03 - Happiness is here

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 2 Jan - 3:40
HAPPINESS IS HERE



→ everyone

(vidéo)

Minuit a sonné voilà quelques minutes, et la dernière chanson se lance pour un final grandiose avec tous les artistes sur scène !

Paroles :
Oh Oh Oh Oh Oh Oh
Come on, let's go (Come on, let's go)
Oh Oh Oh Oh Oh Oh

HAPPINESS IS HERE

It's a world of wonder and delight
A Carousel, a Merry-Go-Round so bright
Come and take a ride 'cause it goes
On and On and On and On
Let it rise to the sky, this dream come true
Let it shine… the HAPPINESS in you
Let your heart fly, and we'll go
On and On and On…

Joy out of the blue (out of the blue)
Smiles inside of you (inside of you)
Like a child again With Mickey and friends
Jump and shout… and let it all out
A sparkle's in your eyes (in your eyes)
You suddenly feel alive (your feeling alive)
Cause HAPPINESS The magic of
HAPPINESS Is here

Oh Oh Oh Oh Oh Oh
Come on, let's go (Come on, let's go)
Oh Oh Oh Oh Oh Oh
HAPPINESS IS HERE

Each surprise… so shimmery and new
Bubbles up and bounces inside you
Like a big balloon, yeah it grows
On and On and On and On…
Colors pop… excitements's in the air
You can't stop… the sunshine that you share
Life's a celebration that goes
On and On and On…

Joy out of the blue (out of the blue)
Smiles inside of you (inside of you)
Like a child again With Mickey and friends
Jump and shout… and let it all out
A sparkle's in your eyes (in your eyes)
You suddenly feel alive (your feeling alive)
Cause HAPPINESS The magic of HAPPINESS
HAPPINESS IS HERE
Oh Oh Oh Oh Oh Oh
Come on, let's go (Come on, let's go)
Oh Oh Oh Oh Oh Oh

HAPPINESS IS HERE
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 5 Jan - 0:18
HAPPINESS IS HERE
C’est la dernière chanson. Les dernières notes avant de tous rentrer chez nous et de nous revoir, peut-être jamais, peut-être dans quelques mois ? J’aimerais que l’agence réitère l’aventure, mais je sais pas si c’est possible facilement, compte tenu de l’emploi du temps chargé des groupes. En plus, nous avons pas mal de choses à faire pour les mois à venir. Autant tout donner maintenant, histoire de ne pas avoir de regrets à l’avenir ! Quand la musique recommence, je suis le mouvement et me rapproche de mon groupe, dodelinant la tête, accompagnant le reste des personnes présentes sur scène sans trop savoir où me diriger maintenant. Sincèrement, je ne sais pas trop ce que je deviens maintenant. Et… Je glisse une main sur mes joues. Je pleure, putain ! Je vous rassure tout de suite, c’est de joie. « Oh Oh Oh Oh Oh Oh ! » J’agite les mains de gauche à droite, faisant des petits signes vers la foule en voyant certaines lever les mains vers nous. Je mentirais si je vous disais que je ne suis pas particulièrement fier d’avoir participé à ce concert. Je suis foutrement fier, oh oui ! Et je ne peux pas m’empêcher de sourire.

Vous connaissez la meilleure chose avec cette chanson ? Elle est en anglais, alors je peux chanter sans problème. C’est ainsi que je continue à danser, frappant dans les mains en essayant d’emmener Tsubasa avec moi, sans manquer de regarder les autres pour qu’ils suivent aussi. Je veux qu’on donne tout ce qu’on a maintenant ! C’est la nouvelle année ! Je me fous de savoir si je serai crevé demain ! Un large sourire me vient aux lèvres alors que je continue à frapper dans les mains, grimaçant au moment où je me cogne l’ongle. Bon, pas grave, je survivrai bien à ça.

Sans cesser de chanter, je regarde les Hanabi et les Supernova. Nos groupes sœurs, en quelque sortes, même si l’un est plus ancien que l’autre. J’aime me dire que nous sommes une famille. Une grande famille, même si nous devons être productifs pour satisfaire la direction. Même si l’entraînement est dur. Je pense qu’on a fait du bon boulot aujourd’hui, non ? Bien sûr, ça ne vaudra jamais la Floride, mais je pense qu’on aurait pu faire bien pire que ce qu’on a obtenu aujourd’hui, non ? J’ai l’impression d’être un enfant qui réalise un rêve, à avoir les larmes aux yeux comme ça, à pleurer parfois. Je crois qu’être sur scène, plus encore que le reste, me plaît beaucoup. Ce n’est pas la même chose que les shows télévisés ou les présentations du groupe. C’est Disney, mon enfance. Quelque chose que j’ai toujours connu et que j’aimerai certainement toujours.  C’est un peu comme ces comptines qu’on vous chante dès l’enfance et qui vous transportent dans un autre monde, loin de tout ce qui préoccupent vos parents. Les problèmes d’argent, le racisme, vos enfants difficiles. Vous voyez le genre ? Quand les dernières notes de la chanson retentissent, je réalise que c’est terminé. Totalement terminé. Putain.  


