleur ami et les avait posé sur la table de la salle à manger. Il les avait considéré une seconde avant de héler Naoki : « Nao, tu peux venir une minute ? » C'était certainement aussi plus sage que de les laisser en tête à tête tous les deux... Jae ne lui ferait bien sûr pas de mal mais... Ca ne devait pas être évident, pour l'un comme pour l'autre. Et il s'en voulait.... Si seulement il avait agi avec plus de jugeote... Si seulement il n'avait pas été aussi con pour éloigner ce téléphone.... Et s'il avait cédé à cette envie ? Celle qui trop de fois lui dictait de rentrer à Busan avec Naoki.... Assurément, les choses se seraient mieux passé.... Parce que depuis 7 ans, il semblait que Mikio ne faisait que des mauvais choix.
Une fois que Nao se trouva près de lui, il lui désigna les sacs, un peu embêté : « Tu crois qu'on peut les conserver pour demain ? » Il ne parla pas très fort, probablement qu'il ne voulait pas faire plus de mal à Jae... Il se sentait un peu idiot et la question devait l'être tout autant seulement, il n'aimait pas gaspiller. Et puis Nao était allé chercher ça pour eux... c'était gentil.... « Je suis désolé pour ça, j'aurais dû te prévenir, » regretta-t-il à nouveau en soupirant. Sa main vint de nouveau trouver ses cheveux dans lesquels elle plongea à l’abri des regards et sûrement dans le but de se faire pardonner....
Vraiment, il aurait aimé que ce soit plus simple mais après tout.... comment cela pouvait-il l'être après avoir déserté 5 ans ?

Lorsque la question fut réglée à savoir s'ils gardaient ou non la nourriture, Mikio retourna dans la cuisine. S'il fit mine de reprendre la tâche que Jae lui avait confié plus tôt, il souffla surtout à son attention : « Tu verras, il est vraiment gentil... » Naoki... Parce qu'au fond, il n'avait pas vraiment aimé le ton froid qu'il avait employé avec lui. Si Mikio le méritait, ce n'était pas le cas de Nao... Il ne voulait pas que ce dernier en pâtisse quand tout était uniquement de sa faute. « Ne t'arrêtes pas à ses habitudes alimentaires, c'est un vrai gosse... » Il fit mine de sourire en disant cela. Ca l'aurait fait vraiment rire en temps normal... mais il avait surtout le coeur lourd en parlant de son protégé. Il aurait souhaité que ce sujet soit aussi léger qu'il aurait dû l'être.... « ... mais je voulais vraiment que tu le rencontres un jour... » ... parce que vous comptez tous les deux pour moi.... Mais il avait gardé la fin pour lui, ramenant les légumes désormais propre sur le plan de travail de Jae.
Est-ce qu'il devait se taire ? Parler de Naoki, lui rendre justice.... cela ne faisait-il pas qu'alourdir un peu plus le coeur de Jae au final ? Si seulement Mikio n'avait pas été aussi con depuis le départ....
©LULEABY
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 3 Avr - 0:59
 
This is an intervention
Jaemi ♥


Non, ce n'était pas vraiment étonnant qu'il bosse dans une boîte de nuit actuellement avec ce don qu'il avait pour mettre de l'ambiance.
S'il était venu pour être aussi désagréable, il aurait mieux fait de rester à l'appartement avec Jung Min... ou mieux encore, à Busan.
Sauf qu'il était venu pour Mikio. Enfin... Jung Min était venu pour Mikio.... Lui, il n'était que l'accompagnateur. Et bizarrement, l'accompagnateur qu'il était se retrouvait dans le rôle du profiteur. Celui qui voulait passer une soirée, juste quelques heures, à faire comme s'il n'y avait pas 5 ans qui s'étaient achevés depuis la dernière fois qu'il avait vu son meilleur ami. Comme s'il lui avait parlé la veille, comme s'ils avaient été sur cette plage passer la journée et qu'à présent ils partageaient un repas ensemble en faisant d'autres projets pour le lendemain.
S'il savait très bien qu'on ne pouvait pas revenir en arrière, s'il était même en général de ceux à faire des projets et à regarder vers l'avant, il avait changé. Malgré cette volonté de rester les pieds ancrés dans le moment présent pour pouvoir aider au mieux sa famille, il ne pouvait pas s'empêcher de se perdre dans le passé. Parce que c'était plus agréable... sur le moment... avant que le présent ne lui permette de se rendre compte qu'il persistait à se torturer avec des souvenirs qu'il ne revivrait jamais.

