Who let the dogs out ? ft. Gaby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 19 Fév - 17:58
 
Who let the dogs out ?
GABY & HEAVY

Dire qu’Heaven était au plus bas était un bel euphémisme, elle avait beau en être au cinquième mois depuis le jour J, soit cette journée de merde ou elle avait perdu à la fois son fils mort-né et son petit ami qui avait décidé de prendre la poudre d’escampette, elle n’allait pas mieux. Si elle avait retrouvé sa taille fine à force de ne rien manger en raison de la tristesse accablante, ça ne l’avait pas empêché de se sentir comme une baleine échouée. Lâche, inutile, franchement, si elle avait pu s’allonger de tout son long sur une plage et attendre les secours, elle l’aurait fait. Mais plutôt que de s’adonner aux joies de l’agonie au soleil, elle avait décidé de lancer un appel à l’aide au Dr. Love en personne – ou du moins, au seul mec qui avait un jour réussi à la faire remonter du gouffre dans lequel elle avait été plongée des années plus tôt : Choi Gabriel. Ce type, c’était certainement la seule saveur américaine qu’elle ait réellement apprécié, il avait cette façon d’être niais, assuré, ça lui tirait toujours un sourire… et pour ce talent qu’il possédait, elle voulait bien entretenir le mythe qu’il avait été un dieu du sport horizontal depuis qu’elle l’avait initié aux plaisirs de la chaire.

Non mais, un ami comme ça, prêt à se donner corps et âme – surtout corps – pour lui remonter le moral, ça ne courrait pas les rues! D’autant plus que dernièrement, il avait son lot d’occupations avec sa célébrité grimpante! C’est probablement en comptant sur son boulot, son sex-appeal enfin reconnu au grand jour, qu’Heaven avait proposé qu’il la sorte un soir, elle s’était dit qu’il ne pourrait pas, qu’il serait trop occupé… et elle s’était royalement plantée! Il fallait qu’il soit loyal en prime! Merde! Elle avait fini de se préparer en se promettant de lui rappeler une nouvelles fois le mensonge brutal qu’elle propageait sur ses talents au pieu. Il le méritait. Sa bonne conduite méritait des vantardises et une surestimation des 5 minutes de maladresse qu’il lui avait fait subir des années plus tôt. Heaven avait accroché un faux sourire sur son minois alors qu’elle franchissait les portes du bar ou elle et Casano-choi s’étaient donné rendez-vous.

Elle pouvait faire ça? Franchement, elle n’avait qu’une envie : rentrer chez elle, acheter le rayon complet de crème glacée, adopter une dizaine de chats et se complaire dans son malheur. Tout sauf déambuler dans cette robe ajustée en replaçant derrière son oreille une mèche blonde alors qu’elle s’approchait de son ami. Mais elle ne pouvait pas, il était venu, il avait sacrifié du temps précieux pendant lequel il aurait pu s’admirer d’un air amoureux dans une glace pour lui changer les idées. Il était là, elle devait être reconnaissante. Et c’est pour cette raison qu’elle s’était approchée de lui, avait délicatement posé une main sur son épaule avant de la laisser glisser sur son biceps …. Enfin ce qui se voulait un biceps dans un : « Gaby Gaby. Tu t’entraines maintenant ? Contrôle un peu ton sex-appeal s’il te plait! J’ai pas autant de self-control. » … Probablement que connaître Heaven n’aidait en rien son amour propre. Coupable.

Elle avait délicatement pose un baiser sur sa joue avant de s’assoir juste à côté de lui en lui décrochant un sourire. « T’es rendu avec de la barbe maintenant? Oh mon dieu! Tellement viril! » … Si vous lui demandez, oui, elle tentait la flatterie, une technique éprouvée pour ne surtout pas devenir la cible des interrogations. Boucle d’or avait passé une main dans ses cheveux avant de proposer, espérant qu’ils s’en tiendraient à des conversations anodines, tout sauf les laisser trouver une idée merdique pour passer le temps… « Tu m’offres un verre? C’est la moindre des choses Gab’ … tu sais t’as mis la barre tellement haute pour les autres hommes que j’vais être déçue pour toujours à cause de toi! » Sourire en coin. Voilà, elle avait venté ses talents, il était récompensé. Elle pouvait partir maintenant?


electric bird.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 24 Fév - 17:07

Who Let the Dogs Out?

Gabriel était peut-être stupide, bien trop extraverti et envahissant, mais il n’était absolument pas méchant. Les aventures s’étaient enchaînées depuis son arrivée au Japon, bonnes comme mauvaises, et il avait appris à trouver sa place, d’une façon ou d’une autre. Il n’était certes pas devenu exemplaire, il conservait certains défauts particulièrement tenaces, ainsi que de nombreux comportements sujets à jugement, mais il faisait un effort. Effort causé, en particulier, par la place qu’Anastasia occupait désormais dans sa vie, mais également à la carrière qui allait lui ouvrir les bras d’ici quelques temps. Avec une petite amie comme la Russe, comment aurait-il pu être malheureux ? Il avait bien plus d’attention qu’il n’aurait pu en souhaiter et, enfin, son talent allait être reconnu. Il allait monter sur scène, briller pour le public. C’était depuis toujours sa plus grande ambition.