ME'OW

_________________

Laughter and tears, scars and healing. Questions and answers, they’re all in you. You have my world, you’re my small universe. The moment it vanishes, I will disappear as well.
I'LL SEARCH THE UNIVERSE
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 7 Jan - 22:32
HAPPINESS IS HERE
Yurina avait passé les dernières minutes à sautiller d’un côté à l’autre de la scène, à souhaiter bonne année à toute créature croisées sur son chemin, et à regarder sa collègue, l’infâme, l’horrible, la méprisable Shoko, disparaître sans laisser de trace. WTF. Elle se fichait bien d’où serait rendue cette bécasse, tant et aussi longtemps qu’elle ne faisait pas mauvaise publicité à leur groupe. Elles n’avaient vraiment, mais alors là vraiment pas besoin de ça. Sourire aux lèvres, elle avait finalement trouvé une place près du plus rustre des crustacé, le dernier à qui elle avait souhaité la bonne année. Évidement qu’elle aurait voulu être ailleurs, genre, près d’un vrai chanteur de talent – Choi Gabriel, mais c’était impossible. Déjà, elle ne pouvait s’en approcher car se coltinait l’infâme Okina et la dernière chose dont elle avait besoin, c’était de tolérer le plus détestable des F!GHTERS…. Et puis, il y avait la petite Sana-chan, dans la foule, qui était maintenant grimpée sur les épaules de Sae, à hurler ‘’JEAN’’ à plein poumons.

Elle ne pouvait quand même pas lui refuser le plaisir d’être dans son champ de vision! Micro en main, elle avait regardé devant elle, parce qu’elle s’en balançait de Naoto, parce que si elle sautillait, dans sa ridicule tenue de Moana, c’était pour le spectacle. Tapant des mains, elle joignit sa voix aux chœurs, un sourire bien réel sur ses lèvres. Elle avait bien aimé ce concert, son premier vrai, considérant les débuts de son groupe. Ça avait été une montagne russe d’émotions, d’angoisse, d’inquiétude, mais aussi de super accomplissements. « Happiness is here! » elle avait un peu de mal, en vrai, avec les paroles en Anglais. Elle avait beau bien le comprendre et le parler adéquatement, ça lui venait moins naturellement.

Alors elle se contentait de sautiller, de taper des mains, et de reprendre au refrain. Ça n’était pas son meilleur moment, mais considérant le nombre de participants, elle espérait que personne ne remarque. Elle aurait presque croisé les doigts. Ses iris s’étaient promenés d’un visage à l’autre, surprenant combien il y avait de membre dans cette Agence. Trainee, staff, et les autres idoles… elle avait la chance d’en faire partie. Et pourtant, après tout ça, une curieuse sensation lui tordait les entrailles… comme si, même là, maintenant… personne n’était vraiment fier.

Elle ne l’avouerait jamais, mais l’absence de ses parents, le fait qu’ils n’aient même pas tenté d’inventer une histoire couvrir le fait qu’ils n’étaient pas présents. Ils n’en avaient rien à foutre en vrai, et autant elle essayait de se persuader qu’elle n’avait pas besoin de leur approbation, c’était faux. Elle n’avait jamais voulu quelque chose plus fort au monde… être assez bien pour un regard. Alors que les dernières notes s’élevaient, cette sensation amère ne quittait pas son ventre, son cœur battait à tout rompre, et une fois encore, elle se sentait invisible. Son regard se posa sur Naoto, une seconde de trop.


ME'OW
Invité
avatar

     Mar 9 Jan - 1:01

Comment avait-il pu oublier la dernière chanson ? Shiro a une grimace qu’il ne peut réprimer en réalisant que la musique qui se lançait n’était pas juste pour faire joli. Un micro lui est mis entre les mains et il espère pendant une petite seconde que le manager de Han Sol ne l’a pas vu grimacer à la vue de tous ! Mais un grand sourire angélique étire à nouveau les lèvres de Shiro, qui savait bien jouer sa comédie et, surtout, la faire avaler à qui il voulait. Il porte le micro à ses lèvres. Ce simple geste est difficile. L’objet semble peser mille tonnes. La chanson lui donnait envie de vomir. C’était vraiment une de ces chansons de parc d’amusement dont Disney était tellement friand. Que ce soit en anglais ne lui posait pas vraiment de problème, mais il aurait clairement préféré qu’elle n’existe tout simplement pas ! Néanmoins, il s’en donne à coeur joie pour une raison : sa voix est plus adaptée à celle-là qu’à pas mal toutes celles qu’il y avait eu dans la soirée, pour dieu sait quelle raison !