Mais il persistait.
Il se reprenait souvent. Et il lui arrivait encore d'avoir à s'ordonner d'arrêter parce qu'il n'avait pas le temps pour ces conneries là. Oui, malgré les remarques de Jung Min sur son incapacité à supporter les changements....
Il parvenait à revenir.
Voir Mikio ce soir... c'était juste un retour vers le passé plus compliqué à gérer... parce qu'il se rappelait de trop nombreux souvenirs dans lesquels son coeur voulait balayer les changements du présent.
Dans le fond, il devrait peut-être le remercier cet italien qui était venu apporter de nouvelles différences à ce moment partagé. De trop grandes différences. 5 ans.
Mikio avait grandi. Lui, il n'était plus un gamin... et pourtant, c'était bien maintenant qu'il avait l'impression de le devenir. Ou peut-être y avait-il déjà été entraîné par des photos sur un compte et quelques mots d'Alex...

S'imposant le silence, son regard s'était néanmoins détourné une fois de plus vers la petite scène de complicité qui se jouait face à lui.  « ça ne me dérange pas.... » ... et dans laquelle il aurait visiblement le rôle du méchant.
C'est bon, qu'il reste, Mikio semblait y tenir de toute manière comme pouvait en témoigner ses gestes. Et puis oui... ce Naoki était ici chez lui. Il faisait partie de la vie de Mikio aujourd'hui. Quand lui... quel était sa place aujourd'hui ?
Il n'en n'avait aucune idée...
Si personne n'avait jamais pris celle qu'avait toujours occupée Mikio, ça ne voulait pas dire pour autant que cette chose là ne changerait jamais.
Oui, il le définissait toujours comme son meilleur ami, ça ne changerait jamais... mais il y avait beaucoup de choses qui n'étaient pas supposées changer et qui pourtant étaient devenues bien différentes dans sa vie.
Jung Min.
Son père.
Lui.

« J'ai des trucs à faire. » ouais... des "trucs"... ce n'était pas vraiment mentir. Peut-être que sans l'arrivée de son colocataire, il serait resté plus longtemps, c'est vrai. Est-ce qu'il serait parvenu à se détendre un minimum et à oublier enfin l'heure, au moins un peu ?
La question ne se posait pas. Et son regard s'était bien posé sur l'heure qu'affichait le micro-ondes.
C'était bien le temps que ça avait duré....
Ses yeux avaient pourtant quitté l'heure en sentant une main sur son épaule. Son couteau s'était remis en action mais sa tête s'était hochée pour répondre à l'invitation « Demain je travaille. Après-demain si tu veux. » c'était tout ? Même pas de "oui, ça me ferait plaisir" ?
... passer du temps avec Mikio, oui, il en avait eu envie. Ce soir c'était acceptable, mais après-demain... il faudrait bien qu'il lui dise la raison de sa venue à un moment ou à un autre.

