I need your fire |♥| HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 26 Mar - 0:31

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Hua n’acceptait pas Haruto. Pas parce qu’il était un homme, pas parce qu’il ne pouvait offrir à son fils l’avenir dont toute mère rêvait pour ses enfants, pas parce qu’ils ne pourraient lui donner des petits-enfants, pas par principe religieux, fermeture d’esprit ou homophobie. Non, rien de tout ça. Elle ne l’acceptait pas parce qu’elle devinait qu’il avait été la cause du mal qui avait rongé son poulain il y a quelques mois. Pour elle, ce n’était pas tolérable. Ce n’était pas une petite erreur, mais bien de fiançailles dont on parlait. Comment Ji Hoon pouvait régler cela avec sa génitrice ? Il la connaissait. Elle l’avait si souvent réprimander quand elle voyait qu’il ne traitait pas correctement ses copines, s’emportait presque plus qu’elles quand il n’agissait pas correctement. Qu’est-ce qu’il pouvait lui dire ? A part qu’il l’avait sûrement mérité ? Il n’avait jamais maltraité Haruto, avait toujours été correct avec lui, du moins, quand ses sentiments avaient été accepté, quand il avait compris son amour pour lui et que tout était officiel dans leurs têtes. Pourtant, avant, ce n’était pas le cas, avec les autres, il était le pire. Et peut-être qu’il méritait ce qui lui était arrivé, qu’il méritait que Haruto lui fasse du mal. Il était le seul qui pouvait réellement le toucher.

Toutefois, sa mère n’accepterait pas ces explications. Le Coréen le savait, c’était bien pourquoi il trouverait autre chose. Pourquoi partir dans des explications sans le moindre sens ? Il lui dirait juste qu’il aimait Haruto, qu’il ne comptait pas le quitter, qu’il voulait passer sa vie avec lui. Qu’elle le veuille ou non. Un jour ou l’autre, elle se ferait à l’idée et Haruto ferait parti de la famille sans qu’elle ne le dise à voix haute. Toutefois, ces spéculations ne servaient à rien, juste à le ronger de l’intérieur, à lui faire peur, le faire se sentir mal. Il ne voulait plus y penser, il ne voulait plus en parler. Parler de sa rancœur envers Haruto, de ses peurs, il en avait assez. C’était mal, le métis le savait bien, c’était très stupide de fuir encore, mais à quoi bon ? Son petit-ami n’avait aucune réponse, aucune solution, alors à quoi bon chercher, creuser dans le vide ? Cela ne faisait que de l’angoisser encore plus. S’il ne s’expliquait pas sa propre décision, ce qui l’avait poussé à faire ça, qu’est-ce qui l’empêcherait de faire la même erreur ? Absolument rien.

Ji Hoon voulait sortir. Il étouffait ici ! Il voulait boire, jusqu’à oublier, jusqu’à ce que ce soit le trou noir. Qu’il ne puisse plus se souvenir de cette soirée, qu’il en oublie tout ça, ce que Haruto avait fait, ce que sa mère avait dit. Danser, s’épuiser pour ne plus s’en préoccuper. Retrouver quelque chose qu’il avait perdu. Il ne sortait plus comme ça, dans un bar, sans but, juste pour vider des verres, connaître l’ivresse. Ils buvaient encore ensemble, de temps en temps, mais ce n’était plus pareil, ils savaient s’arrêter, se contrôler. Le Coréen ne voulait plus se contrôler, il ne voulait plus rien maîtrisé. « Dans un bar, en boite, peu importe. Je veux de la musique. » Il voulait danser, un bar ordinaire, c’était beaucoup trop triste. Même si le psychiatre ne le suivait pas, ça lui était égal. Il irait sans lui. Hors de question de rentrer, de se poser sur le canapé et de passer une soirée bien tranquille devant Netflix. D’ordinaire, il aimait ça. Il aimait ces soirées paresseuses, lové contre son homme, à zieuter entre la télé et son beau visage, qu’il embrassait de temps à autre, souriant dès que leurs regards se croisaient. Mais ce soir, ce n’était pas ce qu’il voulait.

Un sourire se hissa sur son visage en l’entendant dire finalement qu’il venait. Ji Hoon termina de dire au revoir à Kimyaki, câlinant son bébé comme il se devait. Il viendrait le chercher demain, peut-être en profiterait-il pour parler à sa mère de tout ça. Ce n’était plus le moment d’y penser. Enfilant son manteau, il attendit que Haruto revienne. « Elle se calmera déjà. » Il lui sourit pour le rassurer en le voyant regarder la porte où s’était cachée sa mère. En silence, il l’observa saluer le bichon, le laissant passer pour pouvoir refermer derrière lui. Le modèle ne savait pas vraiment quoi dire. Il entra dans l’ascenseur, fixant leurs pieds, il vit que son homme se rapprochait un peu, ce qui le fit sourire. A sa question, il leva son visage pour le regarder. « Non, je sais pas vraiment. » D’habitude, ils ne prévoyaient pas vraiment, tentaient toujours de nouveaux endroits, sauf pour les restaurants. Pourquoi ne pas faire comme avant ? « On peut prendre ta voiture et la garer à la maison, puis sortir à pied de là ? »

Sincèrement, il y avait plus de choses à faire à Shinjuku qu’à Minato, donc ça lui plaisait plus d’aller là-bas. Qui plus est, ce serait plus simple de rentrer de directement là-bas. Croisant ses bras face au froid, il s’arrêta en entendant la voix de son petit-ami, tournant la tête vers lui pour lui montrer qu’il avait toute son attention. Un jeu de rôle ? Son air se fit perplexe avant d’être un peu rassuré par la suite. Pas sexuel. Tant mieux, il n’était pas d’humeur, même si ça lui viderait bien la tête, il savait qu’il aurait du mal. « En tant que parfaits inconnus ? » Ji Hoon ouvrit la bouche avant de la refermer. Pinçant les lèvres, il réfléchit quelques secondes avant de hocher la tête. « D’accord, ça me va. » Un petit rire quitta ses lèvres alors qu’il ouvrait la portière de la voiture de son homme, s’installant côté passager. Deux inconnus, pourquoi pas. Il était curieux de voir ce que cela pourrait donner et ça pouvait être amusant, mettre la réalité de côté. Laissant son homme conduire, il baissa le pare-soleil pour s’observer, se recoiffant rapidement, il posa ses doigts gelés sur ses yeux pour les faire dégonfler, espérant les faire devenir moins rouges.

Laissant la voiture en plan, il attendit que Haruto le rejoigne, avançant dans les rues de Shinjuku qui ne dormaient pas encore. Ça ne dormait jamais. Ji Hoon regardait à gauche, puis à droite, cherchant une soirée qui bougeait, mais pas quelque chose de trop décalé, trop japonais. Il s’arrêta devant un bar, un vigil surveillait les entrées. Ça semblait animé sans être étouffant ou plein à craquer. « On va là ? » Il n’attendit pas de réponse, s’y rendant sans attendre après que le videur les ait autorisé à entrer, il s’éloigna de Haruto. Comme s’ils ne se connaissaient pas, deux inconnus. S’appuyant contre le bar, il commanda un double whiskey. Ses yeux balayaient la salle, des personnes seuls, attendant sans doute qu’on les aborde ou trop timides pour aborder les autres, des groupes d’amis, des couples qui avaient totalement oublié qu’ils n’étaient pas chez eux. Il paya sa boisson le double de son prix, en demandant un autre puisqu’il vida d’une traite le verre qu’on lui donna. S’il y avait une chose qu’il ne pouvait pas reprocher au Japon, c’était bien son whiskey. Instinctivement, ses yeux cherchaient Haruto, mais il ne parvenait pas à le trouver. Tant pis. Ça l’énervait un peu au fond de lui, de ne pas savoir où il était, ce qu’il faisait, mais c’était peut-être pour le mieux de ne pas savoir. Ça forçait le Coréen à lui faire confiance. Finissant son second verre, il entendit une voix aigue hurler dans son oreille des salutations. Son regard se détourna pour se poser sur une fille, pas très grande, pas très vieille, pas très belle. Pinçant les lèvres, il sourit un peu en hochant la tête. « Dégage. » Il n’avait pas le temps pour ça. Il préféra demander un nouveau verre. Peut-être qu’il devrait y aller plus doucement. Il se corrigea, demandant une bière plutôt. Il se corrigea à nouveau, redemandant du whiskey, mais un simple. Le serveur le dévisagea, lui demandant si tout allait bien. Oui, tout allait très bien, dans le meilleur des mondes. Ji Hoon hocha simplement la tête, cherchant encore Haruto, pas certain que ce jeu de rôle allait réellement l’amuser. Il se détestait d’être comme ça, aussi possessif, aussi jaloux. Il craignait sincèrement que ça en devienne maladif. Etouffer celui qu’il aimait était la dernière chose qu’il souhaiterait.

Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 27 Mar - 1:00

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Que pouvait-il dire de plus, ce soir ? Haruto savait que parler de ce qui avait mis Hua en colère ne servait à rien. Pas maintenant. Mais quand ? Il n'en était pas très sûr. Quand il aurait une réponse à donner à son petit ami. Une réponse qui ne serait de toute façon jamais valable. Une réponse qui ne résoudrait rien, si ce n'était alléger peut-être une peine déjà trop grande. Parfois, le Japonais se demandait si Ji Hoon serait vraiment un jour capable de lui pardonner, même un peu. C'était la question qui le hantait, chaque jour, encore et encore. Du mieux qu'il le pouvait, il essayait de l'ignorer. Il essayait de faire son possible pour que ce soit effectivement le cas. Un jour. Avec le temps, il espérait que la blessure s'estomperait un peu. Que la cicatrise ne serait pas toujours douloureuse. Son fardeau, il le porterait tous les jours. Sa culpabilité lui rongeait le cœur. Un mal pour un bien, cela le rendait plus attentif aux désirs de son petit ami. Ji Hoon comptait plus que tout, et il passait en priorité sur le reste. Bien sûr, Haruto savait que lui dédier sa vie n'était pas non plus la solution. Il le laissait respirer. Qu'il aille voir sa famille, se rende sur ses shootings photos, sorte sans lui... C'était parfois difficile à accepter, qu'il ait une vie sans lui, mais le psychiatre savait que c'était également bénéfique. Il souhaitait avant tout que Ji Hoon s'épanouisse ici, à Tokyo, dans sa nouvelle vie. Qu'il soit heureux, avant tout.

De son côté, Haruto cherchait des explications. N'avoir été qu'un naïf lâche était-ce là une excuse suffisante ? A tort, il avait pensé que c'était la solution à prendre. Sa mère lui avait avancé ce cancer, et il s'était senti coincé. Mais cela justifiait-il sa trahison envers son meilleur ami, son amant ? Il savait bien qu'un mariage arrangé, qu'un bonheur tronqué, ne guérissait pas les malades. C'était la pire explication qu'il avait pu donner à son homme. Qu'en penserait Hua, si son fils le lui avouait ? Sûrement le détesterait-elle plus encore. Sûrement serait-elle encore plus en colère contre lui. Ce serait plus que justifié, et le Japonais n'oserait sûrement plus se montrer devant elle. Alors qu'il avait tant souhaité être accepté par elle. Qu'il avait tant voulu qu'elle le considère comme son quatrième fils. Qu'elle accepte son amour pour Ji Hoon. Il avait tout gâché, une fois de plus. Qu'est-ce qui n'allait pas, chez lui ? Qu'avait-il pu faire dans une autre vie pour être puni de la sorte ? Ou alors, il payait cet amour extraordinaire, ce bonheur sincère qu'il connaissait avec Ji Hoon. Un drôle de karma qui lui faisait payer le droit d'être heureux.

Pourtant, il voulait continuer à y croire. Ils étaient plus forts que ça. Que le monde. Haruto avait vraiment l'impression de pouvoir tout défier, tant qu'il était avec Ji Hoon. Le cœur battant, il accepta donc de le suivre ailleurs. Dans un bar ou en boîte. Là où il y avait de la musique. Là où ils ne seraient pas obligés de discuter de sujets qui fâchent. Le Japonais n'hésita pas vraiment, acceptant de le suivre. Evidemment. Impossible de rester ici, même avec Kimyaki. Et si Takochi l'attendait à la maison, il ne se voyait pas abandonner son homme seul. Pas ce soir. Sursautant légèrement quand Ji Hoon mentionna sa mère, Haruto lui répondit d'un sourire navré, avant de hocher la tête. Il espérait que son homme ait raison, même s'il n'en était pas si sûr. Trouverait-il les mots pour rassurer une mère protectrice ? Après tout, Hua ne voulait que le bonheur de son fils, et Haruto l'avait fait souffrir. Il était normal qu'elle le déteste. Se penchant vers Kimyaki pour le saluer à son terre, il essaya de lui demander par transmission de pensées de veiller sur Hua, et d'essayer de lui faire comprendre que malgré ça, il aimait Ji Hoon et ne voulait que le rendre heureux. Ce n'était qu'un bichon, mais il parlait chinois ! En échange, il promettait de veiller sur le papa préféré du petit chien. Riant légèrement pour lui-même devant sa bêtise, le Japonais se redressa, prêt à suivre son homme.

