Nous manquons de trainees, favorisez-les pour vos personnages inventés ! heart


 

 If anyone can reach me, it's you ft. HEALEI ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 22 Jan - 16:34
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
If anyone can reach me, it's you
XIALEI & HEAVEN ♥

Lorsqu’elle avait été hospitalisée d’urgence, quelques mois plus tôt, lorsqu’elle avait donné naissance, à un peu moins de six mois, à un enfant mort-né, un enfant dont le père, maudite tortue crétine, avait préféré briller par son absence à chacune de ses étapes éprouvantes, lorsqu’elle s’était retrouvée toute seule, sans personne, sans autre compagnie que sa honte et la tristesse cuisante, quelque chose s’était brisé chez Heaven. Cette envie de combattre, cette petite flamme de contestation qui avait toujours animé notre demoiselle s’était éteint, noyée dans la marre de larmes qu’elle refusait de laisser jaillir. Elle l’avait bien compris, par les silences, par le manque de manifestation de son ex-petit ami lorsqu’elle n’avait plus remis les pieds chez lui, lorsqu’elle avait élu refuge chez un Daisuke inquiet, que Kazuya ne reviendrait pas. Et comment pourrait-elle lui en vouloir? Elle était un fardeau, une bombe à retardement, elle ne pouvait demander à pardonner de la regarder crever sans réagir… Étrangement, la seule personne qui l’aurait compris, qui aurait eu les mots pour la consoler était hors d’accès, quelque part perdu en Angleterre, alors plutôt de d’embêter un cousin avec ses tourments, elle avait préféré cesser de s’apitoyer.

D’un cœur brisé abrutissant, elle avait préféré devenir une forteresse de glace et d’indifférence. Elle avait mis de côté ses choix émotifs, et s’était résignée à l’utile. Il lui fallait un endroit ou rester, il lui fallait quelqu’un qui s’occuperait d’elle jusqu’à son dernier soupire… il lui fallait un mari. Ça n’avait pas été difficile, avec une famille comme la sienne, une bouille d’ange et un peu de fausse enthousiasme, elle s’était retrouvé, à peine six mois après sa rupture, à officialiser des fiançailles… avec rien de moins qu’un bouffeur de chien. Oui. Elle, Heaven Calaway. Fièrement japonaise, avait accepté d’unir le peu de jours qui lui restait à un abominable… étranger. D’ordinaire, elle aurait refusé, hurlé s’il le fallait, et elle aurait tout fait pour ne surtout pas se retrouver dans cette situation avec un sous-homme… d’autant plus que son promis ne parlait pas vraiment japonais et était loin d’avoir les trésors de la chine en composition de la partie inférieur de son corps! Mais pas cette fois. Elle n’était que spectateur dans sa propre vie, elle s’en fichait. Ces fiançailles, plus que tout le reste, avait suffi à faire paniquer Daisuke qui avait tenté, sans grand succès, de lui ouvrir les yeux. À court d’arguments, il avait menacé, ou plutôt ordonné : « si tu vas vraiment marier un chinois, alors t’as intérêt à le dire à Xialei! » … Sur le coup, elle avait dit qu’elle le ferait, ne serait-ce que pour avoir le dernier mot… et maintenant?

Maintenant, ça lui semblait un peu plus difficile. Heaven avait passé une main dans ses cheveux blonds en s’arrêtant devant la porte du bureau de son ami d’enfance, du seul chinois qu’elle ait pu respecter, diable, du seul chinois qu’elle ait déjà trouvé séduisant, même si elle le nierait jusqu’à son dernier souffle. Le dire à Xialei… Serizawa n’était peut-être pas si con (on en doute…), il avait misé juste. Elle n’avait jamais été totalement indifférente au jugement du chinois. En partie parce que Xialei connaissait ses pires secrets… mais aussi parce que de tous ses amis, il était probablement le seul à avoir une cervelle fonctionnelle. Elle ne voulait pas le décevoir. Timidement, elle avait poussé la porte, pénétrant dans la pièce en accrochant un sourire des plus faux à ses lèvres. « ‘Lei?  » Elle avait fait un autre pas, sentant son cœur se compresser. Et s’il la jugeait hein? Pourrait-elle affronter sa déception? Elle avait avancé, tentant toujours de pousser le mensonge de son bonheur par un sourire, un air animé… le beau mensonge. « T’es de retour pour de bon? Serizawa atteint de nouveaux sommets de connerie quand tu n’es pas là… c’est carrément un risque de sécurité nationale.  » C’est ça, jette Daisuke sous le bus, toi aussi tu atteints des sommets de connerie! « Et il parle de toi avec des pronoms féminins…  » Diriger Xialei ailleurs, elle y arriverait. Plutôt que d’opter pour le franchise, elle avait tiré un sourire moqueur en lançant, comme si ça suffirait à lui annoncer la nouvelle sans avoir à trop en dire : « … C’est pourtant clair que t’es un homme… sinon je t’aurais déjà demandé d’être ma demoiselle d’honneur!  » … Et tu traites Daisuke de con?


