Just a spoonful of sugar - Naomi ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 17 Avr - 20:07

Just a spoonful of sugar

L'appel de Mikio l'avait quelque peu surpris. La tête encore pleine de ses vacances en Corée du Sud, Haruto revenait difficilement dans son quotidien. Sa relation avec Ji Hoon avait pris un tout autre tournant, et il nageait actuellement dans un bonheur plus que parfait. Cependant, le Japonais savait également qu'il ne pouvait décemment pas tourner le dos à sa vie d'avant. Non seulement son travail, mais également ses amis. Aussi, quand son super copain de léo lui avait demandé de l'aide, un peu plus tôt dans la journée, Haruto avait bien évidemment répondu présent. Néanmoins, un doute subsistait. Avait-il oublié qu'il était surtout psychiatre ? Il avait tout de même réussi à s'abstenir de lui demander. Tout comme il avait fait semblant de ne pas relever le fait énigmatique de l'impossibilité à pouvoir appeler un autre médecin. Peut-être que le meilleur ami du Coréen avait des troubles psychologiques ? Loin de lui l'envie de l'insulter. Si Mikio l'aimait bien, ce devait forcément être un type bien.

Ce fut donc avec un sourire bienveillant que Haruto le salua. Un simple coup d’œil suffisait à comprendre que Mikio était épuisé, ce qui l'inquiéta fortement. « C'est normal. » Le Japonais avait bien ressenti la détresse dans la voix de son ami. Comment aurait-il pu seulement songer ne pas venir à son secours ? Tout de même, il commençait sérieusement à se demander ce qu'il se passait, sans pour autant oser le faire de vive voix. Un peu égoïstement, Haruto ne voulait pas apprendre de mauvaises nouvelles. Pas qu'il pensait qu'une personne malade était quelque chose de joyeux, mais il espérait que ce ne soit pas trop grave, et que Mikio exagérait. Cependant, les mots de ce dernier lui revenaient en tête. Il ne pouvait pas appeler de médecin, ni l'emmener à l'hôpital. Dans un froncement de sourcils, alors qu'il le suivait à sa demande, Haruto commença à douter. Et si Naoki trempait dans des affaires louches ? Un yakuza ?

« D'accord... Mais toi, ça va ? » Ce conseil le plongea un peu plus dans l'incompréhension. Néanmoins, Haruto devait avouer que la curiosité l'emportait sur la crainte d'être embarqué dans une histoire sale – à ce moment-là, il n'avait pas idée. Restant presque timidement sur le pas de la porte, il observa la drôle de prévenance dont faisait preuve Mikio. S'était-il trompé de Naoki ? Avait-il un neveu du même prénom que son formidable meilleur ami. Soulagé de pouvoir écarter la thèse criminelle, Haruto avança dans la pièce, arborant un doux sourire. « Ne t'inquiète pas, je vais bien m'occuper de toi, Naoki... san ? » Ah, non. La commissure de ses lèvres s'affaissa un peu. C'était bien le bon Naoki. Pinçant les lèvres, Haruto tenta au mieux de cacher sa confusion. « Qu'est-ce qu'il a ? » Ça n'avait pas l'air très joli. Il se reprit après s'être rendu compte que sa question n'avait rien de très professionnel. « Je veux dire, dis-moi ce qu'il lui arrive Et plus tu m'en diras, mieux je pourrai l'aider. » Ca avait l'air grave. Mikio ne devait pas lui mentir, Haruto saurait peut-être le fin mot de l'histoire – yakuza ou mauvaise cuisine qui ne passait pas. Dans quoi s'était-il encore fourré ?

_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 17 Avr - 23:33

just a spoonful of sugar
Naomi

Mikio marqua une pause à quelques pas de la chambre suite à la question de son ami. S'il allait bien ? Lui ? Il dû fixer le psychiatre une seconde, peut-être deux... Haruto ne devait pas se tromper de patient. Peut-être qu'il avait l'air un peu fatigué. Il avait dormi pourtant... Ca devait probablement être la détresse qui s'était ancrée sur sa figure. « Moi ça va. C'est pour Nao que je m'inquiète. » Lui, il se reposerait plus tard. Lui, il savait faire des nuits sans se faire bouffer par les cauchemars... Mais appréciant quand même l'attention de son ami, il lui avait adressé un léger - trop léger - sourire qui se voulait rassurant. Ce n'était pas pour lui qu'il fallait s'inquiéter mais bien pour Nao...
Pourtant, il sentit une certaine incertitude de la part de Haruto. Parce qu'il était inquiet pour lui ? La Japonais avait bien le droit de se sentir confus... Mikio l'appelait à l'improviste et ne lui donnait pas plus d'information qu'une supplication... Il ne pouvait pas lui en vouloir d'avoir l'air hésitant. Haruto était déjà bien gentil de s'être déplacé... Mais il fallait maintenant qu'il l'aide, qu'il lui donne un moyen de soulager Nao contre cette fièvre et... est-ce qu'il pouvait faire quelque chose pour ses cauchemars.... ?
Mh.. Du calme, Mikio... Haruto était psy, pas magicien. Et la séance semblait proscrite.

