Les Tokyoïtes et scénarios tokyoïtes sont fermés pour cause de surpopulation ! Favorisez les trainees ! heart



 

 18 - Special Segment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 2 Jan - 2:51
SPECIAL SEGMENT


→ everyone



Vous êtes tous assis sur des tabourets le long de la scène et formez ainsi un demi-cercle, face au public (évidemment). Kato Mika et Sanada Mirai sont debout, prêts à mener le discussion. Le sujet ? Un retour en enfance ! Ici, maintenant, on vous demande de parler de votre meilleur souvenir Disney !

Quel film avez-vous préféré ?
Quelle est votre chanson favorite ?
Ouvrez votre cœur à vos fans !

— I'M MADE IN USA —
— I'M MADE IN USA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 4 Jan - 21:51
SPECIAL SEGMENT
C'est le moment confession. Je m'approche du siège prévu pour moi, selon le plan de scène, avant de m'y installer confortablement, les pieds appuyés sur la barre qui se trouve en-dessous. J'ai le micro entre les mains et j'attends que les hôtes de la conversation fassent leur travail, un sourire aux lèvres. Mon regard se pose sur les fans qui se trouvent devant nous. Une marée de visages que l'on distingue à peine, mais à qui l'on va s'adresser, à qui l'on va parler de nos préférences. C'est amusant, dans un sens... J'ai toujours voulu être apprécié par ces gens, mais c'est sûrement la première fois que je me sens aussi... Proche d'eux? J'attends que mon tour arrive, les yeux rivés sur Sanada et Kato, souriant parfois, pensif le reste du temps, alors que j'essaie de me rappeler ces moments que j'ai passé à tourner en rond. Quand mon tour arrive, j'affiche à nouveau un grand sourire et je porte le micro à mes lèvres.

« J'aimais beaucoup Frère des Ours, quand j'étais plus jeune. J'avais 12 ans au moment où il est sorti et je crois que c'est encore mon préféré à l'heure actuelle. J'adorais Koda. » Ce petit ours rebelle qui suivait Kenaï partout. Un petit sourire me vient aux lèvres alors que je réfléchis. J'aurais tellement de choses à dire sur les différents films que j'ai vu depuis que j'ai été lancé dans le monde de Disney par ma famille... Mais je ne peux rien dire de plus, j'attends mon prochain tour avant de reprendre mon micro, commentant parfois les réponses des autres. N'est-ce pas aussi monde rôle ? Digne représentant d'Orlando ? Peu d'entre eux doivent savoir d'où je viens vraiment. Ce qui est vrai, c'est que je suis une idole et que je dois interagir avec les autres... Ne le devons-nous pas tous ? J'aimerais donner une bonne image de moi aujourd'hui, une bonne image du groupe. Après tout, n'est-ce pas ma responsabilité, en tant que visuel ? J'espère que Tsubasa sera fier de moi et de ma volonté de faire quelque chose pour notre formation. Quelque chose de mieux que ce que je fais d'habitude. Je dois bien faire ça pour me faire pardonner de menacer la réputation du groupe avec cette grossesse, non ? ... Je cherche sûrement trop loin.

« Shiny, c'est ma chanson préférée, même si elle est récente. » Un rire me vient malgré moi. « Je crois que je pourrais pas vivre sans cette chanson. » Bon, j'exagère peut-être un peu, mais j'aime me dire que je suis drôle. Je pose les yeux vers les fans alors que je tends un bras vers eux. « On a tous un petit côté brillant, non? Une star qui sommeille en nous ? » Comme Tamatoa. J'en avais une moi, et elle ressort aujourd'hui, non ? Ça me fait bizarre de découvrir cet aspect de la vie des autres. Nous avons tous été enfants, nous avons tous été bercés par un univers, qu'il soit beau ou pas... Un petit sourire me vient aux lèvres et je quitte ma chaise avant de me diriger vers la sortie de la scène pour me préparer à la suite du spectacle.