Mais c’est dans un cadre bien différent que l’on retrouvait l’américain ce soir-là, alors qu’il arpentait les rues de Shinjuku, espérant tomber sur la personne qu’il était venu retrouver. Heavy, de son petit nom Heaven. Pas qu’il la trouvait lourde : ce qui l’était, en vérité, c’était son humour à lui. Elle lui avait proposé de se voir. Ça faisait si longtemps ! Piégé dans une solitude assez cruelle – car même s’il était arrivé au Japon depuis près d’un an, il se sentait toujours aussi peu entouré, à l’exception d’Ana -  il n’avait pu qu’accepter. Les activités des F!ghters n’avaient pas encore commencé et il s’ennuyait profondément.

Pour l’occasion, il avait décidé de faire un effort. Il avait sorti une chemise, la plus belle qu’il avait pu trouver. Il avait également essayé de dénicher un costume d’assez bonne qualité, parmi ceux que les anciens étudiants d’Eita avaient revenu de la dernière soirée de Noël. Bref. Il avait fait un effort pour ne pas paraître ridicule aux côtés d’une femme comme Heaven, qui même si elle ne valait pas Anastasia, avait un jour été suffisamment à son goût pour lui donner l’envie de visiter son lit. Fronçant les sourcils, il s’observa dans la porte vitrée d’un magasin, replaçant distraitement une mèche de cheveux qui essayait de se faire la malle, avant d’entrer dans l’établissement.

« Heavy ~ » Un sourire étira ses lèvres fines quand il entendit son compliment, et il ne put s’empêcher de rire un peu, la main sur le cœur. « J’suis tellement désolé. Tu sais bien que je le fais pas exprès. » Après l’annonce de sa future activité avec le groupe de l’agence, le premier groupe masculin, son égo avait connu une poussée incroyable. Il était fier. Plus fier que jamais. Comment aurait-il pu en être autrement ? Il finit par lui faire la bise, glissant une main contre sa joue, son regard s’illuminant encore. « Tu l’as senti, toi aussi ? Maiko se moquait l’autre jour, quand je lui ai dit. » Dommage que l’agence exige qu’il se rase, si jamais elle poussait davantage. Étrangement, leur coach avait bien rigolé en lui donnant cette réponse lorsqu’il lui avait demandé.

« Évidemment, je t’offre un verre. Tu prends quoi, Heavy ? » Même maintenant, ses compliments lui arrachaient un sourire sans y manquer. Il avait ce besoin d’être flatté, accepté. Heaven n’y manquait jamais. Alors que son regard passait autour d’eux, son plan précédemment élaboré ne manqua pas de lui revenir à l’esprit, quand son regard se posa sur les autres personnes qui peuplaient le bar. « J’ai prévu de grandes choses pour toi, ma petite. » Elle ne semblait pas terriblement en forme ces derniers temps. «On va te rebooster un coup ! Faudrait pas que tu t’arrêtes à moi, maintenant que c’est trop tard. » Un rire lui vint, malicieux et clair. « Alors, on va chercher nos verres et je t’explique, okay? »

_________________

i'm in love with the shape of you ☽ girl, you know I want your love, your love was handmade for somebody like me, come on now, follow my lead, I may be crazy, don't mind me, say, boy, let's not talk too much, grab on my waist and put that body on me, come on now, follow my lead, come, come on now, follow my lead.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 26 Fév - 14:18
 
Who let the dogs out ?
GABY & HEAVY

Heaven avait détester son exil aux États-Unis, elle s’y était sentie déracinée, perdue, c’était comme si on lui balançait au visage, après plus de seize ans d’existence, une toute nouvelle façon de vivre qui ne correspondait en rien avec les valeurs qu’elle avait apprise toute jeune. C’était une terre païenne, un lieu de vice! Et sa façon de faire nipponne, de ne pas trop prendre de place, de ne pas parler trop fort, rendait le développement de liens… ardus. C’était horrible. Puis, il y avait eu Gabriel, chevalier sorti de nulle part, monsieur je-prend-de-la-place en personne et, aussi étrange que cela puisse paraitre, il était exactement ce dont elle avait eu besoin pour sortir de sa coquille. Et il l’était encore à ce jour, rien qu’à voir le sentiment d’amusement qui l’avait traversé, sensation oubliée depuis qu’un certain nain aux bras de T-REX lui avait brisé le cœur. Gabriel était… spécial.

