14 - It's a Small World After All

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 2 Jan - 2:53
IT'S A SMALL WORLD AFTER ALL



→ Everyone

(vidéo)

Paroles :

sekaijuu doko datte
warai ari namida ari
minna sorezore tasuke au

chiisana sekai

sekai wa semai sekai wa onaji
sekai wa marui tada hitotsu

sekaijuu dare datte
hohoemiba nakayoshisa
minna wa ni narite wo tsunagou

chiisana sekai
— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 3 Jan - 19:40
IT’S A SMALL WORLD
On arrive à la fin… Mon cœur bat si fort, et pourtant je me sens si triste… J’ai l’impression que c’est la fin de quelque chose de grand, d’incroyable. Quelque chose de tellement différent de ce qu’on a l’habitude de faire avec les F!GHTERS… De plus spontané ? Qu’on se le dise, je n’aime pas trop les chansons de notre groupe. J’en ai déjà parlé avec Tsubasa. Mais les chansons de Disney, elle, je les adore. Elles ont bercé mon enfance pendant des années et accompagnent ma vie adulte malgré moi. Qui n’a jamais été surpris à fredonner une chanson en faisant la vaisselle ou en se douchant, après tout ? Je n’aurai peut-être plus l’occasion de performer ces chansons sur scène.

Alors que les premières notes de It’s a small world retentissent autour de nous, je reste en compagnie des autres, toujours vêtu de ma tenue brillante de Shiny, la dernière que j’ai dû enfiler car il s’agissait de ma dernière performance officielle de la soirée. Le reste, ce sont des chansons de groupe. J’agite les mains pour saluer les fans tout en dodelinant de la tête en rythme, résistant à l’envie de changer en anglais. Je la connais bien trop en anglais… Et j’ai dû mal à retrouver mon japonais ce soir, pour être honnête. Par chance, le rythme est plus facile à suivre en japonais que pour certaines autres chansons que j’ai dû faire, même si ma concentration est descendue en chute libre après mon avant dernière performance. D’ailleurs, je commence à sentir le coup de la fatigue et je m’arrête de chanter, bâillant dans mon coude pour ne pas être trop voyant.

Je m’approche d’Asuka et éloigne mon micro pour lui murmurer quelque chose à l’oreille. « Regarde là-bas! » Je lui pointe un panneau dans la foule, sur laquelle on devine son visage, du moins je pense que c’est le sien? Je ne l’avais pas vu avant, c’est fou. Le temps que je lui montre, la lumière a disparu pour pointer ailleurs et je recommence à chanter, me balançant d’un côté à l’autre en m’accrochant aux épaules de mes voisins. Puis j’abandonne, perdu dans le rythme de la chanson, et je me contente d’applaudir en rythme, juste devant moi, le micro dans les mains. Et malgré moi, je ressens une envie de pleurer. Mais je n’ai aucune raison de pleurer, n’est-ce pas ? Aucune. Je la réprime en continuant à applaudir, souriant à Yurina, à Tsubasa… À tous nos collègues rassemblés là qui, pour une fois, ne me semblent pas tellement inférieurs. Nous sommes tous enfants, n’est-ce pas ? Des enfants devenus adultes. Disney me donne cette impression.

Dans quelques minutes, ça sera la fin de l’acte trois… Les derniers moments de magie avant de repartir pour nos vies normales. Les derniers moments de ce monde rêvé dans lequel nous ne vivons pas. Allez savoir pourquoi ça me fait autant de peine de le réaliser, maintenant, sur scène, dans cette tenue si brillante et si belle.