electric bird.
Invité
avatar

     Sam 28 Jan - 8:46
 
If anyone can reach me, it's you
XIALEI & HEAVEN ♥

Quand Xialei avait décidé de revenir de Chine, ce n’était pas parce qu’il avait envie de retourner au Japon. Absolument pas, mais il fallait qu’il s’éloigne de son père avant que la guerre nucléaire n’éclate. Il serait absolument allé ailleurs, si cela n’avait été qu’il avait un emploi qui l’obligeait de retourner à Tokyo. Qui sait ce qu’il arriverait comme désastre dans la forme de danse de ses élèves s’ils étaient confiés tout longtemps à un professeur suppléant qu’il n’avait clairement pas pris la peine de choisir lorsqu’il avait quitté le pays du soleil levant en un coup de tête, trainant avec lui sa nouvelle fiancée.

Fiancée qui ne l’avait pas suivi, étant restée derrière au plus grand plaisir de sa chère mère. Son père avait passé tout le voyage de Xialei à lui dire qu’il était temps qu’il entende raison et qu’il accepte un des choix tirés sur le volet par le patriarche. Sincèrement, l’aîné de la dernière génération des Li aurait bien aimé que son oncle dise un mot pour une fois.  Toute la famille connaissait le désastre Mingxia – fiançailles arrangées! – mais connaissait aussi le bonheur que vivait Shiyuan, le cousin de Xialei, avec son adorable petite peintre de basse famille, alors pourquoi ne pas utiliser cet example pour que Papa Li laisse son fils tranquille? Apparemment que le sujet n’avait pas été apporté puisque Mama Li ADORAIT Jung Rin. Seul problème au tableau pour Xialei : Sa fiancée était complètement imprévisible. L’imprévisible, il en avait assez comme ça, regardez son cercle d’amis!

Justement, son cercle d’amis. Il les avait évités comme la peste dès son arrivée, faisant d’Eita son domicile pour ne pas avoir à passer une seule seconde en présence de Daisuke. Non, il n’était pas sorti de sa colère noire. Elle serait dure à passer celle-là. Il ne savait même pas si Daisuke savait qu’il était fiancé, ayant décidé de supprimer quelques semaines de sa mémoire question de rester bien fâché. Il avait annoncé la grande nouvelle à Kazuya, ouais, mais à qui d’autre? Personne? C’était peut-être mieux comme ça. C’était même mieux qu’aucun d’entre eux ne sache qu’il était de retour, il ne serait pas très patient à tolérer leurs bêtises…

Mais apparemment les bêtises se rendaient directement à lui. Heaven qui va jusqu’à venir le trouver dans son bureau sans même le texter pour l’aviser ou encore pour vérifier qu’il était bel et bien là? Elle le savait en Chine, pourtant, et il était revenu le jour d’avant à bord d’un vol chinois, aucun moyen qu’elle ait l’information si rapidement.

Quelque chose clochait. Il la connaissait trop pour en savoir autrement.

Premièrement, elle commençait par parler de la personne dont le danseur ne voulait pas entendre parler. Déposant la paire de chaussures qu’il venait de sortir de son sac de voyage, il s’était retourné vers Bouclettes avec un regard des plus désapprobateur : Il n’était pas de bonne humeur en partant, elle venait de rajouter un clou au cercueil.

