just turn off the lights today ♡ HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Mer 21 Fév - 23:55


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


Pourrait-il un jour pardonner Haruka pour son comportement, lors de cette soirée si spéciale pour eux ? Elle restait évidemment sa mère, quoiqu'il fasse, quoiqu'il dise. Mais pour Haruto, ce n'était pas aussi simple. Elle les avait profondément blessés, ce soir-là. Ça avait été important pour eux, et elle avait tout gâché. D'accord, il avait peut-être vu un peu trop grand de son côté. Sûrement qu'une simple visite, un dimanche après-midi, aurait amplement suffit. Il avait fallu qu'il vienne avec cette idée de dîner, se disant peut-être qu'un bon repas aiderait à faire glisser tout ça. Lourde erreur, et il l'avait payé. Haruto s'était senti mal pendant plusieurs jours, mais pas pour lui. Pour Ji Hoon. Il avait honte. Vraiment honte. Honte de la manière dont Haruka avait accueilli son petit ami dans sa famille, honte de venir de cette famille. Pour la première fois de sa vie, Haruto aurait aimé être un autre qu'un Kamiya. C'était douloureux, c'était frustrant. Combien de fois son homme lui avait répété ne pas apprécier sa mère ? Lorsqu'il y pensait trop, le Japonais venait à se demander ce que Ji Hoon aimait vraiment, chez lui. Après tout, ils venaient de deux univers différents, qui un jour avaient eu la chance de s'entrechoquer. Et depuis, son univers, c'était lui. Mais cela était-il suffisant ? Et si, un jour, Ji Hoon se rendait compte qu'il n'appréciait pas qui était Haruto ? Ce n'était pas impossible. Après tout, c'était Haruka qui l'avait élevé.

Ces derniers mois, Haruto avait de nombreuses fois démontré combien ils étaient différents, et cela le terrifiait. Cette mésentente qu'ils avaient eu lors de ce fameux dîner ne prouvait-elle pas encore que quelque chose clochait entre eux ? Mais le Japonais ne voulait pas y penser. Ou plutôt, il faisait de son mieux pour ne plus avoir à y penser. Il faisait de réels efforts pour que tout s'arrange, pour ne plus décevoir l'homme qu'il aimait. Et il voulait croire que ça payait. Ji Hoon ne devait jamais le détester comme il détestait sa mère. Il lui prouverait qu'il n'était pas comme elle. Ni comme son père, finalement. Lui, juste lui. Haruto. Il voulait que son homme continue de tomber amoureux de lui, encore et encore, comme lui succombait à chaque fois qu'il lui souriait, qu'il le regardait. Non. Leur couple était fait pour durer, il le savait. Il ferait tout pour. Haruto ne se voyait tout simplement pas sans Ji Hoon. Impossible. Quant il disait vouloir finir ses jours à ses côtés, il le pensait sincèrement. Ce n'était pas des paroles en l'air. C'était une des raisons pour laquelle il acceptait de ne pas se mêler plus avant de l'adultère de son père. Le seul couple dont il devait se préoccuper, c'était le sien. « Tu as raison. » Haruto espérait simplement que son père serait honnête avec sa mère. Si Takako était réellement son véritable grand amour, il devait se montrer clair. Haruka étant ce qu'elle était, elle ne méritait quand même pas de se faire trahir de la sorte. Finalement, Haruto n'avait même plus envie de savoir depuis combien de temps cette relation durait. Ça ne le regardait pas.

« Ce n'est pas grave. Ça m'arrange, ça me donne une excuse. » Un sourire taquin au coin des lèvres, Haruto alluma sa cigarette. Depuis quand s'était-il mis à fumer de façon plus régulière ? L'année dernière, après son accident. Quand quelque chose n'allait pas, le prétexte était trop beau. Il se souvenait pourtant vaguement avoir souvent fait la morale à son homme pour ça. Ce dernier pouvait bien se moquer de lui, aujourd'hui ! « On la termine, et on dit au revoir. » Il rit un peu, même s'il restait préoccupé. Keisuke serait-il vraiment capable de gérer la crise ? Que deviendrait leur famille à l'apparence si parfaite ? Haruka tiendrait-elle le coup ? Qu'en penserait Erena ? Comment Haruno prendrait la nouvelle ? Malgré sa bonne résolution, Haruto ne pouvait s'empêcher de réfléchir, encore et encore. Lui pouvait compter sur son petit ami pour le soutenir, mais elles ? Sa famille risquait l'implosion, et lui, que ferait-il ? N'avait-il pas promis de se montrer plus égoïste, désormais ? Sa mère lui avait fait croire qu'il l'avait suffisamment été, jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il ne l'avait pas assez été. Aussi parfaite était la surface, l'intérieur n'était pas vraiment beau à voir. Peut-être que leur famille méritait tout ça ? D'avoir triché si longtemps, ils en payaient le prix ?

Perdu dans ses pensées, la révélation de Ji Hoon lui fit l'effet d'un électrochoc. L'information mit du temps à lui monter au cerveau. Et une fois traitée, il n'était même pas certain de la comprendre de suite, de la croire vraie. Pourtant, le sérieux de son petit ami le prouvait assez bien. Comment devait-il réagir ? Haruto ne pouvait cacher sa surprise, mais son dégoût également. Des images horribles essayaient de s'immiscer dans sa mémoire et il luttait ardemment contre. Son petit ami et la maîtresse de son père ! Dans quel monde vivaient-ils ? C'était aussi incroyable qu'horrible. S'il y pensait trop, il savait que la nausée le guetterait. L'explication de Ji Hoon ne lui suffisait pas. Haruto pourrait bien lui répondre que, pour sa part, il n'avait pas fait de choses aussi bizarres, à vingt ans. Mais ça n'avait rien de surprenant, dans son cas. La colère le gagnait, ce n'était pas bon. Ce n'était pas ce qu'il voulait. Ne s'était-il pas promis de relativiser. De plus, cela faisait parti du passé. Pourtant, c'était là quelque chose qu'il ne maîtrisait pas. Une jalousie déplacée qu'il ressentait à chaque fois que son petit ami mentionnait ses anciennes conquêtes. Il savait qu'il n'avait pas le droit de s'énerver, qu'il y avait prescription. Mais c'était plus fort que lui, visiblement.

Surtout que Ji Hoon ne l'aidait pas à se calmer. « Je n'avais pas besoin de cette précision. » Haruto se fichait bien de combien de filles le Coréen avait pu se taper avant. Il ne voulait pas y penser. Il ne voulait pas commencer à se faire des films. Son ton avait été sec et cassant. Cette conversation l'énervait plus qu'elle ne le devrait. Ou peut-être pas ? N'était-ce pas légitime de se trouver blessé par une telle révélation ? Que Ji Hoon lui demande de se calmer ne l'aida pas, bien au contraire. Croisant les bras, il ravala tout de même son amertume, le fixant toujours droit dans les yeux, le défiant de donner plus de détails. En soi, il n'avait pas tort. S'il avait découvert que Ji Hoon lui avait caché ça, Haruto lui en aurait terriblement voulu. A cette pensée, il s'adoucit. Un peu. « C'est quand même... » Le trouverait-il idiot de le voir blessé de la sorte ? Pourquoi, exactement ? Aussi fort qu'il aimait son petit ami, le Japonais ne pouvait lui en vouloir d'avoir eu des relations avant lui, n'est-ce pas ? Surtout quand il en avait connu quelques unes. Pourtant, il ne comprenait pas. Si elle n'était pas une criminelle, comment l'avait-il rencontrée ?

En vérité, Haruto avait bien sa petite idée. Elle germait lentement, mais il ne voulait pas la formuler. D'énervé, son regard se fit attristé. Ses justifications lui laissaient un goût amer dans la bouche. « Je n'ai pas besoin des détails ! J'essaye déjà suffisamment comme ça de me sortir cette image de la tête ! Aussi fermement que pouvaient tenir ses seins. » Heureusement qu'il lui restait une infime part d'hétérosexualité qui avait fait que son regard se soit posé sur le corps féminin. Mais il ne voulait plus penser à ce qu'il avait vu, quelques minutes plus tôt ! C'était trop horrible. « On en parle, parce que tu as voulu me dire la vérité. Parce qu'on s'est promis de tout se dire. » Mais visiblement, ce n'était pas encore complètement mis en pratique. Ji Hoon ne semblait vouloir lui dire que ce qui l'arrangeait. Mais Haruto avait-il vraiment envie de savoir ? Il n'en était pas certain. « Si je lui pose la question, tu crois qu'elle me répondra ? » Etait-il vraiment en train de le narguer ? Il ne devrait pas, et il le savait. Il n'était pas le plus fort à ce petit jeu là. Poussant un profond soupir, Haruto décroisa les bras. « D'accord, c'est le passé. Et on était pas en couple. » Pourtant, ça le blessait. Quelque chose qu'il ne pouvait maîtriser. « Merci de m'avoir prévenu. » Son ton restait amer, alors qu'il se détournait pour retourner dans le chalet.

« Papa ? On va y aller, finalement. » Keisuke semblait attristé, mais il hocha la tête d'un geste lent et compréhensif. Il s'était levé du canapé sur lequel il s'était assis aux côtés de Takako. S'approchant de son père, Haruto hésita avant de le prendre dans ses bras. « Ça ira ? » Son fils lui sourit. « Ji Hoon va conduire. On va aller dans cet hôtel. » Le père hocha la tête, le tapotant maladroitement dans le dos, avant de s'écarter. Haruto hésita, avant de s'incliner devant Takako. Que devait-il lui dire ? Il n'était pas franchement enchanté de l'avoir rencontrée, aussi sympathique pouvait-elle sembler. Surtout en ayant maintenant deux raisons de la détester. « Prenez soin de vous. » Une politesse froide et impersonnelle, mais il ne trouva pas les mots. Se retournant vers son père, Haruto se faisait désormais un peu plus dur. « Règle ça le plus vite possible. Dès que tu rentres à Tokyo. Tu lui dois la vérité. Toute la vérité. » Son regard avait glissé sur Ji Hoon, alors qu'il appuyait le mot. Keisuke poussa un soupir, avant d'acquiescer faiblement. Haruto pinça les lèvres, mais se montra satisfait. Sans rien dire de plus, il retourna vers la voiture, s'installant sur le siège passager. Vraiment, ce n'était pas du tout comme ça qu'il s'était imaginé sa St Valentin avec Ji Hoon.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 22 Fév - 23:53


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


Peut-être qu’il aurait dû le garder pour lui, ne pas se montrer si honnête avec son homme. Ou bien attendre un peu, qu’ils se soient éloignés, que la pilule soit un peu passé. Mais le Coréen craignait que cette gueuse le balance avant qu’il n’ait le temps de le dire. Ils devaient être honnête, ils devaient se dire les choses. Peut-être pas tout ? Pendant longtemps, il n’avait rien vu de mal à ça. Sortir avec des femmes beaucoup plus âgées que lui, accepter d’être couvert de cadeaux, en demander l’air de rien. Avec Hanae, ce petit jeu avait même durée deux ans. Il ne s’était jamais posé de question, à savoir si c’était bien ou mal, il s’en fichait. C’était de l’argent facile. Des produits de luxe, parfois qui coûtaient des millions de yens. Ce n’était pas bizarre, ça ne le dérangeait pas. Ji Hoon en avait pris conscience quand il avait refusé que Haruto lui paie sa chemise après  qu’ils aient fait l’amour. Ça lui avait semblé bizarre, ça l’avait mis mal à l’aise. Alors que pour une fois, il n’aurait pas dû. Il avait réfléchi, il avait réalisé, ce que ça pouvait signifier. Et ça ne lui plaisait pas vraiment.