ME'OW

_________________

Laughter and tears, scars and healing. Questions and answers, they’re all in you. You have my world, you’re my small universe. The moment it vanishes, I will disappear as well.
I'LL SEARCH THE UNIVERSE
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 4 Jan - 19:36

" It's a small world after all "
ft. Yurina & Everyone



Lorsqu’elle était grimpée sur scène, pour livrer une des dernières performances, Yurina était encore affublée de son immonde costume de Moana. Il faut dire qu’elle n’avait pas vraiment eu le temps de l’enlever entre les prestations, beaucoup trop paniquée d’avoir mis un coup d’aviron en pleine gueule de son ami Shiro. Non seulement elle n’avait eu aucune envie de l’attaquer de la sorte mais en prime, elle devait vraiment avoir eu l’air stupide ! Oh mon dieu! Elle voulait mourir de honte. Alors soit, elle s’était avancée sur scène, usant de prudence pour cette ultime performance. Elle n’irait pas se positionner près de Gabriel, il avait tendance à improviser des paroles et elle avait déjà assez l’esprit à l’ouest sans avoir besoin qu’il la mélange. Sans parler de son micro qui sonnait étrangement.

Non. Plutôt, elle se dirigea – pour une des première fois dans cette soirée débile – vers les filles de son groupe. Il fallait bien qu’elle soit vue avec elles un peu non? Hors de question par contre, de jouer la bécasse de meilleure amie de Shoko ce soir, des plans pour qu’elle ait envie de lui témoigner son amitié à coup de rame. Il faut dire… elle y avait pris goût. Bras dessus bras dessous avec ses voisins, en grande ligne de crétins heureux, elle s’était mise à chanter, joignant sa voix à celles de tous les autres participants. Son regard les détaillait tous, ils étaient si nombreux à avoir mis leur carrière entre les mains de l’Agence. Si nombreux à donner tout ce qu’ils avaient pour percer, à apprendre texte par-dessus texte, à se plier aux règles… Tant de talents…

Un sourire lui échappa. Allez savoir si c’était Disney, le choc de sa violence, la fatigue ou une trop grande exposition à Taiki dans les derniers mois mais elle se sentait fragile, à chanter des mots plus doux, plus rassembleur. Elle se sentait fière de faire partie de ce groupe de ces gens, d’être sur cette scène. Elle avait bossé tellement fort, elle avait tout donné et pour la première fois, elle avait l’impression de mériter sa place. Son regard se posa sur Gabriel, Tsubasa, tous ses F!GHTERS qui donnaient leur 110 % pour relancer le groupe une seconde fois. Elle les admirait, leur ténacité, leur acharnement, le sexappeal le leur Lead singer… Ahem!

Souriant à sa voisine – la jolie Na Eun, elle se permis de passer un bras autour de ses épaules en chantant à toute voix : « minna wa ni narite wo tsunagou » Elle voulait bien les apprécier ce soir, son groupe, ses camarades, ces filles qui étaient dans le même bateaux qu’elle, enfin, pas Shoko, jamais Shoko, cette bécasse… mais les autres. Jumelant sa voix au groupe, elle se permis de fixer la foule, tout sourire… Yurina venait de le ressentir, comme une claque : son groupe, cette scène, cette carrière et tout ce qu’elle impliquait, c’est ce qu’elle voulait, vraiment, du plus profond de son être. Et il était hors de question qu’on lui arrache.
Invité
avatar

     Sam 6 Jan - 8:01

Pour feindre la joie sur une chanson aussi horriblement gamine et sans intérêt aucun alors qu’on venait de vivre la pire soirée de sa vie, il fallait vraiment avoir une volonté à toute épreuve et un don certain pour le théâtre… ou le mensonge, au choix. Shiro n’avait qu’une envie : disparaître d’ici. Il sentait ses dernières défenses rompre. La crise risquait d’arriver d’un moment à l’autre et il ne cherchait même plus à trouver Kuro pour essayer de se réconforter, sachant déjà que ça ne servirait à rien tant que ce foutu spectacle n’était pas terminé. Dieu que cette chanson était affreuse. Elle lui donnait un mal de crâne incroyable. Il avait décidé de ne même pas la chanter. Le peu de virilité qu’il lui restait après s’être pris un coup de rame par la tête allait décidément fondre comme neige au soleil s’il s’y mettait. Pourtant, il affichait un grand sourire de façade, avait crocheté le bras des deux personnes près de lui sans même savoir qui ils étaient et faisait sa part en bougeant au moins les lèvres. Oh, il avait volé ce truc-là à Choi Américain. Pensait-il vraiment que personne n’allait le remarquer ? Il ne bougeait même pas les lèvres de façon synchronisée. Il devait faire la même sur les chansons de son groupe. Ça expliquait beaucoup de choses !