ME'OW

_________________


I'll search the universe
Laughter and tears, scars and healing. Questions and answers, they’re all in you. You have my world, you’re my small universe. The moment it vanishes, I will disappear as well.
Invité
avatar

     Sam 6 Jan - 3:46

Les filles n’avaient même pas commencé à arriver sur scène que Shiro se faisait tirer hors de celle-ci, après la chanson des garçons. Lawrence, le manager de Han Sol, lui avait fait la leçon. Il pouvait bien le critiquer, du haut de son mètre dix-sept, celui-là ! La vérité, c’est que le manager avait un peu raison. Shiro avait été pris sur le fait de regarder avec ennui sa montre alors qu’il était encore sur scène, sous les yeux de tous. Et on sait qu’un rien peut créer un scandale, dans ce milieu… Mais Shiro ne l’avait pas bien pris pour autant ! Au moins lorsqu’on réclame à nouveau sa présence sur scène (c’était un bien grand mot, il le savait), c’est pour autre chose que chanter. Amen ! Il commençait déjà à avoir mal à la gorge et à la tête… Ainsi donc, il suit scrupuleusement les informations et se retrouve sur un petit banc qui lui avait été assigné. À sa droite, il y a son frère. Bien sûr qu’on n’allait pas les séparer, n’est-ce pas ? Cette fois plus pour se faire remarquer que pour se rassurer, Shiro prend la main de Kuro. Il y a quelques réactions immédiates. De toute évidence, ce geste couplé à son air d’ange et multiplié par l’air de badboy de Kuru, ça fait des p’tits chez les fans en chaleur !

Ce n’est néanmoins que quand le garçon assis à sa gauche ne prend la parole qu’il réalise qu’on l’a posé à côté de cet insupportable Choi Américain. Vraiment ? Pourtant, Shiro tourne la tête vers lui, un sourire peint sur ses lèvres, l’air toujours aussi angélique que possible. Il fait mine d’écouter attentivement l’autre garçon, même si en fait il ne sait même pas de qui il parle. Peut-être que ce Disney-là était tellement naze qu’il n’avait jamais été traduit ? Dire que ce type était une égérie de l’agence. Incroyable comme la connerie pouvait vous mener loin, dans la vie… Finalement, c’est son tour. Lorsque Gabriel lui donne le micro, Shiro le remercie en inclinant la tête plusieurs fois, avec un grand sourire. On n’aurait jamais dit qu’il aurait préféré lui arracher les yeux que lui adresser la parole, non ? Shiro se tourne ensuite vers le public, faisant un signe de la main aux gens qui sont là. Pour sa part, il avait besoin de présentations…

« Bonsoir, bonsoir ! Je m’appelle Anzai Shiro ! C’est un honneur d’être ici ce soir, sur scène avec mes idoles ! », ment effrontément le jeune homme. À côté de lui, il sent Kuro se crisper. Ils savaient tous les deux qui gagnait le jeu du meilleur menteur, n’est-ce pas ? Et Shiro va continuer sur cette voie avec plaisir… Parce qu’il ne comptait pas dire la vérité sur son enfance pourrie. Ça aurait été la pire idée de 2018 et pourtant l’année ne faisait que commencer, c’est dire. « Kuro, mon jumeau, et moi avons le même film préféré pour la même raison ! »

Au moins ne l’entraînait-il pas troooop loin dans ses conneries. Kuro n’aurait besoin que de parler un minimum ! Il a un grand sourire en levant la main de son frère, qu’il tenait toujours dans la sienne. De toute évidence, son frère avait déjà ses fans, hein. Bref…