Une fois dans l'ascenseur, Haruto se sentit un peu mieux. Son cœur battait peut-être un peu trop rapidement, et son ventre se tordait encore un peu. Il avait tellement besoin de proximité, avec Ji Hoon. Il supportait de moins en moins être séparé de lui. Mais il se rappelait la promesse qu'il s'était faite à lui-même, et rongeait son frein en l'attendant patiemment. Ne pas le harceler de messages, de questions. Le laisser vivre. Haruto espérait qu'avoir voulu le suivre ce soir ne le dérange pas. « Faisons ça. » Il réussit à lui adresser un doux sourire. Mieux valait-il ne pas prendre la voiture, après cette sortie dont il ne savait pas quoi attendre. Avançant vers sa voiture, le Japonais constata que ses tremblements ne se calmaient toujours pas. Il ne devait pas céder à la panique. Etait-ce cela qui le poussa à proposer cette drôle d'idée ? Un jeu de rôle, maintenant ? En vérité, il ne saurait dire d'où cela lui venait. Quelque chose lui soufflait que son homme avait besoin d'autre chose, ce soir. De liberté. Quelques fois, Haruto se demandait sérieusement s'il ne le bridait pas. Avant de sortir avec lui, Ji Hoon avait une vie plutôt libre. A bien des niveaux. Et s'il le frustrait ? Et s'il l'ennuyait ? Cette idée le paniquait fortement, jusqu'à presque le désespérer. Après tout, avant, il ne l'avait jamais vu pleurer. Il ne l'avait jamais vu aussi fragile. Son meilleur ami lui avait toujours semblé être ce genre d'homme que rien n'atteignait. Et aujourd'hui, il pleurait devant lui à cause de ce qu'il avait pu lui faire. Et si Ji Hoon finissait par le détester pour ça ?

« Bien... » Il sourit, mais son rire ne fut pas assuré. Et s'il commettait là une grave erreur ? Du mieux qu'il le pouvait, Haruto tenta de se rassuré, de faire taire la petite voix qui le mettait en garde. Se hissant derrière le volant, il démarra doucement. Du coin de l’œil, il observait Ji Hoon, recevant un coup au cœur en le voyant tenter de chasser les traces de ses larmes. Se concentrant sur la route, le Japonais se demanda encore une fois s'il pourrait réellement se faire pardonner, un jour. Sa main gauche glissa sur son volant, mais n'alla finalement pas atterrir sur la cuisse de son petit ami. Il voulut le rassurer, lui dire qu'il était magnifique, mais le Japonais sentait là une double interprétation, et ne voulait pas risquer de le mettre en colère, ou pire, de le peiner un peu plus. « On pourra tenter un bar ? Et si c'est trop ennuyeux, je propose la boîte de nuit ? » Il n'osait plus le regarder, même en coin. Kamiya Haruto qui proposait d'aller en boîte ? Il y avait là de quoi interpeller. Mais c'était là uniquement pour le bonheur de Ji Hoon. Faire ce dont il avait envie lui. Ses préférences passaient bien après. Garant sa voiture devant son immeuble, Haruto hésita, avant de finalement sortir du véhicule. Frottant ses mains l'une contre l'autre, il le contourna, rejoignant Ji Hoon avant de le suivre dans les rues de Shinjuku, toujours animées.

Avisant l'établissement que lui indiquait son petit ami, le Japonais acquiesça. « Allons-y ! » Se préparant à passer toute sa soirée accoudé au bar, Haruto marcha à ses côtés, en direction du vigile qui les laissa rapidement entrer. Et une fois à l'intérieur, le petit jeu commença. Deux parfaits inconnus. Ji Hoon était rapidement entré dans son personnage, pour Haruto, se fut un peu brutal, comme plongé dans un monde inconnu, entouré de bruits qu'il n'avait jamais entendu. Le cœur battant à un rythme effréné dans sa poitrine, il hésita à quitter les lieux. Non, c'était ridicule de craquer maintenant. Prenant une profonde inspiration, il avança, observant les lieux. Ce n'était pas aussi horrible qu'il avait pu pensé. Néanmoins, il devait réellement passer pour un petit faon perdu. On l'accosta, on lui demanda s'il était perdu, s'il buvait quelque chose, s'il dansait. D'un sourire poli, le psychiatre déclinait les offres. Il voulait retrouver Ji Hoon. D'accord, il devait faire celui qui ne le connaissait pas, un parfait étranger. C'était lui qui l'avait proposé, mais il y avait des limites. Ayant finalement réussi à se frayer un chemin jusqu'au bar, Haruto s'y pencha pour commander une bière. Juste ça, histoire de se mettre dans l'ambiance. Une fois la commande passée auprès du barman, il se retourna pour observer les lieux. Quelques personnes se déhanchaient sur la piste sur une musique moderne et remixée. Payant sa bière, il amena le goulot à ses lèvres sans arrêter de fixer les danseurs. Soudain, un peu plus loin, une scène attira son attention. Une femme qui draguait. Qui draguait Ji Hoon. Son cœur se mit à battre plus rapidement. Pendant un instant, Haruto le fixa. Il ne pouvait détacher ses yeux de sa silhouette. Deux inconnus. Qui se rencontraient pour la première fois. Son cœur redoubla de vitesse, dans sa poitrine.

Se décollant du bar contre lequel il s'était adossé, coudes sur le comptoir, Haruto avança vers le Coréen. Il ne savait pas trop ce qu'il faisait, mais il y allait. L'air de rien, il se glissa entre le tabouret libre à côté de Ji Hoon, et Ji Hoon, se collant un peu à lui. « Oh, pardon. » Un sourire qu'il voulut navré, mais toujours beau et charmeur. Se retournant vers le barman, il commanda du saké. « Et pour lui... Ce qu'il veut. » Son regard se perdit sur le visage du soi-disant inconnu. A nouveau, il lui sourit, se hissant finalement sur le tabouret à ses côtés. Buvant tranquillement quelques gorgées de saké, il finit par observer le Coréen du coin de l’œil. Contenant un sourire trop amusé par la situation, Haruto chercha à rester dans son rôle – un drôle de dragueur gay. Se tournant carrément vers lui, il lui sourit à nouveau. « Je m'appelle Haruto. » Ses yeux ne le quittaient pas une seule seconde. Même dans un jeu, il tombait amoureux de lui au premier regard. Se redressant un peu, il se tourna vers la piste de danse. « Dis... Tu voudrais pas danser ? » Une fois encore, il laissa son regard fixement sur Ji Hoon. Cette nuit, il voulait le séduire à nouveau. Puisque lui retombait amoureux. Encore et encore. Sachant pertinemment qu'il n'y aurait pas de fin.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 28 Mar - 23:56

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Deux parfaits inconnus. Quelle idée bizarre, qui l’avait d’abord amusé. Oui, pourquoi pas, ça pouvait être drôle, jouer aux étrangers le temps d’une soirée, se découvrir, comme s’ils apprenaient à se connaître, comme si leur histoire jusque là était en pause, appartenait à un univers parallèle. En théorie, c’était une idée séduisante, qui entraînerait forcément un jeu de séduction entre eux, les forçait à s’approcher d’une autre manière, moins directe, plus sensuelle. En pratique, ça le rendait déjà dingue. Il vidait ses verres en regardant partout autour de lui, cherchant Haruto, dévisageant toutes les personnes autour de lui. Il avait besoin de savoir où il était, ce qu’il faisait. Il avait peur qu’il rencontre quelqu’un d’autre, qui ne serait pas aussi dramatique, pas aussi rancunier, plus facile à vivre. Il se montait la tête et boire n’était pas une bonne idée. Pourtant, il paniquait, comme le dernier des idiots, il se faisait des films, s’imaginait le pire, voyant son homme repartir sans lui, en meilleur compagnie. Pourtant doutait-il autant ? Pourquoi avait-il si peu confiance ? Pas en Haruto, mais bien en lui. Craindre en permanence qu’il trouve mieux. Qu’il trouve cette fille qui serait parfaite pour lui et qui aurait en plus le privilège de plaire à sa famille.

C’était ridicule, totalement ridicule. Ji Hoon fermait les yeux, se ressaisissant. Haruto ne trouverait pas mieux que lui parce qu’il n’y avait pas mieux que lui. Parfaitement, il n’y avait aucun être sur terre, dans l’univers tout entier, qui irait mieux avec Kamiya Haruto que lui. Jamais il ne devait l’oublier et il devait arrêter de douter. C’était plus fort que lui, il ne pouvait s’empêcher de remonter le temps, se souvenir de quand il était si assuré, que c’était les autres qui ne le méritaient pas, qu’il se sentait supérieur aux autres. Persuadé d’être clairement une bénédiction pour ceux qu’il rencontrait. Avec Haruto, c’était différent, parce qu’il savait qu’il était sans doute trop bien pour lui. Il n’était pas que beau, ou sexy, ou attirant. Il était drôle, il était attachant, il était gentil, il était intelligent… Il avait absolument tout. Comment lui résister ? Comment se dire qu’on pouvait vraiment mériter ça ? Pourtant, il lui avait prouvé qu’il n’était pas parfait, qu’il pouvait lui faie du mal. Cela n’empêchait pas le Coréen de l’idéaliser, de le trouver parfait comme il était. C’était clairement paradoxal avec le fait de lui en vouloir encore malgré ça.

Mais depuis longtemps, il savait que son petit-ami le rendait bizarre, pas tout à fait objectif, pas tout à fait réaliste. Il l’aimait tellement, l’année passée, il avait finalement réalisé. Non pas ses sentiments mais l’ampleur qu’ils avaient, combien Haruto comptait. Que s’imaginait-il ? En cinq ans, tout était devenu de plus en plus fort, il l’aimait toujours plus, avait toujours plus besoin de lui, se rendait compte qu’il était dépendant de lui. Que pour être heureux, il fallait qu’il soit avec ce Japonais qui avait décidé de bouleverser sa vie il y a quelques années. Oh oui, et il l’avait bien bouleversé ! Ji Hoon ne s’imaginait pas sans lui, même quand il fantasmait sa vie d’avant où tout lui semblait plus simple, où il pouvait se considérer comme plus libre, il n’avait pour finir jamais été heureux comme il l’était actuellement avec son petit-ami. Parfois, il paniquait, parfois, il avait et il doutait, il se sentait mal. Mais la plupart du temps, il était vraiment heureux, totalement comblé. Haruto faisait beaucoup d’effort, était très attentif à lui, Ji Hoon l’avait remarqué et aimait un peu trop ça, recevoir autant d’affection et d’attention. Il ne s’en lasserait jamais.

C’était bien parce qu’il l’aimait autant qu’il n’arrivait pas à passer à autre chose, à oublier, à pardonner, ça restait toujours là, dans un coin de son esprit. Il ne comprenait pas pourquoi est-ce qu’il avait fait ça. Les verres se vidaient sans doute trop vite. Le Coréen voulait oublier tout ça, cette soirée, ce qui le rongeait en silence depuis des mois. Il jeta cette fille sans ménagement, ne chercha même pas à s’excuser. Pourquoi de toute façon ? Elle était moche, ça aurait été à elle de s’excuser de l’avoir forcé à la regarder. Tout doucement, il commençait à paniquer, de ne pas voir Haruto le rejoindre, de ne pas savoir où il était, avec qui il était. Reprendre un verre n’était pas une bonne idée. Mais il tentait de se calmer, de retrouver sa confiance, de ne pas avoir bêtement peur de le perdre. Il regrettait d’avoir accepté ce jeu, qui l’angoissait plus qu’autre chose. Son cœur battait vite, il se sentait submergé par une angoisse stupide, peinant à respirer correctement. Il regardait autour de lui, ne parvenant pas à le voir, ni à le trouver. Et s’il était reparti ? Et s’il était rentré en le laissant là ?

Puis soudain, toute sa crainte s’envola en sentant quelqu’un le bousculer un peu et se coller à lui. Un sourire se dessina sur son visage, jusqu’à ses oreilles en le regardant. Il était là. Peut-être devrait-il arrêté de sourire comme un bienheureux, trop content d’enfin le retrouver. Il secoua la tête pour dire que ce n’était rien, fondant devant son sourire. Qu’il était beau. Etait-il toujours aussi bien ? Toujours plus beau, en réalité. « Pour moi aussi ! » Pas le temps de réfléchir à quoi boire. « J’aurais pas pensé être chanceux à ce point ce soir… Un si bel homme qui m’offre un verre… » Il pouffa malgré lui, pas vraiment habitué au rôle du dragueur gay. D’accord, séduire Haruto était son quotidien, mais pas comme ça. Pas comme une première rencontre. L’idée l’amusait à nouveau. Son cœur battait si fort, il tombait encore une fois amoureux. A croire que ça ne s’arrêtait jamais. Il ne voulait pas que ça s’arrête, il aimait bien trop ça. Prenant une gorgée de saké, il gardait ses yeux posés sur l’inconnu, un sourire charmeur collé aux lèvres. « Haruto… C’est très beau. » Et il l’avait aussi pensé la première fois qu’il l’avait entendu. C’était un joli prénom, qui lui allait très bien. « Ji Hoon. Je viens de Corée du Sud ! » Même dans un jeu, il restait fier de ses origines et il devait le préciser !

