bittersweet memories |♥| SHORY(ken)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 21 Mar - 0:00
Shoko ferma les yeux en sentant une larme rouler sur sa joue. Intérieurement, elle priait pour retenir cette perle salée, cette preuve brillante et silencieuse de la peine qu’elle qui la torturait encore, des années après le drame. Le symbole salé d’un deuil qu’elle n’arrivait pas à faire. Pour y arriver, chacun s’y prenait à sa manière : sa mère pleurait, seule dans sa chambre, sur de vieilles photos de famille. Son père mourait à petit feu sur le canapé du salon, les yeux rivés sur l’écran de la télévision, sans jamais remarquer sa fille qui y apparaissait. Rin et Ren, trop jeunes pour comprendre, rentraient avec la voisine qui les déposaient à l’entrée en se demandant pourquoi leur mère ne venait jamais les accueillir. Naoki restait enfermé. Et elle, Shoko, les mains agrippées à la rembarde de sécurité du ponton sur lequel elle se trouvait, les ongles grattant le métal sans qu’elle s’en soucie un instant, elle jouait le rôle de la femme forte, de celle qui vivait malgré ce qu’il s’était passé. Elle prétendait être l’idole parfaite, souriante, bienveillante. À certains moments, elle arrivait à croire le mensonge dans lequel elle vivait. À d’autres, les larmes reprenaient le dessus, traitres et impitoyables.

Aujourd’hui était l’un de ces jours de faiblesse qu’elle regrettait amèrement. Les yeux posés sur le petit cours d’eau qui passait sous ses pieds, elle songeait à la sœur qu’elle avait perdue, aux moments qu’elles avaient passés ensemble. Elle se rappelait, le cœur noué, de la colère qu’elle avait éprouvée en apprenant qu’elle s’en était allée, emportée par un malheureux accident, le soir du nouvel an. Elle pensait, portée par le flot des souvenirs, que son anniversaire aurait eu lieu dans quelques semaines. Nami était un enfant de printemps, souriante, joyeuse, prête à aider ceux qui en avaient le plus besoin. Elle avait toujours été la préférée, aux yeux de ses parents, mais cela importait peu. Elle avait mérité ce titre, parfaite comme elle l’était. Mais elle était partie, avec sous son bras tous les souvenirs, tous les rires, jusqu’aux esprits de ses parents et de son frère qui ne lui avaient jamais été rendus. Cette fameuse nuit d’hiver, la famille Ogawa toute entière semblait être morte d’un seul coup.

Un cliquetis résonna derrière l’idole, l’arrachant à ses pensées. Elle fronça les sourcils et tourna vivement la tête, prête à reprocher à quiconque se trouvait là d’avoir osé la déranger. Qu’importe si elle se trouvait dans un lieu public. Mais c’est sur deux grands yeux sombres que son regard atterrit. À quoi bon s’énerver sur un chien ? « Viens là, toi. » dit-elle après avoir frotté d’une main ses yeux rouges et bouffis d’avoir pleuré, de s’être montrée si faible. Elle s’accroupit à hauteur de l’animal, derrière lequel pendait une laisse, comme s’il avait échappé à son propriétaire. « Didiè ? » C’était lui, pas d’erreur possible ! « Tu es perdu ? » Elle n’avait aucune envie de se mettre à chercher son propriétaire. D’un autre côté, cela aurait pu lui permettre de songer à autre chose qu’à ses malheurs. Elle aurait pu être à nouveau la petite Shoko, princesse de son empire. Si Ji Hoon l’avait vue pleurer de cette façon, il se serait moqué d’elle. Elle en était persuadée. «Tu vas rester avec moi un peu. »
— I'M MADE IN CANADA —
— I'M MADE IN CANADA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 25 Mar - 17:32
Bittersweet Memories
Shoko & Henry ♥️


Il avait froid, ce banc était froid. Mais Henry avait décidé que ce serait son QG dès qu’il devait appeler sa famille. Eita et la Twinkle avait un point commun : on n’avait pas beaucoup d’intimité, se retrouver seul était bien plus difficile que n’importe où. Sa main tremblait un peu, il tenait le téléphone en l’air pour que ses parents et sa sœur puissent voir son visage et il parlait, de tout et de rien. Ça lui faisait bizarre d’utiliser le français. Il ne parlait jamais français ici, et s’il rencontrait des personnes pratiquant cette langue, ils avaient du mal à le comprendre à cause de l’accent québécois. Fichu Français ! Sa sœur posait beaucoup de questions, fascinée par les agences, par ce drôle de monde qui n’existait pas au Canada. En riant, il lui faisait remarquer qu’elle ne pouvait pas venir, son agence n’acceptait que les Asiatiques ! Elle était toujours un peu vexée, lançant que c’était raciste. Oui, elle n’avait pas forcément tort.