« Le Roi Lion ! Mais j’étais tellement petit que je réalisais à peine de quoi il était question. », rigole-t-il avec amusement. À côté de lui, il sent déjà que Kuro est mortifié, sentant sûrement venir le mensonge gros comme un bus. Lorsqu’ils étaient si jeunes, il passaient de motel en motel, se cachaient d’un père inexistant qui voulait les tuer, tout ça selon une mère complètement folle. Ils ne regardaient certainement pas de films pour enfants. « Juste avant Noël, quand papa rentrait à la maison avec les cadeaux, maman s’assurait toujours de mettre le Roi Lion à la télévision. Ce film nous captivait complètement. Ils pouvaient donc aller cacher les cadeaux sans que leurs petites chipies de fils n’aillent mettre leur nez où il ne fallait pas ! »

Il a un rire enjoué tout en tendant le micro à Kuro, murmurant à son oreille :

« Débrouille-toi pour trouver une chanson préférée… »

Lui avait fait son possible là. Et histoire de bien enfoncer le clou, il se tourne vers Choi, offrant à l’Américain un autre de ses sourires hypocrites à souhait.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 6 Jan - 14:04
SPECIAL SEGMENT
S’il y a une chose que Yurina redoutait dans sa carrière naissante, c’était les apparitions publiques, les entrevues plus que tout le reste. Elle n’était, en dépit de sa popularité grandissante, pas du tout habituée à être la vedette de quoi que ce soit, sans compter que toutes ses années de soumission, d’acceptation silencieuse, l’avaient rendu totalement incapable d’avoir la moindre opinion pour elle-même. Résultat : elle paraissait souvent très timide, ou très froide en entrevue, et c’était définitivement une des faiblesses sur lesquelles elle devait travailler. Mais comment? C’est une question qu’elle avait demandé à Sanada, plusieurs fois, et elle avait retenu qu’en cas de panique, interagir avec le public est toujours une bonne option… Soit ! Ça et se mettre dans un environnement rassurant. Pour cette raison, elle avait décidé de prendre place entre sa mentor, et la moins débile de son groupe : Maiko et Hiyori. Jambes  croisées, sourire bien faux accroché aux lèvres, elle attendait son tour, gardant à l’œil le pauvre Mirai, elle était épatée qu’il ait autant de boulot en retour de convalescence.

Lorsque Gabriel se mit à parler, elle l’écouta, les yeux brillants, attendant son tour. Puis vint Shiro, elle pris une moue émue à son discours, un beau ramassis de conneries. Peut-être qu’elle devrait lui demander conseil, il mentait, assurément, très bien. Finalement, la question lui fut adressée et un petit rire nerveux lui échappa. Se penchant vers l’avant comme pour faire une confidence, elle avait demandé, timide : « Je peux vous dire un secret? » voilà, ça y était, le silence du publique, les yeux rivés sur elle, elle avait bien joué ses cartes. Chuchotant toujours – chose bien inutile avec un micro, elle avait pouffé de rire, passé une main dans ses cheveux et avoué, oh choc : « Je n’ai jamais vu un seul film de Disney avant que vous n’organisiez ce concert.  » … Gabriel allait manquer de tomber de son tabouret, c’était pas possible ça! Pivotant un peu sur elle-même, l’estomac en noeud, elle avait ajouté, en se retournant vers sa jolie voisine. « Je sais, je sais, c’est un choc. Mais ne vous en faites pas, Maiko-sempai a été plus choquée que vous de l’apprendre et elle a pris sur elle de me faire une conversion accélérée. Elle ne pouvait pas, ‘’me laisser vivre une vie si triste’’ ! » nouveau rire alors qu’elle désignait l’idole, passant un bras autour de ses épaules. « Merci sempai! »