Danser ! Cela pouvait sembler impossible, mais il sourit encore plus, hochant la tête. Bien sûr qu’il voulait danser. Finissant son verre, sa main attrapa celle de son petit-ami, enfin, de l’inconnu, le tirant jusqu’à la piste où d’autres personnes dansaient déjà. Ses yeux se posèrent sur son partenaire, il sourit un peu. « Tu aimes danser, Haruto ? » Lui, beaucoup. Surtout avec lui. Lentement, son corps commença à se mouvoir au rythme de la musique, sans le quitter du regard. Il se contenait un peu de l’approcher, préférant l’aguicher l’air de rien en laissant tout son être se mouvoir sensuellement au son de ce titre remixé qu’il ne connaissait même pas. Plus rien n’existait, sauf eux. C’était comme s’il n’y avait personne autour, comme si le reste du monde avait disparu pour ne laisser qu’eux. Sa langue glissa sur ses lèvres en le contemplant. Il était tellement sexy. Il était parfait, il était à lui. « Tu bouges bien. » Son sourire se fit malicieux, jusqu’à finalement réaliser qu’il n’était pas le seul à le constater, voyant plus loin un groupe de fille le regarder avec beaucoup trop d’insistance. Oh oui, il devait plaire. Bien sûr qu’il plaisait, comment ne pouvait-il pas plaire. Fronçant les sourcils, il s’arrêta un peu, continuant à les fixer alors qu’il s’approchait de son homme, glissant ses bras autour de ses épaules pour se coller à lui. « Ça te dérange pas de danser si près ? » Il reprit ses mouvements, glissant sa main le long du torse du Japonais alors que ses lèvres s’approchaient de son oreille. « Je voudrais pas qu’on pense que tu es libre ce soir. » Non, il était à lui, juste à lui. Son sourire ne quittait pas ses lèvres alors qu’il lui faisait à nouveau face. « Tu restes avec moi, hein ? J’ai envie de mieux te connaître. » Il voulait tout savoir de lui, et même qu’on lui redise deux fois. Ji Hoon ne se lassait jamais. Il tenait Haruto un peu plus fort, regardant autour de lui, s’assurant que tout le monde comprenne bien qu’il n’était qu’à lui. Son homme. Son inconnu rencontré dans un bar. L’amour de sa vie.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 29 Mar - 23:58

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Haruto ne savait pas trop ce qu'il faisait. Son idée n'était peut-être pas la meilleure qu'il ait pu avoir, ces derniers temps. Et si Ji Hoon rentrait réellement dans le personnage et le plantait là, comme il avait pu le faire par le passé ? Une jolie fille à draguer, et il le voilà qui s'excusait auprès de lui pour passer une meilleure soirée ailleurs. Le Japonais savait que, cette fois-ci, il ne parviendrait pas à sourire poliment comme il avait pu le faire par le passé. Ce n'était plus pareil, trop de choses avaient changé. Ou peut-être pas ? A l'époque déjà – ça lui semblait si loin – il n'était pas vraiment enchanté, mais prenait sur lui pour ne pas montrer sa frustration auprès de celui qu'il considérait alors uniquement comme son meilleur ami. Les sentiments avaient ensuite éclos, et il était désormais évident qu'il ne pouvait plus faire comme si de rien n'était. Haruto n'était pas de nature jalouse, auparavant. Mais le profond attachement, l'amour sincère, l'envie d'être avec Ji Hoon, faisaient qu'il y avait des limites à ce qu'il pouvait accepter. Prenant sur lui, il n'appréciait pas vraiment ces photoshootings en compagnie de jeunes femmes toutes plus mignonnes les unes des autres. Bien sûr, il faisait confiance à son homme. Mais il n'avait pas confiance en elles.

C'était pourquoi Haruto ne voulait pas s'éterniser dans ce bar. Ou plutôt, il ne voulait pas laisser Ji Hoon trop longtemps seul. Il semblait que toutes les femmes autour de lui étaient devenues célibataires, que les autres hommes présents ne comptaient plus. Le Japonais ne devait pas traîner. A contre cœur, il réalisait qu'il était mauvais dragueur. Comment aborder un étranger ? Oui, cet homme était son petit ami, mais s'il voulait suivre les consignes qu'il avait lui-même établi, il ne devait jouer le jeu. Se fichant des regards qu'on pouvait poser sur lui, Haruto avança dans la foule, ignorant poliment quand quelqu'un faisait mine de s'approcher de lui. Ses yeux ne quittaient pas Ji Hoon. Il ne semblait étrangement pas à son aise, et le Japonais hésita à lui taper sur l'épaule et lui demander de partir avec lui de cet endroit. Il ne se sentait pas vraiment à sa place. Pourtant, il se donna une chance, entrant dans le rôle d'un dragueur un peu maladroit, à son sens. Son cœur battait vite, et cette constatation l'hallucinait. Comment pouvait-il se mettre dans un état pareil, alors que celui qu'il abordait était l'amour de sa vie ? Au fond, Haruto savait. C'était parce qu'il retombait amoureux. A chaque fois qu'il posait les yeux sur Ji Hoon, c'était comme la première fois. Il suffisait que son homme lui adresse un simple sourire, et son cœur s'emballait.

Comment il réussit à paraître assuré, lui-même ne savait pas. Pourtant, il s'était approché de lui. Et comme un habitué des lieux, s'était glissé pour s'accouder au bar, l'air de rien. Ce rôle lui plaisait peut-être plus que ce qu'il voudrait bien l'avouer ? Le sourire aux lèvres alors qu'il le regardait, Haruto se sentait doucement happé par le regard noir et si profond de son homme. Cet homme inconnu. Riant aux paroles de ce dernier, le Japonais sentit tous ses doutes s'envoler, se laissant aller à son rôle. « C'est moi qui suis flatté qu'un homme comme toi accepte que je lui en offre un. » Devait-il redevenir un peu plus timide ? Ce n'était pas si compliqué, en réalité. Ji Hoon avait toujours ce don de lui faire perdre ses moyens. Il n'en fallu pas plus pour que Haruto retrouve un peu de sa véritable personnalité. Ses joues rougirent légèrement. Voulant mettre ça sur l'alcool ingurgité, il leva son verre pour trinquer avec ce beau Coréen. « Ji Hoon... C'est vraiment très joli aussi. En coréen je sais dire... Annyeong haseyo~ ! » Il rit un peu, embarrassé par lui-même. S'il avait vraiment dû draguer Ji Hoon, ce jour-là, il doutait fortement du succès de l'opération. N'était-il pas un peu ridicule, actuellement ?

Danser. Haruto se sentait-il pousser des ailes ? Se posant sérieusement la question, il savait néanmoins que c'était ce que voulait Ji Hoon. Son verre vidé, il se laissa emporté vers la piste de danse. Son cœur battait déjà au rythme de la musique. Devant lui, le décor semblait se mouvoir un peu, flou et incertain. Bizarrement, seul le visage du Coréen paraissait clair. Ce n'était pas grave, c'était sur lui que le Japonais voulait se focaliser. C'était ce qui était le plus important. Riant bêtement, il haussa les épaules comme réponse à la question de Ji Hoon. « J'aime danser, mais ça ne veut pas dire que j'y arrive très bien. » Il rit encore, se demandant comment cet homme pouvait tomber amoureux de lui. Se mouvant comme il le pouvait en suivant le rythme de la musique, Haruto ne pouvait détacher ses yeux de son partenaire. Réalisant qu'il bougeait à peine, il prit une profonde inspiration, se laissant aller, petit à petit. Il voyait le petit jeu du Coréen, y plongeant les pieds joints, cherchant à avoir le même effet sur lui sans être certain d'y parvenir. Petit à petit, Haruto se laissait porter, toujours sans quitter Ji Hoon du regard. « Tu trouves ? T'es pas mal non plus. ~ » Il lui adressa un sourire qu'il voulut charmeur, en réponse au sien. « Et encore, tu n'as rien vu... » L'air de rien, il s'approcha un peu. « Body wave. ~» Comme il le lui avait appris, lors de ce merveilleux séjour à la montagne.

Et comme lors de cette soirée, un groupe de filles se trouvant non loin les observait. Observait Ji Hoon. Haruto les voyait bien, sentant sa jalousie se réveiller lentement. Elles ne l'auraient pas ! Continuant à danser en espérant que le Coréen ne les aperçoit pas, il sentit son cœur rater un battement en se rendant compte que ce dernier stoppait peu à peu sa danse. Et s'il les avait vu ? Et s'il lui annonçait là qu'il le laissait pour rejoindre ces filles ? Que pourrait-il dire ? Le Japonais sentit la panique monter en lui. Il devait le retenir ! A sa grande surprise, ce fut Ji Hoon qui se rapprocha de lui, allant même jusqu'à passer un bras sur ses épaules, puis un autre. Son cœur s'emballa encore, toujours plus. Il était si près ! Tentant de se calmer du mieux possible, Haruto ne s'aida pas vraiment en posant ses mains sur les hanches de son partenaire. « Absolument pas. » Autour d'eux, tout s'estompait. Il en oublia même qu'ils étaient deux hommes et que leur relation pouvait éventuellement gêner. La façon dont Ji Hoon le touchait le rendait déjà fou, il fallut qu'il en ajoute en lui susurrant à l'oreille ! Sentant un frisson courir le long de son dos, Haruto ne put contenir un sourire. « Ah non... Quelqu'un a déjà volé mon cœur, il me semble... » Son regard plongea dans le sien, se voulant intense. Il aimait tellement le fixer de la sorte, comme s'il pouvait sonder son âme. Ses mains le tenant fermement à la taille, il se rapprocha encore un peu. Toujours plus. « Que veux-tu savoir sur moi ? » Ses mains glissèrent alors dans le dos du Coréen. Les voilà maintenant presque collés-serrés. Haruto continuait de se mouvoir au rythme de la musique, mais de façon beaucoup plus sensuelle.

Mais il avait beau les ignorer, Haruto ressentait les regards qu'on posait sur eux. Ils n'étaient pas tous forcément hostiles, certains étaient simplement curieux, mais cela ne le rassurait tout de même pas. « Tu as l'air d'avoir beaucoup de succès. » Haruto ne put le contrôler, son regard se fit noir alors qu'il jeta un œil vers le groupe de filles qui continuaient à les observer de façon beaucoup trop insistante. « Ce ne doit pas être tous les jours faciles. » Son sourire glissa au coin de ses lèvres, son ton s'était fait taquin, et il rit un peu. Cela l'aida à faire passer son trouble. Tant qu'il était avec Ji Hoon, tout allait bien. Ne sachant plus très bien s'il jouait un rôle ou non, Haruto essaya de retrouver son personnage, sans vraiment trancher sur le fait que ce soit une bonne idée ou pas qu'il continue. « Que faisait un si bel homme tout seul ? Tu semblais déprimé. » Il se maudit aussitôt, aurait dû s'arrêter à la première phrase. Le rythme de la chanson changea, bizarrement plus sensuelle. Le Japonais laissa ses mains remonter lentement le dos de Ji Hoon, se collant tout à fait à lui. Devenait-il trop choquant ? Il ne savait pas. Tout ce qu'il savait, c'était qu'il ne voulait pas lâcher ce Coréen, dans n'importe quel sens du terme. Son cœur battait fort dans sa poitrine, et il résistait à l'envie de l'embrasser. Pas encore. Fermant les yeux, le Japonais se laissa porter par la musique. Tout ce qu'il voulait, c'était le charmer. Même petit à petit. Rouvrant les yeux, il lui offrit un large sourire. « Je t'offre un autre verre ? » Il savait que Ji Hoon voulait danser pour oublier leur début de soirée, mais cela n'empêchait pas le reste. Et Haruto se sentait de plus en plus exposer, là au milieu de la piste de danser. Son regard restait accroché au sien. Au fond, tant qu'ils étaient ensemble, il se disait qu'il ne craignait rien. Que tout allait bien. Et il y croyait sincèrement. Leur amour les protégeait du monde autour. De toute façon, rien d'autre n'avait d'importance.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 31 Mar - 1:08

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Ses yeux dévoraient Haruto, sans pouvoir le relâcher. Il était si beau, encore plus beau que la dernière fois qu’il l’avait vu ! Ce Japonais le charmait trop facilement, avec un rien, il le rendait dingue. Avant, il ne le réalisait sans doute pas, mais il suffisait qu’il parle pour que ce pauvre petit Coréen soit totalement hypnotisé, pendu à ses lèvres à écouter religieusement ce qu’il avait à dire. C’était toujours intéressant. Son meilleur ami, celui qui était toujours là pour lui, celui qui le suivait dans toutes les conneries qui lui venaient. S’amuser comme des gamins dans Tokyo pendant la nuit, avec beaucoup de verres en trop, rire, tomber dans les bras l’un de l’autre… Ridicule de n’avoir rien vu venir ! Il l’aimait déjà à ce moment-là ! Son cœur battait si fort pour cet homme, comme jamais auparavant, il était le seul qui comptait, le seul qu’il voyait. Quand ils sortaient tous les deux, il se sentait bien, écouté, heureux. Leur premier séjour à la montagne avait reflété ça. Ils n’avaient besoin de personne d’autres. Etaient-ils plus heureux à ce moment-là ? Ce n’était sans doute pas possible de le savoir. Avant, c’était différent, tout était plus facile.

