Love Whisper [♥] HAROON ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Mer 17 Jan - 0:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Lentement, sa main glissa sur la chemise qu’il venait d’enfiler. Louis Vuitton. Une de celle que Haruto lui avait offert pour noël. Il réajusta le col, laissant son regard se perdre quelques secondes sur la bague qu’il portait à son doigt. Ji Hoon la mettait souvent là, ça lui plaisait, qu’on puisse se dire qu’il appartenait à quelqu’un, que son cœur était déjà pris. Il aimait bien cette initiative de Haruto, même si parfois, il la portait simplement autour du cou, sous ses vêtements quand il ne pouvait pas avoir ce bijou à son doigt. Doucement, il la retira, son regard se perdit sur l’inscription. KH ♡ LJH. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres avant qu’il n’attrape la chaîne, la glissant autour de son cou, il laissa la bague tomber contre son torse, il releva ses yeux vers le miroir. Il n’avait rien à corriger, il était parfait. Malheureusement, aujourd’hui, le Coréen savait qu’on n’allait pas le juger sur son physique, qu’aussi beau qu’il puisse être, cela n’y changerait rien. Ce serait effectivement son physique qui poserait problème. Mais il ne pouvait rien faire pour leur plaire. Poussant un profond soupir, il se baissa pour caresser Kimyaki à ses pieds, qui attendait d’avoir un peu d’attention.

Il savait que c’était un grand jour. Ji Hoon leur avait expliqué quand Haruto était parti travailler. Takochi ne comprenait pas encore très bien le coréen, mais il y travaillait. Elle allait devenir aussi doué que son frère, il y croyait. Gratouillant son oreille, il retourna dans le salon, souriant silencieusement à son petit-ami. « Comment tu me trouves ? » Avec la belle chemise qu’il lui avait achetée. Son sourire se fit un peu plus fier. Il aimait vraiment ce vêtement. Ça lui plaisait, de se dire que Haruto le connaissait assez bien pour être en mesure d’acheter quelque chose que l’homme exigeant et pointilleux qu’il était adorerait. S’approchant de Haruto, il se pencha pour l’embrasser sur la joue, une manière de l’encourager. Il savait que ce serait difficile pour lui. Mais ils devaient le faire. Il était temps. Cela traînait depuis trop longtemps et ce n’était plus gérable. Ji Hoon ne voulait pas de ça. Il ne voulait pas continuer sur cette pente glissante, il ne voulait plus risque de vivre une autre année comme ça. C’était terminé, ils devaient laisser ça derrière eux, reprendre sur de meilleures bases.

Haruto les avait appelés la semaine passée, savoir quand est-ce qu’ils seraient là. Ils avaient proposé mardi soir. La date était convenue, ils ne pouvaient plus reculer. Ji Hoon voulait qu’ils l’annoncent. Ensuite, ce serait au tour de sa mère. Une angoisse le gagnait en y pensant. Il avait peur de sa réaction, mais il avait confiance. Elle l’aimait assez pour accepter qu’il soit tombé amoureux d’un homme. « On aura peut-être une bonne surprise… » Ses bras encerclèrent le corps de son amant, il tentait de le rassurer le détendre. Peut-être allaient-ils accepter sans rien dire, mieux. Etre heureux pour eux. Il rêvait un peu trop, sans doute, mais il voulait y croire. Ses lèvres se posèrent sur les siennes, tendrement, amoureusement. « Ça ira, Haruto, d’accord ? » C’était si injuste, d’avoir l’impression de craindre davantage sa famille en annonçant qu’il aimait quelqu’un que de dire qu’il avait tué quelqu’un. Tout irait bien. Dans le pire des cas, ils s’y habitueront. Ils aimaient leur fils, malgré tout. Malgré ce que cette folle avait essayé de lui faire faire. Ils l’aimaient. On ne pouvait pas déshériter un fils pour ça. Non, impossible. Ji Hoon voulait rester positif. Tout se passerait pour le mieux.

« On y va, Jagiya ? » Enfilant son manteau, il glissa dans ses chaussures, attrapant l’écharpe près de lui, il la noua autour du cou de son homme. Un petit sourire malicieux aux lèvres, il tira sur l’écharpe pour aller l’embrasser. Ouvrant la porte, le couple fila jusqu’à la voiture où le Coréen s’installa côté passager, laissant à son homme le loisir de conduire. A nouveau, on leur demandait de côtoyer le monde réel. Quitter leur bulle pour devoir affronter des choses qu’ils avaient trop repousser. Après un an et demi de relation officielle, il était peut-être temps de sauter le pas. Ils n’allaient pas avouer un crime, juste qu’ils étaient amoureux l’un de l’autre, juste qu’ils voulaient faire leur vie ensemble. Juste que leurs cœurs avaient décidés ce que leurs esprits avaient refusé d’admettre depuis trop longtemps. Y croiraient-ils ? A cette drôle d’histoire d’amour qui semblait si unique. Deux hommes qui se rencontraient un jour par hasard, qui se liaient d’une amitié rapidement fusionnelle. Des années passaient, encore et encore, ils étaient de plus en plus proches. Jusqu’à ouvrir les yeux, réaliser. Un premier baiser échanger, comme un courant électrique, leurs cœurs qui battaient à cent à l’heure. Ils réalisaient que c’était quelque chose qu’ils avaient toujours attendu.

C’était une histoire merveilleuse, si on prenait la peine de vouloir l’entendre. Ji Hoon espérait que ce serait le cas aujourd’hui. Son regard se perdit dans la ville, seule la radio venait rompre le silence à l’intérieur de la voiture. Une vieille chanson populaire dans les années 90, même lui la connaissait, elle passait en Corée parfois. Il fredonnait l’air, pensivement. « Si on rentre pas tard, on passera au konbini ? On a presque plus de dentifrice… » Faire la conversation comme si de rien n’était, il savait faire. Il espérait que Haruto ne s’imagine pas qu’il s’en fichait Il voulait simplement lui changer les idées, maladroitement, il devait bien l’avouer. Mais quand la voiture se gara devant la grande maison de la famille Kamiya, il eut un moment où son cœur sembla s’arrêter. Et si tout se passait vraiment mal ? Il n’avait pas peur pour lui, il avait peur pour Haruto. Il ne supporterait pas de le voir briser. Il serait là, évidemment. Là pour ramasser les morceaux et les recoller. Le bonheur de son homme comptait plus que tout. Si ses parents le rejetaient, Ji Hoon ferait tout pour arranger les choses. Si ça ne fonctionnait pas, il offrirait à Haruto la plus belle vie qui soit, pour leur prouver qu’ils pouvaient être heureux sans eux.

Doucement, sa main chercha la sienne, laissant ses doigts se mêler aux sien. « Tu es prêt ? » Il chercha son regard, se voulant le plus rassurant possible. Que son homme sache qu’il serait là pour lui, le soutenir. Il ne brusquerait rien, le laisserait parler, agirait en conséquence. S’il ne voulait pas qu’il parle, il ne parlerait pas. Ji Hoon comprenait que le moment était important pour lui, c’était un sujet délicat. Surtout après l’année écoulée. Surtout après avoir réalisé combien sa mère voudrait le voir marier. Attendant qu’il se décide à sortir de la voiture, Ji Hoon ouvrit sa portière, croisant ses bras contre son torse. Tokyo s’était rafraichi. Il avait hâte que l’été revienne. Restant à sa suite, il marcha derrière son petit-ami jusqu’à la porte d’entrée qu’il fixa avant de contempler Haruto. Leur couple faisait encore un pas en avant aujourd’hui. C’était un jour important et plus que jamais, Ji Hoon priait pour que tout se passe bien. Pour qu’ils voient à leur tour qu’ils étaient fait l’un pour l’autre. Qu’ils avaient besoin l’un de l’autre. Qu’il était le grand amour de leur fils adoré.

Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 17 Jan - 18:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Ses mains tremblaient, ses paumes étaient moites. Sa jambe, secouée de spasmes, ne semblait pas vouloir rester immobile. Sa respiration était perturbée. Au fur et à mesure que l'heure avançait, le stress le gagnait. Haruto leva les yeux vers le plafond, soufflant longuement. Ji Hoon se préparait, juste à côté. Lui était déjà habillé, prêt à rejoindre ses parents pour ce dîner tant attendu. Erena serait également présente, comme promis. En promotion pour la sortie de leur nouveau single, Haruno ne serait pas là. Il valait peut-être mieux. Prenant une nouvelle inspiration, le Japonais se pencha en avant, poussant un long soupir. Takochi poussait son bras pour obtenir un peu d'affection, mais son papa semblait ailleurs. Elle ne reçut qu'une petite caresse lorsqu'elle chouina. Se roulant en boule, la petite chienne s'allongea tout contre lui. Fermant les yeux, Haruto ne se demandait plus si c'était une bonne idée de leur annoncer. Clairement, l'heure était venue. S'il se sentait nerveux, c'était à cause de la réaction qui suivrait. Evidemment, si ses parents lui demandaient de choisir, ce serait Ji Hoon. Cette fois-ci, il ne ferait plus la même erreur. Sa vie était auprès de lui. Il avait coupé le cordon, quelques semaines auparavant, et c'était pour de bon.

Sa mère lui avait répondu froidement, mais rapidement, elle avait fait preuve d'enthousiasme lorsqu'il lui avait proposé de dîner ensemble. Il y avait eu un flottement lorsque le fils avait mentionné venir avec Ji Hoon, mais en précisant que Erena viendrait également, Haruka avait approuvé avec joie. Que s'imaginait-elle, au juste ? Haruto n'avait pas voulu y penser. C'était déjà assez compliqué comme ça. Ou bien, c'était plutôt simple. Il allait officiellement présenter son homme à ses parents. Ji Hoon, son meilleur ami, était également son amant. La phrase tournait et tournait dans son crâne. Devait-il leur annoncer comme ça, en toute simplicité ? Le timing était très important. De suite en arrivant ? Pendant le repas ? Attendre le dessert ? L'annoncer sur le pas de la porte avant de s'en aller ? Des dizaines et des dizaines de scénarios se déroulaient dans sa tête. Tous paraissaient parfaits, puis devenaient stupides. Il avait essayé de faire bonne figure devant Ji Hoon, mais il savait que son petit ami le connaissait assez bien pour deviner que tout n'allait pas forcément bien pour lui.

« Tu es parfait. » Un petit sourire naquit sur ses lèvres, alors que Haruto se redressa pour mieux le voir. Takochi aboya légèrement, se redressa aussitôt en sautant sur les genoux de son papa. Ce dernier la flatta tendrement, lui grattouillant l'oreille. Ses paupières se fermèrent au contact des lèvres de Ji Hoon sur sa joue. Sa main libre se posa sur la sienne pour lui intimer d'appuyer son baiser. Il en avait tellement besoin. De son amour, de son soutien, de sa présence. « Tu la mets vraiment bien en valeur. » Petit trait d'humour pour se donner du courage. Lâchant Takochi, il se leva, allant se blottir dans les bras de son homme. « Ce serait merveilleux... » Haruto s'était déjà montré plus convaincu. Fermant les yeux, il serra Ji Hoon contre lui. Là où il préférait être. Amoureusement, il répondit au baiser de son homme, en quémandant d'autres. Encore un, et un autre. Il en avait réellement besoin. Hochant la tête, le Japonais passa rapidement la langue sur ses lèvres, les roulant l'une sur l'autre. Prenant une longue inspiration, il souffla doucement. « Ça ira. » Son sourire devait paraître bien pâle. « Allons-y. » Enfilant son manteau, Haruto se laissa prendre au piège de son homme. Pouffant dans le nouveau baiser échangé. « Mon amour... »

Le cœur un peu plus léger, Haruto s'installa sur le siège conducteur. S'il avait gagné un peu plus de courage grâce au soutien de Ji Hoon, ses mains tremblaient malgré tout une fois posées sur le volant. Soufflant brièvement, il alluma le contact. « J'aurais dû t'indiquer l'adresse. » Il rit nerveusement, mais démarra malgré tout. La mâchoire serrée, Haruto se rendit compte qu'il était loin d'être bavard. L'estomac noué, il ne pouvait qu'acquiescer aux paroles de Ji Hoon. « Hm-mh. » C'était là sa seule réponse constructive. Mais une fois que tout ça serait derrière eux, il remercierait son homme pour ses efforts bienvenus de lui changer les idées, et se ferait pardonner pour son manque de réaction. Se focalisant au mieux sur sa conduite, Haruto essayait de penser le plus positivement possible. Pourtant, les mêmes mots tournaient encore et encore, continuellement. Ji Hoon. Amour. Couple. Ji Hoon. Gay. Parents. Coming-out. Ji Hoon. Konbini. Dentifrice. Ji Hoon. Combien de fois s'était-il répété ses mots ? Haruto ne se posa la question qu'une fois arrivé devant chez ses parents, et que Ji Hoon tournait une nouvelle fois tant sa tête. Une fois la voiture garée, il déglutit bruyamment, respirant par le nez. Ses doigts continuaient d'agripper la couronne, avant que l'une d'elle ne se décide à couper le moteur, tremblotante. Ses lèvres s'entrouvrirent, mais sa gorge était sèche.