Libérant son amie, elle se sentait plus en confiance, d’ailleurs, elle fit mine de réfléchir en avouant finalement : « Je crois qu’à date – laissez-moi une chance, je suis encore en apprentissage, j’aime beaucoup Raiponce !!. » Et Flynn Rider, n’y en avait-il pas un costumé, au Laser… il était tellement beau. Ahem, Yurina, calme, Maiko va te tuer si elle sait que t’as maté son vieux! « Ma chanson préférée? Hmmm. » Elle posa un doigt sur sa lèvre, songeuse. Puis, elle sourit, ce sourire doux, mielleux, allait-elle oser? « Under the sea. » Il allait la tuer. La décapiter. Et pire encore, elle chercha cet abruti de gueux dans le cercle, posa ses iris sur lui, tout sucre, ajoutant d’une voix pleine d’admiration : « D’ailleurs, bon boulot Koike-sempai ! Quell prestation! » … Rater une occasion de le faire chier? Jamais! Posant finalement une main sur son cœur, elle conclut son tour d’un : « Sérieusement, merci à vous tous pour vos encouragements, et à tous mes collègues pour leurs prestations. Vous êtes géniaux! J’ai bien hâte de voir la suite. » Petite inclinaison de la tête, sourire, et bam. Work done!  


ME'OW
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 10 Jan - 0:10
SPECIAL MOMENTS


Il est temps de remonter sur scène. Temps d’abandonner sa mine effacée. Temps d’oublier la peine qu’elle éprouve à l’idée de faire semblant d’aller bien quand sa seule envie était de rouler en boule dans son lit et d’attendre que l’année recommence, comme si ce n’était qu’un jour comme les autres. Mais cela, elle n’en a plus l’occasion, maintenant. Maintenant, elle est Kokoa, l’idole, la membre des Supernova et la mannequin. Il n’y a plus de place pour cette partie brisée d’elle, cette partie qu’elle essaie de faire oublier au monde entier, à commencer par elle-même. Il n’y a de la place pour rien d’autre que les paillettes et les lumières, le maquillage et les belles tenues. C’est le monde dans lequel elle a décidé de vivre, mais aujourd’hui, cette décision lui semble bien trop difficile à assumer.

Elle s’installe près des filles de son groupe, un sourire discret aux lèvres. Sa tenue est belle, ses mains jointes sur ses cuisses alors qu’elle croise les jambes sous son tabouret, les yeux tournés vers le public. De quoi pourrait-elle parler ? Elle écoute silencieusement les autres, jusqu’à ce que son tour arrive. Passent Gabriel, cet américain à l’esprit particulier qu’elle ne connaît que de loin, ce trainee étrange dont elle ne sait rien et Yurina, cette fille parfaite, si riche, si glorieuse comparée à elle. Oh oui, madame a une bien jolie voix, elle a des fans qui l’admirent. Sa place payée par papa et maman. Et Shoko de s’efforcer de sourire pendant que tous prennent la parole.

« Quand j’étais petite, j’adorais Cendrillon. » Cendrillon, avec ses deux vilaines demi-sœurs et sa belle-mère diabolique. Elle ne l’oubliera jamais. Combien de fois a-t-elle regardé ce film avec Nami ? Combien de fois a-t-elle rêvé d’avoir la même robe magnifique que cette princesse ? De rencontrer le même prince, elle qui est née pauvre ? Son cœur se serre à cette pensée, elle entendant la voix de sa sœur qui lui parle à l’oreille et lui parle de son petit ami. Ce n’est pas un prince, lui dit-elle, mais il est aussi beau que lui ! C’est ridicule. Son sourire se crispe malgré elle et elle attend que son tour revienne. Quand elle doit parler d’une chanson qu’elle préfère, elle n’en a pas le courage. Ses doigts serrés autour du micro, elle reprend la parole. « J’ai trop de mal à trouver une chanson préférée. J’aime beaucoup sous l’océan ! »

L’instant suivant, le micro passe à une autre personne et elle se réfugie dans le silence, un sourire bête aux lèvres. Naïvement, elle espère que tout le monde y croira. Que personne ne remarquera. Ce n’est pas si compliqué, dans le fond : tout le monde pense à soi. On ne voit pas quand les autres vont mal et on se soucie uniquement de nous. Pourquoi cela serait-il différent ce soir ? Shoko aimerait que ça soit vrai : que personne ne voit qu’elle va mal. Que personne ne remarque qu’au moment où tout le monde quitte la scène, elle se précipite presque à leur suite.