En découvrant Naoki dans le lit, le jeune docteur sembla surpris. Face à son expression, Mikio arqua un sourcil... Il s'attendait à qui ?
... Un gosse ?
.... Mikio....
Oui bon, le Coréen ne se rendait pas vraiment compte. Enfin si, mais il s'était habitué à le couver et dans la panique de l'instant, il avait possiblement oublié qu'il ne pouvait pas s'attendre à ce que toute personne extérieure trouve ses gestes normaux. Ils ne l'étaient probablement pas... Mais il n'y pouvait rien.

A la question de son ami, Mikio lança un regard atterré vers lui. Ce n'était justement pas à lui de leur dire ? Enfin, le Coréen le pardonna rapidement tandis que Haruto se rattrapa assez bien. Oui, les symptômes... C'est vrai que s'il ne l'aidait pas. Il hésita cependant un instant en lançant un regard vers Naoki. Il allait sûrement lui en vouloir... il le faisait certainement déjà.. Mais il n'avait pas le choix.

« Beaucoup de fièvre... » finit-il par souffler avant retrouver le regard de son ami. « Et elle ne tombe pas malgré les comprimés que je lui ai donné... » Deux, c'était pourtant beaucoup non ? « Et il commence à beaucoup tousser aussi... »

Ce n'était pas tout. Il le savait... Nao ne mangeait plus, ni ne dormait... Ce n'était pas évident de parler pour Naoki et devant lui... Peut-être aussi parce qu'Haruto était psychiatre et qu'il craignait que cette auscultation clandestine se transforme en séance chez le pys... C'était idiot... Il ne devait pas se méfier de son ami, il l'avait justement appeler parce qu'il avait confiance en lui, non ? C'était dans sa tête que ça ne tournait pas rond.
« Je l'ai trouvé inconscient dans la salle de bain ce matin... Je crois que c'est la fièvre... mais je pense aussi qu'il est épuisé. » Est-ce que Haruto pourrait vraiment l'aider ? L'angoisse commençait à le faire douter d'une certitude qu'il avait pourtant quelques minutes plus tôt.   
made by black arrow
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 18 Avr - 1:09
Just a spoonful of sugar
EXORDIUM.
Naïvement, quand Mikio s'était levé pour aller ouvrir aux coups frappés à la porte, il avait pensé que c'était peut-être Kô qui avait oublié ses clés. Mais quand le coréen était revenu dans sa chambre accompagné d'un étranger, son regard interrogateur n'avait duré que quelques secondes. Ses yeux étaient passés de son aîné qui venait de s'installer près de lui à "l'ami" que Mikio avait appelé pour le "voir". Et quand ils étaient finalement revenus sur la seule personne qu'il connaissait dans cette pièce, malgré la faiblesse, la déception était passée sur son visage. Ou c'était peut-être un peu plus.... Parce que dans le fond, l'adjectif correct n'était pas "déçu" mais "blessé". Est-ce qu'il était si naïf que ça pour avoir pensé y échapper... ou plutôt pour s'être dit que son coréen lui laisserait le choix ?
Il s'était dit "pas lui. Pas Michan." et si... finalement, lui. Peut-être qu'il avait pas mal de lacunes avec cette chose qu'on nommait inquiétude pour être capable de comprendre mais tout ce qu'il voyait maintenant c'était qu'un docteur était dans cette chambre, un docteur appelé par Mikio.

« ... » mais hey, il n'allait pas se plaindre... pour la forme, Mikio faisait semblant de lui laisser le choix. Est-ce que c'était bien la peine de répondre ? ça ne servirait pas à grand chose. Et si son sourcil s'était bien arqué une seconde pour précéder des mots d'ironie, sa bouche ne s'était finalement pas ouverte. Non, il avait préféré détourner ses yeux du coréen pour les reposer sur son chien vers lequel sa main légèrement tremblante s'était tendue.
Il le caressait toujours quand il avait fait l'effort de répondre à l'inconnu d'un « Bonjour. » oui, il était trop bien éduqué pour faire entièrement sa mauvaise tête et ne pas faire preuve d'au moins un peu d'amabilité pour l'ami du chanteur.  Il ne s'était même pas formalisé pour le début de sa phrase. Après tout, il devait avoir 8 ans tout au plus pour avoir à ce point le droit de décider.

