You must be kidding me ! feat. Shiraki Hanako

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

     Jeu 4 Jan - 21:01

Lawrence avait froncé les sourcils dans une attitude qui n’engageait rien de bon lorsqu’on lui avait remis un dossier entre les mains en lui demandant de ne pas l’ouvrir. Ça ne faisait déjà aucun sens, à son avis… mais c’est pire lorsque son collègue lui demande d’aller le porter à la manager des Super Nova, Shiraki Hanako. Lawrence avant pris le document qui lui était tendu avec beaucoup trop de calme pour que ce soit un bon présage. Et la voix claquant comme un fouet, son accent ressortant davantage du fait que la colère contenue, il avait signalé à son collègue que la prochaine fois, il engagerait un assistant pour faire ses sales besognes. Sur ce, l’homme avait tourné les talons. Lawrence était déjà connu pour sa manie de tout faire tout de suite. C’était en vrai un toc qui était apparu suite à de grands stress dans sa vie et une sensation de toujours être débordé. Mais dans le monde des affaires, ça lui donnait bonne réputation. Ça ne serait probablement pas différent en Asie, au contraire. Ici, les gens aimaient ceux qui cartonnaient dans leur métier alors…

Bref, Lawrence se dirige donc vers le bureau de Shiraki, le pas raide. Il s’arrête devant la porte ouverte. La délicate jeune femme était assise à son bureau, au téléphone. Il ne l’aimait pas trop. D’ailleurs, après avoir frappé, il l’ignore si elle a un geste pour lui demander d’attendre. Il entre dans le bureau pour laisser le document sur son bureau sans grande douceur, mais sans le lancer non plus. L’appel se termine au même moment, ce qui lui permet d’ouvrir la bouche.

« Bonjour. », salut-t-il simplement, un peu raide. Il a un geste de la tête pour montrer le document. « Je ne sais pas ce que c’est, c’est de Inoue-san. Mais entre vous et moi, c’est bien la dernière fois que je joue au facteur. Vous avez des assistants pour ça. Servez-vous-en. Je ne sais pas comment ça fonctionne au Japon quand de nouveaux employés arrivent dans une entreprise, mais en Angleterre, on les respecte pour le poste qu’ils occupent. »

Lawrence n’était pas reconnu pour sa diplomatie quand on lui manquait de respect et il comptait bien que les choses restent dans l’état même si ça risquait de lui porter préjudice dans le monde des affaires japonais. Il accroche le beau regard fardé de Shiraki du siens.

« Vu la tête que faisait Inoue, ça semblait être une bonne blague. Vous en savez peut-être quelque chose ? », demande Lawrence, insistant. Il n’avait clairement pas envie d’être la tête de turc sur l’étage administrative d’Eita… On l’avait déjà taclé sur le fait que pour le moment il n’avait sous son aile qu’un trainee. Et même sur sa petite taille. Ça le gonflait déjà prodigieusement ! « Quoi qu’il en soit, elle n’était pas drôle. J’espère au moins que les informations contenues dans ce dossier en valaient la peine. »

Considérant que Inoue semblait vraiment avoir fait la meilleure blague de sa vie en lui tendant le dossier, ça ne l’aurait même pas étonné qu’il soit plein de pages vierges. Ducon…
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 5 Jan - 20:04
Cette styliste prétentieuse commençait à vraiment l’agacer. Voilà deux fois qu’elle l’appelait sans obtenir la moindre réponse, cet cette pimbêche lui répondait comme si elle avait tous les droits ? C’était à ne plus rien comprendre ! Les yeux posés sur ses ongles soigneusement vernis, Hanako écoutait avec lassitude le ton hautain que prenait la jeune femme pour lui annoncer que les prochains essayages de tenues pour les SUPERNOVA n’auraient pas lieu à la date prévue. C’était miraculeux. Un tel manque de professionnalisme devait forcément être soutenu par une autorité supérieure ! Comment aurait-elle pu se faire engager, autrement ? En entendant la nouvelle excuse que cette femme lui servait, Hanako fit claquer sa langue contre son palais avant d’appuyer un coude sur le bureau qui se trouvait devant elle.

Elle s’apprêtait à répondre avec véhémence quand elle un bruit l’arracha à sa concentration, attirant son regard. Oh. Ce n’était que lui. Elle ne fit qu’à peine attention à lui, reportant son attention sur la conversation qu’elle avait, répondant finalement à la pimbêche à l’autre bout du fil qu’elle n’avait qu’à annuler ses autres rendez-vous, mais que celui qui était convenu avec les SUPERNOVA devait avoir lieux coûte que coûte. Il lui fallait mettre en place tout le nécessaire pour leurs prochaines apparitions, ce n’était pas le moment ! Finalement, elle raccrocha pour reposer les yeux sur le nouvel arrivant et son téléphone sur la table.