Sa main serra celle de Ji Hoon. Peut-être un peu plus fort que nécessaire. Ses grands yeux se tournèrent finalement vers lui, se perdant dans les siens, alors qu'il lui souriait tendrement. Il hocha doucement la tête, laissant ses doigts s'entremêler aux siens. « Je t'aime. » Soufflant bruyamment, il rit nerveusement. « Allez, avant que ma mère n'envoie mon père faire le voiturier. » Détachant sa ceinture, il sortit du véhicule, faisant claquer sa portière derrière lui. L'estomac noué, il hésita à prendre la main de Ji Hoon dans la sienne, choisissant de garder ce moment pour plus tard. Il frissonnait, mais c'était plus le stress que le froid qui s'installait dans Tokyo. Une fois sur le perron, il jeta un œil à son homme, lui souriant amoureusement pour se donner du courage, et sonna. Haruka ouvrit quelques secondes plus tard, une grand sourire aux lèvres. Ecartant les bras, elle serra son fils en lui souhaitant un bon retour à la maison, avant de s'incliner plus respectueusement devant Ji Hoon en lui souhaitant la bienvenue chez les Kamiya. Tendant à sa mère le petit cadeau – une écharpe en soie – qu'il lui avait ramené de Milan pour la forme, il sourit de façon moins nerveuse à son père, à qui il tendit une bouteille de vin italien. « Bonsoir Erena. » Alors que son sourire s'élargit en tendant les bras vers elle, il la serra contre lui, étrangement heureux qu'elle soit présente ce soir. Lui qui avait été agacé par le fait que sa sœur veuille à tout prix assister à son coming-out ! « Takochi est restée à la maison, désolé. » Petit clin d’œil taquin, mais sourire sincère.

« Asseyez-vous ! » Haruka, un tablier de bonne mère au foyer japonaise noué sur sa taille, invita son fils et son ami à s'installer sur le canapé. La nervosité du Japonais lui paraissait palpable, il sentait à nouveau le stress gagner sa jambe. « Ça fait si longtemps, tu m'as manqué mon chéri. J'ai eu le cœur si brisé de voir ta chambre vidée... Il ne m'avait même pas prévenue, vous savez ! » Madame Kamiya s'était autorisée à poser sa main sur l'épaule de Ji Hoon, comme pour chercher son soutien, qu'il la plaigne d'avoir un fils si indigne. « Je devais le faire. J'ai eu vingt-sept ans, maman. » Comme il devait lui annoncer qu'il aimait Ji Hoon et comptait passer sa vie à ses côtés. Une grimace déforma subtilement les traits de sa mère. « Tu m'en veux encore ? Je ne suis pas stupide. Mais si tu étais contre ce mariage, il aurait suffit de me le dire. » Le poing du fils se serra, son regard se baisser, alors que sa mâchoire se contracta. « Qui veut une bière ? » Keisuke se leva aussitôt, filant en cuisine et en revenant quelques secondes plus tard. « Rien ne vaut une bonne Asahi, hein fils ? » Haruto hocha la tête, reconnaissant envers son père, malgré sa maladresse lorsqu'il servit les verres et les tendit à chacun. Sauf pour sa femme, évidemment. Celle-ci ne buvait que de l'eau. « Je ne suis pas tout à fait guérie, vous savez. » Elle chercha, une fois encore, le soutien chez la mauvaise personne. « Alors, l'Italie ? » Haruto décida à cet instant d'ignorer sa mère, quitte à ne parler qu'à son père et Erena pour le reste de la soirée. « C'était merveilleux ! Nous sommes allés à Milan, puis Rome, et pour finir à V- » « C'est très gentil à vous, Ji Hoon, de l'avoir emmené là-bas avec vous. C'était pour des shootings ? Oh vous étiez si beau dans celui de novembre ! Avec... Shoko-chan ! Oh, je suis fan des Supernova, mon chéri ! Elles sont si mignonnes ! Bien sûr, les Hanabi restent mes préférées puisqu'il y a ma petite Haruno. » Buvant une gorgée de bière, Haruto se demanda si la faire taire en hurlant qu'il était gay pour Ji Hoon était une bonne idée. « Non, mon chéri ! Nous n'avons même pas trinquer ! » Et alors qu'elle levait son verre d'eau, Haruto leva sa bière en la fixant droit dans les yeux. Peut-être espérait-il un peu qu'elle soit déçue, désormais. Il lui démontrerait qu'il était plus heureux que jamais avec son homme. Plus qu'elle ne le serait jamais.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Jeu 18 Jan - 0:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Ji Hoon ressentait les angoisses de son homme, il les comprenait. Depuis que la grande décision avait été prise, celle de tout dire à sa famille. Le Coréen ne lui mettait pas la pression, il n’en parlait pas trop, ne lui mettait pas la pression. Il n’avait pas chouiné sur la date, laissant à Haruto le loisir de décider de lui-même. C’était normal, après tout. S’il s’agissait de leur couple, c’était ses parents à lui. Ji Hoon aurait aimé lui dire de se calmer, que tout irait bien. Mais il n’en avait pas la certitude. Après tout, ce n’était pas très encourageant, mais comme dit, il fallait passer l’étape. Son sourire ne le quittait pas, il essayait de le communiquer à Haruto, qu’il se détende. Un d’eux devait croire que tout se passerait bien. Le voir trembler, être si nerveux, lui donnait presque envie de lui demander d’annuler, mais ils ne devaient pas. Ils ne devaient pas repousser l’échéance. Haruto serait toujours angoissé, Haruto tremblerait toujours. Ils devaient le faire aujourd’hui, ne pas fuir. Le Coréen savait que son petit-ami serait dans le même état qu’aujourd’hui dans un mois, six, ou même trois ans. Cela ne serait à rien de repousser.

Son sourire illumina ses traits en l’entendant le complimenter. Il était parfait, oui. Grâce à lui. C’était lui qui le rendait aussi parfait, qui le faisait sourire à ce point, qui le rendait si heureux. Qui lui achetait de si belles choses. Ji Hoon appuya ses lèvres contre sa joue un peu plus longtemps en sentant que c’était ce que son amant voulait, glissant tendrement sa main dans ses cheveux. Il devait le soutenir, l’encourager, être là pour lui. C’était son rôle. Il rit un peu à son compliment, passant fièrement sa main sur sa chemise avant de l’accueillir contre lui, lui donnant tous les baiser que le Japonais pouvait réclamer. Il serait là pour lui aujourd’hui. Caressant ses bras, il hocha la tête, pour lui montrer combien il était convaincu avant de répéter : « Oui, ça ira ! » Tout se passerait bien. Pour le convaincre, ses lèvres cherchèrent à nouveau les siennes. Et encore une fois après lui avoir mis son écharpe. Il pouffa un peu, comme un adolescent. Il voulait qu’il se détende. Qu’il comprenne que tout irait bien. Même s’ils les rejetaient, Ji Hoon serait encore là, il le soutiendrait. Il le laisserait pleurer, et doucement, il sécherait ses larmes. C’était aussi ça, l’amour.

Dans la voiture, il regretta de ne pas avoir pris le volant. « Je peux encore conduire… Tu pourrais me guider ? » Mais Haruto démarrait déjà. Pinçant les lèvres, Ji Hoon tenta de se concentrer sur la route à son tour en voyant ses conversations ne mener à rien. Il comprenait que son homme ne voulait pas parler pour le moment. Devenant silencieux à son tour, il regarda autour de lui, voyant l’empire Kamiya approcher de plus en plus. Il se demandait si sa présence était réellement une bonne idée au final. Et s’ils faisaient un scandale ? Ji Hoon ne savait sincèrement pas à quoi s’attendre avec eux. Une fois devant la maison, il la fixa, comme soudainement impressionné, baissant ses yeux vers sa main qui torturait le volant, il alla l’attraper pour libérer l’innocente, la serrant entre ses doigts. « Moi aussi je t’aime, Honey. » Il lui sourit tendrement, riant un peu avant de hocher la tête. Pas besoin d’un voiturier. Ouvrant la portière, il quitta la voiture, croisant ses bras devant lui à cause du froid et de l’angoisse qui le gagnait doucement. Il devait refouler sa haine envers la génitrice de l’homme qu’il aimait. Et il savait que ça ne serait pas simple.

Au mieux, il lui sourit quand il ouvrit la porte. Allez, faire croire à des vieilles connes qu’il les appréciait, c’était un peu ce qu’il avait fait toute sa vie, non ? Elle, c’était différent. Il avait de vraies raisons de la détester. Il se raidit un peu quand elle prit son fils dans ses bras, tentant de répondre poliment à sa salutation. Il salua le père avec un sourire plus chaleureux. « Bonsoir Haruto ! » Son regard se tourna vers Erena qui grimaça un peu quand son frère la prit dans ses bras. Elle avait l’air d’aller mieux, ce qui rassura un peu le Coréen. Elle afficha une mine un peu boudeuse en l’entendant dire que Takochi n’était pas venue. « Ah, je suis là pour rien, alors ? » Elle fronça les sourcils avant de sourire un peu, filant vers le canapé plus loin avant d’avoir salué son beau-frère. Il lui sourit en retour, se courbant un peu vers elle. Sans broncher, il alla dans le salon, s’installant sur le canapé à une distance raisonnable de son petit-ami. Du mieux qu’il pouvait, il tentait de ne pas écouter cette femme parler. Cependant, quand elle posa sa main sur son épaule, le jeune mannequin sursauta, levant son regard vers elle. Même pas prévenu ? Son regard se tourna vers Haruto. « Ah… »

Il avait envie de lui dire qu’il avait bien fait, qu’il n’avait plus à faire ce qu’elle voulait. Mais il resta silencieux, tout comme il resta silencieux pendant leur petite conversation, son regard se posa sur son petit-ami quand elle précisa qu’il n’avait qu’à lui en parler s’il ne voulait pas. Il aurait pu éviter tout ça en refusant tout simplement ? Ce n’était pas le moment de penser à ça. « Pas moi ! » La voix d’Erena s’était faite entendre alors qu’elle déclinait l’offre de son père. Ji Hoon ne déclina pas, il avait bien besoin d’une bière et remercia le père de famille quand il lui en tendit une, prenant un air outré à sa remarque. « Ah, vous dites ça parce que vous avez pas encore goûté les bières coréennes ! Elles sont meilleures ! » Et Haruto le lui dirait aussi, mais il ne voulait pas qu’il aille contre son père. Il fallait qu’au moins un des deux soit de leur côté. Pour aujourd’hui, il se contenterait de ça. « Soignez-vous, alors ? » Qu’est-ce qu’elle voulait qu’il lui dise ? Son regard se posa sur la mère de famille, et il lui servit son sourire le plus adorable pour contraster avec ses paroles qui pouvaient sonner comme s’il s’en fichait. Ce qui était clairement le cas. Mais elle n’avait pas besoin de le savoir.

L’Italie. Un doux sourire se forma sur ses lèvres. Un merveilleux voyage. Il avait tout aimé, du début à la fin. Passer du temps en amoureux avec Haruto, loin du Japon… ça leur avait fait du bien, donner un nouveau souffle à leur couple. Ils avaient pu correctement se retrouver. Ji Hoon laissa Haruto parler, fronçant les sourcils quand il se fit interrompre. Gentil à lui de l’avoir emmené ? Il aurait aimé pouvoir lui dire qu’il avait organisé ce séjour. Un séjour en amoureux, les petits plats dans les grands pour ce qui était le cadeau de noël pour son homme. Elle parlait tellement, il s’en sortait difficilement, ne comprenant pas pourquoi elle parlait soudainement de Shoko. Il remarqua juste Haruto qui commençait à boire. « Cheoncheonhi, Jagi. » Doucement. Il ne fallait pas qu’il perde le fil, c’était une soirée importante. Sa main s’était levée avant de se figer alors qu’il murmurait ces mots en coréen. Il ne devait pas la poser sur sa cuisse. Levant son verre, il trinqua avec eux, souriant à Haruto alors qu’il levait son verre vers lui, lui intimant de rester calme.