Est-ce que ça valait la peine de dire quelque chose ?
Si encore il avait été capable de se lever pour quitter cet appartement.... Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui pour être aussi faible. Alors il les avait laissé faire leurs affaires ensemble. Le seul commentaire qu'il avait fait sur le sujet avait pris la forme de mots italiens adressés à son fils « T'as vu ça bébé ? Papa est devenu invisible. » si seulement il l'avait vraiment été, il n'aurait pas eu à supporter cette visite. Il ne comprenait pas bien la différence entre ce médecin là et Saeko en dehors du fait que ça lui semblait plus simple avec cette dernière... d'une certaine façon « Il a rien. Il est italien. » oui, sortir ce truc de sang chaud à un médecin, ça pouvait marcher. Y'avait au moins 1% de chances pour que ça fonctionne avant qu'il ne se remette à tousser. Si même sa gorge se liguait contre lui, autant se contenter du silence qu'il avait tenu jusque là. Et puis, comme personne ne semblait lui demander son avis sur le sujet ou ne s'attendait pas en tout cas à ce qu'il participe à la conversation, autant garder la main devant sa bouche même après avoir fini de tousser. Ce qu'il n'avait pas fait. Il avait préféré s'obstiner à rester assis dans son lit à mettre des efforts inutiles pour ne pas avoir l'air malade.
Lui expliquer qu'avec au moins 40 de fièvre et un corps qui pouvait trembler malgré sa "non maladie", ce n'était pas crédible, ça ne servait à rien.
Mais ça ne servait à rien non plus de penser que le médecin s'en irait gentiment.

   
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 21 Avr - 13:57

Just a spoonful of sugar

Bien, il s'inquiéterait pour Mikio plus tard. Non, il s'inquiétait toujours, mais le garderait pour lui. D'abord, Haruto s'occuperait de Naoki, et ensuite, il menacerait son ami. Avec une paire de ciseaux dans une main et sa chemise léopard dans l'autre. Sûr que le Coréen lui dirait tout. Parfois, il fallait faire preuve de persuasion, quitte à avoir soi-même le cœur brisé. Enfin, avant de commettre un attentat vestimentaire, le Japonais préféra se taire et attendre. Chaque chose en son temps. Il le suivit donc jusque dans la chambre du malade. Répondant à son bonjour d'un ton doux et amical, Haruto resta interdit. Son meilleur ami ou son enfant, Haruto ne savait pas trop. Ne savait plus. Rester silencieux, observer. Puis finalement, poser les questions. Pas directement au principal concerné. Pour le coup, le médecin s'en voulut un peu, car ça ne sembla pas plaire à ce dernier. Cependant, il écouta attentivement la réponse de Mikio, observant Naoki d'un œil.

« Italien ? » Il délirait ? Se grattant distraitement la temps, Haruto nota mentalement les explications de Mikio. « Depuis combien de temps ? » La question était posée aux deux, ne voulait plus risquer de froisser le malade. Son évanouissement l'inquiétait sincèrement, d'autant plus qu'il était fiévreux et qu'une mauvaise toux se manifestait. Posant son sac près du lit, Haruto observa Naoki d'un peu plus près, avant de se retourner vers Mikio. « Tu pourrais me rapporter une serviette humide ? » Des yeux, il chercha une chaise, la ramenant ensuite près du lit pour s'y asseoir. Il remarqua enfin le chien couché sur les couvertures, près de son maître. Affichant un sourire affable, il le désigna du menton. « C'est Umberto ? » Haruto espérait ne pas s'être trompé sur son nom un peu bizarre. Si on lui demandait, Kimyaki était un nom tout à fait normal. « Il ne parle qu'italien ? » Heureusement que Naoki ne savait pas qu'il était psychiatre, il aurait eu de quoi s'interroger sur qui était le plus fou. « Je connais un bichon qui est trilingue. » Promis, il allait retrouver sa crédibilité.

Reprenant son sérieux, Haruto pinça les lèvres. « Tu es fatigué, Naoki ? » Pas qu'il ne croyait pas Mikio, mais il voulait qu'il le lui confirme. Le médecin doutait qu'il ait eu envie de faire un somme sur le carrelage de la salle de bain. « Tu as beaucoup de travail, tu dors bien ? » Pas trop de questions. S'emparant de son thermomètre auriculaire, Haruto leva la machine devant son patient particulier. Surtout ne pas le brusquer. Allez, il pouvait faire. S'il n'avait pas été psychiatre, sûr qu'il se serait spécialisé en pédiatrie. Tant qu'il ne le mordait pas – et il ne parlait pas du chien. La piste yakuza n'était pas tout à fait écartée.

_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 21 Avr - 20:20

just a spoonful of sugar
Naomi

Nerveux, son regard passait de son protégé à son sauveur. Ca n’allait pas être simple… Pour aucun des trois. S’il était un peu désolé pour Haruto, il essayait d’étouffer cette culpabilité envers Naoki. Son ami allait bien s’occuper de lui… Il ne devait pas regretter sa décision. Il ne pouvait pas laisser Nao avec autant de fièvre sans médecin… C’était ça qu’il aurait regretté s’il avait cédé aux supplications de son cadet… Même s’il évitait soigneusement le regard de son ainé, même si son visage était fermé et annonçait une ambiance loin d’être emplie reconnaissance dès lorsque Haruto partirait, c’était dans ses traits fatigués et souffrants que Mikio devait puiser la force de continuer. Pour les faire disparaitre… Alors il se répétait encore et encore dans sa tête que ce n’était qu’un mauvais moment à passer, que Naoki pourrait lui faire la gueule après du moment qu’il avait de quoi le soigner…

