You can have everything that's left of me ft. Naoto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 6 Fév - 20:29

" You can have everything that's left of me "
ft. Naoto & Sae ♥



Assise en indien sur le planché de son appartement délabré et pathétiquement vide – elle avait dû se résigner à vendre une à une ses possessions pour assurer un loyer trop élevé depuis le départ de son colocataire mexicain, notre journaliste avait ramené ses jambes contre elle en poussant un profond soupire. Devant elle trônaient ses maigres possessions : un flacon plutôt plein d’antidouleurs probablement expirés – ils dataient de son accident de voiture deux années plus tôt – et une bouteille de fort que son voisin lui avait offerte pour Noël. Sa main tremblante avait replacé une mèche de cheveux, alors qu’elle pinçait les lèvres en cherchant désespérément à choisir son poison. Elle crevait d’envie de tout s’arrête, que cette peur panique qui lui prenait au ventre, que ces souvenirs disparaitre d’une soirée troublante cesse de lui revenir en mémoire, qu’enfin, ses songes retrouvent le calme. En quelques mois, elle s’était retrouvée en prise à des soucis financiers – rien de bien nouveau, elle avait carrément vécu toute sa vie dans la pauvreté – avant que les emmerdes relationnelles arrivent.

Ça avait commencé par ce nouveau médecin, le Dr. Park qui n’avait visiblement aucun talent pour gérer les cas comme le sien, sa « thérapie » ne faisait qu’accroitre ses crises d’angoisses, ses terreurs, si bien qu’elle ignorait depuis quand elle n’avait pas dormi plus de trois heures consécutives. Puis, il y avait eu Maiko – sa seule amie – qui avait pris le large avec sa bécasse de licorne débile, sans un regard en arrière. Elle aurait pu la retenir, tenter d’arranger les choses, mais elle n’avait pas la force de feindre que tout allait bien, elle n’avait plus l’envie de  bouger… Puis, il y avait eu Mirai, Mirai et son accident, ses blessures, Mirai qui avait enfin réalisé qu’il valait mieux qu’elle, qu’il pourrait s’en tirer avec tellement moins de soucis qu’une petite amie au bord du gouffre. Mirai qui n’avait jamais, pas une seconde, pas cette fois, cessé de se languir pour son amour de jeunesse, de tendre vers un cœur qui n’était pas le sien… Sae avait soupiré à cette pensée, ses yeux s’embuant de larmes brulantes alors que sa gorge se serrait : Mirai était parti. Lui aussi l’avait laissé derrière, lui aussi, ne pouvait se contenter de la poupée brisée qu’elle était, elle aurait voulu hurler, mais aucun son ne franchit ses lèvres.

Elle était tellement lasse d’essayer… Et si elle fermait les yeux, est-ce que quelqu’un le remarquerait? Ses perles noisette s’étaient rivées sur les médicaments. Ils lui semblaient attirants, et ses doigts s’étaient tendus vers le flacon un instant, avant qu’une bribe de volonté ne la secoue, et qu’elle dévie, avant de finalement s’enserrer à la bouteille d’eau de vie. Pas ce soir. Le fait qu’ils soient là, disponibles, que la possibilité d’en finir ne lui soit pas arrachée la consolait, elle aurait toujours l’option… Notre demoiselle avait ouvert la bouteille, porté celle-ci à ses lèvres et avait pris une longue gorgée en grimaçant. Le reste… Le reste n’était qu’une voix, une voix stupide qui lui répétait encore, toujours, qu’elle finirait seule, que personne ne voudrait d’elle, que même ses parents n’en avaient pas voulu. Cette voix  moqueuse, ricaneuse, cette voix qui l’avait suivi toute sa jeunesse, quand ses camarades de classe de moquaient de son abandon, la pointaient du doigt, se payaient sa tête… cette voix qu’elle avait fini par contre avant que la vie ne lui offre un humain qui serait le sien… une personne juste pour elle… Naoto.

Sae avait foutu la bouteille dans son sac à dos, le flacon de pilule, puis… néant. Elle n’aurait pu dire comment elle s’était arrangée pour se rendre à l’Agence, ni jusqu’à quelle partie de son corps elle avait accepté de montrer au gardien pour passer, ni même si elle avait vraiment eu à marchander avec Taiki pour qu’il la laisse entrer et dégage, comme toujours, tout ce qu’elle savait, c’est la bouteille était à moitié vide dans sa main alors que deux heures plus tard, elle était allongée sur le lit de son frère, assurément avec une meilleure mine, l’esprit embrouillé, les joues rougies. D’ailleurs, c’est avec un ton un peu trop réjouis qu’elle l’avait salué, dès son arrivée d’un : « Naoto !! » avant de pouffer de rire et de se redresser mollement sur le lit. La porte était à peine refermée qu’elle lança la première attaque, en éclatant de rire. « Je vais rentrer au couvent! » ……avec cette bouteille, ce sourire niais, et un T-Shirt trop grand qu’elle avait enfilé en guise de ‘’tunique’’ ?.... On en doute!
 
You can have everything that's left of me ft. Naoto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Beautiful 1/220 Jagd Mirage Green Left(DEMON)
» Left 4 dead
» Luciole - Left Us Falling
» Luciole - Left Us Falling
» [MANGA] Love, Be Loved, Leave, Be Left (Omoi Omoware Furi Furare)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Wonderful Tokyo :: Eita Entertainment :: Bâtiment R :: Dortoirs idoles-