Cependant, il fallait bien avoir quelques avantages à être asiatique, Henry n’en avait jamais vu jusque-là. Son sourire se déforma un peu, il hocha la tête en entendant son père lui proposer de rentrer un peu à la maison pour des vacances. Depuis combien de temps n’était-il pas allé au Québec ? Si longtemps ! Ça lui manquait, sans vraiment lui manquer. Il promit d’essayer de se libérer pour fin septembre. Comme il pouvait, le jeune trainee fit en sorte de terminer la conversation, secouant sa main plusieurs fois pour dire au revoir avant d’enfin réussir à clore la conversation, lâchant un long soupir de soulagement. Enfin terminé ! Henry garda les yeux fermés un long moment, tentant de chasser les sentiments mitigés qu’il ressentait après avoir eu une conversation avec sa famille. Il était toujours incapable de savoir s’il leur manquait ou non. S’ils l’appelaient parce qu’ils en avaient envie ou par obligation.

« Y a que toi qui m’aime vraiment, hm, Didier ? » Ses yeux se baissèrent vers Didier avant de bondir sur ses jambes. La panique l’envahit. Le chien n’était plus couché près de lui. Il restait toujours à côté de sa jambe ! Il devait le retrouver. C’était son bébé, son fils. Il ne pouvait pas vivre sans lui, c’était presque son seul ami ! Comme un fou, il courut dans toutes les directions possibles, s’époumonant en appelant Didier. Il tomba plusieurs fois, manqua de pleurer de temps en temps, se laissa mourir quelques instants avant de reprendre sa course folle.

Tournant finalement, il le vit. Et il la vit. Forcément, depuis le temps qu’il lui parlait d’elle, il avait tout fait pour la retrouver et la voir. Son cœur tomba dans ses chaussettes, il osait à peine avancer. Lui avait-il déjà parlé par le passé ? Sans doute pas. Du moins, pas dans la vie réelle, par hors de ses rêves. « B… Bonjour, je… C’est mon chien. » Shoko connaissait son prénom donc il évita de le nommer. « Tu viens ? On y va. » Sa pompe à sang allait lâcher il s’approcha un peu du chien avant de regarder l’idole. Son cœur manqua un battement en voyant ses yeux rouges. « Est-ce que tout va bien ? » Question idiote mais d’usage. « Quelqu’un t’a fait du mal ? » Qu’elle lui dise seulement un nom et il allait tuer cette personne sur le champs.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 26 Mar - 22:25
Ce petit chien était adorable, elle en était tombée amoureuse au moment même où elle avait posé les yeux sur lui, sur cette photo que son mystérieux correspondant lui avait envoyée ! Elle n’aurait pas pu le confondre avec un autre. En plus, ces chiens avaient toujours l’air heureux, même lorsqu’ils ne l’étaient pas, elle en était persuadée. En cela, ils se ressemblaient beaucoup.

Les doigts de la jeune femme glissèrent affectueusement dans la fourrure de la tête de l’animal. C’était apaisant, rassurant, tout ce dont elle avait besoin à cet instant. Pourtant, elle savait que quelques caresses sur la tête d’un chien ne suffiraient pas à lui faire oublier ce qu’il s’était passé. Ça ne fonctionnait pas comme ça. On ne changeait rien avec un sourire, avec un mot. Mais elle aimait s’en convaincre, imaginer que tout irait mieux si elle essayait de penser que rien n’était jamais arrivé. Si elle pensait très fort que tout allait bien.

Mais pour l’instant, l’illusion faisait son effet. Elle regardait le chien, elle parlait au chien, elle touchait le chien, et tout allait bien. Même s’il portait le nom le plus bizarre qu’il lui avait été donné d’entendre. Qui appelait son animal Didier ? Elle n’était même pas sûre de savoir le prononcer correctement. Didiè. Didiè. Au bout du compte, quelle importance ? Ce petit être à quatre pattes était l’ami dont elle avait besoin maintenant. Quand même Asuka n’était pas là pour la rassurer, pour la réconforter. Mais à bien y penser, elle n’aurait pas eu envie que sa meilleure amie soit là : elle était trop idéaliste, trop rêveuse. Shoko n’avait pas besoin de ça.