Tournant la tête sur la gauche pour faire un minimum attention à la personne qui était à côté de lui, Shiro lui fait un grand sourire… qui se fige désagréablement sur son visage tuméfié du coup de rame pris un peu plus tôt dans la soirée. À côté de lui se tenait @Cha La La, cette sale petite peste à qui il manquait clairement un boulon. C’était bien son plus gros défaut et pourtant dieu sait qu’elle en avait beaucoup… Son masque fond sur son visage d’un coup. Jamais personne n’avait eu un tel effet sur lui, semblait-il… Du moins pas depuis très, très longtemps. Il en oublie un moment où il est. Et il ne doit qu’au garçon à sa droite qui le secoue un peu de retrouver son sourire, lequel était empli de toute la rage meurtrière qu’il ressentait présentement. La soirée n’aurait clairement pas pu être pire !!

« Hohoemiba naka… », murmure-t-il. On avait déjà du mal à entendre sa voix chantée au milieu d’un chœur alors ce murmure ? C’était juste pour se donner bonne conscience. Il n’arrivait pas à croire qu’il la touchait. Et qu’il ne s’en était même pas rendu compte… tant qu’à ça, aussi bien se jeter en bas de la scène. Après ses conneries d’Halloween, c’était un suicide social. Alors il se tasse légèrement sur la droite, portant son attention sur le trainee près de lui, ignorant royalement La La, mais tout en essayant de ne pas trop le montrer. Que ça ne soit pas trop flagrant… du moins il l’espérait, mais Shiro avait de plus en plus de mal à se contenir… « …wo tsunagou… »

C’était décidément de pire en pire…
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 10 Jan - 15:02
IT’S A SMALL WORLD


Il ne reste que quelques chansons. Quelques chansons avant le moment fatidique où sonnera minuit. Shoko ne sait pas si elle est prête à vivre ce moment en public. Si elle est prête à voir ces gens, à chanter avec eux. C’est si difficile à accepter. Son cœur battant, elle remonte sur scène avec les autres, dans la même tenue sobre qu’elle a portée lors du segment spécial. Son regard se perd sur la foule, sur les autres personnes sur scène avec elle. Un petit sourire aux lèvres, forcé, comme la plupart de ceux qu’elle a affiché aujourd’hui, elle monte sur scène et rejoint les autres. Les yeux posés sur les SUPERNOVA, elle sent son cœur se serrer. Elles sont son groupe, des personnes dont elle ne connaissait rien, quelques mois avant son entrée à l’agence, à l’exception de certaines d’entre elles.

Elle connaît cette chanson. Elle la connaît bien. C’est un rythme entêtant, un rythme qui ne quitterait pas son esprit pendant des jours, si elle commençait à le chanter de tout son cœur, mais elle n’en a pas l’envie aujourd’hui. « sekaijuu doko datte » Sa voix est sûrement fausse. Elle n’a jamais été une grande chanteuse. Son truc à elle, c’est la danse, la beauté. Les deux en même temps, peut-être ? Peut-être aurait-elle dû entrer dans une école de ballet. Sans doute en rêvait-elle, quand elle était jeune. Désormais, ce rêve n’est même plus réalisable. Elle est idole, chanteuse et danseuse dans un groupe où elle ne se sent pas à sa place. Elle préfère les appareils et les séances photos au bout du monde, les beaux vêtements, le maquillage.

Elle s’approche de ses collègues, sans jamais cesser de chanter. Son micro marche peu, elle en a conscience, mais ça ne l’a jamais dérangée. En fait, elle se moque de la musique en elle-même. Elle n’a même pas envie de se donner, aujourd’hui. Elle veut simplement rentrer chez elle et que la soirée soit terminée. « chiisana sekai » Elle danse sur le rythme, suivant le mouvement des autres, comme un appareil en pilote automatique, sans volonté, sans envie. Ce n’est pas elle, c’est Kokoa. Son cœur bat plus fort que jamais. Elle sait qu’il ne reste plus longtemps. Mais elle veut être forte. Plus forte que ça. Elle espère encore que ses parents la voient de là où ils sont, dans leur lit, leur canapé, dans leur chambre à rire comme des idiots devant un écran, avec des gens qu’ils ne connaissent même pas. Ils ont tous leur manière d’oublier.