Elle avait eu une chance monstre de croiser sa route, de devenir son amie - et le sacrifice infâme de cinq minutes en enfer qu’elle avait dû faire des années plus tôt – était fortement rentabilisé. Des fois, elle se demandait si un peu de franchise n’aurait pas aidé Gab, est-ce qu’il aurait progressé plus vite dans le chemin de l’amour si elle lui avait dit qu’être avec une femme ne devrait pas s’apparenter à du tâtonnement maladroit et brusque comme s’il s’assurait de la fraicheur d’une pastèque… Dieu merci il n’avait pas posé son oreille sur elle avant de la cogner pour voir si les bruits étaient bons…

D’un autre côté, elle était psychologue. Et même sans un diplôme, ça n’avait pas été difficile pour elle de constater le besoin d’être rassuré, encouragé qu’avait ce jeune tombeur. Et son amour propre, elle voulait bien contribuer à l’augmenter. SI elle ne le faisait pas, il risquait de tomber dans une spirale infernale de femme battue et de s’enticher à nouveau de maniaques qui ne lui feraient que du mal. Qui pouvait oublier cette Russe infâme qui avait un jour attiré son œil. OH QUE NON. Son protégé méritait mieux, beaucoup mieux, alors elle allait le convaincre qu’il était un dieu tout puissant et prier pour qu’il change de type de femmes… Et pour ça, elle était prête à tout, absolument tout. Elle lui avait tiré un grand sourire, une main toujours posée sur son bras. « Je sais, je sais. Mais pense un peux aux femmes Gab. Regarde toutes ces pauvres filles en compagnie de moche qui doivent tolérer ton corps de top-model. Espèce de Tease!  »

Un petit rire lui avait échappé, oui, elle se sentait vraiment plus légère avec lui, elle n’avait pas besoin de parler de Kazuya, du fiasco qu’était sa vie, non, elle pouvait juste déconner… et c’est vraiment de ça qu’elle avait besoin. « Je ne sais pas si est cette Maiko, mais elle doit juste être jalouse pour se moquer de tant de virilité.  »  Elle avait effleuré sa joue douce comme de la peau de bébé, avant de se reculer un peu. Sérieusement, elle était à une connerie près de lui partir un fanclub… rien de bien bon pour son égo. Et pourtant. Sans vraiment se poser plus de question, elle l’avait suivi vers le bar, l’écoutant parler avant d’ajouter, un brin surprise qu’elle avait camouflé derrière une moue déçue comme les groupies de Gaston en voyant Belle. « Un Appletini chef ! Histoire de m’attaquer à tes plans de guerre…  » puis, alors qu’un sourire amusé étirait ses traits, elle avait conclus d’un : « Je vais toujours m’arrêter à toi Baby, tu le sais bien, pas facile de retomber sur des humain après un dieu!  »  le barman avait déposé les verres sur le comptoir et elle s’était saisit du sien, prenant cette mine de peste prête à faire une connerie. Oh oui. Elle allait certainement faire une connerie. Elle était avec Gab’ après tout. « Je sais pas choisir les mecs Gab. J’ai un radar à connard j’te jure. Je devrais rentrer au couvent… ou engager un spécialiste RH pour filtrer à ma place!  »

electric bird.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 27 Fév - 20:54

Who Let the Dogs Out?

Le regard du trainee s’éclaira lorsque Heaven confirma ses dires. On y lisait la fierté, la joie, et une certaine surprise à la fois. Comment s’il s’attendait à obtenir une réponse semblable à celle qu’avait donné Maiko précédemment, lorsqu’il lui avait fait part de son impression d’avoir senti quelques poils lui pousser au menton. Savoir que la virilité pointait enfin le bout de son nez le rendait plus heureux que jamais et lui donnait envie de se pavaner dans la rue en hurlant qu’il avait enfin réussi à gagner de la maturité. Évidemment, les selfies poilus étaient des preuves de maturité et de virilité absolue. Il n’aurait jamais pu dire le contraire. Le fait que Heaven le complimente à longueur de temps ne l’aidait en rien à oublier l’impression qu’il avait, ce dont il se convainquait depuis des années pour ne pas avoir à accepter la réalité : il était parfait, beau, magnifique. Incroyable. Anastasia avait beaucoup de chances de l’avoir à ses côtés. Si seulement il ne s’était pas senti aussi stupide lorsqu’il était devant elle. « Je pense aussi qu’elle est jalouse. » commenta-t’il enfin, en caressant une fois de plus sa joue, à l’opposé de celle qu’avait touché l’américaine. « Elle a pas du voir beaucoup de poils dans sa vie. » Et lui non plus, à vrai dire, si ce n’étaient ceux de ses amis américains, lorsqu’ils commençaient à en avoir au torse et aux cuisses. Les pires. Il espérait ne pas subir ça, lui aussi.

En un hochement accompagna les paroles de Heaven. C’était parfait. « Allez, j’vais me prendre une vodka-cola, histoire de me mettre bien. » Il avait vingt-cinq ans, il pouvait se le permettre, quand même. « Que nenni, ma grande. Tu vas trouver un autre chemin ! » Il regarda le serveur qui, rapide comme l’éclair, déposait les boissons entre eux, et se saisit de sa vodka pour la porter à ses lèvres. « Figure-toi, ma grande, que je suis spécialiste en RH depuis des années. » Il suffisait de voir sa copine pour comprendre qu’il avait le don de choisir les personnes qui l’entouraient. Il avait trouvé la perle rare, le nirvana. Qui aurait pu le nier. « C’est pour ça que j’ai trouvé la personne parfaite pour toi ! »