« Heaven, sérieusement, j’ai pas envie d’entendre de lui. Il a déjà atteint le sommet de ma tolérance, tant pis pour lui s’il décide de continuer à diminuer le QI du Japon. »

Il allait se retourner pour continuer de réinstaurer un minimum d’ordre à son bureau lorsque la phrase qui suivit le fit figer sur place. Demoiselle d’honneur?!

« Tu as une cousine qui doit être folle de joie de te concevoir une robe. La division britannique des Calaway est réjouie? »

Il n’avait pas du tout un bon pressentiment par rapport à cette annonce toute croche de mariage. S’il devait se fier à son instinct, il pouvait aisément dire que le marié n’était pas la personne qui lui venait en tête en s’imaginant Heaven se marier. Le meilleur moyen de vérifier était de savoir si elle en avait parlé à sa famille. Après tout, elle avait un cousin qui était plus une bombe à retardement qu’elle-même, si c’était une bonne nouvelle qu’elle se marie, elle aurait appelé à Londres avant même de contacter ses frères. Sinon, elle se sera tenue plus loin d’Elijah que de Xialei.


electric bird.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 29 Jan - 14:21
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
If anyone can reach me, it's you
XIALEI & HEAVEN ♥

En temps normal, Heaven était la reine de je-m’en-foutisme, elle faisait des erreurs, la belle affaire, et elle était assez prompte à les assumer, sans jamais vraiment se soucier de ce qu’en dirait les gens ou de ceux qu’elle pourrait décevoir en cours de route. C’était sa vie après tout, et elle serait brève, alors elle s’imaginait avoir un droit légitime de faire ce qui lui plaisait. Cette indifférence chronique n’épargnait pas non plus ses amis… surtout pas Serizawa, chez qui elle avait temporairement élu domicile après sa rupture incohérente avec la tortue des plaines. Pas que l’opinion de Daisuke n’importe pas seulement, il avait tellement accumulé de conneries de son côté qu’elle se permettait d’en faire, sans vraiment risquer de le décevoir. Une belle philosophie de vie… qui avait toutefois une exception.

Et cette exception, c’était le chef d’œuvre d’architecture chinoise qui se tenait au bureau devant elle, avec un air énervé, parce qu’une fois de plus, elle avait choisis les mauvais mots. S’il y a une personne en ce monde qu’elle ne voulait pas décevoir, c’était lui : Li Xialei. D’aussi loin qu’elle se souvienne, Heaven l’avait toujours eu en haute estime, d’autant plus qu’il était l’unique personne au monde à avoir été témoin de ses dérapages de jeunesse, il avait été le seule présent pour elle, quand elle avait dû affronter un avortement en bas âge dans le plus grand des secrets. Sur bien des aspects, il lui avait donné une seconde chance et, pour cette raison, elle avait toujours eu l’impression de lui devoir quelque chose… qu’il fallait qu’il soit fier d’elle. Ça ne rendrait pas cette conversation plus facile, surtout pas.

Elle s’était toujours imaginée que le jour où elle annoncerait ses fiançailles, ça n’aurait rien à voir avec un mariage arrangé. Qu’elle ne serait pas cette personne, plongée dans la dynamique du malheur qui semblait affubler tant Xialei que Daisuke… elle s’était vu souriante, épanouie… et en toute franchise, elle s’était vu au bras d’un homme qui aurait le sang pur, un vrai de vrai japonais, pas une espèce de sous-homme, un chinois dieu du ciel! Et un chinois qui n’avait absolument rien à envier à celui qui se tenait devant elle. SI elle pouvait s’imaginer donner un passe-droit à Xialei dans sa qualification aux fins purement intolérantes de blondie, il en était tout autre pour son ‘’cher et tendre’’. Prise de court par la mention de sa cousine, elle avait forcé un sourire. Mentir, sembler heureuse… pourquoi c’était si difficile avec lui hein?

