I need your fire |♥| HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 6 Avr - 0:23

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Ji Hoon était en colère, tellement en colère. L’alcool joyeux n’avait duré que quelques minutes avant de doucement l’envelopper dans une tristesse et une haine qu’il ne comprenait pas vraiment. Il n’avait pas l’impression d’être malheureux. Bien au contraire, il était heureux avec Haruto, il se sentait bien, à sa place dans ses bras. Il avait toujours hâte de rentrer le soir pour le retrouver, pour lui parler, le toucher, se détendre. Il aimait ces moments rien qu’à eux, où leur bulle les protégeait, où rien ne pouvait les atteindre. Ils s’aimaient, tellement, si fort. Plus que tout, oui. Ji Hoon avait toujours hâte. Puis, parfois, une petite voix lui rappelait qu’il ressentait cette même excitation le jour où il l’avait quitté, qu’il avait aussi attendu toute la journée pour le retrouver. Cette soirée le hantait tellement. Il était si excité, si heureux de rentrer. La rupture avait été si soudaine, si violente, l’immeuble aurait pu s’écrouler sur sa tête, on aurait pu le brûler vif, Ji Hoon était certain que ça n’aurait pas fait aussi mal. C’était stupide d’être encore « traumatisé par ça, de ne pas pouvoir passer à autre chose, d’être traumatisé par une rupture. Etait-ce parce qu’il s’agissait alors de sa première rupture, tout comme son premier chagrin d’amour, ou était-ce parce que c’était Haruto ? Oh, tout à la fois. Oui, vraiment tout. Un chagrin d’amour terrible.

Le pire de tous. Il savait que Haruto avait souffert de son côté, mais comment pourrait-il seulement le plaindre alors que tout était sa faute ? Non, il n’y arrivait pas, parce qu’il lui en voulait, qu’il le blâmait encore d’avoir fait ça, de l’avoir trompé, de l’avoir trahi et abandonné. Ji Hoon donnerait sa vie pour lui, il donnerait tout sans concession, parce qu’il l’aimait plus que tout, plus qu’il ne s’aimait lui-même. Il passait avant ses propres désirs et ambitions. Parfois, il oubliait, mettait tout ça de côté, pendant quelques jours, il n’y pensait plus, ils étaient simplement heureux, comme s’ils l’avaient toujours été sans la moindre interruption. Puis quelque chose lui rappelait cette période. Une affiche des Supernova, ou des choses encore plus insignifiantes, il n’avait pas besoin de beaucoup pour finalement plonger dans le doute, dans la crainte, imaginer le pire, imaginer Haruto qui le quittait, qui partait à nouveau, sans le prévenir, avec encore moins de tact. Il avait si peur de revivre ça, si peur qu’il le quitte à nouveau et retourne vers ses parents, vers sa classe sociale. Vers une vie plus « normale ».

Frapper cet homme ne le calmait pas, alors il tapait plus fort encore, ses poings lui faisaient mal, mais ça ne l’arrêtait pas, bien au contraire. Il voulait se défouler, quitte à s’exploser les phalanges. Avec un peu d’alcool, on oubliait la douleur, on se sentait invincible, capable d’affronter le monde tout seul. Mais en se sentant tirer en arrière, il avait réalisé son erreur, se retrouvant rapidement dehors, seul avec son petit-ami. Il ne pouvait pas expliquer son geste, tentant de retrouver son calme, quand bien même son Japonais ne l’aidait pas vraiment, bien au contraire. Pourquoi devait-il mettre le doigt sur l’essence même du problème ? Ses sourcils se froncèrent, il secoua la tête. Oui, non, il avait raison. Et sans pouvoir se contenir, Ji Hoon balançait tout, l’accablait. Ça lui faisait mal, ça le faisait rire, il était dépité. Au fond, il en était certain. Haruto ne l’aimait pas vraiment, le Coréen se sentait encore comme ces filles qu’il avait piégé. C’était vraiment ce qu’il pensait. Que ce n’était que des conneries, son amour pour lui. Qu’il allait se lasser, le quitter, il ne savait pas quand, mais ça arriverait. Ji Hoon sentait cette épée de Damoclès imaginaire au-dessus de sa tête.

Son rire et ses larmes se calmèrent un peu, il écouta Haruto en silence, sentant ses mains trembler légèrement. Où est-ce que ça allait les mener, de parler de tout ça ? Ji Hoon avait peur, pourtant, il le laissait parler. Son cœur se serrait, sachant qu’il avait raison. Non, il n’arrivait plus à lui faire totalement confiance, plus comme avant. Avant, c’était sans doute trop. il lui aurait tout confié, sa vie, son cœur, tout. Il voulait avancer avec lui, mais quelque chose les retenait encore, des fantômes du passé. Ils étaient bloqués, ne pouvaient plus avancer. C’était faux. Ils avançaient, mais parfois, ils reculaient, comme aujourd’hui. Bien sûr qu’il savait que son homme regrettait, qu’il s’en voulait. Le plus difficile était de se dire qu’il n’avait pas de vraie explication, qu’il ne savait pas lui-même. Il ne devait pas angoisser, pourtant, il avait peur. Peur que, dans ce cas, il pourrait recommencer. Rien ne pourrait l’en empêcher. Ji Hoon savait qu’il était sincère, du moins, une partie le savait. L’autre doutait encore, ne pouvant croire ce qu’il disait, ne pouvant se rassurer de ce qu’il disait. Qu’avait-il besoin de plus ? C’était bien ça le plus frustrant, ne pas savoir ce qui pourrait l’aider.

Au moins, il savait néanmoins ce qui ne l’aiderait pas : le frapper. « Non, arrête… Arrête ! » Il ne réagit pas en le sentant le pousser, reniflant bruyamment en évitant son regard. Il ne voulait pas le frapper, il ne voulait pas faire ça. Ça ne le soulagerait pas, il ne se sentirait pas mieux. Lui non plus ne savait pas quoi faire. Ils avaient l’air bête, à pleurer tous les deux dans la rue, comme des idiots. Ils devraient rentrer, discuter calmement, juste entre eux, mais il n’avait pas les idées assez claires pour y penser. Il ne méritait pas mieux, au non. Jamais. Il ne méritait même pas vraiment Haruto. Reniflant, il se leva à son tour. « Non, tu me fais pas que du mal, c’est le contraire. Tu me rends heureux, tout le temps. » Et c’était ça le problème ? Oui. « Du coup j’ai peur. Peur de retomber d’aussi haut que la dernière fois. » C’était comme un système d’auto-défense, toujours se préparer au pire. Riant sans joie, il secoua la tête. Comment pouvait-il s’exprimer correctement ? Ses idées étaient si confuses. « T’es vraiment un connard, ouais, vraiment. Mais j’peux pas te frapper, j’peux pas te faire du mal. » Parce qu’il l’aimait, lui. il l’aimait vraiment.

Riant à nouveau son pouvoir se contrôler, il tournoya sur lui-même, finissant par s’arrêter en sentant qu’il allait tomber. Que pouvait-il lui dire ? Comment s’expliquer, comment s’exprimer. Il sourit un peu en fixant le ciel. « J’arrive pas à savoir si je suis mieux avec ou sans toi. » Encore un rire alcoolisé. Qu’il se la ferme, qu’il arrête, qu’il tombe et s’endorme. Son sourire se fit nostalgique, il secoua la tête, sautant sur le banc. « Dis, tu te souviens avant ? Je doutais jamais, j’étais limite chiant à dire que j’étais le meilleur, à penser que j’étais le roi du monde ! » Une chance pour toute personne qu’il croisait, une bénédiction divine. Il avait tellement confiance en lui, sans doute trop, peut-être qu’il courait à sa perte, au fond, il le savait. Sa vie, il n’aurait pas toujours pu la mener comme ça. Il n’était pas réellement heureux, pas comme il l’était avec Haruto. Mais le bonheur, ce soir, il ne comptait pas. « C’était drôle avant, quand on pouvait sortir sans que ça finisse comme ça, quand on riait au lieu de chialer, hein, tu te souviens ? C’était bien avant… » Non, ce n’était pas bien. Ils n’étaient pas heureux, ils se mentaient en permanence, se frustraient en se voilant la face, encore et encore.

Sobre, il le saurait, il le dirait, il aurait les idées plus claires pour s’exprimer. Là, il ne pouvait pas. Là, il était stupide. Le dernier des cons. Sautant du banc, il apprécia le vent contre ses joues, souriant un peu. Qu’en pensait Haruto ? Que dirait-il ? Ses yeux se posèrent sur lui, il secoua la tête. « Tu sais pas la chance que t’as de m’avoir, que je t’aime. Tu sais pas, hein ? » Vivement, il s’approcha de lui, agrippant sa chemise entre ses doigts. Non, il ne savait pas. Il ne réalisait pas. « Tu sais pas tout ce que pourrait donner des connes pour être à ta place. » Beaucoup d’argent, beaucoup de cadeaux. Ji Hoon avait abandonné ça pour lui. « J’pourrais être le mec le plus riche du Japon mais non, j’ai préféré tomber pour un type qui se fiance sans faire exprès. C’est pas toi le connard, c’est moi, je vaux pas mieux qu’elles. » Un nouveau rire, il en avait assez. « J’veux rentrer. » Mais il ne savait plus par où aller. Il en avait marre, il était fatigué, il ne savait plus ce qu’il disait, il regrettait. Du moins, il regretterait demain quand les souvenirs reviendront et qu’il prendrait conscience de l’idiot qu’il était. Définitivement. Haruto était l’amour de sa vie, en réalité, il était hors de question d’en douter.

Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 7 Avr - 13:14

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Que pouvait-il faire pour soulager Ji Hoon ? Que devait-il faire pour l'aider à aller mieux ? Devait-il vraiment le pousser comme il le faisait là ? Haruto n'était plus très sûr. Que savait-il, d'ailleurs ? Rien. Il ne savait rien. Et c'était bien ça le pire. Pourquoi lui avoir fait tellement de mal ? Ses raisons étaient si stupides, pouvait-il vraiment y croire lui-même ? Mais alors quoi ? Il avait eu peur ? Il s'était senti incapable de gérer tout ça ? La raison était peut-être aussi simple que le constat qui en avait résulté, il était lâche, trop naïf, trop soumis. A sa mère, à cette image qu'il avait toujours eu de lui. Un enfant modèle, mais creux. Bien sûr, il ne pouvait toujours blâmer sa mère pour ses torts. Il s'était lui-même enfermé dans ce rôle, s'y complaisant peut-être sans s'en rendre véritablement compte. Et si, au final, ce qui l'avait poussé à accepter ces fiançailles, c'était simplement sa mauvaise confiance en lui ? Combien de fois se répétait-il qu'il ne méritait pas Ji Hoon ? Que cette histoire d'amour était trop belle ? A force de se dire qu'il gâchait tout, il le faisait presque avant d'y penser, histoire de ne pas changer ? Il était si faible, il s'en voulait terriblement. Ce n'était pas en son petit ami qu'il n'avait pas confiance, c'était en lui-même. Il aimait Ji Hoon. Plus que tout au monde. Mais s'il gâchait tout ? S'il le décevait ?

C'était ces craintes qui le paralysaient, la plupart du temps. Certaines nuits, allongé sur le dos, son bras serrant Ji Hoon blotti contre lui, le Japonais fixait le plafond sans le voir. Et il réfléchissait. Méritait-il vraiment ce bonheur ? Son petit ami était un homme si exceptionnel. Bientôt un mannequin qu'on s'arracherait, une star dans le monde si particulier du show business. Et lui, à côté ? S'il ne changeait pas un peu, il avait peur que Ji Hoon se lasse. Après tout, il était entouré de beaux mannequins. Et s'il craquait, un soir où il n'aurait pas envie de retrouver son petit ami psychiatre qui lui racontait ses journées assommantes qui ne l'intéressaient pas ? C'était en lui-même que Haruto n'avait pas confiance. Il ne se sentait pas assez bien pour lui. Une sorte de complexe d'infériorité qui lui détruisait peu à peu l'estime de lui-même. Son erreur d'il y a quelques mois n'avait pas aider à lui remonter le moral à ce propos. Il avait foncé la tête baissée. Au fond, il avait pensé rendre service à Ji Hoon. C'était stupide, il le réalisait bien. Et s'il l'avouait à ce dernier, Haruto se ferait sûrement frapper.