Son regard se leva vers la mère de famille, il lui sourit. « Ça me fait plaisir que vous suiviez un peu mes publications, même si c’est pour Shoko, Madame Kamiya ! » Il tenta un petit rire. C’était bizarre, à son âge, d’être fan d’un girlsband de gamines ridicules. Il plaignait Shoko. Elle était bien son seul intérêt pour les Supernova. Prenant une gorgée de sa bière, il posa son verre devant lui. « Non, c’était pas un shooting. On avait juste envie d’aller en Italie. » Pourquoi inventer une excuse maintenant ? Ce serait stupide. Mentir serait prendre un mauvais départ. Reprenant son verre, il en but une nouvelle gorgée. « Comment c’était ? » Il tourna la tête vers la voix de la petite-sœur de son amant, qui fixait ce dernier. « Tout n’était pas fermé le soir de noël ? Il m’a semblé avoir lu ça quelque part. » Elle avait un peu appuyé le mot « noël », et Ji Hoon se demandait si elle était vraiment aussi fourbe. Noël, le jour des amoureux dans leurs pays. Qu’ils avaient passé ensemble à Milan, dans leur très bel hôtel. Ça n’avait pas été aussi romantique que l’an passé, mais Ji Hoon avait adoré cette merveilleuse soirée. Il les aimait toutes, tant que c’était avec Haruto. L’amour de sa vie rendait chaque jour meilleur, et il espérait que sa famille le verrait. Combien ils s’aimaient.


Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 18 Jan - 19:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Ils devaient le faire. Il était temps. Le dire d'abord aux Kamiya s'était imposé immédiatement sans qu'ils n'aient vraiment besoin d'en discuter. Après le calvaire auquel sa mère l'avait exposé, Haruto voulait lui annoncer qu'il aimait Ji Hoon. Lui faire prendre conscience que par sa faute, à cause de cet odieux mensonge qu'elle avait pu lui sortir, il avait failli perdre l'amour de sa vie. Pourquoi ? Parce qu'elle avait exagéré sa maladie ! Pour satisfaire son ego de femme au foyer qui avait réussi à épouser un homme trop gentil pour elle qui gagnait bien sa vie. L'image qu'il avait de sa mère avait changé. Beaucoup, énormément ! Haruto n'était plus le fils naïf. Plus maintenant. Il avait failli qu'il perde presque l'amour de sa vie pour s'en rendre compte. Haruka ne pensait d'abord qu'à elle. Bien sûr, elle aimait ses enfants. Elle était sincèrement heureuse de leur succès, mais le fils se rendait compte que s'était surtout parce que leur succès était son succès. C'était elle leur mère. C'était elle qui les avait élevés. Elle devait sûrement se dire que c'était grâce à elle s'ils étaient arrivés là où ils en étaient. Pendant longtemps, Haruto y avait crû. Il avait toujours apprécié le soutien de sa mère. Parce qu'il la voyait encore comme un enfant, comme le fils chéri à sa maman. Aujourd'hui, tout avait changé. S'il n'oubliait pas avoir sa grande part de responsabilité dans ces fiançailles stupides, il n'oubliait pas non plus que tout avait eu lieu à cause de sa mère. De cet odieux mensonge qu'elle lui avait lancé pour le manipuler. Il ne savait pas si elle s'en rendait vraiment compte. Haruka restait une personne avec un bon fond. On ne pouvait lui reprocher de ne vouloir que le meilleur pour son fils. Mais quand elle refusait de voir qu'il n'avait pas les mêmes désirs, il fallait agir.

Il était temps de lui avouer qu'il aimait Ji Hoon. Son cœur acceptait cette évidence, mais son corps n'était que stress personnifié. Haruto ne s'était jamais senti aussi nerveux. Ce qu'il avait pu ressentir avant sa soutenance de thèse ? Ce n'était rien à côté. Heureusement, la présence de son homme le rassurait. C'était pour lui aussi qu'il faisait ça. Hors de question de reculer. Oui il était nerveux, mais aujourd'hui ou plus tard, ce serait la même chose. Il ne voulait pas que Ji Hoon le prenne pour un lâche. Et surtout, il devait se rattraper. Lui montrer qu'il voulait que les choses avancent. Pour eux, pour leur couple, pour leur avenir. C'était lui qui conduirait, parce qu'il devait le faire. Entendre la voix de son petit ami le calmait, même s'il disait des banalités. Oui, ils iraient au konbini. Pour du dentifrice, pour du lait, du lubrifiant, tout ce qu'il voulait ! Haruto ferait tout pour lui. Quand cette soirée serait passée, et qu'importe que ce qu'il en résulte soit bon ou non, il le remercierait. D'être toujours là, malgré le mal qu'il avait osé lui faire, l'année passée. De l'aimer encore, toujours plus fort. D'accepter de continuer, de vouloir finir sa vie avec lui. Le Japonais réalisait la chance qu'il avait d'avoir Ji Hoon dans sa vie. Il était réellement heureux de l'avoir à ses côtés. Et c'était ce qui lui donnait le courage d'affronter ses parents, ce soir. Au fond, qu'importe le résultat, tout ce qui comptait, c'était que Ji Hoon soit là. Oh, combien il pouvait l'aimer... Son cœur en battait chaleureusement dans sa poitrine.

Son homme avait beau déjà avoir rencontré ses parents, c'était légèrement différent, ce soir. Il découvrait la maison où Haruto avait grandi, il entrait encore plus dans son intimité. « C'est parti... » Après l'accueil de sa mère, il fut heureux de voir son père et Erena, les saluant tour à tour. Devant la réponse de sa sœur, il ne put que sourire. Elle savait pertinemment pourquoi ils se retrouvaient ce soir. Serait-elle de leur côté, ou de celui des parents ? Haruto pariait sur sa neutralité. Comme toujours, Haruka monopolisa la discussion, n'épargnant pas Ji Hoon. Et il eut beau poser un regard désapprobateur sur cette main qui se posait sur l'épaule de son homme, Haruto ne put rien dire sans paraître trop suspect. Mais sa mère ne sembla pas remarquer l'agacement, ni de son fils, ni de son invité. Elle préféra remuer le couteau dans une plaie toujours pas fermée. Haruto serra les dents. Qu'allait penser Ji Hoon de cette révélation éhontée ? Il devait rétablir la vérité, mais Keisuke préféra tempérer, sentant sûrement l'orage arriver entre son fils et sa femme. Remerciant son père pour la bière, il se retint de faire une remarque stupide à Erena, ce n'était pas le moment. Retrouvant un sourire plus sincère à la réponse que donna Ji Hoon à son père, il l'approuva timidement en hochant la tête. « Il a raison papa. Tu devrais essayer les coréennes. »Avait-il fait exprès ou non d'utiliser cette formulation, lui-même ne le savait pas. Keisuke se contenta d'en rire, sous le sourire de son fils. « Mais je crois que mon père ne lâchera ses Asahi pour rien au monde. » Sa main avait tapoté la cuisse de Ji Hoon sans qu'il y réfléchisse. Heureusement, il eut assez de présence d'esprit pour ne pas faire passer ce geste pour plus étrange qu'il était. Comme si c'était normal. C'était normal. Puisqu'il était son petit ami. Mais ni Haruka, ni Keisuke ne semblèrent le remarquer.

Préférant ne pas rebondir sur l'état de santé de sa mère, Haruto se dit que mentionner l'Italie pour amener sur le sujet vers le couple qu'il formait avec Ji Hoon était une bonne idée. Mais cela, c'était sans compter sur l'intervention de sa mère. Baissant la tête dans un geste visiblement agacé, il but une longue gorgée de bière, grognant quand Ji Hoon lui intima d'y aller doucement. Trinquant malgré tout à la demande de Haruka, il préféra se calmer en se taisant, laissant Ji Hoon lui répondre. Madame Kamiya sembla tout embarrassée. « Pour vous aussi ! Vous êtes si beau ! N'est-ce pas Erena ? » Un sourire naquit au coin des lèvres du fils, qui le cacha en buvant une gorgée de bière. Mauvais enfant, essaie encore, maman. Néanmoins, elle sembla confuse à lui suite de la confession du Coréen. Haruto releva les yeux vers elle. Son père restait silencieux. « C'était un très beau voyage. » Il sourit à son homme, avant de retourner son attention vers les mines confuses de ses parents. Allez, un petit effort ? Au fond de lui, il était persuadé qu'ils savaient, mais ne voulait l'admettre. Quand Erena y mit son grain de sel, Haruto ne lui lança même pas un regard embarrassé. Au contraire, il lui sourit tendrement. « Effectivement. Tout était fermé. On l'a passé à l'hôtel. » Un ange passa. Haruto posa son verre sur la table face à lui, par un mimétisme étrange, comme si elle sentait venir une catastrophe, sa mère en fit de même. Poussant un bref soupir, Haruto essuya sur son pantalons ses paumes qui devenaient moites. « Papa, maman... Erena. » Il lui adressa un sourire complice, avant de s'avancer vers le canapé. Haruka avait joint les mains devant elle, interdite, alors que son père gardait son verre de bière en main. « Je dois vous annoncer quelque chose de très important pour moi. Pour nous. J'aurais dû le faire depuis longtemps. » Se tournant vers Ji Hoon, Haruto lui sourit amoureusement.

« Ji Hoon et moi sommes ensemble. Il est l'homme de ma vie, et je l'aime plus que tout au monde. » Sa main se posa sur le genou de son petit ami, et il le fixa sans se défaire de son sourire. Un silence s'installa dans la pièce, comme si le temps restait suspendu. Il y eut un flottement. Puis un éclat de rire. Celui de sa mère. Haruto tourna vers elle un regard plein d'incompréhension. Pourquoi riait-elle comme ça ? Un regard à son père qui restait assis sans rien dire, les yeux fuyants. Puis sur Erena, à qui il lança un regard interrogateur. « Mon chéri, à vingt sept ans ! Franchement, faire une blague pareille à ta pauvre mère ! » Haruto ouvrit la bouche, mais Haruka leva la main pour l'empêcher de parler. « Depuis quand tu serais gay, hein ? Je l'aurais forcément remarqué ! C'est à cause de ce mariage, hein ? Tu es vraiment rancunier ! Mais inventer une histoire pareille pour me faire payer ou me faire comprendre que tu n'en as pas envie... » Elle riait toujours. Elle ne le prenait pas au sérieux. « Maman. Ji Hoon et moi... » Haruka se leva brusquement. « On doit passer à table ! J'y ai passé toute la journée. Ça suffit les bêtises ! » Haruto se leva à son tour. « Maman, réfléchis ! Combien de fois tu m'as vu avec Ji Hoon ? On ne t'a jamais paru... Trop proches pour de simples meilleurs amis ? Rappelle-toi, Ginza ! » Sa mère se retourna vivement vers lui, sur le pas de la porte menant à la cuisine. « Tu racontes n'importe quoi, uniquement pour me faire culpabiliser ! » Haruto se retourna vers son père qui se levait lentement à son tour. « Haruka... Chérie... » « J'ai dit que nous passons à table ! » Ses parents disparurent dans la cuisine. Haruto se laissa retomber sur le canapé, poussant un soupir exaspéré. Se tournant vers Ji Hoon, il lui adressa un sourire navré. Comment faire comprendre à sa mère qu'il était sincère ? Que cet homme assis là, à côté de lui, était bien l'amour de sa vie avec qui il avait envie de finir ses jours ?

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Mar 23 Jan - 14:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Ji Hoon n’était jamais allé chez Kamiya avant. Pour quoi y serait-om allé de toute façon ? Ce n’était pas chez Haruto. Son petit-ami avait toujours eu son propre appartement, aussi loin qu’il le connaissait. C’était normal de ne jamais être venu, mais du coup, il se sentait nerveux, un peu trop raide sur ce canapé, il se forçait à ne pas tout détailler. Son regard s’accrochait à une photo d’Haruto qu’il voyait plus loin. Il ne devait même pas encore avoir dix ans. Avait-il déjà vu une photo de son homme enfant auparavant ? Adolescent, quelques unes, mais sans doute pas de son enfance. Il était tellement mignon. Le Coréen se retenait de sourire niaisement. Il avait envie de lui prendre la main, le taquiner un peu. Il était toujours aussi adorable aujourd’hui ! Les mêmes grands yeux, et ce beau sourire… Il regardait les quelques photos à côté, avec ses sœurs, des personnes qu’il ne connaissait pas. Toute une vie passée que Ji Hoon n’avait pas connu mais dont il voulait tout savoir. Tout était si différent de son enfance à lui, cette maison était totalement différente… Si le Coréen avait toujours détesté ce genre de milieu, il voulait quand même en apprendre davantage, savoir comment Haruto était enfant, même s’ils en avaient déjà un peu discuté.