Si le déni du malade ne surprit par son geôlier - quoiqu’il fut presque impressionné par cette détermination à se montrer borner - il pouvait comprendre que le psychiatre lui n’y était pas vraiment préparé. Un soupire lui échappa et il secoua la tête d’un air las. Une réponse silencieuse à son ami pour lui indiquer que ce n’était pas vraiment le moment de lui expliquer les origines de coeur du rital bridé. Plus tard, s’il voulait. Quoique… Il était peut-être préférable qu’il le mette en garde pour éviter que d’une interrogation parfaitement justifiée, Haruto ne froisse Naoki. Oui, c’était au fond sûrement plus sage de lui dire que c’était normal parce que l’Italien était capable de gagner 3 degrés de fièvre parce qu’ils avaient blasphémé sur la Mama…

Mais la question suivante l’embarrassa bien plus. Pour ne pas dire qu’elle lui tordit le ventre. Ravalant difficilement sa salive, son regard coula vers son protégé avant qu’il se fixe sur le drap. Il y avait longuement réfléchi mais s’il était certain de la réponse quelques minutes plus tôt, face à Haruto, il n’était plus sûr de rien. Peut-être qu’au fond, il n’arrivait même pas à la donner… « Pour la fièvre, depuis ce matin… » entama-t-il en ayant conscience que ce n’était pas tout à fait la réponse que Haruto attendait. « Pour la fatigue… » Longtemps. Trop longtemps…. « Je ne sais pas… quelques semaines… ? » Plus. Mais il ne savait plus… Il n’était même plus capable de dire depuis quand son visage avait commencé à changer… Il était perdu. Désespéré… mais surtout il s’en voulait parce qu’il était conscient qu’il aurait dû réagir plus tôt… Il s’en voulait pour ne pas avoir été capable d’éviter cette situation…
Nerveusement, il avait mâchouillé sa lèvre inférieure, oubliant qu’il n’avait pas relevé le regard depuis. Mais il sembla que la demande son ami lui fit reprendre ses esprits.

« Ah oui… bien sûr… »

Il se leva machinalement avant de percuter. « Ah, attends… » Demi-tour. Il se pencha sur le lit et récupéra le gant qui n’était désormais plus très humide. Il avait dû tomber de son front depuis un moment… « Je vais t’en chercher un propre. » Sa main, au dessus de Naoki, hésita un instant… Il voulait le caresser. Lui dispenser un geste rassurant… Mais il craignait qu’il soit malvenu. Paradoxalement plus de la part de Nao que de celui qui n’avait pas l’habitude de voir leurs comportements respectifs entre eux. « Je reviens vite. » Ces mots finalement, étaient sûrement plus adressé à Naoki qu’à Haruto. Mais sur ce, il se pressa hors de la chambre pour rejoindre la salle de bain.

L’opération ne dura probablement qu’une minute, mais cela restait une minute trop loin de Naoki. Ainsi lorsqu’il fut de retour, il essaya de ne pas perturber la conversation que le psychiatre avait tenté d’engager avec Nao. Il posa le gant humidifié par ses soins sur la bassine qu’il avait rapporté plus tôt et qu’il mit en évidence près de Haruto. A contre coeur, il se mit un peu en retrait pour le laisser faire… Pas trop loin pour garder un oeil sur eux. Pas qu’il n’eut pas confiance en Haruto, non, bien sûr, ça serait stupide… Et il était même sûrement idiot de s’en faire. Son ami était doux et bienveillant. Rien à voir avec cette Koteda. Est-ce qu’elle avait réussi à accroitre cette surprotection maladive dont il faisait preuve envers le plus jeune… ? Ou était-ce une excuse tandis qu’il surveillait du coin de l’oeil ce gant qu’il lui avait rapporté… C’était parfaitement con, n’est-ce pas, de se demander si Haruto comptait éponger lui-même le front de Naoki…
Je peux le faire…
Il y avait des choses plus urgentes…
Comme veiller de loin à ce que Nao aille bien - enfin… au mieux…. - et prier pour qu’il se laisse examiner…. Ce n’était qu’un mauvais moment à passer…  
made by black arrow
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 21 Avr - 22:17
Just a spoonful of sugar
EXORDIUM.
« Depuis le 17 juin 1995 » l'ami de Mikio ne voulait pas savoir depuis quand il était italien. Evidemment qu'il le savait. Et s'il s'était empressé de répondre, c'était en pensant empêcher Mikio de le faire pour lui. Malheureusement, le coréen n'avait pas manqué d'apporter une contribution plus utile... et plus honnête, quoiqu'il en dise. Et pourtant, sa tête s'était secouée, trop faiblement sans doute, mais elle l'avait tenté ce geste pour nier. A deux reprises. Parce qu'il n'avait pas de fièvre. Il n'était pas fatigué non plus. Tout allait bien.
Il avait beau savoir qu'il ne servait à rien de s'obstiner maintenant, il n'avait pas pu s'en empêcher et malgré cette voix qui ne savait pas se faire assez ferme et forte aujourd'hui, il avait tenté de contredire son aîné en soufflant « Non... c'est pas vrai... » ce ne serait pas lui le plus crédible. Quoique, ça ne faisait pas seulement quelques semaines même si ce n'était pas ce qu'il avait voulu dire.
Mais comme il l'avait fait depuis des mois, il s'était dit que peut-être ça ne se voyait pas tant que ça sur son visage.

