Just dance, gonna be okay ft. Jie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 5 Mai - 21:46
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Just dance, gonna be okay
AKANE & JIE

« J’espère que vous me ferez l’honneur de me la présenter alors. Vous connaissant… ça doit être une femme… » Histoire qu’elle puisse corroborer qu’il n’était aps allé se chercher une greluche indigne de son rang. Elle ne misait pas tant sur le portefeuille mais d’avantage sur le caractère de l’heureuse élue. S’il s’était trouvé une carpette richissime et sans substance – le genre de fille que ses parents auraient pu lui choisir, elle n’en doutait pas, sa déception serait grand. Akane avait cherché ses mots un instant : sadique, manipulatrice, une vipère au visage d’ange… à croire que tous les chinois de sa connaissance avaient le même type de femme : des harpies à forte volonté et qui ne supportaient pas de se faire dire non. Ses lèvres s’étaient étirées dans un nouveau sourire alors que satisfaite, elle s’était arrêté sur le mot : « unique. ». S’en suivi plusieurs enchainement, trop d’enchainements, avant de finalement, elle ne parvienne à enchainer les pas et à se défaire de sa formation classique. Une grande victoire. Elle adorait repousser les limites, mais ce n’était pas une raison pour laquelle elle remercierait son ancien étudiant… Quoi que le sourire qu’elle lui avait adressé voulait tout dire.

Ayant finalement maîtrisé la chorégraphie, notre bridée poussa un profond soupir de contentement en allongeant ses bras fin derrière sa nuque, histoire d’étirer ses muscles qui travaillaient depuis probablement trop longtemps pour son propre bien. Elle était comme ça, perfectionniste, acharnée, dieu merci les années lui avaient appris à connaître ses propres limites et à faire preuve de retenue, parce que lorsqu’elle avait l’âge de son protégé, il n’était pas rare qu’elle aborde des blessures de guerre et malgré tout, qu’elle continue de danser… Elle n’aurait pas dû le questionner sur son nouvel enseignant, parce que ne serait-ce que mentionner son nom, c’était avouer qu’il n’avait pas quitté ses pensées en douze ans. Et aussi vrai soit cette affirmation, elle refusait de le reconnaître. « … Rivaliser, c’est un bien grand mot. » et pourtant, un fin sourire était venu éclairer son visage d’ordinaire si austère, à la simple mention de cet abruti de chinois arrogant. Li Xialei. Elle ne l’avouerait jamais à voix haute, mais il faisait plus que rivaliser avec elle, il avait toujours une longueur d’avance. Elle se souvenait sans y mettre d’effort de toutes les soirées qu’elle avait passé, sous sa tutelle, à améliorer ses pas. Il avait toujours adoré la reprendre, appuyer pile ou son égo était fragile pour la pousser au meilleur. Avec un sourire, elle avait avoué, sans vraiment  y prendre gare. « … On a longtemps fais des compétitions ensemble... » faible. Elle était faible. Ne laissant poindre cette douceur – cette faiblesse que Xialei avait toujours su lui inspirer, elle avait ajouté, pour sauver la mise : « … mais j’ai évidemment toujours été la meilleur. » quel mensonge. Il éclaterait certainement de rire à l’entendre…

« Je crois que nous méritons tous les deux une petite pause. Qu’en dites-vous? » À ces mots, elle s’était approché du banc, à l’autre extrémité de la pièce, là où elle avait déposé son sac et ses affaires. Elle fit signe au jeune danseur de l’y suivre alors qu’elle extirpait un dossier de la pochette principale d’un air concentré. Toujours aussi orgueilleuse, elle pivota vers lui, avec ce sourire amusé aux lèvres, bien consciente que demander son aide une fois, c’était au-dessus de ses volontés… mais alors deux? Quelque part, elle pouvait se permettre cet écart de conduite, parce que c’était Jie, et qu’obtenir son assistance n’était en somme, qu’un retour de balancier. « Étant donné que j’ai déjà monopoliser votre après-midi, vous me permettrez de profiter encore un peu de vous ? » Prenant place, elle avait posé l’énorme chemise sur ses cuisses avant de l’ouvrir. À l’intérieur, il y avait les profils des membres des F!GHTERS, histoire qu’elle se familiarise avec ses nouvelles victimes. « Il faut bien que vos connaissances soit redistribuées… alors dites-moi donc, dans ce joyeux lot d’abrutis, y a t-il qui ont du talent? » … son sourire c’était fait plus angélique alors qu’elle concluait, loin de cet air innocent : « Et ceux qui ne le sont pas, quel genre de scandales sont-ils susceptibles de causer… si par exemple, quelqu’un décidait de se débarrasser d’eux? » L’insinuation était grande, elle ne prenant jamais un boulot à la légère, ce groupe, elle allait en faire des vainqueurs … et éliminer la racaille, s’il y en avait. Elle était sans pitié pour l’art. Décidément, Jie devait avoir un truc pour les maniaques…


electric bird.
— I'M MADE IN CHINA —
— I'M MADE IN CHINA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 7 Mai - 19:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Just Dance, Gonna Be Okay