Un petit garçon timide, observateur, quelques amis, jamais trop, un peu solitaire. Tout son contraire. Ji Hoon croyait qu’un couple avait besoin d’une certaine balance pour s’accorder. Qui se ressemble s’assemble, il n’y croyait pas. S’ils allaient si bien ensemble, c’était bien parce qu’ils ne se ressemblaient pas. En silence, il continuait à regarder la photo de son homme, se demandant combien de temps mettrait ses parents avant de réaliser qu’il l’avait volé. Après tout, il pouvait bien l’avoir ! E tant que compagnon de leur fils, il avait bien le droit de niaiser devant la bouille de l’amour de sa vie quand il était petit. Perdu dans ses pensées, il fut ramené un peu trop violemment à la réalité par Haruka qui posait sa sale main sur son épaule pour avoir son soutien. Elle pouvait crever devant ses yeux qu’il n’était même pas certain qu’il lui apporterait une aide quelconque. Il tentait de lui sourire, suivait la conversation comme il pouvait. Il ne devait pas se laisser déstabiliser, quand elle évoquait Shoko. Il se demandait si elle le faisait exprès, mais il était hors de question d’entrer dans son jeu. Ce serait lui faire trop plaisir.

Heureux d’entendre son homme l’approuver sur les bières coréennes, il pouffa malgré lui à la phrase de Haruto, approuvant d’un hochement de tête. « Les essayer, c’est les adopter ! Haruto jurait aussi que sur les trucs japonais avant. » Oui, de manière générale. Maintenant, il acceptait de faire un mélange des cultures. Ji Hoon aimait bien ça. Mélanger le Japon et la Corée, il n’était pas question qu’une de leurs cultures prennent l’ascendant sur l’autre. Non, il fallait justement en créer une qui leur était propre ! S’il n’avait pas imaginé ça possible au début, il voudrait sincèrement en savoir plus sur le Japon, ses traditions, sa culture. Pas forcément par intérêt pour le pays mais parce que ça faisait parti de Haruto. Il était Japonais, ça n’avait presque rien à voir avec la Corée. Il avait pu voir son père un peu frustré parfois que sa femme reste encrée sur sa culture Chinoise, pas vraiment ouverte à la Coréenne, Ji Hoon ne voulait pas ça. Il voulait que Haruto s’imprègne un peu de la culture Chinoise et Coréenne, et de son côté, il voulait également maitriser davantage la Japonaise. C’était important pour eux. Souriant tendrement à Haruto quand il lui tapota la cuisse, il haussa les épaules. Tant pis, s’il n’y avait que Haruto pour aimer la Corée, ça lui irait très bien aussi.

Riant un peu quand elle se rattrapa, s’exclamant qu’il était si « beau », il se courba un peu pour la remercier, regardant Erena qui préféra ne pas répondre et hausser les sourcils. Il ne lui en voulait pas, vu son petit-ami, cette femme n’avait absolument aucun goût en matière d’homme. « Merci Madame Kamiya, je suis heureux de vous plaire. » Et avec ce magnifique sourire pour la charmer, la vieille gueuse. Elle devait l’aimer, puisqu’il assistera sûrement à ses funérailles un jour en tant que conjoint de son fils aîné. D’un hochement de tête, il confirma. Oui, vraiment un magnifique voyage. Il avait sincèrement envie de faire le tour du monde avec Haruto. Tout voir, tout visiter. La réponse du grand frère sembla satisfaire la petite sœur qui lui répondit dans un sourire. L’ambiance avait un peu changé, il se demandait si ses parents ne commençaient pas (enfin ?) à se poser des questions. Son regard se posa sur le verre que son homme posa sur la table, Ji Hoon préféra approcher le sien de ses lèvres. Il allait leur dire ? Maintenant ? Oui, visiblement. Pinçant les lèvres, il sentit son cœur s’emballer, paniquant un peu. A son tour, il posa son verre.

Annoncer quelque chose d’important. Oui, très important. Il avait envie de partir en courant, il n’était pas prêt, il avait envie d’attraper Haruto, lui dire d’arrêter. Non ! Il ne devait pas. Répondant à son sourire, il tenta de ne pas lui montrer combien il était nerveux. Sa respiration se coupa quand il l’annonça, sa main alla se poser machinalement sur la sienne qui venait de rejoindre son genou. Un long silence… Puis un rire ? Il leva les yeux vers la mère de famille qui commença à rire comme une folle. Sa main serra celle de son homme sans qu’il ne dise rien. Erena fixait sa mère de son air ennuyé habituel, comme si elle s’y attendait. Une blague ? Elle pensait réellement que ce n’était qu’une blague ? Elle ne les croyait pas. Ou elle ne voulait pas y croire. Sa bouche s’ouvrit en entendant toutes les conneries qui sortaient de la sienne. Comment pouvait-elle ? Elle fuyait la conversation. Ji Hoon posa ses yeux sur Haruto, ne sachant pas vraiment quoi faire, quoi dire. Pouvait-il seulement dire quelque chose. Relâchant sa main quand il se leva, il nota que le Japonais marquait un point. Quels amis hétéros allaient faire du shopping ensemble dans un quartier de luxe ?

Les parents disparurent dans la cuisine, elle ne voulait pas écouter, le père ne voulait visiblement pas s’en mêler. Un soupir quitta ses lèvres, il répondit au sourire navré de Haruto par le même. En silence, sa main alla glisser dans les cheveux de son homme, caressant sa joue avant d’y poser ses lèvres. « Il faudra bien qu’elle accepte la vérité un jour… Tu t’en es bien sorti. » Il n’avait pas hésité. Et Ji Hoon devait avouer que son cœur avait bondi dans sa poitrine en l’entendant dire qu’il l’aimait plus que tout au monde. Il le lui avait déjà dit, mais c’était différent, de l’entendre dire à d’autres personnes… Un soupir las se fit entendre, Erena déplia ses jambes du fauteuil, se relevant pour se diriger dans la cuisine. L’ambiance était un peu trop sentimentale pour elle. « Viens, on va manger. On sortira pas d’ici avant qu’elle comprenne que c’est pas pour rire. » Qu’ils s’aimaient vraiment. Attrapant sa main, il le força à se relever, déposant un léger baiser sur ses lèvres après s’être assuré qu’ils étaient seuls, il connaissait la pudeur asiatique. Cette pudeur ne l’empêcha pas de prendre la main de Haruto pour aller dans la cuisine, s’installant sur une des chaises encore libres. « Ça sent vraiment très bon ! Vous avez dû vous donner vraiment du mal. » Alors, tu regrettes hein ? Il sourit à Haruka, observant les différents plats.

La mère de famille annonça que l’on pouvait se servir, le Coréen cherchait toujours comment relancer le sujet. Il n’avait pas faim, restant là, comme un idiot. « Tu sais, Maman… » Le regard du Coréen se leva vers la cadette de son homme. L’air de rien, elle se servait, piochant dans les différents plats. « Ça fait longtemps que Haruto m’en a parlé. Ils n’étaient même pas encore ensemble. » Oh, oui, elle se souvenait de cette information capitale qu’il était venu lui livrer, comme si elle aurait dû être surprise. C’était bien ça la blague. « C’était quand déjà ? » Elle posa son regard sur Haruto. « Un an et demi ? Un peu plus ? Il était vraiment perdu ! » Vraiment ridicule, aussi. Souriant un peu, elle regarda ses parents avant de s’arrêter sur sa mère. « Vous ne l’avez pas trouvé un peu différent depuis ? Ça saute aux yeux, non ? Il est devenu un peu moins chiant. » Sauf quand il faisait ses discours sur l’amour, là, il était clairement beaucoup plus chiant. « Maman, ne sois pas plus ridicule que tu l’as déjà été l’an passé, d’accord ? Arrête de faire comme si tu ne savais pas. » Elle savait. Au fond d’elle, sûrement savait-elle depuis longtemps, Erena ne pouvait l’affirmer. Ji Hoon la contempla en silence, souriant un peu. Elle les soutenait, alors ? Il voulait croire que oui. Qu’elle était de leur côté. Son regard se détourna sur Haruto à qui lui sourit amoureusement. Un jour, on les accepterait partout. Il voulait y croire.



Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 24 Jan - 0:22

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Haruto savait depuis très longtemps que sa mère avait de grands projets pour ses enfants. Qu'elle fondait en son seul fils de grands espoirs de réussite. Il avait de grandes capacités, en plus d'être beau. Haruka avait toujours été si fière de lui, ne se gênant pas pour s'en vanter auprès de ses amies et voisines. Oui, madame Kamiya pour une mère poule un peu trop fière de ses enfants. Quand Erena puis Haruno avaient débuté, elle l'avait crié sur tous les toits. Quels merveilleux enfants elle avait fait ! Quelle mère comblée elle pouvait être ! Les Kamiya étaient véritablement des dieux ! Le répétant encore et encore, sans jamais se lasser. A se demander comment et pourquoi les voisines lui adressaient encore la parole. Sûrement espéraient-elles obtenir quelques scoops secrets – et donc, à répéter partout et à qui voulait l'entendre. Haruto n'avait jamais aimé les ragots. Ils ne comprenaient pas ces personnes toujours à la recherche du dernier scoop, qui vivaient au rythme des potins et des rumeurs. Il s'en fichait bien, du moins, jusqu'à ce que ses deux sœurs y aient été plongées. Lui aussi avait déjà été la cible de quelques racontars, mais cela ne le touchait pas vraiment. Il avait peur, cependant, que la popularité grimpante de Ji Hoon le rende vulnérable. Les critiques n'étaient pas toujours tendres, mais les détracteurs encore moins. A ses yeux, son homme était parfait. Aussi, ça ne l'étonnerait pas que des jaloux s'en prennent à lui de cette façon si lâche : le lynchage sur Internet.

Il y avait évidemment les fans. Ji Hoon plaisait. Un peu trop, au goût du Japonais. Néanmoins, ce n'était pas vraiment quelque chose qu'il pouvait contrôler. Surtout qu'il en était le premier séduit. Haruto avait conscience qu'il ne pouvait pas interdire à son homme de poursuivre cette carrière prometteuse qui l'attendait. Mais si ça ne tenait qu'à lui, il l'enfermerait dans leur chambre. Il devait contenir ses pulsions égoïstes. Après l'année infernale qu'il avait fait vivre à son homme, le Japonais savait qu'il avait intérêt à faire profil bas. A le laisser vivre de son côté. Le psychiatre qu'il était savait pertinemment qu'il ne pouvait pas le coller tous les jours, tout le temps. Mais le petit ami amoureux qu'il était également avait du mal à se faire à cette idée, tentant tout de même d'accepter de le laisser respirer. Il avait si peur de le perdre. Qu'un jour, cette célébrité lui monte à la tête, qu'elle le happe du mauvais côté. Qu'on l'éloigne de lui. Ji Hoon était fait pour que le monde le connaisse, mais le monde n'était peut-être pas prêt à laisser Ji Hoon indemne. Si Ji Hoon méritait le monde, tout le monde ne méritait pas forcément Ji Hoon. Mais lui, que pouvait-il faire ? Son homme ne comprendrait peut-être pas son raisonnement étrange, même lui n'était pas sûr. Il le soutiendrait, évidemment. Il l'aimait, c'était indéniable. Et c'était pourquoi, aussi, il avait si peur. Qu'un jour, Ji Hoon plaise un peu trop. Que son narcissisme prenne le dessus.

Heureusement, aujourd'hui, ça n'arriverait pas. Surtout pas s'il s'agissait de sa mère. Cette dernière montrait toujours un peu trop d'intérêt quand la personne face à elle était célèbre. Ou riche. Comme Jie, par exemple. En toute objectivité, Haruto le trouvait laid. D'accord. Peut-être n'était-il pas si objectif que ça. Qu'importe ! Ji Hoon avait tout pour lui. Et il n'était pas difficile de comprendre que sa mère l'imaginait sans mal épouser une de ses filles. Dans une autre vie, dans d'autres circonstances, peut-être que cela aurait pu avoir lieu. Cependant, ce n'était pas le cas, et Haruto refusait d'y penser. Ji Hoon était son homme à lui, et il ne pouvait imaginer les choses autrement. Même en s'imaginant les avenirs les plus fous et farfelus, il voyait le Coréen à ses côtés. Il était la représentation même de son avenir, de son futur. Pas seulement à cause de tous leurs projets, mais aussi pour ceux qu'ils n'avaient pas encore évoqués, pour toutes ces surprises que l'avenir leur réservait, pour tous ces moments de bonheur qu'ils vivraient ensemble. Tout ça, ses parents devaient au moins le comprendre, à défaut d'accepter. Essayer, du moins ? Bien sûr, le fils ne pouvait demander l'impossible. Sa famille restait traditionnelle, malgré l'ouverture d'esprit de leurs enfants. Même Haruno, qui avait semblé plus blessée par le fait que son grand frère adoré ne le lui ai pas dit plus tôt que par le fait que Ji Hoon soit son petit ami.