Reposant son verre sur le comptoir, il roula ses lèvres l’une contre l’autre en appréciant le goût du mélange. Ça lui manquait un peu, avec ce que l’agence exigeait. « Ce type, là-bas. » Il tapota du plat de la main la cuisse de l’américain, faisant un geste de la tête en direction d’un homme qu’il venait de repérer à l’autre bout du bar, plutôt canon. « C’est ton futur. J’te le dis ! Je veux que t’ailles lui parler, que tu prouves tout ce que t’as ! Right ? »

_________________

i'm in love with the shape of you ☽ girl, you know I want your love, your love was handmade for somebody like me, come on now, follow my lead, I may be crazy, don't mind me, say, boy, let's not talk too much, grab on my waist and put that body on me, come on now, follow my lead, come, come on now, follow my lead.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 5 Mar - 20:24
 
Who let the dogs out ?
GABY & HEAVY

Oh Gabriel. Dans un monde de sérieux, de déception et de peines, il avait toujours été le pilier immuable, le type toujours souriant qui avait ce don pratiquement inné de la sortir de sa zone de confort, de lui faire faire un tas de connerie et ultimement, de lui arracher un sourire franc. Parfois, elle se demandait si la candeur qui émanait de son ami était la manifestation radicale d’une stupidité monstre, ou s’il était au fond, le plus intelligent de tous. Certains auraient penché pour l’option un, Heaven elle, préférait se dire que le bridé avait compris le secret de la vie et qu’elle devait devenir un moine adepte de ses enseignements… Sérieusement? Gabriel à la tête d’une secte, et t’es sobre? À sa décharge, elle avait tellement pleuré au cours des dernières semaines qu’elle devait être déshydratée et halluciner des théories bidon. Rien de bien rassurant quand on la voyait accepter un verre dans l’espoir que ça remettre sa cervelle en place… Ça ne marche pas comme ça Heaven! « … Tu tiens l’alcool maintenant? Tu ne vas pas menacer un mec de deux fois ta taille? » … Elle avait souvenir de soirées de conneries, l’alcool et ces deux-là n’était jamais signe de sagesse.

Puis, se ravisant, un sourire à nouveau vissé sur ses traits, elle avait ajouté : « Quoi qu’avec tes muscles, cette fois tu lui pètes la gueule c’est clair! » Elle s’était emparée du verre tendu par le barman, le portant à ses lèvres. Ce n’était certainement pas sage de boire dans son état. Mais un des grands avantages de trainer avec Mr. Crédulité en personne, c’est que si Gaby pouvait croire, des années plus tard, qu’il avait inventé les rudiments du sexe et en avait perfectionné cet art horizontal, il ne posait pas trop de question quand elle semblait distraite, ou plus faible qu’à l’habitude. À lui, elle n’avait jamais eu à parler de sa maladie et c’était un luxe, un luxe énorme. Un luxe tellement grand qu’elle aurait recouché avec lui en simulant un orgasme autant de fois qu’il le fallait pour qu’il reste inconscient de ses soucis. « Un autre chemin un autre chemin… facile à dire,  t’as vu comme ya des gens moches dans le monde! Heureusement que t’es sur la voie de la célébrité, les stars et moi, c’est fini. » … Après deux relations désastreuses avec deux chanteurs populaires, c’était non!

… NON. Remarquez, Gabriel était tellement délicat qu’elle pouvait remettre en question son orientation sexuelle, il était pile son genre d’homme… et apparemment un conseillé en RH. Elle avait manqué s’étouffe avec son verre sur le coup et, dans une petite quinte de toux-rire, elle avait jeté un coup d’œil à celui que son ami désignait comme la personne parfaite pour elle. « Lui? … C’est vrai qu’il a de beaux cheveux… » et qu’il était nain. « … Et des mains d’infirme... » C’est un compliment ou une insulte? Vu son sourire, c’était pile sa palette de mâle. « … C’est vrai qu’il est mignon…   » sauf qu’elle n’avait pas spécialement envie de lui parler… elle ne savait plus draguer, elle était déconnectée, Kazuya lui avait piqué ça aussi…  « OK. J’vais le faire. Mais je lui dis quoi? Ohlala Gab’ je sais plus draguer. » … Heaven, tu parles au mec qui est encore plus retardé dans ce domaine-là que toi…  Et pourtant, sous l’influence de Gab, elle avait saisi son verre et l’avait bu cul-sec. « Trouves moi un pickup line et j’y vais! Ou mieux encore, on se le fait americano et tu brises la glace pour moi? »  … Que quelqu’un les sépare, et vite. Pendant qu’elle était en mode planification de son futur mariage, la cible de leurs attention avait remarqué leur agitation… ou plus précisément, avec dévoré Gab du regard. Cool. Encore une fois, elle aimait les gay. Sauf que pour l’instant, elle ignorait ce détail.


electric bird.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 10 Mar - 20:38

Who Let the Dogs Out?