Ça ne plairait pas non plus à Haruto. Vu la tête dégoûtée qu’il affichait juste avec ça. Non, vraiment, il ne voulait pas lui dire. A quoi bon ? Ji Hoon avait bien trop peur. Qu’il le juge, que cela change totalement son regard sur lui. Et s’il le prenait vraiment mal ? Au point de ne pas pouvoir passer à autre chose, d’avoir toujours cette image de lui ? Au point de dissiper progressivement ses sentiments et qu’il finisse par le quitter ? Le jeune modèle ne voulait pas ça. Il ne voulait pas qu’il le voit différemment. Il avait toujours été lui-même en sa présence, il n’avait jamais joué de rôle, il ne voulait pas le perdre aussi bêtement. Il ne voulait pas risquer leur amour pour quelque chose qui n’avait désormais plus d’importance. L’escroc, il essayait de le ranger doucement, comme il pouvait. Ji Hoon voulait arrêter ça. Au contact de son homme, il changeait, il apprenait, évoluait. Il voulait devenir quelqu’un de bien, le mériter. Il était son bonheur et pour rien au monde il n’accepterait de le perdre. Ce serait bien l’une des pires choses qui pourraient arriver. Et il craignait que son passé pourrait faire avancer les choses dans ce sens.

Ils étaient si différents. Ça pourrait bien tout briser un jour. Avec tout ça, comment pouvait-il lui faire comprendre qu’il avait réellement changé ? Il n’était plus le même. Il était un tout autre homme au contact de son petit-ami. Il le rendait meilleur, chassait toute sa haine, tous ses démons, ou presque. Parfois, leur relation était un peu difficile, ils ne savaient pas comment s’y prendre, mais ils finissaient par tout surmonter. Il craignait que ce soit un peu trop pour son beau Japonais. « Oui… Désolé. » Il n’avait pas besoin de cette précision. Bien sûr qu’il n’en avait pas besoin ! Sa langue glissa sur ses lèvres avant qu’il ne les pince, se sentant un peu bête. C’était toujours étrange, il avait littéralement collectionné les femmes pour au final s’éprendre follement d’un homme, ne plus parvenir à voir d’autres personnes que lui. Il était le plus important, ces filles n’avaient jamais compté. Oh non, elles ne représentaient rien. Le Coréen ne voulait pas blesser son petit-ami, même s’il était bêtement content de le voir jaloux, même pour des histoires vielles de cinq ans. Il était stupide, parce que personne n’avait compté autant que lui. Personne ne compterait jamais autant.

Oui, qu’il se sorte cette image de sa tête. « Arrête d’imaginer ça ! » Les sourcils du Coréen se froncèrent. C’était bizarre. Concernant les seins, Haruto devrait être impressionné mais il n’avait pas très envie qu’il accorde de l’attention aux seins de cette femme. Ni à aucune pair de seins par ailleurs. « Quoi ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse de plus ? Tu veux les détails ? » Son air se fit un peu ahurit, ne comprenant pas ce qu’il voulait, au juste. Ou bien le savait-il déjà, mais se complaisait à jouer l’idiot. Oui, il n’avait qu’à demander à Takako, elle serait ravie de lui répondre. Son visage afficha une mine un peu agacé, il finit par hausser les épaules. « Oui, vas-y ? Tu veux que ton père et toi soyez mal à l’aise ? » Qu’ils rougissent à l’unisson ? Pitié, qu’on lui épargne ça. Il le fixa, comme pour le mettre au défi de le faire, plutôt soulagé qu’il accepte l’idée et reprenne la raison. Ils n’étaient pas en couple. C’est du passé. Il hocha la tête en l’entendant le remercier, finissant par le suivre à l’intérieur du chalet.

Enfin, ils allaient partir. Il sourit un peu à Keisuke, laissant le fils prendre le père dans ses bras. Il regarda Takako, lui souriant encore plus légèrement, elle lui répondit d’un hochement de tête. Ji Hoon laissa son homme dire au revoir, sourcils à nouveau froncés quand il insista sur toute la vérité. Ne le laisserait-il jamais tranquille ? « Passez encore une bonne soirée. » Poliment, il se courba vers Keisuke, un peu moins vers Takako, souriant aux deux avant d’ouvrir la porte pour enfin quitter le chalet. Il avait vraiment envie d’aller à cet hôtel. Tendant la main pour avoir les clés de la voiture, il s’installa derrière le volant, allumant immédiatement la voiture pour que le chauffage se mette en route. Il faisait si froid ! Préparant son téléphone comme GPS, il l’accrocha sur le tableau de bord. Allez, dix kilomètres. Il regarda Haruto avant de mettre la radio, augmentant un peu le son comme une musique douce passait. Ça le calmerait peut-être. Du mieux qu’il pouvait, il gardait le silence sur le trajet, ce qui n’était pas vraiment une chose aisée pour lui qui adorait pourtant parler pour dire tout et n’importe quoi. Non, il devait laisser son homme se calmer, ça rattraperait peut-être la Saint-Valentin.

Garant la voiture sur le parking de l’hôtel, il chercha les valises, marchant vers l’entrée. C’était joli, un peu intimiste. Ça leur changerait forcement les idées. A la réception, il demanda une chambre. Avec le sauna. Avec tout. Il essaya de lui faire comprendre qu’il était un peu mal fichu pour ce soir et que son mec risquait de lui prendre la tête s’il n’était pas occupé. Une fois la nuit payée, il prit les clés de la chambre, allant jusqu’à l’ascenseur. « C’est joli, non ? » Peut-être mieux que le chalet. Il sourit à son petit-ami, s’approchant un peu de lui pour laisser ses lèvres se poser sur sa joue, puis dans son cou alors que l’engin grimpait les étages. « On va pouvoir profiter de la Saint Valentin maintenant ? De notre weekend ? » Inutile de reparler de cette soirée. Il offrit à son homme un sourire enjôleur après avoir murmuré près de son oreille, quittait l’air de rien l’ascenseur. La chambre était belle, spacieuse. Mieux que celle du chalet, allez ! Même si le grand lit de ce dernier était plutôt confortable. Une fois la porte fermée, il lâcha un soupir, jetant sa veste plus loin, Ji Hoon se tourna vers Haruto pour l’aider à défaire la sienne. « Maintenant, on peut se détendre. » Son regard se perdit dans le sien alors qu’il se mordillait la lèvre, ne résistant pas longtemps avant de rejoindre les siennes. Ils devaient oublier ce chalet, oublier tout ce qui s’était passé plus tôt dans la journée. Ses mains retrouvèrent le corps de son homme qu’il caressa malicieusement sous sa chemise alors que sa langue était déjà partie en exploration dans la bouche de son amant. Oublier tout ça, passer à autre chose. Vivre la soirée qui était prévu. S’abandonner l’un à l’autre, et rien de plus. Pas d’explication malaisante, pas de dispute. Juste eux. Profiter de ce moment sans plus se soucier de rien. Laisser leur amour prendre le dessus.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Sam 24 Fév - 23:50


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


Si leur relation lui semblait souvent naturelle, comme destinée depuis des années, Haruto savait que son histoire avec Ji Hoon restait relativement nouvelle, sur plusieurs plans. Officiellement, leur amour ne datait que d'un an et quelques mois, mais au fond, il savait bien que ce n'était pas le cas. Ses sentiments pour le Coréen avaient toujours été là, cachés, inavoués, confus. Le Japonais était tombé amoureux au moment même où son regard avait plongé dans celui de cet étranger. Et ce dernier était entré dans sa vie en trouvant le chemin vers son cœur. Aujourd'hui, Haruto savait qu'il ne pourrait pas la passer sans lui, mais avant, combien de fois s'était-il dit qu'il valait peut-être mieux ne pas trop se lier à lui ? Après tout, leurs différences étaient flagrantes. Et nombreuses ! Le Japonais avait du mal à réaliser qu'ils puissent vraiment s'entendre, sur le long terme. Et pourtant, le temps leur avait prouvé le contraire. Au fur et à mesure, ce Coréen était devenait important pour lui. Le plus important. Avoir failli risquer de le perdre si bêtement lui avait complètement ouvert les yeux. Si Ji Hoon devait d'une façon ou d'une autre disparaître de sa vie, Haruto ne s'en remettrait pas.

Sa jalousie, pourtant, il devrait apprendre à la contrôler. Comment avait-il seulement pu imaginer un instant de pouvoir être qu'ami avec ce Coréen si charismatique ? Avec amusement, Haruto se disait vraiment qu'il avait été très stupide de croire qu'il pourrait un jour se passer de Ji Hoon ! Même lors de leurs premières soirées passées ensembles, en tant que simples amis, quand ce dernier s'en allait avec une conquête en s'excusant mais en se justifiant que celle-ci valait le coup – s'il voyait ce qu'il voulait dire – le Japonais s'en retrouvait peiné. Bien entendu, devant lui, il ne le montrait pas vraiment, cachant sa déception derrière un large sourire faussement complice. Qu'il y aille ! Il s'en fichait ! Du moins, il essayait de s'en convaincre. En réalité, Haruto rentrait toujours bizarrement frustré. Au début, il avait tenté de lui faire croire qu'il était resté, qu'il avait aussi rencontré une fille. Mais bien vite, ça lui semblait à lui-même bien ridicule, et avouait simplement qu'il avait fini son verre, puis qu'il avait retrouvé son appartement. Il s'était dit que peut-être comme ça, Ji Hoon s'en voudrait de le planter là, tout seul, pour coucher avec une fille qu'il ne rappellerait de toute façon pas. Quand il y réfléchissait, ça n'était pas arrivé si souvent que ça. Mais c'était déjà trop. Haruto ne voulait pas que son meilleur ami le plante pour une fille. Ni dans le passé, ni aujourd'hui. Surtout plus aujourd'hui.

Bien entendu, il avait confiance en son homme. Ils s'aimaient, c'était un fait indéniable, et le Coréen était un modèle de fidélité. C'était là quelque chose que Haruto ne voulait surtout pas remettre en doute. Pourtant, il lui arrivait de se demander si son petit ami ne regrettait pas parfois sa vie passée. Celle où ils n'étaient pas amants, ni même amis. Rêvait-il parfois, rien que pour une journée, retrouver ce Ji Hoon-là ? Il n'osait pas lui demander. Il le savait amoureux, il le savait fidèle. Il ne voulait pas que cela change. Pourtant, les mois qui avaient précédé, Haruto s'était posé la question. Et si son homme se vengeait en allant voir ailleurs ? Cela aurait très bien pu se passer, puisqu'il l'avait quitté. Mais rien que d'y penser, le Japonais en avait le vertige. La nausée lui tordait l'estomac. Parfois, il s'était risqué à lui poser la question. Plus ou moins. En vérité, pas vraiment. Il commençait, puis se rétractait, changeant le sujet de son interrogation qui en devenait complètement ridicule, à force. Comment pourrait-il le supporter, quand repenser à ces filles avec lesquelles il avait pu coucher avant le rendait déjà jaloux à ce point ? Son amour pour le Coréen était-il malsain ? Haruto s'en voulait tellement. A bien des niveaux.

