call out my name -- (sora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 4 Avr - 19:27


aoi + sora




✧ ✧ ✧


Enterrement de quelque chose, oui. Sa vie de garçon, non. C'est Aoi, les yeux grands ouverts - incapables de se détacher de Sora. Sora dont il a murmuré le prénom, Sora à qui il n’a cessé de penser. Sora, le péché. Mais sans aucun regret – homme immoral dans leurs baisers, Aoi toujours fiancé mais dont les yeux dérives. Les penchants cachés lui reviennent, le hantent lorsqu’il daigne poser les yeux sur Sora. Ils n’ont fait que s’embrasser mais ça a été assez. Assez pour avoir l’impression de revivre sans même comprendre pourquoi. N’avait-il attendu que ça ? Lui, ou juste un homme ? Aucune idée. Allongé dans son lit, il dort sur un mensonge à côté de la belle Sakura. Elle qui ignore tout de celui qui sera bientôt son époux. Et Aoi se hait, se déteste lorsqu’elle lui sourit. Elle a l’air si épanouie – bien parce qu’elle n’a aucune idée de la personne qui se dessine dans les songes de son fiancé. Son propre frère, Sora – l’inoubliable. Et encore moins après la fois passée. Aoi, assis – cette atmosphère enivrante, le bandeau sur les yeux. La langue qui faute en disant le prénom (chéri). Lui qui n’a pas choisi d’être là mais qui s’est perdu – entre le désir et les fantaisies. Pourtant, c’est devenu réalité. Après ce baiser échangé, il a entendu l’injure – la révélation. La voix qui s’est brisée au fur et à mesure ; la réalisation, lente et douloureuse. Et le bandeau tombe, les masques aussi. Yeux écarquillés, il n’y a que ça qu’ils peuvent s’offrir. Et Aoi n’arrive plus à parler, à vivre – un instant où tout s’arrête. Non, non. l’écho dans sa tête et il n’arrive pas à dire quelque chose, à parler. Ce n’est pas ce qu’il croit – Aoi aimerait le dire à Sora aussi. Il est honteux d’être ici, d’avoir encore fauté – mais toujours avec le même. Destin qui se fout d’eux, on dirait bien. Et quand Aoi revient à la conscience, il n’a qu’un réflexe : s’enfuir. Partir loin d’ici. Aucune raison, c’est juste la seule solution. « Sora, je...je suis désolé. » Il se relève doucement pour ne pas envoyer valser l’objet de ses désirs. « Tout est ma faute, j’aurais pas dû être là..je..» Et il prend la porte, l’air – laisse sa veste, oublie tout et surtout Sora – il l’abandonne pour se noyer dans ses pensées, se torturer l’esprit.

Aoi repense à ça depuis des jours. Même là, à peine réveillé – son cerveau repasse la scène en boucle. Il aurait du dire quelque chose, n’importe quoi. Misère sentimentale, misère ambiante. Et une nouvelle journée commence. Les yeux rivés sur la pendule, Aoi qui reçoit un sms de Sakura. Surprise lorsqu’il en lit le contenu. Dîner, Sora, ce soir. Malheur – malchance qu’il se traîne. Et il reste un peu plus tard au travail, se dit que miraculeusement il pourra éviter la confrontation. Pourtant, la lune est haute dans le ciel – il doit rentrer. Pas peu confiants, il traîne des pieds mais se retrouve finalement devant la porte. Il hésite mais croit mourir lorsque celle-ci s’ouvre. Aoi se retrouve en face de Sakura, il l’écoute à peine lorsqu’elle lui détaille tout. Il ne retient que l’urgence au travail et puis elle disparaît en lui disant que Sora et lui peuvent manger. Sora, lui et Sora. Il se racle la gorge, défait sa cravate – style négligé et il se dirige vers la cuisine. Il ne sait pas s’il doit en parler ou faire comme s’il avait tout oublié. « Sora...» Aoi poursuit. « Sakura a dit qu’on pouvait manger sans elle. » Aoi ne croise son regard qu’un dixième de seconde, assez pour le faire chavirer. Il décide de tourner le dos à Sora, faisant mine de s’affairer – de préparer les plats. « Tu as passé une bonne journée ? » ça lui pèse, ne sachant pas comment réagir – il se perd un instant dans ses pensées avant de finalement se retourner pour faire face à Sora. Les yeux dans les yeux, Aoi a envie de crier qu’il est désolé.



— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 20 Avr - 13:58


aoi + sora




✧ ✧ ✧

C’est comme un vieux souvenir qu’il désire hanter, mais qui revient vers lui à chaque fois qu’il tente de repousser. Les images en boucle, bloquées sur cette unique scène. Leurs deux corps si proches, la musique devenue sourde à son oreille et son seul prénom en doux murmure. Il voit rouge, d’abord, puis gris, et c’est toute les couleurs qui se fanent en un manteau de nuage quand ses doigts s’agrippent au bandeau, lève le masque. Aoi. Son prénom devient la pire torture et la plus douloureuse sentence. Les excuses sonnent comme un regret, et la honte s’est emparé de Sora, s’est accrochée à son cou et à ses bras, le lacérant doucement. Il ne s’est jamais senti aussi sale, si honteux de son travail et de ce qu’il fait. Aoi n’aurait pas dû découvrir ça de cette façon, idéalement, il n’aurait jamais dû le découvrir. Sora recule, fait grandir la distance entre eux pour que Aoi puisse enfin se redresser puis fuir. Tout se transforme en mirage et il n’y a que sa veste étendue à sa gauche qui lui prouve que tout ça est ben et bien arrivé. Ce n’est pas un rêve, malheureusement, il aura beau se pincer les lèvres jusqu’au sang, il ne pourra pas s’en réveiller. Il s’est laissé tomber au sol, perdu, l’envie de mourir au bout des doigts. Heureusement, Aoi était son seul client de la soirée, il s’est rapidement changé, a pris la veste du fiancé de sa soeur puis a trainé des pieds jusqu’à son petit studio. Toujours l’amertume à la gorge et la sensation de tout foutre en l’air. Rien de nouveau. Il a bloqué chaque larme et chaque sanglot, les a écrasés au fond de lui en se blottissant dans les draps de son lit.

Les jours sont passés. Parfois il oublie, mais le plus souvent chaque moment lui éclate à la gueule, la sensation des lèvres d’Aoi contre les siennes toujours aussi vive peu importe ce qu’il faisait. Il l’a évité du mieux qu’il pouvait mais ce soir allait être l’exception. Il ne pouvait pas se dérober éternellement, sa sœur deviendrait suspicieuse et il n’a jamais su lui mentir. Ce soir c’est dîner à trois, en famille. Il enfile son jeans délavé, un t-shirt 90s et ses baskets blanches. Une veste sur les épaules et une autre entre les mains, celle d’Aoi qu’il n’a pas encore trouvé le moment de lui rendre. Il est rapidement chez sa sœur à l’aider à préparer le dîner avant qu’Aoi n’arrive. Ils finissent de cuisiner quand un appel urgent du boulot résonne, Sakura doit partir et Sora se croit mourir un peu plus. Il aimerait fuir, faire comme s’il n’était jamais venu mais il entend déjà la voix d’Aoi. Il se tourne à son prénom, petit sourire nerveux sur les lèvres. Aoi est si beau, la cravate défaite. Toujours les souvenirs. Stop.
« Oui, elle a eu du travail de dernière minute. Bonne journée, ouais, et toi ? » Les mots un peu rapide, comme s’il essayait inconsciemment de se débarrasser de la moindre conversation entre eux. Il attrape les plats, les remplis des légumes sautés et du poulet pour les disposer sur la table. Les bols de riz puis la bouteille d’eau, celle de vin trône non loin, mais il ne sait pas si c’est vraiment le moment. Au salon, il y’a la veste d’Aoi, repassée et pliée sur le canapé. « J’ai rapporté ta veste, tu…l’avais oublié. »



— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 16 Mai - 16:15


aoi + sora




✧ ✧ ✧


Il n’est qu’un lâche. L – â – c – h – e. Le seul mot qui lui convient, qui le définit parce qu’à l’instant présent – Aoi aimerait encore fuir. Disparaître, n’avoir jamais existé. Il croit défaillir à l’entente de la voix de Sakura, de ce qu’elle lui dit. D’ordinaire, il aurait été heureux. Content de passer du temps avec Sora mais tout a changé. Il se souvient encore de cette nuit d’ivresse, de leurs lèvres qui se touchent – se caressent. Le vin, coupable mais Aoi encore plus. Lui et ses désirs refoulés, ceux qu’il pensait chassés au loin mais qui sont restés. Il se déteste. Il a tout brisé, en commençant par la confiance de Sakura même si elle n’en sait rien. Il déteste trahir une femme aussi douce, attentionnée qu’elle. Quelqu’un qui ne mérite en aucun cas ce qu’il lui fait. Elle aurait du avoir un fiancé à sa hauteur, un homme qui la chérirait et ne penserait qu’à elle avant de dormir – pas à son petit frère. Aoi est pourri, lâche. Mais ce soir, il devra tout affronter. Les yeux de Sora, sa présence toute entière. Et surtout les envies interdites qui fusent, qui se dessinent dans sa tête. Les pensées à réprimer, à éteindre – encore plus depuis la dernière fois. Les horribles (mais si douces) idées qui le hantent en permanence. L’allure négligée, pour mieux respirer aussi. Pour tenter de dissiper le trouble sur son visage. Et Aoi marche en direction de la cuisine. Ses pas lui paraissent interminables alors qu’elle est toute proche. Et il sait très bien que Sora sera dedans. Il essaie d’éviter de le fixer, hésite – doit-il parler ? Son prénom trouve facilement le chemin. C’est un presque un murmure désolé. Pourtant Aoi persiste, essaie de tenir bon. Banalités, lui qui répète ce que sa fiancée lui a dit il y a quelques minutes. Et puis c’est le coup de foudre – littéralement ou presque. Ses yeux qui croisent ceux de Sora – ça ne dure pas longtemps mais il en ressent l’effet immédiatement. Il l’attire, encore toujours. Sora avec son t-shirt 90s, ce jean délavé et son regard profond. Sora de qui il a goûté les lèvres, Sora dont il aime tant le parfum – la présence. Mais Aoi ne peut pas se permettre de le désirer – il préfère lui tourner le dos. Être lâche, écouter. L’éviter. Mensonge dans ses mains qui feignent le travail. Sora fait de même. Répond à sa question en même temps. « Le travail, ils ne voulaient plus me lâcher mais bonne aussi. » Il y serait bien resté. Mais il tait ce commentaire, l’étouffe. La conversation se fait mais le malaise est palpable. Et Aoi finit par le regarder. Par l’affronter et le trouble s’installe en lui. Surtout lorsque son regard se plante dans celui de Sora un peu plus intensément. Il écoute ses mots, lui qui parle de sa veste oubliée ce fameux soir. Aoi baisse instinctivement les yeux. Et il ne sait pas pourquoi mais il s’approche de Sora. « Merci pour la veste. » Distance qu’il amoindrit encore un peu. Et sa main vient remettre en place une mèche de cheveux de Sora, se perd encore une fois. « à propos de ce soir là, je voulais m’excuser. Je suis désolé, je n’aurais pas dû être là, ni encore moins m’enfuir. » Lâche, un mot qu’il voudrait effacer alors il continue. Ses doigts glissent sur la joue de Sora. « Et je suis aussi désolé de t’avoir embrassé. Je ne voulais pas te mettre mal mais j’ai été égoïste. » Et il a encore envie de l’être parce que les lèvres de Sora lui font plus envie que jamais.



    
 
call out my name -- (sora)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Jeu vidéo] Call of Duty : modern Warfare 2, le premier jeu qui m'a choqué !
» Yosuga no Sora
» [ANIME] Sora no Manimani
» Call of duty black ops
» Call of Duty [Topic Général]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Shibuya-