Ignorance is bliss. Gabriel n’était rien de plus qu’un idiot qui espérait avoir toujours raison, un homme qui avait pris ses rêves pour des réalités, dès le début, et avait commencé à réaliser que la vie n’était pas un cadeau dès qu’il était entré au lycée. Non, les autres étudiants n’étaient pas d’adorables petits anges qu’il pouvait amadouer comme il le faisait avec ses parents. Non, les professeurs n’étaient pas de pauvres idiots sur qui il pouvait crier lorsque l’envie le prenait. Il n’était rien de plus qu’un élève parmi tant d’autres, avec bien plus de faiblesses que de qualités, et cette différence entre la réalité et ses attentes était devenue plus amère à mesure que les années s’écoulaient. Il n’était que Gabriel, la minorité de la classe, pour ne pas dire de l’année, et à part la belle Anastasia, personne ne semblait faire attention à lui à l’époque ; dans son monde d’illusion, cependant, il était adoré de tous.

« Aucun risque, » répondit-il en joignant son pouce et son index, un large sourire aux lèvres, « j’suis paré pour ce genre de situations. » Ou peut-être était-il surtout convaincu que rien ne pouvait lui arriver, étant donné son statut d’idole sur le début ? Allait-il devenir intouchable, après avoir été touché par la célébrité ? Il chérissait cet espoir. Grâce à ce nouveau statut, il ne serait plus la cible des moqueries, il ne serait plus Gabriel le raté, comme tant semblaient le penser. Les commentaires qui étaient parus sur les dernières vidéos qu’il avait postées étaient négatifs, acides, mais il restait confiant. Son talent était reconnu. Lui, Gabriel Choi, pouvait faire quelque chose que d’autres ne soupçonnaient pas. Ils étaient juste jaloux. Quiconque disait le contraire se trompait lourdement.

Les gens moches, il en connaissait un morceau. « Ouais, je sais… Désolé. » Les trois quarts des trainees ne lui arrivaient pas à la cheville, et lorsqu’il était question de talent, ils n’étaient pas mieux. Il était tellement plus doué qu’eux ! La preuve, c’était sa nomination ! Il avait certes quelques petites choses à apprendre – il avait fini par l’admettre – mais il restait mieux placé qu’eux tous ! Comme une vague, il déferlerait sur le Japon, il deviendrait l’homme le plus puissant et le plus sexy de l’archipel, si ce n’était du monde entier ! « Faut que tu vises moins haut, ma petite, voilà tout. » C’était peut-être ça, après tout ? Peut-être qu’elle essayait d’obtenir des choses qui dépassaient ses capacités ? Ah, les femmes. Incapables de comprendre le monde. Il fallait qu’il la protège.

« Oui, lui, précisément. » À bien y regarder, ce n’était pas totalement ce qu’il pouvait désigner comme un bel homme, mais il valait mieux faire un choix adapté à la blonde qui se trouvait à ses côtés ! On lui pardonnerait ce petit côté sûr de lui et les commentaires qu’il faisait sans trop y penser. Heaven n’était pas aussi belle qu’Ana et, à ses yeux, ne la vaudrait jamais. Réalisait-elle à quel point elle était chanceuse de l’avoir pour ami ? C’était un miracle, un vrai. « Tu sais, c’est comme le vélo, ça s’oublie pas ! » Il plissa les yeux en l’observant, puis désigna sa poitrine. « Mets ça en avant, 100% gagnant ! Et t’as qu’à lui dire… » Il marqua l’arrêt, pensif. « C’est rare de croiser un si beau mâle dans nos contrées… » Et moue à l’appui, il la regarda un instant, avant de faire un geste de la tête en direction du pauvre homme. Sûr que, dans de telles conditions, il n’avait pas l’air de l’homme qui voulait tenter une approche, mais n’osait pas. Cela lui apprendrait à ne pas lire les enseignes.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 26 Mar - 15:43
 
Who let the dogs out ?
GABY & HEAVY

On aurait pu penser qu’avec le temps, depuis les années que durait leur amitié, Heaven aurait fini par comprendre que quoi qu’elle fasse, si c’était un plan signé Choi, la catastrophe ne serait jamais bien loin, les exemples étaient tellement nombreux... Mais non, ou alors, c’est précisément ce qu’elle attendait de cette soirée, une grosse connerie qui lui ferait oublier pendant un moment, qu’elle n’avait pas grande raison de se réjouir. Déterminée à ne pas laisser la réalité lui retirer son sourire amusé, elle avait pris une gorgée de son verre en écoutant les sages conseils de son ami. Viser plus bas? Et puis quoi encore! Elle aimait déjà les nains, moins haut que ça, et elle irait draguer aux USA… Et puis, elle avait quoi, deux stars, bientôt trois si on comptait Gab, à son tableau de chasse, elle était capable de grande choses! « Moins haut? Jamais. » Avait-elle conclus en croisant les bras, déterminée. Puis, passant un bras autour de ses épaules, elle avait continué sur un ton de confidence : « Pourquoi tu penses que je fais appel à tes services Casanogab! Tu dois m’aider à trouver une victime au moins digne de moi. Viser plus bas, c’est pour les moches, ou les chinois. »

… Xialei serait ravis d’entendre ça. Vraiment. Ok, elle ne pouvait pas non plus renier sa fibre profondément haineuse des autres pays non? Si? Qui sait… Elle s’était perdue un moment dans ses pensées avant d’être divertie par la cible que lui avait choisis son ami. Il n’était pas mal… ce n’était pas Kazuya, mais elle pouvait faire avec. Elle avait revu ses standards dernièrement, elle s’était même mise à gouter à des mets importés (SORRYJAE), alors elle pouvait bien remonter à cheval –AHEM – avec l’aide d’un home semi attirant et avancer à partir de là… Sauf que le drague comme ça, gratuite dans un bar, elle avait presque oublié comment faire. Ces longs mois de monogamie avait réussi à lui enlever ses penchants de chasseuse… et apparemment son gaydar parce que l’heureux élu semblait d’avantage intéressé à dévisager Gabriel que la jolie blondie qui prévoyait de l’ajouter au menu.