Elle songeait à emmener l’animal avec elle quand une voix l’interrompit. Oh non. Un humain. Une personne capable de parler, de raconter ce qu’elle avait vu et… Son regard atterrit sur le visage de ce garçon qu’elle avait déjà vu. Le bègue. Elle l’avait presque oublié. Cela ne changea hélas rien aux battements de son cœur qui s’emballait alors qu’elle l’observait comme un animal farouche. « Ce n’est pas ton chien, c’est celui de mon ami ! Il s’appelle Didiè !! » répondit-elle vivement, alors qu’elle saisissait la laisse pour le garder à proximité. Comment l’éloigner ? Comment détourner la conversation et lui faire oublier ce qu’il avait vu ? Elle ne pouvait pas sortir son bâton bizarre, comme dans ce film américain qu’elle avait vu trop souvent. Ça non plus, ça ne fonctionnait pas comme ça.

« Oh, non, c’est juste… » Elle réfléchit un instant, son regard passant sur le paysage avant qu’une idée ne lui vienne. « Le rhume des foins ! C’est le rhume des foins. » Comment le convaincre, si elle n’y croyait pas elle-même ? Son cœur se serra brièvement, tout comme ses doigts autour de la laisse du chien qui se trouvait encore là. « Ne t’en fais pas pour moi. »
— I'M MADE IN CANADA —
— I'M MADE IN CANADA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 15 Avr - 17:28
Bittersweet Memories
Shoko & Henry ♥️


Pourquoi elle ? Quand il l’avait vu la première fois, il avait eu cette drôle de sensation, il s’était senti si idiot. Si niais, mais pourtant, c’était vrai. Il avait réellement flashé sur Shoko ce jour-là. Pourquoi elle, pourquoi ici, pourquoi maintenant. La question avait tourné dans son esprit, il en avait écrit des pages entières, consacré des heures et des heures. Elle était différente, mais comment était-elle différente ? Il la trouvait complexe, comme un bon livre. En lisant sans la moindre réflexion, il pouvait paraître simpliste, sans intérêt, vide de sens. Mais si au contraire, on s’y atèle avec davantage d’attention, on peut y trouver des milliers de petits détails fantastiques qui le rendraient alors, totalement unique.

C’était ainsi qu’il voyait Shoko.

Pourtant, il ne la connaissait pas, lui avait parlé que quelques fois. Toujours des échecs. Pourtant, elle n’avait rien de bien impressionnant en soi. Elle était juste incroyablement jolie. Henry achetait ses magazines, admirait ses photos en se demandant comment un être humain pouvait regorger d’autant de beauté. Il jalousait ses partenaires sur les photos, se sentait soudainement ridicule de ne jamais être aussi beau, ni aussi charismatique. Ça lui faisait mal de le reconnaître, mais il fallait se rendre à l’évidence. Pourtant, il ne perdait pas espoir, continuant à lui écrire, tentant de capter son attention pour qu’elle le remarque enfin.

Courant à la recherche de son chien, le retrouver près d’elle fut une drôle de surprise. Son cœur battait à tout rompre, il se sentait bête, il paniquait. Sa bouche s’était ouverte quand elle appela Didier par son prénom, surprit qu’elle le reconnaisse. Oui, c’était effectivement Didier… Comment avait-elle su ? Comment avait-elle pu le reconnaître ? Il avait envie de se rouler par terre en réalisant qu’elle prêtait vraiment attention à ses messages. Cependant, son bonheur fut de courte durée en réalisant qu’elle avait pleuré. Elle n’allait pas bien. Henry était prêt à plier en deux toute personne ayant pu lui faire du mal. « C’est pas encore la saison Shoko… » Pourquoi lui mentir ? Parce qu’ils ne se connaissaient pas assez, sans doute. Pinçant les lèvres, il s’approcha d’elle. « Quelqu’un t’a fait du mal ? Je peux t’aider… » Mais comment ? Un rire maladroit quitta ses lèvres. « Je suis désolé… » Lui-même ne savait pas de quoi.