« Je…. j’imagine qu’Iliana va l’apprendre… mon père doit avoir passé la bonne nouvelle.  » Ce qui ne l’enchantait guerre, elle pouvait aisément s’imaginer le choc de sa cousine, les menaces de la battre à coup de poêle qui viendrait si elle allait de l’avant avec cette union idiote. Et plus encore, que la furie de cette Calaway, elle s’imaginait le discours moralisateur qu’elle aurait d’Elijah. Lui plus que tout autre comprendrait ses hantises, mais il serait également le plus brutal dans ses remises en perspective… Facile à faire, dieu sait qu’elle avait voulu y croire, au grand amour, à celui qui resterait à ses côtés malgré la maladie… mais il semblerait que les bleu des îles venaient en édition limité… Elle avait ce sourire figé aux lèvres, alors qu’elle regardait Xialei… Il faudrait bien qu’elle lui dise un jour non? Elle avait dégluti péniblement.

« … Tu vas encore souvent en chine?  » … Idiote, idiote! Pourquoi c’était si difficile de lui dire hein? Parce qu’elle savait, que le jugement viendrait, et quelque part, elle s’était toujours dit que son vis-à-vis était l’exception, le seul étranger qu’elle ait un jour trouvé séduisant, bon là-dessus, son promis lui levait le cœur, Xialei était toujours unique. « … Mon fiancé est chinois aussi… et je pense… qu’on va s’y établir… après les noces.  » Bah… c’était une façon comme une autre de lui avouer que, ça ne serait pas Kamenashi… Vraiment Heaven? Elle ne parlait pas un mot de chinois, elle méprisait les autres cultures, elle allait surement finir par tuer quelqu’un en pleine rue. Elle avait souri à nouveau, ses iris océaniques se brumant de larmes. « Tu me visiteras?  »


electric bird.
Invité
avatar

     Jeu 9 Fév - 2:55
 
If anyone can reach me, it's you
XIALEI & HEAVEN ♥

Il le savait. La seconde que Heaven avait commencé à lui parler, il savait que quelque chose n’était pas ce qu’il aurait dû s’attendre. Non seulement elle n’avait pas corroboré à ses commentaire sur Daisuke, ce qui était quelque chose en soi, mais elle ne lui répondait même pas à ce sujet. Elle avait une drôle de mine, en plus… pour qui elle le prenait? Elle devait le savoir, maintenant, qu’il était le plus perspicace d’entre eux tous, et que ce n’était pas en lui donnant des informations au compte-goutte qu’il allait moins réagir. Des fois il commençait à croire que les blagues occidentales sur les blondes avaient un bien fondé…

Elle n’avait rien dit à Iliana. Il fallait donc effacer Kazuya de l’équation. Ça clochait déjà assez. Il n’avait pas été parti si longtemps que ça, non? Peut-être, ouais. Qu’aucun des deux ne l’ait appelé pour lui parler d’une rupture, c’était louche. Il les connaissait assez pour savoir que ça n’avait rien d’une fin normale. Okay, bon, il fallait dire qu’il n’avait crié sur les toits qu’il savait pour eux deux, il se demandait même s’il leur avait dit ouvertement. Bon, peut-être pas un indicateur.

Ce mariage ne signifiait rien qui vaille. En temps normal Heaven aurait appelé toute la famille individuellement pour leur dire, et elle aurait commencé par Elijah. La dernière fois que Xialei en avait entendu parler, les nouvelles n’étaient pas belles du tout, alors si Heaven avait laissé son père être le pigeon voyageur, la division britannique ne serait pas enchantée… et donc Xialei non plus. Si Daisuke avait mentionné qu’il fallait le dire à Xialei, et bien Xialei connaissait une autre personne à qui Heaven aurait peur d’annoncer un mariage pas net.

« Ce n’est clairement pas une bonne nouvelle, tu évites Elijah. »

Il ne passerait pas par milles chemins, contrairement à elle. Pourquoi elle lui demandait s’il allait souvent en Chine, elle savait très bien qu’il y était jusqu’à tout récemment, même trop récemment, apparemment. Il allait lui répliquer, lui dire d’arrêter ton cirque et de dire carrément quelle imbécilité elle s’était organisé comme mariage, lorsqu’elle avait dégobillé ce qu’elle ne voulait clairement pas lui dire de son plein gré.

C’était donc ça.