ME'OW

_________________


☆ ME LIKEY LIKEY LIKEY ☆
Invité
avatar

     Ven 12 Jan - 22:25
SPECIAL SEGMENT
Quelques secondes à patienter après “like other girls” et déjà elle marchait vers la scène. Prenant place sur son tabouret, son regard s’était porté presque aussitôt vers Mirai à qui elle avait adressé un sourire sans avoir l’air de surveiller son état. Puis, ses yeux s’étaient posés sur sa voisine de gauche avec laquelle elle était restée pendant sa prestation précédente, avant que son sourire ne se tourne vers la droite, vers Yue. Double “Yu”, elle était bien entourée et ça n’avait pas rendu difficile de garder ce sourire accroché à ses lèvres.

Ecoutant l’intervention de ses camarades, elle avait accompli un exploit quand ça avait été le tour de Shiro. Est-ce qu’elle était vraiment parvenue à ne pas grimacer ? Ouais… même qu’elle n’avait pas sorti sa batte. Elle s’était contentée de penser un “mon cul” devant son hypocrisie flagrante tandis qu’un Minoru dans le public devait probablement boire ses paroles. Combien de sms de félicitations et d’encouragements avait-il dû lui adresser jusque là ? Franchement, elle préférait ne pas le savoir. Et si elle avait gardé toute l’antipathie éprouvée intérieure, elle n’avait pas manqué de penser à la mention du Roi Lion “quel dommage que tu ne te sois pas fait bouffer par des lions !”

Passons. La violence retenue s’était calmée et un sourire plus grand était même apparu au discours de sa cadette et voisine. Le rire que sa camarade avait eu, elle l’avait partagé sans se forcer, se laissant même attirer en hochant à plusieurs reprises la tête. Aaaah pauvre Yurina qui connaissait des choses inutiles sur le pétrole mais rien sur du disney ! A ce stade, elle avait vu ça comme une urgence absolue de la cultiver ! Avec ou sans ce concert, sa Daimon favorite ne pouvait pas rester dans une telle ignorance !
L’entendre ce soir choisir Raiponce, c’était déjà une réussite !

Quelques minutes plus tard, ça avait été son tour. Choisir un disney quand ils avaient bercé notre enfance, c’était toujours compliqué. Et si la logique aurait voulu qu’elle jette son dévolu sur un classique comme Aladdin ou Peter Pan, elle n’avait pas levé son micro pour choisir l’un de ceux qu’elle avait vu en tant que demi-portion « C’est difficile de n’en choisir qu’un mais Moana a tout de suite gagné mon coeur. » oui, il avait même surpassé le grand Mulan d’un simple visionnage. Trahison « Et puis, j’ai la meilleure mémé du monde aujourd’hui ! » oops spoilers alert ! Dans un rire, elle s’était tournée vers Yue, sa grand-mère d’un soir, et lui avait adressé un petit clin d’oeil avant de poursuivre plus sérieusement « Chanter tout à l’heure une chanson de ce disney avec Yue, ça le rend encore plus précieux à mon coeur. » T’es Kotani et tu fais mowter le public ? ça, c’était le côté licorne au contact de Yue !
Et puis… ce n’était pas vraiment pour le spectacle, c’était sincère. Niveau meilleure amie, elle était la plus chanceuse du Monde.

Et pour ce qui était de sa chanson préférée … « You’re welcome ! » Moana encore « Y’a rien à faire, elle me met toujours de bonne humeur ! »
Et elle la connaissait aujourd’hui un peu trop par coeur. Son absence de la liste ce soir, elle ne pouvait s’empêcher de la regretter.
Sa mission accomplie, elle avait laissé la main à la personne suivante, son air de Maui en tête.