« sekai wa marui tada hitotsu » Doucement, la chanson arrive à son terme. Les coulisses les attendent tous. Elle s’y dirige avec les autres, à pas plus pressés qu’auparavant. Chaque minute fait monter en elle ce sentiment douloureux. Chaque seconde qui passe fait s’approcher le moment qu’elle redoute. Et même si elle voulait fuir, elle ne peut pas. Elle a fait le choix d’être là, avec tous les autres. Elle a décidé d’être plus forte que ça.



ME'OW
— I'M MADE IN CHINA —
— I'M MADE IN CHINA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 14 Jan - 13:39
IT’S A SMALL WORLD
Le monde était petit, c’était la vérité. Jie l’avait remarqué au cours de ses voyages. Parfois, parcourir le monde lui manquait. Le reste du temps, il s’estimait heureux d’avoir trouvé au Japon un port d’attache, un endroit où il aimait se retrouver, qu’importe les difficultés qui se dressaient sur son chemin. Cela pouvait sembler étrange, pour un héritier comme lui, Chinois qui plus est, mais il ne parvenait à s’en vouloir vis-à-vis de ses parents et de leur façon de fonctionner. N’était-il pas le fils bien éduqué qu’ils avaient élevé ? N’était-il pas parfait en tous points, à l’exception de ses compétences de danse qui avaient fortement décru depuis sa blessure ? Il s’estimait digne de rester au Japon.

Plus encore, Jie s’estimait digne de rester sur cette scène avec les autres artistes de l’agence. Artistes, car en dépit de la discrimination qui existait entre les idoles et les artistes n’était pas valable à ses yeux. Tous faisaient des efforts considérables afin de devenir de meilleures personnes, afin de toujours s’améliorer. Et Jie, de sa place de trainee, adorait voir ces efforts. Il aimait voir chacun donner tout ce qu’il avait afin de rendre la performance parfaite. Il aimait entendre les voix s’user en chanson ou en rap. Plus que tout encore, il aimait voir les chorégraphies qui avaient été préparées pour l’occasion.

Durant toute la soirée, il avait passé son temps à apprécier le spectacle, depuis les coulisses. Son cœur avait battu avec chaque rythme, chaque mélodie, quand bien même il n’était qu’un étranger au monde de Disney. Et alors que la soirée touchait doucement à sa fin, le micro serré entre ses doigts, il entonnait avec les autres cette mélodie qu’il avait déjà entendue, bien malgré lui. Qui ne la connaissait pas ? Les mots venaient à ses lèvres comme les paroles d’une comptine qu’on connaît depuis l’enfance, et la voix des autres idoles et trainees de l’agence, qui s’élevaient toutes ensemble comme une seule et même harmonie, ajoutaient à cette impression de chorale enfantine.

Son regard passa d’un trainee à l’autre, avant de se perdre du côté des idoles. Il y voyait les traits radieux Yurina, la tête de Tsubasa, le visage stupide de cet américain de Choi. Sans doute, au fond de lui, regrettait-il de ne plus apercevoir le visage de sa chère Erena. Elle avait arrêté, c’était vrai. Par moments, il lui arrivait de l’oublier, de songer que son imagination avait pu lui jouer un tour. Peut-être était-elle encore membre des Hanabi. Peut-être était-elle encore idole. Il ne cessait d’y songer, puis réalisait qu’il avait tort. Qu’Erena avait bel et bien arrêté ses activités. Qu’Erena ne faisait plus partie du même monde que lui. Cela n’aurait pas dû l’affecter. Il n’aurait pas dû éprouver encore des sentiments pour cette femme qui avait essayé de le tuer, qui avait failli réussir. Ce n’était que folie. Yurina le lui aurait dit, et Jung Rin aussi. Cependant, il était incapable, en dépit de tous ses efforts, d’oublier son ex-petite amie. Elle resterait là.