« Vous n’êtes pas en Angleterre. » soupira-t-elle en saisissant les documents qu’on venait de déposer sur son bureau pour les ramener vers elle, soulevant la couverture du dossier qui portait bel et bien son nom. Au moins, cet étranger ne s’était pas trompé en lisant, c’était un minimum. « Au Japon, c’est une question de hiérarchie. J’ose espérer que vous connaissez votre place dans la nôtre, Annesley-san ? » Et elle n’aimait pas les étrangers, devait-elle le préciser. Un petit sourire souleva le coin de sa lèvre alors qu’elle reposait les yeux sur Lawrence. Elle croisa à nouveau le regard gris de son interlocuteur en entendant ses propos avant d’ouvrir à nouveau le dossier qui se trouvait sous ses yeux, remplaçant le premier caractère de la couleur de la tenue du prochain comeback des F!GHTERS. Ces pauvres, monter sur scène comme de malheureuses fraises tagada… ça leur ferait le plus grand bien. « Cela ne vous regarde pas, pourriez-vous aller remettre ce dossier à Inoue-san, s’il vous plaît ? » Elle avait clairement entendu les plaintes de ce pauvre malheureux, mais elle n’était pas disposée à les écouter. Chacun devait traverser son lot de problèmes, n’est-ce pas ? Ce n’était pas de sa faute si cet homme n’avait pas choisi le bon pays pour aller travailler.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
☆ THIS IS DRAMA ☆
Invité
avatar

     Mer 10 Jan - 3:30

Shiraki prend la parole pour lui dire quelque chose d’une très grande aide... toute ironie permise. Décidément, elle avait un côté pratico-pratique qu’il ne lui connaissait pas et la logique brillait dans chacun de ses mots, n’est-ce pas ? Lawrence arque les sourcils, de fait, lorsqu’elle lui assure qu’ils ne sont pas en Angleterre. Rien que ça. Merci de la précision, il s’était perdu en chemin.

« Merci, je n’étais plus trop certain d’où j’étais. », ironise le manager tout en croisant les bras, attendant un peu tant qu’à être là. Il aurait pu tourner les talons et l’ignorer, mais ça aurait été gamin. À quel moment exactement Lawrence pense-t-il que rester et s’engueuler l’était moins ? Aucune idée... Mais pour le moment, c’était le plan. Quant à sa place dans leur entreprise, il assure sèchement : « Oh oui, je connais ma place. Celle d’un homme dans les affaires depuis maintenant huit ans et qui va bientôt devenir votre... principal collègue. Toute saine compétition incluse. »

Forcément, elle ne pouvait pas savoir ce dont il parlait... Mais il n’avait pas l’intention de la laisser sur la touche bien longtemps à ce sujet. De toute façon, ce n’était plus un secret.

« Je vais hériter du management de Hanabi. », déclare-t-il simplement, observant avec satisfaction toute réaction que Shiraki pourrait avoir. « Et je compte bien apprendre des erreurs de mes collègues... »

Oh oui... il parlait d’elle. Il parlait de la leader de Supernova. Des merdes qu’elle avait pu faire et qui allaient forcément ralentir l’avancée du groupe. Quand on ne sait pas choisir ses membres, on doit soit les museler assez fortement pour que ça ne fasse pas de bruit, soit assumer ses erreurs. Il n’aurait pas aimé être dans les souliers de Shiraki pour le moment, en vrai. Il ne sait pas exactement comment il aurait pu se retenir de dévisser la tête de cette petite irresponsable de Cha. Puis, il se fait renvoyer dans ses pénates, ni plus ni moins... Lawrence s’approche du bureau sans rien dire, prenant le dossier. Il espère bien qu’elle aura, au moins pendant quelques secondes, l’impression d’avoir gagné. Jusqu’à ce qu’il dépasse le bureau pour aller jeter le dossier dans la corbeille derrière celui-ci. Tournant la tête vers la trop magnifique femme, il reprend la parole.