Sans doute parce qu’ils gardaient tout pour eux, n’assumant pas cette drôle de jalousie qu’ils ressentaient quand une fille venait les déranger pour draguer l’un des deux. Quand l’un voyait une autre personne, ce manque quand ils ne pouvaient pas se voir, Ji Hoon n’y avait jamais prêté attention. Aujourd’hui, c’était sûrement trop présent. Parce qu’il avait peur de le perdre, tous les jours. Peur qu’il s’en aille, qu’il le laisse sans un regard. Il pourrait. Ji Hoon n’avait pas l’impression de lui apporter grand-chose, sauf des soucis en plus. Ses yeux se perdaient sur lui, son sourire ne le quittait pas, craquant complètement. Qu’est-ce qu’il pouvait bien aimer chez lui ? Qu’est-ce qui lui donnait envie de rester ? Ji Hoon ne voulait pas relancer le sujet, de peur qu’il y réfléchisse sérieusement et réalise qu’en réalité, il n’avait rien d’attirant. Son physique, d’accord, mais après ? Haruto pourrait trouver tellement mieux. Quelqu’un avec qui il pourrait avoir de longues conversations intellectuelles pendant des heures, quelqu’un qui le comprendrait et ne lui prendre pas la tête pour tout et n’importe quoi. Quelqu’un avec qui il pourrait être sans se cacher, que sa famille accepterait. Quelqu’un qui aurait une famille prête à l’accepter sans condition.

Ji Hoon ne devait pas y penser, juste profiter de son petit-ami, incroyablement gay ce soir. Tant pis, ils devaient jouer des inconnus. Quand bien même l’hétérosexualité du Japonais semblait inexistante, la sienne ne donnait pas signe de vie non plus, à l’entendre glousser comme ça. Ji Hoon aimait bien ce petit jeu, encore plus quand il pouvait le partager avec Haruto. Un léger sourire orna ses lèvre, il le fixait amoureusement, se contenant comme il pouvait pour ne pas écraser ses lèvres contre les siennes, pour ne pas se coller à lui. Son cœur battait si fort, surtout quand il le voyait rougit. Riant un peu en l’entendant parler coréen, il hocha la tête. « C’est déjà très bien ! Annyeong. » Avec un petit sourire, il se courba un peu comme s’il le saluait réellement, rapidement charmé par une nouvelle idée, il finit son verre avant de l’entrainer à sa suite pour danser. Sa main dans la sienne, il le tira avant de le relâcher pour danser. Ji Hoon adorait danser, bouger son corps, relâcher la pression, oublier ce qui le tracassait. Haruto l’amusait, bien malgré lui. « T’y arrives plutôt bien. » Ce n’était pas parfait, il était un peu raide, mais peu importe. Le Coréen aimait bien quand même.

Un sourire se forma davantage sur ses lèvres, il se relâchait totalement, il ne put s’empêcher de rire en le voyant faire un body wave, ouvrant la bouche, impressionné. « Wow ! Mais qui t’a appris ça ? » Oui, qui ? Haha. Son sourire se fit complice avant de lui offrir un clin d’œil des deux yeux. Sa joie se dissipa un peu en voyant ces filles les fixer. Il n’aimait pas ça, surtout en voyant Haruto les regarder en retour. Non… Hors de question de le laisser l’abandonner ! Se fichant bien des gens autour grâce aux verres d’alcool qu’il avait déjà pris, il se rapprocha de son petit-ami, passant ses bras autour de ses épaules d’un geste possessif. Il était à lui, juste à lui. Son sourire se fit charmeur à sa réponse. « Tant mieux. » Il ne comptait pas s’éloigner, voulant au contraire, se rapprocher toujours davantage. « Ce quelqu’un a beaucoup de chance d’avoir eu ton cœur… » Tout le monde voudrait le cœur de Kamiya Haruto. Il était si beau, si pur. Si précieux. Mais Ji Hoon savait qu’il était à lui et cette idée lui plaisait pas mal. Il sourit en le sentant se rapprocher, perdant un peu son souffle face au rythme frénétique de son cœur.

« Je veux tout savoir de toi… Ce que tu aimes… Ce que tu détestes… Tout. » Tous les détails, même les plus insignifiants. Absolument tout l’intéressait chez Haruto, parce qu’il l’aimait, parce qu’il était lui, parce que Ji Hoon le trouvait toujours intéressant. Le Coréen ne voyait pas les regards sur eux, il ne voyait que lui, incapable de se concentrer sur autre chose, pour se scandaliser de propos qu’on pourrait tenir sur eux. Non, ce n’était pas important. Tout ce qui comptait c’était cette danse, ce moment qu’ils partageaient, leur bonheur. « Oh non, c’est très difficile ce succès, mais on s’y fait… » Son rire se fit amuser, il plissa légèrement le nez pour le taquiner. Le modèle dansait toujours, sensuellement contre ce bel inconnu qu’il comptait bien ne pas lâcher de si tôt. Du moins, c’était ce qu’il pensa avant d’entendre cette dernière phase. Etait-il sérieux ? Ji Hoon ne savait pas s’il devait rire, s’offusquer, ou le planter là. En silence, il le fixa quelques secondes avant de secouer la tête. « C’est rien, je veux pas en parler. » Son ton se fit sec malgré lui, insistant bien sur la fin. Il ne voulait plus évoquer cette soirée, il ne voulait plus parler de ça. L’idée d’un verre le séduit assez et il se décolla de son petit-ami pour se rapprocher du bar.

« Hey, si vous voulez, y a un bar plus sympa que celui-là, juste en face ! » Le regard du Coréen se posa sur l’importun, le jaugeant un instant alors qu’il reprenait la parole pour dire que lui et son ami allait y aller. Ji Hoon hésita, avant de regarder Haruto, mais son regard croisa celui des filles qui fixait encore son « inconnu ». Sans hésiter, il accepta. Gardant son homme près de lui, il suivit les deux amis vers le bar en question, y entrant son broncher. Il y avait déjà beaucoup moins de filles, ce qui lui apporta une certaine satisfaction. Remerciant ce type bizarre, il alla au bar, commandant deux autres verres de saké, il en tendit un au Japonais. « On trinque à notre rencontre, Haruto ? » Son verre se leva vers lui, il sourit à nouveau, oubliant la petite bourde de son amant il y a quelques minutes, la faisant passer en vidant le verre, un petit rire incontrôlable quitta ses lèvres alors qu’il revint se coller à lui. « Eh, tu vas penser que c’est une technique de drague nul mais… T’as les plus beaux yeux que j’ai jamais vu. » Et c’était vrai. De grands yeux brillants. Il était si beau ! Comment pouvait-on être si beau ? Sa main se leva sur sa joue, comme pour voir s’il était tout à fait réel.

Son sourire ne se dissipait pas, il commençait à doucement oublier, son esprit s’embrumant d’alcool qu’il avait sans doute bu trop vite, le forçant à des spasmes de rire. « Hyuuung… » Ses bras se nouèrent autour de son cou de son homme, approchant son visage du sien sans l’embrasser. Son nez effleura le sien, il rit un peu, regardant brièvement autour de lui, ses lèvres finirent par se pincer. « Eh y a pas mal de pédé par ici… » D’autres hommes qui dansaient collés serrés, certains s’embrassaient… Pouffant un peu, il finit par grimacer. « C’est dégueulasse, regarde-les ! Et après quoi, ils vont s’enculer aux toilettes ? » Ok, doucement sur le saké. Sa langue glissa sur ses lèvres, il pouffa encore, s’appuyant tout contre Haruto. « Eh, pourquoi tu m’embrasses pas ? » Son regard se fit sérieux, alors qu’il s’éloignait de lui. « Tu veux pas m’embrasser ? Je suis pas embrassable ? » Air suspicieux sur le visage, il fronça les sourcils en allant s’appuyer contre le bar. Ses yeux se posèrent à l’autre bout, il se focalisa à nouveau sur Haruto. « Si tu m’embrasses pas, je vais demander au type qui arrête pas de me regarder là-bas de le faire. » Ses yeux se posèrent sur le type en question, lui offrant un charmant sourire et un signe de la main avant de regarder son petit-ami qui n’avait pas encore cédé à son caprice. Pourquoi voulait-il absolument qu’il l’embrasse maintenant ? Pourquoi l’ordonner ? Ce n’était pas vraiment complémentaire avec leur jeu de rôle. Ji Hoon ne savait pas vraiment s’il jouait encore ou non mais il était certain d’une seule chose ; il le voulait. De tout son cœur, il voulait ses lèvres contre les siennes, il voulait s’enivrer totalement, il voulait tout oublier. Sauf de l’aimer.



Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 1 Avr - 2:33

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Draguer Ji Hoon n'était pas aussi simple que Haruto l'aurait pensé. Pourtant, ça lui semblait étrangement naturel. Peut-être pas si étrange que ça, compte tenu qu'ils sortaient déjà ensemble. Mais ce n'était pas aussi évident. Parce que son homme avait ce charisme qui lui faisait perdre les moyens. Comment le draguer correctement, quand c'était lui qui était séduit au premier regard ? A chacun de ses regards ? Haruto n'était pas très doué lorsqu'il s'agissait d'aborder quelqu'un. Son côté effacé et timide le rendait souvent invisible. Du moins, c'était ce qu'il pensait. Ce qu'il croyait. D'accord, peut-être avait-il malgré tout conscience du fait qu'il était plutôt beau garçon. Vraiment beau. Ses selfies le prouvaient assez, même si depuis plusieurs semaines, il avait un peu abandonné son compte Instagram. Les photos qu'il prenait, il les envoyait la plupart du temps à son petit ami. Au fond, c'était à lui qu'il devait et qu'il voulait plaire. Personne d'autre. Jamais il n'avait voulu être si important aux yeux de quelqu'un. Jamais il n'avait espéré compter à ce point. Et jamais il n'aurait pensé trouver cette personne que chacun espérait secrètement trouver. Son âme sœur. Sa moitié manquante. Cette pièce qui venait compléter le puzzle compliqué de son existence.

C'était Ji Hoon. Et c'était ce que Haruto réalisait une fois encore alors que ce dernier l'emmenait sur la piste de danse. C'était Ji Hoon qui faisait battre son cœur de cette manière si particulière. Dans un rythme plus accentué, mais si doux. C'était avec lui qu'il se sentait le mieux, peu lui importait l'endroit. C'était lui qui le révélait. Aurait-il vraiment osé aborder un inconnu dans un bar en lui parlant coréen ? Sûrement pas ! Encore moins aurait-il pu danser de façon si osée. La body wave, ce pas de danse si particulier, appris lors de ce voyage tout aussi particulier. A ce moment-là déjà, Haruto avait été amoureux. Il s'en rendait compte aujourd'hui. A batifoler dans la neige comme ils avaient pu le faire, à se montrer déjà un peu jaloux, à se rapprocher de façon si intime. Ce premier baiser. Vraiment très chaste, mais qui lui avait tellement donné envie de recommencer ! Son cœur qui s'accélérait toujours en y repensant. Son esprit qui y pensait finalement tous les jours. Mais son incapacité à se l'avouer, ce déni profond dans lequel il avait semblé englué. Aujourd'hui, Haruto se trouvait bien stupide. Mais quelque part, cela faisait parti de leur histoire si extraordinaire, alors il ne souhaitait rien changer.

« Mon meilleur ami. ~ » Un très bon danseur, très charismatique, vraiment sexy. Haruto répondit au sourire de son partenaire, qui s'élargissait en voyant son adorable clin d’œil. Il le charmait si facilement ! Comment Haruto pouvait-il seulement espérer avoir l'ascendant sur lui, même en jouant des rôles ? Mais jouaient-ils seulement ? Si près de Ji Hoon, le Japonais avait beaucoup de mal à continuer ce petit jeu qu'il avait lui-même initié. Mélange de réalité et de fiction, ce qu'il désirait toujours était le séduire. Il aimait quand le Coréen se montrait possessif et jaloux – même s'il lui faisait peur, parfois, à sous-entendre des menaces physiques. Mais était-il à même de juger ? Quand il menaçait de son côté les partenaires de ses shootings photos ? C'était cet amour si fort, si puissant, qui semblait dicter leurs pensées. C'était plus fort qu'eux, ils ne pouvaient s'en vouloir. « Je ne sais pas... » Haruto redevint peut-être un peu trop sérieux, pour le coup. Avait-il réellement de la chance d'avoir volé son cœur ? Il l'avait fait tant souffrir... Mais ce n'était pas le moment de repenser à ça ! « Mais je suis heureux qu'il l'ait fait. Il lui appartient entièrement. Il ne bat que pour lui. » Son cœur qui calquait son rythme sur le sien.