Mais cela lui faisait-il seulement peur ? Quand il lui demandait de le faire ? Il le méritait tellement. Si son petit ami voulait se défouler sur quelqu'un pour faire passer sa rage, ce devait être lui, et non pas un pauvre inconnu dans un bar. Et si cet homme portait plainte ? Non. Le Japonais ne voulait pas y penser. Il parlait, et parlait. Depuis quand n'avait-il pas lâché autant de mots à la suite ? Que cherchait-il, au juste ? Pousser Ji Hoon à bout ? Possible. Lui-même n'était pas certain. Il cherchait un réaction, mais ce n'était sûrement pas une bonne idée. Pas dans l'état actuel du Coréen. Le bousculer comme il le faisait. D'abord doucement, puis un peu plus fort. Cela ne le soulagerait peut-être pas. Cela ne ferait qu'accentuer la colère de Ji Hoon. Mais l'alcool courait aussi déjà dans ses veines, et s'il semblait avoir la tête un peu plus claire que son petit ami, Haruto sentait tout de même la sienne qui tournait. Ce n'était d'ailleurs pas uniquement les quelques verres qu'il avait pu ingurgité, c'était la panique, c'était la crainte de le perdre. C'était cette culpabilité qui lui rongeait le cœur et qui le faisait se détester lui-même. Avait-il le droit pour autant de tourmenter Ji Hoon de la sorte ? Ce n'était pas une discussion qu'ils devaient avoir quand l'un des deux n'était pas franchement en état de réfléchir posément. Mais l'était-il seulement lui-même ? Peut-être qu'au contraire, c'était justement le meilleur moment. Ji Hoon n'avait plus de filtre, il semblait prêt à lâcher ce qu'il avait sur le cœur. Restait à savoir si Haruto était prêt à entendre ce qu'il avait à lui dire.

Il doutait le rendre réellement heureux. Sinon, pourquoi seraient-ils là, ce soir ? Pourquoi pleurer, dans ce cas ? Les larmes de Ji Hoon lui faisait mal, d'autant plus qu'il était celui qui les provoquait. Comment pouvait-il se regarder dans un miroir, après ça ? Faire souffrir la personne que l'on aime plus que tout, c'était horrible. Haruto ne voyait pas comment il pouvait se rattraper. Ça lui paraissait impossible. Alors, étaient-ils condamnés à souffrir encore et encore ? Il ne pouvait blâmer son petit ami d'avoir peur de souffrir à nouveau, de douter. Qu'il l'insulte lui faisait étrangement du bien. C'était un début. Haruto voulait qu'il sorte tout ce qu'il avait sur le cœur. Ils en avaient tous les deux besoin, visiblement. C'était au moins ça, à défaut de le frapper. Le Japonais restait silencieux. Après sa longue tirade, il se disait que c'était à Ji Hoon de lâcher tout ce qu'il gardait pour lui, depuis ce jour. L'observant tournoyer sur lui-même, il ne l'arrêta pas, le laissant réagir comme il le sentait, attendant patiemment qu'il daigne parler. Mais peut-être aurait-il dû le frapper ? En plein visage, avec son poing fermé ? Peut-être Haruto aurait-il eu moins mal. Mieux avec ou sans lui ? S'il se posait la question, la réponse semblait évidente, pour le psychiatre. Sans lui. A partir du moment où il regrettait son ancienne vie, comment la nouvelle pouvait-elle lutter ? Il y avait évidemment la notion de nostalgie, mais pour le Japonais, elle restait trop abstraite. Silencieux, le cœur se fendant en deux, il écoutait celui qu'il aimait lui faire part de ses regrets, s'inquiétant de le voir sauter sur ce banc. Et s'il se blessait par sa faute ? Serrant les dents, Haruto veillait, écoutant ce que son petit ami avait à dire. S'il se souvenait de ce passé ? Bien sûr. Il revoyait ces soirées passées ensemble. Celles où Ji Hoon l'abandonnait pour une conquête, et peu à peu, il n'y avait plus eu de conquêtes. Juste eux deux. Et plus ces soirées défilaient, plus sa jalousie s'estompait pour un bonheur parfait. Celui d'être en compagnie de la personne la plus importante sur terre.

Mais il avait tout brisé. L'image que Ji Hoon avait de lui-même. Ce dernier lui en voulait, alors. Avant, le Coréen se sentait réellement invincible, oui. Et aujourd'hui ? Il pleurait par sa faute. Haruto baissa les yeux. Il avait gâché tellement de choses. Les lèvres pincées, il ne trouvait pas la force de répondre. Son regard était baigné de larmes qu'il ravalait du mieux qu'il le pouvait. C'était bien, avant. Il traduisait sans mal le sens caché ; c'était mieux avant. Relevant vivement la tête en sentant le mouvement, il resta en alerte alors que Ji Hoon sautait à nouveau de ce banc. Pour quelqu'un qui avait bu, il gardait encore un certain équilibre ! Mais Haruto n'avait pas le cœur à s'extasier devant les talents d'acrobates de celui qu'il aimait. De celui qui regrettait. Toujours muet, il l'observa s'approcher. « Tu te trompes... » Sa voix était enrouée, mal assurée dans la vive émotion qui lui serrait le cœur. Evidemment qu'il savait ! Chaque jour, il se sentait si heureux, si chanceux d'avoir le Coréen dans sa vie. Mais ce dernier l'avait-il seulement entendu ? Pinçant les lèvres lorsqu'il l'agrippa, Haruto puisa dans ce qu'il lui restait de dignité pour ne pas chialer comme un idiot. Son cœur avait loupé un battement, avant de douloureusement s'accélérer dans sa poitrine. Il n'était pas sûr de comprendre entièrement le sens des paroles que prononçait Ji Hoon, lorsqu'il évoquait ces filles. Avait-il reçu des propositions ? Ou cela avait-il quelque chose à voir avec son aveu d'il y avait quelques mois. En vérité, Haruto n'était pas certain de vouloir savoir. Une seule constatation tournoyait dans son esprit. Ji Hoon regrettait. Il regrettait leur histoire. Il regrettait de l'avoir si rapidement repris.

Les jambes tremblantes, le Japonais se demandait comment il faisait pour tenir encore debout. « Je connais ma chance. » Un murmure emporté par le vent. Ses mains se posèrent sur celles de Ji Hoon qui l'agrippaient, le forçant doucement à le lâcher. Il ne savait pas comment il parvenait à rester calme. C'était la culpabilité qui ne l'autorisait pas à répliquer. C'était la douleur de l'affreuse vérité qui lui avait éclaté au visage. Il avait trop mal pour parler. S'il se laissait aller, il s'effondrerait, plié en deux sous l'horrible douleur qui lui brisait le cœur. « Pardon. » D'avoir tout gâché. Son passé et son présent, son futur éventuellement. « Oui, rentrons. Viens. » Après une hésitation, il lui attrapa le bras pour l'aider à avancer. L'envie de pleurer le menaçait, mais Haruto restait étrangement calme. Celui qui précédait la tempête sous son crâne. Silencieux, il marchait dans les rues encore froides de Tokyo, soutenant l'homme qu'il aimait. L'homme qu'il avait brisé. Combien de temps le trajet avait-il pris ? Il ne saurait dire. Tout d'un coup, ils s'étaient retrouvés devant la porte de son appartement. Ji Hoon lui avait-il adressé la parole ? Il n'en avait aucune idée. Son esprit était comme pris dans du coton. C'était le contrecoup de la douleur dans son cœur. « Tu veux de l'eau ? » Le laissant s'installer sur le canapé, il s'était dirigé vers le réfrigérateur. L'appartement était étrangement calme, Takochi dormant chez Erena. Rapportant deux verres d'eau, il en tendit un à son petit ami, avant de s'asseoir à ses côtés.

Un ange passa. Haruto but une gorgée d'eau. Puis une deuxième. Trois. « Quelle soirée, hein... » Quelle réplique idiote ! Pinçant les lèvres, il hésita, avant de relever les yeux vers son petit ami. « C'est bien que... Que tu aies pu me dire ce que tu avais sur le cœur. » Les yeux encore légèrement brouillés de larmes, il baissa la tête, attendant sa réponse. « On peut en reparler demain, si tu veux. » Mieux valait qu'ils reparlent de tout ça à tête reposée. C'était déjà plus que ce dont son cœur pouvait supporter. Haruto regrettait presque de ne pas être aussi saoul que Ji Hoon. Peut-être que cela ferait moins mal ? Il savait que les paroles de ce dernier tourneraient dans sa tête, encore et encore, toute la nuit. Il n'arriverait pas à dormir. « Tu veux dormir ici ? Ou tu préfères que j'appelle un taxi ? » Il avait appris à ne plus choisir pour lui. C'était comme s'il avait aujourd'hui l'impression de souvent l'avoir forcé contre sa volonté. Combien de choses avait-il gâché pour le Coréen ? Les yeux dans le vague, Haruto avait l'impression de plonger dans un gouffre d'incertitude. Et si la belle image qu'il avait eu de leur couple avait depuis le début était erronée ? Et s'il était le seul des deux à se dire que leur histoire était parfaite ? Son cœur se brisa en mille morceaux.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 10 Avr - 0:14

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Boire était une terrible idée. Quand on était déjà frustré, triste ou énervé de base, c’était vraiment la pire idée à avoir, mais Ji Hoon s’en fichait, balançant les pires conneries sans même ciller, totalement inconscient du mal qu’il faisait. Celui qui détruisait leur couple, ce soir, c’était bien lui. Non, il ne voulait pas le frapper. Ce n’était pas comme ça qu’il voulait lui faire du mal. Parce que quelques mois en arrière, il aurait mille fois préféré se prendre des coups de poings, de pieds, même avec des barres de fer, plutôt que de devoir subir ce ton froid et détaché, plutôt que de devoir écouter les excuses à répétition de son petit-ami, que de devoir accepter une situation qu’il détestait juste parce qu’il était trop épris de cet homme et que tout lui semblait plus acceptable que de rester loin de lui. Il l’aimait tellement que ça lui en faisait mal, que ça lui crevait le cœur de devoir rester lui, le laisser participer à des repas de famille, organiser un mariage qui n’était pas le leur. Qui acceptait ça ? Sans l’avoir vécu, sa mère l’avait tout de suite compris, n’aurait sans doute jamais pardonné son père s’il avait fait ça. et lui, qui se disait si fier, n’avait même pas été capable de le faire languir bien longtemps.

Ce soir, il n’avait pas de filtre, en disait même plus que ce qu’il pensait. Oh, bien sûr qu’il était mieux avec lui ! Avant, qu’est-ce qu’il était ? Qu’est-ce qu’il avait comme projet ? Se faire le plus de fric possible pour se vêtir comme s’il était le prince de Gagnam incognito ? C’était stupide. Depuis qu’il était avec Haruto, il avait de vrais projets pour son futur, aussi bien personnel qu’avec son petit-ami. Il voyait vraiment un avenir, où il n’était pas forcément mort au fond d’un ravin ou en prison. Haruto lui apportait ce qui lui avait toujours manqué, ce que Liang n’avait jamais pu lui apporter. Un pied dans la réalité, un désir différent de s’épanouir, de devenir quelqu’un de bien. Il lui avait donné goût à la vie, lui avait donné envie de vivre vraiment, pas de combler des manques ou rattraper un temps perdu en agissant stupidement. Il avait appris à aimer les différentes saisons, à apprécier le silence, confortablement installé près de celui qu’il aimait, à trouver la paix… Haruto lui donnait envie d’apprendre, de se surpasser, de donner une nouvelle chance à une vie heureuse.

Il y avait tant de haine en lui, contre ce monde injuste, contre cette société qu’il détestait. En arrivant au Japon, il n’était que ça. Un gamin révolté qui se prenait pour Robin des Bois, mais en moins honorable. Avec son meilleur ami, il lâchait prise, baissait les armes, enlevait son masque, devenait lui-même sans réfléchir davantage, oubliait tout. Haruto le rendait heureux, tout simplement, sans qu’il ait besoin de plus, sans qu’il n’exige quoique ce soit d’autre, et c’était ça le principal. Ce bonheur qu’ils vivaient, qu’ils construisaient. Ce bonheur devenu désormais si fragile. Si on lui posait la question en étant sobre, s’il était mieux avec ou sans lui, Ji Hon n’hésiterait pas, s’offusquerait de cette question idiote. Avec, évidemment. Bien sûr qu’il était mieux avec lui. Sa vie sans ce Japonais un peu étrange, totalement unique, serait si triste ! Déprimante, même. Non, il ne pouvait pas l’imaginer ! Alors pourquoi le dire ? Ji Hoon ne réfléchissait pas, comme il ne réfléchissait pas en lui hurlant la chance qu’il avait de l’avoir, qu’il ne savait même pas combien il était chanceux. Le Coréen était si stupide, pourtant, il ne s’arrêtait pas, continuant à sortir ses bêtises.

« Non, tu la connais pas. » En réalité, le Coréen savait qu’il n’avait pas forcément beaucoup de chance. Il y avait mieux que lui un peu partout à Tokyo. Dans le groupe de personne qui passait non loin d’eux, le Coréen était certain qu’ils étaient tous mieux que lui. Oh oui, quelle chance, avoir comme petit-ami un escroc professionnel, ancien gigolo de service à ses heures perdues. Le rêve ! Tenant sa chemise entre ses doigts, il le relâcha quand ses mains se posèrent sur les siennes. Ses yeux se posèrent sur lui, il resta silencieux quand il s’excusa. Il voulait rentrer, boire encore à la maison, ou il ne savait pas trop. Ji Hoon était confus, ne pensait pas correctement. Il ne le repoussa pas quand il attrapa son bras, le suivant sagement, regardant tout autour de lui, lançant des phrases qui n’avaient pas vraiment de sens, tout de même frustré de ne pas avoir de réponse. Il plissa un peu le nez une fois devant la porte de l’appartement, balançant ses chaussures et sa veste dès qu’il fut à l’intérieur. Sans se faire prier, il s’affala sur le canapé, sortant son téléphone pour envoyer des messages à n’importe qui, sans y prêter attention.