Ne pas penser à ces filles, et penser encore moins à cette relation que Ji Hoon avait pu avoir avec Takako. Ça lui faisait véritablement mal. Se contentant de renifler, le Japonais essayait aussi fort que possible de se chasser toute image compromettante de la tête. Mais le mal semblait fait. Pourtant, ça l'agaçait que son homme joue à celui qui ne voyait pas où il voulait en venir. « Non. Pas ce genre de détails. » Mais Haruto avait beau garder son regard durement fixé sur son homme, il savait que ce dernier ne céderait pas, qu'il était plus fort que lui. Poussant un long soupir, il capitula. « Ne t'inquiète pas, je ne lui demanderai rien. » Mais son ton prouvait combien il était déçu que son petit ami n'aille pas jusqu'au bout des révélations, aussi mal celles-ci puissent lui faire. Le comportement de Ji Hoon le blessait, en vérité. Haruto avait l'impression d'être le dernier des idiots, aujourd'hui, et ça ne lui plaisait pas vraiment. Certes, Ji Hoon aurait très bien pu garder cette relation passée secrète et son honnêteté était toute à son honneur. Néanmoins, le Japonais n'en était pas reconnaissant pour autant. Déçu, il se demandait s'il était possible qu'ils se révèlent vraiment tous leurs secrets. Evidemment, une part de mystère devait demeurer, mais où était la limite ? C'était comme s'il avait du mal à la cerner. Vraisemblablement que le problème, c'était lui.

Prendre congé de son père et la maîtresse de ce dernier le soulagea réellement. Haruto n'était pas encore tout à fait sûr de l'attitude qu'il adopterait par la suite, mais toutes ces révélations lui donnaient le tournis et l'empêchaient de réfléchir correctement. Comme une girouette perturbée par la mousson d'été. Il ne faudrait sûrement que peu de temps jusqu'à ce qu'elle ne s'abatte sur sa vie, balayant tout ce en quoi il avait pu croire jusque là. Si ses parents n'avaient formé un couple modèle que pour des yeux extérieurs, Haruto n'aurait jamais pensé son père capable d'adultère. Une fois que tout cela serait retombé, il savait que cette situation l'empêcherait de dormir jusqu'à ce que Keisuke fasse le nécessaire pour mettre ses sentiments au clair. Choisirait-il finalement de quitter sa femme pour le soi-disant grand amour de sa vie ? Ou resterait-il auprès de Haruka ? Le Japonais plaignait sa mère, au fond. Aussi fatigante et agaçante pouvait-elle être, elle ne méritait sûrement pas d'être cocue. Mais puisqu'il avait promis de ne pas s'en mêler et de laisser son père se débrouillait, il rongerait son frein en attendant que quelque chose se passe. Il ne savait pas s'il s'en voulait ou non, d'agir froidement vis-à-vis de Takako. Elle paraissait gentille et sympathique, tolérante et drôle, mais Haruto avait clairement un blocage avec elle, encore plus maintenant qu'il savait pour elle et Ji Hoon.

Dans la voiture, il resta silencieux, le regard perdu dans le paysage environnant. Peut-être bien qu'il s'endormait même un peu. Ça tournait déjà un peu dans sa tête, son estomac semblait tordu. Pourrait-il vraiment profiter de ce week-end de St Valentin ? Il l'avait tellement attendu ! Heureusement, le trajet n'était pas long, le silence n'avait pas eu le temps de peser sur ses épaules. Paradoxalement, Haruto se sentait coupable. Il s'en voulait, sans trop savoir pourquoi, ni même de quoi. Alors qu'il glissait hors du véhicule, il jeta un coup d’œil au bâtiment face à lui. C'était charmant, et il se demanda s'ils auraient assez de chance pour trouver une chambre double pour un week-end comme celui-là. Le nez levé pour observer les lieux, il laissa Ji Hoon s'occuper de tout, un peu fier de le voir se débrouiller pour obtenir ce qu'il voulait, avant que cette pensée ne lui planta un couteau dans son cœur déjà un peu meurtri. Ji Hoon obtenait toujours ce qu'il voulait. « C'est pas mal. » D'accord, il était légèrement de mauvaise foi. Avançant dans l'ascenseur, il haussa les épaules. Son sourire ne semblait pas vouloir se montrer sincère. Encore secoué par le drôle de début de soirée qu'ils venaient de vivre, Haruto restait préoccupé. Par tellement de choses ! Aussi sursauta-t-il quand les lèvres de son petit ami se posa sur sa peau. Malgré lui, un gémissement lui échappa. Ça lui faisait un peu trop plaisir. Fronçant les sourcils pour lui répondre, le Japonais le suivit dans la chambre, planifiant sa revanche.

« Hoo-Hoonie ! » Une fois encore, c'était Ji Hoon qui eut le dessus. Débarrassé de sa veste, il s'humecta les lèvres, dans l'expectative. Il répondit donc au baiser sans se faire prier. Il avait vraiment attendu ça, finalement ! Agrippant la chemise de son homme, Haruto le guida vers le lit, sa langue luttant contre la sienne pour prendre le dessus. S'écartant soudainement de son homme, il le poussa sur le lit. « Tu veux vraiment en profiter ? » Le Japonais avait également quelques arguments pour lui, comme sa voix qu'il pouvait rendre plus grave encore, plus sensuelle. Ses doigts glissèrent sur le torse de son petit ami, le narguant en effleurant les boutons de sa chemise sans les défaire pour autant. Un genou sur le matelas, il domina Ji Hoon, un sourire enjôleur aux lèvres. « Et si on allait voir ce sauna ? » Pourtant, il ne fit pas mine de bouger, mangeant son homme des yeux. Se penchant pour lui voler un nouveau baiser passionné, Haruto entreprit finalement d'ouvrir la chemise de son petit ami. « C'est mieux nu, il paraît. ~ » Son sourire se fit coquin, alors qu'il se redressait. A califourchon sur le Coréen, il se mit à déboutonner sa propre chemise, lentement, sans le quitter des yeux. Il ne voulait plus être celui mis sur la touche. Il voulait participer, il voulait prouver qu'il avait changé. « Profitons de cette Saint Valentin ! » Ils le méritaient. Même si Haruto n'avait pas dit son dernier mot. Il voulait s'abandonner à Ji Hoon, et ne plus penser au reste. Eux deux contre le monde. Comme s'il n'y avait plus qu'eux, si plus rien n'existait autour. Juste encore un peu ?

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 27 Fév - 0:26


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


Avant, ils n’étaient que des amis, de très bons amis. Pourtant, il ne lui avait jamais raconté tout ça, qu’il sortait avec des femmes plus âgées que lui, très riches, très mariées. Ji Hoon ne l’avait jamais évoqué parce qu’il savait que c’était mal, que c’était le genre de choses que condamnerait cet ami un peu trop sage. Quand ils sortaient ensemble, il aimait passer du temps avec lui, lui parler, boire quelques verres. Sans s’en rendre compte, il attendait toujours avec impatience de le voir, de sortir avec lui. Il aimait choisir des bars au hasard, il aimait quand ils commençaient doucement à devenir ivre et à raconter n’importe quoi, quand ils divaguaient. Quand, à la fin de la soirée, ils rentraient et finissaient par manger n’importe quoi en chemin. Quand, le matin suivant, ils se réveillaient sans avoi la moindre idée de ce qu’ils avaient fait la veille. Un peu trop collé l’un à l’autre dans le lit de son meilleur ami. Toujours en toute amitié. Parfois, il rencontrait une fille, qui lui plaisait, bien faite, et son besoin de plaire, son besoin de se taper tout ce qui bougeait prenait le dessus, il abandonnait Haruto sans un regard.

Quand avait-il commencé à s’en vouloir de le laisser ? Quand il lui disait avoir fini son verre et être rentré, il culpabilisait. Alors il le faisait de moins en moins souvent, puis finalement plus du tout. Les soirées avec Haruto restaient des soirées uniquement avec Haruto, et ça lui convenait très bien ainsi. Juste eux deux, et il avouait n’avoir besoin de rien de plus. Il l’écoutait parler de sa semaine, de ses études, ne comprenait pas toujours – que très rarement – mais peu importe, il le fixait toujours avec la même attention. Il trouvait que la langue japonaise était très jolie, surtout quand c’était ce drôle de Japonais qui la pratiquait. Il lui donnait envie d’apprendre, de prendre des cours de langues plus assidues encore. Pour pouvoir communiquer avec son Japonais, il devait apprendre ! En réalité, il était une toute autre personne quand il voyait Haruto. Il n’essayait pas de lui plaire, il n’essayait pas d’être plus que ce qu’il n’était, il restait juste lui-même, sans artifices. Ça ne lui arrivait que très rarement, principalement avec sa famille. Parfois, il se demandait si c’était pour ça qu’il l’agaçait, si c’était pour ça que Haruto semblait en avoir marre de lui, sans jamais oser le dire explicitement. Alors il se disait qu’il devrait changer, s’adapter, pour qu’il l’apprécie davantage. Mais il n’avait jamais réussi à le faire.

Pas ce genre de détails. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres. Tant mieux. Parce que si Haruto le cherchait trop, il aurait été prêt à lui en donner. Tellement qu’il l’aurait sûrement frappé pour qu’il arrête et se la ferme. Il n’avait pas besoin de savoir, pas besoin de lui demander. A quoi bon ? Tout cela était derrière lui. Derrière eux. Des erreurs de jeunesse, sans doute, mais il ne les regrettait pas. Il s’était fait beaucoup d’argent comme ça, et, en dehors de ses chemises et autres accessoires de luxe qu’il avait gardé, ça avait aidé sa famille, c’était le principal. De retour au chalet, il salua le couple, restant un peu en retrait. C’était mieux s’ils s’en allaient, s’ils mettaient fin à cette soirée adultère et retournaient à leurs affaires. Ils devaient se retrouver un peu seul. Ji Hoon en avait assez des soirées gâcher, des moments juste à deux soldés par des échecs. Ça suffisait. 2017, ça n’avait été que ça. Des moments heureux brisés, et ça devait s’arrêter. Dans la voiture, il se faisait la promesse silencieuse de tout faire pour que cette soirée soit une réussite au bout du compte, pour qu’ils ne regrettent pas d’être sorti de Tokyo.

Son homme était silencieux, sans doute pensif. Ji Hoon n’hésita pas à engager la conversation, ça lui convenait plutôt bien. Rouler avec précaution à cause de la neige, la nuit tombait déjà. Habilement, il se gara sur le parking de l’hôtel, ravi d’avoir encore une chambre, ses sourcils se froncèrent en l’entendant dire que c’était « pas mal ». Il abusait ! L’hôtel était vraiment sympa et ils avaient de quoi être occupé jusqu’à leur retour. Fronçant les sourcils, il ne réagit pas, appelant l’ascenseur, il attendit que les portes se referment pour passer à l’attaque. Sa joue, puis son cou… Il sourit en l’entendant gémir, posant un vif baiser sur ses lèvres alors qu’il rejoignait leur chambre. Hors de question de le laisser se tracasser à nouveau ! Sans attendre, il l’aida à retirer sa veste, venant l’embrasser à en perdre haleine. Il fut plus que ravi de senti Haruto lui répondre avec tout autant de fougue. Ses mains s’agrippèrent à lui en le sentant reculer, le Coréen se laissa guider sans chouiner, rouvrant les yeux en sentant le lit derrière lui.