« Oh, parce que tu acceptes de bouffer du chien, maintenant? »

Il ne serait pas gentil, il n’avait du tout l’intention de l’être. Elle avait été raciste envers tout ce qui n’était pas Japonais depuis qu’il la connaissait, et la voilà qui marie un Chinois sur un coup de tête? Elle ne s’était jamais gênée pour justement appeler les compatriotes de Xialei des « bouffeurs de chien », elle l’avait même parfois dit pour lui-même lorsqu’elle pensait qu’il n’avait pas les oreilles aussi fines qu’il les avait réellement. Ce n’était certainement pas par coup de foudre qu’elle se mariait aussi soudainement, elle ne la lui ferait pas, celle-là. Elle n’était clairement pas heureuse. Il était hors de question qu’il l’encourage là-dedans.

Mais bon sang de merde, Daisuke il laissait ça aller comme un grand imbécile?! Il n’était plus juste en train de tourner autour du bac à sable, il s’en servait pour se foutre la tête dedans et jouer à l’autruche, maintenant?!

« Tu veux vraiment savoir? Non. Si tu vas là-bas ne compte pas me voir. »

Il était vraiment fâché. Il savait très bien qu’elle faisait une grosse connerie et il savait tout aussi bien qu’elle n’avait pas toute sa tête pour faire cela, mais il était hors de question qui fasse comme les autres avaient fait et qu’il fasse juste hocher de la tête et la laisser faire ses bêtises.

« Tu ne sais même pas saluer quelqu’un en Mandarin. Sais-tu au moins si c’est le Mandarin qu’ils parlent dans son coin? C’est peut-être le Cantonais. Ou encore une autre langue moins utilisée. La Chine c’est le top 10 des plus grands pays en superficie au monde, ce n’est pas le Japon. »

Vraiment en colère, il avait attrapé son cellulaire et il l’avait planté droit devant le visage de son amie.

« Je vais reconsidérer si tu es capable d’appeler ton cousin et lui dire personnellement que tu te maries tout en étant réellement heureuse. »

S’il était réellement un dragon, autant le museau que les oreilles lui fumeraient en ce moment, et le feu dans ses yeux était à trois cheveux d’être réel.

« Tu ne me feras pas croire que c’est réellement ce que tu veux, et à lui non plus. »


electric bird.
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 12 Fév - 15:59
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
If anyone can reach me, it's you
XIALEI & HEAVEN ♥

« Elijah n’est pas en état de me conseiller en ce moment!  » Mais il l’aurait fait… elle le savait. Cette conversation, cette claque de réalité, c’était bien la dernière chose dont elle avait envie, et dès que le chinois avait ouvert la bouche, elle avait regretté d’avoir ne serait-ce qu’entamé cette discussion. Si elle s’était imaginée que son cousin serait le plus fervent protestataire quant à son avenir tout tracé par ses parents, elle avait tords. Tellement tords. Comptez sur Xialei pour lui remettre sous le nez ses mauvais choix, et de la plus brutale des façons. Même Eli’ aurait été plus doux, elle n’en doutait pas, et il n’était pas reconnu pour son tact! En toute franchise, elle avait refusé de l’appeler, de lui dire, parce que malgré son état, malgré sa santé qu’elle savait précaire et pour laquelle elle ne souhaitait pour rien au monde le déranger avec ses soucis, il n’accepterait pas ça. Il aurait toujours assez d’énergie pour lui faire la morale, elle en était certaine, au moins autant qu’elle était persuadée que ses déboires amoureux étaient causés par son refus de chasser le mâle aux cheveux bleus. Clairement, c’était une espère rare, fidèle, rien à voir avec les tortures nipponne! Plantée devant son plus vieil ami, elle écoutait ses paroles, sans oser le montrer. Son opinion avait toujours eu un grand impact sur elle, elle ne s’en cachait pas, s’il y a une personne au monde qu’elle respectait en toute circonstances, c’était lui. Elle lui devait tant… Pas qu’elle ose lui avouer!