Quelle soirée, oui. Ses yeux se posèrent sur Haruto, sans prêter attention au verre qu’il avait dû poser devant lui. Il n’avait pas dit ce qu’il avait sur le cœur, du moins, pas exactement comme il le pensait. Ji Hoon pencha la tête sur le côté, pinçant les lèvres. Pourquoi ses yeux brillaient ? Pourquoi est-ce qu’il ne pleurait pas. A sa proposition, il pouffa, riant à nouveau de manière incontrôlable, il se rapprocha de son petit-ami pour poser sa main sur sa joue, la caressant lentement avait de l’attirer près de lui. « On en parlera pas demain… T’es plutôt bon pour fuir les conversations ou entendre que ce que tu veux bien entendre… J’ai raison, hein, Jagiya ~ ? » Sa langue glissa sur ses lèvres, il gloussa encore avant de s’éloigner. Non, pour sûr que cette conversation en resterait là, et c’était tant mieux. En y réfléchissant davantage, Ji Hoon doutait de vouloir en reparler plus tard. C’était une conversation compliquée et il savait qu’il aurait du mal à justifier ce qu’il avait pu dire. Du moins, l’infime partie de lui encore consciente le savait, c’était là toute la différence.

Ses sourcils se froncèrent, son air se fit offusquer à la question de son petit-ami. « Eh ? Pourquoi j’irais dormir dans un taxi ? T’es sûr que ça va, Hyung ? » Posant un genou sur le canapé, il prit appui dessus pour surplomber son homme, se tenant sur l’accoudoir pour ne pas tomber. « J’habite ici, pourquoi je voudrais partir ? » Non, il était bien là, près de haruto. « On va dormir ? » Il se recula, remonta sa seconde jambe pour s’agenouiller sur le canapé, ses yeux ne lâchaient pas son homme, et il se pencha pour venir l’embrasser. C’était comme s’il avait oublié tout ce qu’il avait pu lui dire. Sa main glissa de accoudoir et il tomba lamentablement au-dessus de lui, se redressant en pouffant. « Oups… » Il rit un peu avant de commencer à déboutonner sa chemise, mettant un temps interminable à le faire puisqu’il se ratait plusieurs fois. « Réconciliation sur l’oreiller ? Tu peux même me prendre si tu veux, t’as envie, eh ? Dis, tu veux ? » il alla capturer ses lèvres encore, jetant sa chemise plus loin. « Déshabille-toi, Hyung ! » Ji Hoon tenta de le faire lui-même, abandonnant au troisième bouton, il se laissa tomber contre lui, enfonçant son visage dans son cou, respirant son odeur. « Je t’aime ~ ♥️ »

Fort, si fort. Haruto ne réalisait pas, il ne comprenait sûrement pas. Le Coréen alla se blottir un peu plus contre lui. Il se sentait bien, en sécurité. Ses lèvres papillonnèrent de son cou à sa joue, il alla le contempler quelques secondes, gloussant en réalisant combien il était beau. Si beau ! Avec de si beaux yeux ! Qu’est-ce qu’il lui reprochait déjà ? Il ne savait plus. Il n’arrivait pas à se souvenir. Qu’est-ce qu’on pourrait reprocher à une si belle personne ? Rien du tout. « On devrait se marier… Oui ce serait bien ! » Un beau mariage ! Juste eux deux, qu’est-ce qu’ils en avaient à faire des autres ? Ça ne comptait pas ! Ils iraient dans un pays où c’était légal et se feraient reconnaître à Shibuya ! « Dis, tu veux m’épouser ? On aurait de vraies bagues ! » S’installant à côté de lui, toujours collé, il leva sa main devant eux où la bague que Haruto lui avait offert à noël se trouvait. « Une alliance ! Ce serait bien, j’ai toujours voulu en avoir une ! Avec ton prénom dedans ! » Ce serait vraiment bien. « Messieurs Kamiya-Lee !! » Il rit encore, rien que d’imaginer avant de se lever, il ouvrit son pantalon avant de l’abandonner sur le sol. « Tu veux ? » Il devait répondre, c’était important ! Mais en même temps, il le trainait à sa suite, retrouvant la chambre, tombant sur le lit en l’amenant avec lui. Ses lèvres retrouvèrent les siennes, il enroula ses bras autour du cou de son amant, se collant tout contre lui pour ne pas le laisser s’échapper. Il ne le laisserait plus s’échapper !


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 10 Avr - 23:59

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Combien de fois Haruto avait-il espéré que Ji Hoon s'ouvre sincèrement à lui, depuis qu'ils s'étaient retrouvés ? Combien de fois avait-il voulu le pousser gentiment à lui parler en toute honnêteté ? Il n'avait jamais obtenu le moindre résultat, si ce n'était des réponses courtes, vagues, et sans réel aveu. Bien entendu, il savait qu'il lui avait fait du mal, il savait que ce qu'il avait osé faire était une trahison. Il savait que cela avait été la pire erreur de sa vie, et qu'il la regretterait sûrement jusqu'à la fin de ses jours. Oui. Le Japonais avait conscience d'être un gros enfoiré. Son cœur souffrait d'avoir pu faire du mal à la personne qu'il aimait le plus au monde. Il souffrait d'avoir failli perdre ce bonheur incroyable qu'il ressentait à chaque fois qu'ils se retrouvaient. Et s'il l'avait vraiment perdu ? Et s'ils ne pourraient plus jamais être vraiment heureux, ensemble. Haruto ne pourrait blâmer son petit ami. C'était au-delà de la rancune commune. C'était plus profond, plus personnel. Et chaque jour qui passait, le Japonais s'interrogeait. Pourrait-il vraiment retrouver son amour et sa confiance ? Plus les jours défilaient, moins il y croyait. Evidemment, il faisait de son mieux pour en être digne, mais c'était comme s'il n'arrivait plus à toucher le cœur de celui qu'il aimait.

Alors, impuissant, il l'écoutait. En écho, son cœur qui se brisait. Comment parvenait-il à ne pas baisser le regard ? Parce qu'il s'inquiétait pour lui. De le voir tourner sur lui-même, sauter sur ce banc. La dernière des choses qu'il souhaitait était qu'il se blesse. C'était mieux avant. Ces trois mots tournaient dans sa tête, à lui en donner le vertige. Que devait-il répondre à ça ? Devait-il demander pardon ? Avait-il réellement gâcher sa vie ? Il ne l'avait sûrement pas imaginée posée, et encore moins avec un homme. Il avait même réussi à gâché son premier contrat en tant que mannequin, un métier fait pour lui. Jusqu'à quel niveau Ji Hoon le détestait-il, au fond ? Haruto se souvenait de ces instants passés ensemble, il y avait de ça plusieurs mois en arrière. Des moments innocents, bons souvenirs entre meilleurs amis. Puis ces moments partagés qui devenaient à chaque nouvelle rencontre plus ambigus. Aurait-il dû tout stopper avant que cela ne commence ? Quitte à vivre dans le déni, autant le rester ? Aurait-il eu moins mal ? Il ne saurait jamais. Il ne voulait pas savoir. Egoïstement, il se disait qu'il aimait cette vie. Il ne voulait pas perdre Ji Hoon. Il en était clairement hors de question. Mais ce soir, le Japonais se sentait impuissant. La douleur de la profonde tristesse qu'il ressentit suite à la tirade de son petit ami l'empêchait de s'exprimer à son tour.

Mais il savait. Cette chance incroyable qu'il avait de pouvoir l'aimer, d'être aimé en retour. Il réalisait douloureusement que son homme avait raison. Combien de femmes voudraient être à sa place ? Ji Hoon n'était pas comme lui. Il n'était pas ennuyeux. Son charisme subjuguait toujours l'assemblée. A côté, le Japonais se trouvait bien fade. Cet homme si incroyable, il avait réussi à le briser de façon trop cruel pour qu'il le mérite. La tristesse habitait tout son corps, et il se rendit compte qu'il tenait à peine debout – par quel miracle, il ne savait pas. En vérité, il était bien incapable de lui donner la moindre réponse. S'il ouvrait trop longtemps la bouche, il lui ferait l'affront de fondre en larmes. Il n'en avait pas le droit. Ji Hoon n'avait fait que dire la vérité. Si c'était ce qu'il pensait au plus profond de lui-même, Haruto ne pouvait que le respecter. L'accepter, même si c'était réellement difficile. Et maintenant ? Que pouvait-il bien faire ? S'excuser. Mais même avec toute la sincérité dont il était capable, il lui sembla sonner faux. Comme si tour ce qu'il pourrait désormais dire à Ji Hoon ne serait plus légitime, même s'il se montrait honnête avec lui. Quelque part, le psychiatre en lui savait que c'était la culpabilité qui le faisait penser ce genre de chose. Mais l'idiot amoureux qu'il était se convainquait que c'était vrai. Il lui faudrait du temps, mais en avait-il seulement assez devant lui ?

Rentrer. Chez eux. Ou peut-être Ji Hoon préférerait-il retourner dans l'appartement familial ? A vrai dire, Haruto n'était plus très sûr de rien, désormais. Ce qu'il pouvait faire, ce qu'il devait dire. Il nageait dans une incertitude opaque, il avançait dans un brouillard confus. Quoiqu'il en était, ils ne pouvaient passer la nuit à se regarder en chiens de faïence devant ce bar où le Coréen avait tabassé un homme pour faire évacuer sa frustration, sa colère. Les nuits restaient encore froides, et le Japonais n'avait pas envie que Tokyo soit témoin de son mal-être. Le trajet se fit en silence, et il se disait que c'était pour le mieux. Même une fois devant la porte de son appartement, il s'interrogeait. Que lui dire, désormais ? Mieux valait qu'ils aillent dormir. Qu'ils en reparlent le lendemain. Qui savait ce qui pourrait encore être dit ? Une fois assis à côté de son petit ami, Haruto resta silencieux, retenant ces larmes. S'il pleurait maintenant, il aurait vraiment l'air ridicule. Et Ji Hoon lui en voudrait peut-être, de se montrer si faible. Surpris par la réaction de son petit ami, il sursauta légèrement, le fixant sans comprendre. Avant de grimacer. « Mais il faudra qu'on en reparle. » Son froncement de sourcils étaient sérieux, au-dessus de ses yeux brillants. « Je suis sérieux. » Pour savoir s'il le pensait réellement. Pour savoir s'il assumait. Alors, Haruto aurait sa réponse. Il saurait si Ji Hoon trouvait vraiment que c'était mieux avant. Alors, ils verraient qui fuyait les conversations. Qui ne voulait entendre que ce qu'il souhaitait entendre.

Pinçant les lèvres, Haruto ne sut quoi répondre. A ne plus vouloir trop s'avancer, il semblait qu'il créait involontairement des quiproquos, et donc, des disputes inutiles. Loin de lui l'idée de vexer son petit ami, mais sa répartie le fit légèrement sourire. Fixant Ji Hoon droit dans les yeux, il trembla un peu en le voyant le surplomber très légèrement, s'approchant toujours plus. « Excuse-moi, je ne sais plus ce que je dis. » Inutile de rentrer dans un débat stupide. Et surtout, le Japonais ne souhaitait pas envenimer les choses en évoquant la mère de son homme. Ils devraient aller dormir, effectivement. Ouvrant la bouche pour lui répondre, il fut surpris par son approche. Fermant les yeux lorsque leurs lèvres s'embrassèrent, Haruto ne répondit pas vraiment au baiser. La confusion embrouillait son esprit, l'empêchait de réfléchir correctement. Etouffant un petit cri peu viril quand Ji Hoon tomba sur lui, il se dit sérieusement qu'il devrait se lever et aller border ce dernier. « Hoonie... » Son regard se posa sur cette chemise qui se déboutonnait lentement. Très lentement. A un rythme qui le mettait bizarrement mal à l'aise. Surtout après la proposition de son homme. Lors d'une autre soirée, dans d'autres circonstances, le Japonais aurait sauté sur l'occasion. Même s'il frissonna dans le nouveau baiser qu'ils échangeaient, force était de constater qu'il n'avait pas franchement le cœur à ça. « Attends... Attends ! » Sa voix n'était qu'un souffle peu assuré, et il fut soulagé quand le Coréen abandonna.