Dansant toujours du mieux qu'il le pouvait en essayant de ne pas avoir l'air trop ridicule, Haruto sourit à son partenaire. Tout savoir sur lui ? « Il y a tant de choses à dire. » Ou peut-être pas. « On va devoir y aller doucement... » Appuyant ses paroles d'un geste appuyé de la main sur la hanche de Ji Hoon, il lui adressa un sourire plus large encore. Tant pis si on les observait, ou tant mieux, même ! Que tout le monde sache que ce beau Coréen était tout à lui ! Personne n'avait de chance, qu'ils retournent tous chez eux ! Riant un peu à la réponse que lui donna Ji Hoon, Haruto se maudit pour la suite. Pourquoi fallait-il toujours qu'il sabote ses propres idées ? Lui offrant un faible sourire désolé, il baissa un peu la tête, se sentant vraiment très stupide. Il s'en voudrait longtemps s'il avait gâché cette soirée plus qu'elle ne l'était déjà ! Boire les aideraient-ils cependant réellement à oublier ? Le Japonais n'était plus très sûr, mais hors de question de laisser Ji Hoon se saouler seul. Quitte à être ivre, autant l'être avec lui !

L'intervention d'un inconnu le laissa perplexe. Il n'était pas certain de vouloir le suivre, un peu sur la défensive. Et si c'était ce que l'on appelait des casseurs de gays ? Ces groupes qui s'amusaient à prendre des homosexuels à part pour les tabasser à l'abri des regards ? Le psychiatre commençait à devenir paranoïaque, un comble. Cependant, il était inimaginable de laisser Ji Hoon y aller seul. Qu'il ait raison ou non. Au meilleur des cas, son homme se retrouverait dans un bar gay. Mais seul, et ça, Haruto ne voulait pas le risquer. Que tout le monde sache qu'il était sien ! Collé à son petit ami, oubliant presque le rôle qu'il s'était attribué, il suivit donc le couple qui les précédait. Un sourire amusé naquit au coin de ses lèvres quand il réalisa que Ji Hoon ne semblait pas encore avoir réalisé où ils se trouvaient désormais. Devait-il lui dire ? C'était sûrement l'alcool qui inhibait légèrement sa capacité à réfléchir. Restant accroché à lui, Haruto le suivit jusqu'au bar. Le remerciant pour le verre de saké, il trinqua en gloussant bêtement. « A notre rencontre !  Geonbae ! » Vidant son verre d'une traite, il eut l'impression de pouvoir sentir l'alcool descendre jusqu'au plus profond de ses entrailles. Cela lui donna un petit coup de fouet bienvenu. Mais ce qui le fit vibrer, ce n'était pas l'ivresse. C'était son regard plongé dans celui de Ji Hoon. Haruto se sentit rougir à ces mots, comme si c'était la première fois qu'il les entendait. Son cœur se mit à battre plus rapidement encore. Il sourit quand sa main se posa sur sa joue. « C'est pour mieux pour t'observer. » Bon, au niveau des répliques, il était bien de son rôle de dragueur. Un peu lourd, cela dit.

« On dirait qu'ils ne peuvent pas se détacher des tiens. » Sourire charmeur au coin des lèvres, le Japonais se rapprocha de Ji Hoon. Ses mains se posèrent à nouveau sur ses hanches. Voir son homme légèrement saoul le faisait étrangement craquer. Il savait que dans ces moments-là, il se dévoilait. Sa tête aussi commençait à lui tourner, et il se demandait comment il arrivait encore à tenir debout. Il gloussa bêtement lorsque leurs nez se frôlèrent. « Ji Hoon... » Ses sourcils se froncèrent un peu. Devait-il vraiment le gronder pour ça ? Mais si on l'entendait ? Bon, vu leur position, ils penseraient sûrement que c'était là l'hôpital qui se fichait de la charité. Et au final, ces remarques le firent rire bêtement. C'était cette façon si naturelle qu'avait son homme à sortir des énormités pareilles. « Aux toilettes ? Quelle horreur ! Je préfère faire ça dans une cabine d'essayage. » Il pouffa à sa bêtise, se demandant si commander deux autres verres de saké soit vraiment une bonne idée. Haussant les sourcils à la question soudaine du Coréen et soufflant une expression de surprise typiquement japonaise, Haruto le fixa d'un air amusé. Mais avant qu'il ait pu lui répondre, Ji Hoon passa à la menace. Fronçant les sourcils, le Japonais se tourna vivement pour menacer cet homme des ses si beaux yeux noirs. Sans le quitter des yeux, il s'approcha de Ji Hoon, posa ses mains sur ses hanches. Il ne rompit le contact visuel que lorsqu'il se tourna vers le Coréen. « Je veux t'embrasser. » Il était si près, son souffle caressait déjà ses lèvres. « Je vais t'embrasser de façon si passionnée que tu en perdras le souffle et que tu ne pourras plus tenir sur tes jambes. Et tu vas en redemander. » Ses mains se détachèrent de son corps pour se lever vers son visage, capturant ses joues aux creux de ses paumes.

Et comme promis, il l'embrassa passionnément. Ses lèvres mangèrent les siennes, avant que sa langue ne trouve un passage entre elles. Sans lui accorder le moindre répit, elle attaqua la sienne, menant la danse. Dans l'échange effréné, Haruto s'était collé à Ji Hoon, le coinçant contre le comptoir du bar. Son souffle devenait court, mais il prolongea le baiser autant que possible. Un peu de bave glissa même à la commissure de ses lèvres. Ses yeux s'étaient fermés quand sa bouche s'était écrasée contre la sienne. Alors qu'il recherchait son souffle, le Japonais laissa ses mains glisser le long du torse de son homme, effleurant ses hanches, glissant sur ses fesses. Collant son front au sien lorsqu'il rompit finalement le baiser, Haruto réalisa que c'était lui qui avait du mal à tenir sur ses jambes. Embrasser Ji Hoon avait toujours le don de l'électrifier. Rapprochant son bassin du sien, il rouvrit les yeux, le souffle toujours court. Ses lèvres cherchaient malgré tout à embrasser encore les siennes, entre deux soupirs. « Alors ? Tu veux toujours demander à ce minable de t'embrasser ? » Se redressant un peu, Haruto fixa Ji Hoon. S'il le fallait, il l'embrasserait toute la soirée, pour montrer à tous que cet homme était le sien. Ses mains attrapèrent doucement ses fesses, histoire de lui faire comprendre qu'il n'avait pas peur de le montrer. Souriant à son Coréen, il lui vola un baiser, avant de commander deux nouveaux verres. « Je n'avais jamais mis les pieds dans un bar gay, avant. » Il fixa un instant Ji Hoon, avant de pouffer sans raison. Il observa alors ces hommes, avant de se retourner invariablement vers son homme. « Je ne me sens pas gay en les regardant. Il n'y a que toi qui me fais cette effet. » Il avait voulu le dire sur un ton sincère, mais léger, un sourire aux lèvres. Mais son ton s'était fait extrêmement sérieux, tout comme son expression. Comme s'il voulait convaincre Ji Hoon. « C'est toi que j'aime. » A croire qu'il laissait désormais son rôle de côté. Haruto se pencha pour embrasser doucement Ji Hoon. Un douceur qu'il ne réservait qu'à lui. « Tu veux encore danser ? » Le rythme était lent, les couples se mouvaient avec paresse autour d'eux. Le Japonais entraîna son partenaire sur la piste, se collant immédiatement à lui. Ses bras passés par-dessus ses épaules, il colla son corps au sien. « Saranghae.~ » Il lui adressa un sourire. Un doux sourire, porteur de ses sentiments si sincères qu'il lui portait. Qui ne fanaient pas. Mais au contraire, qui devenaient chaque jour plus forts.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 2 Avr - 1:33

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Haruto était sexy. Il s’agissait d’une vérité indiscutable, il l’était. Il avait ce petit truc en plus qu’on ne pouvait qu’aimer, qui ne pouvait que nous charmer. Ji Hoon aimait quand son homme l’aguichait, quand il se comportait ainsi envers lui, qu’il dansait de manière scandaleuse, même si ça éveillait sa jalousie en voyant d’autres personnes le regarder. Le meilleur ami en question sourit, assez fier. Après deux ans, il ne maitrisait encore pas si mal le « body wave » et il était de plus en plus sexy en le faisant. Haruto était parfait, le Coréen, se laissait tous les jours un peu plus charmer, souriant comme un imbécile heureux. Comment pouvait-il seulement songer à le quitter ? Il l’aimait beaucoup trop, plus que tout au monde s’il pouvait dire. Il avait quelque chose en plus, quelque chose de particulier qu’il ne saurait décrire, persuadé qu’ils étaient les seuls à avoir ça. A ressentir un attachement aussi fort, à avoir besoin d’être là l’un pour l’autre, d’être proche, le plus proche possible. Certaines personnes attendaient toute leurs vies pour vivre ça, pour rencontrer finalement cette personne faite pour eux. Ji Hoon réalisait la chance qu’ils avaient, malgré tout, malgré la crainte de le perdre, malgré ce qu’en pensait sa mère.

Que faisait sa mère actuellement ? Y pensait-elle encore ? Réfléchissait-elle à un moyen de lui faire changer d’avis, de le faire quitter Haruto ? Elle n’y arriverait pas… Elle ne lui poserait pas d’ultimatum, sa famille ou lui. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était attendre et accepter que malgré le mal qu’il avait pu faire, Haruto était l’amour de sa vie et il avait besoin de lui, besoin de son amour, de sa présence. Ce soir, il voulait oublier tous les problèmes qu’ils rencontraient, ne plus penser à rien sauf à eux. Le Coréen voulait être cette personne qu’évoquait Haruto, celui de qui il était tombé amoureux, celui qui avait gagné son cœur. Bien sûr qu’il savait que cette personne, en réalité, c’était lui. Mais cela n’empêchait pas son cœur de battre plus fort, toujours plus fort en le réalisant, en se disant que cet homme si parfait, qui devait représenter l’homme idéal pour tant de personne, était amoureux de lui, juste de lui. Qu’ils étaient ensemble, que Ji Hoon avait cette chance. Qu’avait-il bien pu faire pour mériter ça ? Un homme si charmant, si attentionné, si drôle ? A ses yeux, il était parfait.

Sauf quand il gâchait tout en se montrant maladroit. Rire, s’offusquer, Ji Hoon ne savait pas, avec lui, il ne savait plus. C’était mieux de faire une pause, de boire un verre. Bêtement, il suivit ce type hors du bar, ne sachant même pas où il les emmenait. Le Coréen, n’envisageait pas qu’on puisse leur faire du mal, qu’ils puissent être la cible d’attaque homophobe. Une fois dans ce bar, il se détendit à nouveau, comme s’il avait laissé dans le dernier bar tout ce qui le tracassait. Son regard regardait désormais à peine ce qu’il y avait autour de lui, trop occupé à contempler son homme. Si beau… Oui, tellement beau !  Le plus beau de tous. Ji Hoon le dévorait littéralement du regard, son sourire ne le quittait pas. Il était si amoureux de lui, l’aimait tellement. Il trinqua à leur nouvelle rencontré, pouffant un peu. « Je croyais que tu savais juste dire Annyeong ? Tu mens ? t’es un Nord-Coréen sous couverture ? » Ses yeux se plissèrent, suspicieux, il approcha son visage du sien, pouffant un peu. Il n’imaginait pas ses cousins du Nord si sexy.

Ses yeux se perdaient dans les siens. Définitivement les plus beaux qui soient, Ji Hoon en restait persuadé. Personne n’avait un regard si doux, si beau, si étincelant que lui. Pourtant, bêtement, il arrêta de le regarder et ce qu’il vit ne lui plaisait pas vraiment. Il grimaça en voyant deux hommes s’embrasser, d’autres un peu trop proche. C’était dégueulasse. Et choquant. Ji Hoon était choqué, il s’apprêtait à le signaler au barman quand son attention fut à nouveau accordé à son homme. Gravement, il considéra les paroles de son amant, approuvant de la tête. « Ben oui, c’est moins sale ! Tu sais pas ce que tu peux choper en baisant dans des toilettes. » Hors de question d’enculer ou de se faire enculer dans les toilettes dans un bar, c’était un nid à bactérie et à MST.

Un caprice soudain. Il voulait que Haruto l’embrasse, ne comprenant pas pourquoi il ne l’avait pas encore fait. Ses lèvres sur les siennes, son corps tout contre le sien. Le Coréen, en avait tellement envie ! Il n’attendait que ça depuis ce début de soirée, même prêt à menacer pour avoir ce qu’il voulait. C’était sexy de le voir se retourner pour menacer du regard l’homme qui le mattait. Mordillant sa lèvre quand ses mains se posèrent sur ses hanches, il le fixa, dans l’expectation. Qu’il l’embrasse ! Le laisser parler ne faisait que de le rendre encore plus fou, le désirer toujours plus ! Haruto commençait à l’exciter et s’il continuait, il allait faire exactement ce qu’il méprisait et faire un tour dans un lieu insalubre. Sa respiration s’arrêta quand ses mains encerclèrent son visage, et Ji Hoon fut définitivement perdu quand il l’embrassa, se laissant coller contre le bar, ses bras encerclèrent son corps pour se poser dans son dos, l’encourageant à venir tout contre lui. Il y répondit avec tout autant de passion, se débattant à peine pour avoir le dessus. Sa langue combattait paresseusement la sienne, il pencha doucement la tête sur le côté, laissant ses doigts glisser dans son dos. Ça le rendait fou, lui faisait perdre la tête. Il resta sans air quand finalement il relâcha ses lèvres. Il en voulait encore, ça n’avait pas été assez !