Visage qu'il avait relevé un court instant vers le chanteur quand ce dernier s'était rapproché. Il ne l'avait regardé que quelques secondes avant de détourner à nouveau les yeux vers Umberto. Au final, il aurait peut-être mieux valu qu'il se contente de fixer son chien. C'était probablement mieux quand il n'était pas certain de ce qu'affichait ses traits à présent.
Ce n'était pas vraiment de la faute de Mikio tout ça. C'était lui. Il s'était mal débrouillé. S'il s'était forcé un peu mieux, il serait à l'hôtel maintenant et pas obligé de voir un médecin.
Si avant l'arrivée de ce dernier, il angoissait que son coréen quitte la chambre parce qu'il redoutait les manières que choisiraient son cerveau pour dérailler. Il avait souhaité maintenant qu'il ne revienne pas.... Ce serait plus facile de se concentrer... et de mentir ?
Il pourrait au moins sauver les apparences. A son âge, normalement, on n'avait pas peur de voir un médecin.

On pouvait admirer l'effort, ou la politesse. Il aurait pu simplement se murer dans le silence maintenant qu'il se retrouvait seul avec le japonais. Pourtant sa tête s'était hochée à la question tandis que sa main refusait de quitter son bébé. Et elle s'était même hochée une deuxième fois à la seconde question. Certes, il n'avait pas l'air si à l'aise que ça et pourtant... à la suite... sa voix s'était faite entendre pour démentir la réponse initiale « Umberto connaît quelques mots en coréen et en espagnol... » ... oui, il était très intelligent son chien. Mais il ne parlait pas du tout japonais ? C'est que...
... « ... et un peu de japonais. » il était en train de parler à un médecin là non ? Est-ce que ça irait ?
... Umberto n'était pas moins intelligent que le bichon... il était vraiment parfait son chien. C'est vrai, il savait faire plein de choses et puis il comprenait toujours tout...

Au final, il aurait peut-être préféré qu'on continue à parler de chiens... au moins sa fierté pour son bébé n'était pas un mensonge quand sa tête s'était bien sûr secouée à la question du médecin « Non... je suis en vacances alors.... » oui et puis il n'était qu'à l'école primaire alors ça ne demandait pas beaucoup d'efforts « Tous les soirs, comme tout le monde. » ... ne disait-on pas que la vérité sortait de la bouche des enfants ... « Mais Mikio exagère toujours un peu alors... c'est qu'un petit rhume. » oui et le thermomètre allait afficher une température normale... pour un italien en tout cas.
Il le souhaitait. Un tour de magie sur les chiffres. Comme ça, il pourrait dire au coréen de retour qu'il n'avait pas profité de son absence pour mentir à son ami.
On ne mentait pas aux médecins. Ils faisaient des études contre les mensonges de leurs futurs patients.

   
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 24 Avr - 22:15

Just a spoonful of sugar

Sur le coup, Haruto faillit éclater de rire à la réponse de Naoki. Mais il avait peur de froisser Mikio qui l'avait désespérément appelé à l'aide. Pas pour se rendre compte des talents de comique de son ami. Non, le psychiatre allait se concentrer. La fatigue était un symptôme souvent trop ignoré. De plus, il voyait bien que Mikio s'en inquiétait sincèrement. Aussi préférait-il tout envisager. Fatigue passagère ou signe d'un plus grand mal, il n'écarterait aucune piste. Il faudrait juste se montrer prudent. Ce n'était pas le psychiatre que le Coréen avait appelé, mais l'étudiant en médecine que Haruto était encore il y avait peu. Ses connaissances demeuraient toujours, Naoki ne devait se douter de rien. Pourtant, le médecin osa éloigner Mikio un instant. Sans filet, il avança prudemment, engageant même la conversation avec le malade.

Après avoir remercié Mikio, Haruto se focalisa sur le chien couché sur le lit. Vaguement, il pensa que Kimyaki était plus mignon, mais il ne voulait pas rentrer dans ce débat. Pourtant, ce fut bien le sujet qu'il aborda. « De l'espagnol ? » Son regard voyagea de l'animal à l'humain. « Impressionnant. » Un petit sourire dénué d'ironie aux lèvres, Haruto hocha doucement la tête. « Ce doit être un petit chien très intelligent. » Pas autant que Kimyaki, on s'entendait bien. Le chinois valait bien deux langues. Et personne ne battait le bichon de Lee Ji Hoon. Haruto avait envie de rentrer et de câliner son homme et leur bébé.