« Je vous l’ai dit : je ne suis pas votre chien. », rappelle sèchement l’Anglais. Il se tourne vers la manager, l’observant un moment sans rien dire, avec sévérité. Puis finalement, il fait remarquer : « Dans votre magnifique pays, on demande aussi souvent aux femmes de rester à leur place. Si vous voulez que je joue le jeu du rôle au sein du Japon, attendez-vous à ce que vos collègues se rappellent que vous n’avez pas exactement le même équipement qu’eux. Parce qu’aussi peu misogyne que je sois, je suis très doué pour faire croire le contraire. Ne me cherchez pas, Shiraki-san. Je ne suis pas pratique. »

Dieu... c’était évident : ils se détestaient. Et ça risquaient de faire des p’tits, cette histoire !
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 19 Jan - 17:52
Plus certain d’où il était ? Le regard sombre de la manager se posa un instant sur le visage de l’anglais. Ah, c’était sûrement de l’ironie. Se pensait-il drôle ? Elle lui adresse un petit sourire crispé avant de reposer les yeux sur ses documents, faisant fi de ce qu’il avait à dire jusqu’à la fin, qu’elle estima à nouveau digne de son attention. Son principal collègue ? Sur quel genre de suspense étrange était-il en train de jouer ? Un soupir fuit entre ses lèvres rouges quand la réponse lui fut donnée. C’était donc cela.

« Les erreurs de vos collègues ? » Ses yeux se posèrent sur cet homme qu’elle considérait comme un idiot. Comme un être indigne de son attention et de ses conseils. Elle était curieuse de savoir de quelles erreurs il parlait. Arrivée sur le tard, elle avait, elle aussi, hérité d’un groupe déjà formé, sans trop avoir l’occasion de donner son avis sur la question. Un soupir lui échappa alors qu’elle laissait son regard courir sur les pages, changeant une information par-ci par-là, avant de refermer le dossier. « S’il est question de Lala, sachez que tout est sous contrôle actuellement. » La leader de son groupe serait bientôt démise de ses fonctions et remplacée par une autre membre plus performante qu’elle, et surtout, plus droite dans ses bottes. Elle n’avait pas besoin que le comportement d’ivrogne de cette fille vienne entacher la réputation des SUPERNOVA plus qu’elle ne l’était déjà. Les F!GHTERS étaient sûrement moins scandaleux. Mais elle n’avait jamais envisagé de se charger de femmes.

À l’abri derrière la couche de maquillage qui lui couvre le visage, elle pose les yeux sur Annesley, le sang battant dans ses tempes. Son tempérament vif avait toujours été un véritable défaut. Elle le savait : elle péchait chaque jour. La colère, la jalousie, l’envie. Elle avait déjà été se confesser, acceptant de reconnaître ses défauts. C’était un bon moyen, pour elle, d’obtenir l’absolution. Qu’avait-elle pu faire pour mériter que Dieu s’en prenne à elle de cette façon, en premier lieu ? Ses lèvres se pincèrent à cette pensée, alors qu’elle réprimait une envie de lui retourner la poubelle sur la tête, l’envie de lui hurler dessus comme elle l’aurait souhaité. Pouvait-elle faire preuve d’un peu de tempérance, ne serait-ce qu’une fois ?

Hanako ravala sa colère pour se dresser sur ses talents et rejoindre la poubelle où se trouvait le dossier. « Jouez donc le rôle que vous voulez, Annesley, vous ne me faites pas peur. » Ses doigts tremblaient légèrement, serrés autour du papier du dossier, et elle résistait à l’envie de se retourner pour lui balancer au visage.

Son rôle de femme, elle ne le connaissait que trop bien. Elle était celle qui rentrait chez elle chaque soir pour retrouver un mari trop occupé. Elle était celle qui, des années plus tôt, avait à moitié surpris ses ébats avec une autre. Elle était une femme sans voix, qui prétendait en avoir une et s’attaquait à ceux qui l’entouraient pour la simple raison qu’ils étaient plus heureux qu’elle à ses yeux. Mais cette colère était aveugle, et elle était trop enlisée dans l’amour qu’elle éprouvait pour son mari. Dans une nostalgie douloureuse que rien ne venait apaiser, surtout pas les propos d’un imbécile venu d’ailleurs qui se pensait meilleur qu’elle. « Je connais ma place, mais ne comptez pas sur moi pour laisser un étranger me marcher sur les pieds. » siffla-t-elle en s’efforçant de garder les yeux posés sur cet homme abject. « Je suis une grande adepte de la loi du Talion. » Et elle ne manquerait pas de détruire ses filles, si c’était le prix de la tranquillité. Les pires tempêtes n’épargnaient personnes.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
☆ THIS IS DRAMA ☆

    
 
You must be kidding me ! feat. Shiraki Hanako
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Hanako et autres légendes urbaines
» Shonen: Hanako et autres Légendes Urbaines [Esuno, Sakae]
» (Clip) Eluphant - Kidult (Feat DuJun - BEAST)
» [jeu] Million dollar poker feat gus hansen
» Miryo ( feat Sunny ) - Saranghae saranghae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Bibliothèque-