Alors le micro à ses lèvres, Shiro se concentre sur la musique et l’air, essayant d’y mettre de la volonté, celle-ci étant chancelante mais pas complètement morte encore ! Et parce qu’il avait toujours eu une façon très propre à lui d’apprécier un moment, le jeune homme s’approche de son frère à nouveau alors que ce dernier semble être attiré vers Cha La La. Il n’allait donc jamais apprendre ?! Après tous les scandales... cette fille semblait les attirer comme la peste ! Il prend donc la main de Kuro pour l’entraîner plus loin, le poussant dans les bras d’une autre trainee tout en continuant à chanter joyeusement, faisant mine de taquiner plus qu’autre chose. Les gens qui allaient les remarquer allaient s’esclaffer plutôt que de juger la scène étrange, ce qu’il préférait. Et s’il voit dans le regard de son jumeau briller quelque chose de moins agréable que d’habitude, Shiro s’en félicite simplement, lui offrant son grand sourire angélique et hypocrite à mort.

« Oh Oh Oh Oh Oh Oh ! Come on, let's go ! », chante joyeusement Shiro, si on peut dire. Il était surtout heureux de savoir que ça allait bientôt se terminer. Quel calvaire ! Il se demandait si Han Sol le regardait. C’était diffusé à la télévision nationale, n’est-ce pas ? Ce serait bien ! Han Sol aimait toujours ce qu’il faisait. À cette pensée, Shiro retrouve un peu de courage ! « Life's a celebration that goes... »

On and on and on... Comme cette saleté de chanson merdique qui ne semblait jamais avoir de fin. La directrice avait vraiment des goûts douteux. Personne n’osait le lui dire ? Le manager de Han Sol aurait peut-être osé, lui. Il faudrait le lâcher dans son bureau, pour le coup ! Mais Shiro, quant à lui, continue d’être adorable, allant rejoindre un autre trainee pour danser un peu. C’était. Terminé. Enfin.
— I'M MADE IN CHINA —
— I'M MADE IN CHINA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 15 Jan - 0:21
HAPPINESS IS HERE
Quelqu’un semblait enfin avoir songé à diminuer le son du micro de Choi. De l’avis de Jie, qui n’était pas si humble que cela, c’était une merveilleuse chose. Sans doute la régie en avait-elle eu assez d'entendre la voix criarde et pénible de cet idiot ? Cela ne l'aurait pas étonné. Gabriel n'était, de son avis, pas plus talentueux que ces idiots que l'on envoyait sur scène avec mille effets différents afin de camoufler leurs voix désagréables et leurs faussetés. Il était l'un d'entre eux, en vérité, faux sur toute la longueur, dans toute sa profondeur. Et le pire ? c'était certainement qu'il avait réussi à toucher Erena, à une époque.

Mais il n'était plus temps d'y penser, maintenant que la dernière chanson du spectacle avait commencé. Maintenant que les notes résonnaient dans la zone du concert, pour le plaisir des oreilles des spectateurs, et que chaque idole, chaque trainee donnait toute son énergie afin de rendre le spectacle meilleur.

Jie était comblé. Rien n'aurait pu venir ternir ce moment qui resterait ancré dans sa mémoire. Au milieu de cette agitation, il se sentait chez lui, à sa place. C'était un univers familier, qu'il appréciait profondément. Ses parents ne l'avaient jamais compris, ne le comprendraient sûrement jamais, pas plus que ne le faisait la famille de sa fiancée. Mais ce n'était pas important, en vérité. Il se moquait de tout cela. Ce n'était d'aucune importance à ses yeux. Seule comptait sa véritable capacité à danser, à se présenter sur scène, à rapper ou, comme c'était le cas ce soir, à chanter. Il faisait bien peu de cas du regard de quelques adultes trop vieux pour comprendre ses passions bien trop actuelles.

Il continua à chanter, les yeux posés tour à tour sur l'assistance et les artistes. Il écoutait d'une oreille, suivait le rythme de l'autre, le tout avec ce petit air digne qu'il arborait toujours lorsqu'il se présentait en public. Il regardait Maiko, Yurina, Shoko, Asuka. Il regardait chacune des personnes avec qui il s’était entraîné. Il regardait Tsubasa, les autres F!GHTERS. Il se demandait si ceux-ci parviendraient à continuer sur cette voie, si la vie se mettrait en travers de leur chemin et, alors qu’il gardait le rythme, il bougeait la tête de gauche à droite en se tenant sur l’une de ses jambes, même si ce poids devenait difficile à supporter. Il n’était pas, hélas, capable de faire disparaître cette douleur.