ME'OW
Invité
avatar

     Jeu 18 Jan - 16:11
IT’S A SMALL WORLD AFTER ALL
Yue et elle venaient tout juste de terminer leur duo. C’était donc le coeur réchauffé et dans son costume de Moana qu’elle avait entendu les premières notes de cette chanson avec un don tout particulier. Celui de rentrer dans votre tête et de ne plus en sortir. Le genre de chanson qui se propageait comme une épidémie. Celle qu’on fredonnait sans être capable de s’arrêter, sans pouvoir se contrôler… un crime pour lequel on était généralement condamné par les regards assassins des personnes qui nous entendaient. Les mêmes qui finiraient par la fredonner aussi pour se recevoir à leurs tours des regards tout aussi meurtriers.
Mais elle, c’était un grand sourire qu’elle avait sur les lèvres.

Dans sa main, elle tenait toujours celle qui appartenait à sa meilleure amie, sa mémé d’un soir. Et c’était vers elle qu’elle avait tourné cette expression de joie, resserrant doucement son étreinte et penchant alors doucement sa tête de gauche à droite, en rythme avec la musique.
On l’avait perdu. Yue l’avait kidnappé au pays des licornes. Bientôt, elles rentreraient pour faire des tresses à leurs petits poneys et les emmener au pays magique « minna sorezore tasuke au » mais même une Kotani s’en moquait à présent.

Parce que ce soir, son coeur battait un joyeux rythme.
Elle le savait déjà avant… mais ce concert, répéter avec Yue, partager un duo avec elle et maintenant se permettre de la kidnapper quand elle avait une excellente excuse pour ça au vue de la chanson précédente… oui… mêler sa voix à celle de Yue lui manquait vraiment. Cette petite bouille à l’air trop innocent, cette tête adorable de lapin dont on voulait poke les joues à chaque seconde, elle l’aimait si fort sa meilleure amie. La retrouver ce soir sur une scène, c’était un cadeau de Noël bien trop parfait même s’il venait tardivement.

Elle plaidait coupable, de sa main qui retenait pourtant son micro, elle n’avait pas pu s’empêcher de la poke cette joue avant d’enchaîner « sekaijuu dare datte » mais pour la déconcentration que le geste pourrait provoquer, elle se prétendrait innocente ! Yue avait qu’à être moins mignonne ! Cette fourbesse !
Et tandis que leurs mains se balançaient niaisement en rythme, elle lui avait adressé un nouveau sourire complice avant que son regard ne s’attarde sur le public.

Elle le savait, Yasuo ne loupait rien de cette scène. Sa petite soeur avec sa meilleure amie, c’était comme un spectacle d’école où elles jouaient toutes les deux des rôles principaux. En réalité, quand il reprendrait le chemin du boulot mardi, il glisserait discrètement, mais avec fierté, quelques mots sur cette soirée.
La fierté, un sentiment que Maiko partageait à présent pour chanter avec celle qu’elle avait commencé à suivre sur sa chaine YouTube. Elle n’était au début qu’une abonnée. Qu’une gueuse parmi les gueuses.
Ce soir, elles se retrouvaient sur scène et, parce qu’elle était celle à l’avoir kidnappée pour la faire revenir à la place qui lui revenait, tel un Rafiki avec un Simba, elle se sentait encore plus fière. Oui. C’était elle qui avait ramené Jesus en Terre Promise !

Et tandis que la chanson touchait à sa fin, que sa main refusait d’en lâcher une autre, elle avait souhaité pour la 987ème fois, depuis que Yue était partie de Hanabi, de partager encore une fois la scène avec elle.
Son voeu n’était-il pas exaucé ce soir ?
Ce n’était jamais suffisant. Dans la vie, en amour, il fallait pas mal de gourmandise !



ME'OW

    
 
14 - It's a Small World After All
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Small world... un peu d'Histoire ...
» Mes CMM + it's a small world
» Small World
» Martin Suter
» [CHERRY MERRY MUFFINS] Mes cherry adorées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#TAKETHATKOREA :: Passeport, please ! :: Le flood :: Act III-