Levant lentement sa main, il eut un très court moment d'hésitation, avant de finalement poser la main dans ses cheveux. « Moi aussi, je t'aime. » D'une force inouïe. Son autre bras se referma sur le corps parfait de son petit ami. Serrant les paupières fermées, Haruto espérait ravaler ces larmes qui menaçaient de couler à tout moment. Il les rouvrit en sentant les baisers qu'il déposait sur sa peau. Son cœur battait follement dans sa poitrine. Mais il se pétrifia quand Ji Hoon évoqua le mariage. Ses yeux restaient accrochés aux siens. Avait-il osé ? Avait-il bien entendu ? Complètement pétrifié sous Ji Hoon, le Japonais se sentit complètement perdu. Sans le lâcher du regard, il le laissa s'installer à ses côtés. Finalement, ses yeux se baissèrent sur sa main. Sur la bague qu'il lui avait offert à Noël. Machinalement, sa propre main vint toucher la sienne, sur son annulaire droit – parce que, justement, il gardait secrètement espoir d'une union reconnue entre Ji Hoon et lui. Tout ça semblait se passer si vite. Une scène dont il n'avait aucun contrôle, comme dans un rêve. « Ji Hoon... Attends... » Pourtant, il se laissait traîner à sa suite, jusque dans la chambre. Leurs bouches se retrouvèrent, et c'était à peine si Haruto répondait à ces baisers. Ses mains hésitaient sur l'endroit où se poser. Le dos ? Les hanches ? Les épaules ?

Dans d'autres circonstances, cette proposition l'aurait fait sauté et hurlé de joie. Il aurait accepté, des larmes de bonheur dans les yeux, et de l'émotion dans la voix. Kamiya-Lee, c'était si parfait. Une sonorité si mélodieuse ! Ça aurait été lui qui se serait jeté sur son homme. Il lui aurait passionné fait l'amour. Mais pas ce soir. Pas après ce qu'ils avaient vécu. « Ji Hoon... Hoonie. Attends. » Un peu brusquement, il l'écarta de lui. « Tu ne peux pas faire ça. » Il avait voulu se montrer ferme, mais c'était surtout la tristesse qui se faisait entendre dans sa voix. « Tu ne peux pas me faire cette proposition comme ça. Pas quand tu es saoul comme ça ! » Il y avait également du reproche. Il lui en voulait. Il lui en voulait de gâcher un instant qui aurait pu être si beau, dans d'autres circonstances. « Pourquoi ? Pourquoi tu dis ça maintenant ? » Se reculant un peu, il finit par le lâcher. Les larmes coulaient enfin le long de ses joues. « C'est pas vrai... » Qu'il avait l'air con ! Riant entre deux sanglots, il se laissa tomber sur le lit. Un mauvais fou rire le prit. Il plaqua ses deux mains sur son visage, ne sachant vraiment s'il voulait dissimuler ses larmes ou ravaler son rire idiot. Au bout d'un instant, il se redressa. « Je veux pas. Pas comme ça. Pas après que tu aies bu, en me demandant ce que tu penses vraiment ou ce que tu regretteras demain. » Il afficha un sourire triste. « Et je ne veux pas de réconciliation sur l'oreiller. » Surtout pas quand il acceptait qu'il le prenne. Le Japonais ne voulait pas que cela soit associé à un moment pareil. Se relevant le plus dignement possible, il attrapa un pantalon de pyjama et un t-shirt simple. « Couche-toi, je vais te chercher la bassine. Je vais dormir sur le canapé. » Le tenant par les épaules, il le força à s'asseoir sur le lit. Haruto le fixa, se sentant réellement démuni. Très stupide, également. Ji Hoon était l'amour de sa vie, il n'en doutait pas. Mais la tristesse qui s'était emparée dominait le reste. Tout comme la déception d'un tel moment gâché.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 12 Avr - 0:18

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


L'alcool courait dans ses veines, c'était comme si plus rien n'avait d'importance, comme si ses mots ne pouvaient plus toucher, ne pouvaient pas faire de mal. Se retenait-il avant ? Quand Haruto essayait de lui parler, de lancer le sujet ? Ji Hoon restait silencieux, parlant à peine, répondant évasivement. C'était un peu lâche, mais il pensait bien faire, se disait que cela les épargnerait, éviterait une énième dispute, éviterait de jeter inutilement de l'huile sur le feu. La reconstruction prendrait un peu de temps, évidemment, et à ses yeux, ce n'était pas en parler encore et encore qui aiderait à panser leurs blessures, à faire en sorte qu'ils aillent mieux. Il avait besoin de quelques mois de plus pour accepter ce qui s'était passé, pour réaliser que son homme n'allait plus le quitter, n'allait plus l'abandonner, ne lui ferait jamais autant de mal. C'était si difficile. Ji Hoon ne voulait pas le blesser pour autant, il ne voulait pas l'accabler, que son homme soit mal à l'aise avec lui. Au contraire. Alors il se taisait, laissant les choses se faire et passer sans bouger le petit doigt. Il aimait Haruto, tellement, plus que tout au monde et son principal désire était d'avancer avec lui.

Pourtant, ce soir, il donnait l'impression que c'était totalement l'inverse. C'était bien avant, oui. Mais pas aussi bien que le présent. Leur présent à eux. On ne pouvait pas retourner dans le passé, on ne pouvait pas revivre cette période pleine de doute et de déni. Ils se faisaient du mal au quotidien, en gardant pour eux ce qu'ils désiraient vraiment, en n'acceptant de se voir qu'une fois par semaine au meilleur des cas, parce que plus, ça serait tout de même bizarre. Ji Hoon l'aimait déjà, mais refusait de le voir, puis il avait refusé de l'accepter. Durant cette période ridicule où l'amitié s'en allait doucement, laissant place à un amour plus ou moins assumé. Pas en couple, mais ils s'embrassaient, se touchaient, se murmuraient des mots d'amour... Ridicule. Quand il y repensait, le Coréen souriait bêtement, trouvant ça mignon avec du recul. Des débuts maladroits, mais un amour déjà sincère. Avec son meilleur ami, ils avaient toujours eu une relation unique et Ji Hoon voulait s'y attacher. Parce que sans lui, il n'était plus rien. Sans lui, le monde cessait de tourner, le soleil de briller, le kimchi perdait sa saveur, plus rien n'existait. C'était ce qu'il devrait hurler, pourtant, ce soir, c'était impossible. Il était la bêtise incarnée.

Ils devraient reparler de cette soirée. Ji Hoon ne réalisait pas encore, ne réalisait même pas combien il devait faire sourire son compagnon avec les propos qu'il avait tenu. Il était si stupide. Ses yeux se figèrent sur lui. Ji Hoon pouffa. Il fallait qu'ils en reparlent, Haruto était sérieux. Oh, oui, il fallait en reparler, et quelque chose lui disait qu'il aurait du mal à justifier ce qu'il avait pu dire. Le Japonais ne devait pas tout croire, ne devait pas faire confiance aux mots d'un homme sous l'emprise de l'alcool, à l'esprit changeant. Sa mère avait fait bien plus de dégâts qu'elle pourrait sans doute se l'imaginer. A elle aussi, il devrait encore parler. Lui faire comprendre qu'elle ne le ferait changer pas d'avis et qu'elle ferait bien d'apprécier Haruto, pas parce qu'il l'aimait, que son coeur l'avait choisi. Mais parce qu'il était extraordinaire, incroyable... Qu'il était adorable. Il lui dirait, lui hurlerait, la forcerait à passer des soirées avec eux, jusqu'à ce qu'elle accepte de le reconnaître, d'admettre qu'effectivement, cet homme était charmant. Parfait pour son fils adoré, préféré.

Le Coréen sourit, levant les yeux au ciel. Dormir dans un taxi... Mais quelle idée ! Il accepta sans mal les excuses de son homme qui avait aussi un peu perdu la tête. Il ne voulait pas dormir ailleurs, parce qu'il vivait ici, il vivait avec son petit-ami dans cet appartement. C'était chez lui, et après une "dispute", il comptait bien rester là. Qui plus est, sa mère serait très fâchée de l'entendre rentrer complètement saoul et il ne voulait pas se faire gronder. Il avait moins peur de Haruto que d'elle, le choix était vite fait. Rapidement, d'autres idées germèrent dans son esprit, tentant de le séduire un de façon un peu bancale, n'étant en réalité pas sexy pour un sou, même s'il avait du mal à l'admettre. Embrasser Haruto était sa petite passion, lui faire ce genre de proposition, un peu moins. Cependant, ce soir, il perdait toute notion de décence et il fallait avouer qu’il était toujours particulièrement excité par son petit-ami. Il avait tellement envie de lui ! C’était terriblement frustrant de voir qu’il ne partageait pas ça, qu’il ne lui sautait pas dessus, répondant à peine à ses baisers… Il lui demandait d’attendre, qui plus est ! Une honte.

Se marier. Mais quelle idée ! Etait-il totalement stupide ? Inconscient ? Probablement les deux. Et le pire, c’était qu’il ne s’arrêtait pas, continuant à parler comme le dernier des cons. Mais qu’il se taise ! Sincèrement, il aimerait se marier avec lui un jour. Il aimerait réellement être en mesure d’atteindre cette étape, passer cela. Qu’on les reconnaisse officiellement comme un couple, deux personnes n’en formant qu’une seule. Il voulait plus qu’une bague symbolique, qui lui rappelait qu’ils n’avaient droit qu’à cela quand il la regardait, qui lui rappelait que pour beaucoup, ils étaient fous, des êtres à éliminés, des personnes qui n’avaient pas le droit de s’unir. Les liens sacrés du mariage… Ils s’aimaient assez pour y avoir droit. Oui, ils s’aimaient énormément, mais ça ne comptait pas, tout le monde s’en fichait. Mais là, avec tout ce whisky, ça lui semblait possible et tout à fait correct de le balancer comme ça. Kamiya-Lee, c’était si joli, si plaisant… Kamiya-Lee Ji Hoon. Peut-être qu’il aimait un peu trop ça. Kamiya-Lee Haruto. Il voulait vraiment voir ça arriver.

Ecarté par son homme, il fronça les sourcils. Quoi encore ? Il ne voulait pas se marier ? Quelle idée stupide. Il ne l’aimait pas assez ? Perplexe, il le contempla. « Pourquoi ? » Oui, pourquoi est-ce qu’il ne pouvait pas le demander en mariage ? Cela se faisait, pourtant, quand on s’aimait. « Mais ça change rien, avoir bu ou pas ! » Oui, bon, si, un peu ? S’il avait vraiment dû le demander en mariage, il aurait mis les petits plats dans les grands, sorti toute son artillerie de grand romantique pour rendre ça inoubliable. Mais non, il fallait qu’il gâche tout, quand bien même il ne s’en rendait pas encore compte ce soir. « Parce que je t’aime ? » Il n’y avait pas de bons moments pour faire une demande ne mariage ! Ou sans doute que si ? Il ne comprenait pas ses larmes. Pourquoi pleurer et rire maintenant ? Ji Hoon se sentait un peu vexé. Ses lèvres se pincèrent, il resta silencieux. Ses yeux se baissèrent en l’entendant refuser, tentant de rester calme. Et pas de réconciliation sur l’oreiller. Très bien, donc, rien du tout. Il le regardait, s’approchant de la tête du lit, il passa la couette sur ses jambes. « Pas besoin de bassine, pas besoin de toi. » Pas besoin de son aide, surtout. Penchant la tête sur le côté, il attendait qu’il commence à se rapprocher de la porte. « Eh, Honey… Dis… T’aurais accepté si ta mère te l’avait demandé ? J’peux lui faire un transfert d’argent si elle veut, tu vaux combien ? C’est la seule condition ? » Il devenait mauvais, c’était véritablement le mot pour aller se coucher. Dévissant sa bague de son doigt, il la jeta sur lui. « Dégage. » Sans attendre son reste, il se laissa tomber en arrière, atterrissant sur le coussin, il sombra quelques minutes plus tard.

Un goût de regret au fond de la gorge, Ji Hoon se réveilla difficilement. Il avait du mal à émerger, ayant besoin de quelques minutes avant que la soirée défile devant ses yeux et que son cœur se mette à stopper ses battements. Mais quel idiot. Le dernier des cons. Il pourrait se frapper, se lapider. Fermant les yeux, il respira profondément avant de se redresser, regardant la place à côté de lui. Vide. Le Coréen commençait à paniquer, sortant ses jambes du lit, il fila enfiler un pantalon et un tee-shirt, pour être plus présentable, même s’il savait que c’était stupide. Timidement, il ouvrit la porte de la chambre, allant dans le salon où se trouvait son petit-ami. « Bonjour… » C’était un peu formel, il se courba même un peu avant de filer dans la cuisine, préparant l’autocuiseur pour faire du riz, il fit deux café, des toasts. Il savait bien qu’il faudrait plus qu’un petit-déjeuner pour se rattraper, mais ce serait déjà un début. Posant le tout sur un plateau, il rejoignit son petit-ami dans le salon. « J’espère que tu as faim ? » Lentement, il le posa devant lui s’installant à ses côtés, il fixa longuement devant lui, évitant le regard de son Japonais. « Haruto… » Ses lèvres se pincèrent, il ne savait pas par où commencer. « Ecoute… Je suis désolé. Je voulais pas dire tout ça. Je voulais pas te faire de mal. »  Non, loin de lui l’idée de le blesser, de se montrer méchant envers lui. « Je t’aime vraiment, et je veux être avec toi. » C’était bien là tout ce qui comptait, il espérait que Haruto puisse encore le croire.



Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 13 Avr - 0:29

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


La chaleur de l'appartement ne lui donna aucun réconfort. Au contraire, Haruto avait l'impression de se sentir plus perdu encore. Cette soirée ne s'était pas déroulée comme il aurait pu le croire. Hua n'avait pas mieux réagi, c'était même pire. Et c'était entièrement de sa faute à lui. Comme il était fautif de la réaction de Ji Hoon, dans ce bar. C'était lui le coupable, pour tellement de choses. Comment pouvait-il se rattraper, un jour ? Il aimerait sincèrement se faire pardonner. Auprès de ses parents, de ses sœurs, de la mère de Ji Hoon, et avant, auprès de Ji Hoon. Mais la longue tirade de ce dernier, son cœur mis à nu devant ce bar gay dans lequel ils ne mettront sûrement plus jamais les pieds, tous ces mots qui le hanteraient sûrement encore longtemps, tout ça l'avait assommé. C'était comme si les poings que le Coréen avait infligé à cet inconnu, c'était lui qui les avait pris. Il avait mal. Terriblement mal. C'était une douleur affreuse qui partait de son cœur, allant jusqu'à gagner tous ces muscles, tous ses membres. Sa tête lui tournait, il arrivait à peine à parler. Pour dire quoi ? Haruto ne voulait pas pousser Ji Hoon à bout. Il lui en avait assez dit, pour ce soir. Tout ce qu'il voulait, c'était un peu de calme. Son homme avait trop bu pour qu'ils aient une discussion plus posée à ce propos. Cela devrait attendre le lendemain.

Aussi, le cœur n'y était pas vraiment, lorsque son petit ami l'embrassa. Il y répondait à peine, mais n'avait pas la force de le repousser complètement. Quelque part, Haruto était heureux qu'il l'embrasse, qu'il le touche. C'était un drôle de moment pour montrer son affection, mais l'espace d'un instant, il voulut y croire. Cependant, bien rapidement, son cerveau sembla enfin comprendre que ce n'était pas correct. Ils ne pouvaient pas faire l'amour ensemble, aussi fort qu'ils s'aimaient. Que Ji Hoon en ait envie le surprit, mais il tint bon. Hors de question de craquer. S'ils couchaient ensemble maintenant, Haruto savait qu'ils ne pourraient plus aborder l'épineux problème de ce soir. Mais, une fois de plus, son petit ami le surprit de façon inattendue. S'il avait l'impression que la Terre s'était arrêté de tourner, ça n'avait cette fois-ci rien d'agréable pour le Japonais. Son ventre se tordit, et une douleur lui empoigna le cœur. C'était la tristesse, la déception, et peut-être aussi la colère. Pourquoi maintenant ? Pourquoi Ji Hoon gâchait-il un instant qui aurait dû être si magique ? Il lui en voulait, parce que lui s'était retenu. A Noël, il avait sincèrement pensé que c'était trop tôt. Après son coming-out auprès des Kamiya, il en avait eu la confirmation. Ils devaient d'abord se retrouver pleinement, avant de vouloir avancer trop vite dans leur couple. Et voilà que Ji Hoon faisait tout voler en éclats. Mais Haruto pouvait-il vraiment lui en vouloir ?

Il montra de la résistance, et tint bon sous les baisers de son petit ami. Tant pis si ce dernier lui en voudrait. Ce soir n'était pas le bon soir, définitivement. Trouvant le courage de l'écarter, Haruto lui fit part de ce qu'il avait sur le cœur. Mais voilà qu'il pleurait comme un idiot. Parce que ça faisait mal, de se dire que tout ça ne pouvait finalement tenir qu'à un fil. La déception lui mettait un goût amer dans la bouche, son estomac était noué par le chagrin. Bien sûr que ça comptait, qu'il ait bu ! Son regard brouillé de larmes se posèrent sur Ji Hoon, mais il resta silencieux. Il devait se lever. Lui proposer son aide, jusqu'à ce qu'il s'endorme, terrassé par l'alcool. Même s'il disait l'aimer, Haruto ne pouvait admettre cette demande en mariage. Pas quand il se disait que peut-être – sûrement – Ji Hoon la regretterait, le lendemain. La réaction de son petit ami brisa un peu plus son cœur déjà bien meurtri. Pas besoin de lui. Sa bouche se tordit. « Bien. » D'un air un peu triste, Haruto se dirigea vers la porte, tenant bon pour ne pas craquer et se réfugier dans ses bras, où tout irait sûrement mieux. Arrivant à la porte, il s'apprêta à se retourner pour lui souhaiter une bonne nuit, quand sa voix l'appela. Le cœur battant, un sourire naissant aux coins des lèvres. Mais à peine eut-il eu le temps de se retourner, que Ji Hoon l'achevait déjà. Ouvrant la bouche pour se défendre, Haruto eut un geste de recul lorsqu'il lui jeta sa bague. Restant d'abord pétrifié, le Japonais se pencha lentement pour la ramasser. « Bonne nuit... »

Refermant doucement la porte derrière lui, Haruto s'y adossa, fixant l'anneau qui reposait dans la paume de sa main. Les larmes coulaient sans qu'il ne puisse rien y faire. Reniflant bruyamment, il se redressa, glissant la bague jusqu'à la sienne. D'un geste rapide du revers de la main, il essuya ses larmes, avant de filer dans la salle de bain. En silence, sans réveiller Ji Hoon qui semblait déjà bien endormi, il plaça une bassine près du lit, de façon à ce qu'il l'atteigne facilement mais sans risquer de marcher dedans s'il finissait par justement l'utiliser. Quittant la pièce tout aussi discrètement, Haruto fila dans la salle de bain, histoire de se changer sommairement. Le sommeil tardait à le gagner. Même une fois dans la pièce principale plongée dans le noir, le Japonais ne parvenait pas à le trouver. Les lumières de la ville étaient alors la seule source de clarté de l'appartement, derrière des stores pas complètement fermés. Haruto avança jusqu'à la fenêtre, ouvrant les stores. Mais devant lui, Tokyo restait un camaïeu de gris. Ce fut là qu'il se rendit compte qu'il pleurait toujours. La peine semblait trop grande pour être contenue. Cette fois-ci, il ne tenta pas de les sécher. Il en avait besoin.

Allongé sur le canapé, il regretta l'absence de leurs bébés. Pourquoi avoir confié Takochi à Erena ? Un peu de douceur lui aurait fait le plus grand bien. Mais sous cette couverture qui ne lui tenait pas assez chaud, Haruto devait se contenter de la compagnie du silence pesant. Après avoir tourné en rond, arpentant la pièce de long en large, il avait décidé de tenter de dormir un peu. Mais son cerveau semblait tourner à plein régime. Parfois, dans la pénombre, son regard glissait vers la porte de la chambre. Cependant, il tenait bon. Il ne devait pas craquer. Et ses yeux fixaient alors à nouveau le plafond, sans vraiment le voir. Sûrement s'endormait-il, parfois. Une courte plage de sommeil de son insomnie. Si la fatigue piquait ses yeux, les bras de Morphée ne se tendaient pas pour lui. Alors, il repensait à ses envies. A ce futur qu'il rêvait d'avoir avec Ji Hoon. A ses sentiments qui semblaient grandir chaque jour. Haruto voyait ces images qu'il s'était imaginé, sans savoir s'il les verrait un jour vraiment. Eux vivant ensemble dans une maison de banlieue ou un grand appartement, continuant chacun leur carrière ou étant propriétaire d'un restaurant, avec un ou deux ou trois enfants. Les fantasmes de cette vie n'était pas toujours les même, à une exception près. Le bonheur de le partager avec Ji Hoon. Oui, toute la nuit, Haruto n'arrêta pas d'y penser. Et l'aube l'accueillit comme la nuit l'avait accompagné. Poussant un soupir de frustration, il essayait de garder les yeux fermés le plus longtemps possible. Avec un peu de chance, il pourrait dormir une ou deux heures complètes.

Ce fut Ji Hoon qui le réveilla – ou qui le fit ouvrir les yeux. En fin de compte, Haruto ne savait plus s'il avait trouvé le sommeil ou non. Se redressant lentement, il osa à peine lever les yeux vers son petit ami, trouvant curieux qu'il s'incline devant lui. Se rappelait-il de leur soirée ? Des paroles qu'il avait pu prononcer ? « Bonjour... » Une faible salutation en retour. Se passant les mains sur le visage, Haruto s'assit correctement, histoire de laisser de la place à Ji Hoon quand celui-ci le rejoignit avec de quoi petit-déjeuner. S'il avait faim ? Oui. Et non. Son estomac était toujours noué. Mais il gardait ses yeux rivés sur le plateau, se convainquant que ça l'aiderait à avoir envie d'avaler quelque chose. C'était surtout plus facile que de regarder son petit ami dans les yeux. Un sourire triste étira ses lèvres, aux excuses de ce dernier. Les lèvres pincées, Haruto se pencha pour attraper sa tasse de café. Il en but une gorgée, avant de replonger dans le silence. Comment répondre ? Et surtout, que dire ? « Mais tu pensais tout ça, n'est-ce pas ? » Il s'était promis de ne pas craquer. Ils devaient en reparler. Il ne pouvait pas fuir. Même si Ji Hoon le pensait lâche – à raisons. Reposant sa tasse sur le plateau, le Japonais finit par se tourner vers son petit ami. « Tu peux me répondre, aujourd'hui ? » Il tint bon, puisant dans sa volonté pour ne pas flancher. Quelle tête il devait avoir ! Pourtant, ses yeux bouffis par les larmes restaient plongés dans les siens. « C'était quoi, hier soir ? Est-ce que tu regrettes la relation qu'on avait avant ? » Il luttait pour que sa voix ne se brise pas. « C'était comme... Comme si tu voulais retourner à cette époque. » Un rire dénué de joie gratta sa gorge, et son regard se baissa finalement. « Tu te souviens, de tout ce que tu as pu dire ? » Sa voix flanchait un peu. Reniflant brusquement, il se laissa retomber contre le dossier du canapé. « Et ce que tu as fait ? » Là, c'était surtout l'inquiétude qui s'exprimait. Fermant les yeux, Haruto inspira profondément, avant de finalement reporter son regard sur Ji Hoon. « Moi aussi, je t'aime. Plus que tout au monde. » Il voulut sourire, mais n'y parvint pas. « Mais j'ai besoin de savoir si tu pensais ce que tu as dit hier soir. J'ai besoin de savoir si tu regrettes ta vie d'avant. Si tu regrettes de m'avoir repris. Si tu penses pouvoir vraiment me pardonner un jour. » Haruto aimait Ji Hoon plus que tout au monde. Il était l'amour de sa vie, et il le savait indéniablement. Mais il ne pouvait pas le retenir indéfiniment, s'il ne le souhaitait ça. Il était près au sacrifice de son bonheur, si c'était ce dont il avait besoin. Sa liberté. Haruto ne pouvait le lui reprocher, aussi douloureux que cela pouvait être. Parce que, justement, il aimait Ji Hoon.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 14 Avr - 1:19

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Boire avait été une terrible idée, et Ji Hoon regrettait amèrement son idée. Son réveil était difficile, il savait néanmoins que ça ne serait rien, en comparaison avec ce qui l’attendait. Affronter son petit-ami, s’expliquer sur ses mots, ses actes. S’excuser d’avoir été l’idiot qu’il avait pu être. Son corps lui faisait payer sa nuit de débauche, sa tête lui faisait un peu mal, mais le Coréen se disait qu'il méritait bien pire. Et s'il avait à nouveau tout brisé ? Et si Haruto décidait de le quitter ? Cette pensée lui coupait la respiration. Il pourrait fuir, sortir de la chambre en courant jusqu'à l'entrée et ne pas demander son reste. S'ils ne se parlaient pas, il ne pouvait pas le quitter. Sa logique était sans faille. Tout tournait dans sa tête, tournait trop vite, il tentait de reconstruire cette soirée, de se souvenir avec précision des mots qu'il avait prononcé. Quel idiot. Se tournant dans le lit, il cherchait déjà des explications. Ses mots avaient dépassé sa pensée, tout n'était pas négatif, bien au contraire, mais il connaissait Haruto. Ce serait difficile de le convaincre du contraire, lui qui doutait déjà beaucoup. Comment pourrait-il comprendre que Ji Hoon l'aimait sincèrement, plus que tout sur terre ? Il donnerait tout pour lui, se sacrifierait lui-même s'il le fallait. Qu'importe la relation qu'ils avaient avant, elle était si ennuyeuse en comparaison ! Ils avaient passé trop de temps à se mentir pour qu'il ait envie d'y retourner.