Mais d'abord, il devrait s'occuper de Naoki. Sans le quitter du regard, et alors qu'il lui répondait, Haruto approcha l'appareil de l'oreille la plus proche. Habilement, il fit le nécessaire pour que la prise de température soit optimale, tout en écoutant les réponses obtenues. « En vacances ? » Léger froncement de sourcils. « J'ai oublié ce que tu faisais... ? » Mikio devait lui avoir dit, mais le médecin voulait faire un petit test. Le thermomètre émit un petit bip signalant que la tâche était accomplie, et Haruto en vérifia le résultat. Levant les yeux vers Mikio rapidement revenu auprès d'eux, il secoua la tête pour lui signifier que ce n'était pas bon. « C'est mieux si c'est toi qui le fais. » Il désigna la serviette du menton.

« Vu ton état, le petit rhume a bien grandi. » A ce train-là, il n'en tirerait pas grand chose. Observant un instant son ami prendre soin de Naoki, Haruto attrapa sa trousse de médecin. « Mikio ? Tu veux bien me montrer la cuisine ? Je dois avoir quelque chose pour faire passer le... rhume. » Ses yeux se posèrent sur Naoki. Son état l'inquiétait de plus en plus.

_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 25 Avr - 21:28

just a spoonful of sugar
Naomi

Il n’aima rien du regard que lui lança Haruto. Un horrible frisson lui parcourut le dos et son ventre se tordit de plus belle. De là où il était, il était évidemment incapable de lire les chiffres qu’affichait le thermomètre… mais il en devinait l’importance sur les traits du medecin. Nao était bouillant… il devait s’en douter mais… oui, l’avis de son ami ne l’aida en rien à se rassurer. Au contraire, des tas et des tas de questions commencèrent à fuser dans sa tête… A commencer par la gravité d’une trop grosse fièvre… Est-ce qu’on pouvait en…
Non. Non, non.. ! Il refusait l’idée même d’y penser. D’en concevoir la possibilité, quand bien même elle existait… Ca irait… Ça irait…
Ça irait pas vrai ?

« Ah.. ! Oui… »

Ravalant sa panique, la demande son ami l’avait forcé à se concentrer. Pour un homme perdu dans les méandres de son inquiétude, sa suggestion fut tout de même très claire. Sûrement parce que stupidement, il s’agissait là d’une de ses autres grandes préoccupations. Et il s’en voulut immédiatement de se sentir soulagé que Haruto lui demande d’éponger le front de Nao lui-même. Pourquoi il était aussi con ? Il était conscient que dans un future extrêmement proche, Haruto allait bien devoir toucher son protégé pour l’examiner…. non ? Oui, il le savait. Il fit taire ce débat intérieur futile et regagna sa place sur le bord du lit. Se saisissant du gant humide, son regard se posa sur le visage presque trop stoïque de Naoki… Combien d’efforts y mettait-il pour couvrir toute sa souffrance ? Et pourquoi s’obstinait-il encore quand son corps le trahissait quand même de tremblements qui n’échappaient pas au Coréen et par conséquent, sûrement pas au psychiatre. Par réflexe, sa main libre vint se loger dans le cou du garçon pour amener délicatement son front à rencontrer le gant. Avec une précaution minutieuse, qu’on aurait presque pu croire exagérée, Mikio passa le tissu humide sur son visage. Il ne se soucia pas - en fait, il ne s’en rendit sûrement pas compte - de la présence de Haruto tandis que son pouce caressait doucement le cou de Nao, doux et rassurant.
Il n’arrêta que lorsque son ami l’interpella. Encore une fois, il n’aima ni son regard, ni cette terrible impression qui se logea dans son estomac. « D’accord… » S’il se demanda pourquoi Haruto ne poursuivait pas son examen, il chassa cette pensée pour le moment afin de reporter son attention sur Naoki. Prétextant de passer une dernière fois le gant sur son visage, le geste ressembla néanmoins plus à une caresse… Il lui adressa ces derniers mots dans un doucereux coréen : « Garde le Yeobu, on revient… »