Il était donc temps de leur dire. Haruto ne voulait plus hésiter ou se poser mille questions sur le comment faire. Le stress qui avait peu à peu pris possession de lui durant la semaine qui avait précédé cette rencontre le gagna d'un coup, avant d'étrangement retomber comme un soufflé. Rien qu'en posant les yeux sur Ji Hoon, il y trouvait la force nécessaire. Son homme restait son plus précieux soutien, le solide pilier de sa vie. Sans lui, Haruto s'écroulait, grâce à lui, il s'élevait. Sa déclaration paraissait si simple à dire. Les mots glissaient, clairement. Si sa voix tremblait, c'était d'émotion. Il ne pouvait être plus sincère. Son sourire soulignait sa détermination ; cet homme était le sien, il l'aimait, il le voulait. Le Japonais se fichait, au final, qu'ils le jugent. Pourtant, le silence pesa un peu sur sa poitrine. Le rire de sa mère ne le soulagea pas. Cette réaction le désarçonna, et il se sentit soudainement perdu. Que pouvait-il bien dire pour qu'elle le croit ? Son rire lui faisait mal. Peut-être même plus que si elle lui avait demandé de sortir d'ici en hurlant et en le reniant. Cela aurait au moins signifié qu'elle pensait cet amour possible. Là, elle riait, à en devenir hystérique. Et cela le blessait profondément. Ces paroles creusaient un peu plus ce gouffre qui séparait la mère du fils. Bêtement, Haruto avait envie de pleurer, tentant encore de lui ouvrir les yeux, en vain. Quand elle s'exila dans la cuisine, Keisuke à sa suite, il le sentit abattu.

« Mais tu l'as entendue ? Elle ne me croit pas... » Poussant un soupir, Haruto secoua la tête. Son sourire était bien pâle, comparé à ceux qu'il avait déjà pu offrir à son homme. Mais quand ce dernier le toucha, il ferma les yeux sous la douceur du geste. Sans réfléchir, il s'approcha de Ji Hoon, se blottissant contre lui. Il en oublia le lieu. Erena. Un léger rire lui gratta la gorge quand elle rejoignit leurs parents. « Tu pourrais me prendre sur la table pendant le repas, qu'elle serait capable de dire qu'on joue la comédie. » Fronçant les sourcils, il fixa Ji Hoon. « Ne fais pas ça, d'accord ? » Son air sérieux fut balayé par son éclat de rire. Acceptant de se lever à la suite de son homme, Haruto répondit tendrement à son baiser. Il en voulait plus ! Il ne pouvait pas en avoir plus. Pas maintenant, en tout cas. Serrant sa main dans la sienne, il fut bêtement fier d'entrer dans la cuisine de cette façon. Même si son père et sa mère firent mine de ne rien voir. Le fils de la famille s'installa à sa place habituelle. « C'est bizarre de te voir assis à la place de Haruno ! » Il rit, mais fut bien le seul. Tant pis ! Son sourire n'était dédié qu'à Ji Hoon.

Ne remerciant son invité que d'un sourire crispé, Haruka défit son tablier et s'installa à table. Haruto n'était pas sûr d'avoir faim. Il savait que son estomac ne se dénouerait qu'une fois que ses parents acceptent l'idée que leur fils puisse être gay pour son meilleur ami. L'intervention de sa sœur le surprit, et il posa sur elle un regard étonné. Plutôt que d'être gêné, il lui était plutôt reconnaissant. Ses yeux ne se détachait pas d'elle, il ne la coupa pas. Au contraire, un petit rire embarrassé lui échappa quand elle évoqua cette après-midi là. Son regard s'était rapidement posé sur Ji Hoon. Oui. Quand ils n'étaient pas encore officiellement ensemble, mais quand son cœur battait déjà si fort pour lui... Il rit un peu plus franchement à la suite. Ce que disait Erena, pourtant, était on ne pouvait plus vrai. Lançant à sa sœur un regard sincèrement reconnaissant, Haruto se tourna finalement vers sa mère. Cette dernière restait figée, ses baguettes levées en l'air, fixant sa fille d'un regard imperceptible. Keisuke, lui, avait les yeux baissés vers son assiette. L'une de ses mains glissait sur son verre dans un geste nerveux. « Erena a raison. » Sa main chercha celle de Ji Hoon, avant de se poser en évidence sur la table. Leurs mains mêlées. Haruka y jeta un bref coup d’œil, avant de se détourner. « Je l'aime. Ce n'est ni un mensonge pour te faire culpabiliser, ni une lubie bizarre pour que tu arrêtes de me chercher une fiancée. » Son regard naviguait entre ses parents. « Maman... Papa... » Ni l'un ni l'autre n'ouvrit la bouche. Haruto pinça la sienne. « Si vous ne l'acceptez pas, ce n'est pas grave. » Son ton était moins doux. Plus grave. Plus déterminé. « J'ai trouvé l'amour de ma vie. La personne avec qui je souhaite vivre et finir mes jours. C'était important que vous le sachiez. C'est tout. » Haruka renifla dédaigneusement. « Finir ta vie avec... lui ? » Le regard qu'elle jeta à Ji Hoon donna à Haruto l'envie de la gifler. Mais elle restait sa mère. Malgré tout. « Les homos ne peuvent pas avoir d'enfants ! Vous ne pouvez même pas vous marier ! Quelle vie c'est ça, hein, Haruto ? » Elle se leva. « J'aurais dû m'en douter oui, tu as raison ma fille. Eux, juste amis ? Ils n'ont rien en commun ! » « Maman. Arrête toi là. » Le regard qu'il posait sur sa mère ne pouvait être plus noir. Haruto se montrait carrément menaçant. Si Haruka osait évoquer il ne savait quel cliché ou mentionner quoique ce soit sur Ji Hoon, il ne répondait plus de rien.

« Dis quelque chose, toi ! » Keisuke poussa un profond soupir. « Tu ne vois pas que ton fils est heureux ? » Haruto entrouvrit la bouche, son regard s'était adouci alors qu'il se posait sur son père. Ses doigts serraient plus fort ceux de Ji Hoon. « Papa... » Ce dernier leva vers le couple un regard compatissant, leur adressant un sourire maladroit. D'un geste vague, il désigna leurs mains liées. « C'est... Cela reste bizarre pour moi, mais... » « [color=pink]Bizarre ! Il en a de bonnes, lui ! Notre fils n'est pas homo ! » Haruka porta une main à son cœur, appuyée contre le plan de travail. Elle secouait la tête, comme pour chasser un cauchemar. « Je suis amoureux. C'est tout. » Haruka secoua la main en sa direction, comme pour le faire taire. « Je ne veux rien entendre de plus ! » Haruto poussa un soupir d'exaspération, avant de balancer sa serviette à côté de son assiette. « Viens Hoonie. » Keisuke et Haruka le suivirent du regard alors qu'il se levait. « Je vais te faire visiter. » Son regard nargua clairement sa mère. Sans lâcher la main de Ji Hoon, il le traîna à sa suite. Une fois la porte claquée derrière lui, il poussa un soupir. « J'en peux plus. Désolé. C'est ma mère, mais si elle continue... » Il avait besoin de calme. Lui faisant signe de le suivre à l'étage, il lui sourit. « Elle est plutôt vide maintenant, mais viens voir ma chambre. » Il n'y avait effectivement plus grand chose. Des photos, surtout. Attrapant un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], il le tendit à son homme. « J'aurais pu être mannequin aussi, tu vois ! » Eclatant de rire, il serra son homme en se collant à son dos. « Je t'aime, tu le sais, hein ? » Tendrement, il l'embrassa dans le cou. Le relâchant, il se laissa tomber sur le lit simple de son enfance. Sa main passa distraitement dans ses cheveux. « La réaction de mon père était plutôt encourageante, non ? » Haruto l'espérait. Malgré la forte personnalité de sa mère, Keisuke restait la personne la plus désignée pour la faire changer d'opinion. Il le fallait. Elle devait accepter leur amour. Qu'elle ouvre les yeux, et voit combien son fils était heureux auprès de Ji Hoon. Combien ils s'aimaient, combien ils étaient faits l'un pour l'autre.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Jeu 25 Jan - 0:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Ce rire lui cassait les oreilles. Ses yeux se fermèrent, Ji Hoon avait serré la main de son homme un peu plus fort. Oh, il savait que ce serait difficile, alors il encaissait silencieusement la folie de la mère Kamiya, espérant qu’elle allait bientôt arrêter de jouer à l’idiote. Il se sentait mal pour Haruto, c’était surtout lui qui l’inquiétait. En silence, il le regardait, cherchant à le rassurer. Il sourit un peu, avant de regarder la famille de son homme. Plus jeune, il s’imaginait qu’il serait accepté partout. Parce qu’il était beau, qu’il savait comment charmer. Au final, il réalisait que ce n’était pas le cas. Mauvaise classe sociale, mauvais sexe… Il y avait tellement d’élément qui mettait une barrière entre lui et ces personnes. Bien sûr qu’au fond, autant qu’il détestait sa mère, Ji Hoon voulait se faire accepter. Il voulait être intégrer à la famille, pas forcément avoir un amour démesuré de leur part. Non, même pas. Juste qu’ils l’acceptent un peu. Le tolère. Juste ça. Qu’ils acceptent de le voir comme son fils, comme il soit reconnu comme son compagnon, comme ils auraient reconnu n’importe quelle fille avec qui leur fils serait rentré. C’était sûrement un peu stupide de s’attacher à ça. Au fond, il craignait que ce soit impossible.

Ji Hoon aimait assez Haruto pour ne pas avoir besoin de reconnaissance quelconque de leur relation. Ne pas pouvoir l’épouser un jour lui brisait le cœur, mais il ferait avec. Il était la personne avec qui il voulait finir ses jours, tenir sa main en le quittant. Et si Haruto mourrait avant lui, il savait qu’il ne tarderait pas à le rejoindre. Un monde sans lui n’avait pas la moindre importance, ne lui donnait pas envie de rester. Son cœur lui appartenait, il le suivrait toujours. Personne ne comprendrait sans doute cet amour qui les liait. On pouvait bien l’expliquer dans tous les sens, même Ji Hoon se perdrait. Ce qu’il ressentait, il n’avait pas vraiment de mot pour le décrire. Il savait juste que cinq ans et demi auparavant, en regardant ce Japonais, une partie de lui murmurait déjà qu’il devait s’y accrocher. Ne plus jamais le laisser filer. Il avait déjà ressenti cette drôle de chaleur, si agréable, il s’était senti bien, même s’il ne le comprenait pas, même s’il n’arrivait pas vraiment à s’exprimer. C’était avec lui qu’il voulait être. Son sourire, son regard… Tout lui donnait envie de rester près de lui. En apprenant à le connaître, tout s’était confirmé. Il avait rencontré l’amour de sa vie.

Un sursaut quand la porte claqua, il fixa l’endroit où ses parents avaient disparu, essayant immédiatement de consoler Haruto. Sa main se leva vers son visage après avoir déposé ses lèvres sur sa joue. Sans attendre, ses bras se glissèrent autour du corps ferme de son petit-ami. Il ne prêta même plus attention à Erena qui fuyait, glissait tendrement ses doigts dans ses cheveux pour lui rappeler qu’il était là. Quoiqu’il arrive. « Elle finira bien par y croire, Honey… » Oui, elle ne pouvait pas nier l’évidence toute sa vie. Riant un peu, bien que dépité, il prit un air déçu quand il lui demanda de ne pas le prendre sur la table. « Mais… Et si c’était la seule solution ? » Pouffant un peu, il secoua la tête avant de se lever, attrapant sa main pour qu’il le rejoigne. Ils ne devaient pas abandonner maintenant. Doucement, il l’amena jusque dans la cuisine. Un peu nerveux, il défia un peu Haruka, s’amusant de son hostilité. Souriant à son homme, il rit avec lui. La prochaine fois, il s’arrangera avec elle pour lui laisser sa place. Son regard se posa sur son autre sœur, un peu surpris par son intervention, il resta silencieux, souriant légèrement. Elle essayait de les aider, à sa manière. Montrer à sa mère que c’était réel. Et qu’elle devrait approuver, oui, sans doute.

La voix puissante de son compagnon lui fit tourner la tête, puis baisser les yeux quand il attrapa sa main. Son regard se perdit sur leurs doigts liés, en évidence sur la table. Un doux sourire orna ses lèvres. Il l’écouta attentivement, sans chercher à voir la réaction de ses parents. Sa bouche s’ouvrit un peu, impressionné par ses mots. De l’entendre dire tout ça… Qu’il le choisirait vraiment, quoiqu’il arrive. S’il ne lui avait pas interdit, il lui sauterait dessus. Mais il ne devait pas. Même pas l’embrasser. Lui aussi voulait finir ses jours avec lui. Rester à ses côtés jusqu’à la fin. Evidemment, sa belle déclaration fut brisée par cette idiote. Son regard s’assombrit. Oui, finir ses jours avec lui. Il serra la main de Haruto un peu plus fort. Il s’en fichait du mariage et des enfants. Peu importe ce qu’on en penserait, il acceptait de sacrifier tout ça pour Haruto. A quoi bon se marier et faire des enfants si c’était sans amour ? ça, ce n’était pas une vie.