Boucle d’or avait cligné des yeux, sans oser cesser de regarder son vis-à-vis, elle sentait la tornade gronder mais, quelque part, elle ne voulait pas l’éviter. Ses poings s’étaient serrés, elle avait mordu sa lèvre inférieure, nerveusement…. Chaque mot avait l’effet d’une claque, mais elle avait gardé un silence cinglant. Il avait raison, sur toute la ligne, chacun de ses mots, si elle n’avait pas eu le cœur en miette, elle les aurait dit elle-même à voir haute. Elle devait se faire violence pour contenir l’océan de larmes qui menaçait d’embrouiller ses yeux clairs, encore heureux qu’elle ait un égo plus grand que sa sensibilité. Plus elle y réfléchissait, et plus ce mariage semblait être une idée merdique, mais elle se consolait en se disant qu’elle ne vivrait pas longtemps dans cette union, elle ne vivrait pas longtemps point. Son minable de fiancé dont elle ne comprenait ni le dialecte ni la famille, avait au moins l’avantage d’être là… ou d’avoir assez d’argent pour déléguer. Du plus profond de son cœur, elle le savait bien, qu’il n’y avait qu’une personne avec laquelle elle voulait être, et faute d’avoir Kazuya, elle se fichait bien de qui serait l’heureux élu. Ça ne serait pas un conte de fée de toute façon.

Si elle avait osé amadouer Xialei, c’était raté, voilà qu’il lui remettait sous le nez son adoration pour le japon, et sa répulsion certaine pour tout le reste, en la noyant sous une vague d’information qu’elle refusait d’assimiler…. Et c’était mal le connaitre que de croire qu’il la laisserait se noyer dans le déni! « Et alors hein? Qu’est-ce que ça change la langue qu’ils parlent! J’y vais pas pour le paysage! Tu le sais comme moi, j’ai une date de péremption rapprochée. Et c’était stupide de penser une seconde que quelqu’un qui ne serait pas payé pour le faire reste à mes côtés!  » … Elle avait été tellement conne, de penser que Kazuya serait là, il était hors de question qu’elle fasse cette erreur deux fois. Pas quand le manque lui tordait les entrailles, quand son cœur peinait à battre. Non. Elle avait essayé l’amour, et visiblement, ce n’était pas pour elle. À quoi bon ressentir ça si on se retrouvait seule dans une chambre blanche avec la perte de son enfant mort-né. Elle n’était pas heureuse, elle ne voulait pas ça…. Mais elle ne lui donnerait pas raison si facilement. Certainement pas! Relevant son minois vers lui, avec un air de défi, elle avait rétorqué bruquement.

« Tu peux bien parler Xialei! J’ai abandonné ok, je me suis résignée à un mariage arrangé, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé d’être heureuse dans une vraie relation!  ». Elle avait fait un pas vers lui, posant ses mains sur le bureau, comme si se prendre la tête avec lui était la seule façon de le convaincre d’abdiquer, d’avoir sa bénédiction… ou pas? Elle avait froncé les sourcils, poursuivant dans sa lancée. « Et toi hein? As-tu même tenté d’être heureux? Aux dernières nouvelles tu t’es aussi lancé dans des fiançailles hâtives ! Tu vas me faire croire que c’est le grand amour peut-être?!?  » certainement pas. Selon Daisuke, la future Madame Li était une tête folle, mignonne mais imprévisible. Elle connaissait le danseur depuis assez longtemps pour savoir que rien ne l’énervait plus que les imprévus. Le peu qu’il pouvait tolérer, Daisuke en abusait… et elle aussi, apparemment. Elle avait soupiré, passant une main dans ses cheveux blonds, son cœur battait si fort… c’était horrible. Et les maudites larmes qui avait envahies ses yeux… « Kazuya m’a largué ‘Lei. Il m’a laissé derrière et …. Et il n’a même pas eu le courage de me le dire en face…  » la douleur était si poignante qu’elle lui nouait sa gorge, sa voix n’était qu’un couinement alors qu’elle concluait sur ce qu’il avait dû rater…« Je …. J’ai mis au monde un enfant mort-né…. Notre enfant … et…  » les larmes coulaient à flot, et sa silhouette tremblait, elle aurait voulu crever là. Elle revoyait le petit corps inerte et ne souhaitait que crever, sur le coup… « … Kazuya m’a laissé toute seule. Il n’est pas venu… pas une fois… alors… ne me dit pas que tu sais ce que je veux. Ce que je veux est impossible.  »


electric bird.

    
 
If anyone can reach me, it's you ft. HEALEI ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Halo Reach
» [MINIGEDDON] Opération Black Reach
» Halo Reach [Xbox360]
» Reach Stacker [+ajouts]
» Reach for the sky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-