Ji Hoon en voulait toujours plus. Reprenant son souffle, il admit que le Japonais avait raison, il tenait à peine sur ses jambes, fébrile, n’attendant qu’une chose : l’embrasser encore. « … Qui ? » Il avait tout oublié, ne savait plus comment il s’appelait. Un petit rire quitta ses lèvres. « Embrasse-moi encore… » Il n’attendit pas que Haruto le fasse pour coller sa bouche contre la sienne et goûter encore un peu à cette passion dévorante. Une fois plus ou moins rassasié (il ne l’était jamais totalement), il le relâcha, se tournant vers le bar pour deux nouveaux verres, il fronça les sourcils, regardant brusquement Haruto. « Quoi ? Comment ça un bar gay ? » Pourtant, ça tombait sous le sens. Il n’y avait quasiment que des hommes et la plupart d’entre eux s’embrassaient, se touchaient, se chauffaient ou faisaient connaissance un peu plus qu’amicalement. Sa bouche s’ouvrit sous le choc avant de se refermer. « Mais on est pas gays ! On, devrait pas être là ! » Il s’offusquait après avoir embrassé à pleine bouche l’homme près de lui ? Homme avec qui il était en couple depuis presque deux ans. Mais non, rien de gay, vraiment. Il sentit le besoin de le signaler au barman. « Eh, je suis pas pédé moi, hein ? » Il tapota l’épaule du gars à côté de lui. « Oh, j’suis pas pédé ! » Il lui répondit que lui non plus avant de rire en tapotant sur son épaule. Au moins, il n’était pas le seul. « On doit pas penser qu’on est pédés, dis leur ! ON EST PAS GAYS ! » Tout le monde l’avait entendu ? Sûrement pas, la musique était malheureusement trop forte.

Sa campagne se stoppa pour revenir contre son homme. Le jeu était terminé, du moins, il n’y pensait plus vraiment, trop heureux quand son homme lui disait qu’il l’aimait. « C’est moi qui t’aime plus, Baobei… » Ses lèvres retrouvèrent les siennes. L’alcool l’empêchait de penser correctement, il ne voulait même plus penser correctement. « Oui ! Bien sûr que je veux danser ! » Le rythme était plus lent, il se colla immédiatement à son homme une fois sur la piste de danse, déposant quelques baisers dans son cou. « Saranghae… » Si fort, tellement fort. Il sourit, trop heureux d’être là, près de lui. Son corps suivait le rythme, ses yeux contemplaient les siens avant de se perdre derrière ses paupières tandis qu’il revenait l’embrasser. « Dis… On joue encore ou pas ? Les inconnus ? » Il espérait que non, il ne voulait plus trop jouer, il voulait retrouver son homme, être heureux.  « Tu nous trouves gays ? » Pourquoi voulait-il se faire du mal ?

Il se faisait du mal, clairement, mais pas en devant se faire à l’idée qu’ils étaient effectivement très gays et que ce bar était exactement ce dont ils avaient besoin. Un couple homosexuel, ici, ils ne choqueraient personne en s’embrassant, en se touchant, en affichant leur amour. Sa main glissa le long de la taille de son amant, ses yeux se perdirent vers un type qui dansait près d’eux, jetant des regards insistants vers Haruto, ou plutôt, vers le bas de son dos. Ji Hoon le fixa avec insistance jusqu’à ce qu’il le remarque, attrapant le visage de son petit-ami pour l’embrasser et lui faire comprendre que c’était chasse gardée. Qu’il devait arrêter de le regarder. « Y a vraiment des pervers ici. » Le Coréen s’accrocha plus fermement à lui, fronçant les sourcils en voyant ce type lui sourire. Il voulait mourir. Son sang ne faisait qu’un tour dans ses veines, son corps ne bougeait plus, il restait fixement là, comme un lion qui attendait le moment propice pour bouffer sa proie. On ne touchait pas Haruto, on ne le regardait pas. Son côté possessif devenait sûrement maladif, mais cette pensée ne lui effleurait pas l’esprit, quand bien même ses doigts agrippaient Haruto toujours plus fort en le voyant sourire à son petit-ami. Qu’il s’éloigne, qu’il arrête. Non, quelque part, il voulait qu’il continue, il voulait qu’il s’approche, il voulait lui faire regretter.

Son corps colla le sien, l’air de rien, il détourna la tête, comme s’il ne faisait plus attention à lui, souriant à son petit-ami. Il le voyait se rapprocher, le voyant agir, l’air de rien. Venir toujours plus près de son petit-ami en effectuant des mouvements dégueulasses avec son corps. L’alcool le rendait encore plus intenable, il ne devenait pas plus impulsif, mais clairement plus agressif. Dès qu’il l’effleura, il tira Haruto contre lui, le poussant un peu pour qu’il ne puisse pas l’approcher. « Wow ! Le touche pas, connard ! » D’un geste sec, il le repoussa en arrière. « Tu crois que je te voyais pas, hein ? » Ou bien cherchait-il à le provoquer ? C’était réussi. Ji Hoon voulait se défouler, Ji Hoon voulait passer sa haine, sa frustration, sa rancœur. La passer sur cet inconnu parce qu’il était hors de question qu’il s’en prenne à ceux qu’il aimait. Le Coréen n’écoutait pas ses excuses, sa panique, il ne voyait pas ça alors qu’il avait levé son poing pour le frapper, continuant à l’insulter. Il lui ferait regretter. On ne touchait pas Haruto. Personne ne pouvait l’effleurer, s’en approcher. Il tuerait, Ji Hoon l’avait dit, et il était parfaitement sérieux.



Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 3 Avr - 0:19

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Un bar gay. Quelque part, Haruto était plutôt de soulager. Il lui en fallait très peu, en vérité, pour s'inquiéter. On pouvait le traiter de parano, mais plus Ji Hoon gagnait en popularité, plus il craignait pour lui, pour eux. L'homophobie restait une réalité. Et si on agressait son petit ami rien que pour ça ? Le Japonais savait qu'il s'en voudrait, invariablement. Leur histoire d'amour restait exceptionnelle sur bien des aspects. S'il se laissait aller à croire qu'ils étaient seuls au monde, que leur bulle les protégeait du monde, Haruto ne pouvait perpétuellement ignorer les autres. Aussi fort s'assumait-il, il avait conscience que la société japonaise n'acceptait pas tout. C'était encore tout récent, cette tendance à se montrer en couple en public, dans les rues nipponnes, pour les hétérosexuels. Alors, deux gays ? Ce n'était pas le courage qui lui manquait. Combien de fois avait-il osé prendre la main de son petit ami, alors qu'ils se retrouvaient ensemble dans Tokyo, le soir ? Ne l'avait-il pas embrassé en plein Ginza, un jour ? Son regard trahissait d'autant plus ces sentiments qu'il pouvait avoir pour Ji Hoon. Cependant, Haruto avait conscience des mœurs encore trop ancrées dans la tête de ses contemporains. Et surtout, il était hors de question d'embarrasser le Coréen. Haruto avait conscience que ce ne devait pas être facile pour Ji Hoon. Ce dernier avait certaines idées pas mal arrêtées sur le sujet, et le Japonais en avait eu connaissance bien avant qu'ils sortent ensemble. Encore aujourd'hui, son petit ami montrait un certain dégoût envers les homosexuels. Pourtant, il ne lui en voulait pas. Avec patience, il essayait bien de le faire changer d'avis. Quelque part, il le comprenait un peu. Aucun de ces couples n'étaient à leur hauteur. Il était persuadé qu'ils ne connaissaient pas un si belle histoire que celle qu'il construisait avec le Coréen. Personne ne leur arrivait à la cheville. C'était prétentieux, mais personne ne pourrait le convaincre du contraire.

C'était pourquoi, une fois les pieds dans ce bar, Haruto ne se sentit pas particulièrement menacé. Ce qu'il craignait surtout, c'était l'effet que pouvait avoir Ji Hoon sur les hommes ici présents. Les sens en alerte, il était prêt à bondir sur quiconque oserait approcher d'un peu trop près son petit ami. Quitte à le suivre aux toilettes, s'il le fallait ! Il le suivait de très près, allant presque se coller à lui, une fois le comptoir atteint. Dès qu'ils furent servis, il laissa échapper cette petite expression en coréen. Son rire fusa devant l'air suspicieux qu'affichait Ji Hoon. « Démasqué. ~ » Non. Peut-être pas. « Je n'ai jamais dit que je ne savais que dire ça ! J'ai mes petits secrets ! » Et le clin d’œil assuré qui allait bien, alors qu'il pouffait doucement. Sans attendre, il trempa ses verres dans l'alcool. Haruto n'était pas très sûr de vouloir s'enivrer. Quelque part, il voulait garder la tête plus ou moins froide, mais il se disait que se laisser un peu aller lui ferait le plus grand bien. Mais il n'était pas vraiment rassuré. Il avait la désagréable impression que tous ces hommes ici présents voulaient lui prendre Ji Hoon. Il les comprenait. Son petit ami n'était pas seulement beau – le plus beau. Il avait le charme et l'humour. Un sourire, des yeux, et des fesses à tomber par terre ! Il avait le charisme, il était parfait. Cela déprimait presque le Japonais. Ji Hoon avait tout, et lui, à côté ? Que devaient penser tous ces hommes ? Que cette grande asperge aux jambes tordues et à l'air trop intimidé ne méritait pas ce Coréen si sexy. Dommage pour eux, Haruto n'était pas près de le leur laisser. C'était son homme !

Ramené sur terre par l'intervention de ce dernier, le Japonais laissa un sourire vriller le coin de ses lèvres. N'avait-il toujours pas réalisé où ils étaient ? Préférant ne pas le choquer trop vite, il se dit qu'il aurait peut-être dû. Il ne savait pas si c'était l'alcool qui le faisait rire si facilement ou simplement le fait de retrouver cette drôle de complicité avec Ji Hoon après ce début de soirée désastreux, mais Haruto se sentait bien, et ne souhaitait pour rien au monde que cela s'arrête. Il voulait en profiter, tant qu'il le pouvait. Avec insouciance. Répondant à son homme, il manqua s'étouffer en entendant sa répliquer, toussant sur la gorgé qu'il venait de prendre. Se tapant un peu la poitrine pour aider à faire passer ça, il rit de plus belle. « Parce que toi tu sais ? » Haruto plissa ses grands, comme pour mieux le fixer. Il espérait bien que non ! Il lui avait toujours fait confiance à ce sujet. Ce n'était donc pas aujourd'hui qu'il commencerait à douter. Surtout s'il lui demandait de l'embrasser. N'avait-il pas envie ? S'il savait ! Haruto pourrait passer sa journée lové contre lui, sa bouche collée à la sienne ! Il aimait tous leurs baisers. Les doux, les sauvages, les amoureux, les passionnés... Puisque c'était avec Ji Hoon, c'était forcément particulier. Alors Haruto le tenta, cherchant à prendre le dessus. A le séduire avant tout. S'il voulait que ces hommes comprennent que ce Coréen était à lui, il voulait aussi que ce dernier ne l'oublie pas. Hors de question qu'il soit tenté de voir ce que ça donnait ailleurs !

Plutôt satisfait de son effet, Haruto se rendit compte qu'il était pris à son propre jeu. C'était lui qui allait s'effondrer. Ses jambes semblaient prises dans du coton, tant cet échange l'avait déjà embarqué vers le septième ciel ! Il ne se fit pas prier, lorsque Ji Hoon lui demanda de l'embrasser encore. Il s'empressa même d'y répondre, avec une douceur non feinte. Jouait-il encore un rôle ? Non. C'était lui, c'était Ji Hoon. Point. Fermant les yeux pour mieux en profiter, il se dit qu'il valait mieux qu'il se calme un peu, avant d'effectivement faire un tour dans ces toilettes avec lui. Ses mots lui échappèrent, et il s'en voulut. Mais la réaction de Ji Hoon le fit éclater de rire. Il devrait le rassurer, l'arrêter avant qu'il n'insulte tout le monde. Mais son homme était trop rapide, s'empressant déjà de signaler aux personnes près d'eux qu'il n'était pas pédé. « Ji Hoon... » Haruto était partagé entre l'amusement et l'inquiétude. S'excusant d'un sourire auprès de ceux mis ''calmement'' dans la confidence de la non-homosexualité pourtant évidente du Coréen, il essaya de le calmer, non sans pouffer comme une andouille devant sa réaction. Qu'est-ce qu'il pouvait l'aimer ! Même lorsqu'il agissait de façon si... zélée. « Moi je le suis pour toi. » Le tout dans un sourire large et plein d'amour. Oh oui. Il l'était vraiment beaucoup pour Ji Hoon !