Ses yeux se levèrent vers le plafond, il lâcha un soupir. A travers ses paupières closes, il pouvait revoir le garçon qu'il était avant. Celui qui se réveillait à côté de celui qu'il considérait tendrement comme son meilleur ami, dégageant timidement sa main de la sienne. Haruto avait encore déconné. Il aimait toujours accuser son ami. Il revoyait les murs de la chambre de son petit-ami, dans cet appartement qui avait été un peu leur repère pendant quatre ans. Un appartement qu'il avait fini par considérer comme le sien, qu'il connaissait par cœur. Au fond, il y vivait un peu, c'était presque tout autant le sien. Il l'aimait bien. Il n'était pas très grand, mais ils y avaient vécu tant de moment. Beaucoup de choses s'étaient passés entre ces murs. De nombreuses cuites, beaucoup de rire, de visionnage de film d'horreur qui avait permis à Ji Hoon d'affuter son sens de l'esquive d'écran, de longues conversations sur eux, sur le monde, sur tout ce qu'ils aimeraient faire... C'était aussi là que leur histoire avait réellement commencé, là où leurs sentiments se sont dévoilés, qu'ils ont échangés leurs premiers vrais baisers...

Oui, dans le passé, ils avaient eu des moments extraordinaires. Mais dans le futur aussi. Le Coréen en était certain. Le tout était de convaincre désormais Haruto. Le convaincre que leur relation comptait, qu'il l'avait aimé en 2012, en 2016 et qu'il l'aimait désormais encore davantage en 2018. Fébrilement, il avait quitté le lit, s'habillant rapidement, cherchant son courage pour quitter la chambre conjugale, filant à la cuisine pour faire le petit déjeuner, œuf et poisson, si Haruto voulait autre chose, il le dirait déjà. Face à lui, il se sentait bête. Si idiot. Son regard le fuyait, il avait peur d'y lire sa déception, sa peine, de lui avoir fait trop de mal. Qu'il lui en veuille, qu'il ne puisse plus lui pardonner. Les excuses étaient une évidence. Il devait lui demander pardon pour son comportement, pour les mots qu'il avait osé prononcer. Lui rappeler qu'il l'aimait, qu'il était sincère, qu'il l'avait toujours été. Sa question était difficile, mais légitime. Ses yeux se posèrent finalement sur son petit-ami. S'il pensait tout ça ? C'était plus complexe que simplement le penser. Le pire, c'était sans doute de réaliser que Haruto était persuadé que c'était le cas. « Non... Enfin, c'est pas que je les pensais... » Un soupir lui échappa. Comment expliquer tout ça ?

Son coeur se serrait et il se haïssait. Il l'avait fait pleurer. Il avait causé ces larmes qui avaient meurtri le visage, le si beau visage de son homme. Ses yeux étaient rouges, enflés. Il n'avait sûrement pas beaucoup dormi. Honteux, il baissa les yeux, contenant un soupir. Ji Hoon restait silencieux, interdit aux questions que lui posaient son petit-ami, tentait de remettre de l'ordre dans ses idées, cherchant avec précaution ses mots. « Oui, je me souviens de ce que j'ai pu dire. Faire... J'en suis plus sûr. » Il ferma les yeux, comme s'il voulait se remémorer, finissant par se rappeler avoir frappé ce pauvre type qui n'avait rien demandé. Qu’est-ce qu’il pouvait être bête. Ji Hoon savait bien que Haruto l’aimait, malgré ses doutes, il se le répétait autant que possible, souvent quand il avait besoin d’être rassuré. Son petit-ami ne manquait pas de le lui rappeler, mais parfois, ce n’était pas assez. Parfois, il se demandait s’il disait la vérité, ou s’il avait peur de le blesser en lui avouant ne plus l’aimer, ou du moins, plus comme avant. Haruto avait besoin de savoir s’il pensait tout ça, besoin de savoir s’il y avait des choses qu’il regrettait… S’il le pardonnerait un jour. Ses yeux se posèrent sur lui, et oui, il savait qu’il devait répondre à tout ça, qu’il devait s’expliquer, justifier ce qu’il avait pu faire. Pu dire.

Evidemment qu’il lui devait des explications, qu’il devait répondre à ses questions. Cette soirée avait semé le doute dans son esprit. Quelque part, peut-être que Haruto comprendrait ce qu’il ressenti. Toujours dans le doute, à craindre le pire. Pinçant les lèvres, il se permit de prendre une gorgée de café, cassant un œuf qu’il mélangea à son riz. « Tu sais pourquoi avant c’était plus facile ? » Un petit sourire se dessina sur ses lèvres, il leva la tête pour regarder son homme, comme s’il attendait réellement une réponse de sa part. « Parce qu’on osait pas s’avouer à nous-mêmes ce qu’on ressentait, qu’on préférait souffrir en silence plutôt que d’affronter la réalité. » Il avait hésité à rester en Corée du Sud plutôt que de retrouver son meilleur ami, après avoir réalisé ses sentiments pou lui. Il avait hésité à fuir cet amour, avant de lui faire du mal pour finalement l’accepter. Accepter ce bonheur. « Je pensais pas vraiment ce que j’ai dit. Parfois, je me dis bêtement que c’était plus simple. » Oui, si simple. Deux amis n’avaient pas besoin de régler des problèmes relationnels compliqués. « Cette époque, je voudrais plus la revivre, ça fait passé de notre passé, et faut le laisser derrière nous, pas vrai ? » Pour pouvoir avancer. Il faudrait qu’il se le mette lui-même en tête.

Timidement, sa main s’approcha de sa cuisse, elle s’y posa. Il serra doucement ses doigts, finissant par fermer les yeux. Il essayait de ne pas faire d’autres bêtises, tout en restant sincère. Totalement ouvrir son cœur à son homme. « Comment je pourrais regretter ma vie d’avant ? » La question était sérieuse. Comment pourrait-il seulement avoir envie de retourner en arrière ? Redevenir ce type paumé qui ne savait pas quoi faire de sa vie, qui souffrait d’être loin de sa famille et qui n’avait comme seules attaches à Tokyo, son frère jumeau et son meilleur ami ? « Je savais pas quoi faire de ma vie, je tenais pas en place, ma famille était loin et je me mentais concernant ma relation un peu ambiguë avec un Japonais que je présentais comme mon meilleur ami… » On avait vu quand même mieux, comme passé à regretter. Il rit légèrement, secouant la tête. « On est toujours un eu nostalgique de certains trucs, non ? Pour autant, je voudrais pas y retourner, je voudrais pas effacer ce qu’on a vécu, je veux plus de cette vie-là. » Une vie trop libre. Il aimait l’équilibre que lui apportait Haruto, il aimait être en couple avec lui. Ils étaient bien ensemble et il refusait de laisser son petit-ami douter. « Tu me rends vraiment heureux. Si je pouvais, je voudrais juste effacer toute l’année 2017, la recommencer s’il le faut pour qu’on puisse oublier tout ça. Mais je suis vraiment bien avec toi. Tous les jours, Haruto. Vraiment. Tu me rends heureux tous les jours, sans exception. »

Pas un jour ne passait sans qu’il ne le fasse sourire ou rire. Que ce soit en lui envoyant un message, en l’appelant, ou juste quand ils étaient ensemble, en amoureux. C’était important. Sa main se leva vers son épaule, il caressa doucement son bras. « Je t’aime, et si je restes avec toi, c’est parce que tu me rends vraiment heureux, que je suis bien avec toi. Tu m’apportes tellement, je sais pas ce que je serais devenu sans toi dans ma vie… » Rien, probablement. Un être encore plus détestable, insignifiant. Sans avenir, qui avait perdu ses ambitions. Il hésita avant de se rapprocher un peu plus. « Non, je t’en voudrais pas pour toujours. Mais il me faut du temps pour ça, d’accord ? C’est difficile. » Trop récent dans sa tête, beaucoup trop récent, même. Il n’arrivait pas à tourner la page pour le moment, comme tout revenait dans son esprit, tournait encore et encore. Mais Ji Hoon avait une conviction, une seule. Celle qu’il voudrait rester éternellement près de cet homme, qu’il voulait que ça fonctionne. Que son cœur batte toujours pour lui, que ça ne s’arrête jamais.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 14 Avr - 20:10

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Combien de fois s'était-il imaginé sa vie avec Ji Hoon ? Trop de fois, sûrement. Haruto savait qu'il ne devait pas se projeter trop en avant. Vivre le jour présent. Ce soir, il réalisait combien c'était vrai. Combien il devait profiter de ce qu'il avait. Après tout, qui savait ce qu'il se passerait ensuite ? Après les mots qu'avaient eu son petit ami, il n'était plus sûr de rien. Que se passerait-il demain ? S'il pensait sincèrement son histoire avec Ji Hoon plus forte que tout, qu'est-ce qui lui prouvait vraiment ? Qui savait ce qui se mettrait en travers de leur amour ? Haruto croyait en Ji Hoon, il avait confiance en lui. Dans le meilleur des mondes, ils vieilliraient ensemble, amoureux comme jamais, un peu plus chaque jour qui passait. Mais la vie et ses aléas lui avait appris que rien n'était gravé. Que rien n'était sûr. Leur couple avait subi cette cruauté de la vie. Il n'allait pas penser que rien n'était de leur faute, il savait qu'il avait sa grosse part de responsabilité. De tout son possible, il ferait en sorte que leur histoire marche. Parce qu'ils le méritaient. Parce qu'ils continuaient à s'aimer, parce qu'ils ne pouvaient se passer l'un de l'autre. Parce qu'ils étaient plus forts que tout ça. Ils résistaient. Ils vivaient l'amour vrai. Le véritable, celui qui méritait que se batte pour le garder.

Dans ce salon trop silencieux, pourtant, Haruto commençait à douter. Et s'il se trompait ? Et si Ji Hoon lui en voulait trop pour pardonner un jour ? Après tout, ce serait mérité, et il ne pourrait lui en vouloir. Mais le Japonais refusait de le croire. Son petit ami lui avait suffisamment prouver qu'il l'aimait. Il devait avoir confiance, il devait faire preuve de patience. Avec le temps, la cicatrice serait moins douloureuse. Toujours présente, mais il ferait tout pour qu'il l'ignore. Il rendrait sa vie plus belle encore, merveilleuse ! Haruto lui prouverait qu'il avait raison de le reprendre. Qu'il pouvait lui faire confiance de son côté. Il était prêt à tout pour ça. Même si son cœur était meurtri des paroles que le Coréen avait pu prononcer, il ne baissait pas les bras. Et plutôt que de se montrer lâche, plutôt que de fuir la discussion, il serait assis là, demain matin, et lui parlerait de cette soirée. C'était important. Les mots de Ji Hoon tournaient dans sa tête, blessants. Il lui montrerait ! Il ne resterait pas muet. Patiemment, il l'écouterait s'expliquer. Il en avait besoin. Ils en avaient besoin tous les deux, semblait-il. Ils se l'étaient promis. Se parler. Plus que jamais, cette résolution lui paraissait nécessaire. Leur couple valait la peine qu'ils se peinent un peu mutuellement, pour mieux se consoler ensemble. Se rassurer. Parce que c'était tout ce dont Haruto avait besoin, après tout. Que Ji Hoon s'explique, pour que ses angoisses disparaissent. Il devait cesser de tirer des conclusions trop hâtives. Il le savait. Cela lui avait trop souvent porté préjudice.

Mais tant que son homme ne s'était pas expliqué, ces angoisses continuaient de hanter le Japonais. C'était plus fort que lui. Les doutes, les peurs, les inquiétudes, la douleur... Tout ça l'empêchait de trouver un sommeil réparateur. Il oscillait entre rêves étranges et insomnie. Dormait-il vraiment ? Ses yeux étaient-ils ouverts ou ces images étaient-elles dû à son imagination ? Tout ce qu'il savait, c'était qu'il ne se sentait pas reposé, une fois le jour levé. Et il ne savait pas s'il devait se sentir soulagé ou non, même après cette nuit qui lui avait paru interminable. Combien de fois avait-il été tenté de rejoindre Ji Hoon ? De se glisser sous les draps et de se blottir contre lui ? Mais il ne pouvait pas. Cela gâcherait cette conversation qu'ils devaient avoir. Il risquait de faiblir, de lui murmurer que ce n'était pas grave, qu'ils devaient oublier. C'était peut-être cette lutte intérieure entre son envie de rejoindre son petit ami et sa conscience qui l'avait empêché de trouver le sommeil. Il espérait alors seulement que Ji Hoon ne lui en voudrait pas, se jurant qu'il se ferait pardonner plus tard. Il espérait aussi que les événements de la veille ne s'étaient pas endormis dans sa mémoire, que ce qu'il avait pu dire et faire restait encore vivace. Qu'il puisse s'expliquer, que Haruto puisse comprendre. L'alcool lui avait délié la langue, mais à quel point ? Cachait-il encore des regrets, tout au fond de son cœur ?