Quand la musique arriva doucement à son terme, un petit sourire étirait les lèvres du chinois, tout droit devant l’assemblée. Oui, il était fier d’être dans cet endroit, sur cette scène. Il était heureux, même s’il savait que la danse manquait à la complétion de ce bonheur. Il ne lui restait désormais plus qu’une étape avant de pouvoir rentrer chez lui se reposer. Reposer cette jambe qui le faisait souffrir plus qu’elle ne l’aurait fait quelques mois plus tôt. Erena ne l’avait vraiment pas manqué, pour ce coup-là. C’était malheureux, mais il allait bien finir par s’y habituer.


ME'OW
Invité
avatar

     Sam 20 Jan - 13:56
HAPPINESS IS HERE


Les premières notes de la dernière chanson de cette soirée, la première de l’année, avaient commencé sur l’écho de quelques “bonne année”. Près de ses camarades de Hanabi, elle avait poussé d’un habile coup de hanche Minah avant de s’éloigner de quelques pas en cas de retour. Son micro s’était levé et elle avait repris en choeur avec ses collègues les premiers mots de cette chanson. Pour un peu, on se serait attendu à voir les chars de la parade débouler sur la scène mais c’était déjà un assez joyeux bordel qui ne laissait pas vraiment de place à plus « Oh Oh Oh Oh Oh Oh » et pourtant, beaucoup semblait motivé à en rajouter. C’était le but de cette dernière chanson. Un moment de joie partagé avec le public pour finir la soirée sur une bonne note et commencer la nouvelle année avec le sourire aux lèvres.

A nouveau, tandis qu’elle confiait à son micro les paroles de cette chanson apprises des jours plus tôt, son regard s’était promené sur le public. La tête de son grand-frère qui dépassait avait retenu son attention un instant. Elle n’avait pas besoin de lire sur les lèvres pour comprendre qu’il chantait en choeur cette chanson. Son sourire s’était fait plus grand tandis qu’elle repensait à sa dernière visite dans sa famille. Les paroles sur une feuille, la musique en fond sur YouTube, il avait insisté pour lui donner des cours de diction. Oui, Ren était bilingue - au moins - et surtout selon lui.

Et tandis qu’elle prenait garde à ne pas avoir un accent trop pourri, elle avait repensé à celui de son frère et à l’air désespéré de Yasuo. Pas de doute, si Ren avait été sur scène maintenant, il aurait accaparé toute l’attention avec sa bonne humeur communicative et son yaourt unique. S’il se prétendait aussi bon linguiste que son meilleur ami italien - pas vraiment italien - « Like a child again With Mickey and friends » de là où elle était, elle pouvait entendre son approximatif “Laïckt chaïd again wiss Mikio and friands” …. aaaah Mikio, un prénom qui revenait dans la bouche de son aîné quand il n’était pas surnommé PSY ou Miki … Il prétendait avoir évincé le mexicain, maintenant c’était le tour du coréen. Oui, Ren avait un réel soucis obsessionnel avec l’Italie. Et s’il se disait plus beau que Mikio et se soupçonnait des origines italiennes malgré celles bien japonaises de son père, il avait au moins dépassé sa période “hablar espagnol comme oune merrrricaine”

« Cause happiness The magic of happiness » agitant la main en rythme avec la musique, sa tête l’imitant parfois, son attention s’était reportée sur Yue en compagnie d’un camarade trainee qui semblait faire l’idiot près d’elle. Visage connu, Serizawa d’adoption, l’Hideki de l’aquarium mais aussi le lapin de Momo. Soit mâle à surveiller dans le jargon Koko. Qu’on se le dise, il lui faisait du mal… on sait Maiko, tu le castres et tu lui offres un collier avec ses couilles pour qu’il garde bien sur lui le post-it “we don’t hurt Yue”.
Tu veux pas penser à des choses moins violentes maintenant ?
Tu sais, Mickey et ses copains tout ça ?
Elle ne lui en offrirait qu’une. Elle donnerait l’autre à Momo.
… Momo n’était pas amoureuse de ce lapin.
… tiens, maintenant qu’elle y pensait, elle avait beaucoup d’amies dans le déni autour d’elle.
Hôpital. Charité.

Joie. Bonheur. Mickey. On agite la main, on bouge ses fesses, on partage. A Mickey Land, tout le monde s’aime !
Même Yasuo et Daisuke ?
… oui… bon…
« Oh Oh Oh Oh Oh Oh » allez, on sautille et on adresse plus de signes au public que l’on va bientôt quitter.



ME'OW

    
 
03 - Happiness is here
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Happiness Therapy : Edition Collector 01/06/13
» Happiness Is Like A Sunny Day
» Bleach 493 - Light of Happiness
» qui est elle ?
» Jack LONDON - Qu'allez vous lire et qu'avez lu déjà ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Countdown Act-