Elle voulait être dédaigneuse, mais elle avait raison. Il n’avait jamais eu une grande maison comme celle-ci, il n’était jamais allé dans les meilleures écoles, n’avait jamais eu sa propre chambre. Leur famille métissée était mal vue, leur niveau social au plus bas. Pourtant, tout ça n’avait rien empêché. Ça n’avait pas empêché qu’ils se lient d’amitié, qu’ils se voient régulièrement, qu’ils trouvent des choses à dire. Ce serait si ennuyeux, s’ils étaient pareils ! « Calme-toi, c’est bon. » Il sentait qu’il allait exploser, ça ne servirait à rien. C’était ce qu’elle cherchait sans doute. Pour pouvoir se victimiser ensuite, dire que Ji Hoon avait rendu son fils totalement fou, changé son petit bébé. Son regard se leva vers Haruka, il lui sourit, sans essayer de la charmer désormais. Elle ne gagnerait plus. C’était elle l’idiote, elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait. Même essayer de trouver le soutient de son mari. Hésitant, il tourna la tête vers Keisuke. Sa réponse le surprit mais déclencha immédiatement un sourire sur ses lèvres. Sa main serra plus fort celle de son homme en le sentant plus ému. C’était bizarre, certes, mais il semblait pouvoir s’y faire. Et une fois encore, Haruka eut le chic de venir gâcher le moment. Non, Haruto n’était pas « homo ». Mais elle ne pouvait changer le fait qu’il était en couple avec un homme. « Il faudra bien vous y faire, Madame Kamiya. » Et il prit soin de lui dire avec son plus bel accent coréen. Un accent teinté d’un peu de chinois, sans la classe de l’accent de Gangnam, de la campagne du Sud du pays.

Haruto se leva, il le suivit dans son geste. « D’accord. » Il lui sourit, espérant qu’il allait se calmer un peu. C’était mieux pour l’instant. Quittant la pièce, il lâcha un soupir, baissant un peu la tête, il fit le vide un instant. Une petite trêve dans cette drôle de guerre. « Oui, on fait une pause. On y retourne après. » Sans lâcher sa main, il hocha la tête. Il voulait bien voir sa chambre. La chambre du garçon qu’il n’avait pas connu. Qui ne se doutait même pas de son existence. Il regardait autour de lui, souriant un peu. « C’est vrai que c’est vide ! » Il imaginait Haruto étudier à ce bureau, traîné un peu dans cette chambre, lire sur son lit… Son regard se posa sur la photo qu’il tendit et un petit couinement ridicule lui échappa. « Ahw ! » Il était tellement adorable. Il rit un peu, caressant la photo du bout des doigts. « Mais tes oreilles ! T’étais si mignon ! Et si dodu ! » Pouffant un peu, il se colla à son torse, capturant ses bras pour qu’il ne puisse pas lui échapper, appréciant ses lèvres contre son cou. « T’aurais été le plus beau mannequin bébé. » Il pourrait encore l’être aujourd’hui, il était si beau, et son corps était absolument parfait. « Moi aussi je t’aime… Plus que tout. »

Ji Hoon le regarda se laisser tomber sur son lit, s’avançant un peu, il se trouva une place sur le bord du lit, souriant à son homme. « Oui… Je pense qu’il a compris. Qu’il peut accepter. » Sa main se leva, caressant tendrement la joue de cet homme qu’il aimait tant. Il ferait tout pour lui. Il ne voulait pas qu’on lui fasse du mal. Qu’on lui fasse de la peine. « Il veut juste que tu sois heureux… Je promets de tout faire pour pas le décevoir. » un petit rire quitta ses lèvres, il se pencha pour lui voler un baiser. Il voulait rendre Haruto heureux, pour toujours, quoiqu’il arrive. « Pour ta mère on verra. Ce sera sans doute difficile… Mes parents étaient pas assez riches, pas assez Japonais, et m’ont pas assez fait fille… » Pinçant les lèvres, il haussa les épaules. Son regard se perdit à nouveau sur la photo qu’il n’avait pas lâché. Il était vraiment mignon. « On fait pas des enfants pour qu’ils soient pareil que ce qu’on voudrait. » Conforme à un idéal qu’on rêverait d’atteindre. « J’ai toujours tellement détesté les personnes comme ta mère… » Un petit rire coupable quitta ses lèvres, il détourna le regard un instant. Il les détestait toujours. Ceux qui jugeaient, ceux qui méprisaient, se pensant supérieur. C’était ridicule, terriblement ridicule. Cette femme ne s’en rendait pas compte. Pourtant, Ji Hoon pouvait accepter de la supporter. Pour son homme, pour leur couple. « Tu penses que tu pourras lui faire entendre raison aujourd’hui ? » Sinon, à quoi bon lutter ? Ji Hoon ne voulait pas que Haruto s’énerve encore, il ne voulait pas qu’il se fasse inutilement du mal. Il ne supporterait pas de voir cette femme lui faire du mal.


Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 25 Jan - 19:55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


En se préparant pour cette soirée, Haruto s'était dit qu'il supporterait n'importe quelle réaction que ses parents pouvaient avoir, une fois qu'il leur aurait avoué la vérité. Qu'ils le félicitent d'avoir enfin trouvé l'amour de sa vie ou qu'ils le jettent dehors parce qu'il aimait un homme, il s'était dit qu'il assumerait. Parce que tant qu'il restait avec Ji Hoon, c'était là le principal. Bien entendu, il savait par avance que ce serait loin d'être simple. Sa famille restait traditionnelle, avec des valeurs très nipponnes. A sa connaissance, personne n'avait fait de coming out chez les Kamiya. Aussi bien de famille proche que de cousins éloignés. Il en fallait bien un, et c'était lui. Même s'il n'était pas vraiment gay. Du moins, le seul homme capable de le rendre dingue se trouvait près de lui. Son meilleur ami. Il avait trouvé en lui cette pièce manquante du puzzle de son existence. Il se sentait bien, avec lui. Il ne désirait le perdre pour rien au monde. Si seulement le monde pouvait alors les accepter. Pourquoi cela semblait si compliqué ? Bien sûr, Haruto n'était pas stupide au point de croire que ce serait facile. Néanmoins, la réaction de sa mère le blessa au plus profond de lui même. Ce rire signifiait tellement de choses. Il avait beaucoup de mal à le supporter. Que pouvait-il faire pour qu'elle comprenne que leur amour n'était pas une farce ?

Même si Ji Hoon le prenait sur la table de la cuisine, Haruka risquait toujours de les traiter de comédiens. Son fils se demandait jusqu'à quel point il était possible d'être aveugle. Ou si elle le faisait jute exprès. Il ne savait pas trop, en réalité. Ça le peinait énormément. Ji Hoon avait-il vraiment raison ? Et si elle restait aveugle jusqu'au bout, n'acceptant jamais leur histoire d'amour ? Poussant un soupir résigné, il sourit à son homme, riant avec lui. Haruto lui adressa un clin d’œil. Bon, non, il n'était pas encore prêt à faire l'amour en public juste pour convaincre les spectateurs de la sincérité de son amour pour Ji Hoon. Surtout pas devant ses parents ! Et il ne le serait jamais, qu'importe les voyeurs, qu'on se le dise et que ce soit bien clair.  Cependant, prendre sa main pour entrer dans la cuisine ne lui posa aucun problème outre mesure. Bien au contraire ! Les mœurs japonaises avaient tout de même un peu évoluées, du moins, il voulait y croire. Et puis, ça ne servait plus à rien de jouer au parfait meilleur ami. Ils formaient un couple. Un couple amoureux et moderne. Pour un peu, et Haruto oserait embrasser Ji Hoon devant ses parents ! Mais il savait tout de même où était la limite, du moins pour ce soir. Provoquer sa mère n'apporterait pas grand chose en réalité. S'il voulait qu'elle l'accepte, il devait la jouer finement. Sans se faire avoir pour autant.

Il n'était plus le fils docile qui disait oui à tout. C'était terminé, et sa mère devait l'accepter. Elle devait comprendre qu'il ne plaisantait pas, que rire à ça lui faisait du mal. Parce qu'il lui présentait ce soir l'homme qu'il aimait, l'amour de sa vie. L'intervention de sa sœur sembla toucher Haruka, mais celle-ci restait malgré tout bornée. Repensait-elle à ces rares moments où elle avait côtoyé son fils et son meilleur ami ? Revoyait-elle les regards ? Les sourires ? Se rendait-elle enfin compte ? Elle le savait, au fond d'elle-même. Erena avait raison. Il suffisait qu'elle accepte d'ouvrir les yeux. Finir sa vie avec lui ? Absolument. Il y comptait bien ! Les enfants, le mariage... Haruto voulait croire que ça leur serait possible aussi. Néanmoins, pour l'instant, ce n'était pas leur priorité. Il sentait la colère monter en lui. Même son homme ne semblait pouvoir complètement le calmer. C'était peut-être pour ça que la réponse de son père le désarma à ce point. Le sourire et le regard que Haruto adressa à Keisuke traduisait son respect et sa gratitude. Malheureusement, sa mère paraissait déterminée à tout gâcher, encore et encore. Comme lancée dans une guerre qu'elle seule menait. La rétorque que balança Ji Hoon lui arracha un petit rire, mais c'était clairement trop pour le fils Kamiya. Il devait sortir d'ici, non sans apprécier la mine outrée de sa mère, suite aux paroles de Ji Hoon.

« Je suis désolé... » Pour cette réaction que sa mère avait eu, pour les sous-entendus qu'elle avait pu faire. Ils devaient s'éloigner un peu, avant que le ton ne monte trop violemment. Ce que Haruto souhaitait avant tout, c'était simplement qu'elle ouvre les yeux, voilà tout. Emmenant Ji Hoon dans sa chambre d'enfant, il lui sourit. Soudain, la vision de la chambre où avait grandi son homme lui revint en mémoire, et il se sentit un peu stupide. « J'y ai passé tellement de temps... » Sa main caressa le bureau sur lequel il avait étudié. Il lança un regard nostalgique à cette pièce, avant d'apercevoir les photos. Il en tendit une à Ji Hoon. « Hé ! Tu exagères ! Je n'étais pas dodu. » Vivement, il se plaça tout contre son petit ami, faisant mine de lui arracher le cadre des mains, avant d'éclater de rire. « Bon un peu. » Serrant son homme contre lui, il l'embrassa encore et encore, aimant sentir sa peau frissonner sous ses baisers. « Tu m'aimes... même dodu ? » La bouche contre son oreille, il rit encore, avant de doucement mordiller le lobe. Il resta un instant comme ça, avant de finalement se laisser tomber sur son lit.

Haruto cherchait quelque chose de positif à retirer de ce début de soirée. Son père. Sa réaction, quand sa mère lui avait demandé de dire quelque chose. « J'espère... » Sa voix était un peu enrouée sous l'émotion. Obtenir le soutien de Keisuke serait vraiment important et précieux pour lui. Fermant les yeux sous la caresse de Ji Hoon, Haruto lui sourit. « Tu me rends déjà si heureux... Tu as vu, il l'a remarqué ! » Un rire sincère lui échappa. « Oui, continue... J'en ferai de même. Je te le promets. » Plus de mensonge, de cachotterie, de trahison ridicule... Ils avaient promis de se parler, et le Japonais comptait bien tenir sa promesse. Posant sa main sur sa joue, il prolongea le doux baiser que son homme lui donnait. Il avait vraiment le pouvoir de guérir tous les maux. Son cœur battait chaleureusement dans sa poitrine. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, il poussa un bref soupir. Sa mère. Elle restait vraiment le pire de leurs problèmes. Depuis quand Haruka était si bornée ? « Eh bien, désolé pour elle, mais j'aime beaucoup comment ils t'ont fait, moi. » Haruto lui adressa un sourire amoureux, avant de l'embrasser encore. Se rapprochant encore un peu de Ji Hoon, il passa son bras derrière son dos, laissant son menton se poser sur son épaule, l'observant regarder sa photo d'enfance. « Tu peux la garder. » Son nez se colla à sa joue, tendrement. Les mots de son homme le touchèrent en plein cœur. Il avait tellement raison... Il se redressa un peu pour mieux le regarder. Ce n'était pas vraiment un scoop que Ji Hoon ne supportait plus Haruka, et Haruto ne pouvait pas lui en vouloir. Lui adressant un sourire navré, il hocha la tête. « Je crois... Qu'elle s'est laissée emportée. Qu'elle a commencé à s'imaginer des choses, il y a des années. A rêver pour moi d'un beau et grand mariage, avec une fille de bonne famille. Je n'ai jamais vraiment dit non... J'aurais dû me montrer plus ferme et lui dire d'arrêter avec ces dossiers de filles à marier. » Sa main libre frotta son visage. Ce qui était fait, était fait. Ils ne pouvaient revenir en arrière. « Elle doit juste... redescendre sur Terre ? »