« C’est le chien d’un ami, je le promenais pour lui, mais il s’est échappé. Didier. Tu peux rester un peu avec lui si tu veux. » Il lui sourit. Didier serait sans doute heureux de passer du temps avec elle, sachant qu’il le bassinait avec Shoko en permanence. « Tu as faim ? On peux aller manger quelque part. Je te paie à manger. Tu veux ? Si tu veux pas c’est pas grave mais si tu veux, on peut y aller ! » Quel idiot. Il aimerait s’arrêter de parler, il aimerait agir correctement. Comme un homme, lui soufflait une petite voix dans sa tête. Henry se sentait ridicule, trop impressionné, trop intimidé. Elle était tellement parfaite.


✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 24 Avr - 23:18
Qu’un garçon comme lui arrive à ce moment précis, c’était bien sa veine ! Mais que pouvait-elle y faire, maintenant qu’il était là ? Qu’il avait remarqué les larmes sur ses joues ? Qu’il commençait à poser des questions qu’il aurait mieux fait de garder pour lui, d’oublier ? Shoko resta silencieuse pendant de longues secondes face à la répartie de ce garçon qui, de toute évidence, en savait plus long que lui sur la question. Pourquoi le rhume des foins ne pouvait-il s’attraper en toute saison ? Elle renifla aussi discrètement que possible, peu désireuse de partager avec ce garçon tout ce qu’elle avait sur le cœur. Ils ne se connaissaient pas, après tout ?

« Ne t’en fais pas. » Elle força un léger rire, secouant la tête alors qu’elle espérait garder le chien près d’elle encore plus longtemps. « Personne ne m’a fait de mal. Je sais me défendre. » Son côté superficiel faisait souvent oublier le fait qu’elle avait appris les arts martiaux durant ses années de lycée. Une façon d’évacuer, de se battre contre ses démons intérieurs et de les éloigner d’elle. Une façon de ne pas perdre de vue ses objectifs et la personne qu’elle était vraiment, au contraire de ses parents et de son frère. « Pourquoi tu t’excuses ? »

Elle arqua un sourire malgré elle, le dévisageant d’un regard. Il était encore plus étrange que ce qu’elle avait imaginé. Il s’excusait aussi pour le réchauffement climatique ? Pour la fille qui avait acheté la dernière robe à la mode avant elle ? Pour la queue devant le comptoir, chez Starbucks ? Les yeux de la danseuse ne trouvèrent aucune réponse sur le visage de l’être particulier auquel elle avait à faire, mais elle ne s’en inquiéta pas. Il n’avait pas l’air comme les autres, de toute façon : la majorité des hommes auraient, selon elle, agit tout autrement. Après tout, n’était-elle pas séduisante, même en ayant pleuré ?

« Tu es… » Le regard de la jeune femme s’éclaira à ces mots. Le chien d’un ami ? L’hypothèse qu’il puisse connaître Neko était plus que séduisante. Depuis combien de temps avait-elle envie de le rencontrer, maintenant ? Elle l’ignorait, en vérité. Elle avait autant envie de découvrir qui il était que de garder tout cela secret. Après tout, c’était peut-être un gros gars qui s’appelait Niko et qui se masturbait devant des hentais tentacules… PIRE ! Le chanteur de PPAP. Un frisson de dégoût lui parcourut l’échine.

Les doigts courant dans le pelage du chien qu’elle appellerait éternellement Didiè, la jeune femme reprit la parole, songeuse. « Si tu veux… Mais tu peux inviter ton ami ? » Il allait sûrement venir ! « Tu peux lui dire que je suis là si tu veux, on se connaît bien. » Et il fallait qu’ils se rencontrent un jour, après tout ! Ce jour là semblait tout indiqué. Elle avait envie de penser à autre chose que ses problèmes. Autre chose que cette famille brisée. « Mais on peut aller avec le chien ? » Sa famille ne gagnant hélas pas assez pour se permettre un tel luxe, elle n’avait jamais eu d’animal. Quant à lui demander de regarder autour d’elle quand elle sortait en ville, c’était un effort considérable.

    
 
bittersweet memories |♥| SHORY(ken)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [JEU] ZENONIA 2 - THE LOST MEMORIES : La suite du célébre RPG [Payant]
» [MANGA/ANIME] - Ef - a tale of memories/melodies -
» Creatives memories
» A Bittersweet Life
» Lost memories - Yu Minazuki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Shibuya-