Quand la porte de la chambre s'ouvrit sur Ji Hoon, Haruto resta d'abord interdit. Il luttait contre l'envie de faire valser le plaid qui le recouvrait – il se rendit compte qu'il avait froid – et courir pour se jeter dans ses bras. L'espace d'un instant, il retint même son souffle. Profitant que son petit ami disparaisse dans le coin cuisine, il se redressa, s'installant plus au moins confortablement sur le canapé, le plaid sur ses épaules. Il était tendu, attendant impatiemment que le Coréen s'assoit à ses côtés. Ses mots le touchèrent sincèrement, mais ne dissipait pas ses doutes. Et c'était parce qu'il l'aimait tout autant qu'il en exigeait plus. Serrant sa tasse de café dans ses mains, il essayait de garder les yeux sur lui, alors qu'il répondait à sa salve de questions. Les lèvres pincées, il écoutait, sans interrompre. Il se souvenait de ses paroles, de ses actes. Quelque part, Haruto trouvait ça encourageant. S'il savait, la discussion de serait pas biaisé. S'il avait dû lui raconter, lui expliquer, il aurait pu mouler les réponses qu'il aurait voulu entendre. Là, Ji Hoon parlerait sincèrement, lâcherait ce qu'il avait dans son cœur. Posant sa tasse, il l'imita en se saisissant de son bol de riz, y mélangeant doucement l’œuf. Y plongeant ses baguettes, il fourra une petite bouchée dans sa bouche. Quand Ji Hoon lui posa sa question, il leva les yeux vers lui. Son cœur rata un battement alors que leurs regards se captaient, plongeant l'un dans l'autre, à s'y perdre. Baissant son bol, il l'écoutait. Facile. C'était plus facile, oui. Mais cela ne signifiait pas pour autant que c'était mieux. Le Japonais le comprenait. Il se sentait si stupide. « C'est vrai... » Ses yeux se baissèrent, il se sentait un peu honteux.

Tenant son bol d'une seule main, il observa sans bouger la main de Ji Hoon se poser sur sa cuisse. Son cœur se mit à battre plus rapidement, et sa main libre se posa sur la sienne. Un contact si doux, rassurant. Haruto en avait eu tellement besoin. Relevant les yeux pour le regarder, il lui adressa un petit sourire. Il entendait ses arguments, il les comprenait. « Tu étais plus libre ? » Parfois, Haruto avait l'impression de l'empêcher de vivre la vie qu'il souhaitait. Maintenant qu'il était mannequin, Ji Hoon accédait à un rêve qu'il avait longtemps et secrètement chéri. La réponse de ce dernier lui fit battre le cœur, et Haruto sourit plus largement encore. Ses yeux brillaient de l'amour qu'il lui portait. Du bonheur qu'il ressentait grâce à son meilleur, son Coréen rien qu'à lui. « Toi aussi, tu me rends heureux, Ji Hoon. A un point que je ne pensais pas possible. Et même s'il m'arrive d'être nostalgique de cette époque, je ne veux pas y retourner non plus. Je veux avancer. Avec toi. Je suis persuadé qu'on a encore plein de moments à vivre ensemble. » Quant à cette année passée, lui aussi aimerait tellement l'effacer. « Je veux faire de mon mieux pour qu'elle ne devienne qu'une anecdote. Pour t'en faire vivre des dizaines et des dizaines d'autres qui seront meilleures, qui vaudront la peine d'être racontée, qui éclipseront celle-ci. » C'était une promesse. 2017 serait un lointain souvenir.

Haruto frissonna lorsque Ji Hoon lui caressa le bras, souriant tendrement. Ces mots qu'il pouvait lui déclarer le faisaient fondre. Il le rassurait de la plus efficace des façons qui soit. Baissant un peu les yeux lorsqu'il mentionna avoir besoin de temps pour lui pardonner, Haruto ne pouvait qu'approuver d'un faible hochement de tête. « D'accord. Je comprends. » Respirant profondément, il releva la tête pour mieux l'observer. « Moi aussi je t'aime, Hoonie. Si fort... » Se rapprochant timidement, il passa son bras derrière le dos de son petit ami pour se blottir un peu contre lui. Posant son front contre la tempe du Coréen, il ferma les yeux. « C'est ma plus grande crainte, tu sais. Te perdre. Parce que je suis un abruti qui ne sait jamais réagir comme il faut... » Un comble, pour un psychiatre ! Soupirant légèrement, il se redressa un peu, pour le fixer dans les yeux. A lui d'ouvrir son cœur. « Chaque jour, je me remets en question. Je me dis que tu mérites mieux. Que tu aimerais peut-être vivre une autre vie. J'ai peur de t'empêcher de faire ce que tu aimerais. D'être trop présent, d'être trop envahissant. » En lui demandant si vite de revenir vivre avec lui, en mentionnant son envie d'être marié et parent avec lui... Toutes ces choses, tous ces mots maladroits qui lui avaient échappé. « Je me dis que tu mérites quelqu'un d'aussi intéressant que toi... » Quelqu'un qui avait les mêmes intérêts. « J'ai peur que tu te lasses. Que tu réalises un jour à quel point je suis ennuyeux comparé à toi. » Un Japonais ordinaire, avec une vie ordinaire, sortant avec un mannequin reconnu et si charismatique !

Un petit rire embarrassé lui échappa. « Tu sais... Quand tu as frappé cet homme – ce qui n'est pas bien, ok ? » Il le gronda en fronçant les sourcil, doigt levé, avant de rire à nouveau. « J'étais bizarrement heureux. Parce que tu t'es montré jaloux quand un autre me regardait, et je me suis dit 'il tient à moi, il ne veut pas que je le laisse pour un autre'. » Doucement, sa main se leva pour se poser sur la joue de son petit ami. « Je n'y compte, je te le promets. Tu es le seul qui me fait ressentir tout ça. Cet amour, ce bonheur... Tu es l'homme de ma vie. » Lentement, il se pencha vers lui, lui volant un doux baiser chaste. « Je t'aime. » Il l'aimait et il l'aimerait. Rien ne pourrait lui faire changer ça. Impossible. « C'était bizarrement sexy, aussi... » Le Japonais grimaça d'abord, se disant qu'il était horrible de dire ça. Il se promit de prendre des nouvelles de ce pauvre homme. Relevant son bras, il posa le coude sur le dossier, le pliant pour laisser sa tête reposée dans sa main, la tempe contre la paume. Tourné ainsi vers Ji Hoon, il pouvait mieux l'observer. Ce qu'il fit pendant un instant, le sourire aux lèvres, avant de reprendre un air sérieux. « Dis... Est-ce que tu te rappelles après ? Une fois qu'on est revenus ici ? » Sa demande en mariage. Il en avait encore un peu mal au cœur, en y pensant. Se redressant, il approcha son autre main de celle soutenant sa tête, y dévissant la bague qu'il avait offert à son petit ami pour Noël. Il la lui tendit, sans animosité dans le regard. « Tu as perdu ça. » Haruto lui sourit timidement, le cœur battant. Il ne pouvait en vouloir à Ji Hoon. Il ne lui en voulait jamais longtemps. Parce qu'il était l'amour de sa vie, parce que rien ne valait la peine de gâcher leur bonheur.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 16 Avr - 0:10

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Cette sortie avait été une erreur, pourtant, à ce moment-là, Ji Hoon n'avait trouvé que cette option, pour résoudre son mal, combler cette peine qui le rongeait après le rejet de sa mère, une fois encore pour la même histoire. Comme si cette histoire ne se finirait jamais. Ji Hoon se sentait pieds et poings liés, incapable de quitter ce cercle infernal, se reprenant ça en pleine face encore et encore, comme une torture passive, qui le brisait encore. Comme un traumatisme qui ne le quittait pas, malgré les multiples tentatives, même après avoir tout essayé. Il devait régler les choses avec sa mère, il devait d'abord mettre cela au clair avec Haruto. L'homme qu'il aimait, son compagnon, celui auprès de qui il se réveillait chaque matin. Celui pour qui il gardait une rancœur silencieuse qu'il n'assumait pas, qu'il refoulait au plus profond de lui-même. S'il le pouvait, il l'effacerait, n'y penserait plus, lui pardonnerait totalement. Mais il était sans doute trop fier, blessé dans ses sentiments, dans son amour propre. Il y a quelques années, il aurait jugé cela intolérable, impardonnable, il se serait vengé, lui aurait fait vivre bien pire, pour lui faire passer l'envie de recommencer.

Un jeune garçon plein d'ambition, avec un égo surdimensionné. Voilà ce qu'il était alors qu'il quittait l'avion qui avait fait le chemin etre Pékin et Tokyo, un jour ensoleillé de juin 2012. Il se souvenait parfaitement de son état d'esprit. De l'angoisse, de la peur, mais beaucoup d'adrénaline, un nouveau terrain de jeu, de nouveaux défis. Jamais il n'aurait imaginé tout ça, jamais il n'aurait envisagé rencontrer Haruto, quelques semaines plus tard, encore moins tomber instantanément amoureux de lui. L'amour, pour un garçon de dix-neuf ans, ce n'est rien. C'est une notion abstraite dont on ne parlait pas vraiment. A dix-neuf ans, on se sent libre, on se sent invincible, le monde était à ses pieds. S'il pouvait retourner en arrière, il ne changerait rien de tout ça, se donnerait les mêmes conseils, parce que c'était ce culot, cette détermination et cette inconscience qui l'avait mené où il en était. C'était tout ça qui avait permis sa rencontre avec Haruto ce soir-là, qui lui avait permis de s'accrocher à lui, toujours plus, d'année en année. Une danse enivrante, épuisante mais grisante, qui ne l'avait jamais lassé. Le temps avait passé, il avait grandi, muri, prit du recule sur ce qu'il avait pu faire.

Avant, il avançait sans savoir où aller, cherchant les opportunités. Désormais, il savait ce qu'il voulait, où il allait. Sa vie trouvait peu à peu la stabilité qui lui manquait cruellement depuis presque dix ans. Haruto l'aidait à retrouver un équilibre. Avant, il vivait la nuit, dormait le jour, totalement déconnecté de la réalité de ce monde actuel. Avec lui, il avait l'impression de trouver un sens à sa vie. De vivre, tout simplement. Et c'était tout ça qu'il voulait désormais exprimer, c'était ce qu'il voulait faire comprendre à son petit-ami, rattrapant ses paroles de la veille pour les lui expliquer avec l'esprit plus clair. Il était plus libre, mais il était aussi plus stupide, plus enclin à bousiller sa vie, à se précipiter dans un ravin. Il poussait à les excès à l'extrême, testant tout et n'importe quoi, sans trop savoir ce qu'il cherchait concrètement. Qu'on le sauve, sans doute. Que Haruto le sauve. Et c'était ce qu'il avait fait. Quand il était avec lui, il n'abusait jamais, le suivait sagement, le poussait à se dépasser. C'était ce qu'il devait comprendre. Non, il ne voulait pas revenir en arrière. Non, il ne voulait plus retrouver ce passé un peu bancal. Il voulait juste avancer près de lui.

Et son petit-ami voulait la même chose. Ji Hoon lui sourit en l'écoutant répondre à sa longue tirade. Le Coréen voulait le rendre heureux. Si heureux ! Ils avaient encore le restant de leurs vies pour vivre des moments incroyables, qui iront se graver dans sa mémoire. L'année précédente finira par être oubliée, écrasée par toutes les années fantastiques qu'ils allaient vivre ensemble dans le futur. Il aurait néanmoins besoin d'un peu de temps pour digérer tout ça, pour passer tout à fait à autre chose. Il comptait sans mal sur la compréhension de son homme. Un sourire illumina son visage quand il lui rendit sa déclaration. « Tu sais que ça arrivera pas. » Il ne le perdrait pas. Jamais. Sous aucun prétexte, il l'aimait beaucoup trop pour le laisser, malgré tout. Il secoua la tête à toutes les absurdités qu'il ajouta. « Dans ce cas, qu'est-ce que je devrais penser ? Tu pourrais aussi trouver beaucoup mieux ! Quelqu'un qui comprendrait toujours quand tu lui parles, qui serait plus intelligent, avec qui tu pourrais avoir de meilleurs conversations. » Le charisme ne faisait pas ça. « Tu es beaucoup plus intéressant que moi. » Il ne tenait pas de longues conversations en japonais, son vocabulaire n'était pas très étendu. Il ne pouvait pas toujours comprendre ce que disait Haruto, il fallait parfois lui expliquer plusieurs fois. C'était clairement lui qui aurait le plus de chance de se lasser. « T'es pas ennuyeux pour moi. Je t'ai déjà dit que quelqu'un plus comme moi, ça m'intéresserait pas. C'est toi que j'aime, exactement comme tu es. » Et pour rien au monde il ne voudrait le changer.

Le soudain changement de conversation le surprit. Il baissa les yeux quand il le gronda. Oui, ce n'était pas bien de frapper des inconnus, mais il l'avait cherché, Ji Hoon restait persuadé que ce n'était pas (que) son imagination qui lui avait joué des tours et qu'il avait réellement porté un intérêt trop vif pour son petit-ami. Un petit rire lui échappa à ses explications. « Bien sûr que je veux pas te laisser à quelqu'un d'autre ! » Quelle idée ! Rien que d’y penser, il avait envie de hurler, ça lui paraissait déplacé. Non, il n’était qu’à lui. Ji Hoon avait grandi dans une grande famille, mais le partage, quand cela concernant son homme, il ne connaissait pas. « Je veux continuer à te faire ressentir tout ça… » Que du bonheur, du plaisir, de la joie… Le rende heureux, tout simplement. Il ne pourrait éviter quelques moments difficiles, mais il voulait être en mesure de lui rendre le sourire, quoiqu’il arrive. Sa main se posa sur sa joue, répondant tendrement à son baiser. Il se sentait mieux, ses peurs le quittaient doucement. « Sexy ? Tu veux que je me batte plus souvent pour toi, hm ? » Son regard se fit malicieux, il le serra à nouveau contre lui, pouffant un peu alors que ses lèvres se posèrent sur sa joue. Ce serait sûrement plus sage d’éviter.