Jeté sur le lit, Ji Hoon pouffa un peu, levant les yeux vers son petit-ami. Il était si beau. Le plus beau. Sa langue passa distraitement sur ses lèvres qui portaient encore délicieusement le goût de celles de son amant. « Oui. » Il voulait en profiter, mais il n’était pas sûr de quoi. La voix grave et sensuel du Japonais le faisait frissonner. Il adorait sa voix. Mordillant sa lippe en sentant sa main caresser son torse, il la fixa un instant avant de regarder Haruto qui le dominait désormais. Non, il n’avait pas très envie d’aller voir ce sauna. « Hmhm… » Pour le moment, il voulait juste rester ici, avec lui, juste eux deux. Ses mains encadrèrent son visage quand il se baissa pour l’embrasser, répondant passionnément à l’échange. Ses lèvres ne se lassaient jamais, se faisant toujours plus coquines au contact de leurs jumelles. Il sourit dans leur baiser en le sentant déboutonner sa chemise, allant mordiller la lèvre de son petit-ami. « Oui, il paraît… » Il y avait tellement de choses intéressantes à faire tout nu ! Le sauna n’était pas forcément la première chose qui lui traversait l’esprit cela dit. Ses yeux dévoraient le corps de son amant du regard. Il était parfait. Trop parfait. Il observait chaque parcelle de son corps qu’il découvrait face à lui. Oh oui, ils allaient profiter de cette Saint Valentin…

Se dégageant de sous lui, il s’agenouilla sur le lit, retirant totalement sa chemise qu’il jeta plus loin avant de se coller à son petit-ami, ses lèvres retrouvèrent les siennes avant de se perdre dans son cou, y laissant quelques marques visibles. Un vrai adolescent. Tant pis, ça l’amusait. D’un geste rapide, il fit glisser la chemise de son homme de ses épaules, se perdant à cet endroit avant de laisser ses lèvres titiller son torse, titillant ses tétons. Ses mains le caressant, finissant par venir déboucler sa ceinture. « Il faisait froid dehors, faudrait pas qu’on ait un choc temporel en allant dans le sauna ! » Dire thermique, c’est dépassé. « Laisse-moi te réchauffer. » Se redressant, il glissa son bras autour de ses épaules, plongeant son regard dans le sien. « Laisse-moi m’occuper de toi… » Qu’il l’aide à se détendre, à se calmer. Ou non, pas à se calmer. Il voulait le rendre dingue. Sa main libre glissa dans son pantalon, caressant sa virilité à travers le boxer alors qu’il retournait l’embrasser. Cette soirée ne faisait que de commencer. Ji Hoon voulait oublier ce début de soirée catastrophique, profiter de leurs moments à deux. Etre heureux, tout simplement.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Mer 28 Fév - 0:33


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


Cet hôtel semblait parfait pour leur week end en amoureux, après le faux départ du chalet. La décoration était luxueuse, sans pour autant être exagérée. Sobre, mais pas trop minimaliste. Cependant, Haruto avait du mal à se mettre dans l'ambiance romantique attendue à cette occasion. L'image de son père trompant sa mère lui revenait sans cesse à l'esprit, aussi fort essayait-il de la chasser. C'était horrible, mais il semblait incapable de s'en débarrasser. La colère, la déception, et la tristesse se mélangeaient dans son cœur. Quelle était la bonne attitude ? Certes, il s'était promis de ne plus laisser sa famille gâcher son couple de quelque manière que ce soit, mais cette situation était tout de même particulière. Devait-il en parler à Ji Hoon ? Ce dernier lui avait suffisamment répété de laisser son père se débrouiller, que ça n'était pas à lui de faire quoique ce soit. Haruto l'avait compris, et essayait réellement de s'en convaincre. Pourtant, cela le gênait plus qu'il ne l'aurait souhaité. Et ça lui faisait bêtement peur, pour une raison qu'il avait du mal à identifier.

Parce qu'on lui répétait sans cesse qu'il ressemblait à son père ? Parce qu'il avait merdé l'année dernière en acceptant des fiançailles dont il ne voulait même pas mais qui avait failli lui coûter son couple ? Il ne tromperait pas Ji Hoon, il le savait. Et il savait aussi que Ji Hoon ne le tromperait pas. Pourtant, désormais, un doute malsain et destructeur lui dévorait le cœur comme une mite faisant un festin d'un pull en coton. Ils devaient en parler. Haruto ne lui avait jamais réellement demandé ce qu'il s'était passé de son côté, parce qu'il avait trop peur d'entendre une confidence qui ne lui plairait pas. Mais après tout, pourrait-il blâmer Ji Hoon ? Non, bien entendu. Mais il savait qu'il lui en voudrait malgré tout, et cette constatation le rendait terriblement honteux. Bien sûr, ils devaient en parler. Ils devaient communiquer. Mais il s'était rendu compte que c'était plus compliqué à appliquer qu'à l'énoncer si simplement. Evidemment, il avait conscience qu'il ne pouvait garder cela pour lui, au risque d'éprouver une rancœur toxique vis-à-vis d'un événement qui n'avait même peut-être pas existé.

Chassant toutes ses idées noires, le Japonais voulait encore laisser une chance à l'amour, ce soir. Après tout, Ji Hoon n'avait rien demandé, rien fait pour mériter d'être délaissé parce que le père de son petit ami trompait sa femme. Et Haruto oubliait toujours ses soucis dans les bras de son homme. Il fallait dire que ce dernier savait très bien y faire ! Un peu trop bien. Un peu plus, et Haruto était prêt à sauter le pas dans cette cabine d'ascenseur. Et il ne savait pas s'il était soulagé ou déçu d'être arrivé à leur étage. Suspendu à ses lèvres – littéralement – le Japonais s'abandonna à son petit ami. Il le voulait, de toutes les façons possibles. Comme si cela en était devenu vital. Ça l'était ! Haruto avait terriblement besoin de se sentir près de son homme. Malgré la tempête vécue ce soir, il avait son point d'accroche. L'amour de sa vie. Il ne voulait pas le perdre. Il ne voulait pas tout gâcher entre eux. Ne pas penser au reste, juste profiter. C'était leur St Valentin ! C'était leur fête ! Comme Noël, comme tous les jours, en réalité. Haruto voulait le dominer, lui faire comprendre combien il l'aimait. Il voulait être celui qui avait le contrôle. Ses gestes, sa voix, tout se faisait taquin. Il voulait le provoquer, le rendre fou. L'embrasser lui avait bizarrement manqué, alors qu'un regard extérieur assumerait que ça ne faisait pas si longtemps que ça. Trop longtemps tout de même ! Un sourire au coin des lèvres, le Japonais laissa son regard brillant de luxure plonger dans celui de son amant. « Je vais devoir te déshabiller alors. ~ » Sa main glissait sur la chemise qu'elle rêvait d'arracher. Cela en devenait un supplice pour lui également. « Tu sais combien j'aime te voir nu. ~ » De sa voix grave, sourire enjôleur au bout des lèvres, qui grignotèrent bientôt à nouveau les siennes.

Pourtant, lorsqu'il se redressa, c'était bien lui-même qu'il entreprenait de déshabiller. S'il aimait son homme nu, il devait avouer que le fait de n'entrevoir que sa peau sous sa chemise déboutonnée lui faisait déjà énormément d'effet. Haruto trouvait ça vraiment érotique. La vision qu'il avait, Ji Hoon allonger sous lui, sa chemise déboutonnée dévoilant une partie seulement de son torse musclé, si parfait. Ça l'excitait réellement, et réprimer son envie de la lui arracher ne faisait qu'accroître son désir pour lui. Ce fut pour cela qu'il étouffa un grognement quand Ji Hoon se débarrassa lui-même de son vêtement. Tant pis, il lui arracherait tout le reste ! A genoux face à lui, le Japonais baissa finalement sa garde, et son homme repris le dessus. Loin de le gêner, la situation le rendit un peu plus fou encore. Il le désirait si fort ! Gémissement dans leur baiser, et sous les attentions de son petit ami, Haruto planta ses ongles dans sa peau, la tête penchée en arrière. Un gémissement plus fort le prit quand la bouche du Coréen titilla ses tétons. La main qui lui servait d'appui sur le matelas agrippa le drap. Rouvrant lentement les yeux qu'il avait fermé sous les baisers de son homme, Haruto lui sourit. Un sourire charmeur, qui n'avait de but que de le charmer davantage. Un petit rire lui échappa, au commentaire de Ji Hoon. « Oh non, ce serait mauvais, un choc thermique. » Faisant passer sa correction dans un baiser passionné, il laissa ses dents mordiller son lobe. « J'espère que le froid n'a pas affecté... autre chose. » Sa main s'était posée sur la petite bosse au niveau de l'intimité de son amant.

« Oh oui... » Tête penchée en arrière, Haruto s'agrippa à Ji Hoon en passant ses bras autour de son cou. Ce n'était pas juste ! Celui qui devait avoir le contrôle, ce devait être lui ! Pourtant, il s'abandonna complètement aux attentions particulières de son petit ami. Ils n'en étaient qu'aux préliminaires, mais le Japonais avait vraiment l'impression d'être sur le point de venir. S'écartant un peu de son homme, il l'embrassa passionnément, dans une valse de salive, sa langue jouait avec la sienne, en quête de domination. A bout de souffle, il se recula un peu, lui adressant un sourire enjôleur. Débouclant la ceinture de son petit ami, Haruto ne se fit pas prier pour le baisser du mieux qu'il le pouvait, sa main plongeant déjà dans le boxer que portait son homme. « Oh, c'est celui que je t'ai pris en Italie ! » De charmeur, il en était devenu attendri et amoureux, embrassant tendrement son amant. Il en était réellement ravi ! Son cœur s'accéléra chaleureusement dans sa poitrine. C'était un sentiment qu'il adorait. Il ne l'éprouvait qu'avec Ji Hoon. Ça lui paraissait naturel, une évidence. Et il savait qu'il ne pourrait s'en passer. C'était comme s'il vivait pour ça. Comme s'il vivait pour leur histoire.

Quand il se recula, cependant, Haruto avait retrouvé son rôle d'amant taquin. « Je ne crois pas que ce soit raisonnable de faire ça dans le sauna, tu sais ? » Ils allaient s'évanouir, ce n'était pas prudent. Et ce lit était si grand ! Pourtant, il savait qu'il passerait sa nuit collé à lui. « Mais c'est privatif. ~ » Sa main caressa sa joue, alors qu'il plongeait son regard dans le sien, intense, séducteur. « Et si on faisait un jeu de rôle ? » Un peu trop excité par son idée, Haruto en sautilla sur ses fesses sur le matelas, de façon un peu ridicule. Toujours assis sur le lit, ses jambes passées sur les cuisses de son petit ami, il rit aux éclats, avant de repasser ses bras autour du cou de son amant, se rapprochant un peu. « On a pas d'accessoires, mais on peut improviser ! » Se penchant en avant, il lui vola un baiser. Sauna ou non, jeu de rôle ou pas, en vérité, le Japonais s'en fichait. Tout ce qu'il voulait, c'était être avec l'homme qu'il aimait. Le temps qu'il passait avec Ji Hoon était précieux, Haruto l'avait bien compris. Et il s'était promis que, pour rien au monde, il ne le gâcherait à nouveau. Leur histoire méritait qu'on en prenne soin.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 1 Mar - 2:07


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


Non, la soirée n’était pas gâchée. Ji Hoon se le répétait, s’en persuadait. Parce que c’était la St Valentin. Leur première ensemble. Il y a un an, ils n’avaient pas eu cette chance. Il y a un an, il pleurait toutes les larmes de son corps en s’imaginant le pire. En songeant qu’il pouvait perdre l’amour de sa vie, qu’il n’aurait plus jamais la chance de lui parler, le voir le sourire, le sentir le toucher, ou juste rire. Il avait eu si peur. Parfois, ça l’angoissait encore. Il suffisait qu’il voit un reportage sur la montagne, une publicité pour un séjour au ski, ou sur des snowboards, et ça lui revenait. Il était sans doute paradoxalement plus traumatisé que son homme, ce qui ne l’arrangeait pas. Plus jamais il ne voulait revivre ça. Il serait prêt à pleurer en s’accrochant à sa jambe pour qu’il ne remonte plus sur un snowboard, pour ne plus vivre ça. Son cœur se serrait quand il voyait des photos d’avant l’accident, il aimerait y retourner, empêcher cela d’arriver. Quand il y prêtait attention, il voyait cette cicatrice sur le côté de sa tête, qui lui rappelait la chance qu’il avait eu d’être encore en vie. Ji Hoon ne pourrait pas supporter de le perdre. Sa vie était trop attachée à la sienne, s’il mourait, sans doute que le Coréen le suivrait rapidement.