« Je n'y manquerai pas, si l'occasion se présente. » Commença-t-il, les lèvres tirées. « Mais je pense que vous avez déjà eu l'occasion de faire sa connaissance, comme vous travaillez en ces lieux. » Les tensions qui existaient entre son pays et l'archipel n'étaient pas suffisantes pour atténuer les sentiments que Jie éprouvait à l'égard d'Erena, et par là-même le désir qu'il avait de rester avec elle, en dépit des recommandations de ses parents et de leur tentative de le faire rentrer en Chine. Il n'avait d'yeux que pour elle, refusait de l'abandonner, de risquer d'un autre homme puisse s'approprier le coeur qu'il avait eu tant de difficultés à gagner. La japonaise ne pouvait appartenir qu'à lui, et si certains avaient pensé pouvoir changer la donne, ils s'étaient lourdement fourvoyés. Alors oui, sur cet aspect, Akane avait raison : Erena était unique. Elle possédait un caractère particulier, une touche de mystère qui demandait à être percé, mais que Jie laissait exister sans trop essayer, passionné par la divine créature qu'était sa petite amie. Ils s'appartenaient l'un à l'autre, pour son plus grand plaisir. Ce sentiment de possession lui était essentiel.


Jie ne fut pas étonné de constater que son ancien professeur, après de longues minutes passées à essayer de maîtriser son pas, y parvenait enfin. Shiroi avait toujours été très appliquée dans son domaine et, lorsqu'il s'agissait de danse, rares étaient les personnes capables de l'égaler, tant en termes d'acharnement qu'en matière d'entraînement. Il l'admirait beaucoup, même s'il parlait aujourd'hui avec elle comme il l'aurait fait avec une égale. Mais ne vous y trompez pas ! Il n'aurait jamais osé prétendre qu'il possédait autant d'expérience que son ancien professeur et, si c'était le cas, il n'aurait pas manqué de rappeler qui lui avait enseigné tout ce qu'il savait. Voilà comment il envisageait les choses. Chaque mérite devait être attribué à la personne à qui il revenait. La seule personne qui aurait effectivement pu prétendre au titre convoité de "meilleur que professeur Shiroi" n'était autre Xialei, son pendant masculin. Jie ne le savait que trop bien.


« Des compétitions ? » Le regard du chinois s'alluma d'un certain amusement. « J'ose espérer que vous ne me mentez pas, Shiroi-sensei. Je serais bien tenté de m'enquérir de la vérité aux côtés de ce cher professeur. » Des deux, Jie n'aurait pu se prononcer sur qui était le meilleur. Ses deux professeurs possédaient un incroyable talent et une expertise qu'il n'aurait jamais. Ils semblaient ne faire qu'un avec la musique et la piste, alors que lui-même avait parfois l'impression de commettre de lourds ratés. Il les admirait profondément, comme si les deux professeurs étaient, et c'était là le plus amusant de sa réflexion, les deux parents spirituels que n'étaient pas les siens. N’était-ce pas incroyablement drôle ? Jie ne put empêcher un sourire de fleurir à ses lèvres quand il y songea. Ses véritables parents n’avaient pour la musique et les arts qu’un intérêt modéré, sans aucune profondeur. Lui, il voulait en vivre.

« Je suis pour la pause, tout cet exercice m’a épuisé. » Il étira de son long sa colonne vertébrale, appréciant la sensation de libération que cela lui donnait, et fronça les sourcils aux propos de son ancien professeur. « Pour quelle raison ? » Les yeux posés sur la chemise qu’elle avait sur les cuisses, il s’approcha d’elle et regarda les différentes feuilles qui s’y trouvaient. « Hm… » Il réprima difficilement une grimace de dégoût en apercevant le visage de Gabriel, ce crétin qui avait osé poser les mains sur sa chère et tendre Erena. « J’ignore pour les autres, » commença-t-il simplement, en étendant un doigt pour pointer le visage de l’Américain, « mais je crains que celui-ci ne vous donne bien du fil à retordre. » Un sourire mauvais étira alors ses lèvres, tandis qu’il reprenait ses mains et les enfonçait dans les poches de son training. « Rien que son existence me paraît scandaleuse. De ce que j’en sais, il est là sans posséder aucun talent, pour sa simple maîtrise de l’anglais et du coréen. N’ayez pas de trop hautes espérances à son égard. » Les autres, il ne les connaissait pas. Un ricanement lui échappa alors qu’il relevait le regard pour observer son reflet. « Avez-vous encore besoin de moi ? »
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 13 Mai - 15:47
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Just dance, gonna be okay
AKANE & JIE

