I'll get you out myself just to drown you again FT. NAONA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 13 Mai - 21:33

" I'll get you out myself just to drown you again "
ft. NAONA  heart



Assise dans un minuscule salon nouvelle décoré de rideaux luxueux et de carpettes hors de prix – son débarras de Noël, Yurina faisait face à l’ainé de la maisonnée – et à son grand damne, le seul présent, Fuduka-san venant de prendre la fuite avec les plus jeunes pour une sortie improvisée au parc. Elle était venue voir Sae, aussi ridicule que soit cette idée, puisque ses neurones étaient aux prises avec un problème dénuée de solution. Mais faute de bol, la pétasse de journaliste brillait par son absence, et elle s’était retrouvée en tête à tête avec Tomoya. Qu’on ne lui dise pas qu’elle manquait de débrouillardise! Voir son plan contrecarrés ne l’avait pas arrêté, bien au contraire, elle avait plutôt profité de regard carrément déplacé au pré-adolescent sur son buste pour lui soutirer des informations sur Naoto et son enfance…. Ça n’allait pas si bien, puisque tout ce qu’elle tira du garçon, fut une tentative de négocier un paiement pour ses scoop. « Vingt secondes, sous tes fringues, un sein ! » … Yurina roula des yeux, croisant les bras, ils en étaient à 20 minutes de négociations, ça allait encore moins vite qu’à l’ONU! « Quarante secondes, les deux, et au-dessus des fringues!   » … ah oui, elle était prête à tomber bien bas, pour un peu de précisions sur le bug mental qu’elle se tapait depuis la lecture d’une certaine lettre… « Deal. Mais fais style t’aime ça au moins ! … Si tu pouvais gémir un peu… » … Une lésion mentale supplémentaire à son actif, tapotant du pied impatiemment, Yurina troqua donc ce qui restait de sa vertu contre une information troublante : les parents Koike n’étaient pas décédés. WTF. Elle était, à vraie dire, si perturbée par cette confirmation, qu’elle octroya à Tomoya bien plus que son 40 secondes, lorsqu’enfin elle prit son sac et ses clés, en direction de l’Agence, elle était pratiquement en retard pour enregistrer son solo en studio.

Rien ne faisait plus de sens… rien, et comme toujours, depuis ce maudit aveux à sens unique, il n’y avait que ce connard de Koike pour monopoliser son esprit. Voilà quelques semaines déjà que Yurina, drapée dans sa fierté et affligée de son cœur brisé, avait tourné le dos à son rustre de chien, lettre en main. Depuis cet incident, elle l’avait soigneusement évitée, convaincu que si elle ne lui donnait pas la chance de lui parler, il n’aurait pas d’opportunité de la larguer. Oui, elle en était pathétique à ce point. Et autant dire que son trouble, et cette panique quasi omniprésente qui ne la quittait plus depuis ce jour-là, avait grimpé d’un cran alors que sa curiosité gagnait le meilleur d’elle-même et qu’elle ouvrait l’enveloppe, laissant ses iris sombres parcourir les phrases qui, dans son esprit embué de mensonges et de vérités dissimulés, ne faisait aucun sens. Son abruti de cabot lui avait toujours dit que ses parents étaient décédés, morts, enterrés, et elle n’avait jamais contesté cette information, quel genre de sans cœur aurait-elle était pour le faire! Mais voilà que dans ses mains, elle lisait les déclarations d’une femme qui parlait d’abandon… C’était à n’y rien comprendre. D’ailleurs, ce jour-là, encore troublée des confirmations de Tomoya, elle n’arrivait pas à comprendre. Une partie d’elle avait envie de confronter Naoto, ou à tout le moins, de s’assurer que cette lettre de l’avait pas entièrement détruit – pourquoi diable s’en souciait elle hein?! Elle voulait le secouer, lui et ses réactions de cons… mais juste de penser à le voir, son cœur se serrer si douloureusement. Elle soupira, poussant la porte du studio. « Eh ! » elle regarda autour d’elle, s’attendant à trouver Gabriel – qu’elle avait spécifiquement réclamé pour les backvocals de son solo… ce qu’elle ne s’attendait pas à voir, c’était un spectre qui lui broyait le cœur. « Qu’est-ce que tu fais là? » Le ton était impérieux, glacial, mais elle avait dû se mordre la lèvre inférieure pour ne pas qu’il remarque qu’elle tremblait.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 27 Mai - 15:37

" I'll get you out myself just to drown you again "
ft. NAONA  heart



Pouvait-il refuser ? On lui avait bien fait comprendre que non. Les FIGHTERS étaient au plus mal, s’il voulait ecore avoir droit à sa petite carrière et ne pas se faire oublier, voilà ce qu’il devait faire. Accepter son sort et participer à un solo de cette chère Daimon Yurina. Naoto savait que c’était une mauvaise idée, mais il ne pouvait pas leur dire ou expliquer cela, restant alors plutôt silencieux, lèvres pincées, acceptant son triste sort. Ce n’était que sa voix que l’ont souhaitait et avec un peu de chance, il pourrait tout enregistrer à part, qu’on n’en parle plus. C’était sans doute un peu rêver mais il voulait croire cela possible. Il voulait se dire que, peut-être, avec de la chance, on allait le laisser tranquille, on ne le forcerait pas à la voir.

Bien évidemment qu’il savait qu’il avait abusé, qu’il était le plus idiot des deux, définitivement, mais que pouvait-il bien faire maintenant ? C’était la seule solution, ils ne pouvait pas être ensemble, ils n’allaient pas ensemble, bien au contraire, n’importe qui irait mieux avec elle que lui, c’était bien pour dire qu’il y avait un problème quelque part et que c’était tant mieux. Yurina était si bien élevée, venait d’une famille respectée, quelque part, comment est-ce que tout cela aurait pu marcher entre eux, en étant si différent ? En venant de ces deux mondes opposés ? Naoto voyait bien clair en cet avenir inexistant, il fallait juste qu’elle soit en mesure de le voir tout aussi bien que lui aujourd’hui.

Mains plantées dans les poches de son jeans, il avançait dans les couloirs de l’agence, ignorant au mieux les personnes autour de lui qui pourraient avoir l’audacieuse envie de le saluer, lâchant un soupir de soulagement une fois au studio. Il avait répété sa partie ces derniers jours de façon à ce que cela soit rapide et qu’on le laisse rapidement retourner à ses occupations. Cependant, ce qui devait être un évènement court mais contraignant allait s’avérer plus long que prévu et être une véritable torture en voyant Yurina présente. Ses lèvres se pincèrent alors qu’il posait ses affaires à l’entrée. « On m’a demandé de faire les backvocals de ta chanson, j’ai pas eu le choix. » Il n’y avait encore personne, il ne savait pas quoi faire. Repartir et revenir un peu plus tard ? C’était puéril.

« Comment tu vas ? J’ai appris que tu te prostitues auprès de collégiens ? » Tomoya lui avait dit, et il ne comptait pas l’autoriser à interférer dans sa famille, surtout auprès d’un petit pervers prépubère qui n’attendait que ça. « Tu pourrais éviter d’aller harceler les gamins du foyer en leur proposant de te toucher les seins ? » Elle aurait pu lui proposer à lui, qui sait, il aurait peut-être accepté le même deal.


_________________

★ I am the Prince charming ★
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two boys : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
 
I'll get you out myself just to drown you again FT. NAONA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Drown
» Naona Bhora
» Don't let me drown (alexane)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Eita Entertainment :: Bâtiment A :: Studio d'enregistrement-