Se redressant, son regard bleuté s’était posé sur sa poitrine, ou plutôt l’absence de… peut-être que si elle avait su, elle aurait demandé à sait Gabinoche de lui faire un tatouage de Lady Liberty, pour attirer les foules, mais sur le coup, c’est un sourire en coin qui avait allumé son regard alors qu’elle défaisait les deux boutons du haut de sa blouse, déterminée à donner au moins un aperçu de son maigre buste au type plus lui. « Ok. J’y vais. T’as un plan de sortie si ça échoue? » Sans attendre la réponse, elle avait pivoté et s’était approché de leur choix de cible, se plantant devant lui avait un sourire aux lèvres…. Et, comme si elle tentait de creuser sa propre tombe, elle avait lancé, en bonne élève : « C’est rare de croiser un si beau mâle dans nos contrées… » … Oui, ça sonnait aussi con de sa bouche.

Sur le coup, elle avait forcé un sourire et ajouté, comme pour sauver les meubles : « Je sais, c’est un peu ridicule… ce n’est pas de moi, c’est Gabriel... » elle avait désigné Gab’ d’un signe de tête, le balançant sans le savoir dans les griffes du gay. Si elle pensait se sauver l’humiliation, la mention du eye-candy à l’autre table tira un sourire à l’homme devant elle alors qu’il osait – clairement plus expérimenté dans cette sphère-là. « … Charmant. Vous êtes ensemble… ? » ABORT. ABORT. Si elle n’avait pas été aussi confuse ces temps-ci, elle aurait peut-être sauvé Gab (ou pas) mais sur le coup, elle avait naïvement secoué la tête.  « Non. Oh mon dieu non! Je l’offre pour pas cher. » si de loin, ça avait l’air de bien aller, ce n’était qu’un mirage! Parce que l’instant d’après, elle avait pivoté en feignant de s’étirer en avait fait des gros yeux à saint Gabinet, espérant qu’il la tire de ce faux pas. De proche, clairement, ce type était moche, pire encore : il était coréen!


electric bird.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 8 Avr - 5:42

Who Let the Dogs Out?

Heureusement, Gabriel n’était pas bien grand, parce qu’il arrivait à imaginer des bêtises à peu près aussi grandes que lui. Il voyait Heaven comme une petite créature à protéger, alors qu’il craignait sans doute plus de choses qu’elle. Elle visait trop haut, elle cherchait à obtenir des choses qui étaient hors de sa portée, c’était évident ! Pourquoi niait-elle ? Les hommes beaux, forts et talentueux comme lui étaient réservés à des personnes qui les valaient ! Anastasia, par exemple ? Elle avait tous les talents du monde, et elle le prouvait mieux que quiconque lorsqu’ils se trouvaient au lit. Enfin, ces détails, il se garderait de les révéler à Heaven, de peur de heurter la sensibilité de la blonde qui semblait garder un si bon souvenir de ses performances. Qu’elle continue à penser qu’il était le meilleur, ça lui allait parfaitement ! Reste que suite à ses propos, il ne put qu’enchérir sur ses dires précédents. « C’est précisément ce que je fais ! Tu es bien au-delà de ta zone de confort, bella. » Et à ses yeux, ça ne semblait absolument pas méchant ? Un sourire sincère étira les lèvres de cet idiot.

Dans l’immédiat, en tout cas, ce type semblait parfaitement indiqué. Il avait l’air un peu bizarre, il n’était pas trop moche. Oh, allez, elle ne pouvait pas pinailler. N’importe qui était moche à côté de lui, de toute façon ! Ce serait cracher dans la soupe que de refuser de draguer un spécimen aussi… Aussi… Non, vraiment, cet homme était bizarre, à l’observer comme ça. Mais ils devaient s’en tenir au plan, maintenant qu’ils étaient là ! Il fallait que cet homme emmène la bella americana dans son château et lui fasse comprendre que, putain, c’était pas toujours « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » mais parfois « un coup dedans et fous moi le camp » ! « Pas besoin de plan de secours, ça va fonctionner. » Mais oui, absolument. Il sourit de toutes ses dents en adressant un pouce levé à la charmante blonde.