Rien qu’à cette pensée, il avait agrippé son homme un peu plus fort, se collant à lui. Il était bien là, bien vivant. Très vivant. C’était un peu bizarre. Pour Liang, il se l’expliquait. Ils avaient toujours été ensemble, quoiqu’il arrive. Liang était plus que son jumeau, il était une partie de lui, sa partie complémentaire, il avait besoin de lui pour être complet. Haruto, c’était différent. Il le complétait également, mais d’une autre façon. Il était entré dans sa vie et progressivement, il avait développé une dépendance similaire. Ce coma, puis quand il l’avait quitté. Il avait eu l’impression de mourir un peu, d’avoir une existence vaine. Sur le long terme, il ne savait pas s’il aurait supporté. C’était beaucoup trop difficile, avoir été si heureuse, être désormais brisé. Chaque jour, il tentait de se motiver, trouve d’autres raisons de se lever. Quitter son lit le matin était une véritable épreuve. Il devait avancer, continuer de se battre, pour sa famille, pour lui-même. Mais en vérité, il espérait chaque jour qu’il revienne. Il attendait chaque jour de se réveiller en réalisant que c’était un mauvais rêve, qu’il ne l’avait jamais quitté. Que tout allait bien.

Désormais, tout allait bien. Ils s’étaient retrouvés, ils étaient ensemble, ils étaient heureux. Ji Hoon se perdait dans leurs baisers passionnés, souriant comme un bienheureux. Non, hors de question de le lâcher. Il était à lui, juste à lui. Il avait pu faire des erreurs dans le passé, sortir avec de mauvaises personnes, pour de mauvaises raisons, mais c’était terminé. Il était le seul qu’il voulait avoir près de lui, le seul avec qui il voulait être. Cet homme qui avait capturé son cœur en ne faisant rien d’autre qu’être lui-même. Cet homme qui le rendait désormais fou, avec sa voix, ses gestes, ses mots… Il était parfait. A ses yeux, il était la personne la plus parfaite qui soit. « Oui… Tu sais que j’ai toujours besoin d’aide. » Son sourire se fit taquin à son tour. Il aimait quand son petit-ami le déshabillait. Il aimait sans doute un peu trop ça. Et il aimait tout autant le déshabiller. « Je peux t’aider aussi… Tu risque d’avoir trop chaud avec tout ça. » Ces vêtements lui allaient bien, mais il fallait avouer qu’il était bien mieux dans son plus simple appareil. Ses dents se plantèrent dans sa lippe, il ne résistait pas à cette voix chaude et suave. Il ne résistait pas à Haruto tout court. « Je sais pas pourquoi on s’obstine à s’habiller… Tu es si beau quand tu portes rien… » Pour qu’il ne tue pas toutes les personnes qui pourraient le voir tout nu, par exemple ? Détail.

Voir Haruto se déshabiller était aussi excitant que frustrant. C’était à lui de le faire ! A lui de le toucher, de le déshabiller. Pourtant, le Coréen ne chouina pas, profitant alégrement du spectacle qu’on lui offrait. Son corps était parfait. Un corps d’homme qu’il n’aurait jamais imaginé désiré. Oh, qu’il le désirait ! Plus qu’il n’avait jamais désiré un corps de femme ! Il ne tenait plus. Ji Hoon se redressa pour se rapprocher de lui. Il devait le toucher. Se débarrassant de leurs chemises, il laissa ses lèvres se perdre sur ce corps qui hurlait son prénom, souriant en entendant les délicieux gémissements de son homme. Il voulait le rendre dingue, lui faire perdre la tête, qu’il oublie tout, jusqu’à son propre prénom. Sa main se fit coquine, il était satisfait des réactions de son homme. Il en voulait toujours plus. Ji Hoon nota la correction dans un coin de sa tête. Thermique. Mais il oublia aussitôt que les lèvres de son homme dévorèrent les siennes. « Hm… Non, mais tu peux vérifier par toi-même si tu veux. » Son sourire se fit enjôleur avant qu’il ne l’embrasse encore, jamais lassé.

Et ils s’embrassaient encore. Il s’amusa de le voir si féroce pour dominer l’échange, capitulant avant de revenir à la charge, finissant par mordiller la lèvre de son homme. Un gémissement quitta sa gorge en le sentant glisser sa main dans son caleçon, il pouffa à sa remarque. « Oui, c’est lui… » Il n’allait pas devenir sentimental maintenant, si ? Pour un caleçon ? Principalement quand il avait sa main dans ce caleçon ? Il fut néanmoins déçu quand sa main quitta le dit sous-vêtement, pinçant les lèvres, mécontent, face au sourire taquin de son amant. « Non… On peut le faire là. » Sur ce lit, sur le fauteuil là-bas, contre le mur, sous la douche, partout ! « Si t’es sage, on y va après. » Il lui sourit, charmeur. Pour se reposer un peu. Avant de lui sauter dessus une fois encore. Sa proposition le surprit un peu. Un jeu de rôle ? Vraiment, il voulait jouer à ça maintenant ? Un petit rire quitta ses lèvres. L’idée le séduisait assez. « Qu’est-ce que tu veux faire comme jeu de rôle ? » Sa langue passa sur ses lèvres, il se fit aguicheur en approchant son visage du sien. « Tu veux rejouer au médecin ? Non, c’est mieux de changer… Un plombier ? » C’était plus fort que lui, il ne put s’empêcher de rire.

Sa main caressa son dos avant qu’il ne le pousse pour pouvoir se lever. Sa langue passa furtivement sur ses lèvres. « Dis-moi tes fantasmes ? » Son regard s’intensifia sur lui. « Enfin, à part moi… » Son sourire se fit un peu (trop) fier, avant qu’il ne se fige quelques secondes. Bien sûr. Lui ! Reboutonnant sa chemise, il referma son pantalon, se recoiffa furtivement. « Sensei… » Un sourire flotta sur ses lèvres, il avait accentué son accent coréen. Un accent à couper au couteau, comme quand il débutait tout juste le japonais. Tournant autour du lit, il s’arrêta devant Haruto, le fixant quelques secondes. « … Ji Hoon. » Il fit mine de lui demander s’il pouvait s’asseoir, s’installant à une distance raisonnable du Japonais. Un jeu de rôle d’eux à leurs débuts, pourquoi pas ? « Tu souviens ? Au bar ! » C’était un jeu de rôle, inspiré de la réalité. Sauf qu’au lieu de boire des verres et utiliser Google Traduction, ils allaient souiller ce lit. « Tu m’aides ? Cours de langue… » Sa langue à lui pointa entre ses lèvres après avoir encore davantage accentué son accent. Il savait que ça charmait Haruto. Et il devait le charmer. « Apprends-moi, Sensei… » Sinon, il lui apprendrait lui. Tellement de choses à apprendre sur sa langue. Ji Hoon avait envie de sauter des étapes, de lui sauter dessus, mais il restait sagement assis au bord du lit, fixant son « professeur » en silence, attendant sa réponse. Comment avait fait Ji Hoon pour ne avoir craqué plus tôt ? Le mystère restait entier.



Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Ven 2 Mar - 2:00


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


Une fois la porte de cette chambre d'hôtel refermée, le monde autour n'existait plus. Vaguement, Haruto avait conscience que c'était là une pensée philosophique. Et si, en dehors de cette pièce, il n'y avait rien ? En vérité, le Japonais se fichait pas mal de savoir ce qu'il y avait derrière cette porte. Tout ce qui comptait, c'était Ji Hoon. C'était eux. Combien de fois avait-il fait passer les autres avant lui ? Avant lui-même ? Depuis qu'il était enfant, il avait tout fait pour faire plaisir à ses parents, à ses sœurs, à ses amis. Mais au fond, à qui la faute ? Personne ne lui avait demandé explicitement. Personne ne l'avait forcé à se montrer si docile, si discipliné. On ne l'avait obligé à rien. Haruto enviait parfois Erena. Sa force de caractère. Certes, il ne la comprenait pas toujours. Elle l'intriguait toujours autant, bien qu'il saisissait aujourd'hui beaucoup mieux certaines parts d'elle. Lui, à côté, semblait si simple. S'il y réfléchissait trop, cette constatation le déprimait. Il n'était pas intéressant. Il n'avait rien de franchement extraordinaire. Ses bons résultats, son diplôme, ce n'était que le résultat de ses études, parce qu'il était un garçon trop timide et trop effacé pour s'être mêlé à d'autres enfants, pour se faire de vrais amis de ses camarades. Parce qu'il avait toujours préféré la solitude de sa chambre, entouré de ses livres, parce qu'il n'avait jamais vraiment su faire avec les autres. Trop effacé envers les étrangers, trop protecteur envers sa famille. N'y avait-il pas là quelque chose à diagnostiquer sur le domaine de l'affectif ?

Son amour pour Ji Hoon soulignait-il tout ça ? Haruto l'aimait à un point difficilement imaginable, encore moins quantifiable. Pourtant, il commettait encore bien des erreurs à son égards. Son petit ami et lui avaient traversé de nombreuses épreuves. Pourtant, ils en sortaient à chaque fois, s'aimant toujours plus fort. Le véritable amour, ce Japonais timide l'avait finalement trouvé. Et il lui dédiait tout, désormais, plus que jamais ! Il devait se rattraper. Ce soir paraissait être une bonne occasion, s'il laissait de côté ce qu'il avait découvert un peu plus tôt. Hors de question qu'il soit une fois encore celui qui gâche leurs moments. De plus, la colère s'était muée en une drôle de frustration, et il souhaitait s'en libérer. Le sexe lui semblait être un bon moyen. Bien évidemment, ce n'était pas uniquement pour cela qu'il se jetait sur son homme. Ce dernier était un peu trop désirable pour qu'il le laisse l'aguicher impunément. Forcément, Haruto n'avait absolument pas besoin d'une excuse pour faire l'amour au Coréen, bien au contraire. Toujours volontaire, il s'abandonnait toujours au plaisir d'être aussi intime avec lui. C'était leur moment privilégié, où rien d'autre ne comptait.