Alors il n'avait rien dit de plus et son couteau s'était remis en action sans qu'il ne relève le regard vers le désormais seul occupant de la cuisine. Celui-ci n'avait pas tardé à se laisser glisser du plan de travail  de toute manière afin de suivre la funeste odeur à l'appel de Mikio.
Il avait attendu d'être seul pour lâcher son soupir. Il n'aurait pas pu se retenir ? On ne lui demandait pas d'être le grand ami de cet italien mais être aimable, ça aurait été amplement suffisant.
Le pire en vérité, c'était qu'il s'était retenu...
Terminant de couper la viande, il avait tenté d'ignorer au mieux ce mal au coeur qui le prenait. Finalement, c'était probablement une chance que les mots de Mikio et de son italien soient incompréhensibles pour lui... « Désolé pour quoi ? C'est pas grave Michan ! » ... que ce Michan il ne l'ait pas compris, pas plus que la suite « Je vais faire livreur à domicile et nourrir des voisins, ce sera mieux comme ça. Bon... peut-être pas Sharky. » et c'était encore mieux qu'il ne puisse pas voir le prétendu italien poser une main sur la hanche de son meilleur ami pour la caresser doucement dans un geste au but réconfortant « C'est bien que ton meilleur ami soit venu te voir. Alors si tu veux profiter un peu avec lui, tu ne dois pas hésiter à me le dire. » et au même niveau, c'était bien aussi qu'il ne voit pas des doigts glisser sur une nuque pour constater à quel point Mikio était proche de son enfant « Je reviens vite Tesoro. ».
Non, tout ce qu'il avait entendu c'était le retour de Mikio puis une porte d'entrée se refermer quelques secondes plus tard.

Alors au final si en quelques mots il avait été capable de virer un type de chez lui, il n'en savait rien. Ouais, il était un excellent videur... de loin le meilleur même.
Sans relever les yeux vers son ami, il avait terminé de couper la viande. Son couteau avait tranché le dernier morceau sur les premiers mots de son aîné.
Et il s'était ordonné de fermer sa gueule « Hum. » meilleure participation que ce qu'il avait pensé, oui. Il l'espérait pour lui qu'il était gentil. Parce que s'il avait missionné Alex pour un con...
Au moins Mikio est bien au Japon.
Oui, ça aussi il se l'était répété « Hum. » et la répétition ne s'était pas arrêtée là. Si Mikio voulait bouffer de la merde avec son "enfant", qu'il le fasse. Il était grand, ça ne le regardait pas et puis...
... qu'il le rencontre ?
Un instant, son regard s'était relevé vers son aîné et il l'avait dévisagé avec incompréhension.
Qu'il le rencontre ?
Est-ce que c'était une blague ?

« J'imagine que j'ai bien fait de venir alors. » sans le ton, ça aurait peut-être pu passer à peu près. Mais l'ironie n'avait rien de sympathique et il s'en était voulu presque aussitôt. Il n'avait pas vraiment envie de blâmer Mikio, alors pourquoi est-ce qu'il avait dit ça ? « Allez, t'en fais pas, j'suis sûr que passé le côté sorti d'asile il est cool ton copain. » ... est-ce que c'était mieux du coup de se rattraper en critiquant son coloc ?
Probablement que non... et s'il s'en voulait déjà, il avait préféré clore la conversation sans s'excuser « Laisse tomber, c'est pas ma santé. Vous mangez comme vous voulez, ça ne me regarde pas après tout. » ... pourtant, avant, même s'il cherchait à emmerder Mikio, il se souciait aussi qu'il mange de bonnes choses...
Ouais mais c'était avant. S'il préférait un big mac tous les jours avec son coloc, bah qu'il mange son big mac.

Fermant les yeux un instant, il avait soupiré.
ça ne servait à rien tout ça.
Faire ce bibimbap.
Manger.
Rentrer.
Être con était une option dont tout le monde se passerait bien, alors il avait pioché dans les légumes pour commencer à les couper à leur tour. Il pouvait au moins faire ça sans être un abruti non ?
Ce n'était pas si étonnant que ça tout compte fait... que Mikio ait préféré appeler Alex....



electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 11 Avr - 19:55

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Désolé, Mikio l'était pour tellement de choses. Et c'était loin d'être suffisant... Même cette main qui s'était attardée dans les cheveux de son protégé. Un maigre sourire avait étiré les lèvres du Coréen avant qu'il ne hoche la tête d'un air entendu, quoiqu'un peu navré par la tournure des choses. « Fais ça alors, merci Nao. » Être de gentils voisins, c'était toujours mieux que gaspiller. Ca l'embêtait surtout pour le cadet qui avait seulement voulu lui faire plaisir et qui se retrouvait au milieu d'une scène du passé difforme, abîmée par les conneries de l'aîné. Sa proposition était noble mais Mikio avait légèrement secoué la tête sans cesser de caresser ses cheveux : « Ca va, je profiterais de lui après-demain, ne t'inquiètes pas. » Non, Nao n'avait pas à s'inquiéter... en revanche, le chanteur l'était. Nerveux et angoissé... Si Jae avait accepté le rendez-vous, Mikio aurait aimé que ce ne soit pas en grande partie parce que ce soir était foutu. Jae avait des « trucs à faire »... Clairement, son meilleur ami n'avait pas envie de rester. Il le connaissait suffisamment pour l'avoir traduit sans mal...
Pourtant quelques minutes plus tôt, Jae avait manifesté cette envie de profiter un peu de ces retrouvailles. Parce qu'il n'avait presque pas hésité à accepter l'invitation et s'était tout aussi vite empressé de dire qu'il cuisinait. Mais son attitude avait drastiquement changé....
Était-ce vraiment à cause de la présence de Naoki ? Ca lui broyait si fort le cœur... Mais c'était de sa faute. Uniquement de sa faute... Et il s'en voulait de mettre Jae mal à l'aise, autant qu'il risquait d'attrister Naoki qu'il avait regardé encore un court instant, incapable de dissimuler cette lueur de peine dans les yeux. Nao n'avait pas à se sentir de trop, il était chez lui et plus que ça... Il faisait partie de la vie du chanteur désormais. « Et interdiction de descendre au rez-de-chaussée ! » avait-il lancé quand Nao s'était éloigné. Il ne voulait risquer de le voir revenir avec la moitié de la chemise arrachée.... L'image le rendait furieux et Jae n'était pas prêt pour ça. Et pas que ….
Jae n'était pas prêt du tout.... Parce que Mikio avait tout fait de travers. Voilà ce qu'il en avait fait de son amitié la plus précieuse : il l'avait piétiné avec sa lâcheté et sa connerie... Si Nao n'avait pas à avoir peur de déranger dans sa propre maison, la vérité était que Jae n'aurait pas non plus dû se sentir ma ici. La nouvelle vie du chanteur aurait dû lui être familière.... Nao et Jae auraient dû se rencontrer dans de meilleures conditions et s'apprécier parce qu'il ne pouvait pas en être autrement de ces deux personnes si formidables.... Mais il avait fait n'importe quoi et maintenant tout ce qu'il risquait de gagner c'était blesser ces deux personnes si formidables qui comptaient le plus pour lui.

Non. La vérité, la cruelle, mais méritée, vérité c'était qu'il l'avait déjà fait. Blesser Jae... Pendant 5 ans. Et plus fort maintenant... Parce qu'il n'était qu'un abruti. Le pire de tous.... et qu'il n'était pas le seul à en payer le prix fort. Malheureusement.... En témoignait ce regard qui s'était relevé vers lui alors qu'il assénait des paroles injustes à son meilleur ami....
Qu'est-ce qu'il était con.... Il n'aurait pas pu la fermer et se contenter de lui donner ces putain de légumes ?