Ainsi, le brave Gabriel laissa la charmante demoiselle s’éloigner et rejoindre le mâle. Il resta appuyé contre le bar quand elle prit la parole, et il manqua de s’étouffer en l’entendant répéter exactement l’idée qu’il avait formulée. Dieu, elle avait osé. C’était si ridicule que c’en devenait jouissif. Il toussota pour masquer une furieuse envie de rire, portant à ses lèvres le verre d’alcool qu’il s’était fait servir plus tôt. Bien. Tout se passait b... Charmant ? Il avait bien entendu ? Le glaçon avec lequel il jouait s’écrasa dans le fond du verre, qu’il reposa vivement sur le comptoir pour approcher Heaven et l’attirer vers lui. « Qu’est-ce que tu fous ? » Il posa les yeux sur l’autre homme, suspicieux, avant de retrouver Heaven. « C’est toi que tu dois vendre, pas moi ! » C’était vraiment la seule chose qui l’avait choqué ? Visiblement, oui. « Faut vraiment tout faire à ta place. » C’était déplorable. Il s’appuya à nouveau sur le bar, désignant d’un geste du bras la demoiselle qui l’accompagnait. « Voici Heaven, young and fresh, livrée avec toutes les options. C’est l’affaire du siècle ! » Tandis qu’il parlait, son regard passa de bas en haut sur l’homme qui les accompagnait. Il ne rêvait pas, ce type l’observait un peu trop. Ca le mettait mal à l’aise.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 15 Avr - 14:05
 
Who let the dogs out ?
GABY & HEAVY

N’importe qui d’autre aurait très certainement ramassé une claque à Gabriel pour la cruauté absolument gratuite de ses propos. Était-ce une façon de traiter une amie que de la rabaisser aussi ouvertement? N’importe qui sauf Heaven. Pas parce que l’envie de lui prenait pas, à l’occasion, de fantasmer qu’elle lui mettait un droit en plein milieu de son visage d’ange, ô non… mais bien parce que malgré son manque flagrant de jugement – qu’elle attribuait à ses origines moins nobles d’américain, beurk – il avait un bon fond, si on creusait très, très profondément. Aussi, plutôt que de lui remettre les pendules à l’heures sur ce qu’elle pouvait ou non pécher dans le grand lac du mâle sauvage – elle avait à son actif quoi, deux stars… et lui, combien de nuits solitaires avec sa main droite ? – Elle avait opté pour la technique de la force : boire cul sec son verre en espérant que ça soit un élixir de courage. « Ma zone de confort? Vraiment ? » Plutôt que de s’emporter, elle avait roulé des yeux en observant le mec qu’elle trouvait de plus en plus étrange.

Elle aurait pu protester, faire un sermon à Gabriel pour son manque de délicatesse mais elle avait plutôt soupiré. Si elle prenait en exemple les dernières semaines, elle avait probablement besoin d’un guide spirituel. Elle s’était quand même envoyé un coréen, UN CORÉEN, un sous homme et sans gant, sans le désinfecter préalablement. Ça serait quoi la prochaine étape, elle se taperait un bouffeur de chien? Pire encore… un roux? Hors de question! Alors aussi insultant soit son complice du soir, elle comprenait qu’il avait un bon fond et, aussi minable soit le type qu’ils avaient choisis comme heureux élu du concours ‘’plante ton drapeau et ciao bello’’ elle ferait tout pour rendre son guru fier! C’est plein de détermination qu’elle s’était faufilée vers leur proie, regrettant à chaque pas cette nouvelle décision. Elle faisait quoi là… elle n’avait pas envie d’un autre homme, en fait, elle n’avait envie d’en charmer qu’un seul et dieu seul sait que c’était impossible.

Dans une telle situation, les plus observateurs auraient tôt fait de comprendre qu’elle tentait d’amadouer une brebis qui préférait des pâturages plus virils … il y avait quand même des signes… Ses regards curieux en direction de Gabriel, la façon dont il agitait ses petites mains d’infirme… sans parler de cette pointe d’aigu dans la façon dont il s’exprimait… Oui, les grands signes de l’apocalypse de l’homosexualité étaient flagrant… mais elle ne voyait rien, un peu trop gênée d’avoir utilisé la ligne de drague signée Gabiche. Prise au piège, elle l’était, et c’est avec un soulagement un peu trop visible qu’elle se laissa attirer par le moins subtil des coach de l’amour. Un peu moins de soulagement lorsqu’il se mit à lui faire la morale! Elle avait essayé quoi… de quoi il se plaignait! Chuchotant – ou du moins croyant le faire, elle avait rétorqué : « Si tu ne venais pas tout bousiller aussi hein! J’y arrivais. T’as aucune foi en moi! » … Deux crétins deux abrutis à n’en point douter.

Devant le discours marketing de son ami, elle avait ajouté : « Avec peu de millage en prime! » … Mais qui diable les a laissés en liberté??! C’était presque un miracle que le moche soit toujours là… un peu moins génial qu’il se morde la lèvre inférieure en observant de la tête au pied le jeune idole qui se la jouait entremetteur. Oh. OH. Ce regard de braise accordé à Gabriel alors qu’il parlait, il n’avait fallu que ça pour qu’Heaven comprenne enfin qu’elle n’avait aucune chance de grimper sur ce destrier là…Sauver Gabriel d’un viol potentiel? … Ok, c’était une option. Mais il l’avait quand même vachement dénigré ce soir et pour la peine, elle préférait se venger… en douceur. Tirant son plus beau sourire au jeune homme en face d’eux, elle dû se faire violence pour ne pas éclater de rire lorsqu’il demanda : « … Quelle aubaine. Mais toi mon joli, tu es aussi en solde? » … le tout accompagné d’une main posée sur le bras du Gabinet en chef. Encore une fois, boucle d’or aurait pu se la jouer héros, le sauver… tout sauf ajouter, avec un sourire réjouis : « Naaah. Il est vachement cher. Mais on peut négocier la location court terme…. Un soir? »


electric bird.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 17 Avr - 20:33

Who Let the Dogs Out?