« Ne t'inquiète pas, je fais ça bien.~ » Ses doigts experts s'appliquaient déjà à déshabiller son petit ami. Effectivement, il savait y faire. Il prenait soin de ses chemises hors de prix, tout en prenant son temps de façon à le faire languir un peu, alors que ses doigts touchaient parfois sa peau dans un timing travaillé. Haruto adorait les préliminaires avec Ji Hoon, bien qu'il pensait sûrement ne pas tenir aussi longtemps, en général. « Tu veux m'aider... ? » Sa voix traînante se voulait tentante, alors que son regard restait obstinément plongé dans le sien. Avant Ji Hoon, il ne se savait pas si provocateur. Ses relations avaient toujours pris des tournures plus que classiques. Dire qu'il s'était révélé avec le Coréen était bien peu. Il se sentait complètement libre, assumant sa sexualité de bien des manières. Il fallait dire que Ji Hoon aidait beaucoup à ça. « Tu voudrais que tout le monde me voit nu ? » Une main sur la poitrine, il joua les choqués, avant de se pencher vers son homme, l'air un peu menaçant. « Personne n'a le droit de te voir nu à part moi, compris ? » Il plissa les yeux, avant de l'embrasser passionnément. Même pour l'art, le Japonais refusait qu'une autre personne que lui n'ait l'occasion de le contempler dans son plus simple appareil. Hors de question ! « Et puis, tu trouves pas excitant d'imaginer ce qu'il y a en-dessous ? » De son sourire taquin, il tira un peu sur la chemise de Ji Hoon, avant de lui adresser un clin d’œil.

Assis devant son homme, ses longues jambes passées sur les siennes, Haruto entreprit de se déshabiller, ne se connaissait que vaguement son talent pour la provocation. Ça lui plaisait un peu trop. La réaction de Ji Hoon le conforta dans l'idée de continuer. Répondant à son baiser avec fougue, il pencha la tête pour lui céder ces endroits si sensibles dans son cou. Ses gémissements ne faisaient que souligner le plaisir qu'il y trouvait, lorsque la bouche de son petit ami se perdit plus bas, un soupir plus profond quittant sa gorge quand ses lèvres titillèrent ses tétons. C'était un peu trop bon. Les mains de Ji Hoon sur son corps avaient toujours ce don de le rendre fou. Surtout à des endroits si intimes. Mordillant sa lippe, Haruto se rapprocha de lui pour gémir à son oreille. Il riposta, pouffant à sa réponse. « J'y compte bien. » Et sa main appuya doucement dans une caresse assumée l'intimité de son petit ami. Il céda néanmoins à ce dernier, se laissant peu à peu glisser vers la luxure. Il était si faible, face à ses attentions toutes personnelles. Bien sûr, Haruto ne le laissa pas en reste. Au contraire. Il voulait lui montrer combien il le désirait. Combien il le voulait. Combien il l'aimait. Se perdant dans son baiser, il sentait sa frustration descendre peu à peu. Se rendant compte qu'il ne tiendrait pas vraiment longtemps, le Japonais choisit d'amorcer l'étape suivante. Si c'était bien beau de l'imaginer tout nu, il aimait quand même beaucoup le voir tout nu pour de vrai également. Même plus.

Tout ému de constater qu'il portait un caleçon offert par lui, Haruto en devint légèrement sentimental. D'accord, avec sa main plongée dans le-dit sous-vêtement, cela enlevait un peu du charme – mais ajoutait de la sensualité. « Tu veux là, tout de suite ? » Le tenter de façon si cruelle était mal, il le savait. Il ne devait pas s'étonner si cela se retournait contre lui, évidemment. Mais c'était plus fort que lui. Il aimait jouer avec Ji Hoon, le titiller, le taquiner, le tenter. Une idée un peu particulière lui vint alors à l'esprit. Lui-même ne savait pas trop pourquoi il lui proposait cela. Un jeu de rôle. A croire qu'il y prenait doucement goût, avec lui. Surtout les leur, en vérité. Ce qu'il voulait ? C'était une bonne question, puisqu'il n'était lui-même pas trop sûr. Il l'avait proposé de façon peut-être un peu trop spontanée, un peu trop enthousiaste. Réfléchissant aux propositions de son homme, il s'amusa à l'embêter en lui volant quelques baisers, riant avec lui en l'imaginant en plombier. Son corps frissonna alors sous ses caresses, alors que ses mains caressaient à leur tour le corps du Coréen. Se reculant un peu, il l'observa se lever. Ses fantasmes ? Haruto se mordilla la lèvre inférieure. Généralement, ceux-ci étaient intimement liés à lui. Devait-il lui avouer qu'il prenait un peu trop goût au BDSM ? Ji Hoon se montrerait-il choqué s'il lui demandait de lui faire mal ? Y arriverait-il ? Et lui, le supporterait-il vraiment ?

« A part toi... » Personne, sauf ses goûts qui devenaient un peu bizarres, mais qu'il valait mieux qu'il garde pour lui. Son sourire se figea un peu, alors que ses yeux suivaient Ji Hoon. Quoi ? A quoi pensait-il ? Haruto se redressa, le fixant d'abord sans vraiment comprendre. Sensei... ? Puis son regard s'illumina. « Oh... » Il lutta pour ne pas sourire trop largement. En voilà une excellente idée ! Cet accent qui le faisait tant craqué. Cet accent que Ji Hoon avait malheureusement perdu au fil de ses progrès dans la langue nipponne. Si Haruto était heureux qu'il ait appris à communiquer avec lui, cela le peinait un peu, paradoxalement. Ce fichu accent qui le séduisait un peu trop ! « Ji Fun ? » Non, c'était mal. Son cœur battait à tout rompre. Il le voulait tellement ! Mais il devait rentrer dans son personnage. Dans celui qu'il avait été avant, avec quelques changements. La révélation de ses sentiments pour ce Coréen. « Oh... Oui... » Jouant les timides, Haruto serra sa chemise contre son torse. « Tu... Pourquoi tu es là ? » Comme à cette époque pas si lointaine, il désigna Ji Hoon, puis la pièce, pour l'aider à comprendre. Le Japonais ne dut même pas faire d'efforts pour rougir. Il eut juste un peu de mal à retenir son sourire. Baissant la tête, comme s'il était gêné, il se racla la gorge. Ji Hoon était terrible. Il savait combien cela l'excitait quand il l'appelait de cette façon ! Un frisson lui courut sur l'échine.

« Des cours de langue, hein... » Ses yeux fixèrent les lèvres du Coréen, tandis que sa langue passait sur les siennes. Son regard se releva ensuite vers le sien, dans lequel il plongea intensément. « Leçon du jour, l'anatomie. » Glissant sur le matelas, Haruto se rapprocha de Ji Hoon. « Tu comprends ? » Sa main se leva pour se poser sur le torse du Coréen, glissant lentement sur sa peau, sa poitrine, son ventre, glissant sur ses flancs, remontant dans son dos. « Tout ça. Et plus, encore... » Son autre main se leva vers le visage de Ji Hoon, que ses doigts effleurèrent doucement. Lentement, il énonça chaque parcelle qu'ils touchaient. « Le front... La joue... Le nez... La bouche... » Ses doigts caressèrent doucement les lèvres. « Répète après moi... » Dangereusement près, Haruto laissa cette fois-ci ses lèvres remplacer ses doigts. « Le front. » Il y déposa un doux baiser. « La joue. » Ce baiser fut un peu plus appuyé. « Le nez. » Il gloussa un peu en l'y embrassant. « La bouche... » Son souffle se mêla alors au sien. C'était un baiser doux et chaste. Presque comme le premier qu'ils avaient échangé, à la montagne. Se reculant un peu, Haruto déglutit. Dans sa poitrine, son cœur battait à une allure folle, comme si c'était effectivement la première fois qu'ils s'embrassaient, se perdant dans le jeu de rôle. Ses mains se levèrent alors ensemble, se posant sur le torse du Coréen, qu'il poussa doucement sur le matelas, avant de s'allonger à ses côtés. « Encore ? » Comme à l'époque, il lui parlait doucement. Avec la même gentillesse, la même patience. Et pourtant, ce n'était pas tout à fait comme avant. Parce qu'aujourd'hui, Haruto assumait parfaitement ces sentiments qu'il éprouvait sûrement déjà à ce moment-là. Parce qu'il aimait sincèrement Ji Hoon. Plus que tout au monde.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 3 Mar - 2:39


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


Avait-il un jour imaginé vivre avec quelqu’un en étant aussi heureux ? Non, sans doute jamais. Il imaginait un avenir calme, platonique. Marié à une femme pour qui il aurait de l’affection, qu’il tromperait sans même un regret. Le bonheur n’entrait pas en compte, il n’y pensait pas, réglait juste sa vie future comme ça. Depuis qu’il avait rencontré Haruto, il se fichait bien de l’avenir qu’il s’était imaginé. Il voulait que son avenir soit avec lui, il voulait se réveiller dans cinquante ans et voir le visage ridé de l’homme qu’il aimait à ses côtés. Il voulait avancer avec lui, le voir prendre de l’âge, avoir ses premiers cheveux blancs. Traverser toutes les saisons à venir. C’était niais, mais il s’en fichait. Avec lui, il voulait être niais, romantique, le genre de type que les autres trouvent insupportable. Il l’aimait tellement, ça pourrait être criminel d’aimer autant quelqu’un. Ji Hoon le répétait mais il était vraiment la meilleure chose qui lui soit arrivé, depuis toujours. Il ne voulait pas être loin de lui, il ne voulait plus être loin de lui. L’année passée avait été assez éprouvante, et il devait désormais se rendre à l’évidence : il était totalement dépendant de Haruto.

Oui, entièrement. Il avait besoin de lui. Quand il passait une journée sans le voir, il se sentait vide, épuisé. Il était comme sa batterie, être près de lui le rechargeait. Que des ondes positives. Ji Hoon avait pu voir qu’il pouvait totalement contrôler ses émotions. Il pouvait le faire sourire, exploser de bonheur. Il pouvait aussi le détruire, l’enfoncer plus bas que terre. Mais Haruto ne ferait plus ça, si ? Le Coréen devait rester méfiant. Il n’aurait jamais imaginé Haruto capable de lui faire du mal, autant de mal. Il lui avait fait aveuglément confiance, sans jamais se douter de rien. Pourtant, le pire était arrivé. Parfois, il y repensait, à sa naïveté. Pour Haruto, il devenait vraiment comme ces femmes qu’il avait arnaqué, il ferait n’importe quoi pour cet homme. Le pire, le meilleur. Il le suivrait jusqu’au bout du monde. C’était peut-être mal. Après tout, il avait eu le revers de cet amour trop puissant. Et bêtement, il retombait à nouveau, même encore plus amoureux qu’avant ! Quel idiot. N’importe qui le traiterait d’idiot, lui dirait qu’il était stupide. Oh oui, ils avaient raisons, mais il ne pouvait rien y faire et il ne voulait pas se séparer de Haruto.