Alors qu'il allait continuer, deux brefs coups furent portés contre la porte, et Haruto se redressa immédiatement en reconnaissant Keisuke. Son père semblait intimidé, sur le pas de la porte. « Désolé de vous déranger les enf... les garçons. » Haruto se retint de sourire de la timidité de son père. La pomme ne tombait pas loin de l'arbre. Se levant lentement, il secoua la tête. « On allait redescendre. » Keisuke pinça les lèvres en lui souriant. « C'est ta mère qui m'envoie. Elle souhaite que je te parle. Alors me voilà. » Incertain, Haruto lança un regard à Ji Hoon, avant de le reporter sur son père. « Ne t'inquiète pas, je ne sais même pas ce qu'elle veut que je te dise, exactement. » Il eut un petit rire qui devint rapidement embarrassé. Haruto se rassit auprès de son homme avant de lui prendre la main, en voyant son père avancer dans la chambre, refermant la porte derrière lui. S'appuyant sur le bureau, il semblait hésiter à les regarder, faisant mine de s'intéresser au manque de décoration de la pièce. Après un silence qui sembla interminable au fils, le père poussa un soupir avant de reporter le regard sur le couple, à qui il adressa un sourire maladroit. « Vous avez de la chance de vous être trouvés. Vivre le grand amour n'est pas donné à tout le monde. » Haruto ne sut quoi répondre. « J'admire vraiment ton courage, mon fils. Merci de nous l'avoir enfin dit. » L'émotion submergea Haruto qui se leva aussitôt, s'approchant timidement de son père. Ce fut ce dernier qui initia l'étreinte. Depuis combien de temps cette pudeur s'était-elle installée entre eux ? Haruto repensait à ces moments merveilleux passés au chalet. « Papa... » Riant un peu, il se détacha de Keisuke faisant un geste vers son petit ami. « Je te présente donc Ji Hoon, l'homme que j'aime. » Un peu maladroitement, Keisuke s'inclina devant le Coréen, avant de finalement lui tendre la main. Haruto s'était promis de ne pas pleurer, mais les larmes lui montaient déjà aux yeux. Approchant ses deux mains de son visage, il essuya rapidement ses yeux, riant un peu. Voir son père les accepter lui donnait un peu plus de courage pour affronter le monde, se disant que, décidément, cette histoire d'amour valait vraiment la peine d'être vécue.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Sam 27 Jan - 1:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Ce n’était pas vraiment une surprise, que ça ne se passe pas si bien que cela. Ji Hoon était peiné pour Haruto, il savait que les mots de sa mère devait lui faire plus mal qu’à lui. Lui, il s’en fichait un peu de ce qu’elle pensait de lui désormais. Il aurait aimé que ça se passe bien, qu’elle lui dise qu’il n’y avait pas de problème, qu’il pouvait aimer qui il voulait. Mais ce n’était pas un monde parfait, Ji Hoon en avait conscience. Il savait que malgré le chemin parcouru, il ne collait pas à ce type d’endroit, ce type de milieu. Il pouvait bien porter toutes les chemises de luxe qu’il voulait, s’apprêter avec élégance de vêtements hors de prix, ça ne faisait pas de lui un bourgeois de quelque manière que ce soit. Il pouvait les imiter, ça ne serait jamais lui pour autant. Et il ne voulait pas changer ça. Il ne voulait pas s’embêter de soirée mondaine, il ne voulait pas avoir de rang, de statut. Il ne voulait pas avoir d’obligation. Chez lui, on avait le droit d’aimer sans se soucier du compte en banque de son partenaire. On avait le droit d’avoir des critères sans que la classe sociale ne soit prise en considération.

Haruka ne comprendrait sûrement pas ça. Deux hommes, c’était toujours difficile. Il se demandait si ça passerait mieux avec un autre homme. Si Haruto était tombé amoureux d’un Japonais avec une bonne éducation, une bonne situation, de grandes études. Une famille importante. Ji Hoon ne saurait dire, mais il ne pouvait pas changer tout ça. Bien sûr qu’il voulait plaire à sa « belle-famille », mais là, pour y arriver, il devait changer des choses qu’il ne pouvait justement pas modifier. Qu’il ne voudrait même pas modifier. Son regard se perdait sur Haruka, Erena, Keisuke… Ce n’était pas son monde, mais où était le problème, de toute façon ? Haruto s’en fichait de savoir d’où il venait, il s’en fichait qu’il ait fait des études ou non. Ji Hoon se sentait parfois un peu mal à l’aise, il avait peur de finir par l’ennuyer. Ils ne pouvaient pas avoir de grandes conversations scientifiques, c’était à peine s’il comprenait quand il parlait de son travail. Il faisait des efforts, bien entendu. Mais ce n’était peut-être pas suffisant. Un jour, son Japonais se lasserait peut-être de devoir tout lui expliquer, de lui faire des résumés simplifiés.

Oh oui, ils étaient si différents, mais le Coréen aimait tellement ça. Il aimait quand Haruto lui parlait de son travail ou de psychiatrie. C’était sa passion, il aimait tellement ça. Ji Hoon ne comprenait pas toujours, mais il aimait voir ses yeux briller quand il en parlait. Il aimait la passion qu’il avait mis dans ses études, désormais dans son travail. Ji Hoon l’enviait d’avoir si facilement trouvé sa voie, d’être allé au bout de son projet. Il le trouvait courageux, l’admirait pour son intelligence. A ses yeux, il était parfait. Curieux, il regardait tout autour de lui, dans cette maison où il avait grandi, cette chambre dans laquelle il avait sûrement passé beaucoup de temps. Il aimerait pouvoir devenir invisible, remonter le temps pour l’observer, voir combien il avait changé, quasiment dix ans en arrière. S’il était le même ou non. S’il était déjà ce Haruto qui lui volerait son cœur. Ce petit garçon un peu dodu… Il pouffa en entendant Haruto protester. « Si, t’étais dodu, regarde ! » Il continua à rire, serrant le cadre plus fort pour qu’il ne le lui prenne pas. « Eh ! Laisse-la moi ! » Il contint un petit gémissement en sentant ses lèvres se poser plusieurs fois dans son cou. Qu’il arrête ! Non, il ne voulait pas qu’il arrête, il aimait beaucoup trop ces petits moments entre eux.

« Je t’aimerai même dodu. » Il sourit, pinçant les lèvres en sentant ses dents mordre son lobe, pouffant à nouveau. Il le regarda se laisser tomber sur le lit, lui souriant amoureusement. Son père les soutiendrait, Ji Hoon en était certain. Il n’avait pas dit grand-chose, mais ça lui avait semblé positif. Son fils était heureux. Oui. Un petit sourire fier se forma sur ses lèvres, il hocha la tête avant de prendre un air prétentieux. « Bien sûr qu’il a remarqué ! » Ji Hoon faisait tout ce qu’il pouvait pour le bonheur de son homme ! Et en général, il le lui rendait rien. « Tu me rends déjà très heureux. » S’installant sur le lit, il laissa ses lèvres retrouver les siennes. Oui, il aimait bien comment ses parents l’avaient fait aussi. Il était si beau… Et il aimait bien sa famille son passé. Il était spécial. Tout le monde n’était pas comme lui ! « Tant mieux, parce que je peux plus leur demander de me refaire. » Parce qu’il était trop tard et que Haruto aurait 27 ans de plus que le nouveau lui… Et que son père était mort, oui, aussi. il n’allait pas penser à tout ça maintenant !

Souriant, un peu trop heureux, il se recula pour se coller contre le torse de son homme, tournant la tête pour laisser ses lèvres se poser sur sa joue. « Je peux ? On la mettra dans le salon ! » Oui, elle serait très bien là. Il pourra la regarder aussi souvent qu’il le voudrait. Au moins, il y avait ça qu’il ne pouvait pas enlever à Haruka… C’était elle qui avait mis au monde cet adorable petit garçon dodu. Qui avait fait cet homme aussi beau, aussi charmant qui le tenait près de lui. « Tu pouvais pas savoir que ça irait jusque là… J’imagine. » Il espérait pour lui. Ses lèvres se pincèrent, il ne voulait pas entrer dans le sujet maintenant. Ils la feront redescendre sur terre. Il répondit à Haruto par un léger hochement de tête. Il ne connaissait pas assez Haruka pour savoir jusqu’où elle pouvait aller. Il espérait juste qu’elle allait se calmer rapidement. Il n’eut pas le temps d’y penser plus longtemps, sursautant en entendant frapper à la porte, il se redressa par réflexe sur le lit. Keisuke. Il lui sourit un peu. Il avait l’air de venir en paix. Il était si timide, son regard se posa brièvement sur Haruto. Il ne l’avait pas volé ! Sa femme l’envoyait ? Pour dire quoi ? Incertain, il resta silencieux, l’écoutant simplement. Il laissa Haruto lui prendre la main, attendant que le père de famille reprenne la parole.

Honnêtement, il ne s’y serait pas attendu. A tout, sauf à entendre qu’ils avaient eu de la chance de se trouver… Même si c’était vrai. Sa main serra plus fort celle de son homme. Doucement, un grand sourire se forma sur ses lèvres. Il était si heureux d’entendre ça. Si heureux de voir que le père de Haruto le soutenait, les acceptait. Il lâcha la main de son homme, le laissant se lever, il en fit de même, restant un peu en retrait pendant l’étreinte, gardant son sourire. Est-ce que son père aurait aussi bien réagit ? Il leva les yeux comme s’il pouvait le voir. Sans doute pas. Il n’était pas si ouvert d’esprit que ça. Il n’aurait pas accepté, ou avec beaucoup de difficulté. Revenant à la réalité quand Haruto le présenta officiellement, il se courba plus que respectueusement devant le père de famille. « Je suis ravi de pouvoir me présenter officiellement à vous. » Doucement, il attrapa sa main, la serrant dans la sienne. « Merci… » De les accepter, de ne pas les juger. De les comprendre. Il sourit au père de son homme avant de lui rendre sa main qu’il alla glisser dans le dos de son petit-ami submergé par l’émotion, le caressant doucement pour le calmer. « J’espère qu’on pourra essayer de mieux se connaître maintenant. » Il le voulait vraiment. En savoir plus sur leur famille. Surtout, qu’il lui raconte des anecdotes sur Haruto qu’il ne connaissait pas encore.

« Vous savez, Haruto m’a déjà beaucoup parlé de vous ! » Du type d’homme qu’était son père. Il voulait en savoir plus sur ça aussi. Tournant la tête vers Haruto, il rit un peu. « C’est vrai qu’il vous ressemble beaucoup… » Presque tout aussi timide, calme… Ils avaient les mêmes yeux aussi, même s’il devait avouer qu’il préférait ceux de son petit-ami. Parfait, magnifique. Ne sachant pas vraiment quoi ajouter, il continua à caresser le dos du Japonais, baissant légèrement les yeux. C’était lui qui se sentait intimidé soudainement. Il ne voulait pas faire mauvaise impression. Si pour la mère, c’était assez mal parti, au moins faire en sorte que le père l’apprécie… Au moins un peu ! Il aimait tellement Haruto, il comptait réellement passer sa vie avec lui. être à ses côtés pour toujours. Mais il ne voulait pas le priver de sa famille pour autant. Il voulait qu’on l’apprécie, au moins un peu. Etre un Kamiya, juste un tout petit peu.


Code by Fremione.


_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 28 Jan - 17:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

“In the gray sky
There is a brighter light
Behind the dark clouds
There is a dazzling light
You shine like the stars
You light up my heart
At the end of today’s hardships
Brightly shine on me”


Haruto voulait sérieusement que Ji Hoon fasse parti de la famille Kamiya. Un jour, il espérait bien que cela pourrait être de façon officielle. Même s'ils devaient attendre plusieurs années. Il se montrerait patient. Il voulait l'épouser, vivre avec lui, adopter des enfants. Il se fichait de ce que sa mère pouvait dire. Un couple homosexuel avait un avenir. Même s'ils ne venaient pas du même monde, même s'ils avaient eu des éducations différentes, même si leurs langues n'étaient pas la même. Toutes ces barrières, ils les avaient franchies. Ensemble. Parce qu'ils s'aimaient. Vraiment, sincèrement. Et même le rejet de sa mère n'y changerait rien. Haruto ne voulait plus risquer de perdre Ji Hoon. Comment avait-il pu ? La question le hanterait sûrement jusqu'à la fin de ses jours. Comment pouvait-il demander à son homme de comprendre, quand lui même n'en savait rien ? Mais c'était passé, et le Japonais voulait regarder vers l'avenir. Vers ce futur dans lequel il se voyait avec son meilleur ami, son amant. Ces jours heureux qu'il voulait passer auprès de lui.