Une fois qu’ils étaient revenus ici. Un silence, puis il eut ses flashs. Une demande en mariage. Il avait bu, ça ne comptait pas, ça n’avait pas d’importance, du moins, pour lui. « Haruto, tu sais que j’avais bu, je le pensais pas. » Enfin, si, il le pensait, il voudrait vraiment l’épouser un jour, mais il savait que ça ne serait pas possible, du moins, pas pour le moment. Il le regarda dévisser sa bague et la lui rendre. « Désolé pour ça… » Pour l’avoir balancé ainsi. Il la reprit et la glissa le long de son doigt. Qu’il était idiot parfois. Une fois remise, il la contempla quelques secondes. « Quand je la regarde, elle me rappelle que pour le moment, c’est le mieux qu’on puisse avoir. Quelque chose de symbolique. » Un sourire triste orna ses lèvres, il s’amusa à la tourner autour de son doigt. Il l’aimait beaucoup. Il aimait l’idée derrière, se dire qu’il appartenait à Haruto, que Haruto lui appartenait. Mais il réalisait aussi tout ce qu’ils ne pouvaient pas avoir. « Tu sais que si je pouvais, je t’aurais déjà épousé. » Un petit rire quitta ses lèvres, il se pencha pour l’embrasser encore. Oui, cela ferait longtemps qu’ils seraient officiellement le couple marié Kamiya-Lee.

S’approchant encore de lui, il laissa son menton reposer sur son épaule, fixant le vide quelques secondes avant de fermer les yeux. Le mariage était un drôle de sujet, pour eux, ça semblait si compliqué. « Désolé pour tout ce que j’ai fait hier soir. Pour t’avoir demandé en mariage… » Il ne put s’empêcher de rire. C’était ridicule. Haruto n’avait pas pu le prendre sérieusement, comme une demande valable. Ce serait bête, comme de toute façon, il était saoul. « Ça comptait pas, j’aurais pu demander n’importe qui en mariage. Takochi aurait été là, ça aurait peut-être été elle. » Pourquoi est-ce qu’il paniquait et tentait soudaine de discréditer totalement ce qu’il avait dit la veille ? C’était faux, c’était bien Haruto qu’il voulait épouser, même sous l’influence de l’alcool, il n’y avait que lui. Et il voulait pouvoir officialiser leur relation de cette façon un jour. Comme pour mettre un terme à cette conversation, il captura ses lèvres, fermant les yeux pour prolonger l’échange. Il ne voulait plus y penser. Juste profiter de ce qu’ils pouvaient avoir. Trouver leur propre bonheur.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 16 Avr - 23:47

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Pouvait-il seulement en vouloir à Ji Hoon ? Haruto savait bien que non. Depuis le temps qu'il attendait qu'il lui parle sincèrement, sans barrière. Sans nuance, sans réfléchir. Bien sûr, ces paroles tournaient dans sa tête, mais comment aurait-il pu en être autrement ? Le fautif dans l'histoire, c'était bien lui. Allongé sur ce canapé, entre ses espoirs et ses doutes, il l'avait compris. Et sa décision – déjà prise depuis longtemps – n'en était que plus ferme et définitive. Il voulait Ji Hoon. Il se battrait pour le garder. Il était l'amour de sa vie, et il ne se laisserait pas abattre par quelques difficultés. Son homme pouvait douter de lui, sa confiance pouvait être ébranlée. Mais Haruto gardait foi en son petit ami. Il n'avait pas le droit de le laisser tomber, surtout pas maintenant. S'il devait payer ses choix passés, il le ferait. Par amour, il le supporterait. Il rassurerait Ji Hoon. Du mieux qu'il le pourrait, il lui ferait comprendre que son cœur ne battait que pour lui, et qu'il n'avait besoin de rien d'autre pour être heureux. Parce que c'était ça, la clé de l'histoire. Son bonheur, c'était Ji Hoon. Comment se passer de lui ? S'il osait s'imaginer un futur sans lui, le Japonais le voyait noir, sans but. Au fond d'un gouffre froid et terrifiant. C'était là la sensation qu'il avait, s'il se risquait à imaginer sa vie sans son homme.

C'était pourquoi il avait si peur de le perdre. C'était pourquoi il ne voulait pas y penser. Ça lui paraissait si improbable, quelques mois plus tôt. Et pourtant. Il avait bien risqué le perdre. Par sa faute. Son unique faute. Aujourd'hui, Haruto voulait surtout se rattraper. Même s'il se demandait s'il méritait Ji Hoon, il n'était pas prêt à l'abandonner à quelqu'un d'autre. Plus que jamais, il voulait le garder pour lui. Lui seul. C'était égoïste de sa part, et il le savait, mais il ne pouvait se résoudre à le laisser. Malgré ce que ses paroles pouvaient laisser penser, le Japonais se battrait pour le garder. Pour ce futur qu'ils avaient encore à construire ensemble. Son cœur battait si fort dans sa poitrine, tandis qu'il parlait. Il craignait que Ji Hoon se rende compte combien il méritait mieux, au final. Et s'il décidait qu'il avait raison ? Qu'il devait le planter là pour vivre sa vie ailleurs, avec quelqu'un d'autre ? Haruto en aurait le cœur brisé. Si horriblement qu'il n'était pas sûr de survivre. Et il savait que mourir de chagrin était possible. Mais ses mauvaises pensées furent rapidement balayées par la réponse que lui donna son petit ami. Un sourire sincère illumina ses traits. Cela n'arriverait pas. « Quelqu'un comme moi ? Mais ce serait trop ennuyeux ! » Il fronça les sourcils. Les mots de Ji Hoon le touchaient en plein cœur. Dire qu'il s'était promis de le rassurer, voilà que c'était lui qui le rassurait ! « Et moi, je t'aime comme toi tu es. Tu rends la vie tellement plus intéressante. J'aime nos conversations, j'aime nos moments de silence où on ne fait rien d'autre que de se regarder. J'aime tous nos moments complices. » Il y avait peut-être un peu de fierté, à se dire qu'il aimait la façon dont Ji Hoon le regardait, quand il parlait de choses compliquées. Il n'y avait que devant son petit ami que le Japonais osait s'exprimer si librement. Pourtant, il se doutait qu'il devait parfois l'ennuyer. « On est parfaits ensemble. » Il ponctua cette évidence d'un sourire charmeur.

Mais son devoir de petit ami japonais un peu trop japonais résidait aussi dans le fait de lui faire quelques remontrances. Bien sûr, rien de bien sérieux. Surtout lorsqu'on considérait son aveu. Oui, Haruto avait été bizarrement fier de voir Ji Hoon le défendre, en quelque sorte. Il savait que ce n'était pas forcément correct, mais le voir jaloux le rassurait un peu. Il n'avait pas hésité à frapper un homme qui le regardait un peu trop ! Bon, d'accord, Haruto ne l'avait pas clairement vu, mais il croyait son petit ami. Parce que, justement, il le rendait si heureux. Devait-il cependant vraiment admettre que ça l'avait un peu émoustillé que de le voir le défendre de cette manière ? En vérité, la seule chose qui le poussait à le gronder un peu était la peur que de voir que cela pourrait se retourner contre Ji Hoon. Et s'il avait des ennuis par sa faute ? « Non, je préfère quand tu restes collé contre moi pour montrer que je suis à toi. » Et c'était vrai ! Hors de question que son homme risque d'être expulsé par sa faute. Et puis, le Japonais n'était pas vraiment pour la violence, en règle générale. Il avait déjà vu son petit ami dans un sale état pour ne plus avoir envie de revivre ça – même si le moment qui avait suivi avait été pas mal agréable. Mais inutile de penser à ça maintenant. D'autant plus qu'il avait autre chose sur le cœur.

Cette demande en mariage l'avait hanté toute la nuit. Au fond, Haruto savait qu'il ne devait pas la prendre sérieusement. Du moins, pas dans le sens, réelle demande. Ji Hoon avait également envie de l'épouser. Enfin, le Japonais le croyait. La réponse de son petit ami le refroidit un peu. Il ne l'avait pas pensé ? « Ce n'est rien. » Il avait voulu se montrer le plus réconfortant possible. Bien sûr, il ne pouvait pas lui en tenir rigueur. Pas quand il avait bu la veille. Evidemment que cette demande n'avait pas été sérieuse. Qui acceptait d'épouser un homme qui avait bu ? Haruto n'avait sincèrement pas pu y croire. Ou peut-être un peu ? Juste histoire de se réconforter en se disant que son Coréen le voulait tout autant que lui. Ses yeux fixèrent l'anneau qui retrouva le doigt de son propriétaire. Un jour, il en glisserait un lui-même à ces longs doigts. « Je sais... » Un souffle tout autant déçu que les paroles de Ji Hoon. Quelque chose de symbolique, oui. Quelque part, Haruto regrettait un peu ce cadeau. Il aurait dû trouver mieux. Il n'aurait pas dû choisir quelque chose d'aussi sensible. Un rappel de ce qu'ils ne pourraient vraiment avoir. Son cœur rata un battement quand Ji Hoon l'embrassa. Se penchant en avant pour appuyer le baiser, Haruto ferma les yeux, savourant l'instant. « Je suis désolé. » Son regard était triste. « J'aurais dû y réfléchir quand je les ai achetées. » Un léger soupir de déception quitta ses lèvres. « Tu as raison. Et c'est vraiment cruel. » Ses yeux se posèrent sur sa bague. Pourquoi n'y avait-il pas pensé ?

Sa promesse le fit sourire, son regard croisa à nouveau le sien. « C'est moi qui t'aurais demandé le premier. » Sa main se leva pour caressa la joue de son petit ami. Silencieux, Haruto l'écouta s'excuser, son ventre se tordant un peu. Il se figea un peu, à son explication. « Vraiment ? A n'importe qui ? » Son ton était un peu plus sérieux qu'il ne l'aurait voulu. « Je dois m'inquiéter du fait que tu risques à demander n'importe qui en mariage si tu bois ? » Son nez se fronça légèrement. Son inquiétude fut aussi soudaine que réelle. Que se passait-il lors de ces soirées entre mannequins ? Qui savait si cela ne se produirait pas dans le futur ? Sans lui. « En fait, tu n'y accordes pas tellement d'importance que ça, si ? Au mariage. » S'il était capable de demander n'importe qui en étant saoul... Soupirant longuement, Haruto se passa une main sur le visage. Il ne devait pas se montrer en colère contre Ji Hoon. Pas maintenant, et surtout pas pour quelque chose qui ne s'était sûrement pas passé. « Désolé, je suis épuisé. » Ses lèvres embrassèrent le front de son homme. Il fit mine de se lever. Il ne devait pas laisser ses inquiétudes prendre le dessus.

« C'est juste que... Je n'arrive plus à savoir. Enfin, j'aurais dû deviner que tu ne le pensais pas. Pas seulement parce que tu as bu. » Il eut un petit rire, légèrement dénué de joie. Son regard plongeant dans le sien, l'interrogeant silencieusement. Se souvenait-il de sa proposition indécente ? Haruto lui sourit tendrement, avant de se pencher pour l'embrasser. Il avait déjà deviné que leurs attentes pouvaient diverger. Il devait faire des concessions, et il le comprenait davantage chaque jour qui passait. Qu'importe que Ji Hoon n'imagine pas le mariage comme lui, qu'il ne le prenne pas au sérieux. Ils étaient différents, et ce n'était pas vraiment nouveau. « Mais maintenant, je ferai en sorte que Takochi ne se trouve jamais dans les parages, quand tu as bu. » Son froncement de sourcils était taquin, tandis qu'il se penchait sur son petit ami pour l'embrasser, se laissait paresseusement tomber sur lui, se couchant à moitié sur son torse. « J'aimerais finir ma nuit. Tu me tiens compagnie ? » Il lui adressa un sourire amoureux. Qu'importe leurs différences, leurs mésententes. Qu'importe qu'ils ne soient pas toujours d'accord, qu'ils s'engueulent parfois. Qu'importe ces choses qui les faisaient souffrir. Qu'importe. Cela faisait aussi parti de leur histoire. C'était aussi eux. Et il n'y avait rien de plus fort que ça. Rien que Haruto voulait protéger si fort. Pour Ji Hoon, il était prêt à changer. A devenir quelqu'un de meilleur. Quelqu'un qui le mériterait. Qui mériterait cette histoire si extraordinaire.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.

    
 
I need your fire |♥| HAROON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Lady Lyndis ( Fire Emblem 7 et SSBB )
» Bedford QL Fire Tender IBG
» Rhapsody on fire
» [MANGA] Breath of Fire IV
» Thanks God for Arcade Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Minato-