D'ailleurs, il le lui prouva tout de suite après. Secouant la tête quand il répliqua, Haruto choisit de lui faire comprendre que c'était faux en l'embrassant amoureusement juste après. La musique plus douce lui donna envie de rejoindre la piste de danse. Sans lâcher la main de Ji Hoon, il s'y dirigea donc, un sourire aux lèvres. Dans ses bras, il était vraiment heureux, lui répétant sa promesse d'amour. « Non. C'était naze comme idée. » Il se redressa pour le fixer droit dans les yeux. « Je voulais juste que tu retombes amoureux de moi. Mais c'est moi qui retombe encore et encore pour toi. » Haruto lui sourit amoureusement. « Je nous trouve parfaits ensemble. » Son nez alla frôler le sien, alors que son corps dansait avec le sien. Qu'importe la réaction légèrement excessive de son petit ami, ici, Haruto se sentait plus à l'aise. Tant que ses yeux captaient les siens, tant qu'il arrivait à captiver Ji Hoon, il ne craignait pas de le toucher, de l'embrasser. Ses mains pouvaient se perdre sur son corps. Ici, ils pouvaient montrer qu'ils s'aimaient. « Des pervers ? » Trop hypnotisé par le regard de son homme, le Japonais n'avait rien remarqué. Quand Ji Hoon se figea, Haruto se retourna. Son regard croisa celui d'un homme qui lui sourit poliment. Que se passait-il ? Le psychiatre resta un instant confus, suivant finalement son petit ami sans émettre d'objection. Lui adressant un doux sourire, il se dit que c'était encore une réaction un poil exagérée. Quand Ji Hoon renforça sa poigne sur lui, Haruto en fit de même, le tenant plus fermement pour lui montrer qu'il ne comptait pas le lâcher.

Dansant contre Ji Hoon sans se soucier du reste, il sursauta un peu en sentant quelqu'un l'effleurer, s'effrayant encore plus quand son homme réagit de façon plus violente. « Hoonie ? » Mais sa voix se perdit devant la réaction du Coréen. Ne parvenant pas à analyser la scène qui se déroulait devant lui, Haruto fixa son petit ami, l'air hagard. Il n'avait rien compris, n'avait rien vu venir. « Ji Hoon ! » La violence dont celui-ci fit preuve le paralysa un court instant. Mais ce fut déjà de trop. Réalisant que Ji Hoon pouvait avoir de sérieux ennuis s'il continuait, il se précipita vers lui, tentant de les séparer. Et si ce mec lui amochait le visage ! « Arrête ! Arrête !! » D'autres clients du bar essayèrent de les séparer, y parvenant finalement. Tenant Ji Hoon par un bras, Haruto sentait la panique l'envahir. L'homme que le Coréen avait tabassé était salement amoché. Soutenu par un barman et un client, il secouait son visage tuméfié, refusant d'expliquer la situation. La foule agglutinée autour d'eux dardait des regards noirs sur Ji Hoon, qui blessèrent Haruto. Pourquoi était-ce forcément de sa faute. Qui savait ce que ce type avait pu faire ? Mais c'était bien là le problème, Haruto ne savait pas lui-même. Pourtant, il défendrait son homme quoiqu'il arrive. « Lâchez-le. Il se calme, ok ? » Les sourcils froncés, il avait donné son ordre d'un ton implacable, se retrouvant être le seul à soutenir Ji Hoon, de façon aussi littérale que figurée. « Excusez-moi, mais on vous demande de quitter les lieux. On ne tolère pas ça, ici. » Haruto déglutit, ne se sentant pas vraiment d'humeur à tenir tête à un vigile. « Viens. » Forçant gentiment Ji Hoon à le suivre, Haruto se dirigea vers la sortie en évitant les regards que les autres clients posaient sur eux.

« Assieds-toi là. Ça va ? » Après avoir forcé son petit ami à s'asseoir, Haruto s'accroupit devant lui, posant ses mains sur les genoux de ce dernier. Cherchant son regard, il le fixa sans rien dire, attendant une réponse. Son soupir forma finalement un nuage d'haleine qui s'éleva dans l'air. Il s'étonnait un peu, à ne pas paniquer, à ne pas hurler sur son homme. « Il s'est passé quoi ? » Ses doigts serrèrent un peu les genoux de Ji Hoon, cherchant à capter son attention. « Hoonie... » Ce type avait répliqué, mais heureusement de façon moins grave que les coups portés par le Coréen. Effleurant le visage de ce dernier, Haruto se redressa. « Tu veux que j'y retourne pour demander de la glace ? Tu as mal quelque part ? » Après une brève hésitation, il s'assit à ses côtés. Les yeux désormais rivés au sol, il ne sut quoi dire. Il n'avait rien vu venir, il n'avait pas compris. Levant finalement les yeux vers le ciel nocturne, il poussa un nouveau soupir. « Tu ne peux pas faire ça. Ce n'est pas contre lui que tu es en colère. » Pinçant les lèvres, il baissa finalement le regard vers Ji Hoon, espérant capter le sien. « C'est contre moi, n'est-ce pas ? » C'était lui qui méritait ces coups, Haruto le savait très bien, au fond. C'était lui qui avait osé trahir leur merveilleuse histoire d'amour.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 3 Avr - 23:58

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Ji Hoon n’avait jamais aimé comme il aimait Haruto. Un sentiment unique et indescriptible, quelque chose en plus, qu’on ne pouvait pas forcément expliquer. Il était accro à ses lèvres, pouvant lui demander de l’embrasser encore et encore. Il aimait tellement ça. Leurs baisers étaient uniques, toujours aussi délicieux. Le temps passait, mais il ne perdait pas cette impression que c'était la toute première fois qu'ils s'embrassaient, la première fois qu'il ressentait ça, cette explosion de sentiments, d'amour, cette chaleur dans son ventre. Un simple contact, ses lèvres contre les siennes, et pourtant ! Rien ne le rendait plus dingue que ça ! Il en redemandait, toujours plus gourmant, comme une drogue de laquelle on ne peut désormais plus se passer. Ji Hoon en voulait encore et encore, ravi quand son homme cédait à sa demande, quand il posait à nouveau ses lèvres contre les siennes. Ce soir, ils pouvaient, ils ne se souciaient pas des gens autour d'eux. Même s'il ne l'avouait pas, le Coréen voudrait vraiment que l'homosexualité devienne une banalité, que plus personne n'y prête attention, un homme avec un homme, une femme avec une femme... Que cela n'étonne plus, ne soit plus un problème. Mais comment être crédible quand on tenait soi-même des propos homophobes ? Il faudrait qu'il se penche sérieusement sur la question et fasse attention à cela.

Enfin, plus tard. Pour l'instant, il devait assurer à tous qu'il n'était pas gay. Oh non ! Tout sauf ça ! Il ne faisait pas attention aux railleries du barman face à cette "révélation". Barman très sympathique, qui se contint bien de lui rappeler qu'il l'avait vu, il y a une minute à peine, en train d'échanger sa salive avec le type avec lui. On ne pouvait pas vraiment lui reprocher cela. Après tout, tout le monde voudrait embrasser Haruto ! Tout le monde serait accro s'ils essayaient, hommes, femmes, gays, hétéros... Tous ! C'était si bon, si doux, si passionné. Si sexy... Rien que d'y penser, il voulait recommencer. Jamais embrasser ne lui avait autant plu, ne l'avait autant aguiché. S'il pouvait, il défierait le livre des records. Oh, ils pourraient ! Installés confortablement, ils pouvaient s'embrasser des heures durant sans ciller. Peut-être devraient-ils tenter le défi ? Il en parlerait à son homme plus tard, trop occupé à se perdre dans ses yeux et à tenter de lui voler un nouveau baiser, oubliant presque sa petite crise d'identité sexuelle. "Peut-être que je le suis un peu pour toi aussi..." Son rire se fit amusé. Un peu ? Beaucoup ! Il n'avait jamais été aussi gay auparavant ! Son petit-ami le rendait fou d'amour et de désir.

Le petit jeu était terminé, ça ne dérangeait pas le Coréen. Il ne voulait pas jouer, juste garder sa complicité avec Kamiya Haruto, l'homme qu'il avait rencontré il y a cinq ans, l'homme qui était devenu son meilleur ami avant de pouvoir réaliser qu'il était l'amour de sa vie. Continuant à danser, il s'amusa de sa réponse. Non, ce n'était pas si naze, ça pouvait être amusant... Mais pas ce soir. Ce soir, il voulait juste être avec lui. Tout près de son petit-ami. "Pas besoin de ça pour que je retombe amoureux de toi... Il suffit juste de bien te regarder." Il fit mine de baisser les yeux puis de les relever, prenant un air choqué. "Oh ! Je viens de tomber amoureux, encore une fois ! Ça le fait à chaque fois, ça manque pas." Riant de sa bêtise, il écrasa ses lèvres contre les siennes. "C'est vrai..." Ils étaient parfaits ensemble... Les plus beaux ! Avait-on déjà vu un couple si bien assorti ? Si doux, si drôle ? Sans doute pas, sans doute jamais. C'était bien normal, ils représentaient la perfection, un idéal qu'on ne pouvait atteindre. Ji Hoon était malgré tout fier de leur couple, de leur amour, déplorant de ne pouvoir l'afficher autant qu'il le voudrait, quand bien même ils ne se cachaient pas vraiment. Pour sa carrière, il devrait sans doute, il ne voulait pas s'attirer des ennuies, quand bien même ce serait stupide. Sa sexualité ne devrait pas avoir de rapport avec son travail, pourtant, il savait que ce n'était pas si simple.

Mais ces bonnes pensées s'envolèrent en le voyant. Cet homme qui regardait le sien. Ji Hoon était jaloux, affreusement possessif, encore plus quand il avait trop bu, encore plus depuis que Haruto l'avait quitté. Toujours plus après un début de soirée comme celui qu'ils avaient pu avoir. Ce type n'avait rien fait, peut-être qu'il se faisait des idées, mais hors de question de ne rien faire, hors de question de le laisser s'en tirer comme ça. Son regard tentait de ne pas perdre ses mouvements. Il voulait se le faire, il voulait le prendre comme cible mais il ne pouvait pas l'attaquer sans raison. Il avait besoin de se défouler, de faire payer à quelqu'un toute la haine qu'il ressentait. Que Haruto s'accroche à lui ne le calmait pas, bien au contraire. Il s'accrochait également comme ça avant. Avant de le quitter, avant de se fiancer, avant de décider que leur relation avait peu d'imporrtance et ne valait pas un mariage de bonne famille. Son regard le scrutait, attendant le faux pas, attendant sa vengeance, de le briser, de lui faire du mal. De pouvoir enfin se défouler. Et finalement, il réalisa son souhait, finalement, il put céder à ses pulsions en le voyant frôler son homme.

Les coups partaient sans qu'il ne se contrôle, l'insultant, dans toutes les langues qu'il connaissait, le frappant sans même prêter attention aux coups qu'il se prenait en retour. Quelle importance ? Ji Hoon voulait bien avoir mal, quelque part, ça l'arrangerait bien. Il n'avait pas envie de s'en tirer trop facilement. Comme il pouvait, il se débattait pour ne pas qu'on l'arrête, qu'on le laisse terminer, en vain. Il se retrouva soulever du sol, ramené en arrière et tenu fermement. Il avait beau se débattre, il n'y avait rien à faire. "Mais lâchez-moi !" Il tira sur le bras que Haruto tenait, fronçant les sourcils, le regard encore plein de haine. Il n'avait pas le droit de le tenir comme ça ! Surtout pas lui ! Il fixa le vigile qui leur demandait de sortir, finissant par se dégager de l’emprise de ces gens qui le tenaient, il lança un dernier regard vers sa victime, pour lui faire comprendre que s’il le croisait à nouveau, il le tuerait. Bougon, il quitta le bar gay, suivant néanmoins sagement Haruto, Ji Hoon s’installa à la place qu’il lui désigna, la respiration encore un peu perturbée par son excès de violence. « Ouais, ça va. » Ses yeux restaient baissés, ses sourcils un peu froncés. Son air se fit un peu frustrer quand il lui demandé ce qui s’était passé, il tourna carrément la tête. « Il arrêtait pas de te regarder et il a essayé de te toucher. » Et on ne touchait pas son homme, on ne le regardait pas. Enfin si, on pouvait l’admirer, mais seulement si on le voyait à côté. Qu’on crève de jalousie en les voyant !