« …. »

Il ne l'avait pas volé. Il aurait vraiment dû fermer sa gueule... parce qu'à présent, il n'avait même pas le droit d'avoir ce regard là en fixant Jae. La douleur dans sa poitrine, celle qui lui avait donné envie de fondre en larme comme un imbécile quand ce n'était pas à lui de le faire après ce qu'il venait de lui dire, il avait mis toutes ses forces pour la contenir, l'étouffer, la cacher... Il n'avait pas le droit.
Mais à quoi il pensait ? Rendre justice à Naoki... il était beau le résultat. Pourquoi n'avait-il pas réfléchi avant de parler ? Pourquoi était-il aussi con ?
Jae avait raison.... comment osait-il lui dire ça ? Combien de temps aurait-il fallu attendre si ça n'avait tenu qu'à Mikio ? Le vouloir, c'était beau... mais quand on avait pas le courage de passer un coup de fil en 2 ans.... Oui, c'était mieux pour tout le monde s'il la fermait. Il avait cligné fort des yeux pour empêcher que son regard ne s'embrume injustement avant qu'il ne se fixe sur le sol de trop longue secondes. Il entendit tout juste Jae reprendre la parole. Il n'était même pas sûr de ce qu'il lui disait.... Dans sa tête, se battaient les insultes à son égard et les excuses envers Jae... L'une d'elle se forma sur ses lèvres. A deux reprises... mais sans qu'aucun son ne s'en échappe. La gorge trop nouée ? Un geste inutile quand le mal était fait ?

Je suis désolé Jae.... Tellement désolé....
Si seulement j'avais été moins con...
Jamais... j'aurais voulu te faire de mal.... Parce que je tiens à toi....
T'es toujours mon meilleur ami... mon frère....
Je suis désolé... Tellement désolé....


Quoi servait-il qu'il répète ces mots en boucle dans sa tête ? A quoi cela servait-il de les penser dans son cœur quand aucun n'était crédible ?
Qu'est-ce qu'il foutait là, Jae ? Pourquoi était-il venu chercher un crétin pareil ? Pourquoi ne lui avait-il pas coller un bon pain dans la figure ? Pourquoi ne lui avait-il pas fait tout ses reproches qu'il méritait ? Il en avait sur le cœur, pas vrai ? Alors pourquoi ne pas lui dire ? Pourquoi se montrer clément avec un abruti comme lui ?

Il ne savait pas depuis combien de temps il s'était détourné. Mais au moins, il avait eu la décence de ne pas pleurer. L'idée n'avait même pas le droit de lui effleurer l'esprit.
« Il l'est... » Nao... il était cool... gentil... adorable... un amour.... Mais il n'avait rien dit de plus. Sa gorge était trop noué et il avait eu besoin de déglutir trois fois avant d'arriver à parler. Mais en rajouter, non. S'il pouvait généralement parler des heures de son italiens, il ne le faisait clairement pas de la bonne façon aujourd'hui. Ni même avant... Mikio était trop naïf. Non, il était con. Oui, trop con. Alors qu'il se taise. Qu'il ait au moins l'intelligence de ne pas donner envie à Jae de détester Nao... Qu'il se taise. C'était mieux ainsi.

« Tu as besoin d'autre chose ? » Est-ce qu'il pouvait se rendre utile sans planter un pieu dans le cœur de Jae ? Ouai... il avait raison... Il était un danger publique.
Se rendant machinalement au frigo pour faire mine de chercher s'il leur manquer quelque chose, il avait laissé la porte un peu trop longuement ouverte avant de lâcher un soupire et ces quelques mots trop lourds :

« Excuse moi... » Non, il n'avait pas à l'excuser en fait. « Je suis désolé d'être un crétin... T'as le droit d'être en colère après moi.... T'as le droit d'être fâché, de m'en vouloir... »

… et même de lui refermer la porte du frigo sur la gueule si ça pouvait le soulager. Enfin, si Mikio arrêté de s'y cramponner aussi nerveusement....
©LULEABY
 
This is an intervention || ft. Jaemi ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» CHATON DE 4 MOIS AVANT INTERVENTION DE LA SPA
» Intervention de Christian Piednoir sur les nano-aquariums
» prix d'une intervention...
» Un chien policier grièvement blessé lors d'une intervention policière
» Identifiant moteur en cas d'intervention dans le réseau Renault SA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Minato-