Est-ce qu’il venait de dire « Yeobu » devant Haruto ? Pas de panique. De un, il s’en foutait et de deux, si son ami fréquentait un Coréen, il n’y avait aucune chance que ce dernier ne s’adresse à lui de cette façon. Alors il ne s’alarma pas.
Quittant à regret la chambre, il guida sans un mot Haruto dans la cuisine. Ce ne fut qu’une fois là bas qu’il se tourna vers lui pour oser demander : « Alors ? » Il ravala sa panique… pourtant il était difficile de ne pas la percevoir aussi bien sur ses traits que dans sa voix. « Tu l’as à peine touché… t’as même pas regardé sa gorge…. » Ce n’était pas une critique, c’était des questions qui lui échappaient en même temps que l’affolement qu’il luttait à contenir : « Tu… tu crois que c’est grave ? » Il le voyait à son attitude… Si Haruto s’était arrêté si vite c’était que quelque chose n’allait pas, pas vrai ? Du calme Mikio… du calme….
Il savait que la fatigue de Nao était tragique mais… et si c’était vraiment plus grave ?  
made by black arrow[/quote]
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 25 Avr - 22:52
Just a spoonful of sugar
EXORDIUM.
« Il l'est. » est-ce qu'il avait vraiment la force de se livrer à un concours du chien le plus intelligent ? Pas vraiment. Mais son bébé était le plus parfait des bébés, il rendrait fier n'importe qui. Et lui, il était le plus crétin des papas qui luttait pour avoir l'air de quelqu'un qui n'avait qu'un petit rhume. Au moins, il avait l’honnêteté de se donner une petite maladie... « Je suis étudiant. A Eita... » oui, son chien et Eita, ça élevait le nombre de fois où il avait dit la vérité à deux. Et s'il espérait que ce bip ne révélerait pas son mensonge, en tout cas pas trop, il avait préféré ne pas poser son regard sur le médecin ou sur Mikio pour connaître la réponse dans le leur.
38. Seulement 38, ce serait bien.
Mais il le savait non ? Il le sentait bien lui-même que sa fièvre était en train de le terrasser. A chaque effort qu'il faisait pour ne pas trop trembler, à l'envie qu'il taisait de ramener cette couverture sur lui ou aux hallucinations qu'il espérait ne pas avoir.

« Non... » ... oui, non... le petit rhume n'était pas devenu grand. Il était au courant hein que le Monsieur aux grandes oreilles était médecin ?
.... « ... il doit être cassé. » les thermomètres, de nos jours, ce n'était pas très fiable. Mais est-ce qu'il serait capable de mentir avec autant de crédibilité face à un Mikio qui venait de s'asseoir près de lui pour l'attaquer de tendresse ?
Il devait rester concentré. Tenir bon. Ne pas faiblir. C'était tout ce qui comptait maintenant. Pourtant, il le savait que Mikio était toujours une menace pour ce contrôle qu'il avait travaillé pendant des années. Il avait l'habitude de jouer à ce petit jeu là, faire celui qui allait bien.... Mais souvent, avec son coréen, malgré tous les efforts, il faisait des faux pas. Et sous le rythme de son coeur, la tentation de se laisser aller... au moins un peu, de se reposer au moins un court instant... elle devenait plus forte.

Alors oui, il avait eu plus de mal à tenir sous la tendresse de son aîné. A de nombreuses reprises, il s'était répété de tenir bon. Tout ce qui comptait, c'était de le faire suffisamment. Et peut-être qu'il n'évitait pas seulement son regard parce qu'il s'était senti blessé pour un médecin appelé en renforts.
S'il avait essayé au mieux de ne pas se concentrer sur les caresses, tout autant sur son visage que contre sa nuque, s'il pensait être parvenu à ne pas trembler davantage sous la fraîcheur de ce gant, il y avait eu un moment où il avait pourtant commencé à faiblir. Ses yeux avaient finalement retrouvé le visage de ce coréen qu'il aimait tant et sa bouche s'était ouverte « .... » pour s'interdire une question que son regard avait posé pour lui Pourquoi ?

C'était au final une chance que l'ami de son aîné cherche le lieu des plus grands crimes culinaires de celui qui l'avait invité ici. Et si cette idée l'avait angoissé plus qu'elle ne l'avait soulagé pour ce répit dont il bénéficiait, il n'en n'avait retenu aucun en mentant à nouveau. La main sur son front à la place de celle de Mikio plus tôt, il avait suivi son coréen et l'homme au bichon des yeux. Quelques secondes plus tard, à peine, il commettait sa première bravade en abandonnant le gant sur la couverture. Moins de temps après, il pensait probablement à faire ce que tout crétin aurait fait à sa place.
Une fugue. Bonne idée Naoki !
C'était une meilleure idée quand votre tête ne vous rappelait pas tout de suite à l'ordre en se mettant à tourner davantage au premier mouvement. Au final, son dos avait rapidement retrouvé l'oreiller dans une nouvelle quinte de toux.
Ce n'était pas la peine. Il allait se lever. Tomber encore. Et il aurait tout gagné. Maudissant un peu plus ce corps qui ne lui répondait plus, il avait attiré la couverture sur lui en tremblant davantage. Sans témoin, il pouvait économiser au moins ses forces un temps.

Et il n'avait pas tardé à les économiser un peu trop. Les vertiges, la fièvre, cette douleur qui harcelait ses tempes l'avaient poussé à s'allonger tandis que l'idiot qu'il était s'en donnait le droit en pensant rien qu'un instant.... Quand ils reviendraient, il se reprendrait, il recommencerait sa petite comédie... à quoi bon ?
La question n'était pas si mauvaise mais il se l'était refusé. Pour se rassurer, sa main avait quitté la chaleur insuffisante offerte par la couverture pour chercher à caresser à nouveau son chien.
Peut-être que l'ami de Mikio ne l'ausculterait pas.
Oui, parce que Mikio avait miraculeusement appris à cuisiner et qu'ils étaient en train de partager des lasagnes réussies à la perfection dans la cuisine. Le Père Noël était bien évidemment aussi de la partie.