Qu’on lui pardonne d’être con ! Qu’on lui pardonne toutes les bêtises qu’il avait pu dire depuis sa venue au monde, ce 15 novembre. Gabriel n’était pas au bout de ses conneries, pour le plus grand malheur de toutes les personnes qui le connaissaient et devaient, tous les jours depuis de longues années, supporter la présence dans leur environnement d’un être aussi exubérant et pénible que lui. Heaven, toute précieuse qu’elle était à ses yeux, ne parvenait pas à changer cette vérité bien trop cruelle : l’idole en devenir était stupide et, de surcroît, pas forcément gentille. Son ouverture d’esprit sur certain sujet n’était hélas pas suffisante pour compenser ce comportement particulièrement désagréable, et il hocha la tête pour confirmer les propos de la barmaid lorsqu’il l’entendit répéter. Des années qu’elle visait trop haut ! Des années qu’elle essayait de conduire des Ferrari alors qu’une cacahuète aurait amplement fait l’affaire. C’était dommage de gaspiller autant d’énergie. Heureusement, la belle pas trop belle avait à ses côtés un atout de choix ; un homme incroyable, de son humble avis, qui allait l’aider à revenir sur le droit chemin et à retrouver la raison : lui-même.

Sa technique ? L’offensive. Pas question de prendre ses mots avec des pincettes et de réfléchir sérieusement à ce qu’il lui disait. Oh que non : il lui dévoilait la vérité toute nue, sans essayer de se montrer compatissant, ou alors le strict minimum. Heaven devait comprendre à quel point son erreur était lourde, à quel point elle était loin des mâles qu’elle pouvait imaginer mettre dans son lit, aussi confortable soit-il. Il fallait qu’elle prenne conscience de sa bonté, du fait que, s’il avait accepté de coucher avec elle, ce n’était pas le cas de tous les autres hommes de son rang et que, dans de telles circonstances, elle devait s’adapter ! Ce n’était rien de plus que l’enchaînement logique des choses. Comment aurait-il pu avoir tort ? Tout irait pour le mieux si la demoiselle acceptait de suivre ses conseils plus qu’avisés.

Enfin, tout. C’était parler bien vite, quand on voyait le regard que lui adressait l’homme qu’il avait désigné comme conquête officielle de Heaven. Il semblait intéressé. Mais par qui ? Et pourquoi ? Ces questions faisaient doucement leur chemin dans l’esprit de la future idole, alors que l’américaine qui lui servait d’amie continuait à donner la réplique à cet homme particulier. « En même temps, si tu fais de la merde ~ » Avec un large sourire et un regard entendu. I mean it, comme ils disaient. Son sourire s’était ensuite étiré afin de faire la publicité de la femme qui se trouvait à leurs côtés, en espérant que le bon gros merlan qu’ils avaient déniché allait finalement mordre à l’hameçon, mais sans aucune certitude. Heaven était désespérante. Mais peut-être pas autant que l’homme qui, l’instant suivant, reprit la parole pour une question qui fendit d’un large sourire le visage de l’idole. « Aaaaah… »

Merde. Merde, merde et remerde. Il était trop con. Comment avait-il pu faire preuve d’aussi peu de discernement.
Évidemment qu’on allait le préférer à Heaven !

« Je pense pas que la… location soit une bonne idée. » Il buta malgré lui sur le mot, plus compliqué que les autres, avant de tourner la tête vers l’homme qui se trouvait devant eux. « Ma copine est pas trop pour. » Voilà qui était dit, avec un peu de chance, cet énergumène comprendrait qu’il n’avait pas ni le niveau, ni le matériel requis pour lui plaire ? Gabriel reprit d’un large sourire, tapotant doucement l’épaule de cet homme en désignant Heaven d’un signe de tête, le pouce levé. « Mais si vous voulez, vous pouvez toujours l’essayer, elle. Ça changera votre vie ! » Ce qu’il refusa. Quel dommage.

Voyant qu’il ne cessait de l’observer, Gabriel glissa le bras sous celui de la blonde avant de l’emmener à sa suite. « On va s’en aller ~ » Chantonna-t-il fièrement en s’éloignant de quelques pas. Il s’adressa finalement à Heaven, sur le ton de la confidence. « Mauvaise pioche, la mission est compromise, Blondie. » 
 
Who let the dogs out ? ft. Gaby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Gaby (européen tigré gris clair)
» [sujet divisé] C&W + selle à droite de Gaby
» Dogs magazine Mars 2008
» GABY X Lévrier né en novembre 2010
» Stop Killing Dogs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Shinjuku :: Ni-chôme-