« Non, c’est bon. J’ai pas besoin de glace, je vais bien. » Son ton se fit sec, pour bien lui faire comprendre qu’il ne devait surtout pas y retourner. Et puis quoi encore ? Pour que ces mecs se jettent sur lui ? Hors de question. Il le regarda s’asseoir à côté de lui, il prit un air outré. Bien sûr qu’il était en colère contre lui ! Contre tous ! « Mais ! Si j’ai le droit ! » C’était tacite. Personne ne touchait à son homme. Sous aucun prétexte, rien ne pouvait légitimiser cela. La suite laissa un blanc et Ji Hoon évita ses yeux. « Dis pas n’importe quoi ! » Il avait raison… Oui, sans doute disait-il vrai. Ji Hoon traînait sa haine et sa frustration, sa rancœur et sa peine, sans jamais s’en défaire totalement. Mais que devrait-il faire ? Frapper Haruto ? Impossible. Lui parler ? Il essayait, mais ça ne menait à rien. « Il méritait de se faire frapper. Et même si je suis en colère conte toi, tu veux que je te fasse quoi, Hyung ? » Il se pencha un peu, approchant son visage du sien. « Rien. Je peux rien faire. Tu voudrais qu’on fasse quoi ? Hein ? Qu’est-ce qu’on pourrait faire ? » Sa main attrapa brusquement son poignet pour tirer Haruto vers lui. « Vas-y, trouve une solution pour notre couple ! Hein ? T’as pu le détruire si facilement alors tu devrais pouvoir le reconstruire facilement aussi, hein ? Dis ? » Sa voix s’était cassée, il secoua un peu le Japonais avant de le lâcher, contenant sa colère. « Tu peux pas, hein ? » Que quelqu’un l’arrête. Sa partie sobre de lui maudissait tous ses verres, d’avoir voulu sortir ce soir. « Parce que c’est que des conneries, quand tu dis que tu m’aimes. Que-des-conneries. C’est juste plus fun d’être avec moi pour l’instant, quand t’en auras marre, tu te casseras, j’le sais. T’iras épouser une de ces salopes qui attendent que ça. » Un rire incontrôlable quitta ses lèvres, ah que c’était drôle à imaginer ! Ces filles bourgeoises qui ne rêvaient que d’une chose, épouser un bon parti et sexy qui plus est, avec une personnalité époustouflante et intelligent. Il avait tout ! Qui pouvait-il blâmer ? Personne. Il comprendrait presque. Des larmes se mêlaient à son rire, c’en était presque hystérique. Il détestait cette soirée, il détestait tout ce qu’il y avait autour d’eux. Il se détestait d’être aussi con, mais encore plus de l’aimer si fort.




Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 5 Avr - 0:06

♡ Haroon ♡

Everything isn’t going to be easy, but I’ll protect you, for life. This love, this love, it will never end


Kamiya Haruto était clairement gay pour Lee Ji Hoon. Il n'avait plus vraiment envie de se cacher à ce propos. Se retrouver dans ce bar le soulageait étrangement. Il n'avait pas la crainte de se voir être jugé par les regards dégoûtés de personnes trop étroites d'esprit. Devait-il se faire militant de la cause homosexuelle ? En vérité, il ne s'était jamais senti réellement concerné. Il aimait un homme, soit. Mais pas n'importe lequel. Ce n'était pas un homme, c'était son homme, et c'était là tout ce qui faisait la différence. S'il voulait protéger quelqu'un, c'était Ji Hoon. S'il voulait préserver quelque chose, c'était leur couple. Ses peur profondes, il les taisait du mieux qu'il le pouvait. Evidemment, il savait que leur histoire restait particulière. Que la société attendait autre chose de leur part. Mais c'était un fait, ils n'aideraient pas à faire grimper le taux de naissances au Japon. Ou peut-être que si ? Mais Haruto savait qu'il ne devait plus s'avancer comme il avait pu le faire par le passé. Aujourd'hui, il gardait ses envies pour lui. Son avenir utopique de futur père de famille marié au Coréen de sa vie restait chaudement gardé dans son cœur, et l'espoir continuait de faire vivre cette image dans sa tête. Il se persuadait qu'un jour – il ne savait pas vraiment quand – cela arriverait. Néanmoins, il ne voulait plus paniquer Ji Hoon. Il ne voulait plus risquer une dispute stupide sur un sujet comme celui-là. Le Japonais avait compris qu'il devait surtout se concentrer sur le présent. Ils rencontraient encore trop de problèmes à eux deux pour risquer de mêler des enfants à tout ça – heureusement, Kimyaki et Takochi étaient assez forts pour le supporter, braves petits chiens qu'ils étaient.

Plus de jeu de rôles pour ce soir. Mais avait-il seulement joué ? Haruto n'en était pas certain. Là, danser avec Ji Hoon lui faisait réaliser combien il avait simplement besoin d'être avec lui, comme ça, pour se sentir bien. Tous les deux tout près l'un de l'autre, bougeant lentement sur le rythme de la musique. Le Japonais voulait que son petit ami tombe encore et encore pour lui, comme lui tombait chaque jour un peu plus pour Ji Hoon. La réponse de ce dernier le fit éclater de rire, rougissant de bonheur alors qu'il répondait à son baiser, en cherchant un autre, puis encore un. Il ne se souciait plus des autres. Ses bras passés autour du corps de son petit ami, Haruto se balançait doucement. Qu'importe s'il avait l'air très gay. Après tout, ce n'était pas comme s'il avait toujours été un modèle d'hétérosexualité. Il s'en fichait. C'était auprès de son meilleur ami qu'il avait appris à conjuguer le verbe aimer, comme disaient les chansons d'amour. C'était avec lui qu'il s'était épanoui, sur bien des aspects de sa vie privée. Personne ne lui avait apporté ce que Ji Hoon lui apportait. Et c'était toutes ces choses qu'il aimerait lui faire comprendre. Les mots lui manquaient cruellement, il lui semblait que son vocabulaire était trop pauvre pour l'expliquer. Aucuns mots sur terre ne l'aiderait vraiment, il le savait. Alors, Haruto usait de gestes, de regards, pour lui communiquer tout l'amour qu'il ressentait pour lui. Tous ses sentiments, pas seulement son attachement. Sa reconnaissance, son admiration.

C'était peut-être ça qui le rendait parfois aveugle à des problèmes qui le concernaient pourtant lui seul. Fermer les yeux, ignorer le monde extérieur, tout ça ne l'aidait pas toujours à affronter la vie. Comment pouvait-il en vouloir à sa mère d'essayer de manipuler son futur quand lui-même n'y avait jamais montré le moindre intérêt plus que modérément. Réussir ses études, éventuellement se marier. Pour faire taire Haruka, c'était là quelque chose qui avait pu lui échapper, un jour où elle l'assommait de son discours de mère inquiète quant à l'avenir de son fils. Mais le Japonais n'avait pas besoin de remonter si loin pour donner la preuve de ce danger qu'il y avait à se montrer peu concerné. Comme là, ses yeux plongés dans ceux de son petit ami, il ne voyait pas le mal qui approchait. Il n'avait rien vu venir, littéralement. C'était comme si les gens qui les entouraient devenaient soudainement plus nets, alors flous jusque là. Comme si la musique devenait légèrement plus fort pour couvrir un brouhaha de conversations qu'il n'avait pas entendu jusque là. Qui était cet homme ? Pourquoi Ji Hoon se mettait-il dans cet état ? Il n'était pas si compliqué de comprendre la situation, mais cette dernière échappa malgré tout à Haruto. Cet homme l'avait-il réellement touché ? Il n'en était pas sûr. Mais comment l'affirmer, lorsqu'il aurait pu juré l'instant d'avant qu'il se retrouvait seul avec son homme ? Pour sa défense, il mentirait évidemment. Cet homme s'était frotté à lui, et son petit ami était simplement un peu trop protecteur.

Vraiment trop. Haruto resta figé devant la scène qui se déroulait devant lui. Ça lui semblait carrément irréel. Ji Hoon paraissait presque possédé, frappant ce type comme s'il avait commis le pire des crimes. Bientôt, ils furent encerclés par des clients du bar, certains osèrent agir, à l'image du Japonais qui se précipita finalement sur son petit ami. Du mieux qu'il le put, il le protégea, menaçant silencieusement quiconque serait tenté de lui en coller une par vengeance ou il ne savait trop quoi. Il essayait de calmer Ji Hoon, sans y voir trop de succès. Son cœur cédait à la panique, battant à un rythme soutenu dans sa poitrine. Et s'ils appelaient la police ? Et si celle-ci décidait de renvoyer Ji Hoon en Corée du Sud ? Ordonnant qu'on le lâche en certifiant qu'il se calmait, Haruto tenter de masquer cette crainte. Pourtant, lorsqu'il se releva en soutenant son petit ami, ses jambes tremblaient bel et bien. Tout comme ses mains, ses bras. Son corps entier. Quand le vigile leur ordonna de sortir, il fut légèrement soulagé. Mais l'inquiétude demeurait. Et si cet homme que Ji Hoon venait de tabasser décidait de le retrouver pour porter plainte ? Son estomac se nouait rien qu'à cette idée.

Guidant Ji Hoon jusqu'à un banc, il tentait de se calmer. De se persuader aussi, que ce n'était que l'alcool qui l'avait poussé à agir de la sorte. Accroupi devant lui, Haruto cherchait des réponses, qui pourtant lui paraissait presque évidentes. Son calme l'étonnait, l'effrayait même un peu. Ne devrait-il pas être en train de hurler sur le Coréen en lui demandant ce qu'il avait bien pu lui passer par la tête ? Non. Le Japonais s'inquiétait pour ce dernier. Pinçant les lèvres à la réponse de son homme, Haruto s'assit à ses côtés. Il ne retournerait pas dans ce bar. Il s'y était senti bien et en sécurité, mais il savait que son accès lui serait définitivement interdit. Déglutissant doucement, Haruto sentait qu'il devait dire quelque chose. Qu'une discussion sincère était nécessaire. Il savait que Ji Hoon était un peu saoul. Pourtant, c'était bien ce qui le poussa à parler. Il n'y avait peut-être plus de filtres entre eux, et c'était ce qui les aiderait à vraiment se parler.

Les yeux levés vers son petit ami, Haruto écouta la réponse qu'il avait à lui donner. Il prenait sur lui pour ne pas craquer, pour ne pas baisser le regard et maintenir le sien. Il sourcilla à peine lorsque Ji Hoon se rapprocha, lorsque son haleine légèrement alcoolisée lui chatouilla le nez. Il n'était pas d'accord. Ce n'était pas cet homme qui méritait de se faire frapper, mais bel et bien lui. Mais la solution qu'il attendait n'était peut-être pas de passer sa frustration sur lui, effectivement. Sursautant un peu lorsque Ji Hoon lui agrippa le poignet, Haruto trembla. De colère, de tristesse. Le mots lui faisaient mal bien plus que le Coréen. Il se laissait faire, ne résistant pas, même quand il le secoua. Il voulait que toute cette frustration que Ji Hoon contenait sorte. Qu'il lui dise enfin réellement ce qu'il avait sur le cœur. Son regard ne se baissa pas une seule fois. Même lorsqu'il l'accusa de se servir de lui. La mâchoire serrée, les lèvres pincées, Haruto sentit son souffle court sous la peine contenue de le voir à ce point en colère, mais surtout de le voir en larmes. « C'est vraiment ce que tu penses. » Ce n'était pas une question. Prenant une profonde inspiration, Haruto secoua la tête. « Tu as raison. Je l'ai détruit si facilement. Sans réfléchir, j'ai mis fin à ce que je tenais le plus au monde. Et je voudrais le récupérer comme ça ? » Un rire amer lui piqua la gorge. « Le problème, c'est que je suis un idiot, et que je ne vois pas ce que je peux faire pour te rassurer. La solution serait de te demander de me faire confiance, mais le problème est là, hein ? Tu peux plus. » Cette réalité lui faisait mal. « Alors on est bloqués ? On ne peut plus avancer ? Parce que je ne sais pas ce que je peux faire de plus, si c'est te demander du temps. Pour que tu comprennes que c'est toi que je veux, et pas une de ces salopes qui n'attendent que ça. Que j'ai confiance d'avoir fait une putain d'erreur ce jour-là. Quee je la comprends pas. C'était quoi, ma peur d'être jugé, de ne pas être accepté, qu'on nous fasse du mal si on ose montrer notre bonheur au monde ? C'était ma crainte qu'on ne nous laisserait jamais tranquille ? Que les autres seraient capables de nous gâcher la vie ? » Fermant les yeux, il baissa finalement la tête, cherchant à se calmer. « Qu'est-ce que je peux dire, Ji Hoon ? Je regrette ma putain de connerie. » Il releva les yeux vers son homme. « Mais tu peux pas la prendre comme excuse pour tabasser sur n'importe quel type qui m'approche pour faire passer cette colère que j'ai moi-même provoqué ! »

Se relevant, Haruto le bouscula un peu. « Frappe-moi. Allez ! » Il avait appuyé son ordre en poussant son épaule de sa main. Ce n'était peut-être pas la solution, mais sa profonde tristesse semblait affecter son jugement. « C'est moi le connard qui t'a fait du mal ! C'est moi qui mérite que tu le frappes ! » Il réalisait que des larmes coulaient le long de ses joues. Reniflant bruyamment, il se maudit d'être si faible. « Je sais pas quoi faire, Ji Hoon... » De craquer comme ça, comme l'abruti qu'il était. « Je sais vraiment faire que ça ? Te faire souffrir ?  » Sa main droite se leva vers son visage, et d'un geste rageur, il essuya ces larmes ridicules. « Ce n'est pas ce que je veux... Tu mérites tellement mieux. » Haruto voulait croire qu'il n'y avait pas mieux que lui pour Ji Hoon, mais peut-être se trompait-il lourdement ? Peut-être ne pouvait-il lui faire que du mal ? Pourtant, Haruto refusait de le laisser partir. Ce serait comme lui arracher le cœur. Il tenait trop à lui. Il l'aimait beaucoup trop pour abandonner si facilement.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.

    
 
I need your fire |♥| HAROON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Lady Lyndis ( Fire Emblem 7 et SSBB )
» Bedford QL Fire Tender IBG
» Rhapsody on fire
» [MANGA] Breath of Fire IV
» Thanks God for Arcade Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Minato-