ça, c'était une scène un peu plus joyeuse qu'il aurait adoré avoir en tête. La fièvre, il l'aurait même adoré si ça avait été le cas. Mais si sa toux avait couvert un instant ce son, il avait fini pas résonner dans sa tête.
Ce n'était que là pourtant. Dans sa tête. Et dans ses souvenirs... oui... mais ici, ce n'était pas possible d'entendre le bruit de ces pas là.
En boucle, il s'était répété que ce n'était pas réel.
Pourtant, il avait rapidement cédé à remonter la couverture. Les yeux fermés, ce n'était pas suffisant. Pour tenter de se rendre sourd en plus de ça, sa tête s'était enfoncée davantage dans l'oreiller tandis que la main qui ne retenait pas la couverture s'était plaquée sur son oreille.
Il allait finir par devenir fou. Il devait se concentrer, ne pas céder à la panique, encore moins maintenant. Tout irait bien oui et comme une formule magique, il avait pensé encore et encore ces mots... ce n'est pas réel

   
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 4 Mai - 17:31

Just a spoonful of sugar

Son thermomètre n'était bien évidemment pas cassé. Et le simple rhume n'en était pas un. Plusieurs éléments inquiétaient sérieusement Haruto. La problématique résidait dans le fait que son patient n'en était pas réellement un, et que ce dernier n'aimait pas les médecins. Même avec l'appui de Mikio, il n'était pas certain qu'il accepte de se livrer à des examens plus poussés. Haruto devrait y aller avec douceur et patience, sans être sûr d'obtenir un résultat. Bien évidemment, l'une des règles fondamentales de la médecine demandait une confiance entre les deux parties. Mais ici, clairement, il y en avait trois. Mikio accepterait-il de l'aider, même si cela allait contre la volonté de son meilleur ami ? En l'appelant à l'aide, il avait déjà prouvé que oui. Du moins, en partie. Haruto notait bien l'inquiétude du Coréen. Ce fut également pourquoi il lui demanda de s'occuper lui-même de le rafraîchir à l'aide de la serviette, le temps qu'il réfléchisse à un moyen d'agir au mieux. Peut-être seulement que ses yeux de psychiatre observèrent un peu trop bien. Le geste presque – totalement – tendre de Mikio ne lui échappa pas, mais il ne releva pas. Pas même d'un haussement de sourcil curieux ou d'un sourire en coin. Il tenta néanmoins de se répéter les mots utilisés. Du coréen, clairement. Et s'il pensait avoir saisi quelques mots, il voulait demander à Ji Hoon. Au risque de se voir être boudé.

Suivant en silence Mikio jusque dans la cuisine, Haruto le laissa l'interroger. Fixant son ami droit dans les yeux, il poussa un soupir, avant de poser sa mallette médicale sur la paillasse. « Sa température est élevée, ça m'inquiète. Mais je n'osais pas le toucher davantage, après ce que tu m'as dit. » Allait-il lui confier qu'il avait l'impression de se retrouver devant un gosse capricieux, et qu'il attendait le feu vert de sa mère poule ? Roulant ses lèvres l'une contre l'autre, il posa une main sur la mallette, sans l'ouvrir pour autant. « Je dois avoir quelque chose pour faire baisser sa fièvre, mais d'abord je dois savoir... » Haruto marqua un temps d'arrêt, ponctué d'un nouveau soupir. « Tu dis qu'il est fatigué depuis quelques semaines. Je suppose que ce n'est pas seulement lié à ses entraînements à l'agence ? » Haruto choisit de préciser. « Je veux dire, est-ce qu'il y a quelque chose en particulier qui le fatigue ? Il s'est passé quelque chose de particulier ? » Laissant le temps à Mikio de réfléchir, il rajouta encore. « Tu as noté d'autres changements ? N'importe quoi. »

Se rendant compte qu'il le pressait peut-être un peu trop, Haruto se résolut à ouvrir sa mallette, en sortant un tube de comprimés qu'il étudia. « Qu'est-ce que tu lui as donné, exactement ? » Peut-être était-il plus prudent de retourner auprès du malade. Après tout, il n'était pas là pour boire le thé avec Mikio, sûrement déjà inquiet comme ça. « Tu crois qu'il se laissera ausculter ? » Rangeant finalement le flacon orangé à sa place initiale, il se saisit de son stéthoscope. « Je vais devoir le toucher. » Peut-être que son ton s'était fait légèrement taquin. Mais Haruto retrouva bien vite son sérieux. « Allez, retournons-y avant qu'il ne se pose des questions. » Il restait déterminé à connaître les détails qui lui échappaient encore.

_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

 
Just a spoonful of sugar - Naomi ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Maho Doc Sugar Bar découvre la vie....
» naomi chatte noir (fa cher plume)
» Explicit Black Sugar 18/05/2010
» Naomi-Chayenne
» Sugar, Flame et Iko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Minato-