« Oui, je veux t’aider. » Son sourire se fit malicieux. Il avait toujours aimé le sexe. Il aimait plaire, il aimait séduire, avait tenté le pire et le meilleur. Des femmes dont il avait oublié le nom, le visage… Il ne prêtait jamais vraiment attention, tant qu’elles étaient belles et bien faites. Pourtant, ce n’était rien comparé à ce qu’il vivait avec lui. Leurs corps étaient fait pour être ensemble. Le sexe n’avait jamais été aussi bon, aussi fabuleux. Un peu comme s’il avait assisté toute sa vie à des feux d’artifice de village pour finalement assister à celui de Pékin pour le nouvel an chinois. C’était pareil. Avec Haruto, c’était ce feu d’artifice spectaculaire à chaque fois. Avec lui, il avait découvert de nouvelles sensations, de nouvelle façon de faire. Il était bien plus attentif aux réactions de son partenaire, à son plaisir à lui. Il en prenait également de son côté juste à le faire jouir lui. C’était tout nouveau. « Non, personne a le droit de te voir nu ! » Il fronça les sourcils avant de se jeter sur lui pour le tenir dans ses bras. Il était à lui, juste à lui ! Et personne ne devait le voir tout nu ! « Compris. » Il ne comptait se déshabiller que devant lui de toute façon. Souriant, amusé, il répondit avec passion au nouveau baiser échanger. « Excitant et frustrant. » Sa langue pointa entre ses lèvres avant de retourner jouer avec la sienne.

Des soupirs commençaient à se faire entendre, autant de sa bouche que de celle de son homme. Ce soir, il ne promettait pas de pouvoir tenir longtemps les préliminaires. Il le voulait. Tellement. Comment pouvait-il lui résister ? Non, impossible… Son homme était impossible. Il le tentait, le charmait, lui donner envie de lui sauter dessus chaque seconde. Déjà en ne faisant rien, il arrivait à l’aguicher, alors là ! Le sentir le toucher de façon si coquine et cruelle le rendait dingue. Il s’accrochait plus fort, le caressant toujours plus. Il avait envie de tout arracher, de le prendre, lui faire l’amour comme un fou. « Je veux… » Il le voulait. Mordillant sa lèvre, il passa sa main sur la joue de son petit-ami, perdant ses lèvres contre les siennes. Cependant, l’idée du jeu de rôles le séduisait un peu. ça leur réussissait toujours. Ils n’avaient pas forcément besoin de pimenter leur vie sexuelle, il n’empêchait qu’il aimait un peu trop ça.

Ji Hoon voulait connaître les fantasmes de Haruto. Tous ses fantasmes. Son regard brûlant restait figé sur lui, souriant un peu en attendant une réponse… Qui ne venait pas. Il était un peu déçu, mais redemanderait plus tard. Une idée lui était soudainement venu. Sensei. Un sourire naquit au coin de ses lèvres en voyant son regard brillant. L’idée lui plaisait. Trop sans doute, mais il aimait le voir excité d’avance. Ji Fun… Au début, ça l’avait énervé qu’il le prononce mal. Maintenant, il trouvait ça étrangement sexy. Eclaircissant sa voix, il secoua la tête. « Ji Hoon. » C’était plus fort que lui, il mordilla sa lèvre en le voyant jouer au timide, rougir. Il avait envie de lui, tellement. « Désolé… J’ai… Je veux… Aide-moi ? » Oui, qu’il l’aide ! Il avait tellement besoin de ces cours de langue… « Oui… Cours de langue. » Il était plutôt fier de pouvoir si bien reprendre son accent. Il n’était pas malheureux de l’avoir désormais moins prononcé. Au moins, on le comprenait la plupart du temps du premier coup lorsqu’il s’exprimait. « Anomie ? » Il n’avait pas besoin de feinter celui qui ne comprenait pas. Le Coréen ne comprenait vraiment pas ce mot. Pinçant les lèvres, il songea qu’il avait peut-être vraiment besoin de cours de langue.

Sa tête se secoua pour dire que non, il ne comprenait pas. « Explique-moi, Sensei… » D’avance, il savait qu’il allait aimer ce cours. Il ferma les yeux, appréciant un peu trop les caresses sur son corps. Il n’allait pas tenir. Il devait tenir. « Anatamie… » Ses yeux s’ouvrirent à nouveau, le fixant intensément alors que le « cours » débutait. Front, joue, nez, bouche… Il profite de ses caresses, sentant son cœur battre à vive allure dans sa poitrine, respirant difficilement. Ji Hoon voulait qu’il le touche ! Il voulait tout apprendre de l’anatomie ! « D’accord… » Quand ses lèvres remplacèrent ses mains, il ne répondait plus de rien. « Le front… » Il baissa un peu la tête. « La joue… » Un léger sourire se forma sur ses lèvres. « Le nez… » Il pouffa comme un idiot. « La bouche… » Un léger gloussement quitta cette dernière en sentant le chaste baiser qu’il y déposa. C’était doux, mignon… Un peu frustrant. Ça lui rappelait leurs premières fois. Quand tout était nouveau. Ils n’avaient pas mis longtemps à s’embrasser plus langoureusement néanmoins. La passion l’avait emporté.

Allongé sur le matelas, il tourna la tête vers son professeur. Il frissonnait en l’entendant lui parler à nouveau ainsi. Sa voix douce, gentil, qui l’avait tant charmé. Ji Hoon pouvait littéralement l’écouter parler pendant des heures sans se lasser. « Encore… Apprends-moi… » Se tournant sur le flanc, sa main se leva vers son petit-ami, glissant sur son bras. « C’est quoi ça ? » Il leva les yeux vers Haruto, attendant une réponse avec de doucement glisser le long de son torse, s’arrêtant sur son ventre. « Et ça ? » Il alla chatouillé ses côtes avant de se perdre dans son dos, collant l’air de rien son corps tout contre le sien. « Ici ? » Il griffa son épaule, prenant son air le plus innocent. L’étudiant qui voulait apprendre. Lentement, ses doigts retrouvèrent ses fesses. « Comment tu dis ? » L’air de rien, sa main glissa vers l’intérieur de ses cuisses, le caressant distraitement. « Dis-moi, Sensei… » Son visage était si près du sien, il pouvait sentir son souffle contre ses lèvres. Il se retenait de l’embrasser. « Apprends-moi… » Il ne parvenait plus à trouver un souffle correct, le toucher comme ça le rendait dingue. Comment pouvait-on autant désirer quelqu’un ? « Montre-moi ? » Son regard se leva vers le sien, le fixant intensément. Il avait besoin d’apprendre. Il avait besoin de Haruto. Son professeur particulier qui était en réalité l’amour de sa vie. S’il avait eu besoin de temps pour apprendre sa langue, il avait en avait eu besoin de plus pour apprendre à l’aimer. Chaque jour, il faisait de son mieux pour s’améliorer, encore et encore. Etre parfait pour lui.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Dim 4 Mar - 3:05


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


La jalousie de Haruto était réelle. Parfois, un peu trop palpable. Bien sûr, il était normal qu'il ne souhaite pas que quelqu'un voit son homme dans son plus simple appareil. Ce n'était pas qu'il n'avait pas confiance en Ji Hoon. En vérité, le Japonais avait réellement peu confiance en lui-même. Il savait que son petit ami ne mentait pas sur ses sentiments, il le lui prouvait très souvent. Cependant, Haruto avait toujours cette crainte qu'un jour il se rende compte qu'il ne le méritait pas. Qu'il réalise finalement que le mal qu'il avait pu lui faire était trop lourd, trop important. Qu'il ne l'avait au fond jamais pardonné. Chaque jour, le Japonais s'efforçait de se rattraper. Chaque jour, il se montrait attentif aux moindres désirs de son homme, il lui prouvait combien il l'aimait, sans pour autant l'étouffer. C'était difficile, car s'il s'écoutait, Haruto passerait ses journées blotti contre lui. Evidemment, il savait que ce n'était pas possible. Que ce n'était pas sain. Que ce n'était pas comme ça que fonctionnerait leur relation. Chacun avait besoin de sa bulle personnelle. C'était mieux ainsi, et chaque jour, Haruto se le répétait. Sa dernière envie, la plus terrifiante, était de perdre Ji Hoon. Que deviendrait-il sans lui ? Sans but, sans avenir, il s'éteindrait à petit feu.

Mais pourquoi penser à cela maintenant ? Le Japonais chassa toutes ses idées noires. Ji Hoon était bien là, bien vivant, en chaire et en os. En peau, en muscles, en lèvres... Si attirant ! Cela le surprendrait-il toujours autant d'être tombé amoureux de lui ? Haruto n'en savait rien. Ce dont il était certain, c'était qu'il ne s'en lassait pas. Tant pis s'il se montrait parfois un peu trop possessif ? Il voulait bien se faire pardonner. Riant à la réponse de son homme, il dut reconnaître qu'il n'avait pas tout à fait tort. D'accord, il aimait s'imaginer le corps de Ji Hoon lorsque celui-ci portait ses vêtements, mais Haruto avouait beaucoup aimer le voir nu également. Déjà qu'il avait la chance de pouvoir en profiter, pourquoi s'en priver ? Le Japonais s'étonnait tout de même de sa faculté à contenir ses pulsions lorsqu'ils se retrouvaient comme ça, si proches, si intimes. Aussi pressé pourrait-il se montrer, il savait qu'il n'éviterait la case préliminaires pour rien au monde. C'était encore plus excitant comme ça ! Jouer avec Ji Hoon, le taquiner, le titiller... Haruto aimait beaucoup ça, et il aimait que son petit ami en fasse de même. Cela faisait parti de ces instants complices et magiques qu'ils partageaient, pour rien au monde il ne les échangerait, alors pourquoi les gâcher en les précipitant ?

Ô! combien il le désirait ! Il le voulait là, il le voulait partout. Leur séjour en Italie avait suffisamment prouvé que leur désir n'avait pas de frontière ! Haruto se sentait capable de tout, quand c'était avec Ji Hoon. Ce soir, il avait autant envie que besoin de lui. Son plus beau soutien, le plus important, celui en qui il pouvait avoir réellement confiance. Celui avec qui il pouvait tout faire, même ce genre de jeu de rôle bizarrement excitant. Avant Ji Hoon, le Japonais ne s'en serait pas crû capable. Et pourtant ! Parfois, il aimait enfiler la blouse et soigner son petit ami à sa manière. Une étude toute personnelle avait prouvé que sa méthode marchait à 100% sur le patient Lee Ji Hoon – à condition que ce soit lui et lui seul qui la pratique, évidemment. Ces jeux l'avaient amené à en imaginer toujours plus. De fantasmes les plus simples et communs, à quelques uns qu'il lui était difficilement avouables. Un jour, peut-être ! Pour le moment, Haruto aimait entrer dans des rôles gentillet, quoique sexy. Il aimait voir à quel moment, à quelle phrase, à quel geste, Ji Hoon succombait. Ce n'était pas qu'il faisait l'amour à un autre Ji Hoon. C'était toujours lui, mais dans une vie un peu différente. C'était des jeux coquins qui les emmenaient ailleurs, et ça n'avait pas d'importance, puisque le monde leur appartenait.

L'idée soudaine de Ji Hoon le prit un peu de court, mais les battements de son cœur qui s'accéléraient dans sa poitrine prouvait qu'elle était plus que bonne. « Ji Hoon. ~ » Dans un sourire faussement timide, de sa voix chaude et basse. Tout pour le séduire ! « Je vais t'aider... » Qu'il se calme, avant que leur jeu coquin vire carrément au scénario porno ! Bon, en soit, le résultat escompté était pratiquement le même. Mais quand même ! L'accent appuyé de Ji Hoon faisait courir des frissons de bonheur dans la nuque du Japonais. Il l'adorait tellement ! Et quand son homme en usait dans des moments comme celui-ci, il l'aimait encore plus ! Se mordillant les lèvres, il le reprit, non sans amusement, se demandant si l'erreur était faite exprès ou non. « Anatomie. » En détachant distinctement chaque syllabe. Se rapprochant de son petit ami, Haruto lui sourit. C'était bizarrement excitant de lui enseigner des choses de cette manière, même pour le jeu. Ça avait quelque chose de joliment sensuel, qu'il aimait beaucoup. Le toucher avec une retenue presque timide, pour rester dans le personnage, faire semblant de ne pas oser de suite le regarder droit dans les yeux. Puis se montrer peu à peu confiant, comme s'il révélait doucement ces sentiments à cet étranger qui lui avait volé le cœur. Bien vite, ses lèvres prirent le relais. A croire qu'il était incapable de se tenir bien longtemps ! Son cœur battait comme celui d'un adolescent connaissant son premier amour, lorsque ses lèvres se posèrent sur les siennes. Comme à chaque fois ? Riant avec lui, comme s'il était intimidé, il s'allongea près de lui. Comment faisait-il pour ne pas lui sauter dessus ? Cela restait un mystère.