Il voulait tout de même que Ji Hoon sache tout de lui. Plus qu'il n'en savait déjà. Il voulait lui parler de son passé, de comment il avait grandi. Ne plus rien lui cacher ! Parce que Ji Hoon était déjà un Kamiya, et que lui espérait devenir un Lee. La réaction de sa mère l'inquiétait un peu. Et si Hua ne l'acceptait pas ? Il se consolait en se disant que le courant était vraiment bien passé, lors de ce séjour à Seokgyo. Il se disait que Haruka s'était imaginé tout un avenir à son fils sans lui demander son avis, mais que la mère de son homme voulait simplement ses enfants heureux. C'était là une différence importante, non ? Le bonheur, c'était la meilleure chose que l'on pouvait leur souhaiter. C'était ce qu'il avait trouvé auprès de Ji Hoon. Aurait-il seulement pu l'imaginer, plus de cinq ans en arrière ? Cet homme qu'il rencontrait dans ce bar était l'amour de sa vie. Que se serait-il passé s'ils s'étaient rencontré plus tôt ? Se seraient-ils aimé ? Ce petit garçon coréen soif de prendre une revanche sur la vie et prouver que lui aussi comptait ? Et ce petit garçon japonais timide qui observait le monde tourner en silence ? Se seraient-ils reconnus ? Se seraient-ils aimés ? Ils étaient réellement destinés, et Haruto savait qu'ils s'étaient rencontrés au bon moment. L'amour avait pris son temps pour éclore. Plusieurs années. Pour qu'ils apprennent à s'accepter, à s'aimer, mutuellement. Aujourd'hui, ils pouvaient vivre leur amour pleinement. Aujourd'hui, ils ne se cachaient plus vraiment.

Riant avec son homme, Haruto ne pouvait s'empêcher de l'embrasser. Malgré la réaction de sa mère, il était heureux d'avoir enfin pu lui avouer. Un poids s'était clairement envolé de sa poitrine, il avait réellement l'impression de pouvoir avancer, désormais. Ils devaient encore l'annoncer à la famille de Ji Hoon, mais le Japonais se disait qu'après cette soirée, ce serait plus simple. Comme si le plus gros était passé, désormais. Leur relation prenait un nouveau tournant, et ça lui plaisait. Petit à petit, ils avançaient, ensemble. Il y avait tellement de choses qu'ils devaient encore vivre, tous les deux ! « Je peux me laisser aller, alors ? » Haruto lui adressa un sourire taquin. Même s'il avouait qu'effectivement, il avait été un peu dodu par le passé, il s'était rapidement repris une fois au lycée. « Et encore, ce n'est pas la pire. » Devait-il vraiment lui montrer cette face sombre de son passé ? Il n'était pas certain d'assumer. Ce petit garçon dodu et timide avait aujourd'hui bien grandi. Et il était fou amoureux de ce beau Coréen qui l'avait séduit sans rien faire de particulier. Juste être lui, c'était suffisant. C'était comme ça qu'il le rendait heureux. Et Haruto était bien heureux que son père l'ait remarqué. Au moins un. Parce que c'était vrai. Parce qu'ils s'aimaient sincèrement. Son cœur battait fort en l'entendant lui dire qu'il le rendait heureux. Haruto ne répondit rien. Il l'espérait. Après ces longues semaines, il voulait véritablement le rendre plus heureux que jamais. Il voulait le mériter, lui, mais son amour également. Et il ferait tout pour ça.

« Je ne veux pas d'un autre Lee Ji Hoon ! » Celui qu'il avait était le plus parfait qu'il puisse exister. Le serrant un peu contre lui, Haruto s'enivra de son odeur rassurante. Il pouvait rester des heures collé à lui. « Il y en a plein d'autres. Ma mère aimait beaucoup nous prendre en photo... » Il lui sourit tendrement. « Mais je ne sais pas trop si je les assume toutes. » Il éclata de rire, avant d'embrasser tendrement Ji Hoon. Pourquoi sa mère ne pouvait-elle pas accepter un amour aussi pur et évident ? Ça le dépassait. Haruto ne comprenait pourquoi elle s'était toujours obstinée, alors qu'il ne lui avait jamais rien demandé. C'était elle qui s'était mis en tête de trouver une bonne épouse à son fils. Sûrement ses attentions avaient-elles été bonnes, au début. Elle ne voulait que le meilleur pour son garçon unique, son premier enfant. Mais au fil des années, Haruka s'était un peu perdue dans sa mission qu'elle pensait sérieusement légitime. Et Haruto n'avait rien fait pour l'arrêter, si ce n'était que quelques vaines tentatives sur lesquelles il n'avait pas franchement insisté. Il s'en voulait beaucoup, aujourd'hui. Son manque d'intérêt avait dû passé pour une autorisation muette auprès de sa mère. Pouvait-il vraiment lui en vouloir, après tout ? Oui. Définitivement. Elle ne lui avait jamais franchement demandé son avis. Il avait essayé de lui ouvrir les yeux, elle avait préféré rester aveugle. Comme aujourd'hui. Quelque chose s'était brisé entre la mère et le fils. Et ce dernier se demandait s'il pouvait un jour le réparer ? Poussant un soupir, il chercha quoi répondre à son homme. Il secoua la tête. Non, il ne pouvait pas savoir. Ou du moins, il n'avait pas voulu imaginer que ça puisse aller jusque là. Que sa mère puisse faire preuve d'une telle fourberie pour obtenir ce qu'elle souhaitait.

Mais il n'avait pu répondre. Keisuke était apparut sur le pas de la porte. Haruto en éprouva un drôle de pincement au cœur, comme s'il voyait une version plus âgée de lui-même. Mais le malaise ne venait pas de cette constatation, non. Elle venait du fait qu'il avait l'impression de se voir lui-même, certes, mais un lui qui n'avait jamais rencontré Ji Hoon, qui n'avait jamais connu le bonheur d'un amour sincère, pur, immense, et destiné. Un lui qui avait loupé sa grande histoire avec l'amour de sa vie. Et cette constatation le blessa étrangement. Son père était-il donc malheureux, au bout du compte ? Ou était-ce simplement le souci que lui causait Haruka, ces derniers temps, qui le fatiguait ? Haruto, comme tout enfant, avait longtemps idéalisé la relation de ses parents. En grandissant, même s'il ne voulait pas mettre en doute l'amour qui les liait, il s'était demandé si ses parents étaient heureux de leur vie. Sûrement, se disait-il alors. Aujourd'hui, à entendre son père, il se posait la question. Mais c'était ridicule. Pour supporter les idées de sa femme, il devait forcément l'aimer. Maintenant que leurs trois enfants étaient indépendants, il n'y avait plus besoin de jouer une quelconque comédie. Son père aimait sa mère. Il avait du moins encore assez d'affection pour elle pour ne pas l'abandonner. Haruto ne voulait pas penser à ça. Même si Haruka l'énervait désormais, même s'il avait beaucoup de mal à lui pardonner, il ne voulait pas imaginer son père l'abandonnant. Néanmoins, le fils revint rapidement sur terre. Les mots de son père le touchaient en plein cœur. L'émotion le submergea rapidement, surtout lors de leur étreinte. Le fait que Keisuke accepte Ji Hoon était déjà un grand pas. Cette poignée de main le bouleversa d'autant plus. Son homme était un Kamiya maintenant, en quelque sorte !

Quand Ji Hoon remercia Keisuke, Haruto lui sourit amoureusement, avant de regarder son père. Près de son homme, il lui attrapa la main. Celle de Ji Hoon dans son dos lui réchauffa un peu plus le cœur. Keisuke ne sembla pas particulièrement gêné par le rapprochement des deux hommes. S'il avait l'air légèrement mal à l'aise, il était facile de comprendre que c'était plus par timidité qu'autre chose. « Je ferai en sorte que ce soit possible. » Il n'était pas difficile de comprendre ce qu'il sous-entendait par là ; faire changer sa femme d'avis. Lui ouvrir les yeux et l'esprit. Les paroles du Coréen firent rire les deux Kamiya avec lui. « Vraiment ? Je ne savais pas qu'il y avait des choses intéressantes à dire sur moi. Mon fils est un bien meilleur homme. » Haruto n'était pas d'accord avec ça. Son père était la douceur même, la force tranquille. Il avait toujours eu beaucoup de respect pour lui, et aujourd'hui ne faisait que confirmer tout ça. « On ira boire des bières coréennes ! » Il avait doucement frappé dans ses mains, comme s'il avait eu la meilleure idée du siècle. Son père eut l'air embarrassé, lui demandant s'il voulait vraiment encore sortir avec son vieux père à son âge. Il rit avec son fils, avant de se tourner vers Ji Hoon. « Dans ce cas, pourquoi ne pas inviter le vôtre ? » Le doux sourire de Keisuke retomba légèrement lorsqu'il aperçut le regard de son fils qui secouait la tête. Clairement, le père Kamiya se demandait quelle impair il avait pu faire, et cherchait sûrement déjà comment se rattraper. « Vous ne l'avez pas encore annoncé à vos parents ? » Haruto pinça les lèvres, faisant une fois encore non de la tête. Sa main avait serré celle de Ji Hoon entre la sienne. Keisuke paraissait réellement embarrassé.

Haruto ouvrit la bouche, avant d'encore une fois être interrompu avant d'avoir pu dire quoi que ce soit. Du bas de l'escalier, sa mère appela son mari. Ce dernier jeta un coup d’œil à la porte, avant de la tourner vers le couple auquel il adressa un sourire un peu maladroit. Indiquant qu'ils devraient redescendre, il joignit le geste à la parole et sortit de la chambre. Haruto respira un bon coup, avant de se tourner vers son homme. « Ça va ? Tu es prêt à affronter ma mère, une fois encore ? » Il lui sourit tendrement, avant de poser ses mains sur ses hanches, collant son front au sien. « On avance. Petit à petit. » Ses lèvres embrassèrent les siennes. « J'en suis vraiment, vraiment heureux. Beaucoup, beaucoup. » Se détachant un peu de Ji Hoon – mais sans le lâcher – Haruto lui caressa la joue. « Il t'aime bien. Il t'a accepté comme un Kamiya ! » Après lui avoir volé un baiser, il l'attira vers la porte. Sa main ne lâchait pas la sienne, alors qu'ils redescendaient l'escalier pour rejoindre le reste de la famille qui les attendait. La moue crispée de Haruka traduisait sans mal son agacement, son mari avait échoué. Ce dernier ne sembla pas s'en soucier, discutant avec Erena d'un sujet que Haruto n'eut pas le temps de saisir. Se rasseyant à sa place, il sourit à sa mère. « Qu'avez-vous fait là-haut ? » Devait-il la choquer ? Non, l'idée était aussi tentante que stupide. « Ji Hoon n'avait jamais vu ma chambre, alors que j'ai déjà vu la maison où il a grandi. Maman, où est mon album souvenir jaune ? Celui avec le petit ourson ? » Haruka fixa son fils. « J'aimerais garder des photos de moi. » Sans un mot, la mère se leva, disparut dans le salon, et revint avec un lourd album photos correspondant à la description faite par son fils qu'elle posa sur le bar. Toujours silencieuse, elle se rassit à sa place. Haruto la remercia, avant de regarder Ji Hoon et de lui adresser un clin d’œil. « Vous vivez ensemble ? » Son ton était froid et sec, mais la curiosité était réelle. « Ji Hoon, vous devenez connu maintenant, non ? Ce n'est pas dangereux ? En plus d'être Coréen, être homosexuel dans notre cher pays, ce n'est pas forcément une bonne idée, même célèbre ! Surtout célèbre. » « Maman... » Mais Haruka ne l'écoutait pas, les yeux rivés sur cet homme qui pervertissait son fils. « Que dit votre famille de tout ça ? » D'un geste vague, elle les avait désignés de ses baguettes, avant de les plonger dans son riz. Comment faisait-elle pour continuer à manger comme si elle ne venait pas de se montrer extrêmement insultante ? Haruto se tourna vers son homme. « Tu n'es pas obligé de répondre. On va s'en aller... » Il valait peut-être mieux. Il n'avait plus d'appétit. Et il voulait se raccrocher au fait qu'au moins deux membres de sa famille les soutenaient, avant que sa mère ne gâche tout. Cette histoire d'amour valait mieux que ça.

Code by Fremione.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.

    
 
Love Whisper [♥] HAROON ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Love me tender
» [O'Faolain, Nuala] Best Love Rosie
» [Film] Love Actually
» [Malte, Marcus] Garden of love
» "A swedish love story"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-