Si vous lui aviez dit, des années plus tôt, qu’elle aurait une conversation d’égale à égale avec son élève, Akane n’en aurait pas cru un mot. Elle voulait bien transmettre ses connaissances, mais elle demeurait convaincue de toujours avoir au moins une longueur d’avance sur ses pupilles. Sauf Jie. Il avait été spécial, dès le premier jour, parce qu’elle voyait sa détermination, son amour de la danse en lui, en toute franchise, on lui aurait dit qu’il était son gamin égaré qu’elle y aurait cru. Elle voyait dans l’arrogance et l’entêtement du chinois tout ce qu’elle était plus jeune, quand ses rêves étaient un nouvel objectif tout à faire atteignable. Et parce qu’il lui rappelait tant ses jeunes années, elle s’était fait la réflexion que s’il la surpassait un jour, elle n’en serait que rudement fier. C’était peut-être ça, l’instinct maternel?

Une autre des raisons pour laquelle elle était partiale envers le chinois, c’est parce qu’il lui rappelait un vieux rival, son assurance n’était pas sans raviser à son esprit l’autre danseur de cette ethnie là, tout particulièrement cher à son cœur. N’importe qui avec le sourire moqueur de Li Xialei aurait suffi à l’amadouer. Elle avait d’ailleurs souri avec amusement à sa fausse menace, d’un air entendu, en ajoutant, bonne joueuse : « … Si vous connaissez un minimum votre enseignant, Mr. Zhang, vous saurez qu’il vous dira exactement le contraire. ». Sauf s’il était mourant, et encore là… elle doutait que son ancien partenaire soit du genre à admettre qu’elle l’avait, sur certains pas, surplomber. Il préfèrerait crever en croyant dur comme fer être le meilleur… Tout comme elle ne le dirait jamais, mais si quelqu’un la dépassait, c’était bien lui. Préférant faire quelque chose d’utile, elle avait exhibé les fiches de F!GHTERS devant le jeune danseur, bien curieuse d’en apprendre d’avantage sur ses victimes et leur manque de potentiel. Incompétence qui semblait au minimum être connue de Jie…

« … Celui-là? » Ses iris sombres s’étaient figés sur le visage de l’américain, comme si elle tentait de le mémoriser, ou d’y déceler la moindre faiblesse à exploiter. Certes on l’avait engagée pour augmenter le niveau de compétence chez les idoles tout nouvellement lancées, mais elle prenait sur elle la mission plus noble, pour difficile encore, d’épurer les rangs de la racaille. Apparemment, ça incluait ce type à l’air un peu ahuri. Pour que son protégé croie pertinent de mentionner qu’elle, la grande Shiroi Akane, pourrait avoir des soucis avec ce mollusque, il devait être tout spécialement rebutant… Elle l’ignorait encore mais il deviendrait assez rapidement la créature la plus méprisée de tout le japon. Voir, de l'Asie tout entière, ce qui n’était pas si peu dire. « Il a l’air un peu stupide, même sur photo. » ses sourcils s’était froncés avant qu’elle n’ajoute, avec un sourire des plus froid. « mais il a également l’air chétif comme une fillette. Je pari qu’il sera facile de lui briser des os, si nécessaire. » parce que oui, il n’était pas interdit de veiller à ce qu’il se blesse… non?

Elle avait alors refermé le cartable et l’avait remis dans son sac avec un sourire toujours bien visible sur ses traits. « … Non, je crois que cela suffira pour aujourd’hui. » Elle s’était redressée à ses mots, attrapant ses possession en s’étirant une nouvelle fois. Elle avait tant à faire, avant qu’on ne lui impose ses nouveaux abrutis. Elle s’était avancée vers la porte, prête à rentrer, puis elle s’était ravisée, adressant un dernier remerciement à son ancien étudiant. « Une dernière chose Mr. Zhang.   » elle avait posé sur lui ses iris sombre, mortellement sérieuse. « Que cela soit en Chine ou au Japon. Je n’attends rien de moins de votre part qu’un succès éblouissait. » À ces mots, elle avait quitté le local, l’esprit serein… Si seulement elle savait dans quoi elle se lançait avec ses cancres qui se prétendaient idoles!


electric bird.

    
 
Just dance, gonna be okay ft. Jie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Ore, Twin tails ni Narimasu (Gonna be the Twin-Tails!!)
» MEÏAN
» ... Yes I'm gonna be a star [GH1 +14-45mm]
» Def Obi is gonna win the HungerGames !
» Light S. Downtown ♚ You're gonna go far, kid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-