« C'est le bras... » Dans une douce caresse du revers de la main, Haruto frôla le sien. Son corps entier frissonna quand Ji Hoon continua de le toucher. « Mon ventre... Hé ! » Eclatant de rire, Haruto se tordit un peu, comme pour échapper à la douce torture que lui infligeait le Coréen. « Ça chatouille... » Ses yeux brillaient d'amour et de bonheur, une fois que ce dernier arrêta pour se coller à lui. Evidemment, il ne recula pas, restant allongé sur le flanc, face à Ji Hoon. En mimique, il leva sa main. « Le dos... Et l'épaule. » Mais quand celle de son compagnon osa s'aventurer à des endroits plus intimes, Haruto en sursauta. Rougissant – de plaisir – il joua celui qui était gêné, sans pour autant se reculer. « Tu veux vraiment savoir ça ? » Ils étaient tout près l'un de l'autre, Haruto pouvait sentir leurs souffles se mêler. Une seule envie, l'embrasser. Se mordillant la lèvre, il se rapprocha un peu plus près, presque collé à lui. Doucement, sa main se posa les fesses du Coréen. Passant sa langue sur ses lèvres, il laissa son sourire glisser au coin de ces dernières. « Tes fesses... » Ji Hoon pouvait-il sentir son corps battre la chamade dans sa poitrine ? « Parfaites. » Son front était tout contre le sien, désormais. Le bout de leurs nez se touchaient.

Avançant encore un peu, un tout petit peu, Haruto pencha un peu la tête. L'embrasser, ou pas ? C'était si cruel que lui-même s'en voulait. Sa main remontait dans le dos du Coréen. « Je peux t'embrasser ? » Ses doigts glissèrent sur sa peau, allant jusqu'à trouver ses lèvres, qu'ils caressèrent doucement. Fermant les yeux, il entrouvrit la bouche, la posant contre celle de Ji Hoon. Il l'embrassa lentement, avec douceur, avant de laisser sa langue pointer entre ses lèvres, léchant celles de son amant. Passant sa jambe entre celles de ce dernier, le Japonais prit appui, avant de doucement faire pivoter son corps pour se retrouver sur Ji Hoon. Approfondissant le baiser, il laissa sa main glisser sur le corps de ce dernier, ses ongles griffant très légèrement sa peau nue. Son bassin se colla au sien, prouvant que trop bien combien il le désirait. A bout de souffle, Haruto fut bien obligé de rompre le baiser. « Qu'est-ce que je dois encore t'apprendre ? » Il gloussa dans son sourire, alors que ses lèvres se perdaient sur sa peau. « Le cou... » Ji Hoon sentait si bon ! Suçotant, mordillant, Haruto le marqua comme sien. Puis sa bouche continua à (re)découvrir le corps du Coréen, descendant lentement jusqu'à son torse, énonçant chaque partie sur lesquelles elle s'attardait. Ses pectoraux... Ses tétons... Ses abdominaux... Son nombril... Le souffle court, il leva les yeux vers Ji Hoon. Se redressant, Haruto lui sourit, alors que ses mains défaisait la braguette du pantalon que portait son amant. « On continue la leçon ? » Il se rallongea contre lui, l'embrassant encore. Sa main avait trouvé son chemin dans le sous-vêtement de Ji Hoon. Le cœur battant, Haruto entreprit de lui faire du bien, loin d'être le sensei timide qu'il avait pu jouer jusque là.



Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 5 Mar - 0:41


“Now you’re not alone
Don’t feel lonely anymore
Morning will come again
So you can peacefully smile
At the end of this sadness
Just turn off the lights today”


On pourrait dire qu’ils n’avaient pas vraiment une relation saine. Après tout, ils étaient tous les deux clairement dépendant l’un de l’autre, pouvaient passer des journées collés sans que cela ne les dérange. Et quand ils ne se voyaient pas, ils s’écrivaient en permanence. Pourtant, Ji Hoon ne voyait pas ça comme ça. Ils trouvaient un certain équilibre et leur relation de couple marchait très bien comme ça. Pourquoi se forcer à changer, surtout si c’était pour s’adapter à des standards un peu idiots ? Ils étaient si bien comme ça, n’avaient besoin de rien de plus. Ils étaient heureux ensemble, avaient du mal à se séparer. Ils avaient été séparé assez longtemps, qu’on les laisse profiter ! Si Ji Hoon avait fait des erreurs par le passé, il voulait devenir meilleur, meilleur pour son petit-ami, celui qu’il se plaisait à appeler l’homme de sa vie. L’amour de sa vie. Qu’il avait aimé dans toutes ses vies précédentes, qu’il aimerait dans les prochaines. Il se disait que cela devait être rare de connaître un amour comme le leur, c’était pourquoi il devait en profiter.

Et s’ils ne se retrouvaient plus dans la prochaine ? Et s’il n’y avait pas de prochaine vie ? Ji Hoon ne voulait pas regretter un jour d’avoir laisser filer cette personne qui comptait tant pour lui. Plus que tout au monde. Personne ne lui avait jamais apporté autant que Haruto, personne ne l’avait autant fait grandir, s’ouvrir. Au monde, à de nouvelles choses. Il devenait un autre homme. Non, juste un homme meilleur en réalité. Ils avaient eu de la chance de se trouver, de le réaliser si tôt. Ils auraient pu en prendre conscience quand c’était trop tard, qu’ils étaient mariés, avec des enfants. Ce serait horrible. Ils ne pourraient pas le vivre pleinement. Pas de coming out, pas de baisers volés dans la rue, pas de marque d’affection en public. De bons copains qui s’aimaient comme des dingues en silence. Qui se voyaient dans des hôtels pour pouvoir exprimer librement l’amour qu’ils se portaient mutuellement. Impossible à imaginer. Haruto était sa pierre précieuse, son soleil. Il ne pouvait pas s’en passer, il ne pouvait pas imaginer un avenir sans lui, loin de lui.

Ô, il se plaisait de voir un avenir où tous deux pouvaient s’éprendre l’un de l’autre, s’éprendre toujours plus ! Bien qu’il ne l’eut point courtisé naguère, cela ne changeait en rien l’amour qui l’eut lié à son bien-aimé. Les épousailles d’antan n’avaient point affecté l’affection qu’il portait à son promis. La vilaine avait jeté un froid sur ce lien indéfectible qui les unissait jusqu’à alors. Morbleu ! Qu’il pouvait aimer ce gentilhome ! Quand il pensait qu’auparavant, il était parvenu à ne le considérer que comme l’un de ses compères. Le plus fidèle, certes, mais fi ! Ji Hoon abhorrait désormais toute forme de déni qu’il avait pu avoir ! Personne ne pouvait nier leur amour. Pas même les plus vils des gueux, ces mécréants contre qui il se querellerait pour faire entendre son dessein d’amour, point de doute sur ces faits. Il manderait son amant de le suivre dans sa croisade.

Malheureusement pour la narratrice de ce texte, le temps du récit se déroule bien en 2018 et non en 1018, ce qu’elle trouvait tout de même un peu dommage, elle qui aimerait tant trouver une plateforme se déroulant dans le passé.

Un jeu de rôle. Le Coréen avait hâte de commencer. L’idée lui était venu naturellement, eux dans le passé. Pas d’improvisation trop poussé, pas de scénario scandaleusement érotique. Juste eux. L’étudiant, le professeur, ou plutôt deux amis qui s’apprivoisaient. C’était sensuel, doux, Ji Hoon aimait un peu trop ça. La lenteur des gestes, qui lui donnait l’impression de languir plus, de le désiré encore davantage. Il faisait mine d’apprendre du vocabulaire qu’il connaissait déjà, suivant les gestes de son professeur en frémissant légèrement. « Anatomie. » Cette fois-ci, c’était la bonne ! Peut-être aurait-il appris plus vite à l’époque si son Japonais lui avait donné des cours de cette manière. Front, joue, nez, bouche. Il voulait qu’il lui redise. Il voulait qu’il l’embrasse encore. Sentir ses lèvres si douces contre la sienne, dans un baiser chaud et humide, excitant et passionné. Cependant, ils devaient tenir le rôle, au moins un peu, sinon, ce n’était pas drôle ! C’était désormais à son tour de jouer. Ses mains se perdaient sur son corps, s’interrogeait sur les noms des différentes parties de son corps. Il répétait après lui, toujours avec le même accent, rendant cependant sa voix un peu plus nonchalante et sensuelle. « Le bras… » Il glissa sur ses pectoraux, dessinant l’air de rien ses muscles du bout des doigts, riant en le voyant se tortiller. « Le ventre. » Ji Hoon pouffa, secouant la tête. « Minhae, Sensei. » Il aimait bien le chatouiller, mais préféra le griffer ensuite, varier les plaisirs. « Dos, épaule. »

Sa main se rapprocha de ses fesses, lui demandant davantage de précision sur comment il nommait cela, en profitant pour lui octroyer des caresses plus appuyées. « Oui, dis-moi… » Ses dents s’enfoncèrent dans sa lippe quand il posa finalement sa main sur ses fesses à lui, lui donnant le nom. Ses fesses, parfaites. « Je préfère les tiennes… » En toute amitié, bien entendu. Il lui sourit avec la même innocente, perdant son regard dans le sien. Même après tout ce temps, il l’hypnotisait encore, il le rendait dingue. Ses beaux yeux brillants, magnifiques. Il pourrait les regarder inlassablement, éternellement. Il lui donnait envie de rester ainsi pour toujours. Son cœur allait cependant bientôt s’envoler de sa poitrine, surtout en le voyant s’approcher ainsi, de façon si tentatrice. Il frissonnait en sentant sa main remonter le long de son dos, déglutissant doucement à sa question. Ses yeux se baissèrent vers les lèvres de son Sensei. « Oui… » Il entrouvrit les siennes quand ses doigts glissèrent dessus. « Embrasse-moi… » Il n’attendait que ça, en avait besoin. Un soupir de soulagement quitta ses lèvres quand il le fit enfin. Tout doucement, il y répondit, se contenant au maximum. Ji Hoon sourit en sentant sa langue glisser sur ses lèvres, ouvrant la bouche pour l’accueillir.



Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.

    
 
just turn off the lights today ♡ HAROON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» just turn off the lights today ♡ HAROON
» [SOFT] SECOND TODAY / WEATHERPANEL : La Météo qu'il vous faut! [Gratuit]
» [TUTO] Configurer Second Today
» Bleach - 99 - Turn Back The Pendulum 10
» [REQUETE] Equivalent de Second Today pour TF3D2 et Titanium !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Japon :: Honshū-