ME'OW
— I'M MADE IN CHINA —
— I'M MADE IN CHINA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 13 Jan - 0:39
SPECIAL SEGMENT
Il était amusant que les trainees soient invités à prendre la parole, mais Jie comprenait la volonté de Mariko. Sans doute souhaitait-elle, de cette façon, faire la promotion de la future génération d’idoles qu’elle espérait lancer. Cette femme, quand bien même il comprenait son intention et sa volonté de surpasser une vague coréenne trop bien installée, demeurait un mystère aux yeux du danseur. Elle possédait en tout cas une volonté de fer, une qualité que Jie reconnaissait de bon cœur. Sans cela, on n’obtenait jamais rien, c’était un fait certain !

Le micro à la main, Jie alla prendre place sur l’un des nombreux tabourets qui se trouvaient sur scène. Il posa les yeux sur le public, à peine visible à cause des spots qui les éblouissaient de toutes parts et, les yeux plus plissés encore que d’ordinaire, il attendit son tour pour prendre la parole, écoutant avec une attention presque religieuse chaque personne qui parlait avant lui. Il n’avait pas la moindre idée de ce que chacun disait, tout étranger qu’il était à la culture Disney, mais il en profitait pour réfléchir à ses propres réponses, comme il n’était pas encore certain de ce qu’il allait dire.

« Bonsoir ! Je m’appelle Zhang Jie, mais, hélas, mes parents ne m’ont pas élevé avec Disney. » avoua-t-il premièrement, avant de rire de bon cœur en y réfléchissant. « Mais je connais plutôt bien Blanche-Neige. » Cela remontait à des années. « J’aimais beaucoup les sept nains, à l’époque. » Il se rappelait que ces étranges bonshommes l’avaient fait rire avec leurs nez étranges, leurs oreilles bizarres. N’étaient-ils pas tous dimensionnés de façon particulière ? Un petit rire lui échappa encore. « Maintenant, je les trouve un peu bizarres. » Il n’avait jamais rencontré de nain, en vrai. Les différences étaient facilement réprimées en faveur de l’uniformité, dans leurs régions. Ce n’était pas étonnant, dans le fond.

« Quant à ma chanson préférée… Je dirais qu’il s’agit de Part of your world, de La Petite Sirène. » De mémoire, c’était cette chanson, mais il n’en était pas certain. Ne l’avait-il pas entendu dans la soirée ? Il avait en tête tellement de musiques différentes qu’il n’était plus vraiment capable de faire la distinction entre elles. « C’est une chanson qui me parle beaucoup, peut-être parce que j’ai beaucoup voyagé. » Avant d’aboutir au Japon, terre d’accueil qu’il avait adoptée avec une facilité déconcertante. Son cœur battait encore pour ce pays, tout comme il le faisait pour la seule femme qu’il avait aimée jusqu’alors. Mais cela, il n’était évidemment pas nécessaire de le formuler en public. Ce serait planter un poignard en plein dans une carrière déjà largement compromise par la faiblesse qu’il avait à la jambe depuis les fantaisies de cette chère Erena. « J’espère que vous aimerez aussi cette chanson à l’avenir ! » Un large sourire étira les lèvres du danseur qui s’inclina poliment pour conclure son petit commentaire. Il ignorait s’il avait des fans dans cette assemblée gigantesque. Ce qu’il savait, en tout cas, c’est qu’il était heureux d’être là, sur scène, mais que ça ne durerait pas.


    
 
18 - Special Segment
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» vends vespa 50 special
» Problème carburation Vespa 50 special suis au bord du goufre
» Bleach 428 et Special Hell
» Targe special ( vue dans le livre d'escrime de Talhoffer)
» Hitman 11/03/08 Z1 Special Edition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: DISNEY LAND TOKYO - MAGIC CONCERT :: Act II-